Navigation – Plan du site
Dossiê "Brasil, potência em questão"

Recomposition des territoires en Amazonie brésilienne

Recomposição dos territórios na Amazônia Brasileira
Recomposition of Brazilian Amazonian territories
Guillaume Leturcq

Résumés

L’Amazonie brésilienne est un espace spécifique par rapport au reste du Brésil. Depuis plus d’un siècle, il est soumis aux effets des politiques et phases de développements (cycle du caoutchouc, construction de la Transamazonienne et installation de barrages hydroélectriques). L’analyse des effets spatiaux et scalaires des trois moments fondamentaux de la construction du territoire amazonien moderne est l’objectif principal de cet article. Pour ce faire, nous utilisons de nombreuses références bibliographiques, des informations historiques et des recherches de terrain actuelles (entretiens, questionnaires, données primaires et secondaires) pour les questions contemporaines liées à la construction des barrages. L’analyse spatiale est la base de la recherche présentée dans l’article, dont les sous-parties sont construites à partir des principaux moments de transformation du territoire amazonien depuis environ un siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Amazonie
Haut de page

Texte intégral

1L’Amazonie est un espace qui a longtemps été considéré comme isolé et inconnu au Brésil. Il est la limite Nord du territoire, mais sa densité de population est encore très inférieure à celle du reste du pays. Il a longtemps été le lieu d’espoir et d’imaginaire car il était peu parcouru et peu occupé par les Européens. Les acteurs politiques et économiques attendaient beaucoup de ce territoire au vu du potentiel immense de ressources naturelles diverses : eau, minéraux, pétrole, biodiversité etc. Encore aujourd’hui, après plus de cent ans de colonisation, le territoire amazonien reste un espace unique et singulier, qui génère toujours des attentes élevées, et qui s’ouvre toujours plus à un développement exogène.

2Depuis que le Brésil est constitué en État, l’Amazonie a souvent représenté un espace de richesses à conquérir et des terrains à exploiter. Dès la fin du 19e siècle, son exploitation commence principalement avec l’extraction du latex et l’arrivée de populations non autochtones. Le cycle du caoutchouc, court et intense, laisse quelques marques, symboliques et concrètes dans la région. À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’exploitation du caoutchouc d’Amazonie est terminée. Il faut attendre les années 1970 et la volonté du gouvernement militaire pour recommencer une large « conquête » de l’Amazonie à travers la construction et le prolongement de la route Transamazonienne en Amazonie orientale. Le dessein est d’occuper l’Amazonie avec de petits agriculteurs venant du Sud du pays, leur offrant l’opportunité d’exploiter de nouvelles terres et d’en devenir propriétaires. Avec des résultats plus ou moins positifs, l’ouverture de la route Transamazonienne a facilité l’accès à de nouveaux espaces en Amazonie, suscitant l’intérêt des acteurs politiques pour une nouvelle phase de développement (Cf. Moran, Becker, Pébayle). La construction récente (depuis 2011) du barrage hydroélectrique de Belo Monte et la venue d’autres usines hydroélectriques (rio Madeira et Tapajos) poussent le secteur énergétique brésilien vers l’Amazonie et l’on semble entrer dans un nouveau cycle pour l’Amazonie, celui de l’hydroélectricité pour alimenter le développement du Brésil.

3L’analyse des phases de développement de l’Amazonie peut se faire avec leurs marques spatiales et territoriales. L’objectif est de montrer comment les cycles de développement et leurs conséquences sont un facteur d’organisation et de structuration de l’espace. Il semble structuré sous diverses formes (linéaire, ponctuelle et aréolaire), qui souvent elles se complètent. Apparaissent trois échelles géographiques distinctes, correspondant à chaque phase de développement. Le boom du caoutchouc peut être appréhendé au niveau régional de toute l’Amazonie car d’Est en Ouest, toute la forêt amazonienne est concernée par l’extraction du latex. L’analyse faite autour de la route Transamazonienne concerne un territoire plus restreint, sa principale extension étant au cœur de l’État du Pará. Enfin, les conséquences spatiales du barrage de Belo Monte peuvent se lire autour de la ville d’Altamira (Pará). Ainsi, avec les trois échelles d’analyses, peuvent se lire les conséquences spatiales des politiques de développement et de croissance en Amazonie depuis plus d’un siècle.

Cycle du caoutchouc

4À la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, l’Amazonie brésilienne apparaît pour la première fois sur la carte économique mondiale grâce au latex. Cette substance tirée de l’hévéa présent dans la forêt tropicale brésilienne, permet la fabrication du caoutchouc. À partir du milieu du 19e siècle, le caoutchouc est fondamental dans la révolution industrielle. Dans les années 1850-1870, les innovations technologiques se succèdent aux États-Unis et en Grande Bretagne, autour de la transformation du caoutchouc pour fabriquer d’abord des vêtements puis des chambres à air et des pneumatiques, associées au rapide développement de l’automobile dans les décennies suivantes.

5Le latex se trouve au centre d’une industrie mondiale en pleine expansion et le besoin de caoutchouc ne cesse d’augmenter à la fin du 19ème siècle. Le fait que l’hévéa ne pousse qu’en Amazonie donne un rôle stratégique à cette région. Entre 1879 et 1912, se manifeste une véritable fièvre (ou « boom ») du caoutchouc en Amazonie : le monde entier vient au Nord du Brésil pour extraire le latex et l’exporter vers l’Europe ou les États-Unis. La production de latex s’envole sur plus de trente ans. Avant 1879, les prémices apparaissent avec une forte hausse des exportations, passant de 156 tonnes en 1830 à plus de 2 500 tonnes en 1860 (Weinstein, 1993). Pendant 33 ans, de 1879 à1912, la hausse des niveaux de production est spectaculaire. Elle double entre 1895 et 1910 et connaît son maximum à plus de 43 000 tonnes en 1912. Par la suite, l’extraction de latex en Amazonie ne cesse de diminuer. En 1927, la situation est déjà critique comme le décrit une mission américaine (1927), comparant avec 1912 : « l'industrie devait être mieux organisée qu'elle ne l'est actuellement ; il y avait plus de travailleurs employés, plus d'estradas ouvertes, et la situation financière des propriétaires, était meilleure. » La dégradation s’explique par la concurrence des pays asiatiques, où l’hévéa brésilien a été implanté au début du 20ème siècle et, cultivé en vastes plantations, il devient rapidement plus productif et moins cher. Le caoutchouc synthétique, inventé en 1875, se substitue peu à peu au caoutchouc naturel et renforce le déclin. La loi du marché s’applique violement et tout le système d’exploitation se déplace à l’autre bout du globe, abandonnant ainsi les sites brésiliens.

6Seul un événement exceptionnel relance temporairement la production en Amazonie. Au cours de la seconde guerre mondiale, les forces japonaises occupent une grande partie de l’Asie et ont la main mise sur les espaces de production du latex. Par conséquent, les États-Unis, se préparant à entrer en guerre, se tournent vers leur ancienne zone de production, l’Amazonie. Le Brésil, membre des forces alliées, conclut un accord (accord de Washington) pour relancer l’extraction de latex. L’objectif du président Getúlio Vargas est très élevé : passer la barre des 70 000 tonnes, alors que la production n’est que de 17 000 tonnes en 1941. On estime alors que la main d’œuvre nécessaire est de plus de 100 000 hommes. Le gouvernement met en place une politique d’encouragement basée sur un service spécial de mobilisation de travailleurs, incluant une prime à l’arrivée en Amazonie. La population visée est principalement nordestine à cause de sa proximité avec les régions amazoniennes et des conditions précaires qu’elle connaît. Les travailleurs migrants reçoivent le nom de « Soldados da Borracha » (soldats du caoutchouc). Si les flux de populations progressent rapidement, la production ne suit pas. Le nouveau pic de production est de 21 192 tonnes en 1944 (Antonio Filho, 2012), bien loin des promesses et espérances présidentielles. Avec la fin du conflit mondial les accords sont oubliés. Le déclin de la production de latex se poursuit. Le Brésil devient à partir des années 1950 un pays importateur de caoutchouc, la production nationale n’arrivant pas à répondre aux demandes industrielles nationales.

7Le cycle de production du caoutchouc fut court et intense et laisse de nombreuses marques sur l’espace amazonien brésilien. Trois aspects majeurs se distinguent : les flux migratoires ayant peuplé l’Amazonie comme jamais auparavant ; ensuite les modifications économiques et foncières provoquées ; enfin, les marques spatiales et symboliques comme la hiérarchisation des zones de peuplement, les fondations et les noms de villages ou les monuments commémoratifs.

8L’espace géographique amazonien évolue lors du boom du caoutchouc notamment avec l’arrivée massive de populations d’autres régions du pays. La demande internationale croissante incite le Brésil à extraite plus de latex, et une importante main d’œuvre est nécessaire. La population indienne n’étant pas suffisante, il faut faire venir des personnes d’autres régions du pays, principalement du Nordeste. Dans cette région frontalière de l’Amazonie, on constate, depuis le milieu du 19e siècle, une augmentation de la population (Furtado, 1970). La pression démographique sur les terres s’accentue par la conversion au coton de vastes espaces. Principalement dans l’État du Ceara, apparait une « déstructuration de l’économie de subsistance » (Antonio Filho, 2012), accentuée par la grande sécheresse entre 1877 et 1880. L’appauvrissement de la population générée par les sécheresses et par le système latifundiaire pousse les Nordestins à chercher d’autres moyens de subsistance et d’autres opportunités hors de leur région. Malgré le manque d’informations statistiques, Benchimol, (1977) montre qu’il existe bien un flux de populations entre le Nordeste et l’Amazonie à la fin du 19e siècle (Tableau 01). Les données sont corroborées par Furtado (1970) qui estime à 200 000 le nombre de personnes migrant vers l’Amazonie lors de la dernière décennie du 19ème. Le total de migrants pour le boom du caoutchouc (1850-1915) est estimé à 350 000 par Benchimol (1977).

Tableau 01 : Flux de migrants nordestins vers l’Amazonie. Benchimol, 1977 in

Année

Nombre de migrants Nordestins

1877

4610

1878

15300

1892

13593

1893

7380

1894

4443

1895

9092

1896

7686

1897

7312

1898

25872

1899

17045

1900

45792

Total

158125

Antonio Filho, 2012

9Pour la période des « Soldats du caoutchouc », les données sont plus fiables, avec une estimation de 150 000 migrants. Le total est donc d’un demi-million de déplacés entre le Nordeste et l’Amazonie pour la production de caoutchouc.

10Cette production a modifié l’économie amazonienne et brésilienne. À son apogée, le commerce du caoutchouc représente presque 40 % des exportations nationales, soit autant que le café (Dean, 1989). En parallèle, comme pour le Nordeste, il y a un abandon de l’agriculture de subsistance, en faveur de l’extraction du latex. La conséquence pour les populations locales est la dépendance aux importations de produits de première nécessité. Avec la crise du caoutchouc, toute agriculture amazonienne est à l’abandon et doit se reconstruire. Euclides da Cunha (1966) considère que le latex marque l’entrée du capitalisme international dans une périphérie d’un pays périphérique. Pour lui, cela n’a rien de positif car des régions en profitent, quand d’autres s’appauvrissent. L’économie des zones rurales repose sur l’extraction du latex, sans autre projet d’aménagement. Les promesses non tenues par les gouvernements (accès à la propriété et indemnisations) ont pour conséquence aujourd’hui est la désorganisation du système foncier amazonien, notamment au Pará avec de nombreux conflits agraires.

11Les différences économiques et sociales se retrouvent dans l’organisation du territoire. Les espaces urbains, notamment les deux principales villes d’Amazonie, Manaus et Belém, se sont fortement densifiées et modernisées. Leur importance et influence à la fin du 19ème siècle sont comparables à celles de Rio de Janeiro. Ce sont deux villes qui se modernisent rapidement, par exemple, à Manaus, l’éclairage électrique est installé en 1898, seconde ville équipée au Brésil après Rio. En 1897 on y installe le téléphone et en 1896 le magnifique théâtre Amazonas est inauguré et accueille les plus importants artistes mondiaux de l’époque. Belém est aussi une ville riche qui se modernise et se développe du point de vue architectural. L’évolution des villes est importante et l’espace amazonien se structure autour de nœuds (Droulers 2006 et Théry 1991), hiérarchisant la structure urbaine amazonienne. Un réseau se construit en Amazonie, pour l’évacuation et le commerce du latex, s’organisant autour des pôles urbains qui naissent au début du 20e siècle et qui demeurent les références urbaines du Nord Brésil. Les transports fluviaux relient les espaces ruraux, les villes d’exportation et les marchés internationaux. Dans les espaces ruraux aussi, les marques par cette période sont plus ténues : traces dans la toponymie (Fordlândia dans le Pará), le peuplement (Belterra) ou des monuments représentatifs de la période (Photo 01).

Photo 1 : monument commémoratif des soldats du caoutchouc, Altamira, Pará.

Photo 1 : monument commémoratif des soldats du caoutchouc, Altamira, Pará.

Guillaume Leturcq, 2015.

La Transamazonienne

12La seconde étape du développement de l’Amazonie brésilienne moderne est la construction de la route Transamazonienne et des politiques de colonisation qui l’accompagnent. L’ouvrage est un résultat politique de la dictature militaire qui souhaite intégrer l’Amazonie au reste du pays. Les conséquences en termes géographiques sont structurelles avec une nouvelle organisation de l’espace le long de cette route liée à l’occupation de l’espace par des populations migrant vers l’Amazonie.

13Avec l’arrivée au pouvoir des militaires après le coup d’État de 1964, l’Amazonie se trouve au cœur d’une nouvelle politique de développement, « opération Amazonie », pensée dans les années 1960, mise en place la décennie suivante et initiée par la création du Plan d’Intégration Nationale en 1970. L’idée est d’exploiter et d’intégrer les ressources naturelles de l’Amazonie au niveau brésilien (Moran, 1981). Les militaires utilisent la notion « d’Amazonie vide », à la fois pour justifier la politique d’occupation, mais aussi pour inciter les populations sans terre à venir s’y installer. La fameuse phrase du président Emílio Garrastazu Médici démontre bien l’idée centrale : « Donner aux hommes sans terre, une terre sans hommes » (juin 1970). Il faut évoquer la notion patriotique et politique, car les militaires au pouvoir souhaitent affirmer leur domination et donner les apparences d’une politique sociale. R. Pébayle décrit l’entreprise comme « une audacieuse improvisation, voire de sombres visées politico-sociales » (Pébayle, 1989). Xavier Arnauld de Sartre parle de « perpétuation des modèles d’occupation de l’espace de type géophagique » (Arnauld de Sartre, 2006). Il observe un grand écart entre les bonnes intentions affichées et l’exécution du projet. Au cours des années 1960 et 1970, s’affrontent deux points de vue opposés : les conservateurs et les personnes favorables au développement de la région (Moran, 1981), beaucoup plus nombreuses au sein de la junte militaire. La taille de l’Amazonie est souvent perçue comme un obstacle au développement par les responsables politiques. En 1966, l’Agence Amazonienne de Développement (SUDAM) est instituée, reliée au ministère de l’Intérieur, pour promouvoir le développement de la région, la rendre attractive fiscalement et financièrement pour des investisseurs. À partir du début des années 1970, des projets concrets voient le jour : la construction de la route Transamazonienne et, accompagnant la construction de la route, la mise en place de migrations de population. A travers la colonisation par la petite agriculture, elles forment un des trois axes de promotion du gouvernement militaire de l’Amazonie, avec l’exploitation industrielle des ressources (minières et forestières principalement) et l’expansion de grandes fermes d’élevages. Pébayle décrit la migration comme étant « le premier front pionnier d’une telle ampleur (on a parlé de plus de 100 000 familles) et aussi éloigné de ses bases de départ » (Pébayle, 1989). Le gouvernement militaire se donne les moyens pour une construction rapide de la route car en quatre années, ce n’est pas moins de 500 millions de dollars qui sont dépensés (Moran, 1981). La route est constituée de deux axes : la liaison Belém-Brasilia et Cuiabá-Santarém, traversant principalement l’État du Pará. Elle est longue de plus de 4 000 kilomètres. Mais le projet initial était de plus de 8 000, rejoignant même l’océan Pacifique. La construction totale aurait couté plus d’1,5 milliards de dollars de l’époque (environ 7 milliards aujourd’hui) selon les données les plus répandues. En parallèle à la construction de la route, le gouvernement favorise l’arrivée de familles d’agriculteurs, déléguant la responsabilité de leur installation à l’Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire (INCRA), créé en 1970.

Photo 2 : Transamazonienne (Pará), en janvier 2015,

Photo 2 : Transamazonienne (Pará), en janvier 2015,

G. Leturcq, 2015

14La route Transamazonienne (Photo 2) transforme l’organisation géographique amazonienne comme jamais auparavant. La photo 1 montre la trace centrale que laisse la route, avec un parcellaire en arête de poisson. Elle est le résultat de presque quarante années de déforestation. Comme le souligne François-Michel Le Tourneau « la déforestation n’est pas une politique définie, mais la résultante d’un grand nombre d’efforts individuels qui vont dans le même sens. » (Le Tourneau, 2004). Ce résultat découle de l’installation d’un ensemble de familles, à l’origine des colons, auxquelles, au fil des ans, se joignent d’autres acteurs (éleveurs de bétails et exploitants forestiers principalement) encore plus prédateurs de forêt. À partir des premiers pôles de colonisation, d’autres ouvertures sur la forêt se réalisent et aujourd’hui, nous voyons clairement les marques linéaires puis auréolaires laissées par la Transamazonienne sur le territoire. L’occupation de l’espace autour de la Transamazonienne est à l’origine très rationnelle, permettant de maximiser l’espace occupé (Arnauld de Sartre, 2006). Puis le contrôle de l’espace a été perdu peu à peu, engendrant une concentration des terres et une progression des terres pour l’élevage, phénomène plus néfaste pour la forêt. La route et ses populations ont modifié l’espace amazonien comme jamais et la création de communautés organisées est probablement la marque la plus notable du changement.

Image 1 : Image Google Earth de la région d’Altamira.

Image 1 : Image Google Earth de la région d’Altamira.

Image Landsat 2015.

15L’organisation de l’espace lors de la construction de la Transamazonienne est planifiée et hiérarchisée, classant les communautés de populations en tant que « planned communities » (Moran, 1981). Dans l’ordre, il existe d’abord la ville (Altamira par exemple), qui est un centre de soutien (pour l’économie, les servies et transports) pour : les « agropolis » (le long de la Transamazonienne) et enfin les « agrovilas » le long des routes perpendiculaires à celle-ci. Le schéma d’Emilio Moran (1981) sur la Figure 1 illustre l’organisation de l’espace des nouvelles communautés. La disposition des communautés est encore présente aujourd’hui, mais celles-ci se sont plus ou moins développées selon les régions. Ainsi, une agropolis comme Brasil Novo (Pará), construite pour 300 familles (émancipé d’Altamira comme município depuis 1990) compte désormais 17 960 habitants (IGBE, 2010).

Figure 1 : Schéma de l’organisation spatiale des communautés.

Figure 1 : Schéma de l’organisation spatiale des communautés.

Selon E Moran, 1981.

16Entrons un peu plus dans le détail de la construction de l’espace pour les colons le long de la Transamazonienne, en expliquant l’agropolis. Décrite par E. Moran, sa structure est composée d’une cinquantaine de maisons qui sont placées sous la forme d’un grand U avec au centre les services communs et des espaces verts. L’organisation est pensée pour la création d’une vie communautaire entre les nouvelles familles qui ne se connaissent pas et sont d’origines diverses. On cherche ainsi à créer une interaction et des nouvelles connexions durables entre les familles de la communauté. Cela renforce l’idée originelle que tous les colons sont traités équitablement et installe une semi-utopie sous-jacente de « nouvelle société brésilienne » (Moran, 1981).

  • 1 Données disponibles dans l’ouvrage d’Emilio Moran, 1981.
  • 2 On estime à l’époque, selon l’IBGE, qu’une famille est constituée en moyenne de six membres.

17L’idée d’une nouvelle société est associée à celle d’une nouvelle chance pour des populations délaissées. Les colons accompagnant la construction de la Transamazonienne au cours des années 1960-1970 ont, pour la plupart, une certaine appréhension héritée des histoires contées par les migrants du caoutchouc, revenus sur leurs terres natales après avoir été traités comme des esclaves (Moran, 1981). L’influence négative n’empêche pas une nouvelle vague de migrants venant de toutes les régions du Brésil. Trois villes-rivières d’accueil (Marabá sur le Tocantins, Altamira sur le Xingu et Itaituba sur le Tapajós) se créent pour répartir les familles le long de la route. Altamira devient rapidement le point central de la migration, accueillant une grande majorité des services proposés par le gouvernement de Brasilia. Selon les plans de l’INCRA, 75 % des migrants devaient venir du Nordeste et les autres 25 % d’un large Sud (Moran, 1981). Les données sont plus ou moins vérifiées par la recherche d’E. Moran qui constate que 36 % des migrations sont du propre État du Pará, soit des migrations entre espaces ruraux. Les migrants du Nordeste et ceux du Sud (23 %) suivent en importance. Les données concernant les flux arrivant dans la région, de l’INCRA1, montrent qu’entre juin 1972 et décembre 1974, la population officielle de colons est d’environ 34 000. Mais, en incluant d’autres migrants informels et des travailleurs non agriculteurs, le nombre de familles est de 45 600, soit plus de 270 000 personnes2. Pour la ville d’Altamira, la population est passée de 3 425 personnes en 1960, à 5 741 en 1970 et plus de 11 700 en 1973 (sources IBGE reprise par E. Moran, 1981).

18Les colons ne sont pas la seule population qui compose le flux migratoire, d’autres populations viennent aussi pour participer à l’occupation de l’Amazonie : des femmes travaillant dans des services sociaux, des fonctionnaires de banques ou de services de l’État, des militaires pour sécuriser la construction de la route, ou d’autres travailleurs à la recherche d’un emploi (Moran, 1981). Pébayle estime que « la Transamazonienne et le programme de routes qui a suivi sont des moments très importants de l’histoire du peuplement du Brésil » (Pébayle, 1989).

19Les nouvelles populations ont aussi pesé sur l’agriculture et l’élevage de la région. Avec les colons, une nouvelle agriculture s’installe en Amazonie autour de la culture du riz et du maïs. Ces deux produits d’abord dominants sont ensuite remplacés par le cacao et l’élevage. Au moment de l’installation des fronts pionniers, la question de la circulation de la production et des moyens de transport est rapidement apparue. E. Moran note dans son livre que les colons installés au bord de la Transamazonienne, ou à proximité sont en meilleure position pour vendre leur production agricole, leur offrant ainsi la possibilité d’améliorer leur condition de vie. En revanche, les populations plus éloignées sont isolées des circuits commerciaux. La question de l’éloignement, voire de l’isolement, est l’un des deux critères avancés par Pébayle (1989) pour expliquer le semi-échec de la colonisation.

20L’adaptation des familles de colons est le second critère retenu par Pébayle, considérant le point de vue socio-économique, à savoir la réussite de nordestins du sertão en forêt tropicale. Selon Moran, l’adaptation des colons s’est faite selon trois variables : l’histoire migratoire de la famille, la force de travail et le lieu d’origine (Moran, 1981). Elles ont déterminé la direction et la production des lots agricoles de la Transamazonienne. Enfin les questions foncières, déjà très conflictuelles lors du boom du caoutchouc, se répètent pour de nombreux colons qui jusqu’à aujourd’hui n’ont pas reçu leurs titres officiels de propriété. Il subsiste dans la région des problèmes de successions et de droits de propriété, plus de 40 ans après la colonisation, engendrant des conflits entre occupants de l’espace.

Belo Monte

21Le barrage hydroélectrique de Belo Monte est aujourd’hui le plus important ouvrage civil en construction au Brésil. Il présente de nombreuses similitudes avec la route Transamazonienne construite dans les années 1970. La première est la forte volonté politique qui anime sa construction. Là encore, nous retrouvons le débat entre les « conservateurs » et les « développeurs ». Ces derniers gagnent avec la construction actuelle du barrage, mais les premiers ralentissent le projet depuis plusieurs décennies et ont fait modifier le projet et la structure du barrage. La seconde similitude est la profonde modification géographique, environnementale et démographique qu’engendre l’ouvrage, forçant des familles à délaisser leurs habitations et en attirant de nombreuses autres par les effets économiques du projet.

22Le barrage de Belo Monte est en projet depuis les années 1970. Xavier Arnauld de Sartre (2004) note qu’il est presque aussi ancien que les projets de colonisation et que son histoire lui est directement liée. À l’origine, le barrage devait être constitué de cinq grandes usines hydroélectriques sur le bassin du Xingu, Belo Monte étant l’une des usines, et avait pour nom Kararão. Au cours des années 1970-1980, le projet rencontre toujours plus d’opposants, locaux comme internationaux. Il se fait connaître plus par l’opposition qu’il engendre que par le projet en lui même et, en 1989, après des manifestations retentissantes d’indiens Kayapós et de leurs alliés, le projet originel est abandonné (Hurwitz pour International Rivers, 2011). Au-delà des protestations, le contexte de crise économique brésilien de l’époque n’est pas non plus favorable à la construction d’un tel ouvrage. Le Brésil entre dans une phase de privatisation de son économie et notamment du secteur énergétique. Enfin, tout le secteur énergétique brésilien est réorganisé à la fin des années 1980 et de nombreux projets de barrages au Brésil restent dans les tiroirs (Falcão, 2010) dont celui de Belo Monte, encore trop controversé. À partir des années 1990, le secteur énergétique brésilien est privatisé et cela relance la volonté d’ingénieurs de construire des barrages hydroélectrique. Belo Monte reste un projet viable dans l’esprit de nombreux acteurs. Il faut attendre le début du 21e siècle pour qu’il réapparaisse dans un contexte de crise énergétique nationale marqué par de nombreux échecs. En 2002, un nouveau projet de Belo Monte est présenté par le Ministère des Mines et Énergies, mais ne reçoit pas un accueil favorable au sein du gouvernement du président Luiz Inácio Lula da Silva. Divers ministères identifiant le projet comme à risque, présentant trop de facteurs négatifs, il n’est donc pas la priorité du gouvernement. Cependant, deux ans plus tard, le contexte gouvernemental change complètement. Le projet de 2002 s’affirme autant politiquement qu’économiquement, et intègre le Programme d’Accélération de la Croissance, lancé en 2007.

23Le projet de 2002 présente un ensemble de trois barrages (Belo Monte, Pimental et un autre servant de réservoir en amont). Il est de nouveau modifié en 2010 lorsque le consortium Norte Energia gagne l’enchère pour la construction des ouvrages. Le troisième barrage, pour la constitution du réservoir, est ainsi abandonné, probablement pour cause de lourds d’impacts environnementaux. L’International River présente le projet Belo Monte comme « un projet ancien, encerclé de controverses, qui est passé par divers changements technologiques au fil du temps, sans pour autant surmonter les problèmes basiques liés aux impacts sociaux et environnementaux et à sa viabilité économique » (Hurwitz pour International Rivers, 2011).

Photo 3 : Construction du barrage de Belo Monte, Pará.

Photo 3 : Construction du barrage de Belo Monte, Pará.

Guillaume Leturcq, 2015.

24Le barrage est le troisième plus important au monde en termes de production d’électricité avec plus de 11 000 MW (Photo 3). L’immense chantier présente une profonde modification du paysage en trois sites distincts : le barrage de Belo Monte où se situe la centrale, le canal de dérivation d’environ vingt kilomètres, aussi utilisé comme lac, et enfin le barrage Pimental, plus en amont sur la rivière Xingu, bloquant le cours d’eau pour constituer le principal lac de retenue. Malgré les nombreuses conséquences connues, les avertissements d’acteurs politiques et les recherches scientifiques, le projet est en cours de réalisation. Sa justification est toujours liée au développement, comme le confirme la phrase d’un document de l’Eletrobras et Insight Engenharia en 2010 :« La construction de l’usine sera une grande plateforme de développement régional car elle permettra que soit exploitées les richesses comme l’énergie la moins chère du monde, la main d’œuvre qualifiée et la cartographie détaillée des potentialités économiques de la région » (Falcão, 2010). Les conséquences sur la géographie de la région sont déjà effectives alors que l’ouvrage n’est pas encore terminé.

25Fin 2015, la construction de l’immense barrage de Belo Monte est en cours d’achèvement. D’ici peu, il doit entrer en production. Les préoccupations concernent les conséquences spatiales et sociales seront importantes. Les populations déplacées à cause de Belo Monte perdent à jamais leurs maisons et leurs lieux de vie. Dans le rapport sur les impacts environnementaux (RIMA, 2009), préalable à la construction (2009), l’estimation de la population victime du barrage est de 5 186 familles pour un total de 19 242 personnes. Cette information est inférieure à la réalité du terrain, notamment six ans plus tard, en 2015, au moment du délogement des familles de la ville d’Altamira. La donnée est inférieure car depuis 2009, d’autres personnes sont venues s’installer à Altamira pour trouver du travail ou une opportunité économique. Pour mesurer les conséquences démographiques, temporaires ou non, de la construction du barrage, il faut considérer le nombre maximal d’ouvriers travaillant à la fin de 2014 : 35 000. Dans le RIMA, il est estimé que la moyenne, au cours des années de construction, est de 18 700 employés. Malgré les plans pour construire des logements (pas tous concrétisés) pour les employés, le logement est devenu à Altamira un grave problème, à la fois en terme de quantité, mais aussi d’insalubrité. D’un point de vue économique, la hausse des loyers est un autre élément marquant. Car le flux démographique qui touche la ville est triple : les victimes du barrage qui sont réinstallées dans de nouveaux quartiers en périphérie ; les travailleurs extérieurs, venant de tout le Brésil, pour travailler sur le chantier ; et les populations paraense à la recherche d’opportunités d’emplois ou de nouvelles activités économiques. L’attrait nouveau et intense d’Altamira renforce un exode rural déjà présent dans la région. Lors de recherches auprès de familles rurales de la Transamazonienne, apparaît un manque de main d’œuvre locale pour les travaux agricoles, dans un rayon de plus ou moins cent kilomètres.

  • 3 Étroit bras de rivière urbain.

26La conséquence pour la ville d’Altamira est importante, avec la construction de cinq nouveaux quartiers de logements périphériques qui reçoivent les familles victimes du barrage, qu’elles soient urbaines et/ou rurales. La morphologie de la ville d’Altamira est transformée par la nouvelle répartition de la population. Elle le sera une nouvelle fois avec la montée des eaux du lac du barrage. Un igarapé 3 coupe actuellement la ville en son centre. Il sera plus large et accompagné d’un espace de protection environnemental de 100 mètres sur ses rives. La ville d’Altamira sera clairement divisée par ce nouvel élément paysager. Les liaisons entre les deux parties de la ville ne seront pas celles promises par l’entreprise Norte Energia, qui a déjà réduit de 10 à 3 le nombre de ponts au-dessus de l’igarapé. On peut imaginer une coupure majeure dans la ville, perturbant les activités, les services et la mobilité des habitants.

27À une échelle plus petite, la région d’Altamira est affectée par la construction. Le paysage rural et forestier est bouleversé sur les lieux du chantier qui s’étend sur une zone de presque 1000 km2. Le symbole le plus marquant de la modification du paysage est le recoupement d’un méandre du Xingu. La partie nommée Volta Grande du Xingu est maintenant coupée en amont par le barrage Pimental qui oriente le cours d’eau à travers un canal de dérivation de plus de vingt kilomètres vers le barrage de Belo Monte. La Volta Grande devrait réduire son débit à hauteur de 70 % et selon la Norte Energia (RIMA, 2011). Sans son eau, le méandre d’environ 100 kilomètres sera un espace abandonné par les populations de pécheurs et petits orpailleurs. Par contre, la Volta Grande asséchée devient intéressante économiquement car on y trouve, potentiellement, le plus grand filon d’or d’Amazonie. Convoité par des entreprises, la plus importante mine d’or industrielle à ciel ouvert du Brésil devrait surgir dans les prochaines années. Une autre grande perturbation paysagère doit donc se produire au cœur de l’Amazonie, à seulement quelques kilomètres du second plus grand barrage hydroélectrique du Brésil. Le paysage rural de petits agriculteurs de la Transamazonienne et de pécheurs du Xingu va donc être profondément bouleversé pour la région orientale d’Altamira.

28L’interaction entre la construction du barrage et la route Transamazonienne a pour effet une augmentation de la mobilité entre les pôles régionaux et les centres urbains. La Transamazonienne, qui depuis des décennies est le lien unique dans la région, est asphaltée depuis le début de la construction de Belo Monte, ce qui change profondément les conditions de déplacement de la population. Les personnes circulent entre les villes de Medicilândia, Brasil Novo, Altamira et Vitoria do Xingu beaucoup plus qu’il y a seulement dix ans et le flot de déplacements vers le chantier de Belo Monte, à seulement cinquante kilomètres d’Altamira, est conséquent, constitué principalement de camions et de bus.

29Finalement, l’influence géographique de Belo Monte est à la fois ponctuelle (sur le lieu du chantier) et auréolaire car agissant sur toute la région proche d`Altamira, à la fois la vallée du Xingu, les petits agriculteurs et aussi les zones urbaines de la Transamazonienne.

Conclusion

30La variété des richesses de l’Amazonie attise donc les convoitises, des acteurs politiques et économiques, mais aussi des populations à la recherche de meilleures conditions de vie. L’attrait n’est pas nouveau, il continue d’exister et d’alimenter depuis des décennies les politiques et les actions visant à développer cette région isolée du Brésil. Aujourd’hui, encore plus soumise aux pressions extérieures, l’Amazonie reste une zone attractive pour l’économie brésilienne dans une phase de ralentissement.

31Les effets sur le territoire des périodes de développement sont divers et nombreux. En terme géographique, les marques spatiales peuvent apparaitre sous forme de nœuds et de réseaux avec le « boom » du latex ; linéaire avec la route Transamazonienne ; puis ponctuelles et auréolaires en ce qui concerne le barrage de Belo Monte. Les conséquences spatiales sont donc nombreuses et façonnent dans la durée le territoire et le paysage amazonien. Le jeu d’échelle permet de mieux comprendre les conséquences des actions du développement à tous les niveaux géographiques et sur les différents acteurs.

32Enfin, dans un avenir proche, l’Amazonie reste soumise aux pressions externes, avec notamment la volonté de construire d’autres grands barrages hydroélectriques (sur la rivière Tapajos notamment) ou d’exploiter les ressources minières. Malgré les promesses d’éradication de la déforestation illégale, les pressions agricoles continuent de peser sur l’écosystème surtout avec les fermes d’élevage constituant une importante menace pour la forêt amazonienne.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Robin L. Colonization as Exploitation in the Amazon Rain Forest 1758-1911. Gainesvilles, University Press of Florida, 1999.

Antonio Filho, Fadel David. Riqueza e miséria do ciclo da borracha na Amazônia brasileira: um olhar geográfico através de Euclides da Cunha. Online, 2012. Disponible sur <www.casaeuclidiana.org.br>, visité le 15/09/2015.

Arnaud de Sartre, Xavier. Fronts pionniers d’Amazonie. Paris, CNRS Éditions, 2006.

Arnaud de Sartre, Xavier. La colonisation de l’Amazonie face au développement durable : l’exemple du barrage de Belo Monte. Cahiers des Amériques Latines, no 44, Août 2004.

Benchimol, Samuel. Amazônia: um pouco – antes e além – depois. Manaus, Ed. Umberto Calderaro, 1977.

Cunha, Euclides da. Obra Completa. Rio de Janeiro, Companhia José Aguilar Editora, 1966.

Dean, Warren. A luta pela borracha no Brasil. São Paulo, Nobel, 1989.

Droulers, Martine et Le Tourneau, François-Michel. L'amazonie brésilienne et le développement durable. Paris, Belin, 2011.

Droulers, Martine. Brésil : une géohistoire. Paris, PUF, 2006.

Falcão, Alexandre, Belo Monte: uma usina de conhecimento. Rio de Janeiro, Insight, 2010.

Furtado, Celso. Formação Econômica do Brasil. São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1970.

Hurwitz Zachary et al. Mega-Projeto, Mega-Riscos. São Paulo, Amigos da Terra – Amazônia Brasileira; International Rivers, 2011.

Institut Brésilien de Géographie et Statistiques – IBGE. Recensement 2010.

Le Tourneau, François-Michel. Jusqu’au bout de la forêt ? Causes et mécanismes de la déforestation en Amazonie brésilienne. M@ppemonde 75, 2004.

Mission américaine. La production du Caoutchouc en Amazonie. In: Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale. 7e année, bulletin n°69, mai 1927.

Moran, Emilio F. Developing the Amazon. Bloomington, Indiana University Press, 1981.

Pébayle, Raymond. Les brésilien pionniers et bâtisseurs. Paris, Flammarion, 1989.

Relatório de Impacto Ambiental - RIMA, 2009.

Théry, Hervé. Les franges pionnières, un complexe géographique. État actuel des franges pionnières. In : Droulers, Martine et Théry, Hervé. Pierre Monbeig, un géographe pionnier. Paris, Éditions de l’IHEAL, 1991.

Weinstein, B., A Borracha na Amazônia: Expansão e Decadência (1850 - 1920), 1993, São Paulo, EDUSP.

Haut de page

Notes

1 Données disponibles dans l’ouvrage d’Emilio Moran, 1981.

2 On estime à l’époque, selon l’IBGE, qu’une famille est constituée en moyenne de six membres.

3 Étroit bras de rivière urbain.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : monument commémoratif des soldats du caoutchouc, Altamira, Pará.
Crédits Guillaume Leturcq, 2015.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Photo 2 : Transamazonienne (Pará), en janvier 2015,
Crédits G. Leturcq, 2015
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10757/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Image 1 : Image Google Earth de la région d’Altamira.
Crédits Image Landsat 2015.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10757/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 1 : Schéma de l’organisation spatiale des communautés.
Crédits Selon E Moran, 1981.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10757/img-4.png
Fichier image/png, 49k
Titre Photo 3 : Construction du barrage de Belo Monte, Pará.
Crédits Guillaume Leturcq, 2015.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10757/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Leturcq, « Recomposition des territoires en Amazonie brésilienne », Confins [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 29 février 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/10757 ; DOI : 10.4000/confins.10757

Haut de page

Auteur

Guillaume Leturcq

Nepam/Unicamp, guillaume.leturcq@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org