Navigation – Plan du site
Homenagem

Michel Rochefort, pour une géographie urbaine engagée

Michel Rochefort, uma geografia urbana militante
Michel Rochefort, an engaged urban geography
Dominique Rivière et Bernard Bret

Notes de la rédaction

Les photographies sont extraites de Parcours dans la recherche urbaine, Michel Rochefort, un géographe engagé, Strates, matériaux pour la recherche en sciences sociales, hors-série, 2002, http://strates.revues.org/372. Y voir aussi l'article de Maria Adélia Aparecida De Souza, « Quarante ans de relations avec le Brésil », http://strates.revues.org/561, de Jacques Brun et Catherine Paix, « Au Brésil : influences sur la géographie, engagement dans l’aménagement du territoire », http://strates.revues.org/564, de Bernard Bret, « Justice et territoire une réflexion à partir du cas brésilien », http://strates.revues.org/531 et de Michel Rochefort, « Point de vue sur le Brésil », http://strates.revues.org/565

Texte intégral

1La disparition en janvier dernier de Michel Rochefort, un géographe qui a beaucoup compté dans la recherche urbaine et dans l'aménagement du territoire, a été ressentie comme une grande perte aussi bien en France qu'au Brésil. Professeur émérite à l'Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne où il avait enseigné plus de trente ans, il a joué en effet un rôle de premier plan dans les deux pays, qu'il s'agisse d'orienter la recherche, de participer aux enseignements de troisième cycle (pos-graduação) ou d'intervenir dans les politiques d'aménagement et de développement, et plus particulièrement celles touchant aux villes.

Le parcours d'un géographe qui aimait la vie

« Ce qui m'intéressait, c'était une approche des structures de la société, mais dans leurs relations avec l'espace, et c'est resté »

  • 1 Entretien avec C Paix et M Petit, Strates, 2002, p 25.

Michel Rochefort, à propos de ses premiers travaux de géographe1

2Michel Rochefort a parcouru le globe, mais il est resté sa vie durant très attaché à la Bourgogne. Par son ascendance dont il soulignait la dualité, à la fois petite bourgeoisie rurale et paysannerie, ce géographe qui a contribué, parmi d'autres de sa génération, à pousser la géographie hors des limites de l'étude du local, et dont le nom est avant tout associé aux réseaux de villes, au fait métropolitain et à la problématique du développement, a toujours senti ses racines dans le village de Joux-la-Ville qui le vit naître en 1927 et où il repose aujourd'hui… Un enracinement qui, très tôt et sans doute grâce à son père, professeur de philosophie, allait de pair avec le goût pour la culture, les idées, la poésie et la musique. La Bourgogne, c'était aussi bien sûr pour lui une de ces régions françaises synonymes de bon vin et de gastronomie, deux richesses que cet amoureux de la vie n'a jamais cessé de cultiver. Le fait d'être provincial, dans une société alors très marquée par le clivage Paris-province, a aussi contribué à lui donner une distance critique qu'il conservera aussi par rapport à certains snobismes universitaires.

  • 2 Hypokhâgne et khâgne sont les termes habituels désignant les classes de Lettres Supérieures et de P (...)
  • 3 Le DES est l'ancêtre de la maîtrise. Il équivaudrait aujourd'hui à un master en France ou à un mest (...)

3Après une enfance et une adolescence passées à Autun, Michel Rochefort découvre en effet Paris dès 1944 quand il entre en classe préparatoire au lycée Henri IV. La rencontre de professeurs prestigieux, Ferdinand Alquié en hypokhâgne et Jean Hyppolite en khâgne2, renforce son intérêt pour la philosophie et en particulier la pensée de Hegel. Michel Rochefort s'oriente pourtant d'abord vers l'histoire… mais, atteint de tuberculose, il passe alors 18 mois en sanatorium, dans le massif alpin de la Grande Chartreuse. C'est après ce séjour forcé qu'il devient géographe. La licence obtenue, sur le conseil de Jean Tricart, il choisit pour son Diplôme d'Etudes Supérieures3 un sujet de recherche qui soit compatible avec une convalescence encore fragile : La Plaine d'Autun et ses bordures, étude géographie agraire. Si sa spécialisation fut ensuite différente, plusieurs traits de ce mémoire disent déjà le positionnement intellectuel qui restera le sien : la place de l'histoire pour comprendre le présent, le lien entre les structures sociales et l'organisation de l'espace, l'attention portée aux dynamiques territoriales, et déjà le rôle des villes perçu à travers les investissements que la bourgeoisie urbaine réalise dans les campagnes.

4Reçu à l'agrégation en 1951, Michel Rochefort est encouragé par Pierre George à étudier le fait urbain, non dans la tradition de la monographie, alors dominante dans la géographie universitaire française, que ce soit autour d'une ville, d'un élément « naturel » ou d'une « région », mais bien pour explorer le système que les villes constituent entre elles et avec leur zone d'influence - leur région, dans la nouvelle acception fonctionnaliste qui prend son essor dans la géographie française. Nommé assistant à l'Université de Strasbourg, il va donc innover en soutenant dès 1958 une thèse sur L'organisation urbaine de l'Alsace destinée très vite à devenir la première référence, incontournable, de l'étude des réseaux urbains. Il est alors élu professeur et il enseigne à Strasbourg jusqu'en 1964, année de son élection à la Sorbonne.

5C'est donc à Paris qu'il connaît le mouvement de mai 1968 et que, participant à des assemblées étudiantes passablement tumultueuses, il se forge la conception ouverte de l'Université, bien éloignée de l'Université traditionnelle dominée par les « mandarins », qui restera la sienne et qui l'éloignera de certains de ses collègues. Mais c'est aussi ses talents pour le dialogue - il fut ainsi chargé de trouver une solution pour les examens validant l'année universitaire exceptionnelle 1967 – 68 - que sollicite cette période houleuse, talents de conciliation et d'organisation qui vont ensuite prendre une importance déterminante dans sa carrière. L'année suivante, en 1969, il dirige le Laboratoire de géographie humaine créé alors par le CNRS. Il sera jusqu'en 1984 le directeur de cette structure d'où naîtront plusieurs laboratoires actuels de recherche, et dont Strates, aujourd'hui fondu dans le Ladyss, est l'héritage majeur - c'est ce laboratoire qui, dans la revue éponyme, Strates, matériaux pour la recherche en sciences sociales, lui consacra en 2002 un bel éloge.

  • 4 Le Conseil Supérieur des Universités (CSU), puis Conseil National des Universités (CNU) est l'organ (...)

6Michel Rochefort multiplie alors ses activités, et fait passer au premier plan l'organisation et la direction de recherche plus que la recherche théorique et l'approche « de terrain » -même si, grâce à ses liens constants avec le Brésil, mais aussi plus généralement grâce à son activité d'enseignement aux quatre coins du globe, il ne perdit jamais tout à fait celles-ci. Le lien entre géographie et plus largement les sciences sociales et l'aménagement et l'urbanisme est un élément majeur de son apport à la discipline. Élu au CSU, il en préside en effet la section de géographie de 1981 à 1986, puis, au CNU4, il fait reconnaître l'aménagement comme une démarche inter-disciplinaire, transversale à différentes sciences sociales, processus d'où résultera en 1992 la création de la section 24 (Aménagement) distincte de la section 23 (Géographie, qui l'abrita dans un premier temps, de 1988 à 1991). Par ailleurs, appelé au Conseil d'Administration de l'Institut Français d'Ubanisme (Université Paris 8), il en sera président dans certains moments critiques et le restera plusieurs années après sa retraite.

  • 5 En 1981 François Mitterrand devient président de la République, mais en 1986, la gauche perd les él (...)

7Dans le même temps, Michel Rochefort assume des responsabilités dans l'organisation de la recherche et l'enseignement supérieur sur le (s) Sud (s). De 1973 à 1980, puis de nouveau à partir de 1986, il enseigne à l'IEDES, Institut d'Etudes du Développement Economique et Social, fondé par l'économiste François Perroux et institution majeure dans l'approche des pays alors appelés en voie de développement. Entré dans les structures de l'Orstom – actuel IRD, Institut de Recherche pour le Développement – en 1967, il y préside le Comité Technique en Economie et Démographie de 1971 à 1981. Il est par ailleurs nommé en 1979 au Comité Interdisciplinaire d'Etude du Développement, au Ministère de la Recherche (DGRST, Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technique). Président de la Commission de la Recherche Urbaine en pays en voie de développement en 1981, il en est écarté suite à l'alternance politique de 19865, pour revenir au Ministère de la Recherche en 1988 et jusqu'en 1993 comme président du Comité Scientifique du département de la Recherche sur le Développement. Il gardera longtemps un rôle au Cofecub, témoignant par là de l'intérêt qu'il portait à la coopération universitaire avec le Brésil.

8Sur le plan scientifique, son apport peut apparaître à première vue comme dual : Michel Rochefort c'est d'un côté le géographe des métropoles d'équilibre françaises, de l'autre celui des villes en développement. Pourtant, au-delà du contexte générationnel - les spécialisations universitaires étaient pour les géographes de sa génération moins marquées qu'aujourd'hui - il faut souligner l'imbrication, dans sa trajectoire personnelle, entre ses divers champs d'intérêt. Ainsi, c'est après son premier voyage au Brésil qu'il va s'intéresser aux métropoles d'équilibre françaises, et par la suite, tandis qu'il avait alors rompu temporairement les ponts avec la Datar, c'est au Brésil qu'il va continuer son engagement dans les politiques de rééquilibrage territorial. C'est au travers de ses apports à l'analyse des villes du Sud qu'il va s'impliquer non seulement dans la géographie mais plus encore dans les métiers de l'urbanisme des villes « du Nord ». Enfin, dans ses activités d'enseignement comme d'encadrement, il ne s'est jamais contraint à un champ étroit d'expertise, et, se réclamant avant tout de la synthèse, il est ainsi resté un passeur d'une discipline à une autre et d'un territoire à un autre, toujours attentif à l'enrichissement que, dans un mouvement dialectique, les savoirs s'apportent mutuellement.

Fonction régionale dans l’armature française ; localisation des villes appartenant actuellement au niveau régional;

Fonction régionale dans l’armature française ; localisation des villes appartenant actuellement au niveau régional;

1. métropoles ; 2. limites actuelles des zones d’influence des métropoles ; 3. centres régionaux ; 4. villes à fonction régionale incomplète ; 5. villes se situant au niveau des chefs-lieux de département bien équipés (dans les deux dernières rubriques, les trois signes différents correspondent respectivement aux trois subdivisions distinguées dans le classement global).

http://strates.revues.org/​image.php?source=docannexe/​image/​512/​img-1.png&titlepos=up

Un géographe de l'urbain et de l'aménagement

9Michel Rochefort ne se préoccupait donc pas outre mesure des frontières disciplinaires. Bien au contraire, son ouverture aux autres disciplines lui venait en grande partie de son intérêt pour la recherche urbaine, où notamment la sociologie, la démographie et l'économie constituaient des partenaires incontournables pour aborder les questions de production du logement, de marché du travail, d'inégalités dans la ville. En même temps, ses travaux personnels ont profondément marqué la géographie urbaine, et en particulier la réflexion sur les fonctions urbaines et la hiérarchisation des réseaux de villes.

  • 6 L'organisation urbaine de l'Alsace, Paris, 1960, Les Belles lettres, p 13.
  • 7 M Rochefort, Les notions de réseau urbain et d'armature urbaine, Geographia polonica, 12, 1960, p 1 (...)
  • 8 L'organisation urbaine, id, 1960, p. 341.
  • 9 Strates, 2002, Michel Rochefort et la Méditerranée, p 207.

10C'est en effet d'abord aux réseaux urbains que ses travaux personnels restent associés, ce qui est dû bien sûr à l'importance de sa thèse sur l'Alsace et ses prolongements. Pour en apprécier l'originalité, il faut tenir compte du contexte français de l'époque, c'est-à-dire celui d'une société française -et d'une discipline géographique- qui accomplissait avec retard sa révolution urbaine, d'où l'innovation que représentait le seul fait de se tourner vers le système urbain pour y lire l'organisation régionale. L'objectif de ce travail, à savoir analyser « comment et sous la pression de quels facteurs les villes se localisent, s'organisent entre elles, se hiérarchisent et se diversifient pour répondre aux besoins »6 d'une région, relevait, selon Michel Rochefort lui-même, de sa « période fonctionnaliste ». Pourtant, rétrospectivement ce qui est frappant, loin d'un quelconque spatialisme modélisateur et abstrait, c'est plutôt l'importance que tient la démarche historique dans ce travail sur la structuration du réseau urbain rhénan. Par ailleurs, à travers l'analyse du réseau urbain et de la vie de relations qu'il organise, on relèvera aussi, dans cette œuvre pionnière, le travail critique sur les échelles géographiques et la notion de région. Cette thèse marque, avec d'autres qui vont suivre, le renouvellement de cette notion et l'avènement de la « région polarisée » vue comme « l’espace délimité par l’influence d’une grande ville, dotée d’une gamme suffisante de services pour que les habitants de la zone puissent éviter tout recours généralisé à une autre ville plus importante et mieux équipée qu’elle7». Mais paradoxalement, elle marque aussi sa relativisation pour Michel Rochefort : « le triomphe de la notion de réseau urbain régional fut de courte durée (...). Pour interpréter toute ville, il ne suffit plus de la replacer dans son réseau régional ; il faut saisir les liens de structure qui subordonnent celui-ci à une unité plus vaste constituée par l'Etat ou par la zone d'influence de quelques grands trusts »8. L'attention portée au cadre national, y compris pour lire la ville, ne fera que s'affirmer ensuite dans ses travaux, dans une perspective attentive d’abord à la géographie du développement, et aux inégalités qui l'accompagnent. Par exemple, interrogé sur les rapports Nord Sud en Méditerranée, il estimait que « la problématique du sous-développement relève fondamentalement de l’échelle nationale (...) Un clivage régional, si fort soit-il, même s’il relève d’une unification tardive et d’une exploitation sociale, est différent dans sa nature »9. Il va rapidement utiliser ses clés d'analyse du réseau urbain sur d'autres contextes nationaux, du Brésil à l’Afrique.

  • 10 Métropole/Métropole. Les géographes et les métropoles d'équilibre, M-C Robic, Strates, n° 4 | 1989.

11Parallèlement, son itinéraire scientifique est aussi marqué par l'aménagement du territoire, d’abord français puis brésilien, à la fois comme débouché pratique de ses recherches théoriques, et en même temps comme objet d'analyse en lui-même, en tant cette fois qu'observatoire de la marge de manœuvre, pour lui somme toute limitée, de l'Etat vis-à-vis des logiques dominantes du système productif. Dans la France des « Trente Glorieuses », dans le débat qui, au sein même de la discipline géographique, divisait alors les partisans d'une géographie « scientifique » (à l'écart du politique), « appliquée » (dénoncée parfois comme étant au service du pouvoir) ou encore « active » (terme promu par Pierre George), Michel Rochefort, qui entrera à l'Université Paris 1 sur une chaire de géographie appliquée, n'hésite pas à s'engager dans l'aménagement du territoire français : encore très jeune, il est promu à la fonction de directeur scientifique (avec comme partenaire Jean Hautreux, Chef de service au ministère de la Construction) du Centre d'Etude pour l'Aménagement du Territoire, au Commissariat au Plan. En découlent en 1962-63 le rapport Rochefort, Hautreux et Lacourt sur Le niveau supérieur de l'armature urbaine française, et en 1963-64 le rapport Rochefort et Hautreux : La fonction régionale dans l'armature urbaine française, qui mettent en exergue, en utilisant des critères de population, de services économiques et à la population, et d'influence extérieure, la hiérarchie entre 8 métropoles régionales (Lyon, Marseille, Bordeaux, Lille, Toulouse, Strasbourg, Nantes, Nancy), puis 10 centres régionaux de plein exercice (de Grenoble à Limoges, en passant par Nice, Rennes..) et enfin 24 villes à fonctions régionales incomplètes (Metz, etc), en les envisageant comme outil de rééquilibrage vis-à-vis de Paris10. Pourtant, en 1967, Michel Rochefort quittait la Datar, suite à un différend concernant l'arbitrage rendu sur la configuration des 8 métropoles d'équilibre. Il n'y reviendra que trois décennies plus tard, quand en 1990-93, il participera au groupe de synthèse « Perspective et Territoire » de la Datar, impulsé alors par Jean-Louis Guigou. Entre-temps, au Brésil cette fois, il continuera à suivre, en particulier dans le cadre de la politique des « villes moyennes », cette tentative d’action de l’État sur les tendances de fond de l'urbanisation, dans un contexte encore plus marqué que celui de la France par l'hyper-domination ici de plusieurs très grandes villes. Il participa aussi très tôt aux premières politiques visant le rééquilibrage interne de ces dernières et plus généralement l’amélioration des conditions de vie dans les métropoles.

  • 11 Outre Paris, Lyon et Marseille, Nice, Bordeaux, Lille, Grenoble, Nantes, Rennes, Rouen, Strasbourg, (...)
  • 12 M Rochefort avec F Ascher et al, Le territoires du futur, Paris, 1993, éditions de l'aube.
  • 13 Strates 2002, entretien avec J Cohen, p 117.
  • 14 Alors que la réforme territoriale comporte, comme on le sait, la réduction du nombre de régions (de (...)

12Si l'on revient sur le cas français, au-delà de ce qui peut sembler être l'échec relatif de cette politique des métropoles d'équilibre - la crise en 1973 réduit beaucoup la capacité d'intervention de l'Etat et le label « métropole d'équilibre » ne valut pas concrétisation immédiate par de grands équipements - il reste que la plupart des grandes villes concernées ont été des points forts de l'action de l'Etat, qu'il s'agisse des TGV ou des politiques culturelles, entre autres. D'ailleurs, on relèvera la résurgence de la carte des métropoles, d'abord dans la politique de collaboration métropolitaine initiée par la Datar en 2004 (une quinzaine de villes concernées) et surtout dans la récente Loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles du 27 janvier 201411. Mais l'esprit a bien changé : il ne s'agit plus tant de rééquilibrer le territoire « contre Paris » que d'armer les métropoles elles-mêmes – dont Paris - dans une compétition qui, comme le soulignait Michel Rochefort12, ne se mesure plus à l'échelle de l'hexagone, mais à l'échelle du monde. Autre écho très actuel des débats des années 1970, la contradiction entre la régionalisation et les métropoles : le choix de 8 métropoles était selon Michel Rochefort un compromis entre les 3 ou 4 qui seraient sorties à l'évidence de l'analyse et le choix d'une métropole par région administrative (Rennes, Rouen, absentes du choix final, s'en étaient vivement émues13). Là encore, on ne peut que relever la réitération aujourd'hui de ce dilemne entre redécoupage de la maille régionale et métropoles14.

  • 15 Ces questions furent aussi un élément de ses collaborations avec des économistes comme Philippe Ayd (...)
  • 16 M Rochefort avec C Bidault, M Petit, Aménager le territoire, Le Seuil, Paris, 1969. Son dernier ouv (...)

13Enfin, pour Michel Rochefort, la question urbaine et les grandes questions économiques se rejoignent sur divers plans. Une question toujours d'actualité revient ainsi à diverses reprises dans ses questionnements, celle des rapports entre fonctions urbaines et système productif. Sa thèse sur l'Alsace, tout en se basant sur la hiérarchie des services, insistait sur l'importance de l'industrialisation, approche qui passa ensuite au second plan dans ses travaux sur les métropoles, au bénéfice d'analyses ciblées sur les services à la personne et aux entreprises -il est toutefois significatif que cette interrogation sur le lien entre fonctions urbaines et productif ait été retrouvé par la suite par l'équipe Strates, dont il encouragea les travaux. Par ailleurs, la question de la marge de manœuvre des politiques d'aménagement du territoire vis-à-vis des stratégies de localisation des grands acteurs économiques, et au final la capacité de l'Etat à influencer les logiques dominantes du système productif capitaliste - ou à s'y plier et les remanier à la marge - est un autre thème marquant de ses travaux. Ces questionnements, sans doute eux aussi en partie un héritage de son passage au Plan et à la Datar, s'enracinent par ailleurs dans l'intérêt précoce et constant de Michel Rochefort pour l’économie géographique, matière qu'il a enseignée avec passion à l'Université Paris 1 (dès la licence15). Au Brésil, il a suivi avec intérêt l’expérience conduite par Maria Adelia de Souza, sur la décentralisation industrielle. Il dressera également un bilan, très critique, des premières décennies de la politique de décentralisation industrielle française, à qui il reproche d'être au final une simple politique de déconcentration et d'avoir raté ses objectifs territoriaux16. Pour autant, la vision qu'il avait de l'action de l'État ne se limitait nullement à l'aménagement du territoire : ainsi, dès les années 1960 il prit en compte le rôle de services généraux comme la santé dans une perspective d’analyse du rôle redistributif ou non de l'Etat.

Un géographe français… ou franco-brésilien

14Depuis plusieurs années, Michel Rochefort partageait ainsi sa curiosité entre la France et le Brésil, et, à travers ce dernier, les pays dits du Sud et leurs problèmes de développement.

  • 17 À l'époque, la thèse d'Etat comportait une thèse principale et une thèse complémentaire, plus modes (...)

15L'année 1956 a été pour lui décisive : découverte de l'Amérique latine et plus précisément du Brésil que lui fait connaître sa première femme Regina, Brésilienne et comme lui géographe. Le Congrès de l'Union Géographique Internationale tenu à Rio de Janeiro en fut l'occasion. Mais Michel Rochefort reste sur place assez longtemps pour parcourir le pays et pour rassembler la documentation de sa thèse complémentaire intitulée Pluviosité et écoulement dans deux bassins fluviaux brésiliens17. Premier séjour qui fut suivi de beaucoup d'autres. En 1960 – 61, il enseigne un an à l'Université Fédérale du Pernambouc (Recife), puis travaille quelques mois au Conseil National de Géographie, à Rio de Janeiro. De 1966 à 1969, il coopère avec des services d'aménagement au niveau fédéral ainsi qu'au niveau estadual à São Paulo. Après une interruption dans les années les plus dures (1969 – 73) du régime militaire, il reprend sa coopération avec la Commission Nationale de Politique Urbaine, à Brasilia, et participe au programme des villes moyennes lancé en 1978, ainsi qu'avec le Secrétariat à l'Aménagement du Territoire de l'Etat de São Paulo. Par la suite, ses nombreuses missions ont comporté des cours, des conférences, des directions de recherche et des aides à l'organisation des troisièmes cycles universitaires. Les très nombreuses thèses de doctorat qu'il a dirigées sur le Brésil témoignent de la place qu'il y a tenue.

Conférence à Floriano, Brésil (1971)

Conférence à Floriano, Brésil (1971)

http://strates.revues.org/​536

16Le Brésil avait-il remplacé la France dans la réflexion de Michel Rochefort ? Pas exactement. Il s'agit plutôt d'un élargissement géographique et thématique. Etre appelé au Brésil pour exposer aux universitaires et aux aménageurs ce qu'est un système de villes et comment il constitue l'armature d'un territoire sur quoi doit prendre appui l'action des pouvoirs publics, c'était confronter les méthodes suivies et les résultats obtenus en France à une réalité économique et sociale nouvelle. C'était donc l'occasion non seulement de transmettre un savoir, mais aussi d'apprendre, d'interroger et de soumettre à discussion de nouvelles hypothèses. C'était intégrer l'inégalité et la dépendance dans une analyse où, désormais, était présente l'échelle mondiale articulée avec les spécificités de l'échelle nationale et des échelles régionale et locale. Parler de la métropolisation en distinguant les métropoles dominantes et les métropoles dominées correspond à cette approche qui ne passe pas du Nord au Sud, mais qui rend compte des situations locales en montrant l'intégration du Nord et du Sud dans le processus de mondialisation.

17Ce n'est pas seulement le Brésil, mais aussi le Maghreb, l'Afrique noire et l'Inde qu'il faut mentionner pour dire les préoccupations de Michel Rochefort sur les problèmes de développement et les territoires où il a piloté des recherches et dirigé des thèses de doctorat. Dès 1965, le Ministère des Affaires Etrangères l'avait envoyé comme expert dans les pays du Maghreb pour aider à la mise en place de formations universitaires. Il coopéra longtemps avec l'Ecole Nationale d'Aménagement et d'Urbanisme de Tunis et permit qu'y fussent créés un DESS en 1993 et un DEA en 1995. Ses fonctions à l'Orstom lui firent connaître l'Afrique noire à partir de 1967. L'année suivante, il visitait l'Inde. Elargissement géographique et thématique, a-t-on dit plus haut. Certes, mais également échange intellectuel de plus en plus fécond entre un chercheur et ses interlocuteurs. Si Michel Rochefort a apporté à ses étudiants et collègues du Sud, il en a aussi beaucoup reçu. C'est grâce aux discussions menées avec eux et aux travaux conduits en commun que se sont précisés les effets de la domination du Nord sur les systèmes urbains du Sud, et c'est de la variété des pays visités que s'est révélée l'impérieuse nécessité de différencier les sociétés du Sud selon leurs spécificités culturelles.

18De cela témoignent les sujets que Michel Rochefort a traités ou encouragés dans les pays du Sud. Trois thèmes dominent : les systèmes urbains, le logement des pauvres et la production foncière et immobilière, le secteur informel. On y voit le souci de la rigueur scientifique – obligation première du chercheur – mais également le souci d'être en prise avec les problèmes sociaux les plus aigus.

Un maître et un ami

19Doit-on alors parler de chercheur engagé ? Non, si l'on parle d'engagement partisan, car s'il fut influencé dans sa jeunesse par des géographes se réclamant du marxisme et s'il appartint lui-même quelques années au Parti Communiste Français, il le quitta en 1956 quand l'armée soviétique écrasa l'insurrection hongroise. Pas davantage si l'on parle de son engagement « technocratique » au service de l'aménagement du territoire, en France et au Brésil principalement, car celui-ci ne l'a jamais contraint, et il n'a pas hésité à y renoncer le cas échéant. Cet esprit libre ne pouvait pas se résigner à quelque embrigadement que ce soit. Si son orientation est toujours restée explicitement de gauche, « contre la bourgeoisie », il avait un style non-conformiste de vie et de pensée qui cadrait à l'évidence mal avec toute forme de stalinisme. Oui, chercheur engagé en revanche, si l'on précise qu'engagement ne veut pas dire entrave mise à la pensée, mais volonté que la science ne se place pas à l'écart des responsabilités citoyennes, et en particulier des questions posées par les inégalités sociales. Chercheur engagé enfin, par le patient et rigoureux dialogue qu'il a su tisser entre l'univers scientifique et celui de l'action publique

20Michel Rochefort laissera le souvenir d'un homme chaleureux, conscient du rôle que doit jouer l'intellectuel dans la cité. Dans l'hommage que lui avait rendu la revue Strates en 2002, il disait avoir agi surtout par l'oral, les conférences, le débat et la direction de recherches. Reprendre cette appréciation qu'il faisait sur lui-même n'est pas sous-évaluer sa production écrite, qui reste très conséquente, mais reconnaître en lui le souci de valoriser le travail de ses élèves, de les aider à formaliser leurs résultats et leurs idées. En cela, il fut bien un maître en même temps qu'un ami

Haut de page

Notes

1 Entretien avec C Paix et M Petit, Strates, 2002, p 25.

2 Hypokhâgne et khâgne sont les termes habituels désignant les classes de Lettres Supérieures et de Première Supérieure qui, après le baccalauréat, préparent au concours d'admission de l'Ecole Normale Supérieure.

3 Le DES est l'ancêtre de la maîtrise. Il équivaudrait aujourd'hui à un master en France ou à un mestrado au Brésil.

4 Le Conseil Supérieur des Universités (CSU), puis Conseil National des Universités (CNU) est l'organisme chargé de la qualification et de la promotion des personnels enseignants du supérieur.

5 En 1981 François Mitterrand devient président de la République, mais en 1986, la gauche perd les élections législatives et une cohabitation se met en place entre un président socialiste et un gouvernement de droite. En 1988, François Mitterrand est réélu à la présidence de la République et la gauche remporte les élections législatives.

6 L'organisation urbaine de l'Alsace, Paris, 1960, Les Belles lettres, p 13.

7 M Rochefort, Les notions de réseau urbain et d'armature urbaine, Geographia polonica, 12, 1960, p 19.

8 L'organisation urbaine, id, 1960, p. 341.

9 Strates, 2002, Michel Rochefort et la Méditerranée, p 207.

10 Métropole/Métropole. Les géographes et les métropoles d'équilibre, M-C Robic, Strates, n° 4 | 1989.

11 Outre Paris, Lyon et Marseille, Nice, Bordeaux, Lille, Grenoble, Nantes, Rennes, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Montpellier, Brest accèdent au 1er janvier 2015 à ce nouveau statut.

12 M Rochefort avec F Ascher et al, Le territoires du futur, Paris, 1993, éditions de l'aube.

13 Strates 2002, entretien avec J Cohen, p 117.

14 Alors que la réforme territoriale comporte, comme on le sait, la réduction du nombre de régions (de 22 à 13 régions), les deux réalités ne s'en voient pas totalement reconnectées pour autant : Rhône-Alpes se voit doté de deux métropoles, Lyon et Grenoble, de même que Provence-Côte d'Azur avec Nice et Aix-Marseille, la Bretagne reste toujours hors champ de Nantes mais compte deux métropoles, Rennes et Brest)

15 Ces questions furent aussi un élément de ses collaborations avec des économistes comme Philippe Aydalot.

16 M Rochefort avec C Bidault, M Petit, Aménager le territoire, Le Seuil, Paris, 1969. Son dernier ouvrage sur la question, Deux siècles d'aménagement du territoire, Paris, date de 1989

17 À l'époque, la thèse d'Etat comportait une thèse principale et une thèse complémentaire, plus modeste, mais obligatoirement en géographie physique si la thèse principale relevait de la géographie humaine, et inversement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Michel Rochefort
Crédits http://strates.revues.org/​574
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10140/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Fonction régionale dans l’armature française ; localisation des villes appartenant actuellement au niveau régional;
Légende 1. métropoles ; 2. limites actuelles des zones d’influence des métropoles ; 3. centres régionaux ; 4. villes à fonction régionale incomplète ; 5. villes se situant au niveau des chefs-lieux de département bien équipés (dans les deux dernières rubriques, les trois signes différents correspondent respectivement aux trois subdivisions distinguées dans le classement global).
Crédits http://strates.revues.org/​image.php?source=docannexe/​image/​512/​img-1.png&titlepos=up
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10140/img-2.png
Fichier image/png, 223k
Titre Conférence à Floriano, Brésil (1971)
Crédits http://strates.revues.org/​536
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10140/img-3.png
Fichier image/png, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Rivière et Bernard Bret, « Michel Rochefort, pour une géographie urbaine engagée », Confins [En ligne], 23 | 2015, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://confins.revues.org/10140 ; DOI : 10.4000/confins.10140

Haut de page

Auteurs

Dominique Rivière

Université Paris – Diderot - Paris 7, dr@parisgeo.cnrs.fr

Bernard Bret

Université Jean Moulin - Lyon 3, bernard.bret12@wanadoo.fr,

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org