Navigation – Plan du site

La géopolitique de l'Union Européenne pour les régions ultrapériphériques :

Assimilation, fragmentation et rôle de la Guyane française dans son contexte régional
A Geopolítica da União Europeia para as Regiões Ultraperiféricas: assimilação, fragmentação e o papel da Guiana Francesa em seu contexto regional
The Geopolitics of the European Union for overseas territories: assimilation, fragmentation and the role of French Guiana in the regional context 
Gutemberg de Vilhena Silva, Jadson Luis Rebelo Porto, Paula Gabriele Sena dos Santos et Miguel Dhenin

Résumés

Située au nord de l'Amérique du Sud, la Guyane comme région ultrapériphérique connaît une position géographique particulière au sein de l'Union européenne. Partant de l'analyse de documents sur les régions ultrapériphériques (RUP), de lectures de rapports sur les résultats des financements européens pour la récente intégration régionale de la Guyane, ainsi que de l'analyse du rôle de la base spatiale de Kourou pour l'Union européenne, sera traitée la problématique suivante pour cet article : quelles sont les stratégies territorialo-réticulaires communes adoptées par l'Union Européenne dans le cas spécifique de la Guyane française? Dans la première section, sera discutée la construction de priorités et d’investissements pour les RUP en général, mais en établissant une analyse plus détaillée du cas de la Guyane. Dans la deuxième section, nous analyserons deux questions : a) les stratégies européennes et l'impact sur la Guyane de la présence du port spatial de Kourou, et b) quelques résultats de la première édition du PO Amazonie (2007-2013). Cela afin de tenter d'évaluer de façon précise et actualisée la géopolitique de la Guyane française qui se met en œuvre à travers les directives européennes.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Guyane
Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions Carlos Vitor Uchôa de Souza pour sa collaboration à l’édition graphique de certaines figures présentées dans cet article et Stéphane Granger pour ses commentaires pertinents sur la version finale de cet article. Este texto foi financiado pelo edital nº031/2013 Pró-Defesa/CAPES, código 42001013065P3

Texte intégral

CayenneAfficher l’image
Crédits : ©Hervé Théry 2009

1La géopolitique mondiale de ces dernières décennies a été marquée par la prolifération et le renforcement de mécanismes d’intégration régionale pour le retour à l’équilibre de la balance du pouvoir global dans l’après-guerre froide. L’Union Européenne est emblématique parce qu’il s’agit du cas le plus développé d’intégration entre pays signataires. Son nom actuel et son ensemble général de directives de fonctionnement, malgré des évolutions et des adaptations, le long d’un demi-siècle, ont été établis par le Traité de Maastricht en 1992.

2Un problème déterminant sur les contextes spatiaux et politiques de l’Europe a été celui de la prolifération de nouvelles formes institutionnelles de représentation et l’articulation territoriale/réticulaire de ses zones frontalières (Caramelo, 2007). Diverses stratégies ont été créées entre les pays européens destinées à son articulation territoriale en tant qu’unité passible de renforcement économique et social conjoint, traditionnellement connues comme zones de restriction et de défense nationale contre les invasions.

3Claval (1974) prévoyait déjà dans les années 1970 un changement profond des comportements et des organisations territoriales liées à la manière dont certains pays passèrent à redésigner le rôle fonctionnel de leurs frontières, comme le Benelux (Belgique, Hollande et Luxembourg). Caramelo (2007, p. 29), un des spécialistes de toute l’évolution de l’Union Européenne en tant que bloc, confirme que trente ans après l’œuvre de Claval, les changements analysés par celui-ci « touchèrent avec beaucoup d’intensité les régions frontalières européennes ».

4En allant au-delà des espaces continus d’Europe, à la fin des années 1980 ont été établies les directives pour les Régions Ultrapériphériques (RUP), territoires appartenant à l’Union Européenne avec des dispositifs institutionnels spécifiques établis dans le Traité de Maastricht, mais distants physiquement du continent et avec des problèmes structurels très spécifiques par rapport à l’ensemble des problèmes de l’Union Européenne continentale. Actuellement, les RUP sont au nombre de 10 au total (Carte 1) : les trois Régions françaises d’Outre-mer (Guadeloupe, Réunion et Mayotte), quatre collectivités d’outre-mer elles aussi françaises (Guyane, Martinique, Saint-Martin et Saint-Barthélemy) ; les deux régions autonomes portugaises (Archipel des Açores et Madère) ; et une communauté autonome espagnole (Îles Canaries).

Carte 1 - Régions ultrapériphériques de l’Union Européenne (2015)

Carte 1 - Régions ultrapériphériques de l’Union Européenne (2015)

5Considérant les orientations générales du cadre des RUP, quelles sont les stratégies d’articulation territoriale/réticulaires adoptées par l’Union Européenne dans le cas spécifique de la Guyane? Telle est la question qui orientera le présent travail. Pour la construction des idées ici exposées, nous avons divisé l’article en deux parties. Dans la première, on discutera la construction de priorités et d’investissements pour les RUP d’une manière générale, mais en établissant des analyses plus détaillées sur la Guyane. Ensuite, nous analysons deux problèmes : a) les stratégies européennes et l’impact en Guyane Française de l’utilisation de la base spatiale de Kourou ; et b) certains des résultats de la première édition du PO Amazonie (2007-2013), en cherchant avec cela à évaluer de manière précise et actualisée la géopolitique qui implique la Guyane à travers les orientations européennes.

Les Régions Ultrapériphériques : Assimilation et Fragmentation

6Les RUP représentent 2,3% de la superficie terrestre de l’Union Européenne, de même que des positions géographiques privilégiées sur trois océans et mers distinctes (Caraïbes, Océan Atlantique et Indien, voir Carte 1). Ce privilège est lié principalement à la gestion internationale des océans et les relations de bon voisinage avec un nombre considérable de pays comme le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud. Comme territoires distants physiquement du continent européen, Valente (2009) soutient que les RUP sont des postes avancés de l’Union Européenne dans le monde, développant un rôle stratégique dans la protection des routes maritimes d’Europe et dans la défense de ses frontières extérieures, ce qui est clairement une stratégie géopolitique.

7À partir des années 1990, l’Union Européenne a créé une série d’actions visant à stimuler la collaboration transfrontalière comme un objectif formel de sa politique de Cohésion Européenne. Les initiatives INTERREG ont soutenu des projets dans diverses aires comme l’innovation, la santé, l’infrastructure, l’éducation, le développement urbain, l’énergie ou l’économie numérique (Valente, 2009). Comme instrument principal de politique européenne de cohésion, les initiatives INTERREG sont devenues des instruments de financement de l’Union Européenne pour appuyer le développement de pays membres. Depuis le début de ces initiatives, cinq périodes de programmation se sont succédées : INTERREG I (1990-1993) ; INTERREG II (1994-1999) ; INTERREG III (2000-2006) ; INTERREG IV (2007-2013) ; et INTERREG V (2014-2020). La Guyane Française, RUP privilégiée dans cet article, a commencé seulement à être impliquée avec les autres RUP caribéennes à partir de l’INTERREG III, avec un premier programme INTERREG Caraïbes mais c’est dans le suivant que ce territoire français a obtenu un investissement orienté vers l’insertion régionale en Amérique du Sud (Commission Européenne, 2015).

8En observant quelques données statistiques référentes aux RUP, celles-ci possèdent une superficie de 99.179 km², avec une population de plus de 4,7 millions d’habitants, et leur PIB par habitant (16.653,00 Euros) est un peu supérieur à la moitié du PIB par habitant de l’indice de la France Métropolitaine. Afin de compenser les coûts élevés dus à leur position géographique complexe, les RUP bénéficient d’une dotation budgétaire additionnelle de 35 euros par personne/an (un total de 979 millions d’euros en plus de la moyenne de l’Union Européenne). Cette aide est intégrée aux programmes opérationnels dans lesquels s’inscrivent les RUP avec le financement du FEDER, comme cela se passe avec les initiatives INTERREG.

9L’île de Mayotte, plus récente RUP (depuis 2014), est celle qui possède le plus faible PIB par habitant et la plus forte densité démographique. De toutes les RUP, la Guyane est la seule à être localisée dans un espace continental (les autres sont insulaires) ; elle possède aussi la plus grande superficie (correspondant à 93,53% des RUP françaises et 83,60% de tous les territoires ultrapériphériques), la plus faible densité démographique et son PIB par habitant est en-dessous de la moyenne des RUP, et n’atteint pas non plus la moitié de la valeur enregistrée de la France Métropolitaine (Tableau 1). De fait, la Guyane possède une configuration économique périphérique en étant localisée loin de l’axe dynamique de son pays, et par des relations avec les pays voisins encore économiquement fragiles.

Tableau 1 – Informations générales sur les RUP (2015)

Tableau 1 – Informations générales sur les RUP (2015)

10Source: www.insee.fr; www.ine.pt; www.ine.es

11En ce qui concerne les richesses présentées sur le tableau ci-dessus, deux observations : la première concerne la base économique des RUP dans les secteurs primaire et tertiaire. Dans le domaine de l’agriculture, les RUP sont soutenues par les programmes POSEI (Programme d’Options Spécifiques pour faire face à l’Eloignement et l’Insularité) ; la seconde observation concerne des activités plus éloignées de ce cadre général, qui intègrent certaines RUP dans des activités générant un important mouvement financier. C’est le cas du secteur bancaire à Saint-Barthélemy, du secteur pétrolier aux Îles Canaries (une des plus grandes raffineries espagnoles) et le lancement de fusées commerciales en Guyane.

12Malgré les inconvénients qui les caractérisent, les RUP possèdent un grand potentiel de croissance qui se base sur leurs spécificités. En termes maritimes, les RUP représentent plus de la moitié de la zone économique exclusive (ZEE) de l’Union Européenne, avec une réserve potentielle de ressources marines de 15 millions de km² environ. Un tel potentiel est équivalent à un laboratoire maritime de profondeur importante pour l’Union Européenne, qui peut être exploité dans des domaines comme la sécurité alimentaire, la lutte contre le changement climatique, l’énergie et la biotechnologie (CE, 2012).

13Leur biodiversité représente un potentiel dans le secteur de la santé, de la biomédecine et de la pharmacie, des cosmétiques et beaucoup d’autres secteurs comme celui des matériaux de construction écologiques et celui du bois. Les conditions existent dans diverses régions pour développer des sources d’énergie renouvelable, des biocombustibles à l’énergie éolique, solaire, géothermique ou photovoltaïque. En termes de capital humain, les RUP disposent d’une main d’œuvre aux niveaux d’éducation et de qualification plus élevés, et de services publics et de compétences plus élevés que les pays voisins, avec la possibilité de rendre des services et des connaissances spécialisés dans des secteurs à forte valeur agrégée (CE, 2012).

14 Les RUP ont vu leur développement marqué par l’exécution d’actions et de politiques publiques orientées par l’Union Européenne depuis le début des années 1990, avec un objectif de promotion de la cohésion économique et sociale. Selon le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), cela implique la progression du développement économique de tous les agents impliqués dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Dans le cas des politiques publiques orientées vers les RUP, nous avons des directives générales qui se développent en six axes centraux avec leur source de financement correspondante et leurs objectifs spécifiques (Figure 1).

Figure 1 - Politiques orientées vers les RUP

Figure 1 - Politiques orientées vers les RUP

Source: CEM (2005, p. 79); Fortuna (2009); CE (2011; 2014).

15En ce qui concerne les richesses présentées sur le tableau ci-dessus, deux observations : la première concerne la base économique des RUP dans les secteurs primaire et tertiaire. Dans le domaine de l’agriculture, les RUP sont soutenues par les programmes POSEI (Programme d’Options Spécifiques pour faire face à l’Eloignement et l’Insularité) ; la seconde observation concerne des activités plus éloignées de ce cadre général, qui intègrent certaines RUP dans des activités générant un important mouvement financier. C’est le cas du secteur bancaire à Saint-Barthélemy, du secteur pétrolier aux Îles Canaries (une des plus grandes raffineries espagnoles) et le lancement de fusées commerciales en Guyane.

16Malgré les inconvénients qui les caractérisent, les RUP possèdent un grand potentiel de croissance qui se base sur leurs spécificités. En termes maritimes, les RUP représentent plus de la moitié de la zone économique exclusive (ZEE) de l’Union Européenne, avec une réserve potentielle de ressources marines de 15 millions de km² environ. Un tel potentiel est équivalent à un laboratoire maritime de profondeur importante pour l’Union Européenne, qui peut être exploité dans des domaines comme la sécurité alimentaire, la lutte contre le changement climatique, l’énergie et la biotechnologie (CE, 2012).

17Leur biodiversité représente un potentiel dans le secteur de la santé, de la biomédecine et de la pharmacie, des cosmétiques et beaucoup d’autres secteurs comme celui des matériaux de construction écologiques et celui du bois. Les conditions existent dans diverses régions pour développer des sources d’énergie renouvelable, des biocombustibles à l’énergie éolique, solaire, géothermique ou photovoltaïque. En termes de capital humain, les RUP disposent d’une main d’œuvre aux niveaux d’éducation et de qualification plus élevés, et de services publics et de compétences plus élevés que les pays voisins, avec la possibilité de rendre des services et des connaissances spécialisés dans des secteurs à forte valeur agrégée (CE, 2012).

18 Les RUP ont vu leur développement marqué par l’exécution d’actions et de politiques publiques orientées par l’Union Européenne depuis le début des années 1990, avec un objectif de promotion de la cohésion économique et sociale. Selon le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), cela implique la progression du développement économique de tous les agents impliqués dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Dans le cas des politiques publiques orientées vers les RUP, nous avons des directives générales qui se développent en six axes centraux avec leur source de financement correspondante et leurs objectifs spécifiques (Figure 1).

Tableau 2 - Priorité de l’action des politiques aux politiques spécifiques des RUP

Tableau 2 - Priorité de l’action des politiques aux politiques spécifiques des RUP

Source : CEM (2005); CE (2010; 2013)

19Malgré l’identification des priorités citées ci-dessus dans le Tableau 1, Fortuna (2009) estime que les politiques européennes de soutien au développement économique des RUP n’ont pas eu beaucoup de succès. Cela est dû aux spécificités que possèdent ces régions, et qui n’ont pas été suffisamment prises en considération. Les problèmes structurels des RUP (éloignement, marché intérieur réduit, forte dépendance d’un petit nombre de secteurs de production, déficit de technologies et d’accessibilité, hauts niveaux de chômage) sont significatifs.

20Dans le cas spécifique de la Guyane Française, il y a aussi un manque généralisé de qualification des populations autochtones, une difficile accessibilité interne, l’absence de structuration des principaux secteurs économiques, la dimension réduite du marché intérieur et, enfin, le nombre limité d’entreprises capable de garantir la compétitivité régionale en cas de renforcement de la coopération transfrontalière. Tous ces éléments compliquent la croissance du tissu économique interne et/ou la création de barrières pour une meilleure insertion régionale de la Guyane.

21Le Tableau 2 ci-dessous présente une synthèse des principaux évènements et documents ayant orienté les politiques européennes en faveur des RUP depuis 1987 ; certaines d’entre elles sont normalisées, mais leur permanence en tant que dispositifs adéquats et représentatifs des réalités de chacune nécessitent des évaluations plus poussées et, notamment, de modifications.

Tableau 3 – Principaux documents et évènements ayant orienté les politiques européennes en faveur des RUP (1987-2015)

Tableau 3 – Principaux documents et évènements ayant orienté les politiques européennes en faveur des RUP (1987-2015)

* Exemples de PTOM : le Groenland (Danemark), la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française (France), les Antilles Néerlandaises, etc.

Source : Union Européenne (2007) ; XV Conférence RUP (2009) ; CEM (2005) ; Sena dos Santos (2013) ; CE (2014) ; Sena dos Santos ; Silva (2015) ; http://www.europarl.europa.eu/​ftu/​pdf/​pt/​FTU_5.1.7.pdf ; http://dnoticias.pt/​actualidade/​economia/​472445-rups-criam-rede-de-emprego ; http://www.acorianooriental.pt/​noticia/​rup-apresentam-planos-de-investimento-e-crescimento-para-2014-2020 ; http://www.insee.fr

22Document fondamental pour l’organisation régionale des RUP, le Mémorandum de Cayenne est signé en 1999. Ce document a servi de paramètre normatif pour l’élaboration de dispositifs stratégiques détaillés à partir de présupposés dans les principes généraux (voir Tableau 2)

23La structure normative des principes établis a pris en considération les conditions comprises dans l’article 299 du Traité d’Amsterdam. A partir du paragraphe n°2 dudit article, le document établit une base juridique commune pour les politiques et actions en faveur du développement économique des RUP, énumérant certaines conditions territoriales caractérisant l’ultrapériphérie, à savoir : l’éloignement du continent européen, le relief accidenté, la dépendance économique de certains produits, l’insularité et la petite superficie, tout en sachant que les deux dernières ne s’appliquent pas à la Guyane Française. De fait, 19 réunions se sont tenues entre représentants des RUP de 1995 à 2015, dans lesquelles ont été abordés divers thèmes autour des critères de l’ultrapériphéricité (Sena dos Santos & Silva, 2015).

24Ce Traité offrait aux RUP la base juridique sur laquelle pouvaient s’appuyer les politiques communautaires en tant que stratégies de développement et de planification régionale. A partir de là, différents documents et réunions ont été élaborés afin de tenter de rendre ces politiques plus compatibles avec la réalité spécifique des RUP, face aux défis mondiaux tels que le changement climatique, les crises énergétiques et environnementales, et la pression démographique, entre autres (CEM, 2005 ; Fortuna, 2009 ; Valente, 2009 : Barnier, 2011 ; CE, 2014).

25Comme cela concerne dix RUP différentes, leurs spécificités doivent évidemment être mises en équation et analysées pour chacune d’entre elles. Dans la section suivante, on analysera plus spécifiquement la situation géopolitique de la Guyane pour l’Union Européenne en tant qu’ultrapériphérie, à travers deux axes principaux : premièrement, l’intégration technique et scientifique de la Guyane par le biais de la base spatiale de Kourou et, ensuite, le PO Amazonie en tant que stratégie européenne d’intégration régionale pour la Guyane.

La Guyane comme Ultrapériphérie Européenne : deux aspects géopolitiques

26Située à 7.100 km de Paris, la Guyane possède une superficie de 84.000 km², équivalente à celle de l’Autriche, avec une densité de population très faible (3 habitants au km², cf. Tableau 1), avec 94 % de son territoire préservé dans son état naturel. Le manque de continuité territoriale et la distance entre la France Métropolitaine et la Guyane, séparées par l’Océan Atlantique (Carte 1), sont responsables pour beaucoup d’une situation géographique incompressible la concernant, ce qui en fait un « morceau » d’Europe, dans le sens administratif du terme, ancré dans l’Amérique du Sud. En tant que Collectivité Territoriale (département et Région jusqu’en 2015), elle n’est statutairement pas une colonie mais une unité territoriale administrative bénéficiant de tous les dispositifs légaux de la France Métropolitaine, à l’exception de certaines particularités dues à sa situation géographique, ses caractéristiques démographiques et sa géopolitique régionale.

27La Guyane Française présente de grandes disparités spatiales entre ses sous-unités, d’un côté, et une macrocéphalie urbaine autour de Cayenne, de l’autre (Graphique 1) – toutes deux offrant des trajectoires différenciées dans l’ensemble guyanais (AFD-CEROM-IEDOM-INSEE, 2011a : Silva, 2013). L’organisation du territoire guyanais au fil des années a géré un profond déséquilibre spatio-temporel, faisant que la Guyane semble vivre deux temporalités : une zone côtière en pleine mutation (temps rapide) et des terres qui luttent pour sortir de leur isolement (temps long).

28Pour la Guyane, unique RUP ayant des frontières terrestres, mais possédant aussi la plus grande extension de limites internationales de l’ensemble français, une des principales orientations pour la planification régionale passe par l’investissement d’actions orientées vers la coopération régionale, profitant ainsi des opportunités que lui confère sa localisation géographique même de manière sélective, ce qui se comprend d’un point de vue géopolitique.

Graphique 1 – Déséquilibre entre population et dimension territoriale en Guyane Française (2010)

Graphique 1 – Déséquilibre entre population et dimension territoriale en Guyane Française (2010)

29Source : AFD-CEROM-IEDOM-INSEE (2011a)

30Les interactions transfrontalières de la Guyane, sa géopolitique et ses systèmes de planification régionale orientées et dirigés d’une manière générale par l’Union Européenne sont marquées aujourd’hui par deux comportements simultanés et non excluant. D’un côté, il existe un renforcement du contrôle des entrées et sorties depuis le proche voisinage (Brésil et Surinam) et, de l’autre, la formulation de propositions institutionnelles pour le renforcement « sélectif » des mécanismes de coopération transfrontalière institutionnalisée, ce dernier étudié par Silva (2013).

31Ces comportements ont permis une modification de l’utilisation du territoire de la Guyane Française au cours des dernières décennies, plus compatibles avec les orientations européennes pour les RUP (CEM, 2005 ; Fortuna, 2009 ; XV Conférence des Présidents des RUP, 2009 ; CE, 2003 ; 2010 ; 2014), mais aussi des spécificités nécessitant une évaluation dans l’architecture des propositions de planification régionale et dans leur dimension géopolitique. La Guyane se trouve dans une position géographique privilégiée pour l’Union Européenne en Amérique du Sud, tant du fait de la base de lancement de satellites située dans la ville de Kourou, que par la biodiversité qui y est présente (Silva, 2013 ; Sena dos Santos, 2013 ; Porto, 2014), par les politiques de coopération régionale avec des pays comme le Brésil de manière directe, et des marchés régionaux comme l’Union des Nations Sud-Américaines (UNASUL) de manière indirecte. Une telle condition, associée aux orientations générales établies pour les RUP, a stimulé l’organisation, la structuration et l’exécution de nouvelles actions politiques plus adaptées aux modèles et spatialités spécifiques aux villes guyanaises.

Les stratégies européennes de lancement de satellites en Guyane

32La création du CSG (Centre Spatial Guyanais) dans les années 1960 a permis l’intégration de la Guyane Française dans les milieux de la technique, de la science et de l’information. La base de lancement de Kourou (Photo 1), où se trouve le noyau du CSG, est devenue le « port  spatial de l’Europe ». L’Agence Spatiale Européenne (European Space Agency – ESA), fondée en 1975, s’occupe des lancements à l’intérieur du CSG. En 2011, après plusieurs années de lancements, trois lanceurs sont désormais installés en permanence. Le premier, historique et spécifiquement européen, est Ariane, leader mondial sur le marché des satellites commerciaux, avec une moyenne de six lancements par an. Le premier remonte à 1979.

Photo 1 – Base de lancement de l’Agence Spatiale Européenne ( ESA)

Photo 1 – Base de lancement de l’Agence Spatiale Européenne ( ESA)

Source : Silva (2013)

33Deux autres lanceurs, le russe Soyouz (Photo 2) et l’italien Vega, permettent de diversifier la gamme des satellites initiés par Ariane. Le premier, implanté au départ sur la base de Baïkonour, au Kazakhstan, permet, depuis son transfert partiel en Guyane en octobre 2011, de transporter des charges de taille moyenne en orbite, alors que le lanceur Vega se renforce sur le marché des petits satellites.

Photo 2 – Base de lancement de la fusée Soyouz

Photo 2 – Base de lancement de la fusée Soyouz

Source : Silva (2013)

34Avec le CSG, la Guyane est devenue, pour la France et l’Europe, une vitrine technologique. Cette Collectivité territoriale d’Outre-mer leur donne un relatif contrôle sur un marché très prisé, celui des satellites d’observation et de télécommunications. Ces équipements deviennent essentiels pour la défense, la météorologie, les transmissions de données, le système audiovisuel, etc. Le CSG permet aussi d’offrir une véritable stratégie d’action dans ces domaines. Il insère la Guyane dans le milieu technico-technologique avec une position stratégique de niveau international, d’autant plus que le monde ne compte qu’une trentaine de bases de lancement de satellites (Miévilly, 2002).

35Le profil temporel de la croissance économique de la Guyane, avec des oscillations considérables (Graphique 2), est contradictoire du fait de sa base spatiale. L’oscillation est intimement liée à l’activité spatiale du CSG, et révèle une dissociation conjoncturelle claire entre la croissance en France Métropolitaine et en Guyane, connue également sous le nom de syndrome hollandais.

36Ce syndrome se réfère à une situation dans laquelle un afflux considérable de ressources externes (recettes du pétrole, envois de fonds ou aide extérieure) a pour effet une déformation de la structure de production et la fragilisation de la croissance à long terme. De manière générale, l’importance des équipements liés à l’activité spatiale dans l’économie de la Guyane peut amener à penser qu’elle ne capture une ressource qui puisse empêcher le développement d’autres activités, d’un côté, alors que se produit une dépendance croissante du commerce extérieur, de l’autre.

Graphique 2 - Évolution comparée entre les PIB de la Guyane et de la France (1994-2006, en volume)

Graphique 2 - Évolution comparée entre les PIB de la Guyane et de la France (1994-2006, en volume)

Source : AFD-CEROM-IEDOM-INSEE (2011b, p. 09)

37Les pics observés en 1997, 2001 et 2006, dans l’évolution comparée des PIB en question (Graphique 2), correspondent aux périodes dans lesquelles les investissements dans les activités spatiales furent les plus élevées par la quantité de lancements, et quand se produisit une revitalisation du secteur spatial. On peut distinguer la période entre 1998 et 2000, quand les activités de la base spatiale Soyouz amenèrent une augmentation de l’investissement à hauteur de 160 millions d’euros, supérieure à l’investissement accumulé sur les quatre années antérieures. A ce moment, l’évolution du PIB de la Guyane atteint son maximum avec 7%. L’influence des investissements dans le secteur spatial, comme cela s’est passé avec le lanceur Soyouz, révèle leur importance dans l’activité économique guyanaise.

38En observant le Graphique 2, les forts taux de croissance ont diminué quand le lanceur Ariane 5 a connu une légère diminution, tant au niveau des importations que des exportations pendant la période analysée dans le graphique. En 2006, le taux d’importation de la Guyane était d’environ 48%. Les valeurs nominales que ce taux représente sont compatibles à ceux des économies caribéennes, souvent dominées par le tourisme et l’agriculture.

Le Programme Opérationnel Amazonie comme stratégie régionale pour la Guyane

39L’Union européenne a créé des programmes qui soutiennent financièrement les projets visant l’intégration de la Guyane Française. Celui qui nous intéresse particulièrement est le programme INTERREG IV – version pour les Caraïbes, avec un budget d’environ 63 millions d’euros. Cet INTERREG, établi pour le quinquennat 2007-2013, possède trois noyaux qui se rejoignent : le volet A – Coopération Transfrontalière, cherche à intensifier la coopération avec des initiatives conjointes régionales, le volet B- Coopération Transnationale a pour objet d’améliorer la coopération avec des actions favorables au développement territorial intégré, en lien avec les priorités de l’Union Européenne, et le volet C – Coopération Inter-régionale, est destiné à intensifier la coopération interrégionale et échanger à des niveaux territoriaux (Sena dos Santos, 2013). Dans ce dernier volet, on inséra le PO Amazonie, premier programme de coopération transfrontalière qui inclut, ensemble, la Guyane Française, le Surinam et le Brésil (voir Carte 1).

40L’espace de coopération transfrontalière de la Guyane avec le Brésil et le Surinam a été l’objet de financements du PO Amazonie version I (2007-2013), et a été étendu dans sa version II (2014-2020), au Guyana. La Commission Européenne approuva le PO Amazonie en partenariat avec le Brésil, à travers les Etats de l’Amapá, du Pará et de l’Amazonas, et avec le Surinam (Carte 1), sous la responsabilité du Conseil Régional de Guyane. Le coût total estimé pour la version I du programme était de 17,1 millions d’euros, auxquels il faut ajouter les budgets du Surinam et du Brésil, comme contrepartie. Au bout des 6 ans de la version I du PO Amazonie, le coût total investi par le FEDER était de 20,6 millions d’euros (Tableau 2)

Tableau 4 – Priorité et résultats du PO Amazonie (2007-2013)

Tableau 4 – Priorité et résultats du PO Amazonie (2007-2013)

Source : Commission Européenne (2007); Conseil Régional de Guyane (2013); CE (2014).

41Bien que la Guyane ne fasse pas partie des grandes structures de coopération régionale sud-américaines comme l’Organisation du Traité de Coopération Amazonienne (OTCA) et l’Intégration des Infrastructures Régionales Sud-Américaines (IIRSA), elle a construit progressivement des actions d’intégration régionale avec ses voisins terrestres, à partir de politiques comme le PO Amazonie (Silva, 2013 ; Sena dos Santos, 2013 ; Porto, 2014). Les mesures adoptées dans les domaines prévus pour chaque priorité dans les versions I du PO Amazonie furent, d’une manière générale, compatibles avec les objectifs généraux des RUP.

42Jusqu’en décembre 2013, ont été financés 19 projets (Tableau 2). Au total, selon le Conseil régional de Guyane (2013), le programme a concerné 31 projets certains achevés avant 2013. Les deux premières années ont été consacrées au lancement du PO Amazonie, aussi n’y eut-il pas de projets financés en 2007 et 2008. Le programme d’investissement s’est donc concentré sur les trois années suivantes (2009 et surtout 2010 à 2012).

43Le PO Amazonie se structure en 4 axes thématiques, 3 d’entre eux financent des projets concernant le programme (axes 1 à 3), et un quatrième l’équipe technique chargée de sélectionner, soutenir et évaluer les résultats atteints par les projets financés. Près de la moitié du financement (42%), a concerné l’axe 1, destiné principalement à préserver et gérer le patrimoine, ainsi qu’à améliorer les conditions de vie des habitants.

44En analysant les résultats des projets financés dans cet axe, il est possible de conclure que le développement durable, avec comme objet principal les tortues marines (Oyana, CARET, Quelônios para Sempre), la compréhension technique de la biodiversité du plateau des Guyanes para le biais d’images satellitales et de travaux de terrains (Ose-Guyamapa) ; les études techniques sur le passage et l’échange de marchandises par le fleuve Maroni ; l’aide aux communautés isolées de Guyane Française pour l’amélioration de la qualité de vie (projet Rotary) et les réponses aux probables catastrophes (Croix Rouge) ont constitué les initiatives privilégiées par le financement.

45L’axe 2, qui est un axe technico-informationnel, a obtenu environ 30% du financement pour l’investissement comme projet à caractère économique. Parmi une myriade de projets, on trouve un investissement pour des études de viabilité de nouvelles lignes aériennes ; la production d’énergie partagée par le biais de la biomasse (projet Rewatt) ; l’implantation d’une infrastructure de fibre optique pour le partage d’internet (Guyacon « Spany » et Spany Est), ainsi que la gestion d’informations pour les entreprises qui s’intéressent au commerce transfrontalier. L’axe 3 concerne des projets éducatifs, représentant environ 17 % du montant des investissements du programme. A l’intérieur, trois projets ont été financés avec un objectif de formation éducative ou professionnelle des habitants de la Guyane, mais aussi des pays voisins.

46En faisant le total des montants investis dans les axes 1 et 2 du PO Amazonie, nous constatons que cela concerne 70% du financement du programme. A partir de l’analyse des projets sélectionnés, il est possible de constater que pour la frontière avec le Surinam, le plus important concerne l’organisation de la circulation sur le Maroni. Dans le cas du Brésil, on constate à la fois une diversification et une concentration autour d’un plus grand nombre de projets financés, bien que les thématiques environnementale et autour des flux d’information soient les plus importantes.

Conclusion

47La création de stratégies d’articulation et d’accords internationaux entre les pays européens destinés aux articulations économiques, s’accompagne de la construction de nouveaux usages institutionnels et économiques de leurs frontières, en leur conférant une nouvelle dimension géopolitique : celle de la coopération transfrontalière. On développe ainsi une affirmation progressive politico-institutionnelle des régions frontalières, et le développement d’une culture de coopération avec les pays voisins sur ce continent.

48Depuis la signature du Traité de Maastricht, la planification des régions ultrapériphériques fait partie du schéma géopolitique de l’Union Européenne . Des 28 Etats qui aujourd’hui constituent l’Union Européenne, seuls la France, l’Espagne et le Portugal possèdent des territoires qualifiés d’ultrapériphériques. En observant la localisation spatiale des RUP on réalise qu’elle concerne différentes parties de la planète. La Guyane Française, ici privilégiée, est l’unique RUP à posséder des frontières terrestres, et aussi l’unique située en Amérique du Sud (et plus précisément en Amazonie).

49Trois stratégies européennes ont concerné directement la Guyane. La première concerne la création de directives et de financements pour ce que l’on nomme les Régions Ultrapériphériques (RUP). La Guyane est l’unique région ultrapériphérique possédant des frontières terrestres, et elle connaît la plus grande extension de limites internationales de toute la France, ce qui implique l’établissement de relations de coopération avec ses voisins immédiats (Brésil et Surinam).

50La seconde stratégie est la création du CSG en Guyane, intégrant une partie de son territoire à l’avant-garde de l’utilisation de la technologie de pointe dans le secteur aérospatial. L’Union Européenne possède avec la Guyane son principal « port » dans le lancement des satellites commerciaux, ce qui lui amène un volume financier important pour cette Collectivité d’outre-mer, Mais cela, comme nous avons pu le constater dans l’article, a créé certaines distorsions financières amenant les spécialistes à caractériser cette relation créée par le CSG entre la Guyane et la France Métropolitaine, comme le syndrome hollandais.

51La troisième stratégie découle de la création de programmes de financement de l’Union Européenne pour l’intégration régionale de la Guyane Française. On peut noter que l’INTERREG IV –premier programme de coopération transfrontalière communautaire européenne en Amérique du Sud, inclut la Guyane, le Surinam et le Brésil et maintenant le Guyana. Ce programme compense l’absence de la Guyane dans les politiques d’intégration sud-américaines que constituent le Traité de Coopération Amazonienne (OTCA) et l’IIRSA.

52En somme, l’articulation/interaction régionale ayant la Guyane Française comme pivot, découlent de prise de décisions externes, reflétées par des dynamiques territoriales qui concernent socialement, politiquement et économiquement la population locale. Celles-cis ont capables d’orienter la croissance, stimulée par des forces exogènes, par une attribution de ressources et une politique macroéconomique et sectorielle reconfigurant l’utilisation et la fonction de la frontière, qui devient de plus en plus interactive et articulée.

Haut de page

Bibliographie

AFD-CEROM-IEDOM-INSEE, Guyane-Amapá, mieux structurer les territoires pour intensifier les échanges, Cayenne, 2011a.

_____,. Guyane: un développement sous contraintes.: PRIM, 2011b.

BARNIER, M. Europe’s Outermost Regions and The Single Market: The Eu’s Influence in the World. Report to the Member of the European Commission, 2011.

CARAMELO, S. União Européia, Fronteira e Território. Porto: Campo das Letras, 2007.

CE - Comissão Europeia. Guía Práctica de la Cooperación Transfronteriza. 3ª ed. Política Regional: Espagne. www.aebr.eu/files/publications/lace_guide.es.pdf, 2000.

_____. Parecer do Comité das Regiões sobre “estratégias para a promoção da cooperação transfronteiriça e inter-regional numa Europa alargada, um documento fundamental de orientação para o futuro”. Comité des Régions, Bruxelles, 2003.

_____. Primeiro Fórum da ultraperiferia europeia. Bruxelles. www.ec.europa.eu/regional_policy/conferences/rup 2010.. Consulté le 9 jullet 2011.

_____. As regiões ultraperiféricas da União Europeia: parceria para um crescimento inteligente, sustentável e inclusivo. Bruxelles, 2012.

_____.The economic impact of climate change and adaptation in the Outermost Regions. Supplementary Report: Outermost Regions summary information for inclusion in CLIMATE-ADAPT, 2014.

CEM - Conselho Empresarial da Madeira. Estudo sobre PME, Ultraperiferia e artigo 299º do Tratado da União Europeia. Relatório Final. Fund Europa, 2005. www.aicopa.pt . Consulté le 17 avril 2011.

FORTUNA, M. A problemática das regiões ultraperiféricas. In: COSTA, J.S.; NIKAMP, P. Compêndio de Economia Regional. Cascais: Principia. Vol. 1, 2009

LŐRINCZ, A. The Importance of the Outermost Regions for strengthening EU Foreign and Regional Relations. Berlin, 2011.

MEDEIROS, E. A cooperação transfronteiriça: Processos e modelos. In: actas da conferência: Festa da Geografia, Mirandela, 2007. http://ww3.fl.ul.pt/pessoais/eduardo_medeiros/docs/pub_pap_em_ct_processos_e_modelos.pdf f . Consulté le 09 octobre 2015.

MIÉVILLY, S. Pourquoi maintenir les DOM dans la République française ? Analyse géopolitique à partir du cas guyanais, Matoury: Ibis rouge, 2002.

PORTO, J. L. R. Desenvolvimento Geográfico Desigual da faixa de fronteira da Amazônia setentrional brasileira: Reformas da condição fronteiriça amapaense (1943-2013). Blumenau, FURB/PPGDR, 2014. Rapport de post-doctorat en Développement Régional.

XV CONFERENCE DES PRESIDENTS DES REGIONS ULTRAPERIPHERIQUES DE L’UNION EUROPENNE, Déclaration finale. Las Palmas de Gran Canaria, 14 et 15 octobre 2009. https://www.cr-guyane.fr/ressources/File/oct09/DeclarationfinaleRUP2009CANARIES.pdf, consulté le 3 février 2016.

SENA DOS SANTOS, P. G. A (ultra)periferia do Platô das Guianas: Novos planejamentos para novos usos da fronteira Amapá-Guiana Francesa (1987-2012). Dissertação de mestrado em Desenvolvimento Regional da Universidade Federal do Amapá, Macapá, 2013.

______; SILVA, G. V. As Regiões Ultraperiféricas da Europa: Mudanças e Permanências nas Políticas Públicas. Ciência Geográfica. v.XVIII, p.182 - 191, 2015.

SILVA, G. V. A Cooperação Transfronteiriça entre Brasil e França: Ensaios e Expectativas neste século XXI. Tese de Doutorado. Programa de Pós-Graduação em Geografia da Universidade Federal do Rio de Janeiro (UFRJ), 2013.

SUPERTI, E. et al. Políticas Públicas de Integração Física da Amazônia e a Fronteira Internacional do Amapá. In: Actas del III Congreso Internacional de Estudios Socioespaciales RESE. Editora Universitária: Manaus, 2011.

UNION EUROPEENNE. Objectif Coopération Territoriale européenne 2007-2013, Programme de Coopération transfrontalière « Amazonie » Guyane-Brésil-Surinam, programme opérationnel. Bruxelles, 2007.

VALENTE, I. M F. As regiões ultraperiféricas portuguesas: Discurso político e imprensa regional. Revista de Humanidades. Publicação do Departamento de História e Geografia da Universidade Federal do Rio Grande do Norte. Vol. 10. Nº 26, Jul./Dez 2009.

Sites consultés

http://ec.europa.eu/europe2020/index_pt.htm

http://www.acorianooriental.pt/noticia/rup-apresentam-planos-de-investimento-e-crescimento-para-2014-2020

http://www.europarl.europa.eu/ftu/pdf/pt/FTU_5.1.7.pdf

http://ec.europa.eu/regional_policy/pt/policy/cooperation/european-territorial/interreg25years/

http://dnoticias.pt/actualidade/economia/472445-rups-criam-rede-de-emprego ;

http://www.ine.pt.

http://www.ine.es .

http://www.interregeurope.eu

http://www.insee.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Régions ultrapériphériques de l’Union Européenne (2015)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-1.png
Fichier image/png, 211k
Titre Tableau 1 – Informations générales sur les RUP (2015)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-2.png
Fichier image/png, 55k
Titre Figure 1 - Politiques orientées vers les RUP
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-3.png
Fichier image/png, 656k
Titre Tableau 2 - Priorité de l’action des politiques aux politiques spécifiques des RUP
Crédits Source : CEM (2005); CE (2010; 2013)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-4.png
Fichier image/png, 62k
Titre Tableau 3 – Principaux documents et évènements ayant orienté les politiques européennes en faveur des RUP (1987-2015)
Légende * Exemples de PTOM : le Groenland (Danemark), la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française (France), les Antilles Néerlandaises, etc.
Crédits Source : Union Européenne (2007) ; XV Conférence RUP (2009) ; CEM (2005) ; Sena dos Santos (2013) ; CE (2014) ; Sena dos Santos ; Silva (2015) ; http://www.europarl.europa.eu/​ftu/​pdf/​pt/​FTU_5.1.7.pdf ; http://dnoticias.pt/​actualidade/​economia/​472445-rups-criam-rede-de-emprego ; http://www.acorianooriental.pt/​noticia/​rup-apresentam-planos-de-investimento-e-crescimento-para-2014-2020 ; http://www.insee.fr
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-5.png
Fichier image/png, 103k
Titre Graphique 1 – Déséquilibre entre population et dimension territoriale en Guyane Française (2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Photo 1 – Base de lancement de l’Agence Spatiale Européenne ( ESA)
Crédits Source : Silva (2013)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo 2 – Base de lancement de la fusée Soyouz
Crédits Source : Silva (2013)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 2 - Évolution comparée entre les PIB de la Guyane et de la France (1994-2006, en volume)
Crédits Source : AFD-CEROM-IEDOM-INSEE (2011b, p. 09)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-9.png
Fichier image/png, 353k
Titre Tableau 4 – Priorité et résultats du PO Amazonie (2007-2013)
Crédits Source : Commission Européenne (2007); Conseil Régional de Guyane (2013); CE (2014).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10658/img-10.png
Fichier image/png, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gutemberg de Vilhena Silva, Jadson Luis Rebelo Porto, Paula Gabriele Sena dos Santos et Miguel Dhenin, « La géopolitique de l'Union Européenne pour les régions ultrapériphériques : », Confins [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/10658 ; DOI : 10.4000/confins.10658

Haut de page

Auteurs

Gutemberg de Vilhena Silva

Professeur Adjoint de Relations Internationales à l’Université Fédérale de l’Amapá, Chercheur à l’Observatoire des Frontières du Plateau des Guyanes (OBFRON, www2.unifap.br/obfron, bgeografo@gmail.com

Articles du même auteur

Jadson Luis Rebelo Porto

Professeur du Master en Développement Régional de l’Université Fédérale de l’ Amapá, Brésil, jadsonporto@yahoo.com.br

Paula Gabriele Sena dos Santos

Titulaire d’un mestrado de Développement régional de l’Université fédérale de l’Amapá, paulagabriele.geo@gmail.com

Miguel Dhenin

Professeur collaborateur à l’UFF, miguel.dhenin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org