Navigation – Plan du site

Editorial du numéro 27

Editorial number 27
Éditorial do número 27
Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry
Cet article est une traduction de :
Editorial do número 27

Texte intégral

1Avant de présenter ce numéro 27 nous souhaitons annoncer aux lecteurs de Confins deux nouvelles qui concernent la revue, toutes deux bonnes: l'appui accordé par le CNRS à la revue et le changement de son rythme de parution, de trois à quatre numéros par an.

L'appui du CNRS

  • 1 Le Centre national de la recherche scientifique est un organisme public de recherche, un établissem (...)

2Par une lettre du 10 avril 2016, Patrice Bourdelais, Directeur de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS-Centre National de la Recherche Scientifique1 annonçait: « J’ai l’honneur de vous informer que suite à l’examen de votre dossier, l’Institut des Sciences Humaines et Sociales a décidé de soutenir votre revue « Confins » pour les années 2016 et 2017 ». Cette décision du CNRS d'appuyer notre revue est pour nous une grande satisfaction, non seulement par la (petite) aide financière qu'elle nous apporte, mais surtout parce qu'elle constitue une reconnaissance scientifique de première grandeur, qui vient conforter celle qui nous a déjà été donnée, du côté brésilien, par la CAPES.

3Cette décision est fondée sur le rapport de la section 39 (Espaces, territoires et sociétés) du Comité National de la Recherche, section principale de référence pour la revue, qui affirmait: « Cette revue contribue indubitablement aux transferts de paradigmes géographiques entre ces deux aires culturelles, permettant un enrichissement des travaux menés par ces communautés de géographes et contribuant au rayonnement de la géographie française en Amérique du Sud et au-delà (la diffusion de cette revue dépassant largement ces deux aires géographiques) […] Le contenu scientifique de la revue est de très bonne tenue […] La revue Confins apparaît comme une des revues de référence pour la communauté des géographes lusophones et des géographes francophones travaillant sur le Brésil. Dynamique, elle a une dimension internationale indéniable et une très large diffusion. […] Ainsi, au vu de la qualité de ce support de publication, de sa très large diffusion et de l’importance de son rôle dans la promotion et l’enrichissement du paysage scientifique de la section 39, la section émet un avis très favorable sur l'aide demandée ».

4La section 31 (Hommes et milieux : évolution, interactions), section secondaire de référence, s’inquiétait quant à elle « de ne pas voir davantage d’articles de géographie physique publiés au cours des deux années écoulées », mais a donné néanmoins un avis favorable. Cette remarque sera prise en compte (et nous faisons d'ores et déjà appel aux auteurs potentiels) bien que la distinction entre géographie physique et géographie humaine semble peu pertinente pour nombre des articles de la revue qui associent les deux approches, par exemple celui de Marcelo Gonçalves et Mirian Vizintim, sur le « Risque d'inondation dans l'État du Paraná: analyse de risque et de vulnérabilité », dans le dossier consacré au Paraná dans ce numéro.

5La section 39 avait exprimé une inquiétude «  La section note que la question de la continuité de la direction éditoriale de la revue doit être argumentée au vu du prochain départ en retraite d’Hervé Théry », reprise dans la décision du CNRS: « Nous attirons particulièrement votre attention sur certains critères à améliorer pour votre revue : le fonctionnement des instances éditoriales doit être transparent et un mandat doit être attaché au poste de rédacteur en chef et/ou directeur de la revue (5 ans maximum, renouvelable une fois ». Sur le premier point nous pouvons rassurer la section 39, le départ en retraite d'Hervé Théry au 1er janvier 2016 (du CNRS uniquement, pas de l'USP) est d'une part atténué par le fait qu'il a demandé et obtenu le statut de directeur de recherche émérite et, d'autre part, lui laisse au contraire plus de temps à consacrer à la revue. Nous acceptons toutefois la demande exprimée par le CNRS, le 10 avril 2016, sur le mandat de cinq ans pour le poste de rédacteur en chef de la revue, qui a donc débuté à cette date.

Changement de rythme

6Nous avons pris la décision de porter de trois à quatre numéros par an de rythme de publication de Confins. Ce changement a été rendu nécessaire par le succès même de la revue, qui reçoit de plus en plus de propositions d'articles, à ce jour 85 d'entre eux sont en cours d'évaluation par les comités de la revue. Au lieu de trois numéros, mis en ligne respectivement en mars, juillet et novembre, la revue en comportera quatre, publiés en mars, juin, septembre et décembre. Nous espérons pouvoir de cette façon maintenir aussi court que possible le délai entre l'arrivée des manuscrits et leur publication, après évaluation par les pairs et élaboration – dans l'immense majorité des cas – d'une seconde version tenant compte de leurs remarques. Ce délai est actuellement proche de neuf mois en moyenne, ce qui reste inférieur aux délais de la plupart des revues scientifiques publiées sur papier, où il peut atteindre et dépasser deux ans, ce qui est évidemment préjudiciable pour les articles reposant sur des données récentes.

Le numéro 27

7Le numéro 27 s'ouvre sur trois articles traitant entièrement ou en partie de la France, dont le premier sera sans doute très exotique pour ses lecteurs brésiliens, « Les concentrations hivernales : une pratique touristique originale des motocyclistes européens à la recherche du froid et de la neige », de Jean Scol, qui montre – avec une vraie empathie pour son sujet – qu'il est bien un objet géographique. Le second répond bien à la priorité annoncée dans la présentation de la revue, « une préférence donnée aux articles comparatifs et aux articles de Brésiliens sur l’Europe », c'est ce que font Tadeu Alencar Arrais dans « Sur les traces de Paris, David Harvey et la capitale de la modernité », et Sidnei Luís Bohn Gass, Roberto Verdum, Jeannine Corbonnois et François Laurent dans « Aires de protection permanente (APPs) au Brésil et en France: approche comparative ».

8Une autre comparaison, entre Brésil et Argentine, est au cœur de l'article de Mauricio Polidoro, Natalia Czytajlo et Marta Casares « Lacunes et vulnérabilités dans des métropoles périphériques: analyse comparative entre Curitiba, Brésil et San Miguel de Tucuman, Argentine ». Le thème de l'eau rapproche « La ville de São Paulo et ses rivières: une histoire pleine de paradoxes », Isabel Cristina Moroz-Caccia Gouveia et « Aucun bassin n'est seulement un bassin! », Gisela Pires do Rio. Enfin deux articles traitent de front deux questions sensibles de l'actualité brésilienne, la question agraire pour Eduardo Paulon Girardi dans « Mato Grosso: expression aiguë de la question agraire brésilienne », et celle de la ségrégation résidentielle pour Michael Chetry dans « La situation résidentielle la nouvelle classe moyenne dans la métropole de Rio de Janeiro : une contribution au débat ».

9Le dossier « Paraná: regards sur ses régionalisations », coordonné par Omar Neto Fernandes Barros, aborde cet État sous plusieurs angles convergents.D'abord une vue général avec « Le Paraná et le Brésil: une contextualisation en treize images (et demie) », d'Hervé Théry, André Nagy et Raimundo Nonato Júnior et « Inégalités régionales de la croissance industrielle de l'État du Paraná », Claudio Roberto Bragueto et Luís Enrique da Silva. Puis les villes et la politique avec « La cartographie du phénomène urbain au Paraná: une lecture à partir de la sémiotique », de Ricardo Rodrigues Monteiro et « Les élections sénatoriales au Paraná: période 1994-2014 », d'Omar Neto Fernandes Barros. Enfin les rapports entre Nature et société – comme le souhaite la section 31 – avec « Parcs et réserves – territoires des peuples et communautés traditionnelles au Paraná: une approche cartographique de l'étude des conflits d'usage du territoire », de Marquiana de F. Vilas Boas Gomes, Raimundo Nonato Junior et Emerson Souza Gomes et « Risque d'inondation dans l'État du Paraná: analyse de risque et de vulnérabilité », de Marcelo Gonçalves et Mirian Vizintim.

10Parmi les images commentées, les premières sont consacrées, en cette veille des Jeux olympiques de Rio de Janeiro à « Une application pour cartographier les échanges de tirs à Rio de Janeiro », puis à un univers infiniment plus calme avec le texte de Sílvia Helena Zanirato « Vivre (de) la mer. Récit visuel de la pêche traditionnelle à São Miguel do Gostoso – RN », enfin à un apparent paradoxe « L'hévéa pousse maintenant à São Paulo », de René Somain et Martine Droulers.

11Des comptes rendus de Leandro Bruno Santos, « O Estado empreendedor: desmascarando o mito do setor público vs. setor privado », et Marion Daugeard, « Les services écosystémiques: une notion en plus? », suivis de signalement d'ouvrages ou de revues ne concluent le numéro: « Atlas problématique d'une métropole vulnérable, Lima », « La France et l'École brésilienne de géographie en anglais », « La revue Brésil(s), revue française et en français sur le Brésil » et « Le sport. Une géographie mondialisée »

12Bonne lecture à tous,

13Hervé Théry, Neli Aparecida de Mello-Théry

Haut de page

Notes

1 Le Centre national de la recherche scientifique est un organisme public de recherche, un établissement public à caractère scientifique et technologique, placé sous la tutelle du Ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Voir son site http://www.cnrs.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, « Editorial du numéro 27 », Confins [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 28 juillet 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/11012

Haut de page

Auteurs

Hervé Théry

Articles du même auteur

Neli Aparecida de Mello-Théry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org