Navigation – Plan du site
Dossiê migração européia para o Brasil, século XIX e início do século XX

Visages du Brésil méridional : l´immigration polonaise et italienne au Paraná entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle

Retratos do Sul do Brasil: a imigração polonesa e italiana no Paraná entre o final do século XIX e início do século XX
Faces of southern Brazil: Polish and Italian immigration to Paraná between the end of the 19th and the beginning of the 20th century
Márcio de Oliveira

Résumés

L´immigration au Brésil est toujours étudiée de façon générale et nationale. Des données statistiques nous montrent qu´elle a été surtout méridionale, c´est-à-dire, vers les états de São Paulo, du Paraná, de Santa Catarina et de Rio Grande do Sul. Cette étude analyse l´immigration polonaise et l´immigration italienne au Paraná. Les organisations polonaises ont été nombreuses et diverses, depuis les écoles, en passant par les associations sportives, juqu´aux journaux, ce qui contredit l’idée courante des Polonais illetrés. La communauté y était si importante qu´on a même songé à créer, dans l´état du Paraná, une colonie de la République polonaise. Les Italiens n´ont pas été si nombreux mais ils ont été très actifs. Aussi bien dans la ville de Curitiba, la capitale de l´état, que dans les alentours, ils ont demontré une très grande vitalité dans l´organisation des associations culturelles et il est possible d´en reconnaître les conséquences de nos jours.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Paraná

Índice de palavras-chaves :

imigração italiana, Imigração Polonesa, Brasil, Paraná
Haut de page

Texte intégral

Migrantes polonesesAfficher l’image
Crédits : Museu da Imigração do Estado de São Paulo
  • 1 En 1913, le Brésil est divisé en cinq 'Brésils’, à savoir : Brésil septentrional, Brésil nord-orien (...)
  • 2 L´historien brésilien, Luiz Felipe Alencastro, dans une conférence à Fortaleza en 2009, a suggéré q (...)

1Dès la moitié du XIXe siècle, l´immigration au Brésil, telle qu´elle était présentée par le gouvernement impérial (1822-1889), était censée jouer des rôles bien précis, à savoir, assurer la colonisation de terres vierges, la production de denrées alimentaires de base, bref, développer les contrées rurales du pays. De plus, en catimini, les immigrants étaient appelés à régénérer la race brésilienne, c´est-à-dire, l'épurer de l´héritage indien et africain. Cependant, l´abolition de l´esclavage et la crise du café ont changé la donne et, à partir de 1886, le Brésil1 devient un pays d'immigration de masse. La politique de l´État fédéral attire des immigrants en finançant les déplacements depuis les ports européens. L´État de São Paulo en fait autant. Pour l´élite pauliste, il n´a pas été tout simplement question de «remplacer la main d´œuvre esclave», mais notamment d´assurer l´expansion de la production de café déjà en cours en profitant de la diaspora européenne qui rendait bon marché la venue d´immigrants d´outre-Atlantique2. Pourtant, l´immigration deviendra un phénomène moins national que l´on pourrait le croire, comme le montre le tableau suivant :

Population étrangère dans le Brésil méridional, 1872-1920

Année

État

1872

1890

1900

1920

São Paulo

Pop totale

Pop étrangère

Pop étra/Pop totale SP (%)

Pop étra SP /Pop étr Br (%)

837.354

29.622

3,53

7,75

1.384.753

75.030

5,41

21,35

2.282.279

529.187

23,18

49,24

4.592.188

833.709

18,15

55,07

Paraná

Pop totale

Pop étrangère

Pop étra/Pop totale PR (%)

Pop étra Pr/ Pop étra Br(%)

127.322

3.627

2,84

0,95

249.491

5.153

2,06

1,76

327.136

45.134

13,79

4,22

685.711

63.110

9,20

4,16

Santa Catarina

Pop totale

Pop étrangère

Pop étra/Pop totale SC (%)

Pop étra SC/ Pop étra Br(%)

159.802

15.974

9,99

4,18

283.769

6.198

2,18

1,76

320.289

32.146

10,03

2,99

668.743

32.138

4,80

2,12

Rio Grande do Sul

Pop totale

Pop étrangère

Pop étra/Pop totale RS (%)

Pop étra RS/ Pop étra Br(%)

446.962

41.725

9,33

10,92

897.455

34.765

3,87

9,89

1.149.070

140.854

12,25

13,10

2.182.713

154.623

7,08

10,21

Pop étrangère Brésil

Pop étra totale Brésil Méridion

Pop étra BM/Pop étra Br (%)

382.041

90.948

23,80

351,3121

121.146

34,46

1.074.5111 747.321

69,54

1.513.635 1.083.580

71,58

Brésil (pop totale)

Pop étra Br/Pop totale Br (%)

9.930.478

3,85

14.333.915

2,45

17.438.434

6,16

30.635.605

4,94

1.Ce chiffre comprend les étrangers ayant acquis la nationalité brésilienne, ce qui n’est pas le cas pour les recensements de 1872 et de 1920 où ces données sont présentées séparément. Voir IBGE, Série Nacional, vol. I, Rio de Janeiro, 1956, p. 1

SOURCE : Tableau réalisé par l´auteur à partir de données de l´IBGE. Directoria Geral de Estatística, [187?] -1930, Recenseamento do Brazil 1872-1920; IBGE, Censo Demográfico 1940-2010. Até 1980, dados extraídos de Estatísticas do Século XX, Rio de Janeiro, 2007 no Anuário Estatístico do Brasil 1995. Rio de Janeiro: IBGE, v. 55, 1995. IBGE, Censo Demográfico 1972/2010.

  • 3 Le territoire du Brésil méridional fait environ 800 milles km², soit 10% du territoire brésilien ou (...)
  • 4 Rappelons-le: 55,07% de tous les étrangers au Brésil en 1920 résident dans l’état de São Paulo, la (...)

2Le tableau ci-dessus est riche d´enseignements. D´abord, l´on s´aperçoit que la proportion de la population étrangère dans le Brésil méridional3 dépasse la moitié de la population étrangère résidante dans le pays dès l´année 1900, tournant aux alentours de 70%, soit 7 sur 10 étrangers. Même si l´on exclut l´État de São Paulo, où l´immigration italienne était sans pareille, les étrangers représentent en moyenne plus de 10% de la population totale dans chacun des États du sud en 1900 – 13,79% au Paraná, 12,25 au Rio Grande do Sul et 10,03 dans le Santa Catarina – ce qui est deux fois la population étrangère au Brésil, de l’ordre de 6,16% cette année-là. En ce qui concerne l´État de São Paulo, cette réalité est encore plus frappante puisque sa population étrangère représentait 23,18% de sa population totale en 1900 et 18,15% en 1920, ce qui est encore une fois largement supérieur aux 6,16% d´étrangers sur la population brésilienne totale cette même année 19204. En résumé, comme nous l’avons dit, l’immigration au Brésil ne s’est pas répartie de façon homogène dans tout le territoire. Au contraire, elle s’est cantonnée dans le Brésil Méridional, notamment entre les années 1900 et 1920, même si l’on en exclut les descendants.

3L´immigration qui s´est dirigée vers l´État de São Paulo a été située à l´intérieur de la "crise du Brésil rural", selon l’expression créée par le sociologue José de Souza Martins (1973). À titre d´exemple, le travail de la "Sociedade Promotora de Imigração" a consisté à organiser l´embauche et l´acheminement des quelques 120 000 italiens vers les plantations de café entre 1880 et 1890, parmi les 330 000 qui sont arrivés à la ville de São Paulo à la même époque (Alvim, 2000). Voici pourquoi, lorsqu´on étudie les travaux classiques des historiens sur cette période (Petrone, 1978 ; Biguelman, 1981), il y a un rapport très étroit entre le manque de main d´oeuvre pour le café et l´immigration, ceci expliquant cela. Depuis lors, ce modèle a été nuancé.

  • 5 La population italienne dans la ville de São Paulo était déjà à 34,2% en 1893. En 1934, bien des an (...)
  • 6 Il suffit de faire une rapide recherche sur l´internet pour se rendre compte du nombre réduit d´étu (...)

4En 1905, le poids de la communauté d’origine italienne dans la ville de São Paulo est estimé à 50% de la population totale, soit 150.000 milles individus5. Bertonha (1999), Biondi (2010) et Hall (2010) affirment sans équivoque : le mouvement ouvrier brésilien à São Paulo est un produit typiquement italien aussi bien dans les premières décennies du XXe siècle que dans la période de l´entre-guerres. Par ailleurs, l´immigration vers les autres états du sud du Brésil ne peut pas être comprise dans le cadre de la crise du café ou encore de la fin de l´esclavage. Au lieu de travailleurs, les états méridionaux ont consciemment attiré des paysans-colons Allemands, Polonais ou Italiens dans le but général d´occuper les terres dites vierges et d´augmenter la production de denrées alimentaires. A la fin des années 1920, les immigrants européens dits "blancs, paysans et résignés" et leurs descendants avaient transformé radicalement la structure économique, sociale et foncière dans ces états. Essayons de comprendre cela à partir de l´un des états le moins étudié, le Paraná6 .

L´immigration au Paraná

  • 7 La “comarca” est une espèce de région à l´intérieur de la province. A cette époque, la “comarca” du (...)
  • 8 9 Ce secteur a pu bénéficer du savoir-faire des immigrants allemands qui ont bâti la métallurgie (...)

5L´état du Paraná a une histoire assez différente des autres états brésiliens. D´abord, parce que son émancipation, c´est-à-dire, sa création, est très tardive. Le Paraná ne se constitue en état qu´en 1853. Jusqu´à cette date, il était la 5ème “comarca”7 de l´état de São Paulo. En deuxième lieu, parce qu´il n´y a pas eu, jusqu´au XXe siècle, d´exportation de produits agricoles vers les pays européens. En effet, ce n’est que grâce à l´exportation du maté vers l´Argentine, le Chili et l´Uruguay, à partir de 1840, qu´une bourgeoisie locale s´est constituée. L´exportation du maté impliquait aussi le début de l´industrialisation (la métallurgie8 ou encore l´industrie du bois), encourageant ainsi le marché local et même la formation d´une toute petite classe ouvrière. En outre, l´esclavage n´a pas joué un rôle déterminant dans le développement économique local. En effet, 76,6% des propriétaires terriens ne se servaient pas de cette main d´oeuvre pour l´agriculture. De même, 82,9% des membres de l´élite urbaine ne possédaient pas d´esclaves, ce qui démontre que l´on ne comptait pas sur l´esclavage pour le travail domestique, ce qui a rendu possible le développement du marché du travail bien avant l´abolition (Gutierrez, 2006, pp. 105-109). En 1858, le nombre d´esclaves était de 8.493 individus, soit à peine 14% de la population totale. En 1890, au lendemain de l´abolition, la population noir était estimée à 5,17% (soit environ 13 milles individus) sur les 249 milles habitants de l´état. Finalement, en comparaison avec les états de Santa Catarina et du Rio Grande do Sul, pour l´année 1872, le Paraná n´est pas le plus petit en territoire, mais pourtant c´est bien le moins peuplé. Il ne compte que 127.000 habitants, contre 159.000 en Santa Catarina et 446.000 au Rio Grande do Sul (Recensement du Brésil, 1872).

  • 9 Nous avons deux sortes de documents produits par l´exécutif local entre 1854 et 1914. D´abord, les (...)

6Le premier Président de l´état, Zacarias de Góis (1815-1877), au lendemain de l´émancipation de 1854, affirmait qu´il fallait « remplir de population le territoire » et que « l´européen y trouvera un climat proche à celui de son pays natal » (Relatório, 1854 : 62)9. L´analyse de ce document montre que le remplacement de la main-d´oeuvre esclave, l´un des arguments centraux des élites paulistanaises, n´y figure pas. Au contraire, c´est bien la nécessité de peupler l´état la question sur laquelle le discours politique est fondé. Dans le « Rapport » de 1858, (p. 21-22), il est question d´attirer des paysans européens « laborieux et de bonnes moeurs » toujours dans le but de peupler l´état afin d´y produire des denrées alimentaires de base.

7Bien qu´il soit possible de multiplier les exemples signalant les problèmes qui entravaient la vie quotidienne des immigrants dans cette deuxième moitié du XIXe siècle, les flux se font plus réguliers dès 1870. Il s´agit là d´une immigration spontanée et qui ne sera soutenue par le gouvernement local que de manière très ponctuelle. À titre d´exemple, le président du Paraná entre 1875 et 1877, Lamenha Lins soutient financièrement chaque immigrant arrivé, stimule la création de nouvelles colonies aux alentours de la ville de Curitiba et les entretient. Le phénomène de l´immigration s’accentue à la proximité de l´abolition de l´esclavage et de la proclamation de la république, soit vers les années 1880. Pour faire bref, jusqu´à l´année 1911, lors de la fondation de la colonie de Carambeí par des immigrants Néerlandais, à peu près 83 milles immigrants se seraient installés dans une centaine de colonnies créées à cet effet, aussi bien par le gouvernement local que par le gouvernement fédéral. Parmi les groupes les plus importants, nous avons  les Polonais (42%), les Ukrainiens (14%), les Allemands (13%), les Italiens (9%), les Russes (4%), les Français (2,5%),  les Autrichiens (2,5%) et les Néerlandais (1,2%). L´installation dans les lots de terres réservés à cet effet, impliquait, par contrat, le déboisement de la forêt dans les six mois qui suivaient l´arrivée, la construction de la demeure, le début de l´activité agricole et la construction des voies de communication. Il va sans dire que l´échec a largement dépassé le succés dans les premiers temps. Néanmoins, le grand nombre d´immigrants polonais et ukrainiens qui ont réussi le pari fera du Paraná l´état brésilien le plus marqué par la culture slave. Essayons à présent de comprendre les conséquences de ce fait.

L´Immigration polonaise au Paraná

  • 10 Il s´agit lá d´une colonie mixte, fondée par 950 familles d´Ukrainiens et de 550 familles de Polona (...)
  • 11 Il est à signaler ici qu´il s´agissait d´une colonie mixte, avec des immigrants ukrainiens et polon (...)

8L´instauration de la République au Brésil coïncide avec les grands flux d´immigrants polonais qui se sont produits entre les années 1890 et 1914. Tout au long de ces années là, notamment entre 1890 et 1894, la période dite de la « fièvre brésilienne », 96.116 Polonais sont arrivés au Brésil, par le port de la ville de Rio de Janeiro - pour ensuite être acheminés vers les divers états du sud du pays (Oliveira, 2009). Le Paraná, à lui seul, aurait reçu 35.116 immigrants polonais. Des nombreuses colonies ont été créés. Les plus importantes étaient celles de Prudentópolis (8.000 colons)10, Cruz Machado (5.000 colons), Rio Claro (3.425 colons), d´Eufrosina (1.475 colons), São Mateus (1.225 colons), Nova Galícia (1.150 colons, des Polonais et des Ukrainiens confondus)11, d´Apucarana (1.000 colons). On aurait tort cependant de voir dans la politique d´immigration mise en place par la jeune République les raisons de l´arrivée des immigrants, surtout parce tout au long des « années 1890, les interventions au Congrès National visant à retirer au gouvernement fédéral la prérogrative de légiferer et d´agir en matière d´immigration se multiplient » (Ramos, 2004, p. 78).

Immigrants polonais du Paraná

Immigrants polonais du Paraná

Sans date, Museu da Imigração do Estado de São Paulo, Acervo Digital

  • 12 Dans sa structure, il y avait un directeur générale et des inspecteurs affectés à chaque état du pa (...)
  • 13 Durant ces années, il n´y avait pas de politique locale d´immigration à proprement parler. En consé (...)

9Le 15 avril 1907, grâce au décret 6.455, l´Union crée l´agence publique « Service de Peuplement du Sol National »12. Le but principal était d´attirer des colons et des travailleurs agricoles. Il s’agissait également d´orienter les « flux migratoires » vers les colonies et d´y combiner les immigrants et les « nationaux », entre autres. En ce qui concerne le Paraná, l´action du « Service » est fort importante. Entre 1908 et 1914, sur un total de 12.330 polonais établis au Paraná, 9.880 vivaient dans les 9 colonies créés ou passées sous contrôle de l´Etat. A titre d´exemple, la colonie de Cruz Machado, où il y avait 5.000 Polonais, est restée sous contrôle de l´Union pendant 14 ans et 5 mois13. Enfin, l´immigration polonaise au Paraná a fini par produire des contours sociaux très particuliers, bien au-délà des visions qui les présentent comme étant arriérés, trop catholiques et peu enclins aux activités urbaines et intellectuelles. Voyons cela de plus près.

Les écoles polonaises

  • 14 Il s´agit là du Décret nº 406, du 4 mai 1938. Disponible en ligne sur le site de la Chambre de Dépu (...)

10Dans les écoles polonaises établies dans les états du sud vers la fin du XIXe siècle, l´enseignement était pratiqué entièrement en langue polonaise. En 1913, il y avait 80 écoles pour 2.735 elèves. En 1921, à la suite de l´installation du premier consulat polonais à Curitiba, deux associations d´écoles ont été créées. La première – Kultura – rassemblant les écoles laïques. La deuxième – Oswiata – rassemblant les écoles religieuses (en l´occurrence, catholiques). En 1922, les deux associations comptaient au total 109 groupements scolaires, soit 75% du total des écoles installées dans les trois états du sud du pays. En 1924, on dénombre 145 écoles primaires polonaises où 5.988 elèves suivaient des cours reguliers. Au Paraná, il y avait 79 de ces écoles avec 3.623 elèves, soit 54% de tous les étudiants et 60% de toutes les écoles. C´était l´état le mieux desservi par les services d´éducation alors qu’il n’avait accueilli que 36,4% de tous les immigrants polonais. Ainsi, à la fin des années 1930, lorsque le gouvernement Vargas organise la « Campagne de Nationalisation »14, dont le but affiché était de combattre les soit-disant enclaves ethniques, notamment par l´interdiction de l´usage des langues étrangères dans les lieux publics et dans tout établissement d´enseignement privé ou religieux, le nombre d´écoles était monté à 620, démontrant la force des diverses communautés d´origine polonaise dont les individus (immigrants, fils et petits fils) avoisinaient les 300 milles individus.

Les associations culturelles, sportives et la presse

  • 15 Né en 1746 et mort en 1817. Il s´agit d´un héros de la Pologne et de la Lituanie, ayant lutté pour (...)
  • 16 L´association a joué un role particulièrement important lors de l´organisation du Premier Congrés d (...)

11Les immigrants polonais ont organisé des associations sportives et culturelles et ont mis en circulation plusieurs quotidiens. L´une des premières associations sportives, fondée en 1890, a été la « Société Polono-Brésilienne Tadeusz Kosciuszko»15. L´association prétendait lutter contre « l´éloignement des émigrés polonais du monde civilisé »16. En outre, elle gérait une école, une chorale (pour les enfants) et un groupe de musique. En 1898, des immigrants polonais ont fondé la « Société de Gymnastique Faucon ». Le nom "faucon" vient des associations de même type qui existaient à Cracovie et à Lwov. Les deux associations cachaient des activités para-militaires au sein des centres d´éducation et de gymnastique. Leurs membres portaient des uniformes de type militaire et les modalités sportives, cultivées à l´époque, soit le tir, l´escrime et les randonnées, sont, à cet égard, très révélatrices des objectifs militaires de l´association. Le mouvement associatif à Curitiba était tellement intense qu´en 1924, des immigrants polonais de tous bords ont mis en place « l´Union Centrale des Polonais du Brésil ». L´objectif de cette nouvelle organisation était de réunir aussi bien les deux associations d´écoles que toutes les associations culturelles et sportives dans le but non avouée d´y créer une colonie dans le sens impériale du terme.

Maison polonaise reconstruite dans Parque Joao Paulo II de Curitiba

Maison polonaise reconstruite dans Parque Joao Paulo II de Curitiba

Hervé Théry 2014

  • 17 Anuário Estatístico do Brazil. 1908-1912. Rio de Janeiro: Directoria Geral de Estatistica, v. 1-3, (...)
  • 18 Il s´agit en effet de l´un des premiers quotidiens de ce genre à avoir été mis en circulation au Br (...)
  • 19 « Comme leurs homologues [Italiens et Allemands], ils fondaient leurs espoirs sur la formation des (...)

12Pour la grande période comprise entre 1892 et 1941, il y avait 61 quotidiens en langue polonaise publiés au Brésil17. Parmi ceux-là, 28 ont été mis en circulation à Curitiba, la capitale du Paraná. Quelques uns n´ont été édités que pendant quelques semaines, mais d´autres, tels que le Gazeta Polska, ont été édités regulièrement entre 1892 et 1941. Le fait à retenir n´est tout simplement pas le nombre de quotidiens mais aussi leur diversité. À titre d´exemple, nous avons le journal satirique « Le Petit Diable Paranais » (1897-98)18 ou encore « Le Nettoyeur » dont le but était de laver la « sale bouche des diables paranais ». Enfin, comme nous avons indiqué plus haut, à la veille de la reconquête de l´indépendance en Pologne (vers la fin des années 1910), des nationalistes polonais ont évalué très positivement le potentiel à la fois « colonisateur » et « révolutionnaire » des émigrants partis au Brésil et ont même songé à y fonder une colonie19.

  • 20 Nous pensons notamment aux travaux de Wachowski (1981; 1999).

13Le nombre, les formes d´organisation nous révèlent que la communauté polonaise était loin d´être homogène, exclusivement rurale ou entièrement catholique, comme elle est souvent décrite par l´historiographie brésilienne20 21. En conséquence, toute tentative de présenter les immigrants polonais comme de simples paysans empêchent de dévoiler les conflits entre les divers membres de la communauté elle-même, entre ceux-ci et d´autres communautés d´immigrants – comme ce fut le cas entre les immigrants polonais et ceux originaires de l´Allemagne – ou encore le rôle qu´ils ont joué, parfois à leur insu, au sein des mouvements indépendantistes organisés dans la « Pologne occupée ».

L´immigration italienne

  • 21 Selon l´Ambassade de l´Italie au Brésil, en 1999, il y avait 14 millions de descendants d´Italiens (...)
  • 22 Le plus connu étant celui de Santa Felicidade, qui se présente également comme le quartier touristi (...)

14L´immigration italienne au Paraná n´a pas été très significative, surtout lorsqu´on la compare avec le nombre d´immigrants de cette même nationalité qui s´est dirigé vers les états de São Paulo (1,2 millions) et du Rio Grande do Sul (100 milles)21, bien qu´elle soit comparable à celle à destination de Santa Catarina. L´immigration italienne au Paraná débute dans les années 1870. A cette époque, les autorités locales faisaient des concessions à des enterprises privées pour que celles-ci introduisent des immigrants sur le territoire national. Cette première phase a réussi à faire venir des Italiens qui se sont installés sur le littoral de l´état (la colonnie d´Alexandre). Le climat, les conditions topographiques et le manque d´appui expliquent l´échec de ces premières expériences. Mais la politique menée par le Président Lins – dont on a vu les résultats pour les polonais – a aussi bénéficié aux Italiens. Ce fut également autour du vieux centre de la ville de Curitiba que se sont développées les nouvelles colonies, aujourd´hui des quartiers que l´on peut considérer comme des "petites italies"22. Jusqu`à la fin du XIXe siècle, d´autres colonnies ont été créés aux alentours de la ville de Curitiba: Novo Tirol, Antonio Rebouças, Antonio Chaves, Eufrásio Correa, Presidente Faria, Antonio Prado et Muricy et Inspetor Carvalho. En gros, jusqu´au début de la Grande Guerre, on estime que 30 milles italiens entrèrent dans le territoire du Paraná venus directement de l’Italie ou bien des états brésiliens voisins. Ils étaient initialement ou sont devenus par la suite des agriculteurs à part entière.

  • 23 Cette association a fonctionnée entre 1905 et 1918 lorsque, sous la pression des décrets du gouvern (...)

15Dès la fin du XIXe siècle, les colons italiens installés à Curitiba ont demandé aux autorités locales la création d’écoles. En 1900, des Italiens ont crée la "Società Italiana de Mútuo Soccorso Vittorio Emanuelle II".  En 1883, des immigrants italiens ont créé à Curitiba la « Societá Giuseppe Garibaldi », en hommage au héros des deux mondes. Le but de l´association était de réunir tous les Italiens habitant la capitale et les alentours, d´enseigner la langue italienne et de diffuser la culture italienne. À ce titre, il est intéressant de signaler que lors de l´inauguration, les immigrants ont écouté la « Marche Royale Italienne » à côté de l´hymne national brésilien. Enfin, en 1905, la “Società Italiana de Mútuo Soccorso Christoforo Colombo”, fondée par des immigrants installés dans la colonie d´Alfredo Chaves, proche de Curitiba23, était responsable pour une école destinée exclusivement aux fils des immigrants italiens. A la différences des écoles polonaises ou ukrainiennes où, règle générale, l´usage de la langue portugaise était très rare, dans ces écoles, l´enseignement était bilingue.

16L´église catholique a joué un rôle très important dans la trajectoire des divers groupes d´immigrants au Brésil et cela n´a pas été différent chez les Italiens. Les curés ont participé de forme très active à la vie sociale. Ils ont organisé des écoles et ont cherché à garder leur main mise sur les immigrants. Pereira (2002, p. 174), ayant étudié une petite ville fondée par des immigrants italiens dans la zone rurale de São Paulo, nous en parle dans ces termes :

« .... mais il faut mettre en évidence dans quelle mesure l´Église joue un rôle non négligeable de résistance au processus d´acculturation et d´assimilation du groupe éthnique. Sur le fond, elle contribue à inculquer chez les colons des sentiments à la fois ambigus et proches, entre le catholicisme et l´italianisme ».[notre traduction]

  • 24 Il ságit d´une étude faite dans la ville de Prudentópolis (Paraná). Le dernier recensement fait où (...)

17Pereira (2002) affirme encore que les membres de l´Église n´étaient pas tout à fait conscients de l´ambiguité de leurs comportements. A l´evidence, il semble qu´ils réagissaient assez mal aux changements sociaux qui pourraient, d´après eux, remettre en cause les fondements de la foi catholique. Toutes proportions gardées, nous avons trouvés des situations semblables chez les immigrants italiens du quartier italien de Santa Felicidade à Curitiba. Autour de l´Eglise, c´est l´école – et la transmission de valeurs catholiques - qui a vu le jour, rendant l´intégration lente, voire indésirable. Mais ici, des différences par rapports aux immigrants polonais et ukrainiens sont à signaler. D´abord, ces derniers avaient quitté l´Europe à l´époque de la domination prusse, russe ou austro-hongroise. Ainsi, le sentiment de nationalité, qui n´avait pas cessé d´exister, avait quand même trouvé dans le catholicisme le plus fort point d´ancrage. En ce qui concerne les urkrainiens de la ville de Prudentópolis (dans la campagne du Paraná), Guérios (2007, pp. 279-280) affirme que le sentiment d´appartenance des immigrants urkrainiens à la communauté orthodoxe a été encore plus important que le sentiment de nationalité, ce qui a rendu ce groupe très résistant à l´intégration, et cela au moins jusqu´au début de la Deuxième Guerre24. Il en va de même pour les Polonais. Par conséquent, lorsqu´on les dit (Polonais et Ukrainiens) « trop catholiques », il faut tenir compte que le catholicisme va de pair avec le sentiment d´appartenance à la communauté locale, voire à la nation finalement libérée, ce qui n´était absolument le cas pour les immigrants italiens.

  • 25 A la suite des grèves ouvrières qui ont eu lieu en 1917 à Curitiba, les leaders - trois immigrants (...)

18Suite à l´avénement de la République, les immigrants italiens à Curitiba ont été surpris par l´activité politique des quelques membres de la colonnie de Santa Felicidade. Ils ont été convaincu qu´il fallait s´inscrire au Parti Libéral sous prétexte que cela leur éviterait le service militaire. Pour en comprendre l´intérêt sur le plan politique, il faut savoir que la Constitution brésilienne octroya, par défaut, la nationalité à tous les fils d´immigrants. La nationalité étant acquise, il était possible de quitter le foyer communautaire et de tenter sa chance dans le monde de la politique, renforçant par là le processus d´intégration. Cela est significatif car l´intérêt par la politique a été différent pour chaque groupe d´immigrants et a également varié en fonction de l´idéologie affichée25. Cela a varié en fonction de la ville où ils s´étaient installés, mais aussi en fonction des métiers et des activités commerciales choisis. En ce sens, à Curitiba, malgré le catholicisme qui leur était commun, les Italiens ont établi des rapports sociaux avec les « nationaux » bien plus fréquemment que les Polonais.

  • 26 Il s´agit là d´un dialecte parlé dans la région du Veneto, dans le nord de l´Italie.
  • 27 Il est intéressant de noter que les membres de la communauté de la ville de Colombo continuent à op (...)

19Par ailleurs, la participation des immigrants italiens dans le secteur du commerce et des activités industrielles dans l´état du Paraná était de l´ordre de 11,2% du total, ce qui n´est pas négligéable quand on sait qu´ils étaient à peine 10% de la population immigrante (Balhana, 1987, p. 130). L´exemple de la communauté italienne, installée dans la colonie d´Alfredo Chaves (municipalité de Colombo, 25 km de la ville de Curitiba), montre bien les différents parcours migratoires. Entièrement fondée par les immigrants italiens à la fin du XIXe siècle, Colombo est resté une ville italienne tout au long du XXe siècle. En effet, en 1909, Francisco Busatto devient le premier immigrant italien à devenir maire de la ville. En 1999, la mairie de Colombo créa le "Circuit Italien de Tourisme Rural", dans une stratégie à la fois commerciale et touristique de mise en valeur de l´histoire et de la gastronomie locale d´origine italienne (Candiotto, 2009). Enfin, dans ce début du XXIe siècle, la ville de Colombo comptait deux associations ethniques où il était question de l´enseignement du talian26 et de l´organisation des fêtes populaires (Oliveira et al., 2014) 27.

Conclusion

20La période la plus fructueuse pour les divers mouvements associatifs organisés par les immigrants au Brésil se situe entre les années 1910 et 1937. Cela est vrai pour le Paraná mais aussi pour n´importe quel état du sud du pays. Lorsqu´on examine la presse, les mouvements de grèves, les associations sportives ou culturelles, on se rend compte que les communautés d´immigrants sont très actives et que leur formes d´organisation dépassent largement l´image de paysans colons ou des travailleurs agricoles que la société nationale leur assignaient. Les événements qui avaient lieu en Europe au début du XXe siècle, les conflits à l´intérieur des pays concernés, les migrations vers d´autres nations américaines, rien de cela n´échappa à de nombreux nouveaux venus. D´autre part, les diverses communautés italiennes se sont montrées capables de s´intégrer et de garder des traditions ethniques, encore très présentes de nos jours.

  • 28 Encore de nos jours il n´y a pas de livre ayant pour titre « L´histoire de l´immigration au Brésil  (...)
  • 29 Durant les années 1950, l´une des grands thèmes – en termes sociaux et scientifiques – est le preju (...)

21Les trajectoires des diverses communautés d´immigrants indiquent qu´au début, elles ont été confrontées à la non-assistance et qu´à la fin elles ont expérimenté la négation de l´identité. Si l´on prend en considération les immigrants italiens, allemands ou encore les immigrants ukrainiens qui sont arrivés au Brésil, et notamment au Paraná, nous les retrouvons à cheval entre l´Europe et l´Amérique, notamment dans la ville de Curitiba, très multiculturelle et très marquée par les divers groupes d´immigrants européens au début du XXe siècle (Oliveira, 2012). Néanmoins, pour la société d´accueil, ils demeuraient des immigrants et ne furent jamais considérés comme étant des émigrants. Dans l´ensemble, les politiques d´immigration mises en oeuvre par l´État brésilien étaient très libérales. L´immigrant était pensé principalement comme le rempart vers les contrés isolées et l´instrument de la colonisation. Mais ils étaient également censés se laisser assimiler, voire améliorer la « race brésilienne ». Malgré certaines actions effectivements engagées, la présence de l´Etat s´est bornée au plan juridique et ne s´est jamais attaquée aux besoins économiques, encore moins aux questions sociales (éducation, culture, etc.). . Il est certain que, depuis la fin du XIXe siècle, ici et là, il avait été question de colonies d´immigrants dites « trop homogènes ». Mais jamais, elles n’ont été considérées comme étant des menaces à la souveraineté nationale. Cependant au cours des années 1920 les politiques d´immigration sont devenues plus restrictives, mais c´est à partir des années 1930 que les préoccupations du gouvernement brésilien à l'égard des communautés étrangères dans les états du sud du Brésil présentent des changements importants. Diverses mesures sont prises en vue de la «nationalisation » des étrangers. La citoyenneté octroyée ne renvoyant pas à des grandes avantages, l´enseignement et le culte religieux ont été nationalisés de force et ressentis comme des agressions majeures. Ainsi, à la fin de la Deuxième Guerre, la place de l´immigration a été réduite et, à l´évidence, n´était plus qu´un sujet d´histoire restreint28 29. Les divers dangers – jaune, nazi ou fasciste – ayant été éliminés, l´immigration, en termes de sujet de recherche, céda la place aux conflits de classe et aux diverses formes de racisme29 30.

22En résumé, l´étude de la trajectoire des immigrants installés dans le région de Curitiba nous invite à poser un double regard sur le thème de l´immigration au Brésil. Elle permet encore aujourd´hui d'apporter des éléments nouveaux sur les rapports entre l´imaginaire figé de la société brésilienne et la diversité locale. En effet, il suffit de se promener dans n´importe quelle ville de l´état de São Paulo ou des états du sud pour se rendre compte de l´importance de l´immigration dans les diverses sociétés locales. Le sujet nous invite enfin à revenir sur la formation sociale des états méridionaux du Brésil et à en analyser les conséquences sociales, culturelles et économiques. A l´évidence, le temps est venu de rompre avec des images simplistes, qui nous conduisent à regarder la société brésilienne au singulier et de façon caricaturale.

23Remerciements: Cette recherche a pu compter sur le soutien financier du CNPq/Brasil. L´auteur tient à remercier à Olivier Compagnon, Géraldine Vaughan et Hervé Théry pour leur lecture et leurs apports à ce travail

Haut de page

Bibliographie

Alvim, Z. M. F. "O Brasil italiano (1880-1920)". In: FAUSTO, B. (org.). Fazer a América. São Paulo, 2ª ed., pp. 383-417, 2000.

Andreazza, M. L. Paraíso das delícias : estudo de um grupo de imigrantes ucranianos. Curitiba: Tese de Doutorado (Doutorado em História), UFPR, 1996.

Balhana, A."Italianos no Paraná". In: DE BONI, Luis A. (org.). Presença italiana no Brasil. Porto Alegre: EST; Turim: Fundazione Giovanni Agnelli, 1987, pp. 120-144

Bertonha, J. F. Sob a sombra de Mussolini: os italianos de São Paulo e a luta contra o fascismo, 1919-1945. São Paulo: Anablume, 1999.

Biguelman, P. A crise do escravismo e a grande imigração. São Paulo: Ed Brasiliense, 2ª ed., 1981.

Biondi, Luigi. "Imigração italiana e movimento operário: um balanço historiográfico". In: Carneiro, M. L. et. all. História do trabalho e histórias da imigração. São Paulo: EdUSP, pp. 23-48, 2010.

Bechellonni, A., Blanc-Chaléard, M-C., Deschamps, B., Dreyfus, M. & Vial, É. (SOUS LA DIRC.). (2007). Les petites italies dans le monde. Rennes: PUR.

Candiotto, L. Z. P. "A materialização do Circuito Italiano de Turismo Rural (CITUR), Colombo, Pr: verticalidades e horizontalidades e intencionalidades". Investigaciones geográficas, Boletín del Instituto de Geografia, nº 69, pp. 96-112, 2009.

Ferrarini, S. A. A imigração italiana na província do Paraná e o município de Colombo. Curitiba: Libero-Técnico, 1973.

Gabaccia, D. R et. Al "Émigration et construction nationale en Europe". In: Green, N. et Weil, F. Citoyenneté et émigration. Les politiques du départ. Paris, Ed EHESS, pp. 67-94, 2006.

Gluchowski, K. Os poloneses no Brasil. Porto Alegre: Rodzicz & Ordakowski editores, 2005.

Guérios, P. R. Memória, identidade e religião entre imigrantes rutenos e seus descendentes no Paraná. Rio de Janeiro: Museu Nacional, UFRJ (Doutorado em Antropologia Social), 2007.

Gutierrez, H. "Donos de terras e escravos no Paraná: padrões e hierarquias nas primeiras décadas do século XIX". História, vol. 25, nº 1, pp. 100-122, 2006.

Hall, M. M. "Entre a etnicidade e a classe em São Paulo". In: Carneiro, M. L. et. all. História do trabalho e histórias da imigração. São Paulo: EdUSP, pp. 49-64, 2010.

Martins, J. de S. Imigração e a crise do Brasil agrário. São Paulo: Pioneiras Sociais, 1973.

Martins, W. Um Brasil diferente. São Paulo: T.A. Queiroz, 1955.

Moletta, S. & Palú Filho, A. (2009). Italianos no Novo Mundo. Curitiba: Ed. Dos Autores.

Oliveira, M. de. "Origens do Brasil meridional: dimensões da imigração polonesa ao Paraná." Estudos históricos, vol. 22, nº 43, pp. 218-237, 2009.

____. “A cidade de Curitiba e os imigrantes alemães durante a Primeira Guerra Mundial, uma análise da imprensa local”. Cadernos do CERU, Série 2, vol. 23, nº 2, pp. 175-202, 2012.

Oliveira, M. de et al. (2014). “Imigrantes italianos pioneiros em Colombo (Pr-Brasil): ressonâncias nas esferas econômica e cultural.”. In: Carneiro, M. L. T & Hirano, S. Histórias migrantes. Um mosaico de nacionalidades e múltiplas culturas. São Paulo: Humanistas/FAPESP, pp. 289-319.

Pereira, João B. B. Italianos no mundo rural paulista. São Paulo: EdUSP, 2007.

Petrone, M. T. S. "Imigração". In: Fausto, B. (sob a dir.). História Geral da Civilização Brasileira. São Paulo: Difel, 2º vol., tomo III, 1978.

Ramos, J. de S. O Poder de domar do fraco: Construção de autoridade e poder tutelar na política de Povoamento do Solo Nacional. Niterói: EdUFF, 2004.

Wachowicz, R. O camponês polonês no Brasil. Curitiba: Fundação Cultural de Curitiba/Casa Romário Martins, 1981.

_____. "Aspectos da imigração polonesa ao Brasil". Projeções. Revista de estudos polono-brasileiros, Ano I, vo. I, pp. 10-31, 1999.

Haut de page

Notes

1 En 1913, le Brésil est divisé en cinq 'Brésils’, à savoir : Brésil septentrional, Brésil nord-oriental, Brésil central, Brésil oriental et Brésil méridional. L´état de São Paulo faisait alors partie du Brésil méridional. Cela a duré jusqu´en 1970, même si les dénominations ont changé en 1946, lorsque les anciens ‘Brésils’ furent transformés dans les actuelles ‘régions’. La ‘Région Sud’ perdit alors l´État de São Paulo au profit de la ‘Région Sud-est’.

2 L´historien brésilien, Luiz Felipe Alencastro, dans une conférence à Fortaleza en 2009, a suggéré qu´il aurait été également possible de faire venir des travailleurs du nord-est du Brésil pour remplacer la main-d'œuvre esclave.

3 Le territoire du Brésil méridional fait environ 800 milles km², soit 10% du territoire brésilien ou 35% du territoire argentin.

4 Rappelons-le: 55,07% de tous les étrangers au Brésil en 1920 résident dans l’état de São Paulo, la moitié dans la ville de São Paulo, ce qui contredit aussi la thèse ruraliste dde l’immigration pour le Café.

5 La population italienne dans la ville de São Paulo était déjà à 34,2% en 1893. En 1934, bien des années après la fin des grandes migrations, les Italiens étaient encore 8,2% de la population totale (Biondi, 2010, p. 25).

6 Il suffit de faire une rapide recherche sur l´internet pour se rendre compte du nombre réduit d´études sur l´état du Paraná par rapport aux états de São Paulo, Rio de Janeiro ou Rio Grande do Sul.

7 La “comarca” est une espèce de région à l´intérieur de la province. A cette époque, la “comarca” du Paraná était constitué des municipalités d´Antonina, Castro, Curitiba, Guaratuba, Lapa, Palmeira, Paranaguá et São José.

8 9 Ce secteur a pu bénéficer du savoir-faire des immigrants allemands qui ont bâti la métallurgie Müller dans le centre-ville de la capitale. Desaffectés dans les années 1950, les locaux abritent aujourd´hui le centre commercial « Müller ».

9 Nous avons deux sortes de documents produits par l´exécutif local entre 1854 et 1914. D´abord, les « Relatórios dos Presidentes da Província do Paraná » (Rapports des Présidents de la Province du Paraná). Ils ont été établis par les « présidents » et envoyés à l´Assemblée locale soit au futur « Président de la Province », à la fin de chaque année entre 1854 et 1889. Nous les désignons par le terme « Rapport », suivi de l´année en question. Ensuite, après l´avénement de la République (l´an 1889), les présidents de la province sont devenus les « gouverneurs de l´état ». Les « rapports » sont devenus alors les « Messages du Gouverneur de l´Etat » et ont été envoyés au « Congrés Législatif du Paraná » à la fin de chaque année entre 1892 et 1930. Nous les désignons par le terme « Message », suivi de l´année en question. Tous ces documents sont disponibles sur le site http://www.crl.edu/content/brazil/parn.htm.

10 Il s´agit lá d´une colonie mixte, fondée par 950 familles d´Ukrainiens et de 550 familles de Polonais. A l´heure actuelle, c´est bien l´exemple le mieux réussi de l´immigration slave au Brésil.

11 Il est à signaler ici qu´il s´agissait d´une colonie mixte, avec des immigrants ukrainiens et polonais, ce qui n´etait pas fréquent. C´est également le cas de la colonie de Prudentópolis.

12 Dans sa structure, il y avait un directeur générale et des inspecteurs affectés à chaque état du pays. Dorénavant, nous la désignons par le terme « Service ».

13 Durant ces années, il n´y avait pas de politique locale d´immigration à proprement parler. En conséquence, le gouvernement fédéral a finit par acheter des terres pour créer des colonies. Il a également repris au Paraná le contrôle de ses « terres publiques ».

14 Il s´agit là du Décret nº 406, du 4 mai 1938. Disponible en ligne sur le site de la Chambre de Députés au Brésil, www.camara.gov.br.

15 Né en 1746 et mort en 1817. Il s´agit d´un héros de la Pologne et de la Lituanie, ayant lutté pour l´indépendance de la Pologne contre l´Empire Russe en 1794. Émigré aux EEUU, il a également lutté pour l´indépendance de ce dernier pays.

16 L´association a joué un role particulièrement important lors de l´organisation du Premier Congrés de Polonais en Amérique du Sud et a encore servi de rempart pour l´organisation des 6.247 imigrants recensés dans la ville de Curitiba en 1890, à l´époque la première communauté derrière les « brésiliens ».

17 Anuário Estatístico do Brazil. 1908-1912. Rio de Janeiro: Directoria Geral de Estatistica, v. 1-3, 1916-1927.

18 Il s´agit en effet de l´un des premiers quotidiens de ce genre à avoir été mis en circulation au Brésil.

19 « Comme leurs homologues [Italiens et Allemands], ils fondaient leurs espoirs sur la formation des ‘colonies agricoles homogènes’ d´émigrants, surtout au Paraná brésilien où, selon Josef Siemiradzki, émergeait une nouvelle Pologne... » (Gabaccia et al, 2006, pp. 86-87).

20 Nous pensons notamment aux travaux de Wachowski (1981; 1999).

21 Selon l´Ambassade de l´Italie au Brésil, en 1999, il y avait 14 millions de descendants d´Italiens dans l´état de São Paulo et 5 millions dans l´état du Rio Grande do Sul. Revista Época, année II, nº 76, 1999, p. 118.

22 Le plus connu étant celui de Santa Felicidade, qui se présente également comme le quartier touristique de la gastronomie italienne dans la ville de Curitiba.

23 Cette association a fonctionnée entre 1905 et 1918 lorsque, sous la pression des décrets du gouvernement locale, elle a dû changer son status juridique pour devenir l´association catholique « Sociedade Catholica Italiana de Muttuo Soccoroso Christophoro Colombo ».

24 Il ságit d´une étude faite dans la ville de Prudentópolis (Paraná). Le dernier recensement fait où la nationalité a été demandé date de 1920. A cette époque, les immigrants dits « russes » représentaient 71,02% de la population totale.

25 A la suite des grèves ouvrières qui ont eu lieu en 1917 à Curitiba, les leaders - trois immigrants italiens, Octavio Prado, Caetano Grossi et Bartolo Scarmagnan - ont été arrêtés et expulsés du pays.

26 Il s´agit là d´un dialecte parlé dans la région du Veneto, dans le nord de l´Italie.

27 Il est intéressant de noter que les membres de la communauté de la ville de Colombo continuent à opérer des distinctions ethniques entre les descendants d´immigrants italiens et ceux qu’ils identifient par des "brésiliens".

28 Encore de nos jours il n´y a pas de livre ayant pour titre « L´histoire de l´immigration au Brésil ».

29 Durant les années 1950, l´une des grands thèmes – en termes sociaux et scientifiques – est le prejugé envers les noirs, même si l´idéologie presque officiel du métissage ménait encore à croire que le Brésil était un exemple a-typique des rapports raciaux harmonieux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Immigrants polonais du Paraná
Crédits Sans date, Museu da Imigração do Estado de São Paulo, Acervo Digital
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Maison polonaise reconstruite dans Parque Joao Paulo II de Curitiba
Crédits Hervé Théry 2014
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Márcio de Oliveira, « Visages du Brésil méridional : l´immigration polonaise et italienne au Paraná entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle », Confins [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://confins.revues.org/12032 ; DOI : 10.4000/confins.12032

Haut de page

Auteur

Márcio de Oliveira

Professeur Titulaire de Sociologie à l´Université Fédérale du Paraná, Brésil, marciodeoliveira62@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org