Navigation – Plan du site
Dossiê "Brasil, potência em questão"

Le Brésil, pays émergent

O Brasil,um país emergente
Brazil,an emerging country
Martine Droulers

Texte intégral

1Qu’est-ce que l’émergence du Brésil ? Le Brésil est passé de « pays du tiers monde », dans les années 1950-60, à « nouveau pays industriel » - NPI, dans les années 1970, puis à « pays à bas salaires et à capacité technologique - PBSCT » (Giraud, 1996), avant de devenir « émergent » dans les années 2000. Le terme d’émergence a d’abord été utilisé par les économistes pour indiquer un PIB en forte augmentation, une place croissante dans le commerce international et dans les investissements directs étrangers. L’expression est reprise ensuite par les géopoliticiens qui indiquent par là le passage de « puissance régionale » à celui « d’acteur global » dans le contexte de la mondialisation (Messias, 2012).

2Ce qui distingue les pays émergents des pays développés c’est qu’ils n’ont pas atteint un stade équilibré de développement du fait, notamment, de structures institutionnelles faibles, de politiques hésitantes (pas moins de 30 partis au Brésil) et de très fortes inégalités sociales. Dans le cas du Brésil, il s’y ajoute la faiblesse du commerce extérieur qui représente 17% du PIB contre 60% dans le cas de la Chine. Malgré ces handicaps, l’optimisme reste de rigueur du fait d’une souplesse sociale qui se manifeste par une importante capacité d’adaptation et de créativité, doublée d’une véritable mobilité sociale et spatiale. Des succès significatifs sont à remarquer dans des secteurs tels que l’agroénergie, l’exploitation minière, le pétrole off-shore, l’aéronautique, les conglomérats bancaires géants, les médicaments génériques, les cosmétiques etc…

3Selon certains observateurs, le Brésil serait toutefois encore à la recherche d’un projet stratégique d’ensemble, sa croissance étant depuis plusieurs années soutenue par une vision plus géopolitique que géoéconomique, basée davantage sur la puissance que sur la compétitivité.

4En 2008, le Brésil pointait au 8ème rang des puissances économiques mondiales ; en 2011, il se hissa même à la 6ème place, avec un PIB à 2 400 milliards de dollars (la France était alors au 5ème rang avec 2 450 milliards de dollars). Mais la situation fluctue au rythme des prix du soja et du fer ou de l'évolution du dollar, et les résultats des années 2013 et 2014 sont à la baisse. De plus, avec ses 200 millions d’habitants, le PIB par tête n’est encore qu’à 12 000 dollars par an, c’est-à-dire au 76ème rang mondial (contre 44 000 en France). Des retards de développement demeurent : 12% de la population est analphabète et la moyenne d’années d’études pour les plus de 15 ans atteint à peine sept années, ce qui place le Brésil à la 84ème place pour l’indice de développement humain (IDH).

5La compréhension de l'émergence socio-économique ne peut pas faire l’économie d’une perspective historique. Depuis 2005, les pays dits « émergents » connaissent une croissance économique accélérée en même temps qu’un ralentissement démographique. Il faut toutefois rappeler que le Brésil s’est trouvé en période de croissance démographique extrêmement rapide durant les années 1960-1970. Si, en 1940, le Brésil avait le même nombre d'habitants que la France, c’est-à-dire 40 millions de personnes, il en compte 200 millions en 2010, contre 65 en France. Cependant, avec un taux de natalité qui se stabilise à 2 pour 1 000, le Brésil n’est plus en phase de boom démographique, mais de stabilisation, ce qui, à travers une meilleure redistribution des fruits de la croissance, enclenche une situation d’émergence. Selon notre approche, l’émergence du Brésil se fonde sur quatre caractéristiques principales, fruits de sa géographie et de son histoire (Droulers & Broggio, 2013).

En premier lieu, l'émergence se fonde sur une formation nationale forte.

6Trois éléments géohistoriques déterminent l’émergence du pays au début du 21ème siècle, sa taille continentale, le maintien de son unité dans une constitution fédérative, sa consolidation nationale autour du métissage social, racial, culturel et religieux (Droulers, 2001). Ces éléments mixés créent la « brésilianité », ce mode d’existence propre aux Brésiliens et à leur façon d’aménager l’espace, qui sert d’ossature à l’émergence du pays.

7Pour ce qui a trait à la taille, le Brésil a la particularité d’avoir eu son enveloppe territoriale sur 8 millions de km² dès le moment du traité de Madrid en 1750. Ce traité qui fixa les frontières entre les empires espagnol et portugais, loin vers l’ouest, bien au-delà du méridien de Tordesillas, mettait le bassin amazonien dans l’Amérique portugaise. Ainsi donc, un grand Brésil existait avant même l’Indépendance survenue en 1822.

8Pendant le XIXème siècle, l’État naissant qui s’affirme d’abord sous la forme d’un régime impérial se révéla capable d’éviter l’éclatement. L’Empire du Brésil (1824-1889) réussit en effet à maintenir l’unité de l’Amérique portugaise malgré des révoltes régionales au Nordeste, en Amazonie et au Rio Grande do Sul. Puis, sous la forme du régime de la République qui organise une structure fédérative et permet de surmonter tous risques séparatistes des provinces. Cet Etat structuré fournit, un siècle après l’Indépendance, un cadre organisé pour le décollage qui s’effectue à partir de la culture et du négoce du café. São Paulo, avec une immigration essentiellement européenne, voit sa population doubler à chaque décennie entre 1870 et 1930.

9La formation de la Nation ne se finalise qu’après l’abolition de l’esclavage et grâce à la tradition de la « miscigénation », ce mélange harmonieux des trois « races », Amérindiens, Blancs et Noirs, qui crée « l’homme brésilien » (Freyre, 1933). Le « peuple » né du métissage, prend sa place dans la nation durant les années 1930, par des manifestations politiques et aussi culturelles populaires, tels le carnaval et la samba, encouragées en place publique. La nation brésilienne prend conscience d’elle-même, s’exprime en littérature, en politique et chante « nous sommes tous des métis ».

10Durant les années 1930-50, des politiques nationalistes approfondissent le processus d’industrialisation et de substitution des importations. Le but est de faire un « grand Brésil » via la sidérurgie, l’exploitation pétrolière, les industries manufacturières, mais aussi à travers l’édification d’une nouvelle capitale à partir de laquelle un véritable réseau de transport sera organisé. Si l’économie brésilienne peut encore être qualifiée de sous-développée dans les années 1950, les choix du développement qui s’ancrent dans les industries métallurgique et électrique, l'automobile et l’aviation, opèrent le rattrapage de secteurs-clés du décollage tout en érigeant Brasilia au centre du pays comme symbole de la modernité urbaine. La majorité de la population est toujours située sur la bande littorale, mais un certain rééquilibrage s'opère grâce aux poussées pionnières agricoles et urbaines dans l’intérieur.

Industrie lourde à Cubatão (São Paulo)

Industrie lourde à Cubatão (São Paulo)

Hervé Théry, 2009

11A l’époque récente, la place de l’Etat porteur du développement et de la nationalité est toujours forte. Les grandes phases économiques accompagnent quatre périodes politico-économiques distinctes aux taux de croissance contrastés : le miracle (1970-1980) du gouvernement des militaires avec du 7% de croissance économique par an ; la « décennie perdue » (1981-1991), sous les présidents Sarney et Collor, avec à peine 1% ; la désinflation et stabilisation de la monnaie grâce au real (1992-2001) sous le président Fernando Henrique Cardoso avec une croissance moyenne de 2,5% par an ; et enfin le gouvernement de Lula (2002-2010) avec un taux moyen de croissance de 3,8% et un pic en 2010 à 7%. Après cet emballement, la machine économique s’essouffle et en 2015 la récession guette le Brésil. Dans ce parcours, les Brésiliens ont démontré une grande capacité d’adaptation aux évolutions, soudés dans un sentiment national fort fondé sur la fierté d’être brésilien.

En second lieu l’émergence se fonde sur des performances économiques

12Performances de premier plan que l’on peut décliner en trois points, un palmarès impressionnant, la percée de secteurs compétitifs et une équation énergétique originale. L'agriculture et la transformation des produits agricoles forment un secteur clé de l’économie, le Brésil est le 1er exportateur et producteur mondial de sucre, éthanol, café, jus d'orange, viande de poulet et viande bovine, sans oublier le soja, pour lequel il est 2ème exportateur mondial (45% à destination de la Chine). Tous ces produits font l’objet de recherches innovantes à l'EMBRAPA et leur productivité augmente. Même si l’agriculture est à deux vitesses : une agriculture familiale (4 millions d’exploitations) pour les produits vivriers et un agrobusiness (600 000 exploitations) en plein essor, la modernité atteint de nombreux secteurs où les petites et grandes exploitations travaillent en complémentarité : élevage de poulets, de bovins, fruiticulture (mangues, melons…).

13Si l’agriculture est souvent mise au premier plan, 28% du PIB vient pourtant encore de l'industrie : premier producteur mondial de fer (mines de Carajas reliées par une voie ferrée à l'Océan Atlantique), 2ème d’aluminium, 4ème producteur mondial d’automobiles et d'avions, au 6ème rang pour la cellulose et le papier (à partir d’eucalyptus), etc. De plus, le pays dispose d’un vaste marché intérieur en forte croissance sur l’électroménager, les matériaux de construction et de décoration.

14Les performances se manifestent aussi par la créativité entrepreneuriale brésilienne qui s’exprime à travers des innovations technologiques et managériales au sein de plusieurs fleurons, des entreprises telles que Alpargatas qui a fait des havaianas les sandales les plus en vogue dans le monde ; Marcopolo et Embraer pour les autobus et les avions à prix compétitifs à l’international ; Petrobras et Vale pour leur diversification dans les secteurs énergétique pour l’un et minier pour l’autre ; la bourse de São Paulo, BOVESPA, ou encore Natura, les cosmétiques de l’Amazonie… La politique brésilienne de management du secteur électrique, à base de procédures d’enchères et de tarifs unifiés dans l’espace national a pu aussi être présentée comme un modèle (Tolmasquim, 2011).

Stand Havaianas dans un shopping center de Mossoró (Rio Grande do Norte)

Stand Havaianas dans un shopping center de Mossoró (Rio Grande do Norte)

Hervé Théry 2015

15Les entreprises brésiliennes qui travaillent à l’international, cherchent à distribuer dans le monde entier ; elles emploient du personnel de mieux en mieux formé et pratiquent une planification à long terme. La marque « Brasil » devient une référence, même si le Brésil a encore une place limitée dans les échanges mondiaux, moins de 1%. Cependant l’étroitesse du capitalisme brésilien qui reste un monde très fermé est souvent remarqué ; en effet c’est la BNDES, la Banque de Développement Economique et Social, qui s’occupe des investissements des fonds de pension des quatre principales entreprises publiques du pays, Previ, de la Banque du Brésil, Petros da Petrobras, Funcef de la Caixa Economica Federal et Funcesp de la Compagnie Electrique de São Paulo. Ces fonds de pension servent à financer les entreprises à des taux d’intérêts défiant toute concurrence. L’avantage est de garantir des crédits bon marché pour les grands ouvrages d’infrastructures et de réduire les risques, l’inconvénient est le clientélisme et la manipulation des entreprises d’Etat à des fins politiques et électorales (Lazzarini, 2012). C’est d’ailleurs sur ces dérives que vient d’éclater le scandale de la Petrobras.

16Le Brésil dispose d’une bonne équation énergétique avec 46% en ressources renouvelables, une position bien meilleure que les pays de l’OCDE qui n’affichent que 14% de renouvelables. La part de la biomasse reste importante dans la balance énergétique et l’essentiel de la production électrique vient de l’hydroélectricité (80%) dans un pays où la consommation d’électricité croit encore de 5% par an. Le Brésil se distingue aussi par la production de biocarburants la plus efficiente du monde. Il se vend plus d’alcool de canne à sucre à la pompe que d’essence. La culture de la canne à sucre se développe dans l’état de São Paulo grâce au boom du secteur du sucre-alcool, les distilleries se multiplient, déjà à partir du premier programme alcool de la fin des années 1970 et depuis 2003, avec les moteurs Flex qui permettent de choisir entre essence et éthanol. La production de biodiesel de soja progresse également.

17Le Brésil s’inscrit désormais comme une puissance pétrolière grâce au pétrole off shore, alors que jusque dans les années 1980 le Brésil importait l'ensemble du pétrole consommé sur son territoire. Quinze raffineries de pétrole ont été créées en l’espace de trente ans. De nombreuses zones sont encore à exploiter notamment dans le Pré-sal, un gisement ultra-profond, en face de São Paulo. Les principaux investissements concernent donc l’exploitation d’hydrocarbures et l'hydroélectricité, notamment par de nouveaux barrages en Amazonie, pour répondre aux besoins grandissants des villes et du sud-est du pays.

En troisième lieu, la cohésion sociale

18Elle reste à la fois une condition nécessaire, mais aussi une conséquence de l’émergence qui inclut l’idée de diffusion de la croissance dans le corps social. La cohésion sociale se traduit par la moyennisation de la société, par les politiques distributives et par l’inclusion urbaine ; ces phénomènes marchent ensemble.

19Au Brésil, la classe moyenne s'est considérablement élargie, elle est même devenue majoritaire en 2010. Cette annonce a été largement diffusée dans le pays. De tels résultats essentiellement dus à la croissance économique complétés par les effets redistributifs du système d’allocations attribuées aux familles qui ont des enfants d’âge scolaire (bolsa familia) et celui du minimum vieillesse octroyé à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans, ont été très puissants (Lautier, 2007). La classe dite « C » (revenus supérieurs à 1,5 salaire minimum) dépasse les 100 millions de personnes depuis 2010 alors que les classes aux revenus les plus bas (D et E) ont baissé de 90 à 60 millions de personnes entre 2000 et 2010 (Neri, 2010). Certes, les classes populaires consomment dans le circuit informel/inférieur de l’économie avec un nombre de reais limité et beaucoup de débrouillardise (jeito), mais elles s’insèrent de plus en plus dans le marché. Toutefois, d’énormes inégalités subsistent entre les groupes sociaux, entre le littoral et l’intérieur, entre les États du nord et ceux du sud-sud-est, entre les zones rurales et urbaines, mais on observe un accès généralisé au crédit. La moyennisation de la société, l’équipement des ménages et des consommations de masse en hausse sont autant de facteurs qui indiquent l’émergence et l’ascension sociale.

20Le Brésil, pays riche, demeure encore un pays comptant de nombreux pauvres et où les distances sociales s’étirent même si les programmes de lutte contre la pauvreté se montrent efficaces. Ceux-ci ne sont pas nouveaux et se pratiquent à l’échelle nationale depuis les années 1970 quand, en plein « miracle économique », les mouvements sociaux encadrés notamment par les adeptes de « la théologie de la libération » entreprennent des travaux d’intérêt collectif dans les quartiers pauvres. Avec la création du parti des travailleurs (PT), des politiques sociales commencent à être appliquées dans des municipalités paulistes, puis avec la stabilisation de la monnaie (Plan Real), l’accès au crédit est élargi, l'acquisition de biens progresse et le système d’allocation familiale s’étend pour une population-cible qui jusque-là peinait à entrer dans le marché. Au total, la « bourse famille », fer de lance de l’action sociale de Lula, bénéficie depuis le milieu des années 2000, à douze millions de familles, les faisant sortir de la grande pauvreté et les aidant à devenir solvables. On a de plus en plus l’image d’un Brésil épris de modernité et d’inclusion sociale où les programmes de lutte contre la pauvreté ont permis d’incontestables gains sociaux, où le vote électronique atteint jusqu’aux plus petites bourgades et où la vigueur de la contestation de la classe moyenne étonne (Théry, 2014).

21Parallèlement, la transformation du peuplement s’opère sur le territoire ; les villes se densifient et s’étalent tandis que les équipements et les logements peinent à suivre l’explosion démographique et urbaine. Les migrations internes se tassent, on observe même des retours de Nordestins qui quittent les grandes villes du sud. La croissance rapide des mégapoles les a rendues longtemps anarchiques, mais elles s’équipent. La ville formelle progresse, les processus d’inclusion se poursuivent visant à faciliter l’insertion sociale, aussi bien à São Paulo, mégapole de 26 millions d'habitants, 10ème ville mondiale, cœur économique de premier plan, qu’à Rio de Janeiro, l'ancienne capitale, qui se relance via l’organisation des Jeux Olympiques de 2016, la recherche pétrolière et l’industrie télévisuelle.

Quartier Ibirapuera, São Paulo

Quartier Ibirapuera, São Paulo

Hervé Théry, 2012

  • 1 Notamment le budget participatif pionnier dans la ville de Porto Alegre dès 1988.

22Les villes connaissent à la fois une verticalisation et une « favelisation » dans les interstices (habitat spontané, auto-construit, équipements précaires entre légal et illégal), une « gentrification » et une périphérisation, qui conduisent à étudier les formes d’exclusion sociale (Dabène, 2006). La planification urbaine mène des expériences, fait preuve d’innovations pour lier les démarches formelles et informelles par la concertation et la participation1 pour améliorer la gestion des services urbains, les réseaux d’égouts, la collecte des déchets, l’extension des transports publics... C’est dans les mouvements sociaux et leurs formes d’engagement territorialisé que se trouvent une partie de l’expression de la cohésion sociale.

23Avant l’émergence du Brésil, cette cohésion était essentiellement fondée sur le sentiment national, la fierté d’être brésilien ; elle se base davantage maintenant sur des indicateurs d’une émergence économique liée à l’accès au marché qui suppose l’inclusion sociale par la distribution du pouvoir d’achat et la moyennisation générale de la société.

Les réseaux de la gouvernance mondiale

24Enfin, quatrième point, le Brésil, s’impose de façon originale comme une puissance via son ouverture internationale, notamment en s’insérant dans de nouveaux réseaux de la gouvernance mondiale, ainsi qu’en s’imposant sur les thématiques environnementales. L’insertion dans les réseaux de la gouvernance mondiale se fait à plusieurs échelles et se décline « à géométrie variable », avec les pays voisins ou selon des groupements d’intérêts économiques, géopolitiques, géographiques (hémisphère sud) ou encore culturels (la lusophonie).

25Au niveau de l’Amérique du Sud, l’alliance avec ses voisins du Cône Sud dans le cadre du Mercosud (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay), représente une union plus ancienne, redynamisée et élargie, en 2000, par l'Initiative pour l’Intégration Régionale de l’Amérique du sud (IIRSA). Après une période (années 1960-70) où les agriculteurs Brésiliens migraient dans les pays voisins (Paraguay, Bolivie), les flux se sont inversés et avec ces mêmes pays limitrophes une immigration de la pauvreté s’instaure : des Boliviens ou des Péruviens viennent travailler dans les métropoles brésiliennes et les villes frontières. L'Union des Nations Sud-américaines (UNASUL), représente un pas de plus dans le rapprochement des pays du continent ; cette instance est plus politique, sa présidence tournante et son siège se trouvent à Brasilia qui devient une véritable capitale mondiale où de nombreux présidents ont été reçus.

  • 2 Les BRICS représente 43% de la population mondiale et 24% de la richesse produite.

26Sous la présidence Lula, la diplomatie s’engage au sein de groupements restreints sud-sud : IBAS depuis 2003 (Inde, Brésil, Afrique du Sud), puis le groupe des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), parti comme un forum informel à l’initiative des Russes en 2008, devenu BRICS deux ans plus tard quand vint s’ajouter l’Afrique du Sud2. Ce groupe s’est consolidé par l’activisme des diplomates brésiliens qui ont réussi à organiser des sommets présidentiels annuels secondés par des groupes de travail qui ont même abouti au lancement d’une banque d’investissement. Le groupe des BASIC enfin (Brésil, Afrique du Sud, Inde, Chine) a été créé en 2011 dans le cadre des négociations sur le changement climatique. Tout ceci révèle une pratique diplomatique de plus en plus affirmée visant à modifier ou infléchir des normes internationales vues comme trop contraignantes pour les pays émergents.

27Toujours dans le renforcement d’une structure sud-sud, des partenariats se développent avec les pays africains, notamment sur les questions d’infrastructures, de culture et l’envoi de médicaments génériques. Avec les Etats Unis les relations sont plus empreintes d’incertitudes (le président Obama a mis un an avant de confirmer son nouvel ambassadeur), méfiance militaire, réclamations des Brésiliens sur le protectionnisme américain qui défend ses agriculteurs, réclamations des Américains sur le laxisme des droits de propriété intellectuelle.

28L’union européenne est avec la Chine, le premier partenaire commercial du Brésil. Première force militaire de l’hémisphère sud, le Brésil a aussi engagé avec la France, un « partenariat stratégique » en matière d’armements (hélicoptères, sous-marins nucléaires…). D’autre part, le Brésil s’affirme aussi comme le leader de la lusophonie et entreprend des actions significatives de coopération avec les sept autres pays de langue portugaise.

  • 3 Le Programme pilote pour la conservation des forêts de l’Amazonie brésilienne (PPG7) à l’initiative (...)
  • 4 L’économie verte que le Brésil cherche à mettre en œuvre se fonde sur une forte croissance économiq (...)

29Par ailleurs, en matière d’environnement, le Brésil a opéré une volte-face ; il se veut un modèle de gestion environnementale et il se positionne en première ligne dans les grandes conférences internationales sur la conservation de la biodiversité et du développement durable (Le Tourneau, 2012). En effet, après avoir été durement critiqué durant les années 1980 pour la déforestation en Amazonie, le Brésil, caractérisé par l’étendue de son couvert forestier et l’ampleur de ses bassins hydrographiques, se retrouve à la pointe des actions et des législations environnementales. Depuis la Conférence de Rio de Janeiro de 1992, où émerge le Forum des ONG qui défend un socio-environnementalisme impliquant l’alliance avec les peuples de la forêt et la sauvegarde des populations traditionnelles, des mesures et des règlements pour maîtriser le déboisement ont été adoptés donnant ainsi des gages de bonne volonté aux organismes internationaux ; la préservation de l’immense forêt amazonienne est également source de multiples transferts financiers3. Le Rio92 a aussi permis la signature d’importantes conventions concernant l’environnement global ; dix ans plus tard, la conférence du PNUE de Johannesburg a été un tournant vers la généralisation des solutions marchandes engageant des intérêts privés. Cette tendance a été confirmée en 2012, à Rio+20, par de nouvelles options de « croissance verte »4, pour sortir de la traditionnelle gouvernance de l’environnement, revendiquer la reformulation du modèle de développement mondial et redéfinir la place de ses acteurs dans une nouvelle géopolitique ; le Brésil s’implique beaucoup dans la déclaration finale de la gouvernance (Aubertin, 2012).

30Pour capter des financements internationaux, le pays montre qu’il peut passer de la prédation à la précaution ; à cet effet, un Fonds Amazonie a été créé en 2008. Après une période d’une trentaine d’années qui a vu la disparition de 600 000 km² de forêts tropicales, les aires sous statut de protection ne cessent de s'étendre atteignant presque la moitié de la superficie de l’Amazonie. Le rythme de la déforestation se ralentit du fait de l'extension des aires protégées et de la suppression de certaines subventions pour l'élevage ; néanmoins, l’édification de grandes infrastructures entre en contradiction avec la logique de préservation ; il en va ainsi de la construction de routes ou de barrages hydroélectriques. Depuis 2007, sur le rio Madeira, l’édification de deux centrales hydroélectriques dont les chantiers génèrent plus de 30 000 emplois, causent un impact environnemental majeur. C’est le prix de l’émergence afin de relier la région amazonienne au réseau électrique brésilien utilisant son énorme potentiel pour en faire un espace de production d'hydroélectricité. Ces constructions génèrent des conflits avec des opposants – parmi lesquels on trouve des ONG environnementalistes, des syndicats – ou même des révoltes d'ouvriers sur un chantier en mars 2011 (BAGF, 2015).

31Le Brésil vise à une gouvernance du développement durable plus qu’à la création d’une organisation mondiale de l’Environnement (OME), comme le défend la France, c’est-à-dire que le Brésil ne souhaite pas une régulation internationale centrée sur l’environnement mais plutôt sur le développement durable (Aubertin, 2012).

32Par bien des aspects, le Brésil commence à compter parmi les nations développées, malgré des discours parfois pessimistes quant à son avenir. Parmi ses fragilités économiques, on note que les produits non transformés prennent plus de place dans les exportations que les produits manufacturés. Parmi les défis, il faut souligner la difficile maîtrise urbaine, la lutte contre la pauvreté, l'éducation avec un développement attendu des formations techniques et universitaires. Au vu du chemin parcouru et de ses performances, certains auteurs s’accordent à qualifier le Brésil de pays d’ores et déjà émergé qui gagne une lente mais irrésistible place parmi les grandes puissances étant même « par bien des aspects plus avancé que l’Europe » (Théry, 2014).

33Au total, on peut incontestablement constater l’émergence du Brésil sur la scène mondiale. Si cette émergence semble solide et durable, on observe aussi que les processus qui la caractérisent se déploient selon des temporalités différenciées à l’origine de nouveaux conflits et de nouvelles frustrations sociales. Ainsi, nombre des attentes de la classe moyenne brésilienne, aujourd’hui majoritaire, ne sont qu’imparfaitement satisfaites, car au-delà de la seule distribution des fruits de la croissance économique par les revenus, qui s’opère assez rapidement, la construction d’infrastructures de services performantes en éducation, santé, sécurité, transports et qualité de vie urbaine, inscrite dans des perspectives de moyen terme, fait face à une exigence croissante et de plus en plus impatiente d’amélioration du bien-être social ; gérer politiquement ces nouvelles tensions issues de l’émergence est un défi de taille pour le gouvernement brésilien.

Haut de page

Bibliographie

Aubertin Catherine, « Repenser le développement du monde : Le Brésil se met en scène à RIO+20 », in Mouvements, n° 70, spécial Rio+20, avril 2012.

Broggio Céline et Droulers Martine (2013) Le Brésil. Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 126 p. (3ème édition refondue, 1e édition 2005).

Broggio C., Cataia M., Droulers M., Pallamar J.P., 2015 “Les barrages du Rio Madeira. Géopolitique d’une intégration transfrontalière Brésil-Bolivie-Pérou”, Bulletin de l’Association des Géographes français (sous presse)

Costa, Wanderley Messias da, 2012, « La grande Amazonie sud-américaine, un défi pour le Brésil », Revue Diplomatie, n°8, juil-sept., p. 54-58.

Dabène Olivier, 2006, Exclusion et politique à São Paulo. Les outsiders de la démocratie au Brésil, Karthala, 244 p.

Droulers Martine, 2001, Brésil : une géohistoire. Paris, PUF, 308 p.

Droulers Martine et Raimbert Céline, 2010 « Une relance des relations France-Brésil ? » in Relations internationales du Brésil, les chemins de la puissance, coord. Denis Rolland, vol. 2, L’Harmattan, pp 177-189.

Freyre, Gilberto, 1933, Maîtres et esclaves, formation de la famille brésilienne en régime patriarcal. Trad. Française, Gallimard, 1952.

Giraud, Pierre-Noël, 1996, L’inégalité du monde. Economie du monde contemporain, Paris, Gallimard-Folio, 352 p.

Lautier Bruno, 2007, « Les politiques sociales du Brésil durant le gouvernement de Lula : aumône d’Etat ou droits sociaux ? », Problèmes d’Amérique Latine n° 63, p. 51-76.

Lazzarini, Sergio G. Capitalismo de laços: os donos do Brasil e suas conexões. São Paulo: Campus, 2011.

LE Tourneau, François-Michel, 2012, « De Lula à Dilma : le Brésil du parti des Travailleurs est-il vert ? » in Questions Internationales, La Documentation Française, n°55, Mai-juin, pp 74-81.

Néri Marcelo Cortes (coord.), 2010, Os emergentes dos emergentes, reflexões globais e ações locais para a nova classe média brasileira. The bright side of the poor, Rio de Janeiro, FGV, 101 p.

Rouquié Alain, 2006, Le Brésil au XXI° siècle. Naissance d’un nouveau grand, Paris, Fayard, 395 p.

Tolmasquim Mauricio, 2011, Novo modelo do setor eletrico brasileiro, Rio de Janeiro, Synergia, 290 p.

Thery Hervé, 2014, Le Brésil, pays émergé, Paris, Armand Colin, 302 p.

Haut de page

Notes

1 Notamment le budget participatif pionnier dans la ville de Porto Alegre dès 1988.

2 Les BRICS représente 43% de la population mondiale et 24% de la richesse produite.

3 Le Programme pilote pour la conservation des forêts de l’Amazonie brésilienne (PPG7) à l’initiative des pays européens et du gouvernement brésilien dans les années 1990, le don d’un milliard US$ de la Norvège au Fonds amazonien, les dons de la KFW allemande, ceux du Global Environment Facility (GEF) en appui au programme des aires protégées d’Amazonie (ARPA), etc

4 L’économie verte que le Brésil cherche à mettre en œuvre se fonde sur une forte croissance économique « inclusive » et une meilleure répartition des revenus pour lutter contre la pauvreté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Industrie lourde à Cubatão (São Paulo)
Crédits Hervé Théry, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10738/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1M
Titre Stand Havaianas dans un shopping center de Mossoró (Rio Grande do Norte)
Crédits Hervé Théry 2015
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10738/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M
Titre Quartier Ibirapuera, São Paulo
Crédits Hervé Théry, 2012
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10738/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Droulers, « Le Brésil, pays émergent », Confins [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 22 février 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/10738 ; DOI : 10.4000/confins.10738

Haut de page

Auteur

Martine Droulers

CNRS-Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, martine.droulers@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org