Navigation – Plan du site
Espaces urbains et informalité politique au Brésil

Le commerce ambulant considéré comme un « problème » : circulations entre Rio de Janeiro et São Paulo

O comercio ambulante considerado como um "problema": circulações entre Rio de Janeiro e São Paulo
Hawking considered a "problem": circulations between Rio de Janeiro and São Paulo
Daniel Hirata
Traduction de Cécile Le Bourdon clebourdon@selbee.fr

Résumés

L’objectif de cet article est de décrire la manière dont le marché du commerce ambulant est construit comme un « problème » dans deux villes brésiliennes, Rio de Janeiro et São Paulo. Cet article se concentre plus particulièrement sur deux moments de transformation des formes d’implication gouvernementale et de la mise en conformité du marché du « commerce ambulant », entre les années 1980/1990 et 2000/2010. Il s’attache en particulier à décrire les modalités de circulation des personnes et des marchandises, ainsi que les pratiques gouvernementales.

Haut de page

Texte intégral

Policiers dans la Feira da madrugadaAfficher l’image
Crédits : Fábio Braga, 2015
  • 1 Aborder le marchand ambulant comme un problème ou sous un angle de « problématisation » est révélat (...)

1Les villes de São Paulo et de Rio de Janeiro sont extrêmement différentes dans leurs aspects sociaux, culturels, économiques, politiques et urbanistiques. L’histoire des interventions gouvernementales pour faire face au « problème » que représentent les marchands ambulants s’organise à un point de croisement bien précis de ces diverses dimensions, autour d’une série d’évènements ayant, pour chacune de ces deux villes, leur temporalité propre. Notre proposition dans cet article ne consistera pas, même si cela eut été fort intéressant, à raconter une « histoire sociale des marchands ambulants ». Nous nous cantonnerons aux années 1980/1990 et 2000/2010, pour étudier les transformations de la construction du « problème des marchands ambulants », par une relation entre les formes de lisibilité (DESROSIÈRES 2008) et d’instrumentalisation (LASCOUMES 2005) de l’action gouvernementale et les jeux de pouvoir des organisations collectives qui s’affrontent et négocient leur participation à ce marché1.

2C’est par cette relation dynamique que sera historiquement délimitée pour chaque période la construction des formes de régulations qui permettent aux biens vendus par les marchands ambulants de circuler et d’être consommés. Il ne s’agit en rien d’une approche nouvelle. Elle repose tant sur le travail incontournable de Karl Polanyi, qui a montré la construction sociale des marchés dans sa forme classique (POLANYI, 1944), que sur le parcours généalogique des formes de gouvernance contemporaines de Michel Foucault, qui a permis de caractériser l’actualité présentée dans cet article (FOUCAULT, 2004). Nous nous efforcerons en particulier d’explorer la manière dont ces transformations ponctuent les rapports de force et les jeux de pouvoir, influent sur les frontières instables entre ce qui est considéré comme étant soit à l’intérieur soit en dehors de l’ordre étatique, de définir la manière dont de tels marchés sont en gérés de manière conflictuelle et révèlent l’émergence et l’origine des multiples transformations apparaissant lors de notre incursion historique sur ce thème. Ce texte s’organise donc dans une perspective de compréhension des économies populaires et s’intéresse fondamentalement aux transformations des effets constituants des formes de gouvernement dans leurs interactions avec les pratiques commerciales concrètes des vendeurs ambulants.

Le passage des années 1980/1990 – La réglementation des activités et la formation du droit du travail dans la rue

  • 2 Si, au début, l’attribution des autorisations était une prérogative des contrôleurs municipaux, l’u (...)
  • 3 Loi 1.876/92 pour Rio de Janeiro et 11.039/91 pour São Paulo.
  • 4 4Le terme de camelot (camelô en portugais) est synonyme de marchand ambulant (vendedor ambulante en (...)

3Au début des années 1990, le marchand ambulant était considéré dans les deux villes comme un problème de (manque de ou manque d’organisation de) la relation entre la ville et le travail. Les marchands ambulants n’étaient pas considérés comme des travailleurs, mais comme une part de la population évoluant à mi-chemin entre le chômage, le vagabondage et les activités de survie. En conséquence, les principales formes d’interaction entre ces commerçants et le gouvernement ont été élaborées au travers de politiques et d’instruments de production d’ordre public. Le contrôle du commerçant ambulant s’est instauré par l’action de contrôleurs municipaux, avec l’appui des gardes municipaux2 récemment créés, ces derniers étant appelés à la rescousse lors des fréquents affrontements entre contrôleurs et marchands. Ces confrontations n’étaient pas accidentelles, dans la mesure où les lois régulant le commerce ambulant comme activité professionnelle sont postérieures à celle régissant son contrôle et sa taxation3. À São Paulo comme à Rio de Janeiro, les lois qui visent à réglementer l’activité ne définissent pas les normes de travail, mais l’attribution des emplacements publics de vente… ce qui signifie que c’est l’usage de l’espace urbain qui est au centre de l’action politique. C’est lui qui est au cœur du conflit, avec pour corollaire de fortes sanctions à l’encontre des personnes positionnées en marge par la loi. Cette configuration établit le territoire juridico-politique dans le cadre duquel se déroulent les conflits : le contrôle des points de vente des marchands4.

4J’ai déjà évoqué à d’autres occasions l’importance heuristique du point de vente comme catégorie descriptivo-analytique des diverses modalités de ce que l’on appelle le commerce informel et illégal (HIRATA 2011). Je m’étais alors attaché à démontrer que les rapports de force instituent des échanges commerciaux, en pensant la notion de point de vente principalement par le biais d’une ethnographie des activités commerciales d’une « biqueira », point de vente des dealers de drogue. Le « point de vente » pour le commerçant ambulant a ceci de spécifique que celui-ci exerce sur un marché soumis à une forme particulière d’autorisation légale et extralégale pour la vente et l’achat. Les autorisations municipales, appelées TPU à São Paulo pour désigner un permis d’utilisation, et TUAP à Rio de Janeiro, pour désigner l’utilisation de zones publiques, établissent comme référent la permission qu’accorde une municipalité d’utiliser un emplacement pour la vente de marchandises. À la différence d’autres autorisations municipales concernant le commerce, l’enregistrement et l’attribution de permis d’utilisation des emplacements publics de vente ne répondent pas le moins du monde aux attentes des vendeurs ambulants sur au moins trois plans principaux : le caractère excluant de la loi, qui restreint son périmètre aux personnes qui peuvent postuler pour obtenir une concession ; les critères très souvent confus et contradictoires retenus dans les décisions sur ces concessions, exemple du manque de lisibilité criant du fonctionnement de la logique gouvernementale (DAS, POOLE 2004) ; et le très grand décalage entre le nombre de marchands et le nombre de permis attribués par la municipalité, ce qui crée dès le début de la procédure d’enregistrement un hiatus difficile à résorber entre l’offre et la demande. Bien que diverses décisions de justice aient créé une jurisprudence favorable aux marchands ambulants, la majorité d’entre eux ne s’en sort pas ou n’a tout simplement pas obtenu les permis nécessaires pour vendre ses marchandises dans la rue.

Figure 1 Galerie commerciale

Figure 1 Galerie commerciale

Carlos Alba, 2015

  • 5 Les marchandises politiques et le marché des biens politiques sont des concepts qui renvoient à la (...)

5Dans la mesure où la réglementation du commerce dans les emplacements publics est peu claire, elle restreint les candidatures à l’enregistrement et limite par la suite l’attribution d’autorisations. La majorité des points de vente reste donc en marge des réglementations. Qui dit marge ne dit pas nécessairement être à l’extérieur. Contrairement à ce qu’une personne de sens commun informée par les médias pourrait penser, ces points de vente n’existent pas « en parallèle » ou dans des espaces laissés vides par les institutions publiques. Bien au contraire, ils reçoivent des autorisations illégales de la part d’agents de contrôle étatiques en charge des interdictions, par exemple par des pots-de-vin versés aux contrôleurs lors d’une saisie. C’est pourquoi j’insiste sur l’importance de cette « interaction décisive » entre les agents directs du contrôle gouvernemental du commerce ambulant et les acteurs de ces marchés. Dans la langue locale, cette interaction décisive entre policiers et marchands est surnommée o acerto (le règlement), a madeira (le bois) ou pagar pau (payer le bâton). Ces interactions structurent les agencements pratiques quotidiens qui régulent ce secteur du commerce informel et sont pensées à partir du concept de marchandises politiques (MISSE 2006). S’il est vrai que les maux que subissent les marchands sont antérieurs à l’étape légale, il est également vrai que la manière dont la réglementation du commerce ambulant a été mise en place, associée à la construction de tous ses instruments de contrôle, a instauré un marché des biens politiques5. Tout d’abord en ce qu’ils éloignent la majeure partie des travailleurs du cadre réglementaire officiel, les attirant vers des formes extra-légales. Ensuite, parce que les instruments qui favorisent la répression du travail informel plutôt que son intégration économique ne font que renforcer la construction de ce marché par l’usage de la force, qu’elle soit légale ou illégale, générant la production de régulations commerciales reposant sur l’usage de la répression.

6Outre les problèmes que pose le dispositif de réglementation des points de vente sur les emplacements publics, se pose la question d’un référent pour les frontières entre légal et illégal et celle des repères juridiques dans les conflits pour l’usage des points d’achat et de vente. Avant la mise en place de cette étape légale, les interactions entre les agents directement chargés des autorisations et les marchands ambulants étaient asymétriquement en faveur des premiers, qui exerçaient leur autorité sans référent, y compris les décisions de recours à la force. De cette manière, les marchands ambulants étaient totalement à la merci des décisions au cas par cas des contrôleurs, qui décidaient qui pouvait ou non vendre sa marchandise et quels marchands devaient être sanctionnés ou pas. C’est pour cette raison qu’en dépit de leur caractère restrictif, illisible, limité et du fait qu’elles ont été édictées par les maires sans consultation de la population, ces lois sont surnommées « Loi du camelot » dans les deux villes, car elles établissent une réglementation et un semblant de protection, sommaire mais qui a le mérite d’exister, pour les personnes pratiquant cette activité. Le point central de notre argument est que, en parallèle de la mise en place d’un cadre juridique pour ces formes de régulation de ces activités, l’on produit une confrontation avec le pouvoir public suivant une matrice pratico-discursive de « droit au travail dans la rue ». Autrement dit, au moment où la municipalité a institué le contrôle des activités, la confrontation sociale s’est mise en place par la création d’associations de marchands ambulants.

7Ce type de conflit politique s’établit par rapport à l’usage de l’espace public, considéré par ces travailleurs comme un droit. Dans la mesure où les marchands ambulants n’ont pas de relation contractuelle de travail, pas de lien qui s’apparente à une relation avec un employeur, c’est la municipalité et les autorisations de vente sur les emplacements publics qu’elle octroie qui deviennent la cible des revendications. La manière dont la régulation a été mise en place a positionné l’espace urbain au centre du conflit et généré la polarisation entre marchands ambulants et municipalité. Ces deux termes déterminent de manière conflictuelle l’appropriation qui peut être faite de la ville.

  • 6 Cet argument va à l’encontre de la position de Fernando Rabossi dans Ciudad del Leste, selon laquel (...)

8Les associations et syndicats de marchands ambulants se sont constitués par opposition à ce territoire juridico-politique. L’ensemble de leurs revendications portait sur les questions de concessions de vente sur les emplacements publics. Manifestations, cortèges, procès en justice, actions de casseurs, attaque directe des agents chargés des attributions d’emplacement, occupation d’espaces publics pour la vente, les marchands ambulants ont orchestré une large gamme d’actions (TILLY 2008)6. L’histoire de ces affrontements avec les pouvoirs publics s’est déroulée exactement au même moment que les actions gouvernementales, engendrant de multiples scénarios de conflits et de négociations des groupes qui participent à ce marché, par leurs alliances et leurs conflits avec les institutions qui ont élaboré le cadre de ce territoire juridico-politique.

  • 7 Le groupe, connu sous le nom de « mafia des pots-de-vin », gérait « en bas » le paiement effectué p (...)
  • 8 La Carte des conflits urbains de Rio de Janeiro est un projet de l’Observatoire permanent des confl (...)

9Dans le cas de São Paulo, il faut souligner que ces affrontements étaient dirigés contre les systèmes d’extorsion typiques des marchés politiques, marqués par une série d’évènements entre 1995 et 2002 attribués à un groupe surnommé « la mafia des contrôleurs »7. Ces évènements ont modifié de manière significative les rapports de force politique des partis de São Paulo, menant à une enquête sur tout un groupe de conseillers municipaux, qui a abouti à une procédure d’impeachment du maire de l’époque, Celso Pitta, (CARDOZO 2000). À Rio de Janeiro, les conflits n’ont pas généré d’impact vertical aussi vaste dans les politiques des partis, mais la tension politique a été décisive à certains moments dans la réorganisation du pouvoir dans la ville. Sans arriver aux mêmes conséquences qu’à São Paulo, le territoire juridico-politique et l’occupation des emplacements publics ont été des espaces de conflit social à Rio de Janeiro. La Carte des conflits urbains de la ville de Rio de Janeiro8 (NACIF 2011) montre ainsi que c’est entre marchands ambulants et gardes municipaux que l’on recense le plus grand nombre de conflits.

10Face à cette première période d’influence gouvernementale de type principalement juridico-politique, les marchands ambulants adoptent deux types de comportements qui, très souvent, se superposent, mais qui peuvent être considérés comme analytiquement distincts. D’une part, des pratiques « d’accommodation » organisées autour du marché des biens politiques et d’autre part, des pratiques de « confrontation avec le pouvoir politique » sur le thème du droit au travail dans la rue. Ces deux types de pratiques, qui peuvent être vus comme deux manières distinctes de continuer à exercer son commerce dans la rue, sont associés dans la manière dont les groupes s’organisent face au territoire juridico-politique. Certaines associations et certains syndicats récoltaient des fonds pour payer les permis illégaux imposés par les contrôleurs et les gardes municipaux, d’autre se refusaient à collecter de l’argent pour des financements illégaux et réagissaient directement à la situation par des dénonciations publiques et des revendications auprès des autorités municipales. Très souvent, ils faisaient les deux.

11En tout état de cause, l’important ici me paraît être cette base commune entre les instruments d’intervention gouvernementale et l’action des groupes qui sont en conflit et négocient leur participation à ce marché, qui dans le cas que nous décrivons présente les caractéristiques suivantes : tout d’abord, une lisibilité du contrôle de ces marchés, exprimée dans le choix et l’utilisation des instruments gouvernementaux d’attribution des emplacements (avant même qu’ils ne soient de nouveau régulés). Deuxièmement, une régularisation par des autorisations municipales de l’utilisation des emplacements publics, dont la caractéristique principale est de les réserver aux personnes enregistrées officiellement et de limiter le nombre de concessions. Troisièmement, conséquence des deux premiers points, se met en place un champ conflictuel (que j’ai appelé juridico‑politique), qui passe par les marchés des biens politiques et les revendications d’augmentation du nombre d’autorisations municipales.

La période de transition 2000/2010 — militarisation et entrepreneuriat

12Les décennies 2000 et 2010 sont extrêmement importantes dans les deux villes, du fait d’une série d’évolutions par rapport aux années antérieures. Je ne veux pas dire par là que « tout a changé », simplement suivre quelques lignes de reconduction des problèmes relatifs aux marchands ambulants. Certains instruments d’action gouvernementaux évoluent par rapport à la période antérieure, d’autres restent identiques, mais donnent néanmoins une impression de contraste par rapport aux périodes antérieures. Ce qui, il me semble, apparaît clairement, c’est la manière d’aborder la question des « problèmes » liés aux marchands, qui devient subtile et se distingue nettement de l’approche juridico-politique. L’édifice juridico-politique ne disparaît pas, mais se transforme, par une lecture des phénomènes et une manière d’agir sur eux qui traverse l’organisation mise en place par le gouvernement, ce qui modifie bien évidemment la surface de contact entre gouvernants et gouvernés.

13Dans un premier temps les enjeux semblent être ceux de la relation entre ville et travail, les marchands ambulants étant vus comme appartenant à une part de la population qui navigue entre chômage, vagabondage et activité de survie, mais en seconde lecture l’équation est autre et implique l’établissement de l’ordre et la forme entrepreneuriale. Dans ce contexte, les marchands ambulants sont accusés de fomenter le désordre et, simultanément, se métamorphosent en entrepreneurs. On le constate dans l’intensification des politiques de maintien de l’ordre avec une sécurisation et une militarisation de l’espace urbain, mais également à travers leur intégration urbanistique et économique, qui les incite à créer leur entreprise et recourir au crédit. L’articulation entre ces deux modes d’influence du gouvernement, constatée à partir d’évènements singuliers qui composent la partition du style gouvernemental est très semblable à São Paulo et à Rio de Janeiro. Ce nouveau style, en choisissant la manière dont il exerce son influence, déplace les référents qui ont construit la vente ambulante comme un problème : soit il transforme les participants en entrepreneurs, soit il criminalise leur activité commerciale, modifiant les rapports de force au cœur des conflits pour obtenir les richesses qui circulent dans les villes.

Partenariat, auto-gouvernance et opportunités

  • 9 Après l’article de référence numéro 146 de la constitution fédérale, qui établit les « normes génér (...)

14Première modification fondamentale qu’il faut comprendre de cette nouvelle représentation du marchand ambulant comme problème, le changement dans le référent qui établit par des règles qui est à l’intérieur et qui est en dehors des normes étatiques. Le territoire juridico-politique séparait le formel de l’informel en attribuant des concessions d’usage de l’espace des villes. Les tentatives de régularisation des marchands ambulants, au contraire, commencent à s’organiser de manière distincte à partir de la loi complémentaire numéro 128/08 qui modifiait la Loi générale sur les micro et petites entreprises (loi complémentaire numéro 123/06) entrée en vigueur en 20099. Cette loi prévoit une série d’avantages pour ce qu’elle appelle les « microentrepreneurs individuels » ou MEI, offrant une alternative aux marchands ambulants qui souhaitent adopter un statut formel au travers de cette nouvelle forme juridique de type entrepreneurial. La loi est assortie d’une série d’avantages qui se veulent beaucoup plus clairs et « inclusifs », par opposition aux difficultés que pose l’enregistrement via les concessions d’usage de l’espace urbain. Chacun peut, sans restriction de profil, s’inscrire sur Internet, gratuitement. La déclaration de chiffre d’affaires se fait une fois par an (toujours sur Internet) avec exonération des frais d’enregistrement de la société. Comparée aux concessions des TPUs et TUAPs, illisibles et présentant de nombreuses difficultés, cette procédure est infiniment plus simple, pour un coût quasiment identique.

  • 10 Site du ministère du Développement, de l’Industrie et du Commerce extérieur, partie « portal do emp (...)

15Les points centraux de la loi comprennent un taux d’imposition réduit par rapport aux plus grandes entreprises, ainsi que la promesse d’une couverture Santé et Prévoyance ambitieuse : complémentaire santé, retraite à âge fixe, complément de congé maternité au-delà du délai de carence, pensions et aide aux détenus). L’individu accède ainsi à ce que l’on nomme la citoyenneté, c’est-à-dire « le droit à la dignité, qui se traduit par une condition humaine d’autoréalisation personnelle, professionnelle et sociale. Être officiellement entrepreneur signifie marcher la tête haute et pouvoir dire “Je suis citoyen, j’exerce mon métier en accord avec les lois de mon pays”. Avoir un statut officiel, c’est aussi être un citoyen10 . »

16Cette nouvelle manière de penser le statut officiel et la citoyenneté inclut également une aide par des institutions qui promeuvent le fait pour les entrepreneurs de « se réaliser », tels que le Service brésilien d’aide aux micro et petites entreprises (le SEBRAE) et les banques publiques. Le SEBRAE ne se contente pas de les accompagner dans l’ensemble du processus de déclaration du MEI que nous avons déjà décrit, il apporte par la suite une aide technique aux microentreprises au travers de formations, d’aide à la création d’un plan d’entreprise, d’assistance et d’orientation, pour les aider à développer leurs « compétences et aptitudes entrepreneuriales ». Les banques publiques telles que la Banco do Brasil, la Banco do Nordeste ou la Caixa Econômica Federal offrent des conditions d’obtention de crédit avantageuses par des lignes de financement spécifiques, une réduction des tarifs et des taux d’intérêt plus bas. Enfin, une dernière « opportunité » offerte par ce nouveau statut est celle qui leur permet de se regrouper pour effectuer des achats en commun par le biais d’un consortium. La loi permet en effet que des microentrepreneurs se rassemblent pour effectuer des achats de marchandises en plus grand volume à des conditions plus avantageuses.

17Ce nouveau mode de formalisation déplace le référent qui définissait jusque-là la manière dont était réglementé le statut du marchand ambulant. Il faut néanmoins souligner que cette nouvelle approche ne se substitue pas à la précédente, mais s’y superpose, dans la mesure où les autorisations municipales restent obligatoires pour travailler sur un emplacement public. Pour cette raison, les marchands déclarés qui étaient déjà installés dans la rue n’ont pas trouvé grand intérêt à adopter le statut de MEI, d’autant qu’une partie des avantages importants, comme la couverture Santé et Prévoyance, existaient déjà dans les systèmes simplifiés des TPUs et TUAPs. Quant aux consortiums d’achat et de vente, une partie seulement des vendeurs de rues s’y sont intéressés et les coûts cumulés d’inscription ont fini par en décourager bon nombre. Une partie un peu plus importante des vendeurs s’est intéressée aux facilités de crédit, mais plutôt que d’y recourir en tant que MEI isolée, ils se sont présentés comme membres d’une des associations qui avaient réussi à négocier directement avec les banques pour le compte des microentreprises. Cette dynamique, apparemment plus courante à Rio de Janeiro, favorisait l’accès au crédit sous la tutelle de l’une des associations, qui ont également réussi à renégocier les dettes au travers d’entreprises spécialisées.

Image 2 Femme contrôlée par la police

Image 2 Femme contrôlée par la police

Fábio Braga, 2015

  • 11 Dans le cas des lieux où a été effectuée cette étude, la dynamique est très claire : le Mercado Pop (...)

18Mais c’est dans les environnements fermés que le statut d’entrepreneur et la nouvelle manière de réguler le commerce ambulant ont eu le plus d’incidence : dans les Shoppings Populares ou les Camelodrômes, ces marchés qui ont été dans les deux villes un lieu d’interface conflictuelle entre le gouvernement et les marchands ambulants autour des questions de « droit au travail dans la rue »11. Curieusement, c’est pourtant dans ces espaces que le nouveau système entrepreneurial a eu le plus d’effets, c’est là aussi que le statut a connu le plus de succès, par la quantité de personnes qui sont devenus MEI, mais aussi par la prolifération de formations sur les « capacités et aptitudes entrepreneuriales », par le recours aux consortiums d’achat et de vente, ainsi que par le recours au crédit. Les associations, et plus tard les comités de gestion de ces environnements fermés comportaient un nombre de membres et un niveau d’organisation bien supérieurs à ce qui existait dans la rue. Ils se sont rapidement emparés de ce nouveau système entrepreneurial et se sont organisés de manière beaucoup plus active que les autres.

19L’aspect crucial de l’approche entrepreneuriale est le passage d’un référentiel formel/informel des marchands ambulants d’un statut de « presque travailleur » à un statut de « presque entreprise », dont la principale conséquence se joue dans leur relation avec le gouvernement. Le territoire juridico-politique établissait une polarisation entre le gouvernement et les marchands sur la base des concessions municipales des emplacements publics de vente. C’est à partir de cette situation que les grandes manifestations et les conflits se sont succédés au cours des années qui ont suivi la mise en place de ce système. L’approche entrepreneuriale a permis de créer une convergence d’intérêts entre les marchands ambulants et le gouvernement, qui a mené à des partenariats pour promouvoir le secteur commercial.

  • 12 Le CUT est un syndicat centralisé, créé en 1983 dans le sillage des grèves des années précédentes e (...)

20Devenus des presque-travailleurs, les marchands ambulants avaient un presque-patron, la municipalité, auquel ils étaient reliés par une presque-relation d’employeur-employé, dans la mesure où une hiérarchie s’était instaurée entre eux. Même si les marchands ambulants étaient considérés comme des travailleurs indépendants au regard de la loi, les relations tissées avec la municipalité, dans le sens spécifique que je me suis efforcé de décrire plus haut, étaient très proches des relations de subordination dans une entreprise. Le conflit pour les emplacements publics a démontré l’asymétrie de la relation et créé la polarisation. Ce n’est pas un hasard si les marchands de São Paulo, qui se désignaient eux-mêmes comme des « travailleurs de la rue » affirmaient que « l’État [était] le patron des camelots ». De même, les organisations de marchands ambulants se nommaient généralement des « syndicats », proposant même des cartes syndicales en lien avec la Central Única dos Trabalhadores et la Força Sindical, deux syndicats dépendants de leurs liens avec le monde politique12.

21Dans la mesure où l’influence gouvernementale a métamorphosé les marchands ambulants en presque-entreprise, la polarisation produite par une relation clairement asymétrique et la relation hiérarchique se transforme en un contrat signé entre deux entités juridiquement symétriques et égales ou, mieux encore, entre deux partenaires. Comme les entreprises qui désirent candidater à un marché public, les associations qui gèrent les environnements fermés s’efforcent de s’aligner sur les paramètres fixés par la municipalité. Elles organisent des sessions de formation qui enseignent la manière de s’organiser dans le nouveau cadre posé par le gouvernement ; elles s’inscrivent dans les programmes prévus pour eux, en créant des consortiums d’achats et d’accès au crédit. On rencontre même des projets urbains dans la ville qui sont très souvent pensés comme des regroupements de ce type.

22Ainsi, l’influence gouvernementale ne se contente plus de fixer les limites, généralement juridiques et policières, de l’activité des marchands ambulants. Elle incite les marchands à se mobiliser au travers de l’incitation à l’entrepreneuriat. Les lois qui s’efforçaient de réglementer les activités d’achat et de vente sur les emplacements publics n’étaient jusque-là que des contraintes qui limitaient les actions dans l’espace des villes ; organiser signifiait alors principalement restreindre l’action des marchands. Le souffle de nouveauté qu’apporte l’esprit d’entreprise prend la forme d’une action positive d’incitation de la part des pouvoirs publics, encourageant certaines pratiques dans le cadre de programmes précis destinés à ce secteur d’activité, ouvrant un champ d’action stimulant et incitatif pour le commerce populaire.

23Dans les faits, le positionnement gouvernemental évolue totalement. Le commerce ambulant n’est plus abordé comme un problème, mais comme une opportunité de créer de l’activité économique. Dans les deux villes, cette activité, considérée jusque là comme un facteur de désordre urbain et économique, commence à être progressivement pensée comme un front de développement économique face à la concurrence que représentent les autres villes. On observe un point d’inflexion notable dans les projets de rénovation urbaine, qui commencent à intégrer le commerce populaire dans leurs objectifs stratégiques. Les projets actuels de « couloirs d’achats » à São Paulo, avec la rénovation de la région centrale, qui prennent en compte les grands évènements à Rio de Janeiro, sont des exemples de cette évolution dans la manière dont le gouvernement perçoit le commerce ambulant et dont son action évolue vers un système entrepreneurial. La concurrence sous-jacente entre ces grandes villes pour les ressources économiques fait de ces marchés un élément pertinent de l’horizon de l’économie urbaine. Le commerce populaire devient non plus une question de pauvreté ou de problèmes sociaux, mais un enjeu dans la circulation des richesses.

Les stratégies militaires et la sécurisation de l’espace urbain

24Si l’incitation à l’esprit d’entreprise et au crédit est quasiment restreinte aux environnements fermés, la lisibilité et l’influence du gouvernement se ressentent néanmoins distinctement dans les rues, où la criminalisation des camelots s’intensifie. Les contrôles effectués par l’armée et la sécurisation des espaces urbains s’accentuent. On constate que l’occupation territorialisée de certaines zones par les forces de l’ordre et l’usage d’un pouvoir dissuasif ostentatoire et coercitif accentuent la militarisation comme mode de contrôle privilégié des marchands. D’autre part, ces derniers deviennent la cible d’une surveillance et d’une supervision quotidienne par une sécurisation des espaces urbains et le contrôle de leurs déplacements qui augmente.

  • 13 Le secrétariat est l’équivalent de service d’une mairie, le sous-secrétariat en est une branche, sa (...)

25Concernant l’action militaire et sécuritaire du gouvernement dans les emplacements publics, on peut souligner trois points. Pour commencer, la création de nouveaux secrétariats13 donne le jour à un nouveau « design institutionnel » de l’administration municipale qui, par le biais de ses attributions propres, réorganise les organismes de coordination, les sous-secrétariats, les autorités autonomes et autres institutions liées à l’élaboration de l’ordre public. Deuxièmement, les programmes concernant l’ordre public qui ont été mis en œuvre par ces nouveaux secrétariats font appel à des outils novateurs d’évaluation, de mesure et d’identification. De plus, ils modifient les modalités de coordination des agents directement chargés des contrôles, réorganisent leurs attributions et modifient les pouvoirs dont ils disposent pour exercer leur mission. Enfin, conséquence des deux éléments précédents, nous pouvons reposer la question de marchés politiques, dans ce nouveau contexte d’interaction décisive entre les agents directement chargés du contrôle du commerce ambulant et leur public cible, afin de montrer de quelle manière ces nouveaux secrétariats et leur manière d’appréhender ce commerce et d’agir sur lui redistribuent les cartes, comment leur influence produit d’autres effets sur les marchés politiques.

  • 14 Il est constitué des organes qui préexistaient dans la structure municipale, mais qui agissaient tr (...)

26Le SEOP ou Secretaria Especial de Ordem Publica (Secrétariat spécial en charge de l’ordre public) a été créé au premier jour du mandat d’Eduardo Paes par le décret 30 339 du 1er janvier 2009. Cet acte normatif révise entièrement la structure organisationnelle du pouvoir administratif municipal dans le domaine de l’ordre public, sans la moindre consultation du pouvoir législatif ou la moindre participation de la population grâce à son statut « spécial », c’est-à-dire soi-disant provisoire, bien qu’il comporte un organigramme de fonctionnement similaire à n’importe quel autre secrétariat municipal14 (NACIF 2011). LE SMSU ou Secretaria Municipal de Segurança Urbana (Secrétariat municipal de sécurité urbaine), a été créé plus tôt, dès 2002, quand Marta Suplicy était élue de la ville. Bien qu’il soit issu de la loi 13.396/02, il a également été créé sans aucune consultation élargie. L’un de ses principaux objectifs était de « renforcer le contrôle des commerces ambulants », ce qu’il fit en s’appuyant principalement sur un instrument opérationnel de prédilection, la CGM, la Guarda Civil Metropolitana (garde civile métropolitaine).

27Une chose apparaît clairement dans le nouveau design institutionnel, constitué d’anciennes institutions qui composeront ensuite de nouveaux secrétariats : le concept de gestion coordonnée de l’ordre public. Cette coordination se justifie par la volonté d’améliorer l’efficacité de la gestion de l’ordre public. Elle s’entend de manière large puisqu’elle rassemble les institutions qui composent la nouvelle structure institutionnelle, mais aussi d’autres instances administratives de la municipalité, par le biais de cabinets de gestion intégrée et de conventions signées avec d’autres secrétariats. Même les institutions qui n’entretiennent pas de relation directe avec les instruments de la construction de l’ordre public, tels que le secrétariat au Transport, aux Travaux, les mairies de quartier, ou encore l’aide sociale, semblent être des instruments intégrés à la sphère du contrôle urbain, au service du maintien de l’ordre public. Ainsi, on constate une opération de normalisation des usages de la ville aussi intensive qu’efficace, qui recourt aux compétences municipales spécifiques telles que la définition des règles de délimitation des zones, d’utilisation et d’occupation du territoire urbain, conformément aux lois d’urbanisme et au code des travaux, ou encore les pratiques sociales autorisées sur les emplacements publics par le codigo de postura (code municipal).

28La gestion coordonnée se justifie pleinement comme une « bonne pratique » du point de vue du « bon sens technico-administratif », le fait de concevoir les espaces publics de la ville sous l’angle de la protection de l’ordre public, lui, cependant, beaucoup moins. Plutôt que de promouvoir la convivialité entre citadins, l’approche militaire et sécuritaire établit la sécurité comme forme de relation sociale prédominante, instillant une approche policière de manière toujours plus prégnante par des réglementations de comportements pertinents dans les espaces publics. (TELLES 2012). Certains types urbains sont montrés du doigt, présentés comme indésirables pour la convivialité urbaine ; il leur est demandé de sortir du paysage des centres militaro-sécurisés. Nous parlons donc d’une nouvelle forme d’urbanisme dont la principale préoccupation est celle de l’ordre public (OBLET 2008). Elle repose à la fois sur le « nouvel urbanisme militaire » (GRAHAM 2011), qui établit des passerelles et des équivalences entre les stratégies militaires et la planification urbaine, et sur la climatisation gouvernementale (BOULLIER 2007), un modèle contemporain important d’organisation des villes qui rejette le concept de « causes profondes » au profit d’une action sur « une surface des évènements ». En ce sens, la production des espaces de la ville se fait en intégrant des formes de surveillance et de militarisation. L’idée même de ce que sont les espaces de vie évolue ; il ne s’agit plus de lieux d’appropriation citadine (LEFEBVRE 1968), mais de moyens pour construire de l’ordre.

  • 15 Le programme mis en place par le ministre de la Justice sur cette question, géré par l’Instituto Br (...)

29Pour réussir à exposer les sens et effets de cette nouvelle forme de construction de l’ordre public, il est essentiel de comprendre de manière concrète comment fonctionnent les programmes de ces secrétariats. D’une manière générale, la SMSU a connu un certain succès. Pourtant, l’évaluation du transfert de compétences des contrôles à la GCM n’a pas été perçue de manière très positive, car, bien que la GCM de São Paulo soit une des unités les plus militarisées du pays, son action de contrôle des commerces ambulants n’a pas été vue comme un succès, car elle a été considérée comme « insuffisamment énergique », comme n’ayant pas réussi à « s’imposer » face aux vendeurs ambulants. La conquête effective du droit à l’action coercitive fut garantie quelques mois plus tard par l’approbation, le 2 décembre 2010, d’un contrat signé entre le gouvernement de l’État de São Paulo, par l’intermédiaire de sa police militaire, et la mairie, sous la forme d’une Coordination des services de la mairie connue sous le nom « d’Opération déléguée ». L’Opération déléguée (Loi 14 977/09 et décret 50 994/09) permettait à la police militaire de travailler pour la mairie jusqu’à 96 heures sur ses jours de repos, ce qui lui permettait de recevoir de la mairie un revenu complémentaire. Elle a commencé par une action localisée dans la région de la rue du 25 mars. Quelques jours plus tard, le commando de la police militaire annonçait une réduction des petits délits constatés, tels que les vols simples et vols avec agression. Présentés avec, à l’appui, des indicateurs montrant la réduction de la petite criminalité, ces résultats ont fait l’objet d’une ample diffusion visant à démontrer le succès incontestable de ces mesures, qui ont ensuite été étendues à d’autres quartiers de la ville. Le commerce ambulant fut également présenté dans les indicateurs de réduction de la criminalité. Cette activité ne constitue pourtant pas un délit, mais la lutte contre la piraterie fit fort opportunément l’objet d’une lutte intensive à ce moment précis, s’inscrivant dans le cadre d’un programme international de combat contre la piraterie organisé par l’ONU et la Banque mondiale, récemment mis en œuvre par le Ministère de la Justice15.

30Cependant, ce ne furent pas le paiement d’heures complémentaires, qui précarisaient le travail des policiers, ni la justification de la réduction de la criminalité, absente de la loi et du décret qui la réglemente, mais ce fut la délégation des fonctions qui représenta l’évolution majeure. Ce fut elle qui donna son nom à cette opération et qui établit le transfert des attributions de contrôle du commerce informel réalisé par les contrôleurs municipaux des mairies de quartier et par les policiers de la Garde civile métropolitaine, vers la Police municipale. Cet « artifice juridique » enfreint le principe constitutionnel de division des pouvoirs de chaque organe de contrôle et dilue les spécificités des attributions de contrôle, en augmentant la marge d’action de la police militaire. C’est par cet élargissement des pouvoirs de la police militaire que la puissante structure a été mobilisée pour intervenir dans le quartier du Brás, quartier traditionnel et principal centre du commerce ambulant de la ville. Troupes de choc, cavalerie, bases mobiles et unités spéciales furent convoquées en grand nombre pour procéder à l’occupation du quartier.

  • 16 Les officiers de la police militaire sont utilisés comme des gérants de l’administration publique. (...)

31En centralisant aux mains de la Police militaire des attributions qui étaient jusque-là réparties entre divers agents de contrôle des commerçants ambulants, cette délégation a considérablement augmenté l’agilité et l’efficacité de contrôles quotidiens par la Police dans le quartier. Le Major Wagner Rodrigues, chef de la division administrative et des opérations du centre, explique que cette manière de concevoir les interventions s’est inspirée de diverses opérations antérieures qu’il avait lui-même dirigées, au cours desquelles il avait constaté que la division des tâches « empêchait toute efficacité du contrôle ». Il était par exemple très difficile d’appréhender les vendeurs que l’on nomme les « parachutes » parce qu’ils déposent toute leur marchandise sur un tissu qu’ils referment à la première alerte. Tissu déplié, leur contrôle relevait des emplacements de rue et dépendait de la GCM. Tissu fermé, il ne s’agissait plus que d’un « baluchon » comportant des biens personnels que seule la Police militaire avait le droit de fouiller. Cette petite scène du contrôle social en dit long sur ce qui changea dans le quotidien du quartier. D’un côté, les pouvoirs discrétionnaires d’un policier durant sa tournée « officieuse » sont plus étendus que ceux dont il dispose pendant son travail officiel ; durant « l’opération déléguée », il concentre les attributions de la GCM et celles des contrôleurs de la mairie de quartier, ce qui accroît son pouvoir dans la rue. De l’autre, ce pouvoir renforcé lui est garanti par ses supérieurs, ces policiers nommés par le commando de la mairie de quartier qui planifient toutes les opérations de contrôle, d’arrestation et éventuellement d’emprisonnement des camelots, bénéficiant d’une sorte d’insularité administrative16.

32À Rio de Janeiro, l’ensemble d’opérations connu sous le nom de « choc de l’ordre » devient le principal programme de la SEOP. Au cours des premières années de ces opérations, le choc mentionné se réfère à l’impact dans les esprits, par lequel la mairie entend « faire passer un message » selon lequel « tout a changé », et recourt pour cela à une série de multiples actions mobiles et à forte dimension communicationnelle (VELLOSO 2012). Dès cette première année, les vendeurs ambulants sont visés par ces opérations puisqu’ils font l’objet d’un réenregistrement massif auprès d’un cadastre spécifique, le CUCA (Cadastro Único do Comercio Ambulante). Lors de la deuxième année d’existence du nouveau secrétariat, la SEOP réorganise ses formes d’action en instaurant un « choc de l’ordre II », dont les UOP, les Unités de l’ordre public, deviennent l’instrument opérationnel le plus important. Face à l’impact et à la répercussion des UPP, les Unités de police pacificatrices, le modèle de territorialisation des UOP remplace les pratiques itinérantes caractéristiques de la phase de mise en place du choc de l’ordre précédente. Dans ce nouveau modèle, on considère que l’occupation permanente par les forces de l’ordre public est reconnue comme la forme opérationnelle la plus efficace des programmes et projets du secrétariat.

33Au début du changement de stratégie, la GM arrivait à l’aube, avant l’installation ou l’installation des stands, des établis ou des tables qui servaient de points de vente aux marchands ambulants. Selon le commandant actuel de la GM, la « domination territoriale » avant l’ouverture des commerces facilite leur action dans la mesure où elle montre clairement « qui commande » dans ce lieu, à moindres « frais » par rapport aux méthodes antérieures. Une fois les UPP installées, l’évaluation de leur efficacité territoriale a confirmé l’expérience embryonnaire de la GM. Mais la question n’était plus là, ce qui exigeait une nouvelle lecture et un nouveau mode d’action, car la GM n’avait pas été conçue pour agir dans ce format territorialisé. Le point essentiel ici est que, à mesure que le format territorialisé se cristallise, la position centrale de la GM dans la SEOP ne fait que croître et renforce au bout du compte le positionnement de la GM comme principal instrument de l’ordre socio-spatial. En d’autres termes, la GM devient la condition incontournable de la mise en place des UOP et de la territorialisation des politiques de construction de l’ordre public.

34L’élargissement des pouvoirs de la GM visait à transformer les institutions afin d’accroître l’efficacité de leur action dans un format institutionnalisé de construction de l’ordre public. De multiples changements ont été effectués pour que la GM transforme son mode de planification, son activité et l’évaluation de ses résultats. Les zones à caractéristiques spécifiques ont été cartographiées et le système a été évalué par un sondage d’opinion effectué auprès des habitants. La GM a investi dans des équipements technologiques tels que des smartphones et des tablettes, connectés aux centres de contrôle opérationnel et d’intelligence. Des évolutions ont été apportées également aux aspects de formation avec la création d’un POP (Procedimento Operacional Padrão), un modèle opérationnel de fonctionnement, afin d’utiliser et de former à utiliser au mieux les technologies. Enfin, le GOE (Grupamento de Operações Especiais), qui existait auparavant, a été réorganisé. Il existait formellement auparavant, mais tout comme le BOPE (Batalhão de Operações Especiais) de la PM dans le cas des UPP, il « prépare le terrain » pour l’installation des unités de l’UOP, agissant comme un groupe bien différencié qui impose l’occupation de l’espace de manière indiscutable, en particulier par ses manières notablement coercitives et dissuasives.

Conclusion

35L’occupation des quartiers centraux des deux villes considérées modifie la dynamique d’interaction décisive entre les vendeurs ambulants et les agents chargés du contrôle de leur activité. Dans les deux villes, la territorialisation comme forme de contrôle montre que le marché des biens politiques se centralise, dans la mesure où le contrôle est désormais effectué de cette manière. Pour le dire autrement, l’extorsion se fait désormais « en gros », dans le cadre de négociations entre le commandement militaire des opérations et les associations qui contrôlent les environnements fermés et concentrent les flux commerciaux. Les associations de vendeurs travaillant dans la rue sont moins organisées et n’ont pas réussi à s’adapter à l’augmentation du prix des biens politiques. Ils sont restés en dehors de ces négociations ou, dans certains cas ponctuels, établissent des négociations « au détail », de manière épisodique et instable, sans garantie que la transaction soit fiable ou que la vente soit assurée.

36Les conflits pour les points de vente ont donc totalement changé de nature sous l’influence sélective des politiques incitant à adopter une structure entrepreneuriale et à se tourner vers le crédit d’une part, et avec la militarisation et la sécurisation de l’ordre public d’autre part. La tendance à la concentration économique et à la centralisation politique se produit à mesure d’une certaine avancée du processus de formalisation et d’encouragement en faveur des environnements fermés, conjugué au contrôle militaro-sécuritaire. Il serait exagéré et incorrect d’affirmer qu’une telle transformation a été mise en place pour permettre ce nouveau fonctionnement des marchés. Nous dirons plutôt qu’il existe des affinités et des convergences qui, en construisant une forme de gouvernance spécifique, produisent des effets allant en ce sens.

37La dynamique de composition de ces groupes de pouvoir qui négocient et s’affrontent pour la circulation et l’extraction des richesses circulant dans les villes varient avec le temps de manière imprévisible, suivant la conjoncture de chaque moment. Le pouvoir institutionnel légal de chaque entité étatique est le produit et le producteur de ces conjonctures : à chaque nouvel arrêté, loi ou décret approuvés par la municipalité, l’État régional et le gouvernement fédéral, les relations conflictuelles entre les différents groupes de pouvoir se transforment. En parallèle, les groupes de pouvoir tentent également d’influer sur la manière dont doit s’effectuer l’encadrement légal. Dans le cas des groupes qui se disputent le commerce populaire, les conflits se sont inscrits dans une sélectivité structurelle organisée d’une manière spatialisée, séparant les vendeurs ambulants qui travaillent dans les environnements fermés des vendeurs de rues. Cet état de fait finit par délimiter les endroits où la vente est permise et encouragée, ceux où elle n’est que tolérée et ceux où elle sera réprimée avec la plus grande vigueur.

38La question se pose ici de l’évolution de la gestion différentielle des illégalismes (FOUCAULT 1976), c’est-à-dire de l’équilibre entre tolérance et répression prévalant sur ces marchés en fonction de leur sélectivité. Suivant le concept proposé par Foucault, il est nécessaire d’étudier les jeux de pouvoir qui ponctuent la définition de ces frontières pour comprendre comment cette sélectivité opère (TELLES, HIRATA 2010). Dans le cas des vendeurs ambulants, le référent de la démarcation de la frontière entre légal et illégal s’éloigne de l’ancien territoire juridique, par le biais de politiques d’incitation à la création d’entreprises et au recours au crédit, qui ont permis d’intégrer une partie des marchands. En parallèle, la militarisation et la sécurisation de l’ordre urbain renforcent la criminalisation de la grande majorité d’entre eux, qui restent en marge de ces délimitations. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait plus de conflits dans les rues, mais que les conditions de leur réalisation ont totalement changé. Une partie des vendeurs agissent en convergence avec ce même gouvernement qui empêche le travail dans les emplacements publics.

39Cet aperçu de la manière dont le commerce ambulant est construit comme un « problème » dans les villes de São Paulo et de Rio de Janeiro vise à ébaucher les lignes directrices de l’évolution des formes d’influence gouvernementale sur cette activité. Cette démarcation des frontières et du référent sépare les pratiques et les place à l’intérieur ou en dehors de l’ordre étatique ; elle construit et produit les formes de gouvernance des richesses circulant sur le sol urbain. Reste à savoir si le terrain conflictuel se déplacera également face à cette nouvelle représentation du « commerce ambulant comme problème », ou bien si ce sont les termes du conflit qui seront mis en question.

Haut de page

Bibliographie

BOULLIER, Dominique et alii. 2012. Événements et Sécurité : les professionnels des climats urbains. Paris : presses de l’école de mines.

CANELLAS, Lidia. 2010. Camelô no Camelódromo não fica na pista. Uma etnografia acerca da construção e desconstrução de regras no Mercado Popular da Uruguaiana –RJ. Dissertação de mestrado, UFF.

CARDOZO, José Eduardo. 2000. A Máfia das Propinas. São Paulo : Fundação Perseu Abramo.

DAS, Veena ; POOLE, Deborah. 2004. Antropology in the margins of the State. Oxford, Santa Fe : James Currey, School of American Research Press.

DESROSIÈRES, Alain. 2003. « Historiciser l´action publique : L´État, le marché et les statstiques ».  In : LABORIER, Pascal ; TROM, Danny. 2003. Historicités de l´action publique. Paris : PUF. pp.207-221.

DESROSIÈRES, Alain. 2008. Gouverner par les nombres. Paris : Presses de l´école de mines.

FREIRE, Carlos.2008. Trabalho informal e redes de subcontratação: dinâmicas urbanas da indústria de confecção em São Paulo. Dissertação de mestrado,Universidade de São Paulo.

FOUCAULT, Michel. 2001. Dits et Écrits. Paris : Gallimard.

FOUCAULT, Michel. 2008. Segurança, Território, População. São Paulo, Martins Fontes.

GRAHAM, Sthephan.2011. Cities under siege: the new military urbanism. Londres: Verso.

GUPTA, AKhil; SHARMA, Aradhana.2006. The Anthropology of the State. Oxford: Blackwell Publishing.

HACKING, Ian. 2006. Making up people. London Review of books, vol 28, no 16, pp.161-171.

HIBOU, Beatrice. 1998. « Retrait ou rédeploiment de l´État ». Critique Internationale. Vol 1, pp. 151-168.

HIBOU, Beatrice. 2013. La bureaucratisation néolibérale. Paris : La découverte.

HIRATA, Daniel Veloso.2010. Sobreviver na Adversidade: entre o mercado e a vida. Tese de doutorado, Universidade de São Paulo.

LASCOUMES, Pierre ; LE GALÉS, Patrick. 2004. Gouverner par les instruments. Paris. Paris: Presses de la fondation nationale de sciences politique.

LEFEBVRE, Henry. 2001. O direito à cidade. São Paulo : Centauro.

MACHADO DA SILVA, Luis Antônio. 2002. Da Informalidade a Empregabilidade (reorganizando a dominação no mundo do trabalho). Cadernos CRH, numero 37.

MAFRA, Patrícia 2005. A “pista” e o “camelódromo”: camelôs no centro do Rio de Janeiro. Dissertação de mestrado defendida no Programa e Pós Graduação em Antropologia Social do Museu Nacional.

MISSE, Michel. 2006. Crime e Violência no Brasil Contemporâneo. Rio de Janeiro, Editora Lumen Júris.

NACIF, Cristina Lontra. 2011. Estado de Choque: Legislação e conflito no espaço público da cidade do Rio de Janeiro-Brasil (1993-2010). Paper apresentado no XIV Encontro Nacional da ANPUR.

PIRES, Lenin 2010. Arreglar não é pedir arrego. Tese de doutorado defendida no Programa de Pós Graduação em Antropologia da Universidade Federal Fluminense.

POLANYI, Karl (2000) [1944]. A grande transformação. Rio de janeiro: Elsevier.

OBLET, Thierry.2008. Défendre la ville: la police, l’urbanisme et les habitants. Paris: PUF.

RABOSSI, Fernando. 2011. Negociações, associações e monopólio: a política de rua em Ciudad del Este (Paraguai). Etnográfica. 15(1).

ROSE, Nicolas & MILLER, Peter.2008. Governing the present. Cambridge: Polity Press.

SENELLART, Michel. 2006. As artes de governar. São Paulo: Ed.34.

TELLES, Vera; HIRATA, Daniel. 2007. Cidade e práticas urbanas: nas fronteiras incertas entre o ilegal, informal e o ilícito. Revista Estudos Avançados 21(61).

TELLES, Vera; HIRATA, Daniel. 2010. Ilegalismos e jogos de poder em São Paulo. Tempo Social, vol 22, no 2.

TILLY, Charles. 1996. Coerção, Capital e Estados Europeus. São Paulo: Edusp.

TILLY, Charles. 2008. Politique(s) du conflit: de la grève à la révolution. Paris: presses de science po.

VELLOSO, Natalia. 2012. Políticas da ordem: poder e imaginação na criação da cidade olímpica. Dissertação de mestrado, IPPUR, Rio de Janeiro.

Outros materiais:

Relatório do projeto “Trabalho informal e direto a cidade” desenvolvido no Centro Gaspar Garcia de Direitos Humanos, 2011

Revista Caros amigos, de Julho de 2011. “Kassab reforça o Estado Policial em São Paulo”. Reportagem de Gabriela Moncau.

Haut de page

Notes

1 Aborder le marchand ambulant comme un problème ou sous un angle de « problématisation » est révélateur d’une forme de construction des objets de recherche qui s’inspire de près de la manière dont Michel Foucault a défini plusieurs fois les contours singuliers de sa pensée et de son travail historique, d’une manière bien distincte de l’histoire des idées, des représentations et des mentalités. En ce sens, l’analyse des conditions rendant possibles les multiples modes de résolution d’un problème (faits, pratiques, pensées) rentrent dans le cadre d’une problématisation. La question de Foucault serait toujours « Comment cela a-t-il été possible ? ». Voir FOUCAULT, Michel. 2001. Dits et Écrits. Paris : Gallimard. Cet ouvrage comporte de nombreux autres textes importants, dont en particulier « Polémique, politique et problématisation » (texte 342 du tome IV).

2 Si, au début, l’attribution des autorisations était une prérogative des contrôleurs municipaux, l’usage de la force fut néanmoins exercé en collaboration avec les gardes municipaux dès la création de ces derniers. À São Paulo, la garde civile métropolitaine est une institution qui remonte au début du siècle, puis fut réinstaurée dans un contexte démocratique en 1986. Ce fut l’une des premières du Brésil (loi 10.115/86). Sa création à Rio de Janeiro remonte à 1992 (loi 1.187/92) ; le premier concours de recrutement n’eut lieu que l’année suivante.

3 Loi 1.876/92 pour Rio de Janeiro et 11.039/91 pour São Paulo.

4 4Le terme de camelot (camelô en portugais) est synonyme de marchand ambulant (vendedor ambulante en portugais). Les deux termes sont porteurs de la même ambiguïté : tous deux désignent à la fois les activités d’achat et de vente réalisées à partir d’un emplacement fixe ou mobile dans les rues de la ville. Dans le contexte de notre article, ces différences sont mineures, dans la mesure où même les marchands qui sont mobiles exercent généralement dans un périmètre défini puisqu’ils sont soumis à l’influence des dynamiques de conflits pour s’approprier les points de vente. Sur la différence entre les camelots mobiles et fixes, voir MAFRA, Patrícia (2005). À « pista » e o « camelódromo » : camelôs no centro do Rio de Janeiro. (La « piste » et le « camelodrôme » : les camelots du centre de Rio de Janeiro). Mémoire de maîtrise réalisé dans le cadre du programme d’Études de troisième cycle en Anthropologie sociale du Musée national.

5 Les marchandises politiques et le marché des biens politiques sont des concepts qui renvoient à la production de Michel Misse. Il s’agit d’une construction analytique qui s’efforce de dépasser le débat sur « l’économie de la corruption », cette dernière étant généralement trop centrée sur les aspects moraux et institutionnels de la question. De plus, pour penser le fonctionnement de ce marché de biens spécifiques, il convient de prendre en compte non seulement les relations entre offre et demande, mais également les « évaluations stratégiques de pouvoir, de recours potentiel à la violence et d’équilibre des forces, évaluations sur un plan strictement politique ». Voir : MISSE, Michel. 2006. Crime e Violência no Brasil Contemporâneo (Crime et violence dans le Brésil contemporain), Rio de Janeiro, Editora Lumen Júris, mais également PIRES, Lenin 2010. Arreglar não é pedir arrego. (Trouver un accord n’est pas jeter l’éponge). Thèse de doctorat soutenue dans le cadre du Programme de troisième cycle d’Anthropologie de l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro.

6 Cet argument va à l’encontre de la position de Fernando Rabossi dans Ciudad del Leste, selon laquelle le territoire juridico-politique aurait contribué à la formation des associations. Voir : RABOSSI, Fernando. 2011. Negociações, associações e monopólio: a política de rua em Ciudad del Este (Paraguai).(Négociations, associations et monopoles : la politique de rue à Ciudad del Leste [Paraguay]). Ethnographie.15 (1).

7 Le groupe, connu sous le nom de « mafia des pots-de-vin », gérait « en bas » le paiement effectué par les marchands aux contrôleurs de l’administration de l’arrondissement pour le dépôt de marchandises, l’installation de stands et les annonces des barrages de police. « En haut », les administrateurs régionaux collectaient l’argent auprès des contrôleurs et le transmettaient aux conseillers liés au parti au pouvoir. Le système avait pour objectif de financer les campagnes électorales et l’enrichissement personnel de ce groupe, mais était surtout une forme de structuration locale du pouvoir clientéliste traditionnel à São Paulo. Voir : CARDOZO, José Eduardo. 2000. À Máfia das Propinas. (La Mafia des pots-de-vin) São Paulo : Fondation Perseu Abramo.

8 La Carte des conflits urbains de Rio de Janeiro est un projet de l’Observatoire permanent des conflits urbains (ETTERN-IPPUR-UFRJ) réalisé par collectes de données lors de manifestations ayant « la ville pour arène et pour objet ». Les données ont été collectées dans la presse, auprès de médiateurs sociaux et dans les annales des pouvoirs publics compétents. Voir : http://www.ettern.ippur.ufrj.br/projetos-em-andamento/38/observatorio-de-conflitos-urbanos-no-rio-de-janeiro

9 Après l’article de référence numéro 146 de la constitution fédérale, qui établit les « normes générales en matière de législation fiscale », et qui favorisaient les microentreprises et les petites entreprises au régime spécial ou à imposition simplifiée, apparaissent les lois complémentaires de la loi 123/06, qui instituent le statut national de microentreprise et entreprise de petite envergure (la Loi générale de la micro et petite entreprise), et la loi complémentaire 128/08, qui créé le micro‑entrepreneur individuel ou MEI.

10 Site du ministère du Développement, de l’Industrie et du Commerce extérieur, partie « portal do empreendedor » (portail de l’entrepreneur) — http://www.portaldoempreendedor.gov.br/

11 Dans le cas des lieux où a été effectuée cette étude, la dynamique est très claire : le Mercado Popular da Uruguaiana, premier marché de la ville de Rio de Janeiro, a été inauguré en 1994 après une tentative avortée en 1984 sur la place XI. Il a été le fruit d’une collaboration entre les marchands et le gouverneur de l’époque, Nilo Batista, dans la continuité d’une orientation gouvernementale pensée par Leonel Brizola, lequel voyait dans ces espaces une forme d’action gouvernementale plus proche de l’intérêt des marchands. À São Paulo, la feira da Madrugada a démarré ses activités en 2004, également dans le cadre d’une collaboration entre la maire de l’époque, Marta Suplicy, et les leaders des marchands, dans un processus de récupération des politiques amorcées par la gestion de Luiza Erundina.

12 Le CUT est un syndicat centralisé, créé en 1983 dans le sillage des grèves des années précédentes et du « nouveau syndicalisme ». Il est aujourd’hui le premier syndicat brésilien. Força Sindical est le second syndicat du pays. Il est apparu en 1991 et se situe plus au centre de l’échiquier politico‑idéologique que la CUT.

13 Le secrétariat est l’équivalent de service d’une mairie, le sous-secrétariat en est une branche, sachant que Rio, et surtout São Paulo, sont des villes de grande envergure [NDT]

14 Il est constitué des organes qui préexistaient dans la structure municipale, mais qui agissaient traditionnellement de manière autonome et isolée : le sous-secrétariat en charge des attributions d’emplacements (comprenant le centre d’attribution de licences et autorisation ou « Fiscalização‑CLF » et la compagnie en charge des attributions de stationnement et des remorques, le CFER), du contrôle urbain (comprenant la Compagnie du contrôle urbain [CCU] et des interventions [Garde municipale].

15 Le programme mis en place par le ministre de la Justice sur cette question, géré par l’Instituto Brasileiro de Etica Concorrencial [l’Institut brésilien d’éthique de la concurrence] fut intitulé « Une ville délivrée de la piraterie ». Son objectif était de coordonner les différentes instances de contrôle dans leur « combat contre la piraterie », y compris de « municipaliser le combat contre la piraterie en incitant les mairies à créer des mécanismes locaux de prévention et de répression de la piraterie [...], en encourageant l’implication des municipalités dans le combat contre le commerce illégal [ou bien directement “le combat, au niveau municipal, contre le commerce illégal”] ».

16 Les officiers de la police militaire sont utilisés comme des gérants de l’administration publique. Ils se voient attribuer des postes dans les mairies de quartier aux secrétariats de la Sécurité publique de l’État, au secrétariat des Transports, à la CET [Centre d’Ingénierie du Trafic], aux services funéraires, au service de soins ambulatoires et à la défense civile. Reportage de Gabriela Moncau dans la revue Caros amigos de juillet 2011, intitulée « Kassab renforce l’État policier de São Paulo ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Galerie commerciale
Crédits Carlos Alba, 2015
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Titre Image 2 Femme contrôlée par la police
Crédits Fábio Braga, 2015
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11217/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Hirata, « Le commerce ambulant considéré comme un « problème » : circulations entre Rio de Janeiro et São Paulo », Confins [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/11217 ; DOI : 10.4000/confins.11217

Haut de page

Auteur

Daniel Hirata

Chercheur au Núcleo de Estudos sobre a Violência Urbana (NECVU), Université Fédérale de Rio de Janeiro, velosohirata@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org