Navigation – Plan du site
Homenagem a Jean-Pierre Raison

Jean-Pierre Raison (1937-2016)

Hervé Théry

Texte intégral

Jean-Pierre RaisonAfficher l’image
Crédits : Les cafés géographiques

1Jean-Pierre Raison, professeur émérite de Géographie, nous a quittés dans la nuit du 16 au 17 juillet 2016. Les lecteurs de Confins ont pu le connaître par un article publié dans le numéro 6, en 2009, « Pierre Gourou, du pessimisme tropical à l’optimisme raisonné…». À partir des éléments donnés par ses collègues et amis Michel Sivignon et Alain Dubresson aux Cafés géographiques (voir bibliographie) nous pouvons résumer ci-dessous sa carrière.

2Michel Sivignon rappelait qu'« Avec Françoise, son épouse, spécialiste de l’histoire contemporaine de Madagascar, il avait vécu plus de huit ans à Madagascar et sa thèse Les hautes terres de Madagascar et leurs confins occidentaux. Enracinement et mobilité des sociétés rurales, publiée en 1984 ((Paris, Karthala-ORSTOM, 1984, 2 tomes, 662 et 614 p.) a constitué un des travaux majeurs de la géographie tropicale de langue française, dans la lignée de Paul Pélissier qui fut son maître et inspirateur, et de Gilles Sautter. Jean-Pierre Raison avait acquis de la société malgache une connaissance intime mais, au-delà de ce terrain, il avait été un acteur très important des débats et remises en cause qui ont animé la géographie tropicale de langue française à partir de 1960. Bien des géographes français ont été ses élèves : Alain Dubresson, Philippe Gervais-Lambony, Frédéric Landy, Emmanuel Lézy, Sophie Moreau ». J'ajouterais, « ainsi que le signataire de ces lignes ».

3Alain Dubresson retrace ainsi son parcours: « Né le 8 août 1937, ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm) de 1957 à 1962, reçu premier à l’agrégation de Géographie en 1961, il débute sa carrière d’enseignant au Lycée Eugène Fromentin à La Rochelle. En 1964, détaché à l’Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-mer (ORSTOM, aujourd’hui Institut de Recherche pour le Développement, IRD), il est affecté à Tananarive et y devient chef de la Section de Géographie. Nommé en 1977 Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), il prend en charge la chaire de géographie des petits espaces ruraux. Mis à la disposition du ministère des Relations extérieures après 1981 (à l'arrivée de François Mitterrand à la présidence de la République), Jean-Pierre Raison devient sous-directeur de la Recherche et de l’Information scientifique, puis il est élu professeur à l’université de Paris X-Nanterre (chaire de géographie tropicale) en 1989. Il y dirige le laboratoire Géotropiques (EA 375) de 1997 à 2001.

4Jean-Pierre Raison était un inlassable travailleur, soucieux d’agir sur tous les fronts et ne séparant jamais recherche, action et engagement personnel. Il a été membre de nombreux conseils scientifiques, dont ceux du Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD) qu’il a contribué à créer, du Département Systèmes Agraires et Développement de l’Institut National de Recherche Agronomique, (INRA), de l’ORSTOM, d’instituts français de recherche en Afrique (IFRA-Ibadan, IFAS-Johannesburg).

5C’est surtout au chercheur, au créateur et à l’homme qu’il faut rendre ici hommage. Plus de 200 publications lui ont valu, entre autres distinctions, la médaille de bronze du CNRS en 1985. En fondant, en 1985, la formation doctorale « Géographie et pratique du développement » associant alors l’EHESS, Paris X-Nanterre et Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Jean-Pierre Raison a placé son université au cœur d’un dispositif ayant rayonné durant près de quinze ans bien au-delà du territoire national, attirant des doctorants venus d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

6Ses anciens élèves ne s’y sont pas trompés, qui lui ont consacré un ouvrage collectif au titre évocateur, Les raisons de la géographie, beaucoup d’entre eux évoquant “une génération Raison” en portant un regard affectueux sur un maître qui leur a appris à regarder les sociétés « autres » avec patience et humilité ».

7Dans le texte par lequel ils appelaient des collègues à y contribuer (en précisant (« merci de garder le secret afin que nous fassions la surprise à Jean-Pierre ») ils indiquaient : « À tous ceux qui aiment le saucisson ou la géographie, Madagascar ou l’Auvergne, son engagement ou sa bonhomie, voire tout cela à la fois, nous proposons de participer à un recueil de textes sur le thème suivant, “Itinéraires d’un sédentaire contrarié”. Jean-Pierre Raison l’a dit et l’a écrit, il était fait pour être un sédentaire. (On est libre de ne pas le croire). La géographie en a décidé autrement, et son itinéraire l’a conduit finalement bien au-delà du jardin qu’il souhaitait peut-être cultiver. Le terme d’“itinéraire” pourrait alors jouer le rôle de balise pour guider la plume de ceux qui souhaiteront contribuer »

8Bien que souhaitant vivement répondre à cet appel, j'avais une difficulté, qui était que je ne pouvais évoquer aucun itinéraire avec Jean-Pierre Raison au Brésil, où il n'était jamais venu. Je l'ai résolue par ma première – et à ce jour unique – incursion dans le domaine de la fiction, en écrivant un article intitulé « Le voyage au Brésil de Jean-Pierre Raison ». Le résumé de l'article annonçait que « Le voyage brésilien de Jean-Pierre Raison a été l’occasion de voir à l’œuvre un grand géographe : confronté à des échelles et à des phénomènes qu’il n’avait jamais eu l’occasion de voir de près, il a rapidement su les jauger grâce à son expérience et à sa culture, et surpris plus d’une fois ses hôtes brésiliens et brésilianistes par la pertinence de ses observations ».

9Il décrivait ensuite en détail le voyage : «  Après des conférences à l’USP (Université de São Paulo) dans le cadre de la chaire Pierre Monbeig,[…] l’essentiel du séjour de Jean-Pierre Raison au Brésil a été consacré à un circuit à travers les principales régions d’agriculture familiale du pays ».

10Je prêtais à Jean-Pierre les réactions que j'imaginais qu'il aurait pu avoir face à la diversité de l'agriculture brésilienne, et il a eu, après avoir lu l'article, la gentillesse de me dire que je ne m'étais pas trop trompé, mais que je le faisais trop parler alors que dans ce genre de circonstances il était plutôt un « taiseux ».

11Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté je terminais toutefois en révélant qu'il s'agissait d'une fiction (ce qui n'a pas empêché quelque lecteurs distraits de féliciter Jean-Pierre de ce beau voyage). « Arrivé à la fin du parcours, je me vois obligé, par souci d’honnêteté, de dire qu’en réalité ce voyage n’a jamais eu lieu et – si je peux me permettre un commentaire personnel – que c’est bien dommage. […]. L’itinéraire et ses horaires sont plausibles (je les ai préparés comme si nous devions réellement voyager) […], les photographies sont authentiques (sauf quelques retouches sur Photoshop pour y inclure Jean Pierre), elles ont été prises au cours de mes travaux de terrain, dans les régions en question. J’ai eu plaisir à imaginer ce circuit, en fonction de ce que je crois être ses intérêts, et j’espère avoir donné envie à JPR de le réaliser : qui sait alors si, cette fois, la fiction n’aura pas précédé la réalité. Um dia, quem sabe, se Deus quiser »

12La vie en a hélas décidé autrement…

Haut de page

Bibliographie

Landy, Frédéric, Lézy, Emmanuel et Moreau, Sophie (dirs.), Les raisons de la géographie, itinéraires au Sud avec Jean-Pierre Raison, Karthala, Collection Hommes et Sociétés, 2007.

Les Cafés Géo, le 23 juillet 2016, https://cafe-geo.net/jean-pierre-raison-1937-2016/

Raison, Jean-Pierre, « Pierre Gourou, du pessimisme tropical à l’optimisme raisonné… », Confins 6, 2009, URL : http://confins.revues.org/5986 ; DOI : 10.4000/confins.5986

Théry, Hervé, « Le voyage au Brésil de Jean-Pierre Raison », in Les raisons de la géographie, itinéraires au Sud avec Jean-Pierre Raison, Emmanuel Lézy, Sophie Moreau, Frédéric Landy (dirs.), Karthala, Collection Hommes et Sociétés, 2007, pp. p.109-126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry, « Jean-Pierre Raison (1937-2016) », Confins [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 12 décembre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://confins.revues.org/11460

Haut de page

Auteur

Hervé Théry

CNRS Creda e professor convidado na USP. hthery@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org