Navegação – Mapa do site
Dossiê migração européia para o Brasil, século XIX e início do século XX

L’émigration de l’archipel de Madère vers São Paulo à la fin du XIXe siècle : Étude socio-économique et statistique

A emigração da Madeira para São Paulo no final do século XIX: estudo sócio-económica e estatística
The emigration of the Madeira archipelago to São Paulo at the end of the 19th century: Socio-economic and statistical study
Nelly de Freitas
Tradução(ões):
A emigração da Madeira para São Paulo no final do século XIX: estudo socioeconômico e estatístico

Texto integral

MadèreVisualizar a imagem
Créditos : Réginald de Lannoy de Bissy, BNF Gallica

1Ce texte, résumé d’une thèse de doctorat en histoire soutenue en avril 2013, s’interroge sur le profil des émigrants de l’archipel portugais de Madère et sur leur mouvement migratoire vers São Paulo à la fin du xixe siècle. L’émigration portugaise vers le Brésil ne constitue pas un sujet d’étude nouveau. Toutefois, l’originalité de ce travail vient de l’approche complète qui allie histoire, géographie et démographie et se situe dans un double contexte : celui de l’archipel de départ comme de la région d’arrivée. Ainsi, l’objectif de ce travail n’est pas d’aborder la question du point de vue d’une seule zone géographique, sa perspective est autre. Nous proposons d’analyser, grâce notamment, au recours à cinq sources d’archives différentes, portugaises et brésiliennes, le flux migratoire depuis le moment de l’embarquement à Funchal jusqu’à l’arrivée à l’Auberge des Immigrants de São Paulo, où se faisait l’accueil des immigrants. Quelle était la composition de ces groupes d’émigrants ? De quelle zone de l’archipel provenaient-ils ? Correspondaient-ils aux attentes brésiliennes ? Quelle était la part de l’émigration clandestine ? Qu’advenait-il de ces émigrants insulaires de l’autre côté de l’Atlantique ? Nous avons cherché, en somme, à leur rendre une place dans la construction de la société brésilienne et l’histoire de l’émigration portugaise.

2Le phénomène de l’émigration est une constante de l’histoire du Portugal depuis la découverte et l’occupation de l’archipel de Madère au xve siècle (Serrão, 1989). D’abord modérée, à raison de 2 000 sorties par an (Godinho, 1978, p. 8), l’émigration portugaise s’est développé en même temps qu’elle s’est étendue, vers les Açores, dès 1439 et le Cap-Vert

3Cap-Vert

4À partir du xviie siècle, c’est cependant la destination brésilienne qui dominait. Marchands, commerçants, fonctionnaires ou bien maîtres de moulins, les Portugais formaient, à cette époque, l’essentiel de la nouvelle classe urbaine (Mauro, 1994, p. 26-27).

5Au xviiie siècle, « la ruée » vers les mines d’or et de diamants du Brésil attirait de 8 000 à 10 000 Portugais (Godinho, 1978, p. 9), alimentant le « mythe de la fortune » qui attendrait chaque émigrant (Pereira, 2002, p. 45-46).

6Déjà au xixe siècle, malgré des périodes troublées par les invasions Napoléoniennes, entre 1807 et 1810, la guerre civile dans le pays entre 1832 et 1834, le tout ponctué par des difficultés financières et économiques, le flux migratoire ne s’est pas réduit : 1,5 ‰ de la population portugaise quittait le pays (Godinho, 1978, p. 10). L’émigration portugaise, « phénomène pluriséculaire » (Guichard, 1990, p. 68), a redoublé même de vigueur à compter de l’indépendance du Brésil, en 1822. La conjonction de l’abolition de l’esclavage et de la croissance de la culture de café dans la province de Rio de Janeiro, et par la suite dans celle de São Paulo, a forcé, en effet, le gouvernement brésilien à favoriser l’arrivée de nouveaux immigrants. Les déplacements s’inséraient dans le flux plus global qui de l’Europe, se dirigeait abondamment vers le continent Américain où les offres de travail abondaient nourrissant les espoirs d’une vie meilleure de millions d’individus. On évalue ainsi à près de 55 millions le nombre de personnes à quitter l’Europe entre 1821 et 1924 (Thistlethwaite, 1991, p. 20) et à près de deux millions le nombre de Portugais à traverser l’Atlantique entre 1850 et 1930 (Pires, Machado, Peixoto et Vaz, 2010, p. 22).

7Véritable phénomène d’exception jusqu’alors, les Portugais qui débarquaient au Brésil entre le milieu du xixe siècle et le début du suivant étaient ainsi sept fois plus nombreux que ceux venus pendant la période coloniale (Boschilia, 2008). Les émigrants originaires de Madère et des Açores en représentaient une part non négligeable, surtout si l’on tient compte du faible poids populationnel des deux archipels dans l’espace portugais.

8Pendant les travaux de recherche, c’est en faisant un bilan non seulement sur l’état de la recherche sur les Madériens au Brésil, mais aussi sur les Portugais en général, que plusieurs lacunes sont apparues. Pas suffisamment mis en avant, l’émigrant madérien est la plupart du temps perçu comme un Portugais parmi les autres, demeurant un être presque « invisible », selon l’historienne Andréa Telo da Corte (Telo da Corte, 2002, p. 18). Trop souvent, l’historiographie occulte non seulement les histoires des familles, mais aussi les particularités régionales portugaises et ses effets sur la société brésilienne. C’est pourquoi nous avons décidé de consacrer ce travail à l’émigration madérienne.

Contexte de l’émigration madérienne au Brésil

9Jailli des profondeurs de l’Atlantique, situé à une position charnière sur les routes maritimes de l’Afrique occidentale et australe, de l’Orient, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du sud, à plus de 900 kilomètres de Lisbonne et à moins de 800 kilomètres des côtes africaines (comme le montre la carte 1 ci-dessous), l’archipel de Madère a été le premier espace atlantique occupé par les Portugais.

Carte 1 – L’archipel de Madère dans l’océan Atlantique

Carte 1 – L’archipel de Madère dans l’océan Atlantique

Source : Guichard, 1990, p. 19.

10Composé de neuf îles (seulement deux îles habitées : celle de Madère, la plus importante et qui a donné le nom à l’archipel et Porto Santo, à 50 kilomètres au nord-est) l’insertion de ce territoire dans l’organisation de l’État portugais mérite quelques précisions avant que l’étude puisse être approfondie.

11En effet, ce travail porte sur l’archipel de Madère, qui appartenait au district de Funchal. Jusqu’à la loi du 25 avril 1835, le Portugal était divisé en provinces, elles-mêmes subdivisées en Comarcas (Serrão, 1985). Cette loi a supprimé ces provinces et comarcas pour créer le système des distritos (districts, équivalent d’une région administrative), chacun ayant à sa tête un Governador Civil (gouverneur civil) nommé par le gouvernement. Il en existait dix-sept sur le continent, trois pour l’archipel des Açores et un pour Madère, le district de Funchal (ce système est supprimé par la constitution de 1976, qui a conféré aux archipels un statut de régions autonomes).

12Dans chaque district il y avait des concelhos (collectivité locale essentielle dotée du pouvoir municipal) eux-mêmes composés de freguesias (la plus petite collectivité locale et unité administrative, dirigée par une assemblée élue). Jusqu’en 1914, le district de Funchal comprenait dix concelhos, à cette date le concelho de Ribeira Brava est créé avec des paroisses retirées aux concelhos voisins de Ponta do Sol et de Câmara de Lobos comme nous pouvons l’observer sur la carte 2 ci-dessous.

Carte 2 – Concelhos et sièges de concelhos du district de Funchal avant 1914

Carte 2 – Concelhos et sièges de concelhos du district de Funchal avant 1914

Source : Anuário Estatístico da Região Autonóma da Madeira - (Instituto Nacional de Estatística, Delegação do Funchal).

13Très rapidement reconnue pour la richesse et la fertilité de ses sols, l’île de Madère, contrairement à sa voisine Porto Santo, a attiré des individus d’origines variées : des Portugais, des étrangers et même des esclaves (Albuquerque et Vieira, 1987, p. 56) de telle sorte que, de 2 310 habitants dans les années 1450, la population est passée à 15 220 résidents vers 1507, 30 188 en 1598, 65 490 vers 1768 (Silva, 1995, p. 669) et 111 687 en 1864 (Oliveira, 1999, p. 26). Cependant, en dépit de sa vigueur, la croissance de la population s’est très vite heurtée aux contraintes d’une île d’origine volcanique et très escarpée. L’inauguration des flux de mobilité vers les nouveaux espaces découverts par les Portugais, notamment au Brésil, a ainsi marqué un tournant dans sa démographie.

14Dès les prémices de sa colonisation, le Brésil a exercé une forte attraction sur les populations insulaires portugaises. Le développement de la culture de la canne à sucre (Alencastro, 2000) a entraîné l’arrivée de premiers Madériens au xvie siècle. Des aventuriers et les victimes de persécutions religieuses ont suivis. Au xviiie siècle, ces mouvements migratoires se sont intensifiés avec l’appui de la couronne portugaise, laquelle, soucieuse de défendre un territoire convoité par les Français, les Hollandais et les Espagnols, a favorisé l’installation au sud et au nord du Brésil de couples originaires des Açores et de Madère.

15Au xixe siècle, toujours encline à voyager et habituée au contact d’étrangers venus pour le tourisme ou le négoce, la population de Madère n’hésitait pas à émigrer en dépit des critiques visant ce qu’on appelait l’« esclavage blanc » (Serrão, 1976, p. 96). À l’inverse des continentaux, qui privilégiaient le Brésil, et des Açoréens, surtout tournés vers les États-Unis (Pires, Machado, Peixoto et Vaz, 2010), les Madériens essaimaient de par le monde, s’installant aussi bien à Demerara, en Guyane, qu’aux États-Unis, à Hawaï ou à l’Amérique du Sud. L’émigration vers le Brésil s’est poursuivie fortement au xixe siècle, tant en période de crise que de stabilité (Vieira, 1990), notamment vers l’État de São Paulo où le processus d’abolition de l’esclavage et l’expansion des plantations de café augmentaient la recherche de main-d’œuvre. Rappelons brièvement que le processus d’abolition de l’esclavage au Brésil s’est accéléré à partir de 1850 avec la loi Eusébio de Queiróz interdisant la traite des esclaves. Suite à ce premier pas décisif, en 1871, la loi du ventre libre a libéré les enfants nés de mères esclaves, celle de 1885 a affranchit les esclaves de plus de 65 ans aboutissant, finalement, en 1888, à l’abolition totale de l’esclavage au travers de la loi Áurea. Simultanément, le café, principal produit d’exportation, s’étendait de manière fulgurante sur le territoire de São Paulo devenue la première région productrice au monde, dépassant Rio de Janeiro dès 1883.

16Après diverses tentatives peu fructueuses et dans le but de stimuler la venue de travailleurs agricoles sur ses terres, le gouvernement de São Paulo a mis progressivement en place une politique d’immigration active basée sur les subventions concédées à des compagnies ou des agents qui se proposaient d’introduire des immigrants sur son territoire. Cette politique a pris son essor dans les années 1880, notamment après la création de la Sociedade Promotora de Imigração, en 1886, s’opposant ainsi à la volonté de certains fazendeiros, désireux de prolonger l’utilisation des esclaves dans lesquels ils avaient tant investit. Comme le contrôle politique de la province subissait l’influence direct des fazendeiros, les coffres publics ont été utilisés afin de développer un système d’attraction et de mettre en place ce que l’historien brésilien Paulo Cesar Gonçalves qualifie de « trafic d’immigrants », qui aurait regroupé à la fois les intérêts des propriétaires et ceux des hommes et des entreprises intermédiaires, chargés de recruter et de transporter cette main-d’œuvre immigrante (Gonçalves, 2008, p. 191).

17La subvention du transport des immigrants, garantie par le trésor public aux agents ou aux compagnies, représentait alors l’un des instruments fondamentaux permettant l’alimentation du flux migratoire. Par ce régime, l’administration publique subventionnait entièrement le transport pour les personnes âgées de plus de 12 ans, la moitié pour ceux entre 7 et 12 ans, et un quart pour les enfants entre 3 et 6 ans. Seuls les individus célibataires, ceux qui prétendaient s’installer dans d’autres zones du Brésil en dehors de l’État de São Paulo, et ceux qui, par le passé, avaient pu compter sur cette aide financière pour s’installer au Brésil et qui, pour une quelconque raison, étaient retournés dans leur pays d’origine, ne pouvaient recevoir cette aide publique (Holloways, 1980, p. 45-48).

Analyse du flux migratoire des madériens vers São Paulo entre 1886 et 1898

18Dans ce contexte, étudier les flux d’hommes et de femmes traversant l’Atlantique entre Funchal et Santos à la fin du xixe siècle s’est présenté presque comme une évidence, comme une lacune à combler en tout cas puisqu’aujourd’hui encore on ignore la proportion d’émigrants madériens dirigés vers l’État de São Paulo qui reçut 60 % du flux migratoire à destination du Brésil (Bassanezi et alii, 2008, p. 14) dans les dix années ayant suivi l’abolition de l’esclavage. Notre réflexion sur la méthodologie et le corpus de sources a conduit à nous demander s’il fallait, à partir de Madère, regarder les individus sortir ou bien, du Brésil, les observer arriver. Étant donné la nécessité de croiser les sources et la difficulté pour suivre les émigrants madériens sur tout leur parcours (des travaux de micro-histoire restent pourtant à faire), nous avons relié les documents recueillis au Portugal et au Brésil pour traiter tout à la fois des problématiques relevant du départ et celle de l’arrivée des émigrants.

19Nous avons cependant choisi d’élaborer notre recherche depuis Madère en considérant que la décision de partir constituerait une problématique centrale, ce qui n’a pas empêché de considérer que l’émigration, action de quitter son pays ou sa terre pour se réfugier ou travailler dans un pays étranger temporairement ou définitivement (Rocha-Trindade, 1995), n’en reste pas moins, d’après le sociologue Abdelmalek Sayad, un double de l’immigration, un phénomène ne s’étudiant pas sans l’autre (Sayad, 1998).

20Dans ce sens, nous avons également retenu les propos de Maria Ionnis Baganha, qui n’estimait pas possible d’étudier et de chiffrer les flux migratoires sans tenir compte des sources du pays de départ et de celui d’arrivée (Baganha, 1991), tout comme les réflexions d’Ana Silvia Volpi Scott sur la difficulté d’étudier l’immigration portugaise souvent « dilué » dans la population brésilienne, nécessitant le recours à des sources et méthodologies innovantes afin de « récupérer la trajectoire de ces individus » (Volpi Scott, 2000 p. 128).

21Ainsi, seul un croisement plus fécond de sources et la préparation d’une conséquente basé de données a permis de découvrir avec plus de précision si les émigrants embarqués au port de Funchal avaient débarqués au Brésil, s’ils avaient des passeports, de quelle zone de l’archipel ils provenaient, s’ils partaient seuls ou accompagnés, en somme, de suivre, du départ au moment de l’arrivée, chacun des individus embarqués. Pour cela, cinq sources recueillies ont servi de base : les registres de passeports du gouvernement portugais, les listes des Madériens embarqués au port de Funchal à destination de São Paulo dont nous proposons un exemple au travers de l’image 1 ci-dessous, les listes des passagers débarqués au port de Santos (image 2), les listes de bord et les listes des émigrants ayant séjourné à l’Auberge des Immigrants de São Paulo (pour cette dernière, se référer à l’image 3 ci-dessous).

Source : Arquivo Regional da Madeira. Administração do Concelho do Funchal. Listas dos passageiros saidos. Livros n. ° 124 à 132.

Image 2 – Extrait d’une liste des passagers débarqués au port de Santos

Image 2 – Extrait d’une liste des passagers débarqués au port de Santos

Source : Arquivo Nacional do Brasil. Relação de vapores (entradas) no Porto de Santos, Microfilm AN 282/2011.

Image 3 – Extrait d’un livre de matricule de l’Auberge des Immigrants

Image 3 – Extrait d’un livre de matricule de l’Auberge des Immigrants

Source : Acervo do Memorial do Imigrante. Livro de matrícula n.° 3, p. 44.

22Passée la partie laborieuse de croisement d’informations et d’enregistrement des données, nous avons pu, à partir de l’analyse d’un échantillon de 13 923 émigrants madériens, élaborer un couplage nominatif raffiné, c'est-à-dire, un rassemblement des informations de sources différentes comme si nous voulions reconstruire la biographie de chaque personne et répondre à plusieurs des interrogations posées en introduction. À la recherche de précisions aussi diverses que le nom et le prénom des passagers, leur sexe, leur âge, leur provenance, leur état civil, leur lien de parenté, leur profession, leur registre de passeport, leur de date de départ et de débarquement, la base nous permet de déterminer plus en détail le type d’individus présents au moment de l’embarquement et ainsi, d’en apprendre davantage sur l’origine de ce contingent insulaire, sa composition et de connaître davantage une face souvent cachée des mouvements migratoires : la clandestinité. Aussi, au-delà de vouloir connaître leur profil, la question du contrôle du flux est apparue. Selon nos conclusions, les autorités de São Paulo ressortent finalement comme étant majoritairement à l’origine de ces mouvements et de leur composition.

23En effet, si l’on suit les contrats signés avec les compagnies de navigation et agents d’émigration, le gouvernement pauliste a bien dressé le portrait des personnes qu’il souhaitait faire venir travailler sur les plantations de café. Selon les documents analysés (cinq contrats datés de 1888, 1892, 1894, 1896 et 1897) – en vertu desquels près de 80 % des Madériens furent transportés –, l’immigrant idéal devait être un agriculteur âgé de préférence entre 12 et 50 ans, voyageant avec une famille aussi étendues que possible, de manière à garantir non seulement un travail « sérieux » et « discipliné » (Holloways, 1980, p. 87), mais également une installation définitive.

24Nos conclusions nous permettent également de confirmer que l’émigration madérienne à la fin du xixe siècle était synonyme d’émigration vers le Brésil. Comme l’illustre bien le graphique 1 ci-dessous, les émigrants madériens partis à São Paulo entre 1886 et 1899, et analysés dans la base de données élaborée pour ce travail, représentaient ainsi 48,59 % des départs officiels de Madère, dont le nombre s’élevait, pour la période, à 27 108 émigrants.

Graphique 1 – Proportion des émigrants madériens pour mille habitants

Graphique 1 – Proportion des émigrants madériens pour mille habitants

Proportion extraite des statistiques officielles comparée à celle des émigrants madériens vers São Paulo pour mille habitants (extraite de la base de données de ce travail) entre 1886 et 1899

Source : Base de données élaborée par l’auteur. Pour les statistiques officielles : I. N. E. Anuário demográfico et Movimento da população.

25En valeur absolu, le flux provenait davantage des concelhos du sud, comme Ponta do Sol, mais en termes relatifs, le poids de l’émigration fut ressenti principalement dans les populations des concelhos du nord, comme Santana, Porto Moniz et São Vicente. Ces résultats sont représentés sur la carte 3 ci-dessous :

Carte 3 – Représentation du nombre d’émigrants madériens entre 1886 et 1899, pour mille habitants et en chiffres absolus

Image 2000010F00006B2200006361FCB6FF49.wmf

Les abréviations des concelhos : PDS, PM, SC et PS, correspondent respectivement à Ponta do Sol, Porto Moniz, Santa Cruz et Porto Santo.

Source : Valeurs extraites de la base de données de l’auteur. Fond cartographique : Anuário Estatístico da Região Autonóma da Madeira - (Instituto Nacional de Estatística, Delegação do Funchal) retravaillé avec Adobe Illustrator et philcarto [Accessible en ligne sur http://philcarto.free.fr/​].

26Nous avons pu aussi affirmer que, comme le souhaitait São Paulo et contrairement aux stéréotypes sur l’émigration portugaise (l’émigrant portugais était décrit comme étant un homme, seul, célibataire qui partait au Brésil pour travailler dans le commerce), le flux comptait peu d’individus seuls, seulement 5,25 % du total. En effet, nous avons surtout rencontré des individus constitués en famille, simple ou élargie, caractérisée dans les faits par un nombre significatif de femmes, 46,14 % du total. Simultanément, la proportion d’enfants entre 0 et 9 ans s’avérait non négligeable, totalisant 30 % de l’ensemble des émigrants (Graphique 2). Si on retient la tranche d’âge 0 - 14 ans, définie par Louis Henry comme étant celle des enfants (Henry, 1988, p. 21), la proportion passe alors à près de 40 %.

Graphique 2 – Répartition des émigrants madériens par groupes d’âge et sexe, 1886-1899

Graphique 2 – Répartition des émigrants madériens par groupes d’âge et sexe, 1886-1899

Source : Base de données élaborée par l’auteur.

27En conséquence de cette émigration familiale, plus facile à contrôler, nous avons rencontré une faible incidence des clandestins – 1% des Madériens analysés furent détectés avec certitude dans cette situation. Toutefois, ce modeste pourcentage n’écarte pas l’existence de départs illégaux plus importants pendant la période considérée. En réalité, la surreprésentation des individus de sexe masculin aux âges antérieurs et postérieurs à la tranche d’âge soumis à l’interdiction militaire, 14 - 21 ans, peut tout à fait dissimuler des clandestins s’étant faussement vieillis ou rajeunis pour pouvoir obtenir un passeport.

28Finalement, grâce aux données socio-professionnelles recueillies et malgré le soin nécessaire à leur traitement en raison du profil exigé pour les candidats à l’émigration vers São Paulo, nous avons pu révéler que 80 % des Madériens s’étaient déclarés agriculteurs. Ces données viennent non seulement confirmer les conclusions de l’historien Thomas Holloway (Holloway, 1980, p. 47-49) mais aussi, lorsque l’on considère que les trois quart de la population vivaient et travaillaient de l’agriculture à Madère, nous permettre de déduire que les individus dont la profession n’était pas connue travaillaient probablement la terre. De plus, après son arrivée et son passage quasi-systématique par l’auberge des immigrants, 80% des émigrants madériens se dirigeaient vers l’intérieur de l’État, vers les plantations de café comme l’illustre la carte 4 ci-dessous (notamment vers Araraquara et Ribeirão Preto), entrant ainsi parfaitement dans le moule élaboré par les autorités brésiliennes.

Carte – Destination des émigrants madériens dans la province/État de São Paulo, 1886-1899 (%)

Carte  – Destination des émigrants madériens dans la province/État de São Paulo, 1886-1899 (%)

Source : Valeurs extraites de la base de données de l’auteur. Fond cartographique: Divisão territorial do Estado de São Paulo em 1904 (Bassanezi, Volpi Scott, Bacellar, Truzzi, 2008, p. 131) retravaillé avec Adobe Illustrator et philcarto [Accessible en ligne sur http://philcarto.free.fr/​].

Pour conclure

29La simple constatation que les mobilités ont toujours un point de départ et d’arrivée nous a amené à considérer les deux côtés du problème afin de ne pas perdre une vision d’ensemble et des données importantes. C’est ainsi que le croisement des informations contenues dans cinq sources différentes, portugaises et brésiliennes, a permis de chiffrer le flux migratoire de Madère vers São Paulo et d’analyser de manière détaillée le profil de l’émigrant Madérien.

30Même si, pour le Brésil, la venue de ces insulaires n’a pas constitué un apport décisif comme l’a été celle de l’ensemble des Portugais, des Italiens, des Espagnols et même des Allemands, il a pourtant été possible de décrire leur arrivée, sans déterminisme excessif, comme une nécessité pour l’île de départ et comme une bonne réponse socio-économique pour le pays d’accueil.

31En résumé, entre 1886 et 1899, l’émigrant madérien débarqué à São Paulo était un travailleur non qualifié qui se dirigeait, après son arrivée et son passage quasi-systématique par l’auberge des immigrants, vers les plantations de café paulistes. Afin de bénéficier des précieuses subventions brésiliennes, le madérien embarquait avec femme, enfants et d’autres membres de la famille, contredisant ainsi l’image traditionnelle de l’émigrant portugais souvent décrit comme un homme, seul, célibataire et qui prenait la mer pour s’atteler, une fois débarqué au Brésil, au commerce.

32Après cette première analyse, il serait intéressant de dévoiler ce qu’il advint de ces émigrants madériens et de leur famille sur ces terres paulistes. Pour cela, une analyse nominative s’impose pour obtenir un suivi satisfaisant de ces gens qui sont à la fois des partants et des arrivants et qui peuvent plus ou moins passer à travers les mailles du filet institutionnel.

Topo da página

Bibliografia

Arquivo Regional da Madeira. Administração do Concelho do Funchal. Listas dos passageiros saidos. Livros n. ° 124 à 132.

Arquivo Regional da Madeira. Fundo do Governo Civil. Registo de Passaportes.

Arquivo Nacional do Brasil. Divisão de Documentos Escritos. Setor de Documentos

Administrativos e Legislativos. Serviço de Polícia Marítima, Aérea e Fronteiras - SP (Santos): relação de vapores (entradas) no Porto de Santos, 1891-1902.

Acervo do Memorial do Imigrante de São Paulo. Listas Gerais de Desembarque de Passageiros no porto de Santos. Rolos 1 à 11. 

Acervo do Memorial do Imigrante de São Paulo. Registros de matrícula. Livre 4 à 64, Livre 98 et livre 56-A.

Albuquerque L. de, Vieira A. O Arquipélago da Madeira no século XV. Funchal: Região

Autónoma da Madeira, 68 p., 1987.

Alencastro L. F. de. O trato dos viventes: formação do Brasil no Atlântico Sul. São Paulo: Companhia das Letras, 544 p., 2000.

Baganha, M. I. «Uma imagem desfocada : a emigração portuguesa e as fontes sobre a emigração». Análise Social, vol. XXVI (112-113), p. 723-739, 1991.

Bassanezi M. S. C. B, Volpi Scott A. S., Bacellar C. de A. P., Truzzi O. M. S. Atlas da imigração internacional em São Paulo, 1850-1950. São Paulo: Editora UNESP, 144 p., 2008.

Bennassar B., Marin R. Histoire du Brésil, 1500-2000. Paris : Fayard, 629 p., 2000.

Boschilia, R. « A sociedade Portuguesa em Curitiba: um projeto identitário (1878-1900)». In: Matos M. I. S., Sousa F. de, Hecker A. Deslocamentos e história: os portugueses. Bauru/ São Paulo: EDUSC, pp. 339-355, 2008.

Câmara B. A economia da Madeira, 1850-1914. Lisbonne: ICS, Instituto de Ciência Sociais da Universidade de Lisboa, 355 p., 2002.

Freitas, Nelly de, Des vignes aux caféiers : Étude socio-économique et statistique sur l’émigration de l’archipel de Madère vers São Paulo à la fin du xixe siècle. Thèse de Doctorat en Histoire soutenue en avril 2013.

Gonçalves, Paulo Cesar. Mercadores de Braços, riqueza e acumulação na Organização da Emigração Européia para o novo mundo. Thèse de doctorat présentée en 2008 à l’Université de l’Etat de São Paulo (USP).

Guichard F. Géographie du Portugal. Paris : Masson, Collection Géographie, 224 p., 1990.

Halpern Pereira M. A política portuguesa de emigração (1850-1930). Bauru/São Paulo: EDUSC ; Portugal: Institut Camões, 387 p., 2002.

Henry Louis. Técnicas de análise em demografia histórica. Traduction et notes de J. M. Nazareth. Lisbonne: Gradiva, 321 p., 1988.

Holloway T. H. Immigrants on the land: coffee and society in São Paulo, 1886-1934. North Carolina: The University of North Carolina press Chaptel Hill, 218 p., 1980.

Magalhães Godinho, V. « L’émigration portugaise (XV-XXe siècle), une constante structurale et les réponses aux changements ». Revista de História económica e social, Lisbonne, Sá da Costa Ed., pp. 5-32, Jan-Juin 1978.

Mauro F. Histoire du Brésil. Paris: Chandeigne, 153 p., 1994.

Oliveira, I. «A Ilha da Madeira. Transição Demografica e Emigração». Revista População e Sociedade, n° 5, Porto: CEPESE, p. 25-59, 1999.

Pena Pires R. (Coord.), Machado F. L., Peixoto J., Vaz M. J. Portugal: Atlas das migrações internacionais. Lisbonne: Tinta-de-china edições, 120 p., 2010.

Piazza W. Epopeia Açórico-Madeirense (1746-1756). Funchal: CEHA, 393 p., 1999.

Prado Júnior C. História económica do Brasil. 10e édition. São Paulo : Edition Brasiliense, 340 p., 1967.

Rocha-Trindade M. B. Sociologia das migrações, Lisbonne, Universidade Aberta, 410 p., 1995.

Santos M. L. F. dos. Os madeirenses na colonização do Brazil. Funchal: Secretaria Regional do Turismo e Cultura, 203 p., 2008.

Saraiva J. H. Evolução histórica dos municípios portugueses. Communication présentée au siège du Centre d’Etudes Politico-sociaux, le 7 novembre 1956.

Sayad, Abdelmalek. A imigração ou os paradoxos da alteridade. Préface de Pierre Bourdieu, traduction de Cristina Murachco. São Paulo : EDUSP, 299 p., 1998.

Serrão J. (Dir.) Testemunhos sobre a emigração portuguesa: Antalogia. Lisbonne: Colecção Horizonte, 243 p., 1976.

Serrão J. A emigração portuguesa. 4e édition, Lisbonne: Livros Horizonte, 248 p., 1982.

Serrão J. (Dir.) Dicionário de História de Portugal.Vol II, Porto: Livraria Figueirinhas, 1989.

Silva  F. A. da, Meneses C. A. Elucidário madeirense. 3 vols. Funchal : Typographie Minerva, édition du Secrétariat Régional de l’éducation et de la culture, 1978.

Silva J. M. A. A Madeira e a construção do mundo atlântico (séculos XV-XVII). Vol. II, Funchal : Secrétariat Régional du tourisme et de la culture, CEHA, 1086 p., 1995.

Silva, J. M. A. «O modelo pombalino de colonização da Amazónia». Revista de História da Sociedade e da Cultura, n. ° 3, p. 155-193, 2003.Telo da Corte, A. A imigração madeirense em Niterói, 1930-1990 : um estudo de caso. Dissertation de Master présentée à l’université fédérale fluminense, 2002.

Teixeira Oliveira J. de. História do Café, no Brasil e no Mundo. Rio de Janeiro: Livraria Kosmos Editora LTDA., 438 p., 1984.

Thistlethwaite, F. « Migration from Europe overseas in the Nineteenth and Twentieth Centuries ». In: Vecoli R. J., Sinke S. M. A century of European migrations, 1830-1930. Chicago: University of Illinois Press, 1991. pp. 17-57.

Vieira, A. « Emigration from the Portuguese Islands in the Second Half of the Nineteenth Century: The Case of Madeira”. In: Higgs, David (Org.) Portuguese Migration in Global Perspective. Toronto: Multicultural History Society of Ontario, 1990, pp. 42-58.

Volpi Scott, A. S. « Verso e reverso da imigração portuguesa : o caso de São Paulo ». Revista Oceano, n° 44, Oct/Dec., pp. 126-142, 2000.

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Carte 1 – L’archipel de Madère dans l’océan Atlantique
Créditos Source : Guichard, 1990, p. 19.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-1.jpg
Ficheiro image/jpeg, 148k
Título Carte 2 – Concelhos et sièges de concelhos du district de Funchal avant 1914
Créditos Source : Anuário Estatístico da Região Autonóma da Madeira - (Instituto Nacional de Estatística, Delegação do Funchal).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-2.jpg
Ficheiro image/jpeg, 84k
Título Image 1 – Exemple d’une liste de passagers embarqués à Funchal
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-3.jpg
Ficheiro image/jpeg, 80k
Créditos Source : Arquivo Regional da Madeira. Administração do Concelho do Funchal. Listas dos passageiros saidos. Livros n. ° 124 à 132.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-4.jpg
Ficheiro image/jpeg, 76k
Título Image 2 – Extrait d’une liste des passagers débarqués au port de Santos
Créditos Source : Arquivo Nacional do Brasil. Relação de vapores (entradas) no Porto de Santos, Microfilm AN 282/2011.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-5.jpg
Ficheiro image/jpeg, 212k
Título Image 3 – Extrait d’un livre de matricule de l’Auberge des Immigrants
Créditos Source : Acervo do Memorial do Imigrante. Livro de matrícula n.° 3, p. 44.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-6.jpg
Ficheiro image/jpeg, 76k
Título Graphique 1 – Proportion des émigrants madériens pour mille habitants
Legenda Proportion extraite des statistiques officielles comparée à celle des émigrants madériens vers São Paulo pour mille habitants (extraite de la base de données de ce travail) entre 1886 et 1899
Créditos Source : Base de données élaborée par l’auteur. Pour les statistiques officielles : I. N. E. Anuário demográfico et Movimento da população.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-7.png
Ficheiro image/png, 24k
Título Graphique 2 – Répartition des émigrants madériens par groupes d’âge et sexe, 1886-1899
Créditos Source : Base de données élaborée par l’auteur.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-9.png
Ficheiro image/png, 15k
Título Carte – Destination des émigrants madériens dans la province/État de São Paulo, 1886-1899 (%)
Créditos Source : Valeurs extraites de la base de données de l’auteur. Fond cartographique: Divisão territorial do Estado de São Paulo em 1904 (Bassanezi, Volpi Scott, Bacellar, Truzzi, 2008, p. 131) retravaillé avec Adobe Illustrator et philcarto [Accessible en ligne sur http://philcarto.free.fr/​].
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12013/img-10.jpg
Ficheiro image/jpeg, 44k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Nelly de Freitas, « L’émigration de l’archipel de Madère vers São Paulo à la fin du XIXe siècle : Étude socio-économique et statistique », Confins [Online], 31 | 2017, posto online no dia 14 Junho 2017, consultado o 18 Novembro 2017. URL : http://confins.revues.org/12013 ; DOI : 10.4000/confins.12013

Topo da página

Autor

Nelly de Freitas

Post-doctorante en Histoire à la Pontifícia Universidade Católica de São Paulo, nellydefreitas@hotmail.com

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Topo da página
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org