Navigation – Plan du site
Resenhas

O mundo em nossas xícaras. Três séculos de café da manhã

Le monde dans nos tasses. Trois siècles de petit déjeuner
The world in our cups. Three centuries of breakfast
René Somain
Référence(s) :

Christian Grataloup, Le monde dans nos tasses. Trois siècles de petit déjeuner,

Armand Colin, 2017

Texte intégral

1Reproduzimos abaixo a introdução do livro (com o original em francês em anexo) e o sumário do livro. Ambas são escritos com tanta elegância e humor que tornam a resenha desnecessária.

O despertar do mundo

2O café da manhã é ao mesmo tempo familiar e desconhecido. Tomamos todos os dias, às vezes correndo ou tranquilamente na cama, muitas vezes na mesa da família, ocasionalmente, na frente de um bufê de hotel. Ele é modesto: ele não se incomoda com variações complexas e se parece muito de uma manhã para outra. No hotel, ele não tem menu, ao contrário de seus dois companheiros, almoço e jantar. Sua constância, sua banalidade parecem fazê-lo indigno de curiosidade.
De fato, ele não interessou muito historiadores, sociólogos, geógrafos e antropólogos. Nutricionistas lembrem regularmente que ele deve representar entre um terço e um quarto da ingestão diária de calorias. A literatura própria no café da manhã é quase inexistente, enquanto bibliotecas inteiras são consagradas à comida e à gastronomia. Na literatura sobre alimentos, livros de receitas, guias alimentares, tratas-se apenas de comida, simples ou requintada para o meio ou o final do dia. Nenhum chefe jamais ganhou estralas com o café da manhã.

  • 1 Pequeno almoço", em português do Portugal (nota do tradutor)

3No entanto, uma vez que se lhe dê atenção, a sua história é surpreendente. A primeira surpresa vem de sua juventude. O café da manhã tem menos de três séculos, enquanto outras práticas alimentares possuem veneráveis raízes. Seu próprio nome em francês, "petit déjeuner"1 é surpreendente porque não é um "almoço", nem "pequeno". Mais estranho ainda, ele é organizado em torno de bebidas quentes, chá, café, chocolate, produtos em nada locais. Nem os arbustos de chá, de café ou de cacaus crescem em latitudes temperadas. Como para o açúcar, que tem um lugar mais importante no café da manhã do que em qualquer outra refeição (bebidas adoçadas, compotas, doces, cereais), ele derivava até o início do século XIX quase inteiramente da cana-de-açúcar, também uma planta tropical.

Le Déjeuner, François Boucher, 1739

Le Déjeuner, François Boucher, 1739

Musée du Louvre

4O café da manhã seria um ritual diário ao qual os europeus foram iniciadas sob outras ceus, e que eles teriam feito seu? Difícil de acreditar, já que os céus eram muito diferentes: o cacau não é americano, enquanto o café é chá são africano e asiático? Os astecas não colocavam açúcar, que eles desconheciam, em seu cocoatl, nem os chineses em seu chai. Como o café, a sua degustação não era inicialmente matutina. A história do café da manhã é, desde o início, um assunto europeu.

5Mas ele é contagioso. Apesar de café da manhã poder assumir hoje várias formas, é raro que não há uma influência ocidental, nem que seja apenas uma xícara de café. O café da manhã permanece como a mais frequente das práticas alimentares no mundo da globalização. No mundo inteiro, nenhum hotel querendo parecer internacional, por menor que seja, pode dispensar a sua presença matutinal, embora o viajante ocidental às vezes possa ter alguma surpresa ...

6A epopeia discreta do café da manhã merecia ser contada. Seu nascimento não é um mistério: foi quando algumas famílias de Londres, Paris ou Amsterdam tomaram o hábito de beber todas as manhãs uma dessas bebidas exóticas conhecidas nas últimas décadas por aqueles que podiam pagar. O chá, o café e o chocolate, pelos quais a aristocracia e a grande burguesia urbana da Europa Ocidental se apaixonaram no início do século XVIII, vinham de longe e de maniera ainda aleatória. Estas bebidas eram então muito caras. O que poderia ter sido apenas uma moda passageira acabou sendo durável, não só entre os ricos, mas rapidamente também nas classes trabalhadoras urbanas e, no século XIX, em todas as sociedades ocidentais, e além. A invenção do café da manhã não saia do nada.

7A história de bebidas da manhã e do açúcar são enraizadas na história das especiarias e pode-se voltar assim, acreditava-se, até o Jardim do Éden. Para o café, açúcar de cana, chocolate e o chá, chegarem em xícaras europeias, teve que se construir rotas, segurar pontos de apoio, esmagar adversários, construir usinas, arrancar pessoas de suas sociedades originais para reduzi-los à escravidão, inovar nas tecnologia e nos sabores, nas grandes unidades de produção e nos objetos da vida cotidiana, roubar dos chineses o segredo da porcelana e as mudas de arbustos de chá.

8Foi necessário construir o mundo...

Affiche de Théophile Alexandre Steinlen, 1895.

Affiche de Théophile Alexandre Steinlen, 1895.

Table des matières

9Il était une fois en Europe au XVIIIe siècle ...

10Épisode 1. Vous avez dit "petit" déjeuner ?

11Une ambiguïté historique

12Naissance d'un repas mondialisé

13Épisode 2. Rompre ou débuter ?

14Une étymologie ou l'autre

15Un précédent romain

16Petit déjeuner et Révolution française

17Épisode 3. Le premier de la journée, mais le petit dernier de l'histoire

18L'opportunisme disqualifié

19Trois par jour

20Un repas différent des deux autres

21Épisode 4. Un repas solitaire dans un rythme collectif

22Avant le petit déjeuner

23Le réveille-matin sonne l'heure du petit déjeuner

24Une moindre convivialité matinale

25Épisode 5. L'envers du repas gastronomique à la française

26L'invention de la gastronomie, une histoire parallèle

27Un contexte favorable à l'émergence d'un nouveau type de repas

28Révolution bourgeoise à table

29Épisode 6. Quand le déjeuner devint petit, le Monde était devenu grand ...

30Trois parties du monde

31Trois dopants

32Des préparations proprement européennes

33Épisode 7 Mais il fallait contrôler la « route des Indes »

34Les compagnies des Indes orientales inventent la route du rhé

35Sucre et esclaves : les aléas des compagnies des Indes occidentales

36Les Indes, orientales et occidentales, aux sources du petit déjeuner

37Épisode 8. Thé, café et chocolat viennent-ils du Paradis ?

38Peu d'épices pour le petit déjeuner

39Un récit mythique pour des produits fabuleux

40Le Sud : une histoire d'épices et de petit déjeuner

41Breuvages et dégustations

42Épisode 9. Le café : un lève-tard

43Une plante domestiquée tardivement

44Dès la seconde moitié du xvii' siècle, l'Europe adopte le calé

45De la tasse à la plantation

46Épisode 10. Le thé, ce patriarche

47Le Camelia sinensis mérite bien son nom

48La route du chaï

49Occidentalisation du thé

50La fortune de Robert Fortune

51Épisode 11. Meilleur second rôle : le chocolat

52Un cocktail occidental

53L'invention de l'état solide mène à l'enfance

54Épisode 12. Le thé à la menthe, ou l'invention d'une tradition

55Un couchant en marge de la diffusion des boissons dopantes

56Du thé dans la menthe

57Épisode 13. La fabrique du petit déjeuner

58De la plantation au produit fini, une mécanisation progressive

59Préparer les boissons chaudes : convergence des pratiques et des objets

60Le grille-pain, une vedette des arts ménagers

61Épisode 14. La tasse, un objet-monde

62Un objet métis des routes de l'Ancien Monde

63La porcelaine européenne, fille des Compagnies des Indes

64L'Amérique et le chocolat ont fait tasse à part

65Délice du Nord, labeur du Sud

66Épisode 15. Le petit déjeuner en Europe, microcosme du M o n d e

67Trois boissons, trois entrées, trois régions

68Nord et Sud, matin contre soir

69Épisode 16. Le dopant de la Révolution industrielle

70Du paysan à l'ouvrier, de la soupe au thé sucré

71Au-delà du laboratoire anglais

72Petit déjeuner et chute des coûts de transport

73Épisode 17. Au dos de la cuillère : esclavage et plantations

74Diffusion tropicale du modèle de la plantation

75Le thé et le second âge de la plantation

76Épisode 18. Des croissants aux multinationales

77La boulangerie : le commerce de proximité par excellence

78Les doyennes des firmes agro-alimentaires

79Le café et le chocolat plus tardivement saisis par les firmes

80Les« céréales», comble de l'agro-alimentaire

81Épisode 19. Géopolitique du petit déjeuner

82Échec à l'OMC

83Le petit déjeuner, entre marché mondial et marché international

84Le commerce équitable à l'échelle du Monde

85Vers le « p'tit déj » soluble

86Épisode 20. Le règne du continental breakfast

87Urbain, public, aisé

88Les« Europes » hors d'Europe

89Amérique latine, Afrique du Sud, Russie : des pratiques à dominante européenne

90L'« Extrême-Orient » ou les limites de l'Occident

91Épisode 21. Mélanges et métissages du petit matin

92Loin du Monde, les campagnes africaines

93Résistances amérindiennes

94En Polynésie, le dimanche n'est pas mondial

95Le petit déjeuner européen n'est-il pas indien ?

96Épilogue. La fin du petit déjeuner ?

97Reconnaissance de dettes

98Crédit des illustrations du cahier hors texte

Haut de page

Annexe

Le petit déjeuner est à la fois familier et inconnu. Nous le retrouvons tous les jours, parfois en coup de vent ou paisiblement au lit, souvent à la table familiale, de temps en temps devant un buffet d'hôtel. C'est un modeste : il ne s'embarrasse pas de variations complexes et se ressemble beaucoup d'un matin à l'autre. À l'hôtel, il n'a pas de carte, à la différence de ses deux comparses que sont le déjeuner et le dîner. Sa constance, sa banalité semblent ainsi le rendre indigne de toute curiosité.

De fait, i1 n'intéresse guère les historiens, les sociologues, les géographes ou les anthropologues. Les diététiciens rappellent juste, avec régularité il est vrai, qu'il devrait représenter entre le tiers et le quart de l'apport calorique quotidien. La littérature propre au petit déjeuner est quasi inexistante, alors que des bibliothèques entières s'intéressent à l'alimentation et à la gastronomie. Dans les ouvrages sur la nourriture, les livres de recettes, les guides de restauration, il n'est question que de mets, simples ou savants, pour le milieu ou la fin de la journée. Le petit déjeuner, lui, n'a jamais étoilé aucun chef.

Et pourtant, dès qu'on lui prête quelque intérêt, son histoire se révèle bien étonnante. La première surprise vient de sa jeunesse. Le petit déjeuner a moins de trois siècles, alors que d'autres pratiques alimentaires se targuent vite d'un vénérable enracinement. Son nom même est surprenant, car il n'a rien d'un déjeuner en plus « petit ». Plus étrange encore, il est organisé autour de boissons chaudes, thé, café, chocolat, dont les matières premières n'ont rien de local. Ni théiers, ni caféiers, ni cacaoye.rs ne poussent sous des latitudes tempérées. Quant au sucre, qui tient une place plus importante dans le petit déjeuner que dans tout autre repas (boissons souvent sucrées, confitures, viennoiseries, céréales), il dérivait jusqu'au début du XIXe siècle presque uniquement de la canne, plante également tropicale.

Le petit déjeuner serait-il alors un rite quotidien auquel les Européens auraient été initiés sous d'autres cieux et qu'ils auraient fait leur ? Difficile à croire, puisque ces cieux seraient bien divers : le cacaoyer n'est-il pas américain, alors que le café est africain et le thé asiatique ? Les Aztèques ne mettaient pas plus de sucre, dont ils ignoraient tout, dans leur cocoatl que les Chinois dans leur chaï. Comme celle du café, leur dégustation n'avait rien initialement de matinal. L'histoire du petit déjeuner est donc bien dès l'origine une affaire européenne.

Mais il est contagieux. Même si le petit déjeuner peut aujourd'hui prendre des formes diverses, il est rare qu'il n'y ait pas une trace occidentale, ne serait-ce qu'une tasse de café. Le petit déjeuner reste ainsi le plus petit commun dénominateur des pratiques alimentaires de la mondialisation. Dans le monde, aucun hôtel se voulant international, et même des plus modestes, ne saurait déroger à sa présence matinale, même si le voyageur occidental peut parfois éprouver quelque surprise ...

L'épopée discrète du petit déjeuner méritait donc d'être racontée. Sa naissance n'est pas un mystère : ce fut lorsque quelques familles londoniennes, amste1lodamoises ou parisiennes prirent l'habitude de boire chaque matin l'une de ces boissons exotiques connues depuis quelques décennies par ceux qui en avaient les moyens. Car thé, café et chocolat, dont se sont entichées l'aristocratie et la grande bourgeoise urbaine d'Europe occidentale au début du XVIIIe siècle, venaient de fort loin et de façon encore bien aléatoire. Ces boissons coûtaient donc très cher. Ce qui aurait pu n'être qu'une mode passagère s'est avérée durable, non seulement chez les riches, mais surtout rapidement dans les milieux populaires urbains et, au cours du XIXe siècle, dans l'ensemble des sociétés occidentales, puis bien au-delà. L'invention du petit déjeuner ne partait pas tout à fait de rien. L'histoire des boissons matinales et du sucre plonge ses racines dans la geste des épices et peut ainsi remonter, a-t-on cru jadis, au jardin d'Éden. Pour que café ou sucre de canne. chocolat ou thé, arrivent dans les tasses européennes, il a fallu tisser des routes maritimes, tenir des relais, écraser des adversaires, bâtir des plantations, arracher des personnes à leurs sociétés d'origine pour les réduire en esclavage, innover tant dans la technologie que dans les saveurs, tant dans de grandes unités de production que dans des objets de la vie quotidienne, voler aux Chinois le secret de la porcelaine ou les plants de théier. ..

Il a fallu construire le Monde.

Haut de page

Notes

1 Pequeno almoço", em português do Portugal (nota do tradutor)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Déjeuner, François Boucher, 1739
Crédits Musée du Louvre
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12114/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Affiche de Théophile Alexandre Steinlen, 1895.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/12114/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Somain, « O mundo em nossas xícaras. Três séculos de café da manhã », Confins [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 18 juin 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/12114

Haut de page

Auteur

René Somain

Geógrafo, rene.somain@yahoo.com.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org