Navigation – Plan du site

Shanghai et Guangzhou sont les deux agglomérations urbaines les plus peuplées du monde

Xangai e Guangzhou são os dois aglomerados urbanos mais populosos do mundo Shanghai and Guangzhou are the two most populated urban centers in the world
François Moriconi-Ebrard et Joan Perez

Résumés

La mise à jour des populations des agglomérations de la base de données Geopolis montre que les deux agglomérations les plus peuplées de la Planète sont désormais situées en Chine. En 2010, avec 79,7 millions d’habitants urbanisés d’un seul tenant, Shanghai pulvérise le record détenu auparavant par Tokyo. La deuxième agglomération du monde est la conurbation de Guangzhou-Shenzhen, qui atteint 47,5 millions d’habitants. Cet article explique tout d’abord pourquoi ces chiffres ne sont pas – et ne peuvent pas - être officiels, au regard des fondements confirmatoires de la définition de la ville en Chine, qui s’opposent à la dimension exploratoire des statistiques dans les sciences humaines occidentales. L’article rappelle ensuite brièvement la définition morphologique et la méthodologie utilisée, en rapport avec les sources dont on dispose aujourd’hui sur la Chine. Les résultats présentés esquivent le piège trivial des superlatifs qui envahissent trop facilement la littérature sur les plus grandes villes du monde au préjudice de la compréhension plus générale de ce phénomène. Pour ce faire, la taille des agglomérations Chinoises est d’abord relativisée à celle du pays, aux choix de développement récents opérés par le gouvernement, et enfin à la place de cette civilisation dans l’histoire urbaine plurimillénaire de l’humanité. L’approche morphologique met aussi en lumière la forme nouvelle, résolument polycentrique et plus extensive, que prennent depuis quelques années toutes les grandes métropoles de la planète. Par leurs tailles exceptionnelles, les agglomérations de Shanghai et de Guangzhou nous donnent finalement à réfléchir sur des définitions, des concepts et des défis qui dépassent largement le seul Empire du Milieu.

Haut de page

Texte intégral

ShanghaiAfficher l’image
Crédits : http://viaggiturismo.com.br
  • 1 Source : FMI, 2016, "Report for Selected Country Groups and Subjects (PPP valuation of country GDP) (...)

1Au moment où la Chine devient la première puissance économique mondiale à l’aune du Produit Intérieur Brut mesuré en parité de pouvoir d’achat1, il n’est pas très étonnant de découvrir que la population de ses deux plus grandes agglomérations pulvérise le record du monde précédemment détenu en 2000 par Tokyo. Les dimensions des agglomérations de Shanghai (79,7 millions d’habitants) et de Guangzhou (47,5 millions d’habitants) ne sont-elles finalement pas à la hauteur de la Chine, de sa démographie, de ses choix de développements récents s’appuyant sur les villes, et de sa prodigieuse et constante croissance économique depuis quelques décennies ?

2Avec 1 347 millions d’habitants (2010), la Chine est 20 fois plus peuplée que la France ou que le Royaume-Uni, mais l’agglomération de Shanghai n’est encore « que » 7,5 fois plus peuplée que Paris ou Londres. L’agglomération de São Paulo concentre 10% de la population du Brésil alors que l’agglomération de Shanghai concentre « seulement » 5,8% de la population chinoise. Shanghai est 3 fois plus peuplée que l’agglomération de New York, mais la population de la Chine, quant à elle, est 4,3 fois supérieure à celle des Etats-Unis, etc.

3Il serait donc plutôt étonnant que les villes de Chine ne soient pas en tête de la hiérarchie urbaine mondiale, comme il était encore le cas en 2000. Dès lors, les résultats de 2010 posent une question plus intéressante, qui sous-tend une problématique plus large : comment les grandes agglomérations chinoises ont pu se hisser aussi rapidement en tête de la hiérarchie mondiale ?

  • 2 La mise à jour de la base de données utilisée dans cette étude a bénéficié du soutien financier du (...)

4Répondre à cette question nécessite un retour sur la méthodologie et la définition employées pour parvenir à ces résultats2. Car les chiffres que nous proposons, tout en étant basés sur une approche scientifique reconnue, ne coïncident en aucun cas avec les statistiques officielles chinoises. Ce décalage nous donne l’occasion de nous pencher sur la signification et sur l’intérêt de l’approche morphologique du fait urbain en sciences humaines. Laissant de côté les innombrables classements des « megacities » de la Planète fondés sur une multitude d’indicateurs (rayonnement financier, de la recherche, consommation, richesse, équipements, etc.), l’unique référence de cette étude est délibérément la définition « morphologique » utilisée dans la base de données Geopolis (Moriconi-Ebrard, 1993).

5Deux raisons principales prévalent dans ce choix. D’une manière générale d’abord : c’est la possibilité de comparer les dimensions des agglomérations non seulement au niveau international, mais aussi sur la longue durée. Dans le cas particulier de la Chine ensuite : l’écart que l’on constate entre le caractère politique de la définition nationale, et le caractère matériel de l’approche morphologique. Approche qui permet à son tour de mettre en lumière l’écart entre deux façons de penser la ville.

Fondement théoriques

6« Inspecteur Chen, vous savez bien que chez nous tout est politique ! ». Voici une phrase que prête Qiu Xialong à l’un des personnages de ses romans policiers : Li, le Secrétaire du Parti. Qu’il s’agisse d’un meurtre, d’un menu au restaurant ou d’un vêtement, tout est politique « même quand les apparences semblent indiquer le contraire ». En Chine, la définition de la ville n’y échappe pas, ce qui ne fait pas toujours bon ménage avec les statistiques urbaines élaborées par des représentations occidentales de la ville, et qui sont aussi celles du petit monde globalisé des sciences humaines. Pour comprendre la définition chinoise, tout autant que les résultats inédits que nous proposons, il est donc indispensable de partir de quelques points de repères occidentaux.

Les représentations occidentales : trois types d’approche

7En France, il suffit qu’une commune fasse partie d’une agglomération de plus de 2 000 habitants pour qu’elle soit classée dans la catégorie « urbaine », quelle que soit sa taille propre. Cette approche est morphologique car elle s’appuie sur la continuité du bâti : il doit y avoir au maximum 200 mètres entre deux constructions, la largeur des cours d’eau traversés par un pont étant exclue. Depuis 1990, une définition plus étendue se superpose, sans l’éliminer, à l’approche morphologique : l’aire urbaine. Cette dernière est définie d’après les navettes domicile-travail et ajoute les communes péri-urbaines situées hors de l’agglomération et dont 40% au moins des actifs sont employés dans l’unité urbaine principale, lorsque celle-ci offre plus de 10 000 emplois.

8Ainsi, trois types d’approches statistiques très différents coexistent dans les définitions statistiques officielles de la ville (Moriconi-Ebrard, 2001) :

9(1) La « ville » proprement dite est un territoire de nature politique et juridique. Ses limites sont précises mais leur tracé est matériellement invisible sur le terrain comme sur les images satellites.

10(2) l’ « agglomération » cherche à définir un milieu artificialisé occupé par des constructions. Ses limites matérielles sont expérimentables et vérifiables. Avec la Révolution industrielle et l’explosion démographique qui s'en est ensuivi, un grand nombre d’agglomérations ont franchi les limites légales des villes, s’étalant sur des unités administratives périphériques appelées « banlieues ».

11(3) l’ « aire métropolitaine » apparaît pour la première fois dans le monde anglo-saxon entre 1930 et 1940. Son usage s’accentuera après son utilisation par le recensement américain de 1950 (Klove, 1952). En France, une approche statistique très similaire fait son apparition en 1999 mais est appelée aire « urbaine », car le mot métropole est politiquement réservé aux métropoles d’équilibre créées en 1966. Elle vise à déterminer les limites d’une aire d’influence encore plus vaste que l’agglomération, appelée en France « couronne péri-urbaine ». Cette dernière est définie à partir de l’intensité des flux polarisés, notamment les navettes domicile-travail.

12Chacune de ces trois catégories de définition statistique produit localement des objets très différents. Le tableau 1 donne une idée de l’hétérogénéité des mesures de quelques indicateurs qui en découlent : dans le cas de Paris, la masse démographique varie dans des proportions de 1 à 6, la densité de 1 à 29 et la superficie de 1… à 171 ! Le document 1 montre le cas très similaire de Los Angeles, sur un autre continent.

Tableau 1. Les trois approches statistiques des dimensions urbaines : le cas de Paris

Tableau 1. Les trois approches statistiques des dimensions urbaines : le cas de Paris

Source : zonage de 2010, mis à jour avec les données du recensement de 2013

Carte 1. Les trois approches statistiques des dimensions urbaines : le cas de Los Angeles, Ca.

Carte 1. Les trois approches statistiques des dimensions urbaines : le cas de Los Angeles, Ca.

13Ces trois approches statistiques ne coexistent cependant que dans quelques pays : la majorité des définitions officielles nationales n’utilise qu’une ou deux d’entre elles. Par exemple, en Allemagne, aucune définition officielle ne prévoit d’agréger des « communes » appartenant à une même agglomération, tandis qu’au contraire, en Argentine, seules les agglomérations sont définies. Au Brésil, un périmètre aggloméré est certes identifié à l’intérieur de chaque municipalité, mais il ne prévoit pas d’agréger les municipalités partageant la même agglomération ; la délimitation d’aires métropolitaines multi-municipales, pour sa part, est politique : elle est décentralisée au niveau de chaque Etat et ne fait l’objet d’aucune définition statistique nationale (Chatel, 2016). La comparaison internationale de statistiques urbaines n’a donc aucun fondement scientifique lorsqu’elle est fondée sur des définitions nationales officielles hétérogènes.

14Tableau 2. Types de définitions utilisées dans quelques pays

Les représentations chinoises : la dualité complémentaire

15La définition chinoise, pour sa part, est résolument politique. Il n’existe aucun dispositif statistique officiel permettant d’agréger des « villes » : seul prévaut le Politique. Pour comprendre cette approche, il convient de partir de la hiérarchie.

  • 3 En dehors des catégories citées ici, Il existe à chaque niveau de multiples variantes adaptées, soi (...)

16La Chine est génériquement3 divisée en provinces (省, pinyin : shěng), les provinces en préfectures (地级, dìjí), les préfectures en départements (县, xiàn), les départements en cantons (乡, xiāng), lesquels sont finalement divisés en communes (委员会).

17La catégorie « ville » (市, shì), se distribue à tous les niveaux de la hiérarchie (2010) :

18A) 4 villes sont de niveau provincial (直辖市, zhíxiáshì) : Beijing, Shanghai, Tianjin et Chongqing (tableau 3) ;

19B) 283 villes sont de niveau préfectoral (地级市, dìjíshì) ;

20C) A l’intérieur de ces dernières, un périmètre plus restreint (市辖区, shìxiáqū) est défini par un ou plusieurs arrondissements urbains (区, qū) ;

21D) 374 villes sont de niveau départemental (县级市, xiànjíshi) ;

22E) Au niveau cantonal, 6 152 entités sont de type urbain (街道, jiēdào), auxquelles on peut ajouter 19 532 « bourgs » (镇, zhèn) ;

23F) Au niveau local, 80 717 communautés (居民委员会, jūmínwěiyuánhùi) sont de type « résidentiel urbain », contre 623 669 de type « villageois » (委员会, wěiyuánhùi).

24Jusqu’ici, rien de très original : en Allemagne, il existe de même des villes de niveau « Land » (Landstadt de Berlin et de Hamburg), « cercle » (Kreisfreiestadt) ou communal (Stadt), ainsi que des bourgs (Markt) et des communes rurales (Gemeinde).

Tableau 3. Les 4 villes de niveau provincial

Tableau 3. Les 4 villes de niveau provincial

Territoire créé en 1997 – Les chiffres des recensements antérieurs ont été reconstitués par agrégation des subdivisions constitutives.

Source: recensements de la population.

  • 4 Source : China Data Center, China 2010 Township Population Census Data with GIS Maps. ID:CDC-A-2013 (...)

25Les choses se compliquent toutefois lorsqu’on constate que chaque niveau peut être subdivisé en entités de type urbain ou rural, qu’il soit lui-même de type urbain ou rural4. Toutes les combinaisons sont possibles : certaines unités territoriales rurales peuvent être placées sous la juridiction d’une ville, elle-même dépendante d’une juridiction rurale, etc. A l’instar des énergies du yin (阴) et du yang (阳), la dualité n’est pas conçue comme une opposition des catégories, mais comme une complémentarité :

26- de même que l’on trouve un peu de yin dans le yang et un peu de yang dans le yin, il existe des entités urbaines dans le rural, et rurales dans l’urbain. Ce principe se reproduit à tous les niveaux de la hiérarchie du découpage territorial ;

  • 5 Ibid. : Census 2000 (2003)

27- la frontière entre les deux catégories est une courbe souple qui, représentée sur un cercle, opère une incursion de part et d’autre du diamètre, et non pas une ligne droite qui sépare brutalement. De même, la carte politique est sujette à de multiples transformations qui affectent les limites et les catégories : entre les recensements de 2000 et de 2010, environ 35% des entités de niveau (D) ont changé5 ;

28- pour le géographe, ce principe philosophique appliqué à la hiérarchie politique a pour effet de donner un caractère fractal à la dualité urbain/rural (figure 1).

Figure 1 : Dualité complémentaire appliquée à la hiérarchie du découpage territorial

Figure 1 : Dualité complémentaire appliquée à la hiérarchie du découpage territorial

Prophétie auto-réalisatrice du Politique

29Pour chaque ville, une multitude de chiffres de population sont donc acceptables. Tout dépend quel niveau de la hiérarchie est pris en compte et si l’on tolère ou non les enclaves et les exclaves. Concernant la population des villes chinoises, ceci explique les discordances considérables qui existent selon les bases de données nationales ou internationales, voire entre ouvrages universitaires. Ainsi, certains n’hésitent pas à attribuer 30 millions d’habitants à Chongqing6, quand d’autres n’en trouvent que 3, 9, 11, 14 ou 15 millions. Les statistiques urbaines chinoises sont appréhendées comme une sorte de foire où chaque utilisateur peut puiser les chiffres qui vont appuyer au mieux son discours.

30Cette déroute procède de l’absence de référence à une méthode scientifique pour arbitrer le choix entre différentes séries. Aucune définition, aucun périmètre, aucune catégorie ne sont basés sur de quelconques critères démographiques (seuil de population, densité…), morphologiques, économiques ou socio-économiques : seules les décisions politiques prévalent.

31C’est que le Politique ne se contente pas de suivre les changements liés à l’urbanisation : dans la plupart des cas il les précède, la décision juridique d’urbaniser un territoire étant antérieure à la réalité matérielle. Il en résulte qu’au moment d’un recensement, une unité spatiale peut être classée urbaine tout en comptant, à la limite, une population et une densité quasi nulles (figure 2).

32Dans la tradition libérale-occidentale globalisée, les statistiques ont une vocation exploratoire. Ce n’est qu’après avoir constaté qu’elle est agglomérée à une grande ville qu’une commune sera classée comme « urbaine ». Les statistiques chinoises, au contraire, ont vocation de confirmer ce que le Politique a décidé. C’est pourquoi le résultat de la démarche que nous proposons malmène quelque peu la belle ordonnance prévue par le Politique.

33

Figure 2. Du rural à l’urbain : région de Suzhou

Figure 2. Du rural à l’urbain : région de Suzhou

Méthodologie et sources

34Depuis les années 1990, la base de données Geopolis permet de comparer la population des agglomérations urbaines de la Planète, quelles que soient les manipulations statistiques opérées par les Etats.

35La démarche est exploratoire. Elle consiste simplement à étendre au monde entier la définition et la méthode de délimitation préconisée en France par l’INSEE dès 1962, et qui est recommandée par les services statistiques de l’ONU depuis 1980. La population de toutes les unités comprises dans un tel ensemble forme alors la population de l’agglomération, qu’elles soient considérées ou non comme urbaines du point de vue de la définition officielle nationale.

36Cette définition présente l’avantage d’utiliser des sources indépendantes de l’appareil statistique des Etats : les images satellites. Aujourd’hui, ces sources sont accessibles pour le monde entier grâce à une large diffusion sur internet, notamment avec GoogleEarth. D’un point de vue scientifique, les résultats obtenus restent de toute façon expérimentables et vérifiables sur le terrain, et l’ensemble de la méthode reproductible.

37D’un côté, le périmètre aggloméré est identifié sur la base d’images satellites en respectant une seule règle : la continuité des constructions. D’un autre côté, le périmètre obtenu est superposé à la maille des unités administratives, ce qui permet de capturer les données des recensements de la population.

38Contrairement à ce qu’affirmaient Pumain et Swerts (2010), il est donc tout à fait possible d’estimer la population des villes chinoises directement à partir de leur surface bâtie. Le programme de détection de la base de données Geopolis a identifié 19 000 agglomérations qui, d’après leur superficie, seraient susceptibles de dépasser 10 000 habitants dans la République Populaire de Chine en 2010.

39Dans ce pays de longue tradition bureaucratique, les recensements sont, de leur côté, des sources jugées fiables (Attné, 2002). Les six derniers datent de 1953, 1964, 1982, 1990, 2000 et 2010. Il reste que les résultats ne sont pas diffusés au niveau des entités les plus petites (cf. supra niveau F), mais au niveau des « cantons » (niveau E). Ce niveau de découpage ne permet pas encore d’évaluer la population des petites agglomérations car sa résolution spatiale est insuffisamment détaillée. La marge d’erreur engendrée par le manque de précision spatiale devient cependant acceptable au-dessus de 100 000 habitants.

40A côté des recensements, les bureaux statistiques des provinces publient des données annuelles issues des fichiers d’enregistrement de la population. Cependant, ces données ne prennent en compte que les résidents titulaires d’une carte de séjour (hukou). Les autres habitants, essentiellement des actifs qui séjournent plus ou moins longtemps sur un chantier ou dans une entreprise, sont communément appelés « population flottante ». Par définition, ils ne sont pas comptés dans le système d’enregistrement des résidents. Or, les tableaux des recensements, qui donnent les deux catégories de populations, montrent qu’il existe des différences considérables entre les deux séries. Pour le calcul de la population, il est donc impératif de se baser sur la population réellement présente, travaillant, consommant se logeant – même si parfois les conditions sont précaires - et se déplaçant quotidiennement sur leur lieu de travail. Inversement, dans les campagnes, la population titulaire du hukou comprend des millions de personnes physiquement absentes. Ici encore, la réalité matérielle est différente de la réalité politique…

Résultats

41Au recensement de 2010, 5 agglomérations ont plus de 10 million d’habitants, 72 plus d’un million et 1 227 plus de 100 000 habitants. Selon nos propres estimations, la Chine compterait autour de 13 000 agglomérations de plus de 10 000 habitants abritant environ 64% de la population du pays.. Le seul pays comparable par ses dimensions démographiques pourrait être l’Inde. Cependant, à l’inverse de la Chine, l’Union Indienne a donné la priorité au développement rural (tableau 4), ce qui se traduit par un niveau d’urbanisation beaucoup plus faible (Marius-Gnanou et al., 2015).

42Cependant, à l’inverse de la Chine, l’Union Indienne a donné la priorité au développement rural (tableau 4), ce qui se traduit par un niveau de 39% seulement (Marius-Gnanou et al., 2015).

43Tableau 4. Distribution des agglomérations par classe de taille : comparaison Chine-Inde

44Les dimensions urbaines de la Chine restent donc sans équivalent dans le reste du monde : sa première agglomération pourrait contenir la totalité de la population de l’Allemagne et ses 10 premières celle du Brésil (tableau 5).

Tableau 5. Les 10 agglomérations les plus peuplées de Chine en 2010

Tableau 5. Les 10 agglomérations les plus peuplées de Chine en 2010

45*Nombre d’unités spatiales de niveau « cantonal » englobées dans l’agglomération. **Superficie hors lacs et rivières. Source : Geopolis (calcul SIG) ; Recensement de 11/2010 (ref. : voir note 4).

Carte 2 Les agglomérations chinoises selon Geopolis

Carte 2 Les agglomérations chinoises selon Geopolis

Au-delà des superlatifs

4679,7 millions d’habitants : la taille de Shanghai pousse naturellement l’observateur à l’abus des superlatifs et d’une rhétorique dramatique qui semble dater de la Babylone biblique, « mère des prostituées et des abominations de la terre ». Cette posture l’Apocalypse selon Saint Jean est bien peu compatible avec une démarche scientifique.

47Depuis 1840, l’humanité a battu quotidiennement un record dans la concentration urbaine. Depuis Charles Dickens jusqu’aux derniers romans de science-fiction, ce constat porte les postures les plus catastrophistes et alimente les fantasmes les plus fous. Les Luxembourgeois pourraient faire le même constat : dans ce pays, on avance également chaque jour vers l’inconnu en ce qui concerne les dimensions de la capitale, qui atteint 150 000 habitants en 2010 selon Geopolis. Question d’échelle : la taille de Shanghai, elle, questionne et concerne l’humanité entière.

48Jusqu’à la Révolution Industrielle, aucune ville n’avait jamais atteint les 2 millions d’habitants. Ce seuil est dépassé pour la première fois en 1842 par la Londres victorienne, capitale de « l’Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais » et qui atteint les 6,5 millions au tournant du XXème siècle (Moriconi-Ebrard, 2001).

49Après la Seconde Guerre Mondiale, Londres est surpassée par New York (ibid.), métropole économique de la nouvelle superpuissance militaire, industrielle et financière du globe. Elle est la première agglomération à atteindre le seuil symbolique des 10 millions d’habitants, dépassé aujourd’hui par plus de 30 agglomérations (Chatel et Moriconi, 2013). En 1990, cette première place est ravie provisoirement par Tokyo, qui atteint 30 millions d’habitants au tournant du deuxième millénaire.

  • 7 Source : World Shipping Council, 2014 "Top 50 world container ports"

50Un grand nombre d’indicateurs confirment le classement démographique de 2010. En 2014, la liste des ports maritimes les plus actifs de la Planète en termes de trafic de containers place Shanghai au premier rang mondial. Ceux de Shenzhen, de Hong Kong et de Guangzhou, tous trois situés dans la deuxième agglomération de Chine, arrivent respectivement aux 3ème, 4ème et 8ème rangs mondiaux7.

51L’agglomération de Guangzhou, pour sa part, possède 3 des 50 premiers aéroports du monde, totalisant 163 millions de passagers en 2010, tandis que ceux de Shanghai (Pudong et Hongqiao) atteignent les 99 millions, auxquels il convient d’ajouter les 53 millions de passagers des aéroports de Nanjing (Lukou) et de Hangzhou (Xiaoshan). Là encore, les deux agglomérations se placent au premier rang mondial.

  • 8 Historical Estimates of World Population, US Census Bureau International Programs (http://web.archi (...)

52Cette primauté chinoise n’est pas nouvelle dans l’Histoire. De 800 à 1850, la Chine a abrité sans discontinuer l’une des trois plus grandes villes du monde (Chandler et Fox, 1976). Ce furent tantôt Chang’an, Kaifeng, Beijing, Nanjing ou Hangzhou, ces deux dernières étant désormais toutes deux reliées à Shanghai par un tissu de constructions continu. C’est donc à l’inverse la période 1850-2000, au cours de laquelle aucune agglomération chinoise ne figure parmi les trois plus peuplées du monde, qui apparaît comme un accident de l’Histoire. Une absence au cours d’une période de croissance inédite pour l’espèce humaine : entre 1850 et 2000, la population mondiale est passée de 1,3 à 6,1 milliards d’habitants8. Et en 2010, lorsque les villes de Chine reviennent au premier plan, la population de la Planète atteint presque les 7 milliards.

53C’est pourquoi, au-delà des habituels superlatifs, la question la plus fascinante que posent les résultats de la mise à jour de la base de données Geopolis est sans doute : comment les villes chinoises sont-elles parvenues à revenir aussi vite en tête du classement ?

Agglomérations multi-métropolitaines

54Le fameux roman de Shi Nai’an, Au Bord de l’Eau, dans lequel l’épopée légendaire des troupes de Song Jiang se termine dans la région de Shanghai, nous décrit un paysage où la densité est telle que sur des lieues et des lieues, « les maisons se succédaient sans interruption au bord de la route ». Or l’action se déroule seulement au XIIème siècle. C’est donc dans un environnement propice à l’expansion, où le peuplement est à la fois très dense et de forme linéaire que s’est déployée l’agglomération de Shanghai.

55La ville de niveau provincial occupant un territoire immense (carte 4), ce n‘est que vers 2005 que l’agglomération a débordé sur les provinces du Jiangsu et du Zhejiang. La nappe des constructions absorbe rapidement de grandes cités comme Suzhou, Wuxi puis Changzhou à l’ouest, ainsi que le nord de la province de Zhejiang. En 2010, elle n’est encore reliée que par de minces filaments de constructions, mais sans aucune rupture, aux vieilles métropoles de Nanjing à l’ouest et à de Hangzhou au sud. Enfin, conformément aux critères de la définition adoptée, la construction récente de ponts sur le fleuve Yangzi conduit à rattacher de vieilles agglomérations de la rive nord, telles que Taizhou, Nantong et Yangzhou.

56De même, l’agglomération de Guangzhou (carte 5) s’organise autour d’un estuaire, celui du Zhūjiang (Fleuve des Perles). Si Foshan a été absorbée par Guangzhou dès 2000, il faut noter la croissance urbaine fulgurante de la rive orientale. Un large corridor s’est formé jusqu’au nord de la Région Autonome Spéciale (SAR) de Hong Kong, incluant Dongguan et Shenzhen, l’ « usine du monde ». La capitale de Hong Kong SAR, Victoria, forme en revanche une agglomération distincte de 4,1 millions d’habitants. A l’ouest de l’estuaire, des filaments aux contours complexes relient sans discontinuité la ville de Zhuhai et la minuscule SAR de Macao (29,5 km2).

57La définition morphologique permet donc bien de répondre à notre question. A partir d’une certaine dimension, toutes les grandes agglomérations du monde sont devenues de nouvelles conurbations, c’est-à-dire qui réunissent dans le même ensemble continu de constructions des centres auparavant disjoints. Dans le tissu urbain, ces derniers restent encore bien identifiables. Ils conservent une forte identité ainsi que leurs fonctions de centres.

58A cette échelle, le mot « polycentralité » ne suffit plus : on est ici face à des agglomérations « multi-métropoles », résultat de la fusion entre des blocs correspondant eux-mêmes à d’anciennes métropoles. Ainsi, en 2000, Nanjing ou Hangzhou comptaient déjà plusieurs millions d’habitants avant de se joindre à l’agglomération de Shanghai. Ce processus explique les « sauts » quantitatifs de population observés entre deux recensements.

59Cette croissance apparente – puisqu’elle entraine la « disparition » d’agglomérations plus petites - peut s’effectuer sans exode rural et sans accroissement naturel excessif de la population. La conséquence de ce phénomène est la réduction nette du nombre d’agglomérations, et donc une concentration du système urbain, entrainant une élévation de la taille moyenne des agglomérations.

60L’étalement urbain (urban sprawl) est appelé en chinois « propagation des villes » (城市蔓延, pinyin : chéngshì mànyán). Dans les espaces interstitiels, la croissance a toutefois été vertigineuse, soutenue par des opérations d’urbanisme d’une rare ampleur (cf. supra figure 2). Passant de 352 000 habitantss à 10,4 millions en 28 ans, la croissance de Shenzhen a été telle que la ville pourrait être considérée comme le centre de l’agglomération de Guangzhou. Un peu plus au nord, Dongguan, département rural de 1,15 million d’habitants en 1982, est devenue une ville de niveau préfectoral de 8,22 millions d’habitants (tableau 7). Dans l’agglomération de Shanghai, les croissances les plus fortes sont repérées le long de l’axe Shanghai-Nanjing.

Carte 3 L'agglométaion de Shanghai

Carte 3 L'agglométaion de Shanghai

Carte 4 L'agglomération de Guangzhou

Carte 4 L'agglomération de Guangzhou

Tableau 6. Croissance de quelques villes dans les agglomérations de Shanghai et de Guangzhou

Tableau 6. Croissance de quelques villes dans les agglomérations de Shanghai et de Guangzhou

** Population rétrospective et superficie des villes recalculées dans leurs limites. Composition :

- villes de niveau régional (市辖区 : shìxiáqu) : nombre d’arrondissements urbains en 2010 (区 ; pinyin : qu). Les chiffres du tableau excluent les xian (县) placés sous la juridiction de ces villes, à l’instar, du xian insulaire de Chongming, pour Shanghai.

- ville de niveau départemental (县 : xiàn) : xiànjíshì (县级市).

Conclusion

61New York/Philadelphie/Boston, Tokyo/Yokohama/Kawasaki/Chiba, région Rhin/Ruhr, etc. A l’orée du 3ème millénaire, les bouleversements de la hiérarchie mondiale des agglomérations vont de pair avec un changement de la forme urbaine au profit de structures polycentriques (Chatel & Moriconi, 2013). L’approche morphologique place au centre de l’observation l’espace dans l’évidence de sa matérialité. L’agglomération est un « milieu » caractérisé avant tout par l’artificialisation du sol, et dont la longévité dépasse la durée d’une vie humaine. A partir de ce ferme point de vue, on peut avancer plusieurs conclusions.

62Tout d’abord, la forme multi-métropolitaine caractérise un nombre croissant de métropoles de la Planète. En 2010, de vastes conurbations ont émergé sur tous les continents, aussi bien en Europe (Belgique, Pays-Bas, Plaine du Pô), qu’en Inde (Kerala), à Java ou au Nigéria (Onitsha). Au Brésil, l’agglomération de São Paulo rejoint presque celle de Campinas, tandis que la Megalopolis nord-est américaine est en train de devenir une seule agglomération morphologique, comme le pressentait Jean Gottmann (1961). En 2013, les images satellites les plus récentes montraient que l’agglomération de Shanghai s’était encore propagée - pour reprendre la terminologie chinoise – portant la population à 94,5 millions. Elle dépassera aisément les 100 millions d’habitants en 2020. La Chine se comporte donc dans ce domaine comme le reste du Monde, mais à son échelle.

63Cette forme multi-métropolitaine explique ensuite comment la Chine a rattrapé aussi rapidement ce que l’on a considéré, bien à tort, comme un « retard ». En effet, cette région, qui est à la fois l’une des plus anciennement et des plus densément peuplées du monde, semble toujours avoir abrité des villes parmi les plus importantes du monde civilisé. La Chine a rarement été en retard au concert des plus grandes villes du monde, et il est donc plus correct de dire seulement qu’elle a manqué un rendez-vous de l’Histoire, entre 1850 et 2000. Un rendez-vous particulier, car pendant ce laps de temps, la population mondiale était multipliée par 6, et abordait des tournants qui marquent son développement actuel : révolution industrielle, globalisation, explosion de la mobilité…

64Enfin, comme le montrent les cartes, le canevas multi-métropolitain, plus encore que la forme polycentrique des conurbations plus petites, laisse apparaître de nombreux espaces interstitiels vides de constructions. Ceci explique les scores assez modestes de la densité « moyenne » des agglomérations de Shanghai et de Guangzhou, qui englobe de nombreuses enclaves vouées à l’agriculture intensive (riz, maraîchages), soumises à la spéculation immobilière ou servant de réserves foncières. La différence réside ici dans les dimensions inédites de l’agglomération. Dans cet univers, il ne subsiste plus aucun véritable espace naturel, aucune grande forêt, aucun « poumon ». Seuls subsistent quelques rares massifs liés à la présence d’un temple sacré (Changshu Mountain Temple, Suzhou : Jardin des Bonsaï), qui restent minuscules au regard des 16 000 km2 de l’agglomération. Aussi, en tête des problèmes classiques des grandes villes (gestion des déchets, eau, énergie, circulation), le plus préoccupant est sans doute celui de la pollution atmosphérique, qui atteint des seuils préoccupants pour la santé des habitants.

65Comme dans le Paradoxe de Selleri, on peut dire que les poumons de l’économie globalisée manquent d’air. On ne passe pas en tête du classement des grandes agglomérations à une échelle planétaire sans devoir payer un fort tribut à l’environnement. L’idée de complémentarité dans la dualité serait sans doute ici à méditer dans le sens d’un développement durable intégrant la conservation d’espaces naturels en rapport avec l’échelle des agglomérations, et non plus seulement sous forme d’enclaves de la taille d’un confetti.

Haut de page

Bibliographie

Attné I., 2002, « La Chine au Seuil du XXIe siècle. Questions de population, questions de société », INED, Paris, encadré 1.

Chandler T. et Fox G., 1976, 3000 Years of Urban Growth, Academic Press, New York-London, 431p.

Chatel C. & Moriconi-Ebard F., 2013, « Nouvelle hiérarchie des grandes agglomérations et nouvelles formes de peuplement ». Questions internationales, Dossier « Les villes mondiales » Paris, La Documentation Française, pp.55-69

Gottmann, J., 1961, Megalopolis: The Urbanized Northeastern Seaboard of the United States, A twentieth Century Found Study, New York, 810 p.

Klove, R., 1952, « The Definition of Standard Metropolitan Areas », Economic Geography, 28(2), pp. 95-104.

Marius-Gnanou K. et Al., 2015, L’union indienne, Amphi-Géo, Bréal, Paris.

Moriconi-Ebrard François, 1993, L'urbanisation du Monde depuis 1950, Economica-Anthropos, Collection Villes, Paris, 372p. ; 1994, Géopolis pour comparer les villes du Monde, 246p. Ibid., 2001, De Babylone à Tokyo, Ophrys, Collection Géophrys, 344p.

Pumain D. et Swerts E., 2010 « Peut-on estimer la population des villes chinoises à partir de leur surface bâtie ? », Cybergeo URL : http://cybergeo.revues.org/23319 ; DOI : 10.4000/cybergeo.23319

Haut de page

Notes

1 Source : FMI, 2016, "Report for Selected Country Groups and Subjects (PPP valuation of country GDP)". FMI

2 La mise à jour de la base de données utilisée dans cette étude a bénéficié du soutien financier du groupe REGIENOV (Renault Recherche Innovation) en 2016

3 En dehors des catégories citées ici, Il existe à chaque niveau de multiples variantes adaptées, soit à la présence de minorités, soit à des fonctions particulières de l’unité spatiale. Certaines d’entre elles sont inclassables dans les catégories urbaine ou rurale.

4 Source : China Data Center, China 2010 Township Population Census Data with GIS Maps. ID:CDC-A-2013-004

5 Ibid. : Census 2000 (2003)

6 Voir par exemple : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/18522_1

7 Source : World Shipping Council, 2014 "Top 50 world container ports"

8 Historical Estimates of World Population, US Census Bureau International Programs (http://web.archive.org/web/20110623122056/http://www.census.gov/ipc/www/worldhis.html)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les trois approches statistiques des dimensions urbaines : le cas de Paris
Crédits Source : zonage de 2010, mis à jour avec les données du recensement de 2013
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 1. Les trois approches statistiques des dimensions urbaines : le cas de Los Angeles, Ca.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 3. Les 4 villes de niveau provincial
Légende Territoire créé en 1997 – Les chiffres des recensements antérieurs ont été reconstitués par agrégation des subdivisions constitutives.
Crédits Source: recensements de la population.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 1 : Dualité complémentaire appliquée à la hiérarchie du découpage territorial
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2. Du rural à l’urbain : région de Suzhou
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 5. Les 10 agglomérations les plus peuplées de Chine en 2010
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 2 Les agglomérations chinoises selon Geopolis
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carte 3 L'agglométaion de Shanghai
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Carte 4 L'agglomération de Guangzhou
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Tableau 6. Croissance de quelques villes dans les agglomérations de Shanghai et de Guangzhou
Légende ** Population rétrospective et superficie des villes recalculées dans leurs limites. Composition :
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11729/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Moriconi-Ebrard et Joan Perez, « Shanghai et Guangzhou sont les deux agglomérations urbaines les plus peuplées du monde  », Confins [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/11729 ; DOI : 10.4000/confins.11729

Haut de page

Auteurs

François Moriconi-Ebrard

Directeur de Recherche au CNRS, fme@i-geopolis.org

Joan Perez

Postdoctoral Researcher, Regional Planning & Surveying Laboratory, Department of Civil Engineering, University of Tokyo, perez@trip.t.u-tokyo.ac.jp

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org