Navigation – Plan du site

Les concentrations hivernales : une pratique touristique originale des motocyclistes européens à la recherche du froid et de la neige

As concentrações de inverno: uma prática turística original dos motociclistas europeus em busca de frio e neve
Winter concentrations: an original tourist practice of European motorcyclists in search of cold and snow
Jean Scol

Résumés

La concentration est une forme de tourisme très développée dans le monde de la moto. Parmi les presque 3 500 concentrations de moto organisées chaque année en Europe environ dix pour-cent le sont au cœur de l'hiver. Ces concentrations dites hivernales répondent à des critères tout à fait spécifiques. Leur réussite et réputation dépendent pour une grande part de conditions météorologiques paradoxalement peu adaptées à la moto! Elles sont donc de préférence organisées dans des régions qui promettent des conditions hivernales les plus rudes : (très) loin vers le nord ou vers l'est du continent ou bien à des altitudes parfois très élevées. Des localisations à l'origine d'une véritable hiérarchie établie entre les hivernales elles-mêmes mais aussi entre les motocyclistes qui y participent.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Europe

Índice de palavras-chaves :

turismo, motociclismo, concentração, inverno, frio, neve.
Haut de page

Texte intégral

Hivernale des MillevachesAfficher l’image
Crédits : Jean Scol

« Personne n'est obligé de venir. Si tu viens, tu auras froid, de la neige, du verglas. Si tu souffres, c'est de ta faute. Tu n'avais qu'à rester chez toi. Mais si tu viens, tu te réchaufferas avec la chaleur de l’amitié. Pas de coupes, pas de médailles mais beaucoup de sentiments. » D'après Ernst Leverkust (créateur de l'hivernale des Elefantentreffen en Allemagne.)

1Les concentrations sont à considérer comme pratique touristique significative au sein de la tradition motocycliste. En Europe cette tradition prend une forme tout à fait particulière dans le cadre des concentrations dites hivernales. En effet, si la grande majorité de ces rassemblements sont organisés aux « beaux jours », un nombre non négligeable d'entre eux l'est en hiver. Ces concentrations hivernales de motos proposent aux motards des conditions de roulage et d'hébergement souvent particulièrement difficiles. La neige, le verglas et le froid y sont les bienvenus et conditionnent même la réussite de l'événement. Cette contribution se propose donc tout d'abord de mettre en évidence le caractère touristique des concentrations, d'en définir la nature et de cerner les spécificités des concentrations hivernales. Elle s'attachera aussi à montrer les motivations qui poussent une minorité de motards à parcourir parfois des centaines de kilomètres voire des milliers, dans des conditions météorologiques souvent très délicates pour la conduite d'un deux ou trois roues motorisé mais aussi pour un hébergement le plus souvent organisé sur le mode du camping. Il s'agira par ailleurs de s'interroger quant à la distribution géographique des concentrations hivernales. Mais aussi à propos des raisons qui incitent à l'organisation de telles manifestations dans des pays, régions ou lieux a priori hostiles à la pratique de la moto au cœur de l'hiver. Ces choix sont-ils garants de la réussite et de la réputation des hivernales motocyclistes? Impliquent-ils une forme de hiérarchie entre les hivernales et entre les amateurs du genre?

2La dernière partie de notre article reviendra enfin sur l'histoire et la description de quatre concentrations hivernales représentatives, voire emblématiques du phénomène.

La nature du phénomène et sa genèse…

La concentration hivernale est d'abord une concentration

  • 1 Il existe aussi des concentrations dites privées, organisées à l'initiative de particuliers forteme (...)
  • 2 A la différence d'un moto-club traditionnel, un moto-club pirate n'est pas affilié à une fédération (...)

3Les hivernales motocyclistes procèdent avant tout et plus largement du phénomène des concentrations. Au sens retenu ici, Il s’agit d’un rassemblement d’individus au prétexte d’une passion commune. Elle implique de surcroît un déplacement de plus ou moins longue distance et pour la plupart des participants, une nuit au moins passée sur place, le plus souvent sur le mode du camping. Ces deux derniers critères (déplacement et nuitée passée hors de son environnement habituel) font de la concentration un véritable fait touristique au sens adopté par l’OMT (Organisation Mondial du Tourisme, 2007) et, faute de meilleure définition, le plus couramment admis par les professionnels et chercheurs (Dewailly, 2006 ; Lozato-Giotard, 2006, Stock, 2003). La concentration n’est pas un phénomène propre au monde de la moto. Il en existe par exemple qui rassemblent les amateurs de voitures anciennes, de la 2 CV Citroën, de la DS ou de la Coccinelle de chez WW. Il en existe même chez les camping-caristes… Elle reste toutefois une forme de tourisme fortement liée aux traditions motocyclistes. Le plus souvent1 organisée par un moto-club ou une association similaire, le concept en est assez simple (Portet, 1998). Il s’agit de réunir le temps d’un week-end ou de quelques jours, des adeptes de la moto sur un terrain (pâturage, terrain de sport, parking ou enceinte de circuit de vitesse…) transformé pour l’occasion en camping improvisé. Pour un tarif souvent modeste, le motard venu seul, en couple, en famille ou accompagné des membres de son club est invité à venir planter sa tente, profiter des stères de bois mis à disposition pour allumer un feu de camp, partager les repas, faire la fête en participant le cas échéant aux différentes animations proposées par les organisateurs (balades, concerts, jeux, retraites aux flambeaux...) ou simplement rencontrer d’autres passionnés de moto et partager ses expériences de la routes et des voyages à moto… La concentration moto est profondément marquée par l’esprit, les codes et traditions du monde de la moto forgées dans les années 1960, 1970 ou 1980 (Oudin, 2009). Ceux-ci reposent pour une large part sur les principes de solidarité et de camaraderie « Il est nécessaire d’avoir une bonne perception du sens de la camaraderie existant chez les motards pour bien comprendre les motivations […] du tourisme à moto » (Brougthon, 2007 in Walker, 2010 p. 153) au sein d’une communauté qui revendique une certaine forme de marginalité (Thompson, 2013 ; Oudin, 2009; Duret, 2005). La multiplication des concentrations motocyclistes à partir des années 1960 s'inscrit dans l'esprit contestataire que développe la jeunesse de l'époque vis-à-vis d'un modèle social jugé sclérosé. Chez les motards, cette remise en cause se traduit alors par un rejet des cadres officiels (fédérations…) et des pratiques motocyclistes traditionnelles aux profits de nouvelles organisations (nouveaux moto-clubs, moto-clubs pirates2…) et de nouvelles utilisations de la moto dont les concentrations.

4Bien que le phénomène soit aussi connu sur d'autres continents et en particulier en Amérique du Nord (Thompson, 2013), c'est en Europe que l'on compte le plus grand nombre de concentrations de motards répondant au plus près à notre définition (Cf. carte n° 1). En 2013, près de 3 400 de ces manifestations y ont été organisées. Elles se distribuent dans trente-quatre pays dont plus de 1 100 en Allemagne, près de 350 au Royaume-Uni, 300 en Italie, plus de 250 en Espagne, 200 en France et 160 en République tchèque… (cf. carte n°1)

5

Photo1 Camaraderie et convivialité sont parmi les moteurs des concentrations moto

Photo1 Camaraderie et convivialité sont parmi les moteurs des concentrations moto

Jean Scol, laboratoire TVES, Circuit du Nurburgring, Nurburg, Rheinland-Pfalz, Allemagne, 19 février 2011.

Les concentrations de moto (ici la concentration hivernale des Altes Elefententreffen en février 2011) est une forme de tourisme dont le prétexte est surtout de partager un moment de convivialité avec d'autres passionnés de motos.

Carte n°1 : Distribution par pays des 3396 concentrations motocyclistes organisées en Europe en 2013

Carte n°1 : Distribution par pays des 3396 concentrations motocyclistes organisées en Europe en 2013

Source : www.lpmcc.net, consulté le 16/01/2014. Conception: Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, Juin 2016.

6Parmi ces concentrations, plus de 330 furent organisées en hiver (plus exactement entre le 1er novembre 2012 et le 31 mars 2013). C'est-à-dire durant une saison généralement considérée comme la moins favorable à l'utilisation d'une moto (CERTU, 2010) ou à la pratique du camping. Ces concentrations hivernales de motos appartiennent cette fois une tradition exclusivement européenne. Outre leur caractère d'ordre saisonnier, elles répondent à quelques spécificités qui les distinguent des autres rassemblements de motos.

Quelques Exemples de concentrations hivernales motocyclistes organisées entre novembre 2013 et mars 2014 (dates / Lieu / Coordonnées / Températures minimales observées).

  • 3 La Concentration Hivernale des Millevaches a connu une première période d’existence entre 1969 et 1 (...)

Nom de la concentration hivernale

n° édition

Date de l’hivernale

(hiver 2013 / 2014)

Lieu de l’hivernale : Commune

(Province, Lander, Département… / Pays)

Coordonnées géographiques

WGS84

Altitude

Températures

Min / Max observées au cours de l’hivernale

(Moyennes des minimales journalières sur le mois*)

Hivernale des Cîmes

14ème

2 et 3 novembre 2013

Sallanches

(haute-Savoie / France)

45° 55’ 48’’ N

6° 37’ 48’’ E

560m

+3° / +13°

(de 0° à +6°)

Les Millevaches

5ème (16ème)3

7 et 8 décembre 2013

Millevaches

(Corrèze / France)

45° 38’ 32’’ N

2° 05’ 46’’ E

950m

-3° / +4°

(de +3° à +4°)

l'Authentique

1ère

7 et 8 décembre 2013

Saint Alyre-ès-Montagne

(Puy-de-Dôme

France)

45° 23’ 27’’ N

2° 59’ 36’’ E

1140m

-6° / 0°

(de 0° à -1°)

Les Marmottes

14ème

11 et 12 janvier 2014

Saint Véran (Hautes-Alpes / France)

42°42’00’’ N

6°52’12’’ E

2020m

-3 / +1°

(de -3° à -4°)

Pingüinos

33ème

11 et 12 janvier 2014

Valladolid

(Castille et Léon, Espagne)

41°38’59’’N

4°43’48’’ W

760m

-1 / +13°

(de 0° à +1)

La Génép’Hivernale

3ème

18 et 19 Janvier 2014

Puy Sanières

(Hautes Alpes / France)

44° 33’ 32’’ N

6° 26’ 06’’ E

1200m

-1° / +6°

(de-4° à -3°)

Tauerntreffen

11ème

23 au 26 janvier 2014

Edelraute

(Styrie / Autriche)

47° 26′ 20″ N

14° 25′ 56″ E

1700m

-10° / -5°

(de -9° à -7°)

neige

Savalen Rally

23ème

23 au 26 janvier 2014

Savalen-Tynset

(Hedmark / Norvège)

62° 16’ 29’’ N

10° 46’ 52’’ E

630m

-19° / -6°

(de-15° à

-12°)

neige

Elefantentreffen

58ème

31 janvier au

2 février 2014

Loh-Thurmannsbang-Solla (Bayern / Allemagne)

48° 46’ 00’’ N

13° 19’ 00’’ E

494m

-4° / +8°

(de -6° à -2°)

neige

Invernale Villa de Rota

30ème

1er au 2 février

Rota –Cadiz

(Andalousia / Espagne)

36° 31’ 48’’ N

6° 17’ 24’’ W

16m

+7° / +15°

(de +7° à +18°)

FjordRally

11ème

4 au 7 février

Jostedal (Sogn og Fjordane / Norvége)

61° 35’ 14’’ N

07° 16’ 59’’ E

360m

-3° / +3°

(de -3° à -1°)

neige

Winter Jamboree

1er

7 au 9 fèvrier

Lida

(Hrodna / Belarus)

53° 53’ 14’’ N

25° 18’ 10’’ E

140m

-3° / +5°

(de -6° à +2°)

Krystall Rally

43ème

12 au 16 fevrier 2014

Ringebu

(Oppland / Norvège)

61° 31’ 48’’ N

10° 8’ 31’’ E

200m

-3° / +3°

(de -10° à -5°)

Altes Elefantentreffen

25ème

14 au 16 février 2014

Nurburgring

(Rheinland-Pfalz / Allemagne)

50° 19’50’’ N

6° 56’ 20’’ E

520m

+1° / +10°

(de -1° à +5°)

Samovar Treffen

?

14 au 16 février 2014

Gritsovo

(Tul’Skaya / Russie)

54° 00’ 00” N

38° 07’ 48” E

230m

-3° / +4°

(de -13° à 0°)

First Run

?

21 au 23 février

2014

Roros

(Trondelag / Norvège)

62° 34’ 27’’ N

11° 22’ 59’’ E

660m

-5° / +3°

(de -15° à

-12°)

Primus Rally

43ème

22 au 24 février

2014

Bjoneroa

(Oppland / Norvège)

60° 31’ 12’’ N

10° 16’ 12” E

140m

+1° / +7°

(de -8° à -5°)

Hivernale de la Burle

16ème

1er et 2 mars 2014

Saint Front

(Haute Loire / France)

44° 58’ 41’’ N

4° 08’ 35’’ E

1200m

-5° / +4°

(de -3° à 0°)

Sources : WWW. Lpmcc.net (consulté en janvier 2014) / WeatherPro / météoblue

L'hivernale : une concentration qui aime le froid et la neige…

7En effet, si la réussite d’une concentration moto en toute autre période de l’année semble, en partie au moins, dépendre de conditions météorologiques favorables à la pratique de la moto et du camping (temps sec, de préférence ensoleillé qu’accompagnent des températures largement positives…) (CERTU, 2010), le succès d’une concentration hivernale repose lui, et hormis l’absence de pluie, sur des conditions totalement opposées. Des conditions qu’une très large majorité de profanes et même de motards considèrent comme parfaitement incompatibles avec la pratique de la moto. Dans le cas d’une hivernale, le froid et la neige sont non seulement les bienvenus mais plus encore ardemment souhaités.

  • 4 La Moto
  • 5 Les Eléphants verts était le surnom donné au side-car Zûndapp KS601 aux propriétaires duquel cette (...)
  • 6 "rencontre" ou "rassemblement"
  • 7 "treffen" est cependant concurrencé par le terme anglais "Rally" (Savalen Rally, Dragon Rally…)

8La tradition des concentrations hivernales de motos remonte aux années 1950. Elle fut initiée par des motards allemands qui en fixèrent les règles et une philosophie encore largement de mise aujourd'hui. Ernst Leverkus, alors rédacteur du journal Das Motorrad4, lança l’idée de la première hivernale en janvier 1956. Ce rassemblement fut baptisé Elefantentreffen (la rencontre des Eléphants)5 et deviendra rapidement l’inspirateur et le modèle à suivre pour la plupart des manifestations du genre. D’ailleurs, le terme ou suffixe « treffen6 » utilisé par nombre d’hivernales même hors d’Allemagne (Tauerntreffen en Autriche, Samovar Treffen en Russie, Canards-Gast-Treffen en France…) marque cette filiation7. Pour Ersnt Leverkus, il s'agissait d'un acte militant. Il fallait montrer qu'une moto pouvait aussi être utilisée toute l'année, dans n'importe quelle condition météorologique. Cela, alors que la démocratisation de l'automobile menaçait l'existence même de l'industrie motocycliste européenne. Une hivernale réussie doit donc offrir des conditions de route et de camping marquées par le froid et l’abondance de l’enneigement ! Souvent considérées comme concentrations pour « purs et durs », elles rassemblent ceux (et plus rares mais de plus en plus nombreuses : celles) qui se présentent volontiers comme l’élite de la confrérie motarde. Une élite qui fait fi des aléas climatiques et considère qu’arriver sur une hivernale en bravant températures négatives, neige et routes glissantes est un véritable acte de bravoure au service de la cause motocycliste…

9

Photo 2 : Le froid, la neige sont des composantes essentielles pour la réussite d'une concentration hivernale de motos.

Photo 2 : Le froid, la neige sont des composantes essentielles pour la réussite d'une concentration hivernale de motos.

Jean Scol, Commune de Millevaches, Corrèze, France, 8 décembre 2012

Malgré les difficultés occasionnées, braver les conditions météorologiques les plus rudes constitue un objectif essentiel pour les participants aux concentrations hivernales de moto. La présence du froid et de la neige sur le site a assuré le succès de l'hivernale des Millevaches en décembre 2012.

  • 8 Les recherches de l'auteur n'ont pas permis d'identifier des concentrations hivernales de motos hor (...)

10Les hivernales appartiennent cependant à une tradition motocycliste exclusivement européenne8. Leur origine historique explique sans doute, au moins en partie, le nombre important de celles organisées en Allemagne alors que la recherche de conditions climatiques ad hoc incitent les organisateurs à choisir des sites garantissant le plus possible la présence du froid et de la neige garants du succès du rassemblement.

Une distribution géographique sélective des hivernales

334 hivernales dans vingt et un pays européens pour la saison 2012 – 2013

11Durant l’hiver 2012 – 2013, vingt et un pays européens ont accueilli un total de 334 concentrations hivernales. Parmi ceux-ci, cinq se distinguent par le nombre d’événements organisés : l’Allemagne avec 69 hivernales, suivie de la France et de l’Espagne (47 hivernales chacune), le Royaume-Uni (37) et l’Italie (33). Ces chiffres sont à mettre en relation avec celui des motocyclistes dans ces grands pays européens. Ils sont aussi à mettre en relation avec la tradition bien ancrée de l’hivernale par exemple en Allemagne qui compte avec les Elefantentreffen créés les années 1950, le plus ancien événement de ce type ou en France avec l'hivernale des Millevaches qui connue une première série d’éditions entre 1969 et 1979 et dont la renaissance date de 2009. La tradition des hivernales est aussi très bien ancrée au Royaume-Uni qui compte aussi quelques hivernales « historiques » telles que le Dragon Rally organisé depuis 1962 au nord du Pays de Galles. Les hivernales scandinaves, surtout les norvégiennes, comme le Krystall Rally ou le Savalen Rally… sont quant

12à elles célèbres pour offrir, compte tenu de la latitude, des conditions climatiques extrêmes. Les nombreuses hivernales organisées en Espagne ou en Italie sont réputées moins difficiles car le contexte météorologique y est généralement moins rude. Toutefois l’Hivernale des Pinguinos organisée dans les environs de Valladolid depuis 1981 est la plus fréquentées de toutes, avec au moins 25 000 participants à chaque éditions. Les hivernales sont aujourd’hui à la mode. Il s’en crée chaque année de nouvelles, dans de nouveaux lieux qui promettent souvent des conditions météorologiques très difficiles. Ainsi, 2014 aura vu la naissance du Samovar Treffen à Gritsovo, en Russie, au sud ouest de Moscou et du Winter Jamboree à Lida, en Biélorussie.

Distribution par pays des hivernales organisées du 1er novembre 2012 au 31 mars 2013

Sources : WW

Pays

Nombre

d’hivernales

en 2012-2013

Pays

Nombre

d’hivernales

en 2012-2013

Pays

Nombre

d’hivernales

en 2012-2013

Allemagne

69

Finlande

3

Pologne

4

Autriche

11

France

47

Portugal

3

Belgique

14

Hongrie

1

Rep- Tchèque

4

Croatie

1

Italie

33

Royaume-Uni

37

Danemark

11

Irlande

8

Slovaquie

1

Espagne

47

Norvège

7

Suède

3

Estonie

1

Pays-Bas

12

Suisse

5

W. Lpmcc.net (consulté le 23 janvier 2014)

Carte n°2: Distribution par pays des 334 concentrations hivernales motocyclistes organisées en Europe du 1er novembre 2012 au 31 mars 2013

Carte n°2: Distribution par pays des 334 concentrations hivernales motocyclistes organisées en Europe du 1er novembre 2012 au 31 mars 2013

Source : www.lpmcc.net, consulté le 16/01/2014. Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.

Plus au nord, plus haut ou plus à l'est…

  • 9 En Norvège, en hiver, les services d'entretien du réseau laissent se maintenir au sol une certaine (...)

13Pour trouver les conditions qui correspondent le mieux aux exigences d’une hivernale réussie, certaines sont organisées jusqu’à des latitudes très élevées. C’est le cas des vingt hivernales scandinaves et en particulier de celles qui se tiennent en Norvège. Ces dernières sont toutes localisées au nord du soixantième parallèle et même au delà du soixante-deuxième pour le Savalen Rally organisé à Tynset (62° 16’ 29’’ N) dans le conté du Hedmark et le First Run organisé à Roros (62° 34’ 27’’ N) dans le comté du Sor-Trondlag à seulement 450 km environ au sud du cercle polaire arctique! La neige et les routes « blanches9 » y sont garanties alors que les températures enregistrent régulièrement des records de froid de l'ordre -20°C à – 35°C!

14D'autres concentrations hivernales compensent une latitude plus méridionale par des altitudes plus importantes. Le Tauerntreffen rassemble ainsi une centaine de motards à 1 700 m à Edelraute dans les Alpes autrichiennes de Styrie. En France l’hivernale des Marmottes en accueille 200 à 300 à plus de 2000 m sur la commune de Saint-Véran, dans le département des Hautes Alpes et l'hivernale des Millevaches en invite 2 000 à 3 000 à se réunir à 950 m sur le plateau éponyme, dans la Creuse. Ici encore, neige, routes glissantes et températures largement négatives sont presque toujours de mise à chaque édition.

15En Russie, c’est le climat continental que lui confère la longitude de la ville de Gritsovo (38° 07’ 48” E) qui semble garantir des conditions hivernales d’une grande rigueur au Samovar Treffen. En Allemagne, les deux importantes concentrations des Elefantentreffen sont, elles aussi, organisées dans les régions parmi les plus froides du pays ; à Loh-Thurmannsbang-Solla, dans le massif de la forêt bavaroise non loin de frontière tchèque pour l’une et aux abords du circuit du Nurburgring dans le massif de l’Eifel, en Rhénanie-Palatinat pour les Altes-Elenfantentreffen (cf; carte n°2 et tableau n°1)

16Si l’hiver 2013–2014 fut relativement clément sur une large partie de l’Europe, certaines de ces hivernales ont néanmoins connu des températures très largement négatives. Le 23ème Savalen Rally organisé du 23 au 26 janvier a ainsi enregistré une température maximale de -6°C alors que la minimale descendait jusqu’à -19°C. Cette dernière restait cependant bien supérieure au -35°C observé en 2010 ! Beau succès aussi aux mêmes dates pour le 11ème Tauerntreffen durant lequel sont constatées des températures comprises entre -5°C et -10°C et une belle couverture neigeuse. Son organisateur regrettait cependant les -25°C de l’édition de 2005 ! (cf. tableau n° 1).

Carte n° 3 : Vingt-et-une hivernales motocyclistes représentatives, organisées du 2 novembre 2013 au 2 mars 2014

Carte n° 3 : Vingt-et-une hivernales motocyclistes représentatives, organisées du 2 novembre 2013 au 2 mars 2014

Source : www.lpmcc.net, consulté le 16/01/2014. Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.

Une compétition pour le froid et la neige?

17La recherche des conditions les plus rudes suscite une véritable compétition du froid et de la neige entre les hivernales. Si les plus difficiles ne sont pas toujours les plus fréquentées, ces dernières sont souvent les plus célèbres et constituent pour l’amateur du genre une forme de graal, un but ultime. Participer à l’une de ces hivernales « extrêmes » confère au motard un statut, une aura qui le distingue des autres. Il était d’ailleurs déjà dans l’esprit des initiateurs des premières hivernales, et cela reste largement vrai de nos jours, d’opérer une sorte de « sélection naturelle » des motards par la neige le froid et la glace. Seuls les plus motivés, les plus expérimentés, ceux pour qui la moto est un mode de vie, y parviendront laissant derrière eux les moins aguerris : « les motards du dimanche ». C'est pour maintenir cette confidentialité élitiste, mais en partie aussi pour des raisons pratiques d'organisation ou d'exiguïté du site d'accueil, que certaines hivernales ne sont accessibles que pour un nombre plus ou moins restreint d'invités. Le Krystall Rally en Norvège est ainsi limité à une centaine de personnes, tout comme le Tauerntreffen en Autriche ou l'hivernale des Marmottes en France accessibles à environ 200 personnes chacune…

18Pour les mêmes raisons, le lieu exact du rassemblement est parfois tenu secret jusqu'au dernier moment. Les participants n'en prennent connaissance qu'au niveau d'un site de pointage situé à plusieurs kilomètres de la destination finale (Dragon Rally au Pays de Galles, l'Authentique en Auvergne…).

Quatre exemples d'hivernales représentatives et emblématiques du phénomène…

19Les Elefententreffen en Allemagne, les Millevaches et les Marmottes en France ou le Krystall Rally en Norvège sont emblématiques du phénomène des concentrations hivernales motocyclistes par leur histoire, leur localisation géographique, leur organisation ou leurs évolutions respectives…

Les Elefantentreffen: l'hivernale historique et nomade…

  • 10 Ernst Leverkust a toujours tenté sans y parvenir, de limiter le nombre de participants et s'est vu (...)
  • 11 Une bagarre entre motards et forces de l'ordre se soldera par un décès.
  • 12 BVDM pour BundesVerband Der Motorradfahrer (Union Fédérale allemande des Conducteurs de Motos) .

20Une légende infondée, jadis reprise par une presse moto en mal de sensationnel, colporte parfois encore aujourd'hui le bruit que l'hivernale des Eléphants (les Eléphs dans le jargon des motards français) aurait été créée par d'anciens motards de l'armée allemande nostalgiques de leurs exploits en Europe ou en Afrique du Nord. Nous avons cependant évoqué plus avant, l'origine moins sulfureuse de la plus célèbre des hivernales. Elle fut tout simplement créée par Ersnt Leverkus, journaliste de la presse moto allemande soucieux de défendre l'objet de sa passion et d'en montrer l'efficacité en toute saison et toutes circonstances. Cela dans le cadre d'un rassemblement qui se voulait confidentiel et organisé sous le signe de la convivialité, de l'effort et de la solidarité. La première édition remonte au premier week-end du mois de janvier 1956. Elle rassemblait une vingtaine de side-caristes à Glemseck (cf. carte n°4) dans la région de Stuttgart. L’événement migrera ensuite à plusieurs reprises. Ceci afin de trouver des sites capables d'accueillir un nombre de motards chaque fois plus important. Mais il s'agissait aussi de garder le souci de conditions climatiques difficiles afin de faire renoncer les moins motivés ou les moins aguerris10 (Bad Dürkheim, Stadtoldendorf, Grosser Felberg) (cf; carte n°4). Entre 1961 et 1977, l'hivernale se fixe sur le circuit du Nürbürgring au cœur du massif de l'Eifel, entre Trèves et Coblence (Rhénanie-Pallatina). C'est durant cette période que le rassemblement prit vraiment en importance et s'ouvrit aux motards étrangers. Il attirait alors certaines années, jusqu’à plus de 10 000 motards et badauds. A cause d'un événement dramatique survenu lors de l’édition de 197711, Les Elefantentreffen sont poussés au déménagement par les autorités locales. De 1978 à 1987, Ils sont alors organisés en février, en Autriche, sur le circuit du Salzbürgring proche de Salzbourg. L'édition de 1988 fut annulée sous la contrainte d'écologistes autrichiens. À partir de 1989, deux groupes d’organisateurs se formaient et l’événement se dédoublait. La BVDM12 revendiquant son statut d’organisateur historique et officiel, installe les Elefantentreffen le dernier week-end de janvier ou le premier week-end de février sur un circuit de stock-car à Loh/Thurmansbang-Solla en Forêt Bavaroise à environ 30 km au nord de la ville de Passau près de la frontière tchèque. Alors que le E-Team, se présentant comme l'héritier de l'esprit originel des Eléphants, organise les Altes Elefantenreffen (les Vieux Eléphants) chaque troisième week-end de février, sur le camping du circuit du Nürbürgring qui avait déjà accueilli les grandes heures de la manifestation entre 1961 et 1977 (cf. carte n°4).

Carte n° 4 : Les migrations des Elefantentreffen depuis leur création en 1956 jusqu'en 2015

Carte n° 4 : Les migrations des Elefantentreffen depuis leur création en 1956 jusqu'en 2015

Source : www.concentres-dhier.eu, consulté le 30/01/2015. Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.

21Ces deux hivernales sont clairement en concurrence en revendiquant l'une et l'autre l'héritage du rassemblement imaginé par Ernst Leverkust. Elles accueillent chaque année toutes deux entre 3500 et 4000 participants. Ces derniers sont principalement allemands. Mais beaucoup viennent aussi de toute l'Europe. Toutefois, dans l'esprit de certains motards, les deux événements ne revêtent pas la même valeur. Les Elefantentreffen organisés à l'est de la Bavière sont réputés plus difficiles à cause de conditions météorologiques plus rudes et sont souvent désignés comme les « grands » ou les « vrais » Eléphants.

22Un phénomène comparable affecte désormais l’hivernale des Millevaches, la plus importante organisée en France et souvent qualifiées « d'Eléphants français ».

Les Millevaches : les Elefantentreffen français ou la (re)naissance d’un lieu-événement mythique.

23La concentration hivernale des Millevaches se tient le second week-end de décembre en Corrèze, sur le plateau des Millevaches, point culminant du Limousin (900 – 1000m) dans la commune du même nom. La première édition fut organisée en 1969 par le Moto-club parisien MC 95 et son président, Michel Perdrix qui en avait eu l’idée. L’événement est alors reconduit chaque année jusqu’en 1979 et se veut l'équivalent français des Elefantentreffen. Après une pause de trente ans, il renaît en décembre 2009 à l’initiative du moto club corrézien de Meymac. Cette première édition du renouveau de la concentration enregistrait un franc succès avec prés de 1700 participants réunis sur un terrain agricole de quatre ha. Ceux-ci s'étaient immédiatement souvenus de ce rassemblement légendaire dans l'esprit des motards français. L’édition de décembre 2010 en réunira 3 000 sur une surface portée à douze ha et ils étaient au moins 3 500 en 2011. En trois éditions, cette manifestation est redevenue et de loin, la première hivernale motocycliste française en termes de fréquentation, une des plus importantes d’Europe derrières les Pinguinos espagnols et les deux Elefantentreffen allemands et l’un des tous premiers rassemblements motocyclistes français tous types confondus.

Photo 3 : Les Millevaches (2012) : la plus importante concentration hivernale en France.

Photo 3 : Les Millevaches (2012) : la plus importante concentration hivernale en France.

Jean Scol, Commune de Millevaches, Corrèze, France, 8 décembre 2012

Le 8 et 9 décembre 2012 plus de 3500 motards venus de toute les régions de France mais venus aussi pour certains d'Italie, de Belgique, du Luxembourg ou d'Allemagne etc. se sont réunis pour participer à la célèbre concentration Hivernale des Millevaches (plateau de Millevaches, Corrèze, 950 mètres d'altitude). Marquée par d'abondantes précipitations neigeuses tant sur les routes de France que sur le plateau, cette édition fut particulièrement appréciée par les participants. Il s'agit en effet dans le cas des concentrations hivernales, de prouver que le motard est capable de braver le mauvais temps pour assouvir sa passion.

  • 13 L’origine géographique de cinq participant pré-inscrits n’a pu être déterminée.
  • 14 Participants : italiens (18), belges (17), suisse (9), anglais (4), luxembourgeois (2), néerlandais (...)

24Pour l’édition 2011, le fichier des inscrits annonçait 3 001 participants à la veille de la manifestation. A ce nombre il convenait d’ajouter environ cinq cent inscriptions effectuées sur place au début du rassemblement, en particulier celles de participants venus de l’étranger. Parmi les 3001 motards pré inscrits, on comptait 2939 motards français venus de la quasi-totalité des 96 départements de France métropolitaine à l’exception de la Lozère, du Territoire de Belfort et de la Haute-Corse. Les étrangers pré-inscrits étaient quant à eux au nombre de 5613. Ils venaient surtout d’Italie, de Belgique et de Suisse ; mais aussi du Royaume-Uni, d’Allemagne, d’Espagne, du Luxembourg, des Pays-Bas, du Danemark et même du Canada pour l’un d’entre eux14. Mais les motards étrangers étaient sans doute bien plus nombreux compte tenu des inscriptions effectuées sur place (Cf. carte n°5).

Carte n° 5 : Origine géographique par département ou pays de résidence des participants à l'édition 2011 de la concentration hivernale des Millevaches (Corrèze)

Carte n° 5 : Origine géographique par département ou pays de résidence des participants à l'édition 2011 de la concentration hivernale des Millevaches (Corrèze)

Les distances indiquées sont celles des préfectures des départements de résidence (ou la capitale du pays de résidence pour les étrangers) des participants jusqu'au site des Millevaches. Elles sont calculées à partir du site www; via-Michelin. Les options sélectionnées étant : Itinéraire Conseillé (par via-Michelin), et utilisation d'une moto. Quand plusieurs itinéraires sont proposés, le choix est fait de la plus courte distance ou du temps de parcours le plus faible si il y a une différence significative avec la route le plus courte. Parfois le choix fut opéré de façon subjective en fonction de notre propre expérience de motocycliste.

Sources : Moto-Club de Meymac (2011). Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.

  • 15 Cette distance est celle de la préfecture du département de résidence jusqu'aux Millevaches. Elle e (...)

25Le fichier indiquant le département d'origine des participants français, nous avons pu établir que ceux-ci avaient parcouru une distance moyenne de près de 700 km aller/retour pour se rendre aux Millevaches et que près de 1 un sur 6 avaient même effectué au moins 1000 km avec un maximum (hormis pour le motard venu de Corse) de 1542 km pour trois d'entre eux venus des Alpes Maritimes15. Ces valeurs confirment que les motards amateurs de concentrations hivernales sont prêts à effectuer de très longues distances à moto, dans des conditions climatiques difficiles afin de participer à une hivernale qui en général ne dure guère plus de 2 à 3 jours.

26Cette tendance est confirmée par l’évocation de l’hivernale des Marmottes à Saint-Véran la plus haute commune de France (2 040m) et surtout celle du Kristall Rally en Norvège à 300 km au nord d’Oslo. Les températures peuvent y descendre jusqu’à -30°C (-32°C enregistré lors du Krystall Rally en 2011 !)

Le Krystall Rally et les Marmottes des hivernales ultimes…

  • 16 Le krystall Rally fut annulé en 1974 et 1975 à cause de la crise pétrolière.
  • 17 Femundsenden, Narbuvollen, Savalen, Beitostolen, Spidsbergseter, Spatind, Dalseter, Rondane, Voekta (...)
  • 18 Le First run est organisé encore plus au nord. Le FjordRally quant à lui est organisé par des motar (...)

27Les sept hivernales norvégiennes sont réputées être les plus rudes par leurs conditions climatiques extrêmes que leur confèrent des latitudes élevées. Aucune n'est en effet organisée en deçà du 60e parallèle nord. En février 2014, la 43e édition16 du Krystall Rally se déroulait pour sa part sur la localité de Ringebu dans le comté du Oppland. Cependant la manifestation change régulièrement de site tout en se maintenant à au moins 300 km au nord d'Oslo. Quinze localités différentes ont ainsi accueilli le Krystall Rally depuis 197017 mais dans un rayon limité de quelques dizaines de kilomètres. Le Krystall Rally n'est pas la plus difficile d'entre-elles18 mais, créé en 1970 par des motards norvégiens qui avaient participé aux Elefantentreffen et voulaient organiser un événement comparable dans leur pays, elle est la plus ancienne et la plus prestigieuses des sept hivernales norvégiennes. Une participation au Krystall Rally consacre définitivement le motard au rang de « pur et dur ». C'est pour cette raison que chaque année une bonne centaine de motards convergent depuis toute l'Europe vers le lieu du rassemblement. Il leur a fallu tout d'abord obtenir leur précieuse invitation puis souvent parcourir plusieurs milliers de kilomètres dans des conditions de roulage particulièrement délicates.

  • 19 Pierre Vedel a cédé sa place d'organisateur en 2013.
  • 20 L’Office du Tourisme de Meymac souligne la présence importante de motards dans les hôtels et restau (...)

28En France, pour la concentration hivernale des Marmottes, l'altitude de la commune de Saint-Véran (2040m) compense la latitude largement plus méridionale des Hautes-Alpes pour offrir les difficultés tant recherchées. Le rassemblement est créé en 2000 par Pierre Vedel, un ancien journaliste de la presse moto19. La concentration est gratuite et n'est pas vraiment organisée. Il s'agit avant tout d'un appel lancé à se réunir le premier week-end de janvier dans la plus haute commune d'Europe. La première édition réunissait dix-huit participants. Les Marmottes accueillent désormais environ 250 équipages. Les moins frileux d'entre eux, une cinquantaine, séjournent sous tente sur un parking du village. Les autres font le choix d'un hébergement en gîte ou à l'hôtel. L'Office du Tourisme de Saint-Véran admet d'ailleurs à ce propos qu’à la date de l'hivernale, les motards constituent une part très importante de la clientèle des hébergements touristiques de la commune. Cet exemple illustre l'intérêt des professionnels pour cette forme particulièrement marginale de tourisme des motards (Scol, 2014; Collin, 2011; Lebugle, 2011; Le Magadure Y. et Simon A., 2011; Mariani C. et Marcoux C., 2003) Il n'est en effet pas rare, que des amateurs de concentrations hivernales fassent le choix de ne pas camper sur site au profit d'un hébergement « en dur ». D’autres précèdent ou prolongent leurs séjours dans les établissements hôteliers et para hôteliers environnants. Cet intérêt est aussi partagé par les restaurateurs, les exploitants de débit de boissons ou plus largement par la plupart des commençants20 (Scol, 2005).

Conclusion:

29Les concentrations hivernales de motos sont des pratiques touristiques doublement marginales. Tout d'abord parce que le tourisme à moto est une forme marginale de tourisme en elle-même. Deuxièmement parce que la pratique de la moto en hiver est elle-même relativement rare. Ces concentrations hivernales s'inscrivent dans une tradition née dans les années cinquante en Allemagne. Il s'agissait de défendre une certaine idée de ce qu'est ou devrait être la pratique de la moto et corrélativement de ce que doit être « un vrai motard » à l'esprit « pur et dur ». Par la suite, cette tradition s'est peu à peu répandue dans presque toute l'Europe mais surtout dans les pays et régions qui connaissent les hivers les plus rudes.

30C'est pourquoi la recherche du froid et de la neige gages de la réussite d'une hivernale, explique l'organisation de ce type de rassemblement à quelques centaines de kilomètres seulement au sud du cercle polaire arctique en janvier ou février. Elle explique aussi leur présence dans les régions de montagne jusqu'à plus de 2000m d'altitude ou encore vers l'est de l'Europe soumis aux rudes conditions hivernales du climat continental. Au total près de 400 hivernales sont organisées dans 21 pays européens. Les plus nombreuses sont allemandes dont deux comptent parmi les plus célèbres et les plus fréquentées. La plus importante est espagnole mais ne bénéficie pas des conditions hivernales indispensables pour en faire une hivernale de référence pour les motards les plus aguerris. A contrario, les hivernales norvégiennes plus intimistes, sont réputées les plus dures et confèrent à leurs participants une aura respectée par les motocyclistes amateurs de ce genre de rassemblements et même parmi ceux des motards qui n'y participent jamais. Il existe donc une certaine hiérarchie voire compétitions entre les hivernales établies en fonction des difficultés climatiques rencontrées. Par ailleurs, bien que pratique touristique très marginale et très typée, les concentrations hivernales de motos peuvent aussi intéresser les professionnels du tourisme. Les motards présents sur de tels événements sont en effet souvent une source de clientèle non négligeable pour les services touristiques offerts sur le territoire et ses environs. Plus largement, c'est d'ailleurs à l'ensemble des pratiques touristiques des motocyclistes que prête désormais attention un nombre croissant de professionnels et territoires du tourisme en France, en Europe et dans le Monde.

Haut de page

Bibliographie

Broughton P. and Walker L., 2009, « Motorcycle and Leisure: Understanding the recreational PTW rider », Ashgate, Coll. Social Studies, Farham (RU), 216p. (en anglais)

CERTU, 2010, « Usagers et déplacements en deux-roues motorisée : Analyse des enquêtes ménages déplacements», Lyon, mis en ligne en décembre 2010, 51p.

Collin E. (CRDTA)21 (Propos recueillis par de Saint Albin H.), 2011, « L’Auvergne, Paradis des motards », in Les Cahiers Espaces, n°108, mai 2011, Tourisme sur la route, (sous la direction de Claude Origet du Cluzeau), les Editions Touristiques Européennes, Paris, pp 74-77.

Delignières V. et Régnauld H., 2007, « Motards, capital spatial et construction identitaire hétérotopique : récits et pérégrinations des motards rennais », Presses Universitaires de Rennes, Norois n° 204 (2007/3), pp. 81-94.

Dewailly J-M., 2006, « Tourisme et Géographie, entre pérégrinité et chaos ? », L’Harmatan, coll. Tourisme et Sociétés, Paris, 221p.

Duret P., 2005, « Voyage en tribu motardes : un écheveau d’infimes différences pertinentes », in Michel Laurent et Pierre Therme (Coord) Actes des journées de recherche en A.P.S., Aix – Marseille II, , Centre de Recherche de l’U.E.R.E.P.S , Aix – Marseille II, pp. 109 -118.

Lebugle P. (Directeur du CDT du Doubs), (Propos recueillis par de Saint Albin H.), 2011, « Le Doubs dorlote les motards », in Les Cahiers Espaces, n°108, mai 2011, Tourisme sur la route, (sous la direction de Claude Origet du Cluzeau), les Editions Touristiques Européennes, Paris, pp 71-73.

Le Magadure Y. et Simon A., 2011, « Les touristes motards un marché de niche pour le CRT Provence-alpes-Côte d’Azur », in Les Cahiers Espaces, n°108, mai 2011, Tourisme sur la route, (sous la direction de Claude Origet du Cluzeau), les Editions Touristiques Européennes, Paris, pp 78-82.

Lozato-Giotard J.P., 2006, « Le chemin vers l’écotourisme : Impacts et enjeux environnementaux du tourisme aujourd’hui », Delachaux et Niestlé, coll. Changer d’ère, Paris, 192p.

Mariani C. et Marcoux C., 2003, « Des produits touristiques encore rares. Sport Elite Jeunes : moto, quad et kart pour les enfants. Vacanciel fait de la moto tourisme », Coll. Tourisme et loisirs, Edition Espaces, 3 p.

Oudin F., 2009, « Ethnologie du quotidien des passionnés de moto », Thèse de Doctorat d’Ethnologie, sous la direction de Mozere L., Université Paul-Verlaine – Metz, Ecole doctorale Pième, Département de Sociologie, thèse soutenue le 16 juin 2009, 2 tomes, 452p et 163p.

Portet F., 1998, « Moto et motocyclisme : l’amour de l’objet et le goût du risque », in Christian Bromberger (dir.), Passions ordinaires, Bayard, Paris, pp 452 – 475.

Scol J., 2016, « The motorcycle trip : a shape of sports tourism which favors the regions and mountain routes » In Sobry C. (dir), Sport Tourism and Local Sustainable Developpment, L’Harmattan, Paris, pp. 11-24.

Scol J., 2014, « Le tourisme à moto: Un tourisme en développement qui suscite l'intérêt croissant des territoires et des professionnels du tourisme. », 4ème Colloque international de l'Association Tourisme, Recherche et Enseignement Supérieur (ASTRE) Le tourisme hors des sentiers battus: Coulisses interstices et nouveaux territoires du tourisme, 21 au 23 mai 2014, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Université de Paris 3 et Université de Paris Est. (Actes à paraître)

Scol J., 2005, « L’enduro du Touquet : un week-end à la plage » In Sobry C. (dir.), Le tourisme sportif, Presses Universitaires du Septentrion (Université de Lille III), Villeneuve d'Ascq, pp.315-344.

Stock M. (coord.), 2003, « Le tourisme : Acteurs, lieux et enjeux », Belin, coll. Sup Géographie, Paris, 304 p.

Thompson H-S., 2013, (Roman traduit de l'Américain par Sylvie Durastanti), « Hell's Angels », Gallimard, coll. Folio, Paris, 385 p.

Walker L., 2010, « Tourism and leisure motorcycle riding » in Prideau B. and Carson D. (ed.), Drive Tourism: Trends and emerging markets, Routledge, Coll. Advances in Tourism, New-York, pp. 146-158

Haut de page

Notes

1 Il existe aussi des concentrations dites privées, organisées à l'initiative de particuliers fortement impliqués dans le monde de la moto et seulement accessibles par invitation. D'autres sont organisées par les marques de motos et sont prioritairement réservées à leurs clientèles (BMW, Ducati, Harley-Davidson…).

2 A la différence d'un moto-club traditionnel, un moto-club pirate n'est pas affilié à une fédération motocycliste représentative (FFM, FMI…)

3 La Concentration Hivernale des Millevaches a connu une première période d’existence entre 1969 et 1919 – soit onze éditions organisée par le Moto-Club de Paris – avant d’être réinventée en 2009 par le Moto-Club de Meymac (Corréze).

4 La Moto

5 Les Eléphants verts était le surnom donné au side-car Zûndapp KS601 aux propriétaires duquel cette hivernale était tout d'abord réservé.

6 "rencontre" ou "rassemblement"

7 "treffen" est cependant concurrencé par le terme anglais "Rally" (Savalen Rally, Dragon Rally…)

8 Les recherches de l'auteur n'ont pas permis d'identifier des concentrations hivernales de motos hors d'Europe. D'ans certains Etats d'Amérique de Nord les conditions climatiques hivernales sont bien plus rigoureuses qu'en Europe et la loi interdit même parfois la pratique de la moto en hiver (Québec entre le 15 décembre et le 15 mars,…).

9 En Norvège, en hiver, les services d'entretien du réseau laissent se maintenir au sol une certaine épaisseur de neige et de glace privilégiant ainsi le principe de « route blanche » qui rend obligatoire l'utilisation d'équipements spéciaux (pneus hiver, pneus cloutés, chaînes…). Cette habitude s'oppose au principe de « route noire » c'est-à-dire totalement dégagée que l'on observe par exemple en France.

10 Ernst Leverkust a toujours tenté sans y parvenir, de limiter le nombre de participants et s'est vu rapidement débordé par le succès croissant de son rassemblement.

11 Une bagarre entre motards et forces de l'ordre se soldera par un décès.

12 BVDM pour BundesVerband Der Motorradfahrer (Union Fédérale allemande des Conducteurs de Motos) .

13 L’origine géographique de cinq participant pré-inscrits n’a pu être déterminée.

14 Participants : italiens (18), belges (17), suisse (9), anglais (4), luxembourgeois (2), néerlandais (2) espagnols (1), allemand (1), danois (1), canadien (1)

15 Cette distance est celle de la préfecture du département de résidence jusqu'aux Millevaches. Elle est calculée à partir du site www; via-Michelin. Les options sélectionnées étant : Itinéraire Conseillé (par via-Michelin), et utilisation d'une moto. Quand plusieurs itinéraires sont proposés, le choix est fait de la plus courte distance ou du temps de parcours le plus faible si il y a une différence significative avec la route le plus courte. Parfois le choix fut opéré de façon subjective en fonction de notre propre expérience de motocycliste.

16 Le krystall Rally fut annulé en 1974 et 1975 à cause de la crise pétrolière.

17 Femundsenden, Narbuvollen, Savalen, Beitostolen, Spidsbergseter, Spatind, Dalseter, Rondane, Voektarstua, Oset, Fefor, Fossheim, Ringebu, Rondablick, Bjonorea.

18 Le First run est organisé encore plus au nord. Le FjordRally quant à lui est organisé par des motards qui trouvent les autres hivernales trop faciles et donc pas suffisamment sélectives ! Il est exclusivement réservé aux motos solos (sans side-car). Au Primus Rally organisé à peine plus au sud, les participants campent sous toile alors que ceux du Krystall Rally sont accueillis en hôtel !

19 Pierre Vedel a cédé sa place d'organisateur en 2013.

20 L’Office du Tourisme de Meymac souligne la présence importante de motards dans les hôtels et restaurants de la région, la veille voire l’avant-veille de l’hivernale des Millevaches la nuit de celle-ci et souvent jusque durant celle du dimanche au lundi.

21 CRDTA : Comité Régional de Développement Touristique d’Auvergne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo1 Camaraderie et convivialité sont parmi les moteurs des concentrations moto
Crédits Jean Scol, laboratoire TVES, Circuit du Nurburgring, Nurburg, Rheinland-Pfalz, Allemagne, 19 février 2011.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Carte n°1 : Distribution par pays des 3396 concentrations motocyclistes organisées en Europe en 2013
Crédits Source : www.lpmcc.net, consulté le 16/01/2014. Conception: Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, Juin 2016.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-2.png
Fichier image/png, 126k
Titre Photo 2 : Le froid, la neige sont des composantes essentielles pour la réussite d'une concentration hivernale de motos.
Crédits Jean Scol, Commune de Millevaches, Corrèze, France, 8 décembre 2012
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte n°2: Distribution par pays des 334 concentrations hivernales motocyclistes organisées en Europe du 1er novembre 2012 au 31 mars 2013
Crédits Source : www.lpmcc.net, consulté le 16/01/2014. Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-4.png
Fichier image/png, 113k
Titre Carte n° 3 : Vingt-et-une hivernales motocyclistes représentatives, organisées du 2 novembre 2013 au 2 mars 2014
Crédits Source : www.lpmcc.net, consulté le 16/01/2014. Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-5.png
Fichier image/png, 184k
Titre Carte n° 4 : Les migrations des Elefantentreffen depuis leur création en 1956 jusqu'en 2015
Crédits Source : www.concentres-dhier.eu, consulté le 30/01/2015. Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-6.png
Fichier image/png, 268k
Titre Photo 3 : Les Millevaches (2012) : la plus importante concentration hivernale en France.
Crédits Jean Scol, Commune de Millevaches, Corrèze, France, 8 décembre 2012
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte n° 5 : Origine géographique par département ou pays de résidence des participants à l'édition 2011 de la concentration hivernale des Millevaches (Corrèze)
Légende Les distances indiquées sont celles des préfectures des départements de résidence (ou la capitale du pays de résidence pour les étrangers) des participants jusqu'au site des Millevaches. Elles sont calculées à partir du site www; via-Michelin. Les options sélectionnées étant : Itinéraire Conseillé (par via-Michelin), et utilisation d'une moto. Quand plusieurs itinéraires sont proposés, le choix est fait de la plus courte distance ou du temps de parcours le plus faible si il y a une différence significative avec la route le plus courte. Parfois le choix fut opéré de façon subjective en fonction de notre propre expérience de motocycliste.
Crédits Sources : Moto-Club de Meymac (2011). Conception : Jean SCOL. Réalisation : Jacqueline DOMONT – Laboratoire TVES, juin 2016.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/10921/img-8.png
Fichier image/png, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Scol, « Les concentrations hivernales : une pratique touristique originale des motocyclistes européens à la recherche du froid et de la neige », Confins [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://confins.revues.org/10921 ; DOI : 10.4000/confins.10921

Haut de page

Auteur

Jean Scol

Université de Lille, Sciences et Technologies, Jean.scol@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org