Navigation – Plan du site

Les Comores, le Visa Balladur et l’hécatombe au large de Mayotte : une analyse transdisciplinaire de la question complexe des migrations comoriennes

Ilhas Comores, Visa Balladur e a carnificina a caminho de Mayotte: uma análise interdisciplinar da complexa questão da migração nas Comores
Comoros, Balladur's Visa and the hecatomb at Mayotte’s doorsteps: a transdisciplinary analysis of the complex issue of Comorian emigrations
Tiziano Peccia et Rachele Meda

Résumés

Ce travail de recherche aborde la problématique de la crise migratoire aux Îles Comores, qui se manifeste notamment par l’augmentation des flux de migrants qui se dirigent vers l’île de Mayotte, département français d’outre-mer. Le « visa Balladur » requis pour débarquer légalement sur le territoire français a contribué à augmenter le flux migratoire illégal des Comoriens, qui pour diverses raisons sont prêts à tout risquer pour fuir leur pays. Dans ce travail, nous analysons différents types de migrations aux Comores, en revenant de manière transversale sur le développement de ce phénomène. Pour cela, nous avons adopté une approche méthodologique mixte, en nous appuyant à la fois sur des données quantitative, relatives au contexte socio-économique et géostratégique de l’Union des Comores, et qualitatives, issues des entretiens que nous avons menés pour comprendre les motivations des migrants.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Comores, migrations, francophonie, Balladur, Mayotte

Index géographique :

Iles Comores

Índice de palavras-chaves :

Comores, migração, francofonia, Balladur, Mayotte
Haut de page

Texte intégral

1Ce travail de recherche est divisé en deux parties principales et envisage de répondre à plusieurs questions, parmi lesquelles : « quelles sont-elles les origines de la crise migratoire aux Comores et qu’ expliquent-t-elles? Par ailleurs, les migrations comoriennes peuvent-elles être également un miroir pour comprendre les relations internationales du pays ? ». Suite à une brève contextualisation indispensable pour se repérer géographiquement, une première partie retrace les étapes principales de l’histoire comorienne: de la déclaration d'indépendance pour trois des quatre îles de l’archipel des Comores et le choix de l’ile Mayotte de se maintenir dans la République française, devenant ainsi en 2011 le 101ème département français, à l’introduction du visa Balladur qui marque davantage cette séparation. La première partie s’appuie également sur des statistiques et des donnés quantitatives afin de faciliter l'analyse de la complexité du phénomène des migrations comoriennes. La deuxième partie se caractérise par des sources primaires et des entretiens semi-directifs avec des citoyens comoriens.

2Il s’agit de comprendre à travers les migrations comoriennes et leurs trajectoires la complexité et l’unicité de la situation aux Comores, où il y a des problèmes structurels non négligeables, parmi lesquels des fortes crises énergétiques et économiques, des systèmes éducatifs et sanitaires très faibles. Par ailleurs, le procès de décolonisation qui a eu lieu dans l’archipel a laissé des traces vivantes et il a mis en discussion la position géostratégique du pays dans l'océan Indien. Aujourd'hui, les Comores se caractérisent pour être le pays le plus au sud du monde parmi les pays membres de la Ligue Arabe, en gardant toujours un regard vers l’ancienne puissance coloniale.

3En effet, en utilisant le phénomène migratoire comme une clé de lecture pour comprendre la perception de la société civile comorienne de la place de l’archipel dans le scénario international, nous avons remarqué que la France et l’attente d’une vie meilleure en Europe jouent encore un rôle crucial. Cet « espoir » est alimenté par le statut de l'île de Mayotte, qui est perçu par les comoriens comme duel : une pièce manquante à l’unification de l’archipel (notre interviewé Fahmi nous a dit: « Tant pire pour qui à Mayotte pense d’être français ! »), ainsi qu'une sorte de terre promise, étant territoire français (l’interviewé Azali: « La France est le paradis »).

4Ce travail a été réalisé à travers une approche méthodologique mixte, à la fois quantitative (les données empiriques sur le contexte socio-économique de l’Union des Comores récoltés par de grands organismes internationaux, notamment l'UNICEF, la BAD ou encore le PNUD) et qualitative (des entretiens semi-directifs à des émigrés comoriens en territoire français qui retracent les motivations moteur de ces migrations massives).

LES COMORES: MISE EN CONTEXTE

Quelques éléments introductifs : géographie, histoire de l'archipel comorien.

5L’Archipel des Comores est situé dans l’océan Indien à l’entrée nord du Canal de Mozambique entre Madagascar et la côte orientale de l’Afrique [Annexe I]. Il s’agit d’une position stratégique, parce qu’au cœur de la principale route de transport maritime de l’océan Indien le long de la côte africaine : elle est le principal lieu de passage des pétroliers qui transportent le pétrole brut du Moyen-Orient vers l’Europe et l’Amérique.

Figure 1 : Archipels situés dans l’océan Indien.

Figure 1 : Archipels situés dans l’océan Indien.

Tirée de Arte.tv : http://ddc.arte.tv/​nos-cartes/​ile-maurice-au-dela-de-la-carte-postale

6L’Archipel est composé de quatre îles d’origine volcanique : Grande Comore, Anjouan, Mohéli et Mayotte [Annexe II]. 30 à 40 km de profondes fosses sous-marines les séparent les unes des autres [Abdallah, 2009].

Figure 2 : L'archipel comorien

Figure 2 : L'archipel comorien

Tirée du Service public fédéral Affaires étrangères, Royaume du Belgique, http://diplomatie.belgium.be/​fr/​Services/​voyager_a_letranger/​conseils_par_destination/​comores

7Seules les trois îles de Grande-Comore, Mohéli et Anjouan forment actuellement l’Union des Comores (établie en 2001), ancienne République fédérale islamique des Comores (créée en 1978). Les langues officielles y sont le français (la langue de l’administration) et l’arabe (la langue de la religion et de la philosophie) mais la population parle majoritairement le comorien ou shikomore (dérivé du swahili parlé dans l’Afrique orientale) [Abdallah, 2009]. Les Comoriens sont d’origine africaine et majoritairement musulmans, essentiellement sunnite de rite chaafite, avec une culture « archipélagique » [Halidi 2013] [Annexe III] marquée par l'habitude de voyage en mer. L'Union des Comores est membre de la Ligue Arabe depuis 1993 ainsi que de l'Organisation internationale de la francophonie depuis 1977. La France bénéficie de la souveraineté sur Mayotte pour exercer un pouvoir maritime dans le canal de Mozambique, néanmoins l’entrée des Comores dans la Ligue Arabe fait émerger un nouvel enjeu géopolitique et géostratégique entre l’ancien binôme Europe-Moyen Orient [Keegan, 1979 ; Amer, 2015]. Par ailleurs, le Bureau de l’Union Africaine est créé aux Comores en septembre 1997. Initialement son objectif était d’aider les Comores à sortir d’une crise politique interne, la contestation du pouvoir central de Moroni (une trentaine de coups d’Etat dans quelques années). En réalité, depuis sa création cette institution s’est appliquée en permanence à la recherche de solutions à des problèmes de nature à la fois politique, sociale et économique. Suite à la signature de l’Accord de Fomboni du 17 février 2001 et à l’adoption de la nouvelle Constitution de type fédéral du 23 décembre 2001, s’ouvre une ère de pacification et s’initie la construction d’un État de droit [Oraison, 2004].

Figure 3 : Mosquée et port de Moroni

Figure 3 : Mosquée et port de Moroni

Tirée de Voyagesphotosmanu.com, http://www.voyagesphotosmanu.com/​population_comores.html

8En 1974 une partie des Comoriens se prononcent lors d’un référendum en faveur de leur indépendance ; laquelle est proclamée le 6 juillet 1975 [Briac, 2001]. A l’issue des votations, on aboutit à l’indépendance de Grande Comore, Anjouan et Mohéli (actuellement l’Union des Comores) et au maintien de Mayotte dans la République française. Ce résultat est source de controverses politiques et juridiques [Oraison, 1983]. En effet, la consultation qui a lieu le 22 décembre 1974 pose clairement la question : « Souhaitez-vous que le territoire des Comores soit indépendant ? ». Néanmoins, il n’est pas précisé si le résultat concerne les Comores dans leur globalité ou chaque unité insulaire. Globalement, le oui à l’indépendance remporte 94,56% d’adhésions. Cependant, les décomptes île par île révèlent qu’à Anjouan, Grande Comore et Mohéli l’acceptation les résultats avoisinent les 100% tandis qu’à Mayotte on se prononce pour le maintien au sein de la République française à la majorité des deux tiers (63,82%) [Oraison, 1983].

9La contestation de l’issue de ce scrutin alimente depuis un insoluble contentieux territorial franco-comorien sur Mayotte [Oraison, 2004]. Pourtant aux yeux de la France la question de Mayotte est définitivement réglée depuis le 31 mars 2011, lorsque l'île devient officiellement le 101ème département français. Après des siècles de libre circulation entre les différentes îles de l’archipel des Comores, le gouvernement d’Edouard Balladur décide, le 18 janvier 1995, d’instaurer un visa pour contrôler l’entrée des Comoriens sur le territoire de Mayotte. Ce visa, connu sous le nom de « visa Balladur » implique des frais de dossiers selon la durée du séjour - encaissés même si le visa n’est pas obtenu, ce qui est fréquemment le cas étant donné que la constitution du dossier nécessite la présentation de nombreuses pièces, dont les frais sont hors de portée de la plupart des Comoriens [Capron, 2015]. La mise en oeuvre de cette politique migratoire a entraîné le développement d’une immigration dite « illégale » qui ne cesse de croître depuis vingt ans. En 2003, on ressent davantage des migrations vers Mayotte que vers la France métropolitaine, ce qui inverse la tendance précédente [Vivier, 1999 ; Vitale 2015]. Les Comoriens, et, en particulier les habitants d'Anjouan, n’ont d’autres moyens pour rallier l’île de Mayotte que d’emprunter des « kwassa kwassa » [Annexe IV] (embarcations de fortune), au péril de leur vie. Des milliers de personnes périssent ainsi pendant la traversée, faisant de l’océan Indien le second cimetière marine après la mer Méditerranée.

10On estime que la population immigrée clandestine à Mayotte compte entre 50.000 à 60.000 personnes, soit environ un tiers de la population officielle de Mayotte (qui comptait 214.700 habitants au 1er janvier 2013, selon l'Insee) [Lacombe, 2015].

11La majorité de ces migrants clandestins, dont 90% sont d’origine comorienne, se voit arrêtée et placée dans des centres de rétention de leur arrivée sur l’île, avant d'être reconduit à Anjouan. En 1998 (3 ans après l’introduction du « visa Balladur ») ils sont 6500 migrants, 16000 dix ans après. En 2014, 15 408 personnes sont reconduites à la frontière avec les Comores [Capron, 2015].

12Le crude net migration rate ou solde migratoire (défini comme la différence entre les émigrés et les immigrés d’un pays dans une période donnée, divisée par 1000 habitants), a toujours eu une valeur négative aux Comores. Autrement dit, il y a plus de personnes qui quittent la région que de personnes que s’y installent, les migrations se sont accentuées à partir des années 2005 jusqu’à aujourd’hui. L’Union des Comores peut donc être considérée comme une terre de migration ou de « diaspora ». La diaspora comorienne s'établit surtout à Mayotte et en France métropolitaine, avec une forte concentration dans les villes de Paris et de Marseille [Barbey 2009]. Les autres destinations des émigrés comoriens, sont l'île de Madagascar, la Libye - premier pays de destination dans le monde arabe - et l’ile de la Réunion (département d'outre mer français) [Fig.1] [UNICEF 2013].

Fig.5 Stock total de migrants comoriens dans les cinq pays de destination principaux.

Les 5 pays de destination principaux

Total

Mayotte

56.791

France

36.024

Madagascar

5.510

Libye

4.212

Réunion

2.375

Source: Fonds des Nations unies pour l'enfance, « Comoros - MIGRATION PROFILES », 2013.

13Les retombées économiques de la diaspora, des transferts d’argent de plusieurs milliers de personnes vers l'Union comorienne, constituent une importante source de revenu pour le pays. Elles permettent aux populations de s’alimenter, d'accéder aux soins et à l’éducation mais ne sont pas suffisantes pour impacter l’économie de manière significative [Taglioni, 2008].

14La faiblesse des institutions ainsi que la corruption dans les hautes sphères du pouvoir et de l’administration est un fléau. Elle est à l’origine de la crise économique dans laquelle le pays est plongé depuis la décolonisation. Selon le Corruption Perceptions Index (2015) l’Union des Comores se place 136ème sur 168 (score: 26/100), et, selon le Democracy Index (2015), le pays est un régime autoritaire que se place 125ème régime le plus autoritaire sur 167 (score: 3.71/10). Ainsi malgré l’engagement des autorités, les réformes structurelles se font lentement, en particulier dans les secteurs clés de l’énergie et des télécommunications, Pour l’ensemble de ces raisons la crise énergétique qui a débuté en 2010 perdure, pénalisant lourdement les activités économiques [BAD, PNUD, 2015].

15Malgré un taux de croissance moyen du PIB positif d’environ 3 % depuis 2011 et qui se stabilise autour de $1 230 per capita en 2013, l’économie comorienne ne parvient pas à se transformer structurellement et à engendrer un développement durable du pays [UNICEF, 2014]. Ceci serait pourtant indispensable pour lutter contre la pauvreté et absorber le chômage des jeunes, notamment celui des diplômés, qui a enregistré un taux de plus de 50 % en 2014 [BAD, PNUD, 2015] et devient un push factor pour les jeunes diplômés vers la France à la recherche d’un travail qualifié ou pour poursuivre leurs études supérieures.

16L’indice du Développement Humain (IDH) des Comores reste aussi très bas (0,503 en 2014), ce qui place le pays au 159ème rang sur 188 pays et territoires [Human Development Record, 2015].

17L’économie principale est à l’image de la structure comorienne à majorité rurale (environ 40 % du PIB). Les principaux moteurs de la croissance sont, en effet, les secteurs de l’agriculture (4.2 %) et seulement après ceux du bâtiment et des travaux publics (5.2 %), du commerce et de l’hôtellerie (4.9 %), des administrations publiques (8.2 %) et des autres services (8.3 %) [BAD, PNUD, 2015].

18L’économie de l’archipel dépend aussi fortement du commerce et des investissements extérieurs. La France est l’un des principaux acheteurs, avec la Turquie et Singapour, et elle est aussi le plus important partenaire commercial ainsi que le Pakistan et les Émirats arabes unis.

19En juillet 2014, la France fait un don financier exceptionnel de 489 358 € qui permet d’acquitter la dette postale des Comores, qui s’élevait à 4,9 M€. Un geste qui fait suite à des annulations de dette des Comores consenties depuis 2012 afin de contribuer à l’assainissement de la situation budgétaire du pays [FranceDiplomatie, 2015].

20La situation est très différente à Mayotte où le développement humain est beaucoup plus élevé que dans le reste de l'archipel. Alors que l'Union des Comores stagne économiquement, Mayotte continue de connaître une amélioration de son niveau de vie et de ses infrastructures. Le produit intérieur brut (PIB) par habitant de Mayotte atteint 6 575 euros par habitant en 2010 soit un montant huit fois supérieur à celui des Comores où il s'élève à 760 euros en 2010 [Lacombe, 2015]. Le système de santé y est également bien performant que sur les autres îles de l’archipel ; le système de l’allocation au logement ou encore l’allocation de rentrée scolaire est aujourd’hui au même niveau que partout en France [Francetvinfo, 2015]. Cette différence de développement, directement imputable au statut de département rattaché à la France et aux transferts de fonds français et européens, est un push factor très fort des migrations de l'Union des Comores vers Mayotte. La crise migratoire comorienne engendre des externalités négatives sur le long terme et freine la reconstruction de l’État. Les insuffisances du système éducatif insuffisant et les forts taux de corruption engendre un brain drain chronique des migrants les plus qualifiés, lesquels ne seront pas encouragés à rentrer dans leur pays par peur d'un brain waste [Chiuri 2007]. Ce cycle vicieux ouvre les portes à une grave perte alimentant et pérennisant le sous-développement [Marini 2015].

MOBILISATIONS ET TÉMOIGNAGES

Analysant les mobilisations : le décalage entre migrations et corruption.

21Les acteurs qui cherchent à trouver une solution à la crise migratoire comorienne et en particulier concernant le flux de migrations clandestines entre Anjouan et Mayotte, sont nombreux, il s’agit aussi bien d’organisations internationales qu’au sein de la société civile.

22Les migrations clandestines vers Mayotte sont fortement liées à un héritage post-coloniale et à la forte proximité, homogénéité qui caractérisait l’ensemble de l’archipel des Comores avant l’éloignement de Mayotte. A ce titre, les Nations Unies, l'Union Africaine et la Ligue Arabe, ont revendiqué plusieurs fois l'intégrité territoriale des quatre îles comoriennes et l'appartenance de iure de Mayotte à la République fédérale islamique des Comores. De son côté, l'association française Gisti (Groupe d'information et de soutien des immigrés) a lancé une pétition intitulée « Le visa Balladur tue! » à l’encontre des politiques anti-migratoires menées par la France et l'Union européenne dans l'océan Indien comme la cause d'une « hécatombe silencieuse ». Le 13 janvier 2015, cette pétition, à portée internationale, est signée par 32 réseaux associatifs et partis politiques, parmi lesquels la Ligue des Droits de l'Homme, le Front Démocratique des Comores, le Conseil des Migrants au Maroc et Sortir du Colonialisme [Gisti, 2015]. Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) évoque également le pouvoir magnétique exercé par l’île de Mayotte envers le reste de la région [HCR, 2015].

23Des nombreuses cérémonies sont organisé en hommage des victimes décédées en essayant de fuir les Comores. Azali, l’une des personnes interrogées dans le cadre de cette étude, évoque pendant son entretien un événement spécial qui s'appelle célébration de la journée Maoré. On y commémore les victimes de noyade. En effet, le 12 novembre est la journée pendant laquelle les Comores revendiquent le lien avec Mayotte et rappelle la date d'adhésion des Comores aux Nations Unies ; or, cette journée est de plus en plus associée aux phénomènes migratoires et aux pertes humaines dans l'océan Indien. Ainsi, le 12 novembre 2015, le président de l'Assemblée nationale Abdou Ousseni, rappelle avoir soumis à l'attention du « parlement arabe, lors de sa dernière session ordinaire de Tunis », et déclare la question de la revendication mahoraise et de son lien avec les tragédies entre Anjouan et Mayotte [Ben Ali, 2015].

24Il est également à noter que, si tous nos entretiens évoquent la corruption, comme un pull factor à rester sur l’île, ils mettent davantage l’accent sur la revendication territoriale de Mayotte ; une meilleure allocation des ressources et des bien publics par l’État semble un élément secondaire. A partir d’un État de l’art, le peu de littérature sur le sujet rende difficile le traçage des mouvements et des manifestations organisées par les citoyens comoriens pour combattre la corruption de leur État soit au niveau national ou international. Les acteurs mobilisées semblent surtout se concentrer sur l’hécatombe aux portes de Mayotte et la question de l’intégrité territoriale. C’est pourquoi, il n’est pas à exclure une potentielle stratégie de rallying-around-the-flag par les gouvernements ; en d’autres termes, il s’agit de concentrer les attentions sur la conflictualité entreprise avec la France pour essayer de détourner l'attention des problématiques liées à la corruption [Coticchia, 2014], une manière de préserver une forme d'ordre public.

25En effet, à partir des critères de l’indice de démocratie 2015 (« electoral process and pluralism », « functioning of government », « political participation », « political culture », « civil liberties ») on peut définir l'Union des Comores comme un État autoritaire. Il peut être intéressant de s’intéresser davantage aux éléments « non-visibles » dans l’analyse des mobilisations qu’aux éléments tangibles des manifestations populaires. En somme, le manque de mobilisation contre la corruption étatique témoigne d’une forme d’apathie politique, qui domine la plupart de la population, une réalité propre à la majorité des régimes autoritaires.

Témoignage de deux étudiants comoriens à Paris.

26Pour mieux comprendre certain des facteurs qui poussent les jeunes comoriens à émigrer ainsi que leur perception de la crise migratoire et leur positionnement dans une reconstruction de l’État comorien, nous avons échangé avec Azali et Paul.

27I) Nous avons eu l’occasion de rencontrer Azali grâce à une connaissance en commun. C’est à l’Université Pierre et Marie Curie, où il est en master mathématique, que nous avons mené un entretien semi-directif; l’occasion pour nous d'approfondir le sujet de manière très productive et de donner à Azali la possibilité de parler de manière libre et ouverte.

28Azali a une connaissance personnelle de l’émigration clandestine vers Mayotte ainsi que de l'émigration légalisée. « Ma sœur et ma tante ont pris une kwassa – kwassa à Anjouan pour Mayotte. Elles ont payé environ 1200 euro, je crois. Il y a des gens là-bas qu'organisent ces voyages. Je ne dis pas que le gouvernement est d'accord avec ce trafic, mais il n'a pas les moyens pour l'arrêter… c'est une sorte de mafia. Aussi la marine, par exemple, c'est une chose qu'on a découvert récemment aux Comores. ».

29Figure 6: Une kwassa-kwassa interceptées à Mayotte

30Tirée de *ImazPress, http://www.ipreunion.com/​actualites/​reportage/​2016/​03/​09/​mayotte-35-personnes-interceptees-a-bord-d-un-kwassa-kwassa,40782.htm

31L’expérience évoquée par Azali, rappelle le phénomène du smuggling of migrants (trad: trafic illégal de migrants) dans la Méditerranée [Simon, 2006]. Autour du trafic des migrants, il y a aussi le développement d'un marché noir et d'une « zone grise », ce qui est due aussi à l’impuissance de l'État face à une telle crise. D’autre part, le montant de la course évoqué par Azali (1 200 euro), bien plus élevé que les 300 euro mentionnés dans certaines études [Busson, 2009], démontre le développement d'une vraie économie informelle.

32À travers l'histoire de sa tante et de sa sœur, Azali souligne quels sont, pour lui, les principaux motifs qui portent les migrants comoriens à risquer leur vie pour fuir: la santé et l'économie. La crainte de la maladie due au manque d’accès aux soins ouvre un débat relatif à « la sécurité humaine » [Basilien-Gainche, 2008]. « C'est très cher aller à l’hôpital aux Comores » nous explique Azali, « ma tante était malade et elle avait besoin de soins. À Mayotte c'est gratuit ! Puis, à Mayotte elles ont habité avec la sœur de ma tante ; donc il n'y avait pas un logement à payer. ». Malgré le fait que selon Azali, les liens familiaux ne sont pas corrélés aux motivations des migrants, comme certaines recherches le montrent dans les cas des migrations vers La Réunion [Barbey, 2009], les liens familiaux semblent tout de même avoir un rôle important ; on parle de « réseaux ethniques » [Ambrosini, 2012]. En effet, la tante de Azali a été accueillie chez sa sœur, Azali habite à Paris hébergé chez un cousin de sa mère, ce qui témoigne de l'importance de la cohésion sociale et familiale dans le cadre de la diaspora comorienne ; les comoriens à l'étranger assument un rôle de « chef de maison » [Blanchy, 1992] et de facilitateurs.

33De manière analogue à sa sœur, qui a décidé, une fois arrivée à Mayotte, de créer sa propre famille, Azali explique qu’après avoir émigré, le choix rationnel est de ne pas rentrer aux Comores. Il nous confie ses sentiments et ses attentes pour le futur, lesquels sont cruciaux pour comprendre les caractéristiques des migrations a priori et a posteriori.

34« Quand j’étais petit, j'aimais bien donner des cours particuliers à mes amis […] aujourd’hui, j'aimerais bien devenir professeur. En France, les professeurs ne sont pas respectés comme aux Comores, les étudiants lui tirent contre des boules de papier ! Aux Comores les professeurs ont un rôle de prestige, même si c'est une carrière difficile à cause de la corruption dans les institutions. Parfois je pense que ça serait bien de rentrer aux Comores pour partager ce que j'ai appris ailleurs. Par exemple quand je suis arrivé en France je ne connaissais pas l'informatique, cette discipline occidentale... ».

35La différence entre les attentes que Azali avait avant de partir et ses ambitions actuelles, s’explique par le « mécanisme d'ajustement » présent dans plusieurs cas migratoires des classes moyennes : l'émigrant cherche à maintenir certaines perspectives de vie où à les améliorer [Donatiello, 2011]. Au contraire des skilled returnees, originaires de pays aux économies émergentes, Azali n'est pas motivé à rentrer aux Comores pour faire carrière mais surtout pour partager son savoir-faire et contribuer au développement de son pays [Ka-Ho, Kar 2013]. Néanmoins, la corruption et les problèmes économiques sont des pull factors qui le poussent à rester en France malgré ce désir de contribuer à la croissance de son pays ; ces éléments constituent de vraies barrières aux skilled returnees qui ne peuvent pas rentrer aux Comores pour prendre part au processus de reconstruction de l'Etat. « La France est le paradis » exclame Azali à plusieurs reprises. « C'est une richesse facile. Les gens aux Comores ne travaillent pas maintenant parce qu'ils pensent qu'un jour ils iront en France. Le choix rationnel pour moi c'est de rester en France. [...] Les désespérés prennent une kwassa-kwassa pour Mayotte». Pour Azali, le choix de continuer ses études ailleurs, a été un choix obligé, à cause de la faiblesse du système d'études secondaire aux Comores [International Monetary Found 2013] : « il n'y avait pas de masters à l'Université aux Comores. ».

36Mettre l’accent sur la « rationalité », est une explication intéressante pour comprendre le choix des comoriens qui traversent la mer sur une petite kwassa-kwassa en direction de Mayotte. Si les possibilités d'amélioration du bien-être données la France sont vues comme le « paradis », selon une analyse rationnel que Azali nous propose, il est compréhensible qu'un individu définit comme « désespéré » soit prêt à risquer tout ce qu'il a afin de conquérir le « paradis » et d'améliorer ses conditions de vie.

37À travers une discussion sur les Comores et leur rôle dans la Ligue Arabe, Azali souligne et explique la préférence des migrants comoriens pour la France. « Les Comores font partie de la Ligue Arabe mais aussi de l'Organisation Internationale de la Francophonie. Nous sommes un pays à majorité musulmane et de langue française et arabe mais les soins à Dubaï ne sont que pour la femme du Président et un visa pour un pays arabe peut être trop cher. Il y a de grandes relations amicales avec certains pays arabes, notamment le Maroc et l'Iran, qui nous donnent aussi des bourses d'étude. Mais, un étudiant qui va étudier là-bas, utilisera cette expérience comme une opportunité pour aller un jour en France. La France est le paradis...». Azali nous parle de la dualité de l'Union des Comores, en soulignant d’une part ses critères de rapprochement avec les pays arabes, la religion et la langue, et d’autre part le fort lien avec la France, sur fond d’idéalisation. Cette vision livrée par Azali, d'une France paradisiaque et des pays de la Ligue Arabe comme pont de passage, se retrouve de manière encore plus frappante dans les paroles du second comorien que nous avons interrogé.

Figure 7 : Baguettes françaises en vente sur la Place Cobadjou, dans la capitale des Comores, Moroni

Figure 7 : Baguettes françaises en vente sur la Place Cobadjou, dans la capitale des Comores, Moroni

Source: https://nacoesunidas.org/​eleicoes-em-comores-sao-um-importante-passo-na-consolidacao-da-democracia-diz-chefe-da-onu/​

38II) Le second entretien résulte d’un sondage par enquête. En s’appuyant sur la liste des associations comoriennes en France, nous avons engagé une conversation téléphonique avec Fahmi, représentant d'une association culturelle comorienne à Paris ; ce dernier préfère rester anonyme.

39Fahmi – de manière analogue à Azali – voit le Visa Balladur comme la cause principale des victimes aux portes de Mayotte, car cette tragédie n’existait pas avant 1995. Selon lui, les raisons qui portent les migrants à émigrer sont principalement liées à l'économie, l'éducation et la corruption, mais aussi à un principe d'intégrité territoriale - en ce qui concerne la migration clandestine à Mayotte. « Mayotte c'est partie des Comores. On parle la même langue, on a la même culture. C'est ridicule que les Corses et les Bretons forment le même pays et pas Mayotte et les Comores : il y a des liens familiaux entre ces îles. Tant pire pour qui à Mayotte pense d’être français ! ».

40Selon Fahmi, le grand écart qui existe entre les migrations comoriennes vers le territoire français et vers les pays de la Ligue Arabe, se base surtout sur des critères économiques et culturels.

41« La Ligue Arabe, à part la Somalie et quelques autres pays, est composée de pays qui produisent pétrole, des pays riches ; les Comores ont une culture arabe, mais c'est un pays sous-développé. Les pays arabes n'ont pas un flux migratoire entre eux parce qu'ils n'ont pas l’ouverture qu'il y a en Europe ; en Irak ils ont aussi des problèmes entre eux, par exemple entre sunnites et chiites ! On part vers les pays arabes que pour étudier au Qatar et Koweït, mais pas pour nous installer : les monarchies ne sont pas ouvertes ! ». La perception d'un faible flux migratoire des Comores vers les autres pays de la Ligue Arabe, trouve un écho dans la littérature consacrée à ce sujet, après le Visa Balladur, les migrations comoriennes vers les autres pays arabes restent plutôt résiduelles (environ 2%) [OIM, 2004]. De manière analogue à Azali, Fahmi pense que la migration vers les autres pays arabes, est très liée à l'éducation, ce que démontre aussi d'autres recherches [Barbey, 2009]. Ces migrations estudiantines vers les pays arabes sont liées particulièrement aux études en théologie musulmane ou aux concours dans les écoles coraniques [Ahmed, 2002]. La perception de Fahmi d'une culture « fermée » au sujet des immigrations dans les monarchies arabes, aurait nécessité d'un approfondissement ultérieur avec notre interlocuteur, mais malheureusement nous avons été limité par le temps de l’entretien téléphonique [Corbetta, 1999].

42III) La troisième interviewée, résidante à Mayotte, a choisi l’anonymat pour préserver son père, candidat aux élections politiques de 2016. Cette crainte de compromettre la position de son père, combinée aux d'un entretien réalisé via Skype, ont rendu la conversation avec Farah plutôt difficile et laconique. Il s’agissait d’un entretien directif. De la même manière que les précédentes personnes que nous avons interrogées, elle était fermement convaincue que le « visa Balladur » est la cause principale de l’hécatombe aux portes de Mayotte. Selon elle, l’abrogation du « visa Balladur » permettrait d’éviter cette pression démographique sur Mayotte. Elle établit une comparaison avec le cas européen : « dans l’espace Schengen les gens ne restent pas longtemps dans le pays où ils arrivent ; puis en Europe il n'y a plus de guerres ».

43Farah ne parle pas directement de corruption mais souligne néanmoins la responsabilité étatique concernant le sous-développement de certains secteurs socio-économiques. Par exemple, en parlant de la crise énergétique aux Comores, qu’elle définit comme « paralysante » pour le développement, elle remarque qu' « il y a des financements pour le développement de l’autonomie énergétique mais que tout est suspendu à cause de la politique ». Azali aussi, en parlant du manque d’approvisionnement énergétique comme un des pull factors à rester aux Comores avait mis l’accent sur le fait qu’ « il y a toujours des projets pour utiliser l’énergie géothermique du vulcain Karthala. Toutefois, ces projets, lors de la fin des élections, ils ne viennent jamais appliqués par les politiciens ». Ces différents entretiens nous permettent d’établir un lien entre corruption, approvisionnement énergétique insuffisant et sous-développement [Kouneva-Loewenthal et al, 2012]. Il s’agit d’un cycle vicieux qui crée un push factor très puissant pour l’émigration comorienne et freine les perspectives de développement économique de l’Archipel sur le long terme.

CONCLUSION

44A titre conclusif, ce travail de recherche questionne l’avenir de l’Union des Comores et le rôle des migrants dans sa reconstruction. Les migrants comoriens qui habitent à l’étranger ne doivent pas être marginalisés parce qu’ils pourraient retourner aux Comores et partager leurs connaissances et savoir-faire appris ailleurs afin de contribuer au développement du pays (les skilled returnees). D’autre part, sur le plan politique, les émigrés jouent souvent un rôle clef dans la politique interne d’un Etat. Par exemple, au moment de la reconstruction de l’État irakien en 2003 les émigrés irakiens aux États-Unis ont joué un rôle extrêmement important dans le processus de reconstruction de l’État entraîné par le consentement américain et ils ont été placés aux postes décisionnels du nouveau gouvernement. Toutefois, aujourd’hui les Comoriens émigrés restent paralysés et ils ne pensent pas retourner chez eux à cause du phénomène du brain waste/gaspillage des compétences, qui est alimenté par la forte corruption des hautes sphères du pouvoir bloquant toute méritocratie et possibilité de changement.

45Les entretiens avec Azali et Fahmi ont été l’occasion de rencontrer des jeunes motivés et intéressés par l’avenir de leur pays. Ils voudraient s’investir davantage pour contribuer à son développement et améliorer leur condition de vie une fois retournés sur place. Néanmoins, ils font un choix qu’ils estiment « rationnel » : ne pas retourner aux Comores et s’en éloigner de plus en plus. Ils nous paraissent davantage enflammés par la question de la revendication territoriale sur Mayotte que par la corruption qui dévaste le pays. En effet, tous les problèmes majeurs soulignés dans nos entretiens (crise énergétique, faible scolarisation, pauvre système sanitaire, crise économique) puisent leurs racines dans la corruption de la classe dirigeante du pays, qui va de paire avec un manque d'infrastructures et d’une redistribution optimale des ressources. Néanmoins, nos entretiens présentent des limites évidentes : il s’agit d’un échantillon non exhaustif parce que les personnes interrogées ne sont que des jeunes entre 25 et 35 ans, d’un niveau culturel intermédiaire et qui habitent à l’étranger.

46A partir de ces discours, nous avons remarqué une préférence pour la France comme destination des flux migratoires comoriens ; ce qui pourrait souligner aussi un héritage colonial non négligeable. En revanche, pourquoi les Comoriens ne partent-ils pas vers des autres pays de la Ligue Arabe dont l’Union de Comores est membre reconnu et où il pourrait y avoir des affinités culturelles plus marquantes ? Cette recherche semble ainsi ouvrir la discussion sur le rôle de ce pays dans la Ligue vu qu’il semble avoir deux visages : en tant que membre de la Ligue Arabe et de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Par ailleurs, l’archipel joue un rôle géostratégique important, étant le principal lieu de passage des pétroliers qui transportent le pétrole brut du Moyen-Orient vers les destinations européennes et américaines, ce qui justifierait le fort intérêt de certains pays arabes et de la France pour les Comores.

Haut de page

Bibliographie

Abdallah, Fatouma (2009), « Rapport sur le suivi et l’application de la stratégie de Maurice », http://www.un.org/esa/dsd/dsd_aofw_sids/sids_pdfs/msi_plus5/nar/AIMS/Comoros.pdf

Abdallah Chanfi, Ahmed (2002), « Ngoma et missions islamiques (Da’wa) aux Comores et en Afrique orientale. Une approche anthropologique », Paris, L’Harmattan.

Ambrosini, Maurizio (2005), « Sociologia delle Migrazioni », il Mulino, Bologna.

Amer, M. Mona (2015), « Handbook of Arab American Psychology », Routledge, London.

BAD, OCDE, PNUD (2015), « African Economic Outlook 2015: Regional Development and Spatial Inclusion », éditionsOCDE.

Barbey, Amélie (2009), « Les migrations comoriennes dans l’ouest de l'Océan Indien », Hommes et migrations. Revue française de référence sur les dynamiques migratoires, n°1279, pp. 154-164.

Ben Ali, Nassila (2015), « Journé Maore : On a assez parlé, place maintenant aux actes », Alwatwan.

Blanchy, Sophie (1992), « Famille et parenté dans l’archipel des Comores », Journal des Africanistes, n° 62 (1), pp.7-53

Briac, Julie (2001), « Les Comores: quelques éléments d’approche », Association pour la recherche interculturelle, bulletin n°37, pp. 25-37.

Busson, Oliver (2010), « La mer, menace ou seul espoir de développement pour Mayotte? » (première partie), La Revue Maritime, n° 489, pp. 70-79.

Capron, Alexandre (2015), « Immigration clandestine à Mayotte: le récit d’un Comorien », Les Observateurs, France 24.

Corbetta, Piergiorgio (1999), « Metodologia e tecniche della ricerca sociale », il Mulino.

Coticchia, Fabrizio (2014), « La guerra che non c'era : opinione pubblica e interventi militari italiani dall'Afghanistan alla Libia », EGEA, Milano.

Economist Intelligence Unit (2005), « Democracy Index 2015. Democracy in an age of anxiety », Democracy Index 2015.

EHESS (2008), « Les clandestins de Mayotte : un droit dérogatoire versus les droits fondamentaux », colloque Terrains d’asile : corps, espaces et politique, L'École des hautes études en sciences sociales - EHESS, 18-20 septembre 2008.

Donatiello, Davide (2011), « L’integrazione degli immigrati nel ceto medio: un nuovo fronte per le politiche? », Paper for the Espanet Conference, « Innovare il welfare. Percorsi di trasformazione in Italia e in Europa », Milano, 29 Settembre – 1 Ottobre 2011.

GISTI (2009), « Bilan d'activité 2009 », Groupe d'information et de soutien des immigré·e·s.

IMF (2013), « Union of the Comoros : Poverty Reduction Strategy Paper: Review of the Second Year of Implementation », International Monetary Found.

Istat (2015), « Indicatori Demografici - Stime per l'anno 2015 », Istituto nazionale di statistica.

Mok, Ka Ho, Yu, Kar Ming (2013), « Internationalization of Higher Education in East Asia: Trends of student mobility and impact on education governance », Routledge, London.

Keegan, John (1979), « World Armies », Macmillan Publishers Ltd, London.

Kouneva-Loewenthal, Neli, Vojvodic, Goran (2012), « Corruption and its Effect on Foreign Direct Investment in the Energy Sector of Emerging and Developing Economies ». In Rob Van Tulder, Alain Verbeke, Liviu Voinea (ed.) New Policy Challenges for European Multinationals (Progress in International Business Research, Volume 7), Emerald Group Publishing Limited, pp. 339-363.

Lacombe, Pierre (2015), « Mayotte: Le président de l'Union des Comores ne désarme pas », 1ère FranceTvInfo.

Marini, Francesco (2015), « Co-sviluppo e integrazione – Le associazioni ghanesi in Italia e nel Regno Unito », FrancoAngeli, Milano.

Oraison, André (1983), « Quelques réflexions critiques sur la conception française du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes à la lumière du différend franco-comorien sur l'île de Mayotte », Revue Belge de Droit International, 1(2), pp. 655-698.

Oraison, André (2004), « La mise en place des institutions de l’« Union des Comores » prévues par la Constitution du 23 décembre 2001. L’avènement d’un régime de type présidentiel et fédéral dans un état francophone du canal de Mozambique », Revue Française de Droit Constitutionnel, 60(4), pp. 771-795.

OIM (2004), « Arab Migration in a Globalized World », Organisation internationale pour les migrations.

Sellstrom, Tor (2015), « Africa in the Indian Ocean : Islands in Ebb and Flow », Brill Academy Publishers, Leida.

Simon, Julien (2006), « Irregular Transit Migration in the Mediterranean: Facts, Figures and Insight ». In Mediterranean Transit Migration, ed. Ninna Nyberg Sorensen (Copenaghen, Denmark: Danish Institute for International Studies DHS), pp. 25-42.

Taglioni, François (2008), « L'île d'Anjouan figure de la balkanisation de l'archipel des Comores », EchoGéo, https://echogeo.revues.org/7223

PNUD (2015), « Comoros, Work fo Human Development: Briefing note for countries on the 2015 Human Development report », Programme des Nations unies pour le développement.

UNICEF (2014), « Comoros, Migration Proflie », Fonds des Nations unies pour l'enfance.

Viviani, Mathieu (2015), « Visa Balladur : le drame invisible des Comores », AlterMondes.

Wicker, Elise (2015), « France's migrant cemetery in Africa », BBC World Service.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Archipels situés dans l’océan Indien.
Crédits Tirée de Arte.tv : http://ddc.arte.tv/​nos-cartes/​ile-maurice-au-dela-de-la-carte-postale
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11991/img-1.png
Fichier image/png, 348k
Titre Figure 2 : L'archipel comorien
Crédits Tirée du Service public fédéral Affaires étrangères, Royaume du Belgique, http://diplomatie.belgium.be/​fr/​Services/​voyager_a_letranger/​conseils_par_destination/​comores
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11991/img-2.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Figure 3 : Mosquée et port de Moroni
Crédits Tirée de Voyagesphotosmanu.com, http://www.voyagesphotosmanu.com/​population_comores.html
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11991/img-3.png
Fichier image/png, 240k
Titre Figure 4 :Blason du département
Crédits https://twitter.com/​regionmayotte
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11991/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11991/img-5.png
Fichier image/png, 524k
Titre Figure 7 : Baguettes françaises en vente sur la Place Cobadjou, dans la capitale des Comores, Moroni
Crédits Source: https://nacoesunidas.org/​eleicoes-em-comores-sao-um-importante-passo-na-consolidacao-da-democracia-diz-chefe-da-onu/​
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/11991/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiziano Peccia et Rachele Meda, « Les Comores, le Visa Balladur et l’hécatombe au large de Mayotte : une analyse transdisciplinaire de la question complexe des migrations comoriennes », Confins [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 16 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://confins.revues.org/11991 ; DOI : 10.4000/confins.11991

Haut de page

Auteurs

Tiziano Peccia

Université Paris Dauphine, tizianopeccia@gmail.com

Rachele Meda

Université Paris Dauphine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org