Navigation – Plan du site
Dossiê "Brasil, potência em questão"

Brésil : une puissance en question

Brasil: uma potência em questão
Brasil: um poder em questão
François Laurent

Texte intégral

1Les textes présentés dans ce numéro de Confins sont issus de conférences données lors des Carrefours de la Pensée en mars 2015 (carrefoursdelapensee.univ-lemans.fr). Les Carrefours de la Pensée sont une manifestation culturelle organisée annuellement au Mans, ouverte à tous, elle rassemble plusieurs centaines de personnes. Le thème de 2015 portait sur le « Brésil, une puissance en question ». L’intérêt de la société française pour le Brésil n’est pas nouveau et ne s’arrête pas aux clichés habituels du football, de la forêt vierge ou des favelas. Peut-être est-ce dû à la proximité culturelle des deux peuples, au fait que le Brésil ait su faire du métissage une force, qu’il concentre de nombreux enjeux environnementaux planétaires, qu’il expérimente des formes d’action politique originales ou qu’il fasse preuve d’une vitalité, d’une foi dans l’avenir qui semblent tant manquer à notre vieux continent.

2Le Brésil est devenu en quelques années une puissance économique de premier plan dans le monde, devançant même l’Inde ou la Russie, autres pays émergents. Septième puissance mondiale de par son PIB, le Brésil a connu un rythme de croissance soutenu jusqu’en 2012 (3,3 % par an en moyenne durant une décennie). Mais ce pays plein de promesses est à présent affecté par une brutale récession s’accompagnant par une hausse de l’inflation et du chômage. Il souffre par ailleurs d’une faiblesse de l’investissement (moins de 17% du PIB contre 25% dans les autres pays émergents). Des politiques d’austérité sont mises en place pour réduire le déficit budgétaire de l’Etat, politiques d’autant plus difficilement acceptables pour la population que le gouvernement doit faire face au scandale de corruption de la Petrobras. Malgré la crise actuelle, le pays garde une place stratégique dans le commerce mondial de produits agricoles en occupant les premiers rangs dans de nombreux domaines (viande, café, soja, sucre, oranges, tabac), tout en disposant de ressources minières majeures (fer, aluminium, manganèse…), sans compter la découverte ces dernières années d'importants gisements d’hydrocarbures au large de ses côtes, qui devraient en faire le 6ème producteur mondial de pétrole dans 20 ans. Le pays s'est également fortement industrialisé dans des domaines clefs tels que la sidérurgie, l'automobile, l'agro-alimentaire, les biocarburants et la production de biens de consommation courants en défendant son industrie par une politique économique protectionniste. L’une des forces du Brésil est sa taille lui permettant de disposer de richesses naturelles considérables et de bénéficier d’un marché intérieur de 200 millions de consommateurs. Mais gérer cet espace immense nécessite des investissements considérables pour le transport et les communications. Maintenir la cohésion d’un si grand pays implique également de réduire de profondes disparités régionales.

3Du point de vue social, le pays est encore l'un des plus inégalitaires de la planète : le rapport du revenu moyen des 5% les plus riches à celui des 20% les plus pauvres s’élève à 32, alors qu’il est inférieur à 10 dans la majorité des pays développés. Mais depuis 2002, des dizaines de millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté. Ceci est le résultat de politiques sociales à contre-courant de la vague de libéralisme qui se diffuse dans le monde : au Brésil, 40% des dépenses publiques sont aujourd’hui consacrés aux politiques sociales, dont le budget a triplé en 10 ans et représentent environ 15% du PIB. Cependant, les nouvelles classes moyennes issues de ce développement exigent aujourd'hui de meilleurs services publics dans les domaines de la santé, de l'éducation, de la sécurité et des transports. Au sein de la société, des mouvements de protestation dénoncent la corruption et remettent en cause la distribution des richesses et des pouvoirs, que ce soit pour le choix de grands investissements, dans la vie des quartiers ou dans l’accès à la terre.

4Le Brésil présente des milieux naturels exceptionnels qui constituent des enjeux majeurs pour la protection de la biodiversité et des équilibres climatiques planétaires. L'Amazonie a été longtemps synonyme d'exploitation sauvage des ressources forestières et minières et d'expansion agricole, avec invasion des terres indigènes. Les fronts pionniers ont ouvert de gigantesques espaces à la colonisation et de grands barrages sont implantés sur les affluents du grand fleuve. Mais, du fait de politiques publiques volontaristes et de l'engagement d'une partie de la société civile, les dynamiques sont en train de changer : la déforestation s'est considérablement ralentie, de nouveaux systèmes de production moins consommateurs d'espace et de ressources se développent et la population amazonienne s'urbanise.

5Toutes ces questions et bien d’autres suscitent la curiosité de la société française depuis longtemps attirée par les mythes du Brésil mais qui souhaite découvrir aussi la passionnante complexité de ce pays en rapide mutation. Nous avons rassemblé dans ce numéro de Confins certains textes présentés aux Carrefours de la pensée par des spécialistes du Brésil venant de différentes disciplines et sensibilités afin de faire découvrir les forces et les paradoxes de la société brésilienne et de débattre de ses choix de développement.

6Dans son texte, Martine Droulers nous présente l’émergence du Brésil en tant que grande puissance sur la scène internationale. La force du Brésil tient d’abord à l’unité de la nation qui s’est constituée au fil de son histoire autour d’une identité faite de métissage et qui a su surmonter le gigantisme du pays et les inégalités régionales. Le Brésil traditionnellement agricole et minier a fortement accru sa compétitivité dans ces secteurs et est devenu un fournisseur de matières premières, stratégique dans le monde. Il a su également construire une industrie nationale tournée vers son marché intérieur sous la protection et l’intervention de l’Etat. L’émergence du Brésil se manifeste également par le développement des classes moyennes du fait de la croissance économique et de politiques redistributives de grande ampleur. Autre aspect de l’émergence de cette puissance, le Brésil renforce sa place dans la gouvernance mondiale à la fois par son poids sur le continent sud-américain et par ses échanges avec l’Afrique mais aussi par son rôle dans les négociations internationales sur le climat et la conservation de la biodiversité et par l’ambition de ses politiques environnementales qui se manifestent par un fort ralentissement du déboisement.

7Neli Aparecida de Melo – Théry porte son analyse sur l’espace amazonien. Longtemps éloignée du reste du Brésil, l’Amazonie connaît depuis une cinquantaine d’années une intégration croissante à l’espace national. La région en pleine mutation présente des expériences porteuses d’avenirs divergents, voire opposés ce qui génèrent des conflits sociaux et politiques. L’auteur y confronte les grands travaux d’infrastructures routières et de barrages hydroélectriques qui entraînent le déboisement et la destruction des sociétés traditionnelles locales, tandis que les aires protégées tentent de geler l’évolution de gigantesques surfaces de ce bassin, avec une ambition inégalée dans le monde. L’Amazonie brésilienne est aussi pionnière dans l’expérimentation de multiples projets de développement durable visant à l’amélioration des conditions de vie des populations locales et à la protection des ressources naturelles. Mais la dispersion des projets, comme le manque de continuité dans les soutiens politiques et financiers en réduisent la portée.

8Guillaume Leturcq analyse l’Amazonie par une approche géo-historique. Il distingue trois grandes phases dans l’histoire de l’Amazonie auxquelles il associe des transformations qui s’inscrivent à différentes échelles spatiales : l’ère du caoutchouc, nouvel Eldorado qui a généré quelques fortunes éphémères au détriment des seringueros exploités en forêt, sans que ce boom n’ait pu amorcer un quelconque développement régional ; la Transamazonienne, autre mirage pour attirer des hommes sans terre du Nordeste qui se sont pour la plupart perdus au bout des pistes de boue, mais qui ont laissé derrière eux un paysage profondément transformé en déboisant d’immenses surfaces ; enfin, l’ère des barrages hydroélectriques qui devraient juguler la crise énergétique que connaît le pays, grâce à un réseau de grands ouvrages reliés aux centres urbains. Guillaume Leturcq nous montre que le barrage de Belo Monte constitue aujourd’hui l’archétype des tensions entre une voie de développement économique basée sur des grandes infrastructures bouleversant toute une région et un besoin revendiqué par une partie de la société brésilienne de conserver le patrimoine naturel et culturel de l’Amazonie.

9Helena Hirata analyse un autre aspect de la société brésilienne : la place des femmes dans le monde du travail. L’auteur traite des inégalités de genre dans le domaine de l’emploi en comparant le Brésil et la France, elle croise la question de couleur de peau à la question de genre, et s’intéresse plus particulièrement aux emplois mal rémunérés et socialement dévalorisés occupés par les femmes. Les deux pays offrent certaines convergences quant à la permanence de la participation des femmes dans l’économie même en temps de crise ou quant à la bipolarisation dans l’échelle sociale entre un pôle minoritaire d’emplois correspondant à des niveaux de diplôme élevés et un pôle majoritaire d’emplois traditionnellement féminins dans le secteur des services, les femmes occupant toujours des postes moins techniques que les hommes et disposant de salaires généralement inférieurs. Les différences entre le Brésil et la France sont nombreuses, l’auteur traite parmi elles des politiques publiques de l’emploi et de la lutte contre la précarité, des évolutions des modes de conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle qui passe au Brésil par la délégation des tâches domestiques à d’autres femmes employées de maison, phénomène plus restreint en France.

10Denise Bernuzzi de Sant’Anna traite du culte du corps au Brésil. L’auteur nous montre que la beauté est un construit social qui s’enracine dans des mythes anciens associés à une nature luxuriante, source de richesses et de bonheur, « un pays béni des dieux et beau par nature » comme chante Jorge Benjor. La femme brésilienne doit être naturellement belle. Mais ce culte ancien est aujourd’hui en pleine marchandisation et l’industrie est là pour aider la nature si elle ne produit pas de beauté à hauteur des espérances. Le marché de la chirurgie esthétique est en pleine croissance, comme celui des médicaments amincissants ou rajeunissants. Cet engouement pour les artifices de beauté se répand dans toutes les classes sociales avec l’illusion d’une lutte contre les marques du temps, d’une maîtrise de son propre corps qu’il convient de sculpter en masquant la fatigue des années.

11La diversité des thèmes abordés lors des Carrefours de la Pensée, dont une partie est présentée ici, reflète la diversité des questions soulevées par le Brésil et de l’intérêt qu’elles suscitent pour le public français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Laurent, « Brésil : une puissance en question », Confins [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 21 février 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/10736

Haut de page

Auteur

François Laurent

Professeur à l'Université du Maine, UMR ESO, francois.laurent@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org