Navigation – Plan du site
Resenhas

Le Brésil : une société inégalitaire en mouvement ?

Brasil: uma sociedade desigual em movimento?
Brazil: an unequal society in motion?
Solen Le Clec'h
Référence(s) :

Espace populations sociétés, 2014/2-3, Populations et territoires du Brésil, sous la direction de Frédéric Dumont, Marie-Françoise Fleury, Wilson Fusco et Cássio Maldonado Turra, http://eps.revues.org

Texte intégral

1Pays émergé, le Brésil est aujourd’hui un acteur économique de premier plan. Pourtant, ce pays doit faire face à des situations encore très inégalitaires au sein de son territoire, malgré sa volonté de le maitriser pour mieux le contrôler et y intégrer les diversités qui y sont présentes. Ces disparités sociales et territoriales constituent actuellement un frein à son développement et il doit donc faire face à des enjeux de taille, surtout dans un contexte de fort changement démographique et de protestations sociales.

2Cette société, ses inégalités, les facteurs de ses disparités, les politiques publiques mises en place pour les limiter sont décrites et analysées dans le numéro spécial d’Espace, Populations, Sociétés sur le Brésil, à différentes échelles spatiales et à partir de méthodologies très variées. Dix-neuf articles nous permettent de mieux comprendre la situation du Brésil aujourd’hui, de sa société dans sa répartition spatiale et dans ses inégalités. Ils nous permettent notamment de comprendre comment le Brésil tente de répondre aux attentes sociales faces aux disparités actuelles. Les articles exposent dans un contexte de fortes mutations sociétales, la situation de la société brésilienne, les enjeux auxquels elle doit faire face et les réponses que les politiques fournissent.

Une société caractérisée par des inégalités socio-économiques

3Pays d’avenir avec une population jeune et dynamique, le Brésil présente néanmoins des situations très contrastées.

Répartition de la population très inégale

  • 1 Les renvois bibliographiques se réfèrent, sauf mention contraire, aux articles du numéro d'Espace, (...)

4Globalement, le territoire brésilien est caractérisé par une distribution très inégale de sa population. À titre d’exemple, les trois régions les plus peuplées concentrent 84% de la population (Sencébé et Cazella)1. Spatialement, cette inégalité se traduit par une opposition marquée entre le littoral très peuplé et l’intérieur du territoire beaucoup moins densément peuplé, bien que la densité littorale ne soit pas homogène (Théry). Cette répartition inégale n’est pas sans conséquence. Elle crée notamment un déséquilibre du point de vue du réseau de transport (Théry).

5Au sein des espaces très peuplés, il existe également de fortes disparités, notamment entre les espaces ruraux et les espaces urbains. Le pays présente en effet aujourd’hui un taux d’urbanisation atteignant 84% de la population (Vidal). Le processus d’urbanisation, entamé dans les années 1960, est généralisé au Brésil entier mais suit des rythmes et des temporalités différents selon les régions (Théry). Cette urbanisation croissante est, en partie, une résultante de la transition démographique et d’un exode rural provoqué partiellement par les changements agraires (Sencébé et Cazella, Simões das Neves Anderson et Schneider).

Une société inégalitaire

6La société brésilienne est historiquement inégalitaire et ses disparités possèdent une forte inscription spatiale. Les inégalités de développement, de richesse et d’accès à la ressource y sont notamment très fortes. Par exemple, Brésil présente de fortes disparités de l’IDH selon les États (Théry). Cet indice est en effet très fort dans certains États, comme le Mato Grosso et les États du Sud et du Sud-Est alors qu’il est faible pour le reste du territoire.

7Ces contrastes se retrouvent également au sein des États, et ce, dans tous les milieux. Par exemple, dans les espaces ruraux du Nord, les agriculteurs familiaux se trouvent pour beaucoup en situation de précarité alors que les grands propriétaires de ces mêmes espaces présentent une situation beaucoup plus stable et une influence politique grande sur le territoire (Sencébé et Cazella). Historiquement, ces disparités de situations ont pour origine des rapports inégalitaires. Ces derniers, hérités en partie de l’histoire coloniale, sont en effet encore très courants et acceptés au Brésil avec des relations de dépendance encore très fortes, comme par exemple entre les aviadores et les seringeuiros (Bret) ou des rapports de clientèle dans le Brésil rural (Vidal).

8Localement, il existe également une forte ségrégation socio-spatiale, notamment au sein des villes. Les populations pauvres et les populations précaires vivent dans les favelas ou dans les cortiços (Paris), situés en périphérie ou dans le centre, sur les terres les moins accueillantes. À Rio de Janeiro, par exemple, les populations pauvres sont relégués dans les espaces difficilement constructibles, pentes et marécages, souvent en périphérie alors que les populations riches possèdent des terres sur les territoires plats et secs, à proximité du centre-ville (Chétry et Legroux). La ségrégation socio-spatiale se traduit également par des accès plus ou moins aisés aux ressources. Par exemple, l’accès à la ressource en eau, en qualité et en quantité, est problématique pour les populations pauvres à Recife (Cary et al.).

Une société hétérogène

9La société brésilienne est caractérisée par une proportion importante de différents groupes ethniques et culturels. Néanmoins, malgré une hétérogénéité reconnue de la population et la volonté de faire naitre un peuple brésilien (Rozeaux), la société brésilienne est parfois qualifiée de raciste (Théry). Certains groupes ethniques, comme les Amérindiens, sont discriminés et leurs conditions de vie sont plus difficiles que celles des autres groupes sociaux (Le Tourneau).

Une société face à des changements profonds

10La société brésilienne, caractérisée par ses mouvements constants, connait sans cesse de nombreux changements. Elle connait notamment depuis quelques décennies deux mutations importantes : un processus de transition démographique et une volonté de s’affirmer en tant qu’une société unie brésilienne.

Quelles mutations ?

11La société brésilienne est une société dynamique qui façonne constamment son territoire. En effet, les mobilités à toutes les échelles y sont très nombreuses et leurs conséquences territoriales et sociales sont très importantes. Les mobilités permettent l’évolution et la construction du territoire national (Théry). Elles façonnent en effet différemment les régions désertées et d’accueil puisqu’elles engendrent des formations culturelles, politiques et territoriales (Magno Alves Diniz et Gonçalves Lacerda,). Les mobilités sont la réponse à plusieurs facteurs qui dépendent de l’échelle spatiale à laquelle elles sont effectuées. De manière générale, les migrations sont souvent associées au rêve de l’enrichissement et de la mobilité sociale (Vidal).

12À l’échelle internationale, le Brésil commence à connaitre un processus d’émigration, notamment vers les États-Unis (Jakob, Théry). Les migrations hors du Brésil sont accentuées par la recherche de l’American Way of Life diffusée par les réseaux religieux protestants (Marcus), et vise essentiellement la recherche d’emploi (Rozeaux, Théry). L’immigration internationale, depuis longtemps favorisée, est toujours très active (Bret, Théry). À l’échelle nationale, elles permettent la colonisation de nouvelles zones agricoles et la création de nouvelles villes (Théry). Ces migrations se font essentiellement vers le Nord et l’Ouest du territoire national, autour des marges méridionales et orientales de l’Amazonie (Théry). Sur des distances plus courtes, les populations brésiliennes sont également très mobiles. Ces mobilités de courte distance connaissent ces dernières décennies des transformations, notamment les mobilités entre les espaces ruraux et les espaces urbains (Nasuti et al.). Ces migrations entre campagnes et villes permettent un accès facilité à l’éducation (Nasuti et al.), mais aussi à l’accès aux marchés régionaux et aux soins. Localement, à l’échelle de la ville, elles visent également à chercher de meilleures conditions de vie (Quiroga, Vidal).

13Avec ses presque 200 000 millions d’habitants en 2010, le Brésil est le pays le plus peuplé d’Amérique latine. Toutefois, depuis la moitié des années 1950, la société brésilienne connait un processus de transition démographique (Simões das Neves Anderson et Schneider). Ce processus s’accompagne d’un vieillissement de la population (Dumont et al., Quiroga). Toutefois, le pays continue de connaître un accroissement naturel toujours fort et la structure des âges reste marquée par une prépondérance de la population jeune et dynamique (Théry).

14La transition démographique est en partie due à la baisse de la mortalité infantile (Mauro de Faria et Santana) et à une évolution spontanée de la population provoquant la diminution du nombre de naissances (Théry, 2012). Ce recul des naissances vient en parallèle du processus d’urbanisation, également influencé par les mobilités croissantes des espaces ruraux vers les villes (Théry). Vivre en ville permet en effet un encadrement médical meilleur, limite le travail des enfants et favorise la scolarisation et les couts qui lui sont associés (Théry, 2012, Simões das Neves Anderson et Schneider).

15En outre, depuis quelques décennies, la société est à la recherche d’une identité nationale. Cette recherche passe par la différenciation avec l’Europe et l’affirmation de ses spécificités (Le Tourneau) et se traduit à la fois par une homogénéisation de la population du point de vue ethnique et une reconnaissance des populations traditionnelles (Rozeaux). Cette volonté d’intégrer les populations traditionnelles est notamment perceptible avec la question amérindienne. Les Amérindiens possèdent en effet juridiquement des droits étendus et des territoires reconnus et délimités depuis les années 1990 et 2000 (Le Tourneau).

Des mutations contrastées sur le territoire

16Les dynamiques de migrations ne touchent pas de la même manière tous les espaces (Théry) puisque le pays présente une nette opposition Est-Ouest. Les marges méridionales et orientales de l’Amazonie se distinguent avec une forte proportion de migrants dans la population. Ces espaces sont caractérisés par les connexions entretenues avec l’extérieur et par leur disponibilité en terres et en emplois. L’Amazonie légale connait une immigration internationale très forte mais celle-ci est différenciée selon l’État concerné. En effet, les migrants proviennent souvent des pays frontaliers avec l’État dans lequel ils s’installent et répondent à des caractéristiques différentes (Jakob). Cette situation est relativement récente puisque historiquement, les émigrés européens, Allemands et Italiens pour l’essentiel, venaient s’installer dans le Sud et Sud-est, plus attractifs et où ils trouvaient des terres. Le Nord, très colonial, était peu attractif (Bret). Localement, les mobilités dépendent de nombreux facteurs tels que l’âge et le sexe des personnes et le motif de leur déplacement (Quiroga).

17Les transformations sociétales que connait le pays se font également de manière contrastée sur le territoire. Si l’évolution de la structure de la population est générale, force est de constater qu’elle n’est pas faite sans spécificités régionales (Dumont et al.). Par exemple, la transition démographique est très avancée dans le Rio Grande do Sul (Simões das Neves Anderson et Schneider) alors qu’elle est à peine commencée dans le Nordeste (Théry, 2012).

18Le processus d’urbanisation, provoqué en partie par les migrations de l’espace rural vers les espaces urbain et par la transition démographique, est lui aussi généralisé à l’ensemble du Brésil. Néanmoins, la croissance de la population urbaine se fait de manière inégale selon les États . L’urbanisation touche en effet les régions du Sud et Sud-Est et principalement les grandes villes littorales. Le Nordeste accueille toujours, quant à lui, la moitié de la population rurale du pays (Dumont et al.).

Renforcement et création de nouvelles inégalités sociétales

19Ces évolutions contrastées viennent renforcer certaines inégalités territoriales et sociétales déjà existantes au Brésil. Les mobilités géographiques actuelles ne sont plus synonymes de mobilité sociale (Vidal). Les migrations, souvent de la campagne vers la ville et menées par des populations pauvres, peuvent provoquer des problèmes sociaux urbains et des problèmes de pression accrue sur les zones rurales, comme c’est le cas dans l’État du Roraima (Magno Alves Diniz et Gonçalves Lacerda). Elles ont ainsi tendance à venir renforcer la ségrégation socio-spatiale déjà très forte en ville (Cotelo et Rodriguez, 2013). En outre, les migrations contraintes, ont souvent des conséquences très néfastes, sur les populations et sur les territoires. Elles changent considérablement les dynamiques sociales et environnementales à la fois sur le territoire déserté et sur le territoire d’accueil, conduisant les populations concernées à des situations de forte vulnérabilité (Crespy et al.). Toutefois, les mobilités croissantes vers les villes n’ont pas systématiquement un impact négatif : elles permettent également une redéfinition des rapports rural-urbain, favorisant l’accès facilité aux soins, à l’éducation pour les populations rurales. (Nasuti et al.).

20L’urbanisation vient également renforcer l’inégalité de la répartition de population sur le territoire. Elle est à l’origine de nouveaux problèmes à l’échelle de la ville, comme ceux de circulation, de cout du foncier ou encore des habitats illégaux (Vidal) mais aussi au niveau des espaces ruraux. En effet, le redécoupage et la définition des espaces urbains, tend à mettre en situation de précarité extrême les agriculteurs familiaux (Sencébé et Cazella).

La réponse des politiques face aux inégalités

21Face à ces déséquilibres et inégalités sociaux et spatiaux, des politiques publiques tentent de s’affirmer à toutes les échelles spatiales.

Des politiques et des services publics qui s’affirment

22Face aux inégalités sociales éclatantes et à la transition démographique, le gouvernement fédéral vise à modifier la structure sociale en réduisant la pauvreté et donc les inégalités sociales (Simões das Neves Anderson et Schneider).

23Dans ce but, de nombreuses mesures sur le long-terme ont été prises ces dernières années telles que la reconnaissance du droit à la retraite, une hausse du salaire minimum supérieure au taux d’inflation, les politiques de redistribution des revenus (le programme Bolsa família par exemple). Ces mesures ne sont pas de simples transferts d’argent puisqu’elles se fondent sur un contrat dans lequel le bénéficiaire s’engage à scolariser ses enfants, réaliser des examens médicaux réguliers et est encouragé à suivre une formation (Simões das Neves Anderson et Schneider).

24La diminution des inégalités passe par l’intégration ou le soutien à des populations et de territoires bien précis. Dans ce cadre, le gouvernement a mis en place des mesures permettant l’intégration des agriculteurs familiaux à la société via des programmes de crédits et des dispositifs de sécurité sociale (Sencébé et Cazella). De la même manière, l'Amazonie brésilienne fait l’objet de multiples interventions de l'État visant à améliorer les conditions de vie des populations traditionnelles (Gamez). Elle voit s’introduire sur son territoire des programmes de transfert monétaire (comme la Bolsa Família ou encore la Bolsa Verde) ainsi que des mesures envers les populations amérindiennes. Depuis les années 1990 et 2000, le gouvernement octroie en effet aux Amérindiens des droits étendus et leur reconnait et délimite des territoires (Le Tourneau). Les Amérindiens ne sont pas les seuls à bénéficier de programmes d’intégration ou de reconnaissance. D’autres minorités sont l’objet d’intervention de l’État, comme les quilombos dont le patrimoine est réhabilité (Bret).

25La diminution des inégalités passent également par des mesures plus locales. Par exemple, certaines municipalités tentent d’améliorer les systèmes de transports afin d’éviter une immobilité géographique qui se traduit par une immobilité sociale (Quiroga) ou de mener des programmes concernant les zones les plus défavorisées. À Rio de Janeiro, par exemple, des programmes de pacification des favelas et d’accélération de la croissance de certaines favelas ont lieu (Chetry et Legroux).

Des politiques qui viennent renforcer les inégalités

26Toutefois, malgré l’émergence ou la consolidation de certaines politiques publiques visant à diminuer les déséquilibres sociétaux et territoriaux, d’autres politiques viennent renforcer, volontairement ou involontairement, les inégalités déjà présentes.

27Certaines politiques viennent renforcer la marginalisation de certaines populations, comme les populations amérindiennes, traditionnelles ou encore les populations pauvres des centres-villes. Les acquisitions obtenues par les populations amérindiennes lors de la Constitution de 1988 ont été récemment remises en question, notamment celle des territoires qui leurs sont reconnus (Le Tourneau). Or la barrière de la langue empêche souvent ces populations déjà marginalisées de se défendre. Dans d’autres cas, l’État prend des mesures environnementales mais dont les répercussions sur les populations vivant sur les espaces concernés sont extrêmement fortes, reléguant ces populations dans des situations de vulnérabilité et/ou de marginalisation renforcées. C’est le cas de l’ouverture du Parc national du Cabo Orange dans l’Amapá qui a conduit à l’augmentation de la vulnérabilité des populations qui a considérablement changé les dynamiques sociales et environnementales des territoires désertés et des territoires d’accueil (Crespi et al.). C’est également les cas des populations traditionnelles amazoniennes vivant des ressources naturelles sur lesquelles les politiques de développement durable limitant l’utilisation de ses ressources ont eu des conséquences (Gámez).

28Localement, les problèmes de gestion des ressources peuvent venir renforcer la ségrégation socio-spatiale déjà existante. C’est le cas exposé par Cary et ses co-auteurs (2015) qui illustrent le problème de gestion de l’eau associé à un aléa climatique. Ces problèmes de gestion sont favorisés par la fragmentation urbaine liée à l’entremêlement des niveaux décisionnels.

29La ségrégation socio-spatiale au sein des villes peut aussi être accentuée dans le cas de politiques urbaines favorisant la marginalisation et /ou l’invisibilisation des populations pauvres (Chetry et Legroux, Paris). À Rio de Janeiro, par exemple, les politiques urbaines sont très ambigües sur la question des favelas puisqu’elles alternent entre leur destruction, leur marginalisation et leur intégration (Chetry et Legroux). De plus, les investissements sont plutôt réalisés dans les quartiers déjà aisés (Chetry et Legroux)

Une société qui s’affirme comme acteur

30Confronté à de nombreux problèmes sociétaux et au manque de politiques publiques pour y faire face, le Brésil connait une montée en puissance de sa société comme acteur de premier ordre (Bret). Un sentiment tend à se développer au sein de la société brésilienne devant l’incapacité des pouvoirs publics à niveler les inégalités (Vidal). Ce sentiment d’injustice se traduit de différentes manières. D’un côté, la société choisit de l’exprimer publiquement comme cela a été le cas en 2013 et en 2015 lors des manifestations de protestation d’ampleur nationale, en 2014 avec des manifestations qui ont secoué São Paulo ou encore suite aux revendications sociales à Rio de Janeiro en réaction aux grandes transformations opérées pour la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques (Chétry et Legroux). D’un autre côté, certaines personnes choisissent de se retrancher dans des protestations plus privées comme dans le cadre des célébrations religieuses, notamment les cultes afro-brésiliens (Bret).

Conclusion

31Pour conclure, les dix-neuf article d’Espace, populations et sociétés permettent d’illustrer la complexité de la situation brésilienne, qui doit faire face à de graves disparités sociétales et territoriales. Ces inégalités sont ancrées de longue date mais leur impact est aujourd’hui accentué par des mutations profondes, elles constituent actuellement un frein au développement national. Or, si certains clivages diminuent, d’autres ne font que se renforcer. Les tensions s’accumulent alors que les mentalités changent et il est légitime de se poser la question du rôle futur de la société brésilienne dans la remise en question du modèle établi.

Haut de page

Bibliographie

Bret B. (2015). Territoires de servitude et territoires de liberté au Brésil, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 16 juin 2015. URL : http:// eps.revues.org/5752

Cary P., Giglio-Jacquemot A., Giglio T. et Melo A. (2015). Vivre avec la pénurie d’eau à Recife , Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 02 juin 2015. URL : http://eps.revues.org/5824

Chetry M. et Legroux J. (2015). Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la ségrégation urbaine, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mai 2015. URL : http:// eps.revues.org/5809

Cotelo F. et Rodrigues J. (2013). Como cresce a Região Metropolitana do Rio de Janeiro ? Uma
comparação entre os Censos Demográficos de 2000 et 2010,
Cadernos de Desenvolvimento Fluminense, Rio de Janeiro, n° 2, julho

Crespi B., Laval P. et Sabinot C. (2015). La communauté de pêcheurs de Taperebá (Amapá- Brésil) face à la création du Parc national du Cabo Orange », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 01 juin 2015. URL : http:// eps.revues.org/5874

Dumont F., Fleury MF., Fusco W. et Turra C.M. (2015). Populations et territoires du Brésil », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 15 juin 2015. URL : http://eps.revues.org/5728

Gámez L. (2015) Les « gardiens de la forêt » : l'extractivisme de ressources naturelles et la dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 27 mai 2015. URL : http:// eps.revues.org/5865

Jakob A.A.E. (2015). International migration and segregation in the Brazilian Legal Amazonia, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 mai 2015. URL : http://eps.revues.org/5806

Le Tourneau F.M. (2015). En marge ou à la marge ?, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 31 mai 2015. URL : http:// eps.revues.org/5859

Marcus A.P. (2015). Convenient Liaisons: Brazilian Immigration/Emigration and the Spatialrelationships of Religious Networks, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 18 juin 2015. URL : http://eps.revues.org/5766

Magno Alves Diniz A. et Gonçalves Lacerda E. (2015). The colonization of Roraima State, Brazil: an analysis of its major migration flows (1970 to 2010), Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 mai 2015. URL : http:// eps.revues.org/5817

Mauro de Faria R. et Santana P. (2015). Regional inequalities in infant mortality and Primary Health Care in the State of Minas Gerais, Brazil, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 26 mai 2015. URL : http:// eps.revues.org/5852

Nasuti S., Tritsch I. et Eloy L. (2015). Régularisation foncière et mobilités rurales-urbaines en Amazonie brésilienne, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 26 mai 2015. URL : http://eps.revues.org/5789

Paris O. (2015). Les populations des cortiços », Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 08 juin 2015. URL : http:// eps.revues.org/5842

Quiroga P. (2015). Quelles mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ? , Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 02 juin 2015. URL : http://eps.revues.org/5841

Rozeaux S. (2015). Les horizons troubles de la politique de « colonisation » au Brésil : réflexions sur l’identité de la nation brésilienne à travers le prisme de la question migratoire (1850-1889), Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 15 juin 2015. URL : http://eps.revues.org/5743

Sencébé Y. et Cazella A. A. (2015). Le paradoxe d’un pays rural qui s’ignore : urbanisation et place de l’agriculture familiale au Brésil, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 21 mai 2015. URL : http://eps.revues.org/5784

Simões das Neves Anderson S. et Schneider S. (2015). Brazilian Demographic Transition and the Strategic Role of Youth, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 18 juin 2015. URL : http://eps.revues.org/5774

Théry H. (2012) (6e éd.), Le Brésil, Paris, Armand Colin

Théry H. (2015). Les populations du Brésil, disparités et dynamiques, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 16 juin 2015. URL : http:// eps.revues.org/5733

Vidal D. (2015) Urbanisation, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil, Espace populations sociétés [En ligne], 2014/2-3 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 mai 2015. URL : http://eps.revues.org/5760

Haut de page

Notes

1 Les renvois bibliographiques se réfèrent, sauf mention contraire, aux articles du numéro d'Espace, Populations, Sociétés

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solen Le Clec'h, « Le Brésil : une société inégalitaire en mouvement ? », Confins [En ligne], 24 | 2015, mis en ligne le 24 septembre 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/10393

Haut de page

Auteur

Solen Le Clec'h

Doctorante en géographie au laboratoire LETG Rennes COSTEL de l'Université de Rennes 2, solenleclech@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org