Navegação – Mapa do site
Dossiê migração européia para o Brasil, século XIX e início do século XX

Uma terra prometida ? Regards sur les migrations européennes vers le Brésil, XIXe-début XXe siècles

Uma terra prometida? Olhar sobre a migração européia para o Brasil no século XIX e no início do século XX
Uma terra prometida? Perspectives on European Migration to Brazil, 19th and early 20th Centuries
Olivier Compagnon

Texto integral

1On sait que le Brésil a accueilli de très importants flux migratoires en provenance d’Europe entre la proclamation de son indépendance vis-à-vis de la Couronne portugaise en 1822 et la crise de 1929 et, plus précisément, entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale qui marque en la matière une indéniable césure. Si l’on se fie aux statistiques établies par l’historien suédois Magnus Mörner, que l’on peut considérer comme des ordres de grandeur fiables malgré les nombreux biais caractérisant l’établissement de ces chiffres, l’Amérique latine a accueilli 26% de l’émigration internationale totale entre 1824 et 1924, soit environ 11 millions d’individus parmi lesquels presque 50% s’installèrent en Argentine et 36% au Brésil (Mörner, 1992, p. 71 et suiv.).

  • 1 D’après les données établies dans Brasil. 500 anos de povoamento, Rio de Janeiro, IBGE, 2007, p. 22 (...)

Les flux migratoires vers le Brésil entre 1884 et 19331

Les flux migratoires vers le Brésil entre 1884 et 19331
  • 2 Id., p. 225.
  • 3 Id., p. 226.
  • 4 Id., p. 230.

2À l’aube du XXe siècle, le Brésil apparaît donc comme le troisième pays d’immigration dans les Amériques derrière son voisin méridional, en deuxième position, et bien entendu les États-Unis en première position. Pour la seule période 1884-1913, 2 742 395 migrants – soit quelque 10,7% de la population totale du pays à la veille de la Première Guerre mondiale – s’installèrent en Amérique lusophone et l’année 1891 apparaît comme celle de tous les records avec 215 239 nouveaux entrants enregistrés dans les ports brésiliens2. Les Italiens représentèrent 45,4 % du total de ces flux, suivis par les Portugais (25,9%) et les Espagnols (16%). Très majoritairement latine et catholique, cette immigration ne provint cependant pas uniquement d’Europe méridionale puisque s’y adjoignirent des communautés d’origine germanique (2,3%) et centre-européennes, des Moyen-Orientaux (1,93%) ou encore des Japonais à partir de 1908 (0,43%)3. Durant cette période, l’État de São Paulo, alors en pleine croissance durant le boom de l’économie caféière, ainsi que ses trois voisins méridionaux (Paraná, Santa Catarina, Rio Grande do Sul) et, dans une moindre mesure, l’Amazonie occidentale en manque de seringueiros, devinrent des pôles d’attraction majeurs au détriment de Rio de Janeiro et du Minas Gerais. Au tournant des années 1910 et 1920, la plupart de ces migrants récents demeuraient encore des étrangers puisque seules 6 255 naturalisations avaient été concédées par les pouvoirs publics brésiliens entre 1889 et 1919 – dont près de la moitié à la communauté portugaise4.

Embarquement de migrants italiens à destination du Brésil vers 1910

Embarquement de migrants italiens à destination du Brésil vers 1910

(Museu da Imigração do Estado de São Paulo, Acervo Digital)

3Les migrations vers le Brésil ont fait l’objet de travaux en sciences humaines et sociales dès le milieu du XXe siècle (Willems, 1946 ; Cabral, 1948 ; Freyre, 1948 ; Carneiro, 1950 ; Amaral, 1950 ; Mortara, 1950 ; Oliveira, 1952 ; Aulich, 1953 ; Côrtes, 1958 ; Gardolinski, 1959 ; Diégues, 1964) et demeurent un objet historiographique bien vivant depuis le tournant des XXe et XXIe siècles (Beiguelman, 1981 ; Luebke, 1987 ; Trento, 1989 ; Fausto, 1991 et 1998 ; Bertonha, 2001 ; Oliveira, 2009 ; Bordinagi et Schpun, 2012 ; Blay, 2013 parmi de nombreuses autres références). Néanmoins, il n’existe pas au Brésil – à l’exception de très brèves synthèses (Oliveira, 2001) – une histoire générale de l’immigration comme celles que l’on peut recenser pour les cas des États-Unis (Ciment, 2001 ; Gerber, 2011) ou de l’Argentine (Devoto, 2003) et ce n’est pas sans surprise que l’on peut observer l’absence de chapitres spécifiquement dédiés à l’histoire de l’immigration dans certains monuments de l’historiographie récente du Brésil. Au contraire, la production demeure souvent de nature monographique et articulée sur des approches reposant sur l’origine des migrants (Vidal et Luca, 2011 ; Lisboa, 2013), sur la destination finale des flux (Botelho,, Bragaet Andrade, 2007) ou sur ces deux critères combinés (Emmi, 2008). Tout se passe comme si un certain nombre de problématiques dominantes dans les sciences sociales brésiliennes, comme la question de l’esclavage, de son abolition et de ses stigmates, celle de la miscégénation telle que formulée par Gilberto Freyre dans les années 1930 et débattue tout au long des décennies suivantes, celle des migrations internes si importantes dans la production de la géographie brésilianiste ou encore celle des mouvements de population très contemporains depuis les pays limitrophes (Patarra, 2005 ; Souchaud, 2012 à titre d’exemples) avaient relégué au second plan l’histoire des migrations internationales dont de très vastes pans demeurent largement méconnus.

  • 5 Les articles réunis dans ce dossier puisent leur origine lointaine dans une table ronde organisée p (...)

4Ces éléments étant posés, l’objectif premier de ce dossier5 est de contribuer à l’approfondissement des savoirs sur l’histoire des migrations européennes vers le Brésil au travers de trois études de cas inscrites dans la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe. En croisant de manière stimulante des sources de nature diverse - à la fois portugaises et brésiliennes - et en se situant résolument aux frontières de l'histoire, de la démographie et de la géographie, Nelly de Freitas étudie le cas peu connu des Madériens - souvent confondus par l'historiographie avec les Açoriens - qui migrent vers l'État de São Paulo entre 1886 et 1898. Elle montre  le caractère atypique de ces migrations par rapport à l'ensemble des flux  depuis le Portugal vers le Brésil en insistant notamment sur son caractère fondamentalement familial, par opposition au stéréotype de l'homme seul débarquant à Santos et transitant par l'Hospedária dos Imigrantes avant de rejoindre les plantations café paulistas. Márcio de Oliveira, de son côté, propose une analyse comparée des migrations polonaises et italiennes vers le Paraná et, surtout, des modes d’intégration et des formes de sociabilité de chacun des deux groupes en donnant à lire un espace de colonisation parcouru de logiques communautaires et identitaires très hétérogènes et parfois en conflit les unes avec les autres. Enfin, Sébastien Rozeaux participe à la déconstruction de l’image éculée du migrant pauvre, analphabète et prolétarisé en plaçant la focale sur les élites littéraires portugaises qui gagnèrent Rio de Janeiro durant l’Empire, s’insérèrent dans le champ intellectuel carioca en dépit de la lusophobie caractéristique des premières décennies suivant l’indépendance et contribuèrent finalement à renforcer les structures de la sociabilité portugaise dans la capitale brésilienne.

5Au travers de ces trois cas, c’est finalement moins la question des flux migratoires en tant que tels que celle de l’intégration dans la société d’accueil qui surgit dans une dialectique complexe entre les imaginaires dont sont porteurs les migrants et la réalité complexe des espaces dans lesquels ils débarquent. Spécialiste reconnue des migrations dans le monde britannique (Vaughan, 2013), Géraldine Vaughan propose enfin, en guise de conclusion de ce dossier, un regard comparatiste particulièrement utile. Il permet en effet d’inscrire la réflexion sur les migrations européennes vers le Brésil dans le cadre d’une histoire globale mettant à jour la nécessité de rompre une fois pour toutes avec le nationalisme méthodologique (Dumitru, 2014), de dénationaliser les sciences sociales en quelque sorte, afin de rendre compte de la complexité des mécaniques circulatoires dans l’espace atlantique et de mieux comprendre ainsi les spécificités de chaque étude de cas.

Topo da página

Bibliografia

Amaral, Max Tavares de, Contribuição à história da colonização alemã no Vale do Itajaí, São Paulo, Instituto Hans Staden, 1950.

Aulich, Werner, O Parana e os alemães. Estudo caracterologico sobre os imigrantes germânicos, Curitiba, Grupo Étnico Germânico do Paraná, 1953.

BEIGUELMAN Paula, A crise do escravismo e a grande imigração, S ão Paulo, Brasiliense, 1981.

Bertonha, João Fábio, O fascismo e os imigrantes italianos no Brasil, Porto Alegre, EDIPUCRS, 2001.

Blay, Eva Alterman, O Brasil como destino. Raízes da imigração judaica contemporânea para São Paulo, São Paulo, Editora UNESP, 2013.

Bordigoni, Marc, Schpun Mônica Raisa, « Tsiganes », Brésil(s). Sciences humaines et sociales, n°2, 2012, p. 5-129.

Botelho,, Tarcísio Rodrigues, Braga,, Mariângela Porto, Andrade, Cristiana Viegas de, « Imigração e família em Minas Gerais no final do século XIX », Revista Brasileira de História, vol. 27, n°54, 2007, p. 155-176.

Cabral, Oswaldo R., Assuntos insulanos. Contribuição ao estudo do povoamento de Santa Catarina pelos casais açorianos e madeirenses, Florianópolis, Prefeitura Municipal, 1948.

CARNEIRO, José Fernando Domingues, Imigração e colonização no Brasil, Rio de Janeiro, Universidade do Brasil, Faculdade Nacional de Filosofia, 1950.

Ciment, James (éd.), Encyclopedia of American Immigration, editors, Armonk, M.E. Sharpe, 4 vol., 2001.

CÔRTES, Geraldo de Menezes, Migração e colonização no Brasil, Rio de Janeiro, Livraria José Olympio Editora, 1958.

Devoto, Fernando, Historia de la inmigración en la Argentina, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2003.

Diégues JR, Manuel, Imigração, urbanização e industrialização. Estudo sôbre alguns aspectos da contribuição cultural do imigrante no Brasil, Rio de Janeiro, Centro Brasileiro de Pesquisas Educacionais, Instituto Nacional de Estudos Pedagógicos, Ministério da Educação e Cultura, 1964.

DUMITRU, Speranta, « Qu’est-ce que le nationalisme méthodologique ? Essai de typologie », Raisons politiques, n°54, 2014/2, p. 9-22.

EMMI, Marília Ferreira, Italianos na Amazônia: pioneirismo econômico e identidade, Belém, Edufpa, 2008.

Fausto, Boris, « Imigração : cortes e rupturas », in NOVAIS, Fernando A., SCHWARCZ, Lilia M. (org.), História da vida privada, vol. 4 (Contrastes da intimidade contemporânea), São Paulo, Companhia das Letras, 1998, p. 13-61.

FAUSTO, Boris, Historiografia da imigração para São Paulo, São Paulo, Editora Sumaré / Fapesp, 1991.

FREYRE, Gilberto, Ingleses no Brasil. Aspectos da influencia britânica sobre a vida, a paisagem e a cultura do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria José Olympio Editora, 1948.

GARDOLINSKI, Edmundo, Imigração e colonização polonesa, São Paulo, Universidade de São Paulo. 1959.

Gerber, David, American Immigation. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2011.

LISBOA, Karen Macknow, « Insalubridade, doenças e imigração: visões alemãs sobre o Brasil », História, Ciências, Saúde – Manguinhos, vol. 20, n°1, 2013, p. 119-139.

Luebke, Frederick C., Germans in Brazil. A Comparative History of Cultural Conflict During World War I, Baton Rouge/Londres, Louisiana State University Press, 1987.

Mörner, Magnus, Aventureros y proletarios. Los emigrantes en Hispanoamérica, Madrid, Mapfre, 1992.

Mortara, Giorgio, A imigração italiana no Brasil e algumas caracteristicas demograficas do grupo italiano de São Paulo, Rio de Janeiro, IBGE, 1950.

Oliveira, João Gualberto de, Suecos no Brasil, São Paulo, Revista dos Tribunais, 1952.

OLIVEIRA, Lucia Lippi, O Brasil dos imigrantes, Rio de Janeiro, Jorge Zahar, 2001. Oliveira, Márcio de, « Origens do Brasil meridional: dimensões da imigração polonesa no Paraná », Estudos Históricos (Rio de Janeiro), vol. 22, 2009, p. 218-237.

Patarra, Neide Lopes, « Migrações internacionais de e para o Brasil contemporâneo: volumes, fluxos, significados e políticas », São Paulo em perspectiva, vol. 19, n°3, 2005, p. 23-33.

Souchaud, Sylvain, « L’importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l’organisation de l’industrie de la confection à São Paulo », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 28, n°4, 2012, p. 89-107.

Trento, Angelo, Do outro lado do Atlântico : um século de imigração italiana no Brasil, São Paulo, Noble, 1989.

VAUGHAN, Géraldine, The ‘Local’ Irish in the West of Scotland 1851-1921, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2013.

Vidal, Laurent, Luca, Tânia Regina de, Les Français au Brésil, XIXe-XXe siècles, Paris, Les Indes Savantes, 2011.

Willems, Emílio, A aculturação dos alemães no Brasil. Estudo antropológico dos imigrantes alemães e seus descendentes no Brasil, São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1946.

Topo da página

Notas

1 D’après les données établies dans Brasil. 500 anos de povoamento, Rio de Janeiro, IBGE, 2007, p. 226.

2 Id., p. 225.

3 Id., p. 226.

4 Id., p. 230.

5 Les articles réunis dans ce dossier puisent leur origine lointaine dans une table ronde organisée par l’association ARBRE (Association pour la Recherche sur le Brésil en Europe), à Paris, en mai 2010.

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Les flux migratoires vers le Brésil entre 1884 et 19331
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12011/img-1.png
Ficheiro image/png, 69k
Título Embarquement de migrants italiens à destination du Brésil vers 1910
Créditos (Museu da Imigração do Estado de São Paulo, Acervo Digital)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12011/img-2.png
Ficheiro image/png, 1,5M
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Olivier Compagnon, « Uma terra prometida ? Regards sur les migrations européennes vers le Brésil, XIXe-début XXe siècles », Confins [Online], 31 | 2017, posto online no dia 20 Junho 2017, consultado o 25 Setembro 2017. URL : http://confins.revues.org/12011

Topo da página

Autor

Olivier Compagnon

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Institut des Hautes Etudes de l’Amérique latine) CREDA – UMR 7227, olivier.compagnon@gmail.com

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Topo da página
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org