Navigation – Plan du site
Resenhas

La revue Brésil(s), revue française et en français sur le Brésil

A revista Brasil/s, revista francesa e em francês sobre o Brasil
Brazil/s, a French and in French journal on Brazil
Confins

Texte intégral

1A revista franco-brasileira Confins apresenta os seus leitores a revista Brasil(s), revista francesa e francês sobre o Brasil, e o seu número 9, que acaba de ser lançado

2La revue franco-brésilienne Confins présente à ses lecteurs la revue Brésil(s), revue française et en français sur le Brésil, et son numéro 9, récemment publié.

Présentation

3Brésil(s) (https://bresils.revues.org/​ ) est une revue française et en français sur le Brésil. Éditée par le Centre de Recherches sur le Brésil Colonial et Contemporain (CRBC-Mondes Américains/EHESS) elle est publiée par les Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme. Elle prend la suite des Cahiers du Brésil Contemporain. Cette publication semestrielle, ouverte à toutes les disciplines, a pour objectif de faire connaître une pluralité de thèmes et d’approches, notamment dans une visée comparatiste. Il s’agit de (re)placer le Brésil, son histoire, sa société, ses espaces dans des perspectives plus larges issues de débats théoriques et de recherches empiriques capables d’en renouveler l’analyse et la perception. Chaque numéro comporte un dossier thématique et un dossier Varia composés, l’un et l’autre, d’articles inédits.

Objectifs scientifiques

4Le rôle que tient le Brésil dans le monde contemporain n’est plus à démontrer. Cette économie dite « émergente », confrontée à l’un des plus importants défis écologiques de la planète, est aussi un riche laboratoire politique de la démocratie, des luttes contre la pauvreté et contre la discrimination raciale, même si les disparités sociales et les violences qu’elles engendrent restent une part de son quotidien. On ne saurait, non plus, ignorer la place de cet immense territoire dans les processus de colonisation qui, dès le xvie siècle, ont lancé les empires maritimes de l’Europe à l’assaut du continent américain. Le « premier contact » y a pris des dimensions singulières. Les formes successives de l’occupation du territoire et de l’organisation du travail esclave (amérindien ou africain) y ont laissé des traces jusqu’à ce jour indélébiles. Mieux connaître ce territoire exceptionnel et les multiples ensembles internationaux dans lesquels il s’insère est, plus que jamais, une nécessité : de nombreux paradigmes de la modernité et de la postmodernité s’y sont forgés. C’est à cette tâche que la revue Brésil(s). Sciences humaines et sociales se consacre.

5Le choix du titre et le pluriel qu’il affiche manifestent le souci d’élargir le débat : cet immense pays ne saurait s’envisager au singulier. Le Brésil est fait de sociétés et de groupes sociaux multiples qui n’ont cessé d’interagir pour redessiner une réalité nationale extrêmement dynamique. Dès ses origines, il s’est donné à lire depuis les divers points de vue des empires en conflit qui, à divers titres, le convoitaient, et la construction de son identité a été un long et complexe processus relativement différent de celle de ses voisins. Après les abolitions et les décolonisations, les espoirs fondés sur les « modèles » sociaux qui s’y découvraient ont largement débordé ses frontières. C’est cette complexité souvent singulière que la revue veut contribuer à mieux comprendre.

6Certes, la recherche brésilienne et la recherche brésilianiste internationale se sont attelées à cette tâche depuis de nombreuses années. L’une et l’autre ont atteint la masse critique et la maturité qui leur permet de jouer un rôle de premier plan dans le débat mondial et dans les échanges interuniversitaires. Le Brésil offre un impressionnant panorama de revues de sciences humaines et sociales de très grande qualité. Toutefois, la plus grande partie de cette production reste en portugais ou, dans l’édition internationale, en anglais. Il est nécessaire d’ouvrir à un public francophone ces aspects ignorés de la compréhension d’un territoire qui, depuis sa plus lointaine histoire, s’est situé à l’échelle du monde.

7Ouverte à toutes les sciences sociales et humaines, Brésil(s) souhaite non seulement faire connaître les avancées de chacune des disciplines qui les composent mais aussi être un lieu de convergence de leurs débats. C’est le cas pour la plupart des thèmes qui sont abordés où anthropologues, économistes, historiens, littéraires, sociologues dialoguent à propos des questions qui leurs sont posées. De, plus, la revue se veut une plateforme de la recherche brésilianiste internationale et souhaite multiplier les mises en perspectives, les commentaires croisés, les confrontations. Une série d’événements, liés à son calendrier éditorial, renforcent ces échanges.

8La parution de chaque nouveau numéro est l’occasion d’une rencontre internationale (atelier, journée d’étude, colloque) et, une fois par mois, un « Midi de Brésil(s) » offre à un brésilianiste reconnu l’occasion de dialoguer avec un public d’autant plus large que la conférence est mise en ligne sur le site des Archives audiovisuelles de la recherche (Fondation Maison des sciences de l’Homme).

Le dossier du n°9 Ce que l'anthropologie doit au Brésil : terrains et théories

9Le dossier « Ce que l'anthropologie doit au Brésil : terrains et théories » coordonné par Michel Agier et Heitor Frúgoli Jr. interroge la contribution brésilienne à la connaissance anthropologique en général, que ce soit par la spécificité de ses terrains, par ses polémiques parfois très vives, ou par les concepts qui se développent là plus qu’ailleurs. Il est intéressant, dans un contexte de décentrement du monde et de décolonisation des savoirs, de remettre à l’épreuve l’horizon universaliste de l’anthropologie à partir de sa multilocalité. Par la richesse de ses terrains et de ses théories, par ses liens avec l’ethnologie la plus « classique » comme avec les formes les plus avancées de la mondialisation (de la « mégapolisation » aux mouvements sociaux altermondialistes en passant par les liens avec le monde des ONG internationales et des agences onusiennes), par l’exacerbation des contrastes sociaux qui le travaillent de l’intérieur depuis la fin de l’esclavage en 1888, ou encore par la place qu’y occupent les inquiétudes et inventions identitaires, le Brésil peut être un bon laboratoire pour cette tentative de construction décentrée d’une anthropologie-monde. 

Sommaire 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « La revue Brésil(s), revue française et en français sur le Brésil », Confins [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/10993

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org