Navigation – Plan du site
Resenhas

Pour une géographie environnementale

Marion Daugeard
Référence(s) :

Chartier, D., Rodary, E., (dir.), 2016, Manifeste pour une géographie environnementale, Presses de Sciences Po, Paris, 439 p.

Notes de l’auteur

Ce compte-rendu s’appuie également sur la présentation de l’ouvrage effectuée le 26 février 2016 dans le cadre du Séminaire GADDAL (Géographie, Aménagement et Développement durable en Amérique Latine), en présence d’Estienne Rodary et de Pierre Gautreau, à l’institut des Amériques (IDA, Vanves). Site du Séminaire : http://www.iheal.univ-paris3.fr/fr/agenda/s%C3%A9minaire-gaddal-33

Texte intégral

Résumé introductif

  • 1 Denis Chartier, co-directeur de l’ouvrage, Maître de conférences en géographie à l’université d’Orl (...)
  • 2 Estienne Rodary, co-directeur de l’ouvrage, géographe et chargé de recherches à l’IRD, UMR GRED (Go (...)

1Paru en janvier 2016 dans un contexte post-COP21, l’ouvrage codirigé par Denis Chartier1 et Estienne Rodary2 est l’aboutissement de discussions lancées en 2012 lors du Colloque « Géographie, écologie, politique : un climat de changement » à Orléans, qui avait alors mis en évidence « la similitude des postures de recherche et l’échec de la géographie à se placer au centre du débat autour des problématiques environnementales » (Hautdidier, p. 79).

2Ce colloque trouve son origine dans un contexte particulier, après « l’organisation, par la Société de géographie, du colloque "Le ciel ne va pas nous tomber sur la tête" […] et la remise du grand prix de cette même société à Claude Allègre pour son ouvrage L’imposture climatique » et cherche alors à « questionner » la « réticence » de la géographie française à « considérer la question environnementale ». Il propose « de poser les jalons heuristiques d’un rapprochement entre l’écologie, la politique et la géographie […] sans l’instrumentalisation politique qui caractérise aussi bien l’écologisme dénoncé par les géographes que ces mêmes géographes quand ils dénoncent le catastrophisme environnemental ». Aussi, l’ouvrage, publié sous la forme d’un Manifeste, cherche-t-il à restituer en 16 chapitres, un certain nombre de réflexions et de positionnements du colloque.

3L’ouvrage constitue dès lors le « prolongement » (Hautdidier, p. 79) de « contributions » qui visaient à « poser des jalons de réflexions pour construire une géographie politique de l’environnement » (Chartier et Rodary, 2007), et l’on ne s’étonnera pas à ce titre de la codirection de l’ouvrage.

4Si le choix du titre porte en lui une tonalité péremptoire, et si l’ennemi est globalement désigné, l’ouvrage cherche plutôt à dessiner de nouvelles voies possibles pour la géographie « environnementale en tant qu’elle-même travaillée et transformée par cet adjectif » (Chartier et Rodary, Introduction, p. 16-17). Le Manifeste cherche donc plus la refondation que la « coupure radicale » (Ibid, p. 30) et s’inscrit dans la continuité de nombreux travaux rappelés et ré-analysés dans les divers chapitres.

Positionnements

  • 3 E. Rodary, GADDAL, février 2016.
  • 4 Ibid.

5Le point de départ du Manifeste est clairement annoncé dans l’ouvrage par l'usage d’expressions parfois métaphoriques. La géographie aurait ainsi « perdu le moment de l’environnement3 » et « raté le coche » (Kull et Batterbury, p. 229), en se « débarrassant de l’environnement en se constituant comme discipline4 ».

  • 5 Stengers 2009, cité p. 41.

6Devant « l’irruption de l’environnement » (Chartier et Rodary, p. 15) ou la « crise environnementale » (Gautier et Pech, p. 325) la discipline se trouverait à une « période charnière » (Ibid) dont les « conséquences […] paraissent définitives pour la « discipline géographique » (Chartier et Rodary, p. 15). La géographie doit dès lors requalifier ses positionnements, son rôle et son engagement, ainsi que ses approches et ses méthodes, en d’autres mots « réintroduire Gaïa5 », la nature dans les sciences humaines et sociales.

7Pour cela, la discipline doit tout d’abord « résister » (Grenier, p. 61) face à des positionnements « écolosceptiques » (p. 16-17 ; p 150) et combattre une idéologie non-catastrophistes (ref. à Pitte et Brunel, 2010 ; Veyret 2010) « outrancièrement anthropocentrée » (Benhammou, p. 150). Plus encore, la discipline doit combattre ses « démons » historiques (césure avec la géographie physique entre autres), inventer et « se connecter », « lâcher prise » et surtout se reprendre en main. Les auteurs affirment qu’il est temps pour la discipline de « sortir d’une neutralité illusoire » (Benhammou, p. 157), d’en finir avec cette position « surplombante » (3 occurrences dans l’introduction, p. 27, 41 et 45), objective et apolitique de la géographie. A ce titre, Kull et Batterbury (p. 247) affirment : « Les modifications environnementales anthropogéniques comme le changement climatique et la transformation des terres ne disparaitront pas parce qu’on le veut ou parce qu’on les requalifie. La question est de savoir ce que la géographie en tant que discipline universitaire peut faire à leur égard », or cela implique pour la discipline, une redéfinition des approches et des objets de recherche, « la percée environnementale a […] des incidences programmatiques  (Chartier et Rodary, p. 15).

8L’introduction du Manifeste vise à « bousculer » (Chartier et Rodary, p. 45) la géographie et propose de réhabiliter les écrits précurseurs, parfois « marginalisées et inaudibles dans un concert des nations tourné vers l’industrialisation et l’impérialisme » (Chartier et Rodary, p. 25), et explicite le projet : pour construire une géographie environnementale, il ne s’agit pas de faire un « ménage à deux entre géographie humaine et géographie physique, mais un nœud gordien entre géographie, écologie et politique » (Ibid, p. 30).

9Pour cela, sept positionnements théoriques sont détaillés des pages 31 à 46, pour une géographie : (1) « cosmopolitique », qui « considère l’intrusion de la question naturelle dans le champ du social » (p. 31)

10(2) « postdéterministe » qui dépasse les « schémas épistémologiques » hérités et rende compte « des crises que connaît la biosphère et des limites que cela impose, tout en considérant la complexité des phénomènes et des interactions à l’œuvre » (p. 32)

11(3) une géographie « d’un Monde rugueux » qui prenne en compte « les lieux et les communautés humaines dans leurs différences tout en considérant la Terre dans sa totalité » (p. 35)

12(4) « située » qui s’engage « dans une réflexivité qui ne soit pas déconnectée de la pratique »

13(5) « de la justice » dans la mesure où « porter un regard sur la crise de la biosphère, c’est […] prendre en compte les nouvelles dimensions des injustices sociales contemporaines » (p. 39)

  • 6 Les auteurs citent à ce titre Besse (2000 :148) « Être, c’est participer, être sur la Terre, c’est (...)

14(6) « sensible » qui laisse « plus de place à une relation empathique avec ce qui constitue nos conditions d’existence » (p. 406)

15(7) « du lâcher prise » qui implique de sortir la discipline de sa position dominante et surplombante, déjà mentionnée.

  • 7 Latour, 2015.

16En résumé, il s’agirait de faire de la géographie environnementale une « gaïagraphie7 » (p. 43), c’est-à-dire, de « penser et de renouveler la géographie à l’aune de l’environnement » (p. 45), sortir des « divisions disciplinaires (ou « coupures ») et notamment celles qui séparent la "nature" de la "société" […] constitutives de notre période moderne » (p. 44).

Contributions de l’ouvrage : retour sur les trois « parties » et l’apport des chapitres.

17L’ouvrage comporte trois grandes parties : « Premières charges », qui constitue en quelque sorte le prolongement de l’introduction et des positionnements, « Histoire des occasions manquées » qui effectue un retour approfondi sur les contributions d’auteurs précurseurs et examine les racines d’un rapprochement entre écologie, géographie et politique, et « Mises en dialogues actuelles » qui constitue une sorte d’application des principes d’une « géographie environnementale » et contribue, par des exemples divers, à montrer l’éventail des possibilités de renouvellement disciplinaire.

  • 8 Référence à Kull et Batterbury (p. 229) qui évoquent les « changements environnementaux spectaculai (...)

18La première partie prolonge donc les critiques formulées dans l’introduction aussi bien dans le contenu que dans le vocabulaire, et montre du doigt une géographie « outrancière » et « ignorante » (Chapitre 1) qui échoue « à se placer au centre du débat sur les problématiques environnementales » (Hautdidier, p. 79) en refusant d’interroger les « réalités8 » environnementales et la question des « limites » (qui sera d’ailleurs explorée dans plusieurs contributions de l’ouvrage).

19La deuxième partie explore les contributions originales d’auteurs (Reclus, Brunhes, Sauer entre autres) parfois désignés comme des « passeurs » (Matagne, p. 130) et réhabilite certaines notions ou concepts. L’on y trouve ainsi un éclairage sur la notion de Raubwirtschaft (ou littéralement, l’économie de pillage) « évincée » par la discipline « pour éviter les problèmes posés par cette notion, notamment ceux relatifs au degré de liberté de l’homme vis-à-vis de son environnement, alors même que la géographie étudie les relations entre l’homme et la nature (Raumulin 1984 :798, cité p. 133). Selon Zaninetti et Mathewson (Chapitre 8), Sauer élargit ce concept. Les auteurs montrent qu’il fait « le lien entre économie prédatrice et mondialisation […], remet en cause l’européocentrisme et réhabilite la soutenabilité des systèmes agraires précolombiens » (p. 205). Il s’agit donc, pour la géographie, de se renouveler en « puis(ant) dans l’histoire de ses occasions manquées »  (Garcia et Grangé, p. 166).

20Au-delà de ce retour sur les occasions manquées, le chapitre ouvre vers de nouvelles « pistes » de recherche : la « géographie de la limite » (Chapitre 6), l’« écologie du paysage » comme « nouvelle opportunité » de dialogue entre la géographie et l’écologie (Matagne, p. 134). Ou encore la « political ecology » qui permettrait de « dépasser les grandes rhétoriques environnementales des changements environnementaux globaux […] examine de façon critique les relations complexes entre nature et société, en analysant les formes de contrôle et d’accès aux ressources naturelles, et leurs conséquences pour la soutenabilité environnementale et sociale » (Kull et Batterbury, p. 239). Elle construit en outre une « critique de la globalisation de la modernité et des stratégies néolibérales de croissance économie, lesquelles sont à la racine de transformations globales » (Ibid, p. 246).

21Le chapitre 7 (Ballouche) constitue un exemple éclairant à ce titre. Il pose la question des grilles de lecture et de l’importance de déconstruire l’objet, même s’il peut a priori satisfaire une idéologie, avec le cas de la construction du postulat de la dégradation des milieux décrite dans le modèle d’Aubréville (feu et défriche) au milieu du XXème siècle, à propos de l’Afrique tropicale. L’auteur montre que l’étude des présupposés qui traversent les discours sur la dégradation de l’environnement sont riches en enseignements, il écrit p. 187 : « paradoxalement, la logique d’alerte écologique qu’on y lit aujourd’hui et qui satisfait l’esprit en termes de protection de l’environnement et des ressources, peut aussi véhiculer un réel message politique invitant à la condamnation des pratiques locales, à l’exclusion des populations autochtones voire à leur répression ».

22Ce chapitre opère une transition avec la troisième partie et rejoint par exemple la contribution de Caillault (chapitre 12) qui s’intéresse aux représentations du feu et de la brousse comme objets de cristallisation des enjeux environnementaux en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso). L’auteur mobilise différentes échelles d’analyse pour montrer « les décalages existant entre les échelles dominantes d’observations scientifiques et les échelles d’action des individus ou des groupes sociaux sur un espace donné » et pose l‘hypothèse que « cette différence conduit à des problèmes de gestion et d’appropriation des territoires » (p. 307), une analyse qui constitue donc un exemple de déconstruction « des discours normatifs sur l’environnement » (p. 306).

23Ce chapitre contient également des contributions sur la Radical political ecology (Blanchon, p. 259), une branche de la political ecology qui s’intéresse en particulier à la question de l’eau, de nouvelles notions tel que le « cycle hydrosocial », ainsi que de nouvelles approches telle que celle de Gautreau (Chapitre 14), qui questionne le rôle de l’internet dans l’évolution des modes actuels de gouvernance de l’environnement. Ou encore celle de Blot (Chapitre 15) qui postule pour une « géographie du pouvoir » pour analyser le lien entre « la production de données requalifiant les médicaments en polluants » et le changement de pratiques. Elle démontre, à travers une analyse « relationnelle » et l’étude des rationalités, des représentations et pratiques des acteurs impliqués, la dimension politique des savoirs écologiques l’importance de d’ « étudier les relations de pouvoir pour prendre en compte les enjeux associés à la production et à l’échange de connaissances » (p. 397).

  • 9 Rodary (GADDAL, 2016).
  • 10 Berdoulay et Soubeyran 2015, cités p. 404.

24Enfin, parmi les nombreuses contributions de l’ouvrage, l’on peut citer celle de Soubeyran (chapitre 16) qui propose de « réintégrer la question de la limite de l’action humaine comme élément fondamental de notre réflexion en sciences sociales 9» par le baiais d'une démonstration originale. Il propose en effet de revenir sur la notion de « démodernisation forcée » tirée des travaux de Stephen Graham et la notion de résilience. Il questionne ce terme à la mode qui cacherait une vision de l’adaptation qui pourrait conduire les sociétés à l’effondrement. Il explique l’intérêt de la thèse de Diamond (2006) qui dans son ouvrage Collapse : « invite à penser la résilience en retournant le principe schumpétérien de "destruction créatrice" : créer des savoirs et des comportements qui permettent d‘identifier, de ralentir et de contrecarrer des processus d’adaptation destructeurs des sociétés10 ». Il conclue sa réflexion en ouvrant la piste suivante : « les sociétés produisent ce qui les détruit et détruisent ce qui les produit […] la résilience ne consiste-telle pas à revenir au fonctionnement commun (et donc « normal ») du territoire ? Produire ce qui nous produit et détruire ce qui nous détruit » (p. 421).

Pour conclure

25Finalement, il est temps, pour les divers contributeurs de cet ouvrage, de « prendre le train », ou le bateau, selon les intérêts des uns ou des autres, et de renouveler la discipline et par extension, les sciences humaines et sociales. La variété des contributions laisse entrevoir de nombreuses pistes de réflexion et pour filer la métaphore, un vaste chantier. L’ouvrage prend la forme de contributions variées et si la plupart des auteurs partage un constat largement repris dans l’introduction et notamment les « premières charges », la place est laissée au dialogue et à l’échange (propositions de « pistes », « jalons » etc.). Il s’agit moins alors de dessiner une voie que de définir quelques principes qui doivent ouvrir à de nouvelles perspectives.

Chapitres de l'ouvrage

I- Premières charges

Chapitre 1. Antimalthusianisme ou darwinisime ? Des limites d’une géographie anti-écologiste à une politique des limites géographiques. Christophe Grenier

Chapitre 2. Quelque part entre Toutatis et Gaïa. La géographie française peut contribuer aux questions de l’écologie. Baptiste Hautdidier

II- Histoire des occasions manquées.

Chapitre 3. Pourquoi Elisée Reclus a choisi la géographie et non l’écologie ? Philippe Pelletier

Chapitre 4. Géographie et écologie : occasions manquées et opportunités. Patrick Matagne

Chapitre 5. Une histoire contemporaine de la géographie française de l’animal. Farid Benhammou

Chapitre 6. Trouver le bord du milieu : les occasions manquées d’une écologie politique de la limite. Pierre-Olivier Garcia et Jérémy Grangé

Chapitre 7: Forêts versus savanes. L’héritage d’un forestier colonial en écologie et géographie tropicale de l’Afrique de l’ouest. Aziz Ballouche

Chapitre 8 : La contribution singulière de Carl Sauer à l’émergence d’une sensibilité écologique en géographie. Jean-Marc Zaninetti et Kent Mathewson.

Chapitre 9 : La géographie face aux défis environnementaux dans le monde anglophone. Christian A. Kull et Simon P. J. Batterbury.

III- Mises en dialogues actuelles

Chapitre 10. Radical Political Ecology et water studies. Quels apports pour la géographie de l’environnement en France ? David Blanchon

Chapitre 11 : Biogéographie. De la marginalisation à une science de l’environnement interdisciplinaire. Frédéric Alexandre et Alain Guérin

Chapitre 12 : Les échelles du feu de la brousse. Une exploration des dynamiques environnementales à l’ouest du Burkina Faso. Sébastien Caillault

Chapitre 13 : La reconnaissance d’une « géographie naturaliste ». Emmanuèle Gautier et Pierre Pech.

Chapitre 14 : Etat, information, environnement et pouvoir. Ce que change l’internet en Argentine, en Bolivie et au Brésil. Pierre Gautreau

Chapitre 15 : Pour une « géographie du pouvoir ». L’apport d’une expérience pluridisciplinaire autour de la question de la pollution médicamenteuse. Frédérique Blot

Chapitre 16. Résilience, Démodernisation forcée et changement climatique. Olivier Soubeyran

Haut de page

Bibliographie

Références citées (hors chapitres de l’ouvrage)

CHARTIER (Denis) et RODARY (Estienne), « Géographie de l’environnement, écologie politique et cosmopolitiques », L'Espace Politique, 2007-1, DOI : 10.4000/espacepolitique.284

BRUNEL (Sylvie) et PITTE (Jean-Robert), (dir.), Le Ciel ne va pas nous tomber sur la tête, Paris, JC Lattès, 2010.

BESSE (Jean-Marc), Voir la Terre, Arles, Actes Sud, 2000.

LATOUR (Bruno), Face à Gaïa, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, La Découverte, 2015.

Haut de page

Notes

1 Denis Chartier, co-directeur de l’ouvrage, Maître de conférences en géographie à l’université d’Orléans,

Chercheur associé à l’UMR Patrimoines Locaux (UMR 208) et à l’UMR Éco-anthropologie et Ethnobiologie (UMR 7206).

2 Estienne Rodary, co-directeur de l’ouvrage, géographe et chargé de recherches à l’IRD, UMR GRED (Gouvernance, Risque, Environnement, Développement)

3 E. Rodary, GADDAL, février 2016.

4 Ibid.

5 Stengers 2009, cité p. 41.

6 Les auteurs citent à ce titre Besse (2000 :148) « Être, c’est participer, être sur la Terre, c’est en être, et c’est cette commune présence de la Terre à l’homme et de l’homme à la Terre qui constitue le motif profond de toute géographie. La géographie comme savoir doit prendre en charge cette communication avec le monde plus vieille que la pensée, dont parle la phénoménologie ».

7 Latour, 2015.

8 Référence à Kull et Batterbury (p. 229) qui évoquent les « changements environnementaux spectaculaires bien réels et pressants ».

9 Rodary (GADDAL, 2016).

10 Berdoulay et Soubeyran 2015, cités p. 404.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Daugeard, « Pour une géographie environnementale  », Confins [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 03 avril 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://confins.revues.org/10808

Haut de page

Auteur

Marion Daugeard

Doctorante en géographie à l’Institut des Hautes Études d’Amérique latine (IHEAL- Paris 3 Sorbonne-Nouvelle) et au Centre de Recherche et de Documentation des Amériques (CREDA), marion.daugeard@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org