Navigation – Plan du site
Dossiê migração européia para o Brasil, século XIX e início do século XX

Penser l’histoire des migrations au Brésil dans une perspective globale

Pensar a história da migração no Brasil em uma perspectiva global
Thinking about the history of migration in Brazil from a global perspective
Géraldine Vaughan

Texte intégral

Rvista O Imigrante 2008Afficher l’image
Crédits : http://liasch.blogspot.com.br
  • 1  Pour une problématisation récente de la question des migrations et des identités nationales en Amé (...)

1Les trois articles réunis dans ce dossier montrent que c’est dans une histoire globale que s’inscrivent les migrations au Brésil au cours de la période contemporaine. Ainsi, quand les lois américaines restreignant l’immigration sont adoptées dans les années 1920, l’Amérique latine et la France deviennent les deux principaux réceptacles des flux migratoires européens et ce, jusqu’à la fin des années 1930 (Green, 2002, p. 48). Entre 1870 et 1930, deux à trois millions de migrants s'établissent au Brésil, mais l’explosion des flux migratoires au Brésil date vraiment de la fin des années 1880. L’abolition de l’esclavage en 1888 n’est qu’un facteur parmi d’autres de cet afflux, ainsi que le souligne Márcio de Oliveira, et on passe d’une moyenne de 35 000 immigrés par an jusqu’en 1886 à 133 000 pour l’année 1888 (Belich, 2009, p. 520). Dans les années 1890, ce sont plus de 1,2 millions de nouveaux-venus qui s’installent au Brésil et contribuent à une resémantisation des débats sur l’identité nationale1.

2Au cours de cette « fièvre brésilienne » (1890-1914), ce pays accueille des Européens d’horizons et de nationalités très divers, tant portugais (aux alentours de 5 000 par an à partir des années 1850), qu’italiens ou encore venus d’Europe centrale et orientale (c’est le cas au Paraná avec des immigrés russes, polonais, ukrainiens, allemands et autrichiens). Au vu de l’importance de ces immigrations – histoires d’hommes, de femmes et d’enfants –, les textes ici rassemblés invitent le lecteur à penser à neuf ces trajectoires, à rebours des clichés sur le remplacement de la main-d’œuvre servile ou de ceux sur la soumission des immigrés aux politiques de colonisation érigées par les Etats. Adoptant des perspectives différentes sur les phénomènes migratoires au Brésil, plusieurs axes communs semblent néanmoins se dégager. Il nous faudra replacer ces derniers dans un cadre plus global, en les comparant notamment aux flux migratoires britanniques de la même époque – phénomènes plus familiers à l’auteur de cette conclusion.

3Ainsi, deux grandes problématiques seront examinées : d’abord, le renouveau des études sur les types de migrants au Brésil, figures qui se distinguent des stéréotypes fabriqués par les contemporains et les premiers historiens de ces migrations. Ensuite, on observera les perceptions du rôle joué par l’Etat ainsi que différents acteurs (publics et privés) dans l’intégration de migrants dans une société brésilienne qui est avant tout plurielle et éclatée.

4Les nouveaux visages du migrant

  • 2 Le gouvernement brésilien mène ainsi une vigoureuse campagne de recrutement au début des années 187 (...)

5Il paraît clair que la motivation économique et les phénomènes de push (Márcio de Oliveira parle « d’expulsion » dans le cas des Italiens tandis que les Madériens étudiés par Nelly de Freitas sont frappés par une série de crises agraires) et de pull (politiques attractives menées par l’Etat brésilien entre autres) qui y sont associés demeurent un facteur central dans l’histoire des migrations à l’ère contemporaine. Néanmoins, les articles présentés revisitent les facteurs économiques comme celui du remplacement de la main-d’œuvre servile. Comme y insiste Márcio de Oliveira, il ne faut pas penser que l’afflux de migrants dans les années 1880 est uniquement la conséquence de l’abolition effective de l’esclavage en 1888 (après l’abolition de la traite négrière en 1850). Le cas du Paraná est exemplaire en ce que cet Etat n’a pas fondé son développement économique sur le recours à l’esclavage avec seulement un quart des propriétaires terriens recourant aux travailleurs serviles. En réalité, les immigrés viennent moins combler un vide démographique que mettre en valeur des terres en mal d’exploitation. C’est dans ce sens que l’on fait appel au colon-paysan, « blanc, paysan et résigné » (M. de Oliveira)2. Cette invitation fait écho aux appels des Dominions à destination des candidats au départ du Royaume-Uni à la fin du xixe siècle, réitérés en 1922 par l’ex-ministre canadien Sir Clifford Sifton (ministre de 1896 à 1905) – recherchant l’idéal d’« un paysan robuste… dont les ancêtres sont fermiers depuis dix générations, accompagné d’une femme vaillante et d’une demi-douzaine d’enfants ». Au Canada, la réalité de l’immigration blanche britannique est éloignée de cet idéal, comme en témoigne le recensement en 1931 qui révèle que seulement 10% des migrants ont une activité agricole.

  • 3 Voir le discours du 13 juillet 1914 transcrit dans Marc Bloch, L’histoire, la guerre, la résistance(...)
  • 4 Il serait intéressant ici d’établir un parallèle avec le « paradoxe » que constitue l’émigration éc (...)

6Cet écueil nous amène à poser une autre question : quel était le profil du migrant-type au Brésil à l’époque de la fièvre brésilienne ? Le cas le plus flagrant d’erreur de perception est assurément celui décrit par Nelly de Freitas qui démontre, au fil d’une enquête quasi-policière (mais l’historien n’est-il autre que le « juge d’instruction chargé d’une vaste enquête sur le passé » comme l’a dit si justement Marc Bloch ?)3, la manière dont certains contemporains et historiens se sont mépris sur la véritable identité des migrants « portugais » vers le Brésil. D’une manière générale, ces trois contributions donnent à voir la diversité du monde des migrants au Brésil. Ces immigrés aux visages multiples diffèrent de l’image-type d’un migrant jeune, célibataire, peu alphabétisé et aux racines rurales. Le cas des Portugais à Rio, étudié par Sébastien Rozeaux, est aux antipodes de ce stéréotype : en effet, ces hommes de lettres sont surtout issus de milieux artisanaux et marchands4. En outre, quant au statut familial de l’émigration, Nelly de Freitas dépeint le cas de migrations familiales où les enfants représentent près d’un tiers des passagers.

  • 5 Sur ce point, voir plus généralement Harper, 2005.

7Au sujet des Portugais de Rio, Sébastien Rozeaux note également qu’une partie des migrants retourne au Portugal, fortune faite ou non. Cette remarque met au jour une perspective qui intéresse l’histoire des migrations transnationales et dont l’étude s’est développée au cours des dix dernières années. Pour l’ensemble des migrations en Amérique latine, on estime en effet que près de 50% des migrants retournent (définitivement ou non) dans leur pays d’origine entre 1850 et 1950 (Foote et Goebel, 2014, p. 17)5. A l’évidence, ces retours changent la perception des migrations dans les sociétés de départ, et comme l’écrit l’historien Eric Richards au sujet du monde anglophone : « le vaste système de va-et-vient des migrants vint renforcer les liens, la connaissance et la familiarité des différentes composantes du système migratoire » (Richards, 2004, p. 214).

Le rôle des instances publiques et privées dans les flux migratoires

  • 6 On ne peut manquer de citer ici la très belle étude de David Fitzpatrick réalisée à partir des lett (...)

8Au nombre des facteurs pull, il faut aussi compter les campagnes de recrutement de migrants qui sont lancées tant par différents Etats brésiliens que par des sociétés mixtes ou privées. L’exemple de la Sociedade Promotora de Imigraçao (1880) cité par Márcio de Oliveira, qui émane du gouvernement de São Paolo, illustre le type d’aide financière apportée aux migrants (financement de voyage et/ou contrats de travail avec des firmes brésiliennes) et les partenariats qui peuvent exister entre pays destinataire et pays de départ. Différents agents sont envoyés par des instances publiques ou privées dans les « réservoirs » de main-d’œuvre afin d’attirer des partants pour le Brésil (en tenant des propos souvent « alléchants » comme le souligne Nelly de Freitas). Mais, comme le regrette Charles Expilly dès 1865 (cité par Sébastien Rozeaux), l’efficacité de ces agents et des campagnes de recrutement en Europe est d’une portée limitée. En réalité, ce qui attire les migrants, ce sont davantage les récits de ceux qui ont déjà migré – en d’autres termes, les réseaux familiaux et professionnels ont une plus grande efficacité que la propagande gouvernementale ou que celle des sociétés d’émigration. Cette remarque replace le migrant comme acteur au cœur du processus migratoire, et redonne au choix individuel toute son importance. C’est l’un des axes récents les plus féconds dans l’histoire des migrations, et l’attention portée à des sources jusque-là moins valorisées comme les correspondances privées ou les témoignages publiés dans la presse donne tout son sens à ce renouveau6. Repensées à partir de cet angle, les stratégies individuelles retrouvent une place dans le flot migratoire. Faire la part belle « à l’importance centrale du choix et de la décision individuels » dans l’acte d’émigration (Devine, 2011, p. 106) est un axe important des études historiques migratoires récentes. Ainsi, dans le cas de la diaspora irlandaise massive au xixe siècle, l’historiographie anglophone essaie aujourd’hui de considérer moins les migrants irlandais comme de simples victimes mais comme des acteurs de leur propre migration capables parfois d’user du système étatique d’assistance (Poor Law) pour financer leurs voyages − sans négliger toutefois la puissance des « forces structurelles de la société, de l’idéologie et de l’économie » comme le rappelle Tom Devine (Devine, 2011, p. 106).

9Venu des quatre coins d’Europe, le migrant intègre non pas une société brésilienne unie, comme le souligne très justement Márcio de Oliveira, mais plutôt des sociétés multiformes, qu’elles soient urbaines ou agricoles, marquées par les questions raciales et en quête d’identité. L’étendue des zones géographiques et la multiplicité des situations présentées par ces quatre articles témoignent de la diversité des situations auxquelles les nouveaux-venus devaient s’adapter. Existe-t-il des structures qui venaient en aide à ces migrants pour leur permettre d’intégrer le Brésil ? Parmi les exemples donnés par nos auteurs, on peut expliciter le rôle joué par les instances religieuses. Márcio de Oliveira insiste sur le rôle joué par l’Église catholique pour les migrants italiens et polonais. Au sujet des Italiens, l’Église apparaît même comme l’instigatrice d’une certaine résistance au processus d’intégration des migrants italiens – par crainte de perdre ses ouailles, l’Église privilégie l’italianisation à défaut de l’intégration dans la société d’accueil. Les débats sur le rôle joué par l’Église de Rome dépassent le cas brésilien ; la problématique se pose en des termes similaires pour la diaspora irlandaise catholique à la même période. A ce sujet, certains auteurs comme l’historienne Mary Hickman défendent la thèse suivant laquelle l’Église joue un rôle assimilationniste pour les Irlandais en « gommant » l’appartenance nationale et en rendant ses ouailles « respectables » afin de mieux les fondre dans un monde britannique (Hickman, 1995).

  • 7 Sur ce point, voir par exemple Tiffany D. Joseph (2015).

10De nombreuses autres pistes sont explorées par ces trois contributions, comme autant de cheminements empruntés par les migrants au Brésil au cours des deux derniers siècles, mais cette conclusion n’a pas pour ambition de les recenser exhaustivement. Suggérons simplement, pour finir, que l’étude des flux migratoires depuis le Brésil vers l’Europe ou les Etats-Unis – ainsi que les éventuels mouvements de retour qui y sont associés et constituent autant de vecteurs de transferts de savoirs, de pratiques ou de représentations7 – constitue également une piste de recherche féconde qui a commencé à être défrichée par les sciences sociales, mais dont une exploration systématique permettrait de mieux insérer encore l’espace brésilien dans l’histoire globale des migrations à l’époque contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Belich James, Replenishing the Earth. The Settler Revolution and the Rise of the Anflo-World, 1783-1939, New York, Oxford University Press, 2009.

Devine Thomas M., To the Ends of the Earth. Scotland’s Global Diaspora, Londres, Allen Lane, 2011.

Fitzpatrick David, Oceans of Consolation. Accounts of Irish Migration to Australia, Cork University Press, Cork, 1994.

Foote Nicola et Goebel Michael, Immigration and national identities in Latin America, Gainesville, University Press of Florida, 2014.

Green Nancy L., Repenser les migrations, Paris, PUF, 2002.

Harper Marjory, Emigrant Homecomings. The Return Movement of Emigrants 1600-2000, Manchester, Manchester University Press, 2005

Hickman Mary J., Religion, Class and Identity. The State, the Catholic Church and the Education of the Irish in Britain. Aldershot, Avebury, 1995.

Joseph Tiffany D., Race on the Move. Brazilian Migrants and the Global Reconstruction of Race, Stanford, Stanford University Press, 2015.

Richards Eric, Britannia’s Children: Emigration from England, Scotland, Wales and Ireland since 1600, Londres, Hambledon and London, 2004.

Haut de page

Notes

1  Pour une problématisation récente de la question des migrations et des identités nationales en Amérique latine en général, voir Michael Goebel, « Reconceptualizing Diasporas and National Identities in Latin America and the Caribbean, 1850–1950 » (Foote et Goebel, p. 1-27).

2 Le gouvernement brésilien mène ainsi une vigoureuse campagne de recrutement au début des années 1870 dans le sud de l’Angleterre et un millier de paysans anglais quittent le Warwickshire et le Gloucestershire entre mai 1872 et février 1873. Néanmoins cette entreprise échoue (les migrants se retrouvent dans des colonies isolées aux conditions insalubres, et beaucoup d’entre eux meurent) et conforte les Britanniques dans l’idée qu’il faut migrer vers les colonies anglophones (Richards, 2004, p. 189-190).

3 Voir le discours du 13 juillet 1914 transcrit dans Marc Bloch, L’histoire, la guerre, la résistance, texte édité par A. Becker et E. Bloch, Gallimard, Paris, 2006, p. 99-100.

4 Il serait intéressant ici d’établir un parallèle avec le « paradoxe » que constitue l’émigration écossaise à la même époque. Si l’Écosse est, à la différence du Portugal à la même période, fortement urbanisée et industrialisée, en revanche elle compte parmi les trois pays européens les plus touchés par l’émigration (avec la Norvège et l’Irlande). La surqualification des migrants écossais est reflétée dans les statistiques : par exemple, entre 1912 et 1914, les émigrants sont pour moitié des artisans, et pour un cinquième des cols blancs (voir Devine, 2011).

5 Sur ce point, voir plus généralement Harper, 2005.

6 On ne peut manquer de citer ici la très belle étude de David Fitzpatrick réalisée à partir des lettres échangées entre migrants australiens et familles métropolitaines (Fitzpatrick, 1994).

7 Sur ce point, voir par exemple Tiffany D. Joseph (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Vaughan, « Penser l’histoire des migrations au Brésil dans une perspective globale », Confins [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/12039 ; DOI : 10.4000/confins.12039

Haut de page

Auteur

Géraldine Vaughan

Maître de conférences à l’Université de Rouen, geraldine.vaughan@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org