Navigation – Plan du site

La France et le Brésil de l’Oyapock, quels enjeux bilatéraux entre développement et durabilité ?

França e Brasil no Oiapoque, que desafios entre desenvolvimento e sustentabilidade?
The French-Brazilian border in Oyapock, bilateral issues between development and sustainability
Raimundo Nonato Junior

Résumés

L’article propose une étude comparative dans la frontière franco-brésilienne de l’Oyapock entre la Guyane, département français d’Outre-mer, et l’état fédéré brésilien de l’Amapá. En particulier, l’étude porte sur l’analyse des concepts de « développement » et « durabilité » par les habitants de la frontière de l’Oyapock. L’économie de cette frontière ultrapériphérique est fortement dépendante des États. L’expansion attendue du commerce à l’échelle locale représente une opportunité pour le rapprochement entre le Brésil et l’Europe. Dans ce contexte, les concepts de « développement » et « durabilité » sont importants à différentes échelles. Par conséquent, on propose une comparaison de ces concepts parmi les acteurs locaux et nationaux de la région frontalière de l’Oyapock.

Haut de page

Texte intégral

Fruits brésileins interdits en GuyaneAfficher l’image
Crédits : Hervé Théry

1La frontière entre la Commune de Saint-Georges de l’Oyapock, en Guyane, département français d’Outre-mer et la municipalité brésilienne d’Oiapoque dans l’État fédéré de l’Amapá, révèle les marques de disputes géohistoriques partagées entre le Brésil et la France, dont les problèmes de développement économique, humain et sociaux sont évidents depuis longtemps. Les questions liées à l’environnement occupent aussi une place importante, car il s’agit du dernier territoire européen en Amazonie, dans une région pleine de ressources naturelles, entre l’Europe et l’Amérique Latine.

2À la frontière de l’Oyapock, les asymétries de développement social sont frappantes que ce soit à un niveau de comparaison bilatérale (Guyane-Amapá) ou dans les comparaisons nationales à différentes échelles (État, région, zone frontalière). L’amélioration des conditions socioéconomiques des sociétés locales est donc un des grands objectifs des projets de développement proposés à l’échelle des États, puisque cette frontière compose une zone ultrapériphérique où la plupart des indicateurs sociaux sont extrêmement inférieurs à ceux des États centraux (Insee, 2010).

3Dans les dernières années, les politiques publiques françaises et brésiliennes furent mises en débat dans cette région avec l’intention de créer des alternatives de développement dont la plupart sont liées au concept de durabilité. Basées sur ce dernier terme, les deux pays devraient proposer des stratégies innovatrices pour l’usage des ressources naturelles de manière à permettre sa conservation (Ibge, 2010). Sur le territoire guyanais, les stratégies mises en place sont celles de l’Union Européenne et de la République française tandis que du côté de l’Amapa ce sont les politiques de durabilité du gouvernement fédéral brésilien qui s’imposent (UE, 2006, 2009 ; France, 2010 ; Brasil, 2010). Il existe aussi quelques discussions bilatérales à partir des projets de coopération transfrontalière et des accords politiques franco-brésiliens (France/Brésil, 2008).

4En ce sens, plusieurs études scientifiques actuelles mettent l’accent sur le défi de conciliation entre les paradigmes du développement économique et les paramètres de protection environnemental, étant donné que les conceptions « développementistes » modernes concevaient les ressources naturelles dans une perspective de consommation atemporelle et infinie (Brunel, 2006 ; Hubert, 2002).

5Dans le contexte de l’Oyapock, Théry (2011) et Grenand (2012) signalent aussi que c’est à partir de cette tension entre les besoins du « développement socioéconomique » et de la « durabilité des ressources naturelles » que s’insèrent les politiques dites de « développement durable ». Donc, la conciliation entre ces deux tendances n’est pas toujours évidente ni facile. Elle dépend surtout du dialogue d’intérêts entre les différentes échelles des pouvoirs politiques (États nationaux, gouvernements régionaux) et des acteurs frontaliers (organisations civiles, habitants locaux).

6Les études contemporaines montrent que les conceptions de développement à l’échelle des États nationaux possèdent surtout une dimension macro stratégique, imprégnée des intérêts politiques, qui ne sont pas toujours les mêmes que ceux que l’on pourrait observer à l’échelle des communautés amazoniennes, là où ils gagnent un autre sens, traversé par les pratiques quotidiennes des habitants (Silva e Rückert, 2009 ; Granger, 2008 ; D’ Hautefeuille, 2010).

7De ce fait, nous considérons que la compréhension du développement durable dans la région de l’Oyapock passe, nécessairement, par une analyse entre différentes échelles, parmi lesquelles il faut bien comprendre la dimension concrète des expériences locales. À partir de cette dimension nous pouvons comparer les perspectives des habitants avec celles proposées par les autres acteurs et pouvoirs, en discutant des enjeux bilatéraux du développement et de leurs implications avec la durabilité de l’environnement local.

8Tenant compte de ce contexte, cet article propose une analyse des principaux rapports entre les concepts de développement et durabilité dans la frontière de l’Oyapock selon les différentes échelles politiques, et des perspectives bilatérales. On mettra l’accent sur l’échelle des conceptions locales et sur les points de dialogue qu’elles établissent avec les autres acteurs politiques de la frontière.

9En ce sens, il nous faut initialement comprendre le contexte géographique et historique de formation de la périphérie frontalière franco-brésilienne, aussi bien que les demandes contemporaines de développement. Enfin, nous avançons vers une analyse des conceptions locales sur le « développement » et la « durabilité » et leurs dialogues avec les propositions des autres échelles.

Quelles échelles du développement ? Localisation géographique de la zone d’étude et contexte environnementaux

10Saint-Georges et Oiapoque se situent dans une zone de transition entre l’environnement fluviomarin du bassin de l’Oyapock et de la forêt amazonienne, à 3.84 dégrée de latitude nord et 51.83 dégrée de longitude ouest. La taille totale de la ligne frontalière est de 655 kilomètres parmi lesquels plus de 360 km sont divisés par le fleuve Oyapock. Ce qui fait du Brésil le pays avec lequel la France partage sa plus grande frontière terrestre.

11En ce qui concerne la géomorphologie de la région, la forêt amazonienne recouvre la majorité des sols (plus de 85 %). Le bassin est caractérisé par le grand volume d’eau potable et par les plaines vertes de climat équatorial humide. Les basses altitudes de cette région se justifient car le Bouclier des Guyanes se caractérise par un réseau hydrographique sud-nord rendu par l’inclinaison du plateau vers l’Océan Atlantique. Tout au long de la ligne frontalière, les hautes altitudes se trouvent au sud, dans la région des Montagnes de Tumuc Humac. En direction du nord, au contraire, le soulagement descend progressivement jusqu’au niveau de la mer dans l’embouchure de l’Oyapock (Ab’Saber, 1996). Il s’agit aussi d’une région de grande biodiversité naturelle liée au biome de la forêt et des grands fleuves amazoniens (Le Tourneau, 2013).

12Le bassin de l’Oyapock est aussi différentiable par l’existence d’une flore et d’une faune abondante, davantage conservées que dans la moyenne des autres zones septentrionales de l’Amazonie. La diversité géographique de ce biome, aussi bien que la richesse végétale et animale qu’il représente, a possibilité la création de plusieurs territoires de préservation environnementale des deux côtés de la frontière (Laques, Mitja et al., 2011). Les deux villes (surtout du côté brésilien) sont entourées de parcs naturels, de terres indigènes et de zones d’usage durable, comme on peut l’observer dans la carte suivante.

Carte 01 – La frontière franco-brésilienne de l’Oyapock

Carte 01 – La frontière franco-brésilienne de l’Oyapock

13L’isolement de cette région dépasse les questions naturelles. Il est principalement basé sur les entraves historiques et politiques au développement local.

La formation d’une périphérie euro-américaine

14La région du bassin de l’Oyapock représente l’arrière-plan géographique et historique des disputes territoriales vécues entre la France et le Brésil depuis le XVIIe siècle et intensifiées à partir de la signature du Traité de Utrecht (1713) ; de l’occupation portugaise de Cayenne (1808-1815) ; de l’indépendance du Brésil (1822) ; de la proclamation de la République de Counani sur une zone litigieuse (1886) et enfin des conflits armés dans la région d’Araguary (1895 et 1900). L’ensemble de cette dispute territoriale fut nommée le « contesté franco-brésilien » (Le Tourneau, 2013).

15Afin de résoudre le contesté, les deux pays ont demandé un arbitrage international en 1900 qui avait pour but la définition de la frontière franco-brésilienne en Amazonie (Estado do Amapa, 2012). Dans cette dispute diplomatique, on distingue le rôle géographique du Baron du Rio Branco présentant des détails cartographiques et documentaires en faveur du Brésil, considérés plus convaincants à l’égard de l’arbitrage (Martinière, 1982, 1989 ; Théry, 1987, 2010). Par conséquent, l’arbitre, le président Suisse Walter Hauser a décidé en 1900 que la frontière amazonienne entre le Brésil et la France serait délimitée par le fleuve Oyapock. Cette proposition était fondée sur la ligne défendue par le Baron, à l’exception de la démarcation frontalière sud qui n’a pas été basée sur le parallèle 24, comme le proposait le diplomate brésilien, mais au niveau de la source initiale de l’Oyapock. Cette décision a laissé place à une situation litigieuse pour la grande majorité des terres au Brésil et ne fut pas acceptée immédiatement par la France qui n’a signé qu’en 1909 la convention d’arbitrage de la frontière dont les détails furent discutés pendant presque tout le XXème siècle (Martins, 2005).

16À partir de l’arbitrage, les rives de l’Oyapock ont gagné une importance stratégique internationale, car elles représentaient le partage territorial entre l’Europe et l’Amérique du Sud. L’indépendance de la Guyane Britannique [1966] et de la Guyane Hollandaise [1975] ont augmenté cette importance puisque la Guyane Française devient le dernier territoire continental de l’Europe dans toutes les Amériques.

17Des deux côtés de la frontière, les nations ont essayé de s’approprier le territoire en construisant des bases militaires à partir de 1907. A cette époque-là, la région limitrophe était peuplée, dans sa quasi-totalité, par des communautés indigènes. C’est seulement après un demi-siècle d’arbitrage du contesté que deux petites villes ont été créées sur la ligne frontalière, Oiapoque, en Amapá – 1945 et Saint-Georges, en Guyane – 1955, afin d’assurer la souveraineté sur les ressources naturelles abondantes du Bassin de l’Oyapock (Tourand, 2010). Or, ni le Brésil ni la France n’ont proposé de politiques efficaces de peuplement et de développement pour ces villages durant le XXe siècle. Ce contexte a engendré une relation historique de dépendance aux États centraux et une grave enclave au développement social (Letniowska-Swiat, 2012 ; Silva et Rückert, 2009).

18L’intérêt des deux côtés de la frontière était basé sur l’exploitation des ressources naturelles et non sur la construction d’une zone d’échange local de développement. Les habitants attirés par ces nouvelles villes sont surtout des orpailleurs, des employés publics ou des militaires. Les conditions de vie y sont dès le début extrêmement inférieures au niveau national et régional. Ainsi, ces régions deviennent les périphéries des périphéries, par la suite désignées en tant qu’espaces « ultrapériphériques ».

19Dans les années 1980 les données du gouvernement français montrent qu’après presque un demi-siècle en tant que DOM, les conditions de vie d’un habitant guyanais sont encore trois fois inférieures à celle d’un français en métropole. Les éléments de base des conditions de vie française - urbanisation, transports, éducation, santé et gestion public - n’ont pas eu une croissance considérable en Guyane jusqu’à la fin du XXe (Insee, 2011). En Amapá, jusqu’à la fin des années 1990 la croissance de cet état fédéré n’est pas arrivé à un niveau semblable à celui du Brésil et le manque d’infrastructure a enclavé le territoire dans la condition d’une périphérie dépendante de l’État brésilien (IBGE, 2010). Des deux côtés, on observe la croissance des espaces habités urbains et périurbains.

Carte 02 – La frontière franco-brésilienne et les espaces habités

Carte 02 – La frontière franco-brésilienne et les espaces habités

Source : réalisation Nonato Júnior (2014), Image USGS/G.Earth, traitement Quantum GIS.

20Les populations sont majoritairement urbaines avec une faible densité rurale des deux côtés et croissante formation des zones périurbaines au nord des centres villes. La plupart du territoire est formée par des zones de préservation forestière ou des zones marines ou fluviales isolées. Les familles sont mixtes, formées par guyanais et brésiliens de différentes origines, comme on peut observer dans les boîtes aux lettres à Saint-Georges.

Image 01 – Frontière franco-brésilienne, un espace partagé

Image 01 – Frontière franco-brésilienne, un espace partagé

Nonato Júnior, 2013

Quelles perspectives contemporaines pour le développement ?

21À partir de la fin des années 1990 et du début des années 2000, l’Amapá et la Guyane commencent une nouvelle période de croissance à un rythme annuel supérieur à ceux des États nationaux, respectivement 5 % et 4,5 % (INSEE, 2010). En revanche, cela ne suffit pas à assimiler les périphéries du plateau des Guyanes à leurs métropoles, car le PIB par habitant de ces régions est encore très bas et les inégalités sociales sont extrêmement importantes.

Tableau 01 - Le PIB en comparaison

GUYANE

FRANCE

AMAPÁ

BRÉSIL

PIB

3.3 (M)

$ 2,563

2,050 (B€)

2.3 (M€)

$ 2.170

1,576 (B€)

Montant par habitant ($, €)

13.372

$ 40.704

(31000€)

3.854

$ 10.471

(8000)

 % moyen comparée

46,3 % du PPÀ français

3,2 % de l’Économie mondiale

66,7 % du PPA brésilien

3,05 % de l’Économie mondiale

Source : Données INSEE, IBGE (2010)

22Au niveau économique, la différence entre le PIB par habitant des régions frontalières et celles des régions centrales est considérable. En Amapá, le PIB par habitant (3.854 euros) n’équivaut qu’aux deux tiers du PIB par habitant national (66 %) et en Guyane il n’atteint même pas 50 % du PIB moyen français, qui dépasse les treize mille euro/hab.

23Dans ce contexte il faut encore ajouter que les indices de PIB, PPA et distribution de revenu de la région frontalière de l’Oyapock sont parmi les pires de Guyane. Jusque dans les années 1990 il n’y avait même pas d’accès routier entre la ville de Saint-Georges et la capital Cayenne. La situation est la même à Oiapoque où, jusqu’à aujourd’hui la ville ne possède pas de routes asphaltées lui permettant de s’intégrer aux autres régions du Brésil (Granger, 2008).

24L’urbanisation est précaire, surtout du côté brésilien et la majorité de la population n’a pas accès aux services d’assainissements (5 % Amapá et 37 % en Guyane). L’agriculture a un faible rôle économique d’environ 4 % du côté guyanais et 3,5 % au Brésil (INSEE, 2010 ; IBGE, 2010), comme on peut l’observer :

Graphique 01 – L’économie de la frontière

Graphique 01 – L’économie de la frontière

Source : Données IBGE, INSEE (2010)

25À partir du graphique nous pouvons observer que l’importance de l’administration publique dans l’économie est hors de proportion en comparaison aux autres secteurs. Cela indique l’existence d’une forte dépendance de ces régions aux pouvoirs publics et une dynamique économique plus intense vers les métropoles qu’à l’intérieur des régions. Les faibles chiffres de l’agriculture montrent aussi qu’actuellement la Guyane et l’Amapá seraient incapables de garantir le minimum d’autonomie locale sur la production et la consommation des biens élémentaires à la survie de ces habitants.

26Le faible poids des secteurs secondaires et des transports dans l’économie locale signale aussi des barrières à une croissance plus expressive, en limitant la création d’emploi et une distribution équitable des secteurs économiques dans le contexte local.

27Cet ensemble de faits place la frontière de l’Oyapock en tant que périphérie de la périphérie. Ce constat fait, les États brésiliens et français ont proposé plusieurs politiques pour accélérer la croissance économique locale dans les dernières années. Ces politiques sont généralement liées aux questions d’infrastructures comme l’ouverture de routes, l’installation d’organismes publiques et l’amélioration des moyens de communications (Projet transfrontalier 2007-2013). Ces propositions sont toutes engagées dans le cadre des stratégies de « développement durable » nationales et régionales. Dans cette perspective, l’idée de « développement » est principalement associée à la croissance socioéconomique et celle de la « durabilité » est présentée en tant que conciliation entre l’usage et la préservation de l’environnement (Brasil, 2010 ; France, 2010).

28En revanche, il n’est pas évident qu’à l’échelle locale la perception des habitants ait des perspectives semblables, ni qu’ils fassent les mêmes associations entre développement et durabilité que celles proposées à l’échelle des stratégies d’État. Nous nous intéressons alors au point de vue de cette population et à l’analyse des idées de développement et durabilité à partir des catégories déductibles du quotidien des villes frontalières.

29

Image 02 - Frontière habitée entre fleuve et forêt

Image 02 - Frontière habitée entre fleuve et forêt

Source : recherche de terrain (2013)

Méthodologie de terrain et profil de la population enquêtée

30Pendant le mois d’août 2012 nous avons procédé à une recherche de terrain dans la région transfrontalière de l’Oyapock dans laquelle ont été réalisés des entretiens avec un échantillon de la population des villes de Saint-Georges, en Guyane et d’Oiapoque, en Amapá. Cette recherche a été réalisée en collaboration avec le Projet ANR Déterminants du Développement Durable (Duramaz) et l’Observatoire Hommes-Milieux de l’Oyapock (OHM/CNRS). Nous avons été hébergés à la maison de la recherche rattachée à l’Observatoire, située au bord du fleuve du côté guyanais, et avec lequel nous avons eu des dialogues scientifiques permanents.

31Notre échantillon comprenait des résidents de la zone urbaine de chacune des villes, y compris les régions périphériques, découpées en dix parties géographiquement et démographiquement comparables. Nous avons appliqué dix questionnaires pour chaque partie, ce qui amène un total de 100 questionnaires par ville et 200 en général. Le but de ce découpage a été la préoccupation de la représentativité des résultats. En choisissant de distribuer l’application des questionnaires sur tout le territoire des deux villes, et pas simplement dans les rues centrales, nous avons cherché à obtenir une vision équitable sur l’ensemble des situations sociales, géographiques et d’habitation. Dans cette même perspective, nous avons choisi d’appliquer les entretiens avec le maximum de parité hommes-femmes pour faire transparaître une certaine égalité de genre dans les données.

32Le profil des habitants interrogés est similaire dans les deux pays puisqu’il s’agit de populations de plusieurs origines amazoniennes qui se sont déplacées vers la frontière à la recherche d’opportunités de travail et d’habitation. Par contre, on observe des spécificités dans chaque région, comme le figure le tableau ci-dessous :

Tableau 02 – Profil des interrogés

Saint-Georges de l’Oyapock

Oiapoque

Moyenne d’âge

25,5

28,7

Femmes

53 %

49 %

Hommes

47 %

51 %

Moyenne de temps dans la région frontalière

9,3 ans

10,6 ans

Source : recherche de terrain

33À partir de ce tableau, nous comprenons que la population enquêtée se situe dans une tranche d’âge intermédiaire dans les deux pays et qu’il y a une parité homme-femme d’environ 50 %. La durée de résidence est aussi similaire et prouve la présence de populations récentes, soumises à une fréquente dynamique migratoire assurée par la diversité des origines de naissance et l’important nombre d’individus nés hors zone frontalière, comme on peut l’observer ci-dessous. 

Graphique 02 – Lieu de naissance des interrogés en Guyane (à gauche) et Amapá (à droite)

Graphique 02 – Lieu de naissance des interrogés en Guyane (à gauche) et Amapá (à droite)

Source : recherche de terrain

34À Saint-Georges les habitants nés dans un des territoires français (Métropole, Guyane et Caraïbes) sont majoritaires, mais ne représentent que 58 % et les étrangers composent 42 % du total. La situation est bien différente du côté brésilien où les originaires d’autres pays ne représentent que 10 %. Il faut encore ajouter que les individus d’origine indigène ont représenté une moyenne de 7,5 % de la population recherchée total, dont 9 % en Guyane et 6 % à l’Amapá, habitant surtout les zones périurbaines.

35Le questionnaire comprenait une vingtaine de questions posées aux habitants locaux sur plusieurs aspects du développement frontalier. Pour cet article nous avons choisi de ne travailler que sur les réponses données à deux questions, directement liées à notre problématique : 1) Avez-vous déjà entendu parler du développement durable ?, pour laquelle les options étaient fermées : « oui » ou « non » et 2) Que comprenez-vous par développement durable ?, acceptant les réponses de nature ouverte. La première question a eu pour but de connaître le nombre de personnes qui avaient déjà eu quelque expérience que ce soit liée au concept proposé dans la recherche alors que la deuxième se proposait d’enregistrer leurs conceptions. Pour la dernière, nous avons aussi écouté les gens à propos de qui seraient les responsables pour le développement et la durabilité de la région de l’Oyapock.

Tableau 03 – Bilan des réponses

Total des interrogés

 % des réponses « oui » à la question fermée

 % des réponses ouvertes dans les catégories d’analyse

Saint-Georges de L’Oyapock

100

90 %

88 %

Oiapoque

100

92 %

88 %

Source : recherche de terrain

36Dans le tableau, on peut remarquer que plus de 90 % des répondants ont déclaré avoir entendu parler du thème du développement durable. Parmi eux, 88 % ont pu définir plus précisément ce dont il s’agissait. À partir de ces réponses nous avons analysé les conceptions locales sur le terme « développement » et leurs possibles relations avec le concept de « durabilité ».

Les perceptions locales 

37À partir des réponses à la question Qu’entendez-vous par développement durable ?, on a appris que les témoignages des personnes interrogées se résument à deux idées principales : l’amélioration/maintien des conditions de vie et les conciliations/conflits hommes-environnement.

Tableau 04 – Les catégories et ses réponses

Catégories

SAINT-GEORGES

OIAPOQUE

Un développement qui devrait améliorer les conditions de vie

61,4 %

72,7 %

Un développement qui prend en considération l’environnement

38,6 %

27,3 %

Source : recherche de terrain

38Les chiffres du Tableau 05 montrent que les réponses exprimées des deux côtés de la frontière étaient semblables, malgré la différence d’appartenance nationale. En revanche, à l’intérieur de chaque catégorie on trouve des éléments différents entre les priorités indiquées par les amapéens et les guyanais.

Un développement qui devrait améliorer les conditions de vie

39Quand nous avons demandé aux habitants de Saint-Georges et d’Oiapoque quelle était leur conception du développement durable, la majorité d’entre eux a eu plus de facilité à parler du premier terme que du deuxième car leur référence de développement était directement liée à l’amélioration des conditions socioéconomiques. Plusieurs d’entre eux ont parlé du développement en tant qu’ « amélioration des conditions de travail, des salaires, des bénéfices » et comme « um melhor nível de vida, para diminuição da pobreza, para uma melhor sobrevivência das pessoas ».

40Comme la majorité des habitants possède un niveau de vie très modeste, il semble cohérent que ce thème ait été régulièrement associé aux concepts de développement. Dans ce sens, plus de 60 % des interrogés à Saint-Georges et presque 73 % à Oiapoque ont déclaré que le développement était une amélioration de leur accès aux modes de vie « modernes ». Ainsi, le développement signifierait avoir de bons salaires pour permettre aux populations d’avoir un pouvoir d’achat capable de satisfaire les besoins de leur vie quotidienne.

41De ce fait, on observe que le pouvoir de consommation est perçu comme un moyen d’autonomie et d’insertion sociale à la frontière de l’Oyapock. En ce sens, Bursztyn (2010) met l’accent sur l’aspect social que doit apporter un développement qui se prétend durable, en considérant qu’il ne peut y avoir de protection de l’environnement possible qu’avec une protection sociale et un profond débat sur les structures socioéconomiques et les droits humains.

42Un point commun indiqué dans plusieurs réponses fait référence aux aides sociales (aide aux chômeurs et aux travailleurs agricoles, en Guyane et le bolsa família et seguro desemprego, en Amapá, entre autres). Ces aides ont été citées comme d’importants instruments économiques pour les conditions de vie locales. Plutôt, la situation idéale mentionnée par les habitants serait celle dans laquelle ils ne seraient pas dépendants des aides de l’État ou d’autres personnes pour survivre. Ainsi, l’autonomie économique apparaît comme l’un des principes de développement importants à l’égard des individus.

43Les relations entre les concepts développement/durabilité dans cette catégorie montrent que les brésiliens et les guyanais ont des perspectives différentes basées sur leurs réalités propres. À Saint-Georges, l’idée du durable a principalement été attribuée à la nécessité d’égalité entre différentes échelles, comme le déclaraient quelques interrogés : « Je crois que le développement est durable quand il arrive aux lieux les plus loin, les plus pauvres, qui ont le plus besoin du développement, comme ici », « On entend dire que le développement arrivera ici un jour, car le développement durable doit être maintenant partout en France, même ici ». Il devient sévère dans la déclaration d’une habitante guyanaise quand elle affirme : « Aucun développement n’est vraiment arrivé ici. Peut-être maintenant ? Je ne crois pas, mais j’espère ! ».

44L’inégalité entre les conditions de vie des habitants de Saint-Georges et les autres territoires français a été mentionnée plusieurs fois pendant les entretiens. Les comparaisons avec les métropolitains, ou les cayennais, étaient toujours établies avec le discours consistant à dire qu’aucun développement ne peut être durable sans une équivalence des niveaux de vie entre Saint-Georges, la Guyane et la France.

45Du côté brésilien le concept du durable [sustentável] est aussi associé aux idées d’égalité, mais sous un autre angle, celui de la parité des droits d’accessibilité et d’usage de la frontière entre français et brésiliens. L’idée d’un développement juste comme condition pour qu’il soit durable apparaît dans les discours des interrogés qui déclarent « não existe como ser ‘sustentável’ num lugar onde alguns podem entrar e sair quando quiser[em] e os outros são presos ao atravessar a fronteira. Um desenvolvimento desses não é ‘sustentável’, mas ‘insustentável’«  et « desenvolvimento sustentável tem que ser um desenvolvimento de direitos iguais, onde os brasileiros possam fazer compras e visitar pessoas do lado de lá [em Saint-Georges] como os franceses fazem aqui [no Oiapoque], senão o desenvolvimento vai chegar só do lado de lá e o Brasil vai ficar esquecido, como sempre ! ».

46On remarque donc que malgré les différences dans chaque pays, la perspective du durable est associée à l’idée d’une certaine démocratisation du développement, soit à l’égalité entre les échelles internes de chaque nation ou entre les relations bilatérales. Hubert (2002) et Becker (1997) soulignent que la démocratie est devenue une des thématiques les plus récurrentes sur le développement durable, car les dialogues sur le lien personne-environnement nous permettent toujours de réévaluer le rôle des humains et leurs rapports de pouvoir.

47Une question partagée par tous est l’importance donnée au rôle des « institutions publiques » en tant que promotrices du développement. Au Brésil, la plupart des habitants ont associé le développement à l’arrivée des écoles, des centres de santé ou des organismes de sécurité. En Guyane, l’éducation a été citée dans 70 % des réponses qui font référence aux institutions publiques, en soulignant la nécessité des formations professionnelles pour la jeunesse et l’accès aux professions plus prestigieuses, traditionnellement occupées par les métropolitains [militaires, médecins, juristes].

48Le rapport entre développement et éducation est aussi commun dans la majorité des études sur le développement durable, comme l’indiquent l’Organisation des Nations Unies (UN, 1996) en déclarant que l’accès à l’enseignement, qu’il soit formel ou informel, est un des éléments fondamentaux pour qu’un modèle de développement soit dynamique dans les trois piliers de la durabilité : l’économie, la société et l’environnement (Nonato Junior, 2014).

49Une autre action publique vivement présente dans les discours locaux concerne les demandes liées à l’urbanisation, l’habitation et l’organisation territoriale. À ce sujet, les habitants brésiliens ont fait plusieurs comparaisons avec Saint-Georges en notant que cette dernière ville serait plus développée grâce à de meilleures conditions urbaines et de logement. En Guyane, à l’inverse, les habitants ne considèrent pas les conditions de vie comme bonnes et les comparaisons qu’ils font reposent toujours sur l’échelle de la métropole ou de la capitale régionale.

50C’est encore sur le plan territorial qu’une autre question fut mentionnée par 50 % des habitants, celle du pont construit sur le fleuve, séparant les deux pays. Des deux côtés de la frontière les gens ne croient pas à l’utilité de ce pont pour le développement local. Un habitant guyanais ajoute « c’est un pont pour les gens de Cayenne et Macapá qui vont passer sur nos têtes. Pour nous, en bas, il ne restera rien » et un amapéen complète « devem ter construido isto [le pont] porque acharam bonito. Agora a gente pergunta : para que serve ? ».

51Les commentaires des habitants sont parfois ambigus, car plusieurs ont déclaré qu’ils croyaient à l’existence d’un développement économique quelconque à partir du pont, mais surtout pour l’autre rive du fleuve. Les brésiliens assurent que le pont sera plus utile à ceux qui possèdent le libre accès de circulation sur la frontière, les habitants de Saint-Georges. Au contraire, ces derniers affirment que si le pont apporte un peu de développement ce ne sera qu’à la ville d’Oiapoque car elle est davantage peuplée et attire plus d’opportunités commerciales.

52Concernant la conception de durabilité liée au développement apporté par les services publics, soit en éducation, santé ou infrastructures territoriales, les réponses de cette catégorie font surtout référence à une dimension temporelle dans laquelle le « durable » est le développement qui peut s’établir et durer longtemps. Pour cela, les institutions publiques sont mentionnées comme les organismes pouvant apporter des améliorations à long-terme.

Un développement qui prend en considération l’environnement

53L’environnement est la deuxième dimension à laquelle les habitants du bassin de l’Oyapock ont associé l’idée de développement durable. Environ 38,6 % des guyanais et 27,3 % des amapéens ont mentionné dans leurs réponses que le développement durable fait référence à un type de développement qui s’intéresse aux questions environnementales et qui a pour but de promouvoir le développement économique tout en respectant la nature. Le fait que les réponses relevant de cette catégorie soient plus nombreuses à Saint-Georges s’explique, entre autres, par le fait que plusieurs personnes interrogées déclarent avoir eu des expériences avec les stratégies environnementales mises en place par la France et l’Union Européenne (UE, 2010). Cela a pu se produire soit lors de travaux en forêt, dans les études à l’école soit à partir de problèmes qu’ils ont vécu avec les organismes publics pour n’avoir pas suivi les prérogatives environnementales relatives aux constructions, à l’agriculture ou au déboisement.

54Néanmoins, les témoignages à ce sujet sont très succincts et font seulement référence à quelques mots-clés sur les ressources environnementales et les défis de concilier préservation et développement. Nous avons donc élaboré un classement des principaux mots-clés utilisés :

Tableau 05 – Mots-clés sur l’environnement

Environnement

Défis

Préservation

Ressources naturelles

Déboisement et habitation

Incendie et agriculture

Conservation/ récupération

Forêt/ Amazonie

Orpaillage et conditions de vie

Pollution et vie quotidienne

Animaux [Faune]

Vert [Flore]

Contrôle vs usage

Politiques nationales et réalité bilatérale

Source : recherche de terrain

55Les mots qui composent les deux premières colonnes montrent que le thème du maintien du rôle physique de la nature est fréquent dans les interviews. Les idées classiques de préserver la faune et la flore apparaissent dans presque 60 % des réponses de cette catégorie. Notons que les concepts de préservation et conservation sont plus communs chez les jeunes qui déclarent discuter de cela fréquemment à l’école. Une autre expression présente dans presque 50 % des réponses est celle des « ressources naturelles ». Selon les interrogés, ces dernières doivent être préservées pour que l’on puisse encore en profiter à l’avenir. Cette idée dialogue avec la conception fondatrice de Brundtland (1987) selon laquelle « Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

56Au-delà de ces questions générales, les témoignages reflètent la réalité spécifique de l’Amazonie et apportent plusieurs éléments conflictuels entre les idées de développement, compris comme l’évolution des conditions de vie et la durabilité, comprise en tant que préservation/conservation de la forêt. Parmi les principales contradictions exprimées par les habitants, on peut mettre l’accent sur celles décrites dans les deux dernières colonnes du tableau 4.

57Les contraintes environnementales actuellement en vigueur pour la construction des maisons en bois ont été soulignées par quelques interrogés, notamment à Saint-Georges où ils ont déclaré : « on doit préserver les arbres ? Ça va, je suis pour ! Mais les gens ? On doit préserver aussi les gens ou pas ? Pour préserver quelqu’un il faut une maison et cela demande du bois, de l’eau, du sable et d’autres choses de la forêt ». Ces mêmes contradictions apparaissent dans les témoignages sur la pollution et les déchets jetés dans le fleuve Oyapock, car la majorité des gens se déclarent pour la conservation du fleuve, mais expliquent que cela est antagoniste avec les pratiques quotidiennes, comme le nettoyage du linge et les égouts résidentiels. La même problématique a pu être vérifiée en consultant des petits agriculteurs dans les banlieues d’Oiapoque et de Saint-Georges. Ces derniers déclarent que les pratiques agricoles et d’élevage sont souvent interdites car elles augmentent le taux de déboisement, alors qu’il y a un grand déficit local dans la production de fruits et légumes et une forte dépendance à l’importation d’aliments.

58Cette difficile conciliation entre développement socioéconomique et préservation environnementale est au cœur du concept de durabilité en général et est fréquemment discutée par les scientifiques. Brunel (2008) et Hubert (2002) déclarent que le développement durable est davantage une tentative de conciliation des questions conflictuelles qu’un nouveau paradigme de développement. Sur le terrain, ce contexte de conflit environnemental de l’Oyapock est aussi comparable à la réalité d’autres espaces géographiques amazoniens, car la pression des relations entre l’occupation humaine et la préservation environnementale fait partie des enjeux de la plupart des initiatives de durabilité (Greissing ; Nazuti, 2010).

59Somme toute, Bursztyn (2010) signale l’importance de cette nouvelle perspective même si elle est limitée par le contexte puisqu’elle fonctionne comme paramètre mobilisateur pour penser autrement les mêmes défis et trouver de nouvelles solutions.

Vers quelles perspectives de développement et durabilité ?

60C’est à partir des conceptions présentées par les habitants que nous percevons que la plupart des enjeux locaux partagent des questions semblables des deux côtés de la frontière. En ce sens, Grenand (2012, p. 02) indique que « Ce n’était pas la France et le Brésil, ni même la Guyane et l’Amapá, c’étaient deux bourgades jumelles : Saint-Georges de l’Oyapock et Oiapoque que reliait le fleuve Oyapock… Oyapock, un même mot pour une réalité commune ».

61

Images 03 – Le fleuve et la vie

Images 03 – Le fleuve et la vie

Source : recherche de terrain (Nonato Júnior, 2013)

62Dans l’ensemble de cette logique de vie bilatérale, nous comprenons que cinq analyses centrales se montrent prioritaires :

63La dimension économique s’impose dans le concept de développement à l’échelle locale

64Dans la conception des habitants, le rôle principal du développement est d’améliorer le pouvoir économique des gens, leur pouvoir d’achat et de consommation. Cette idée est aussi liée à l’offre de travail et l’amélioration des revenus. Une dimension importante à ce sujet est le fait que l’aspect économique ait été présenté d’une manière semblable des deux côtés de la frontière, où les demandes locales font appel à un plus grand engagement public pour l’amélioration des conditions de vie. En revanche, dans les concepts de développement des habitants frontaliers, nous n’avons pratiquement pas entendu parler des secteurs économiques traditionnellement problématiques, comme les travaux agricoles, l’élevage, l’orpaillage ou la sylviculture. L’amélioration économique envisagée localement met l’accent sur la création d’emploi à partir d’initiatives publiques des États et sur l’espoir d’augmenter les échanges commerciaux avec le pays de l’autre côté du fleuve.

65La durabilité conçue à partir du conflit « préservation et conditions de vie »

66Les conceptions de durabilité des habitants frontaliers ont surtout été comprises dans une logique conflictuelle. Ce conflit est résultat d’une tension entre la nécessité d’usage des ressources naturelles - déclarées par les populations locales comme importantes pour promouvoir le développement socioéconomique - et sa conservation. Tous les répondants qui ont parlé de ce sujet se déclarent pour la préservation de l’environnement, mais à la condition que cela ne les empêche pas de satisfaire leurs besoins. En effet, les habitants élaborent une chronologie qui souligne le fait que, dans un premier temps, il faudrait un développement social épanouissant. Puis ensuite seulement, il serait possible d’analyser ou pas les conditions de la durabilité. Les principaux conflits font référence au déboisement, à l’orpaillage, à l’usage du fleuve et à la différence des législations environnementales brésilienne et française.

Image 04 – Habitations et problèmes environnementaux dans les quartiers populaires de Saint-Georges de l’Oyapock

Image 04 – Habitations et problèmes environnementaux dans les quartiers populaires de Saint-Georges de l’Oyapock

Source : recherche de terrain (Nonato Júnior, 2013)

67Un concept de « durable » ou « sustentável » lié à une dimension temporelle

68Des deux côtés de la frontière le concept de durabilité fut fréquemment attribué à une dimension temporelle du développement. En Guyane, l’idée du développement durable est associée à un développement « qui dure longtemps », qui se maintient et qui ne devrait pas être défait à cause d’un écart politique entre les DOM et la métropole. En Amapá, l’expression « desenvolvimento sustentável » est interprétée comme un développement « que se sustenta », autrement dit, un développement qui ne devrait pas être interrompu à cause des changements politiques et qui doit s’établir à long terme. En général, les déclarations des habitants ont établi plus de relations entre le concept de « durable » et le temps d’un développement qu’à une manière de construire le développement qui prend en considération les questions environnementales, comme le proposent les États.

69La démocratisation frontalière (au Brésil) et entre échelles (en Guyane) est prioritaire

70Du côté brésilien la question de l’inégalité des statuts politiques sur la circulation frontalière fait l’objet d’un grand débat et traverse la plupart des témoignages, que ce soit sur les questions économiques ou sur les enjeux environnementaux. Les brésiliens se plaignent d’occuper une position politique inférieure dans les pratiques bilatérales quotidiennes, comme les droits de commercialisation et circulation. Cela est souligné par les habitants de la ville d’Oiapoque comme l’une des plus grandes urgences à résoudre dans la sphère internationale. Les habitants de Saint-Georges originaires du Brésil signalent également que le développement de la frontière dépend d’une égalité politique entre les pays et que cela est une priorité pour eux. Pour les guyanais, c’est l’égalité entre les échelles locales et nationales qui est prioritaire, en considérant que le développement ne pourra pas s’établir en Guyane sans une parité des conditions sociales avec la métropole.

71Les institutions publiques signalées comme principales promotrices du développement durable des deux côtés

72À Saint-Georges comme à Oiapoque il existe une grande expectative de la population locale sur les institutions publiques et leurs rôles en tant que promotrices des stratégies socioéconomiques et environnementales. Cette expectative se présente à toutes les échelles des pouvoirs publiques (nationales, régionales et locales) desquelles les gens attendent des projets, d’actions et des solutions pour leurs problèmes quotidiens. Parmi les institutions publiques citées on retrouve celles du domaine de l’éducation et de la formation professionnelle, qui ont été les plus citées. L’importance des expériences publiques bilatérales, comme la police franco-brésilienne, les échanges culturels entre les écoles et les équipes sportives ont aussi été signalées comme sujets très importants pour l’avenir, même si actuellement ils ont été jugés peu représentatifs pour la plupart des habitants.

Conclusions

73La conclusion plus transversale à laquelle nous arrivons est le fait que les mêmes thématiques/ problématiques soient signalées par les habitants des deux côtés de la frontière. Bien que cela n’est pas été évident au début de notre recherche et renforce maintenant l’existence d’importants enjeux partagés à l’échelle locale. Cela montre aussi que les oppositions historiques qui ont été établies à l’échelle internationale ne reflètent pas toujours la dynamique de l’ensemble des expériences micro politiques d’aujourd’hui.

74Les conceptions de développement présenté par les habitants indiquent d’importantes relations avec les propositions à l’échelle des États, surtout attribuées aux interventions des initiatives publiques et qui mettent l’accent sur la nécessité de croissance économique. Par contre, les populations locales attribuent le développement à l’action des institutions publiques de base (éducation, santé) et ne sont pas ou peu enthousiasmés par les grands projets internationaux d’infrastructure, comme le pont binational et l’intégration routière du plateau des Guyanes. Dans le concept de durabilité les différences entre échelles sont encore plus frappantes puisque la perspective locale est centrée dans une priorité d’amélioration des conditions de vie et la préservation est fréquemment attribuée dans un contexte conflictuel sur l’usage des ressources naturelles.

75Les demandes pour une démocratisation frontalière se présentent aussi comme une des principales conclusions. Cela se montre à partir de demandes d’égalité bilatérale sur le statut frontalier (entre le Brésil et la France) et aussi d’égalité des conditions sociales entre échelles de chaque pays (les États, les capitales régionales et la zone frontalière).

76Enfin, nous concluons que la France et le Brésil de l’Oyapock composent un territoire multi scalaire, dont les dynamiques de développement peuvent provenir de grands accords internationaux, de différentes opérations régionales, ou de simples actions quotidiennes, comme le droit de traverser un fleuve et de partager la vie avec les gens de l’autre côté.

Haut de page

Bibliographie

Ab'Saber, Aziz. A. Amazônia. Do discurso à práxis. São Paulo, EdUSP, 1996.

Becker, B. « Sustainability assessment : a review of values, concepts, and methodological approaches”. Consultative Group on International Agricultural Research. The World Bank, Washington, D.C., USA, 1997.

Brasil/Presidência da República. Plano Amazônia Sustentável – Diretrizes para o desenvolvimento sustentável da Amazônia. Brasília, 2008.

Brasil-França/ Documento Bilateral. Acordo bilateral de Cooperação. Protocolo de cooperação entre o governo da República da França e o governo da República Federativa do Brasil. Brasília, 2008a.

Brasil-França/ Documento Bilateral. Acordo bilateral de Cooperação. Declaração Conjunta de cooperação bilateral entre o Brasil e a França para a zona da fronteira Amapa-Guiana, 2008b.

D’Hautefeuille M. B., « La frontière et ses échelles: les enjeux d’un pont transfrontalier entre la Guyane française et le Brésil », Cybergéo : European Journal of Geography (en ligne), Espace, Société, Territoire, document 514, mis en ligne le 15 décembre 2010, http://cybergeo.revues.org/23405

Brundtland. Our common future. Oxford : oxford university press, 1987.

Brunel, Sylvie. À qui profite le développement durable ? Paris, Larousse, 2008.

Bursztyn, Marcel. « Amazonie brésilienne, bilan de 40 ans de politiques... et defis pour les 40 ans à venir ». In: Jean-François TOURRAND (org.). L’Amazonie, un demi-siècle après la colonisation. Versailles : Éditions Quae, 2010.

Droulers, Martine et al. « Le Brésil et la France au XXèm siècle ». Cahier des Amériques Latines, IHEAL, nº 48/49, Brésil-Brésils. Paris, 2006.

Duramaz2/ Projeto de Pesquisa da Agence Nationale de la Recherche (ANR). Déterminants du Développement durable en Amazonie. Document Scientifique, Paris, 2011.

Estado do Amapá. Portal eletrônico do governo do estado do Amapá. Consultado em: fev. 2012, disponível em: www.amapa.gov.br

Granger, Stéphane, « Guiana francesa, um território europeu e caribenho em via de “sul-americanização”? ». Confins [on line], n. 4, 2008. URL : http://confins.revues.org/5003

Grenand, Françoise. « Enjeux de territoire sur une frontière méconnue ». Revue Confins [on line], n. 16, 2012. URL : http://confins.revues.org/503

Greissing, Ana ; Nazuti, Stéphanie. «La perception du développement durable». In : Le Tourneau, François-Michel et Droulers, Martine. L’Amazonie Brésilienne et développement durable. Paris, Édition Belim, 2010.

Hubert, B, « Sustainable development; think forward and act now ». Agriculture and sustainable development. The stakes of knowledge and research attitudes. Dossiers de l’environnement de l’Inra 22, 41-56, 2002.

Ibge/ Instituto Brasileiro de Géografia e Estatística, dados 2010 [on line]. Consultation le 01 Novembro 2012. URL : www.ibge.gov.br

Insee/ Institut national de la Statistique et des études économiques, données 2010. Consultation le 01 Novembro 2012. URL : www.insee.fr

Laques, A. E.; Mitja, D. et al. « Spatialisation de la biodiversité en Amazonie brésilienne pour appréhender l’influence de la colonisation des terres et des politiques publiques ». Revue Vertigo, Hors-série 14, 1-21, 2012.

Le Tourneau, François-Michel. Le Jari. Géohistoire d’un grand fleuve amazonien. Presses de l’Université de Rennes, 2013.

Le Tourneau, François-Michel. « Expédition Mapaoni. L'art de dépasser les frontières ». Zoom Sur, Lettre d'information de l'InSHS du CNRS, janvier, 2012b. N°15, p. 9-13. Consultado em 21/02/2011. URL: http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoINSHS_15.pdf

Letniowska-Swiat, Sylvie. « Oyapock : un pont trop loin ? Un pont pour quoi? » Revue Géoconfluences. Octobre, 2012. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/

Lézy, Emmanuel. Guyane-Guyanes. Paris, Belin, 2000.

Martins, Carlos Benedito. Dialogues entre le Brésil et la France. Formation et coopération académique. Recife, Fundação Joaquim Nabuco/ Editora Massagana, 2005.

Martinière, Guy. France-Brésil. Vingts-ans de Cooperation, sciences et technologie. Paris, PUG, 1989.

Martinière, Guy. Aspects de la coopération franco-brésilienne. Transplantation culturelle et stratégie de la modernité. Paris, PUG/ Maison des sciences de l‟homme, 1982.

Mélo-Théry; Neli Aparecida de. "Les Politiques Publiques de Developpement Durable". In: Le Tourneau, François-Michel et Droulers, Martine (org). L’amazonie Brésilienne et développement durable. Paris : Édition Belin, 2010.

Monbeig, Pierre. Novos estudos de geografia humana brasileira. São Paulo, Difusão Européia do Livro, 1957.

Nonato Júnior, R. « The Brazilian-european boundary in Amazonia”. Ostrom Workshop 5, Indiana University, 2014.

Silva, G. V. ; Rückert, A. « A fronteira Brasil-França ». Revista Confins [on line], n. 7, 2009. URL : http://confins.revues.org/6040

Théry, Hervé. « France-Brésil : un pont géopolitique ». Diploweb [on line], juin 2011. URL : www.diploweb.com/spip.php?article799

Théry, Hervé. « Territoire et institutions : une originalité forgée sous des regards lointains ». In : Carelli, Mario ; Théry, Hervé ; Zantman, Alain. France-Brésil : bilan pour une relance. Paris : Editions Entente, 1987.

Théry, Hervé. « L’Amazonie, un espace immense, divers et en pleine évolution, au coeur du continent ». In : Tourrand, Jean-François et al. L’Amazonie, un demi-siècle après la colonisation. Versailles : Éditions Quae, 2010.

Union Européenne/ Programmes de l’Union Européenne en Guyane, 2012. L’Europe s’engage en Guyane, stratégies 2007-2013 [on line]. URL : http://www.europe-guyane.eu

United Nation, « Sustainable consumption and production : clarifying the concepts». In : The rosendal workshop, New York, 1996.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 01 – La frontière franco-brésilienne de l’Oyapock
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-1.png
Fichier image/png, 461k
Titre Carte 02 – La frontière franco-brésilienne et les espaces habités
Crédits Source : réalisation Nonato Júnior (2014), Image USGS/G.Earth, traitement Quantum GIS.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-2.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Image 01 – Frontière franco-brésilienne, un espace partagé
Crédits Nonato Júnior, 2013
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Graphique 01 – L’économie de la frontière
Crédits Source : Données IBGE, INSEE (2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Image 02 - Frontière habitée entre fleuve et forêt
Crédits Source : recherche de terrain (2013)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Graphique 02 – Lieu de naissance des interrogés en Guyane (à gauche) et Amapá (à droite)
Crédits Source : recherche de terrain
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Images 03 – Le fleuve et la vie
Crédits Source : recherche de terrain (Nonato Júnior, 2013)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Image 04 – Habitations et problèmes environnementaux dans les quartiers populaires de Saint-Georges de l’Oyapock
Crédits Source : recherche de terrain (Nonato Júnior, 2013)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raimundo Nonato Junior, « La France et le Brésil de l’Oyapock, quels enjeux bilatéraux entre développement et durabilité ?  », Confins [En ligne], 24 | 2015, mis en ligne le 23 juillet 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://confins.revues.org/10316 ; DOI : 10.4000/confins.10316

Haut de page

Auteur

Raimundo Nonato Junior

Professeur à l’Universidade Estadual do Centro-Oeste do Paraná (Unicentro), nonatorjr@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org