Navigation – Plan du site

Perception et gestion de l’érosion et des ressources en eau par les agriculteurs et les éleveurs du bassin versant de l’ibicuí (RS, Brésil)

Percepção e gestão da erosão e dos recursos hídricos pelos agricultores e criadores da bacia hidrográfica do Ibicuí (RS, Brasil)
Guillaume Leturcq, François Laurent et Rosa Vieira Medeiros

Résumés

L’ouest du Rio Grande do Sul est dominé par la culture du soja, du riz et par l’élevage bovin. Dans la partie sableuse, le milieu est affecté par des phénomènes d’érosion produisant des modelés éoliens spectaculaires (arenização) rappelant dans l’imaginaire ceux des déserts. La production agricole est importante ce qui engendre des prélèvements d’eau pour l’irrigation du riz, mais aussi l’utilisation de pesticides pour l’ensemble des cultures. La gestion durable des ressources en eau et en sol de cette région nécessite la mise en place d’action de conservation. Mais un certain nombre de questions se posent alors : comment les agriculteurs perçoivent ces phénomènes ? Constituent-ils pour eux des enjeux ? Comment raisonnent-ils leurs pratiques ? Avec quels réseaux ? Quelles sont les interactions avec les pouvoirs publics ?

La méthodologie adoptée s’appuie sur des enquêtes ouvertes réalisées auprès de 23 agriculteurs. Il s’agit de mieux comprendre leur perception de l’environnement, leurs modes de gestion et d’identifier les variables sociales au sein de l’échantillon expliquant des différences de comportement.

Les résultats que nous avons obtenus montrent que peu d’agriculteurs perçoivent leurs responsabilités quant à l’érosion des sols et à l’état des ressources en eau. Si des risques de manque d’eau sont perçus par certains, ils sont attribués essentiellement à la sécheresse et non à une surexploitation des ressources, la pollution est négligée. L’érosion des sols dans les zones d’arenização n’est pas considérée comme un enjeu, ces espaces sont improductifs, mais ne menacent pas la rentabilité globale des exploitations. C’est plus l’érosion en nappe au sein des parcelles cultivées qui inquiète les agriculteurs et qui a conduit une grande partie d’entre eux à passer au semis direct. La connaissance des enjeux environnementaux locaux comme la réalisation de pratiques de conservation n’est pas transmise par les pouvoirs publics. Cette enquête nous montre enfin qu’une meilleure gestion des risques environnementaux passera par une bonne prise en compte de l’univers technique et culturel des agriculteurs comme de leurs contraintes économiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les travaux de recherche ont été financés par le programme franco-brésilien Capes-Cofecub

1La mise en place d’une gestion durable des ressources naturelles suppose une adhésion des acteurs concernés (Soulard 1999 ; Deffontaines 2001 ; Jollivet 2001 ; von Wieren-Lehr 2001 ; Gonod 2003). Dans l’ouest du Rio Grande do Sul, les activités agricoles et l’élevage exploitent fortement les ressources en eau, activent l’érosion des sols et ont converti des forêts natives en pâturages et en labours. De nouvelles pratiques agricoles pourraient être diffusées pour améliorer l’état de l’environnement et garantir les utilisations futures des ressources naturelles. Plusieurs questions se posent alors : les agriculteurs perçoivent-ils les enjeux environnementaux au même titre que les scientifiques et les pouvoirs publics ? Se sentent-ils responsables de certaines dégradations de l’environnement ? Quelles actions de conservation conduisent-ils ? Sont-ils prêts à participer à une meilleure gestion des ressources naturelles ? Certains éléments de réponse sont apportés par une enquête réalisée auprès d’agriculteurs du bassin versant de l’Ibicuí, un affluent de l’Uruguay1.

2L’Ibicui, un bassin versant dans les campos sud brésiliens

3L’Ibicuí est un affluent de l’Uruguay. Il draine un bassin de 45 694 km² dans le sud-ouest du Rio Grande do Sul, à une latitude voisine du 30ème parallèle sud.

Carte 1 : Localisation du bassin versant de l’Ibicuí

Carte 1 : Localisation du bassin versant de l’Ibicuí

4Le climat est de type subtropical humide. Les précipitations moyennes à São Borja, dans la vallée de l’Uruguay, au nord du bassin sont de 1499 mm/an. Régulièrement réparties durant l’année, elles présentent un maximum en avril avec 156 mm/mois et un minimum en juillet avec 84 mm/mois. La température moyenne annuelle s’y élève à 21°C avec une moyenne mensuelle minimale en juillet avec 15,6°C et maximale en janvier avec 26,7°C. L’évapotranspiration potentielle y est de 1059 mm/an (Thornthwaite). Ce n’est qu’en décembre et janvier que l’évapotranspiration dépasse les précipitations, sans qu’un déficit hydrique n’apparaisse pour une réserve utile du sol de 100 mm (source : Worldwide Bioclimatic Classification System, période 1944-1994).

5Le bassin est formé schématiquement de trois unités morphologiques fortement liées au substrat géologique (Lepiller, 2006) :

  • Le plateau de la Serra Geral s’élève de 300 à 540 m, au nord du bassin, il est constitué de roches volcaniques qui produisent des sols fertiles, il est limité au sud par un escarpement abrupt fortement disséqué couvert en partie de forêts.

  • La dépression centrale gaúcha au sud-est du bassin, entre 30 et 170 m, est constituée de grès et de sables dans sa majeure partie et de roches métamorphiques et cristallines à l’extrême sud-est. Les campos dominent cet espace à l’exception des forêts galeries le long des cours d’eau ; les campos sont des formations végétales basses fermées, composées de graminées et d’arbustes dans certaines zones.

  • La plaine d’Uruguaiana est d’une altitude généralement inférieure à 120 m, elle est formée principalement de basaltes, recouvert de sols généralement peu épais et caillouteux et de dépôts alluviaux. La formation végétale dominante est ici aussi les campos et la forêt galerie qui a été fortement déboisée pour laisser place à la riziculture.

Carte 2 : Altimétrie et unités morphologiques du bassin de l’Ibicuí (source : SRTM)

Carte 2 : Altimétrie et unités morphologiques du bassin de l’Ibicuí (source : SRTM)

6La population sur le bassin versant de l’Ibicuí est estimée en 2002 à 414 321 habitants (source : DRH/SEMA). La densité est de 11,7 hab/km². Cette population est majoritairement citadine avec comme principaux centres urbains : Santa Maria, Uruguaiana, Santana do Livramento et Alegrete.

Une forte emprise des activités agricoles

7Les colons allemands et italiens occupent le plateau et son escarpement depuis la fin du 19ème siècle dans le cadre de petites et moyennes propriétés familiales (Pebayle, 1974). Les sols et le climat sont favorables au soja, aujourd’hui largement dominant dans cet espace. La dépression centrale gaúcha a été colonisée depuis le 17ème siècle par des Espagnols puis par des Portugais pour y pratiquer l’élevage extensif, dans des latifundias de plusieurs milliers d’hectares. Sur les municipíos du bassin de l’Ibicuí, 29 775 exploitations sont dénombrées (source : IBGE, Censo Agropecuário, 2006). La surface moyenne mise en culture ou en pâturage d’une exploitation est de 123 ha. Les cultures annuelles couvrent 18 % de la surface du bassin, les pâturages en représentent 50 %. Seul un quart des exploitations possède un tracteur.

Graphique 1 : Taille des propriétés agricoles dans le bassin de l’Ibicuí (source IBGE, 2006)

Graphique 1 : Taille des propriétés agricoles dans le bassin de l’Ibicuí (source IBGE, 2006)

Graphique 2 : Surfaces relatives des cultures annuelles dans le bassin de l’Ibicuí (source IBGE, 2006)

Graphique 2 : Surfaces relatives des cultures annuelles dans le bassin de l’Ibicuí (source IBGE, 2006)

8Le nombre de têtes de bovins sur l’Ibicuí avoisine les 2 475 000 (en pondérant le nombre de têtes par municipío du recensement IBGE en fonction de la surface circonscrite dans le bassin, source : IBGE, Censo Agropecuário, 2006). L’élevage se concentre dans la plaine. Il est pratiqué sur des pâturages extensifs permanents ou sur les parcelles cultivées après les moissons de céréales ou de soja. Les exploitations d’élevage sont généralement de grande étendue.

9Le soja offre des rendements moindres dans la dépression centrale que sur les plateaux volcaniques (par exemple 7,8 qtx/ha à Alegrete contre 22 qtx/ha à Palmeira das Missões).

10Au 20ème siècle, la culture du riz s’est étendue dans la plaine d’Uruguaiana. Les conditions climatiques subtropicales, la topographie légèrement ondulée avec des fonds de vallée élargis et l’abondance de la ressource en eau sont favorables à cette culture. Les rendements en riz y sont relativement élevés (70 à 80 quintaux par ha). L’État du Rio Grande do Sul est d’ailleurs au premier rang dans la production de riz au sein de la fédération brésilienne, avec plus de 1 700 000 t/an, dont 590 000 t/an produites dans le municipío d’Uruguaiana.

11Le reste des surfaces arables est occupé par les céréales d’été (maïs et sorgho) et d’hiver (avoine et blé), avec de faibles rendements (IBGE, Recensement, 2006). Le maïs qui occupe encore 10 % des terres arables régresse. L’avoine est souvent introduite dans les successions comme céréale d’hiver après la récolte de soja, de riz ou de maïs.

Carte 3 : Part pâturée dans la surface totale des municipíos et part des différentes cultures dans l’assolement des terres arables (source IBGE, 2006)

Carte 3 : Part pâturée dans la surface totale des municipíos et part des différentes cultures dans l’assolement des terres arables (source IBGE, 2006)

Les enjeux environnementaux sur le bassin de l’Ibicuí

12Les sols du bassin présentent une vulnérabilité à l’érosion variable. La partie médiane qui correspond aux grès et sables de Botucatu et aux grès de Rosario est couverte de formations superficielles sableuses particulièrement vulnérables à l’érosion. Des formes spectaculaires de ravinement et des aires d’ensablement dépourvues de végétation apparaissent dans ce secteur. Ces processus d’érosion atypiques en milieu humide ont été étudiés par les géographes de l’UFRGS (Université Fédérale du Rio Grande do Sul) et qualifiés de processus « d’arenização » (Verdum 1997 ; Suertegaray et al., 2001). Ils existent en condition naturelle, mais peuvent être activés par le travail du sol ou le pâturage. Par ailleurs, les sols cultivés sont soumis à l’ablation des particules lors d’événements pluvieux intenses comme il s’en produit fréquemment dans la région : la précipitation maximale quotidienne dépasse les 100 mm/j (Verdum, 1997). Les sables entraînés par l’érosion provoquent une charge sédimentaire élevée dans les rivières (Ibicuí signifie d’ailleurs « la rivière de sable » en Tupi-Guarani). Cette érosion peut conduire à moyen terme à une baisse de productivité agricole.

13Les ressources en eau du bassin versant de l’Ibicuí sont fortement sollicitées par l’irrigation qui représente 89,0 % des prélèvements totaux, suivie par l’alimentation en eau à destination humaine avec 9,4 % et l’abreuvement du bétail 1,6 % (SEMA 2003 ; Laurent et al., 2008). La demande pour l’irrigation correspond à la saison chaude où un déficit hydrique peut apparaître en décembre et janvier essentiellement. Les barrages n’ont cessé de se multiplier depuis des décennies. Le sud du bassin atteint aujourd’hui les limites d’extension de la riziculture du fait de l’exploitation importante des ressources en eau en été et de la vulnérabilité naturelle aux étiages liée à la nature sableuse des roches (UFSM 2005). D’autres enjeux sont d’ordre qualitatif avec les rejets urbains et les effluents d’élevage qui sont responsables d’une pollution fécale (UFSM 2005). Rappelons que le nombre de bovins s’élève à 2 475 000 têtes de bovins. Toute une partie de la population urbaine n’est pas raccordée aux réseaux d’assainissement (84 % par exemple à Alegrete, une ville de plus de 78 000 habitants) et les stations d’épuration qui existent ont un rendement insuffisant (Lepiller, 2006).

14La biodiversité des écosystèmes de campos a souvent été négligée pourtant il a été relevé une grande richesse biologique (Suertegaray et al., 2001). La ripisylve constitue par ailleurs un enjeu à double titre en tant qu’écosystème et pour la protection naturelle qu’elle offre aux cours d’eau contre des flux de polluants et de sédiments provenant des versants.

Questionnement scientifique

15Les processus d’érosion actifs et les limites d’usage des ressources en eau qui apparaissent peuvent être considérés comme des faits objectifs. Ils interrogent la société et les pouvoirs publics sur la nécessité ou non d’agir. De nombreuses questions se posent concernant les actions à réaliser, leur coût, leur faisabilité technique, leur efficacité…

16Mais à l’amont de cette problématique technique, il convient de s’interroger sur la perception que la population a elle-même de ces processus et en premier chef les agriculteurs et éleveurs qui sont les occupants principaux de ces espaces et en partie responsables des dégradations environnementales ? Les processus identifiés par les techniciens, les scientifiques constituent-ils des enjeux perçus comme tels par les populations locales ? Les agriculteurs se sentent-ils responsables de dégradations de l’environnement ou les risques viennent-ils de la ville ou d’autres activités ? Des actions sont-elles déjà entreprises par certains pour réduire leurs impacts négatifs ? Enfin, comment les agriculteurs perçoivent-ils l’avenir de leur région et des liens qu’ils entretiennent avec l’environnement ?

17Ces questions ont justifié une enquête sur le terrain réalisée en septembre et octobre 2007 afin d’identifier les perceptions et les comportements, de savoir s’ils étaient partagés par tous ou s’il y avait une composante sociale qui pouvait être responsable de différenciations entre agriculteurs.

Méthodologie d’enquête

18Nous avons réalisé une enquête auprès de deux types d’acteurs : des représentants d’institutions, d’associations de développement ou de groupes professionnels d’une part ; des agriculteurs d’autre part. Les agriculteurs enquêtés sont au nombre de 23. Ils ont été rencontrés sur 5 zones géographiques afin d’échantillonner la diversité des conditions de production du bassin. Ces zones correspondent à des unités de paysage partageant une certaine similarité dans leurs caractéristiques topographiques, de formations végétales et de production agricole. Pour ces enquêtes, nous avons également cherché à ce que les personnes rencontrées représentent une certaine diversité sociale.

19Notre objectif était également d’identifier les différences de perception et de comportement en fonction de certaines variables structurelles. Ces variables structurelles sont : la taille de l’exploitation, l’état de propriétaire ou locataire de l’exploitant, son âge, son niveau de formation, l’orientation de la production et l’unité morphologique dans laquelle il se situe.

Graphique 3 : Taille des propriétés des agriculteurs interrogés

Graphique 3 : Taille des propriétés des agriculteurs interrogés

Graphique 4 : Type de production dans les propriétés des agriculteurs enquêtés

Graphique 4 : Type de production dans les propriétés des agriculteurs enquêtés

Résultats des enquêtes auprès des agriculteurs

20Les résultats de ces vingt-trois enquêtes nous permettent de mieux comprendre les perceptions et les actions des agriculteurs du bassin de l’Ibicuí. Les réponses mettent en évidence les perceptions que les agriculteurs ont des enjeux environnementaux et de leur responsabilité dans les phénomènes observés par les scientifiques et les institutions. Ces enquêtes nous ont ensuite permis de relever quelles actions étaient réalisées en faveur de l’environnement (eau, sol, forêt native). Derrière ces perceptions individuelles, nous avons également cherché à identifier les réseaux dans lesquels les agriculteurs s’inscrivent pour raisonner leurs actions sur le milieu et ses ressources et comment les agriculteurs voient-ils l’évolution des pratiques et leur implication dans la gestion des ressources.

Une sensibilité réduite aux enjeux environnementaux

21Le bassin de l’Ibicuí présente une grande diversité de paysages et d’écosystèmes. Nous avons vu précédemment que ces derniers peuvent être fragilisés et exposés à divers risques environnementaux identifiés par les scientifiques. On pourrait penser que ces risques sont principalement constatés par les agriculteurs, étant au plus près des espaces touchés et pouvant être atteints par la dégradation de leur milieu. C’est notamment pour vérifier cette hypothèse que nous avons recherché quelles étaient les préoccupations environnementales des agriculteurs à deux échelles : la première porte sur les risques qualifiés de "globaux", la seconde sur les risques qui affectent leur espace de vie.

22Concernant les risques écologiques qui dépassent le territoire local ou régional, l’objectif était de préciser la préoccupation des agriculteurs et leur niveau de connaissance des problèmes d’environnement. Il ressort des entretiens que la déforestation de l’Amazonie et le changement climatique global sont les deux menaces les plus citées. Ces réponses reflètent la place qui est donnée à ces deux sujets dans les médias nationaux, mais aussi, pour le changement climatique global, les inquiétudes concernant un assèchement du climat sur la production agricole. En effet, six agriculteurs ont signalé les sécheresses comme le principal problème environnemental. Les changements globaux se manifesteraient sur leurs conditions de vie, par l’intermédiaire des variabilités climatiques et notamment la présence de sécheresses problématiques pour leurs récoltes.

23D’autres facteurs explicatifs résultent de certaines variables de structure. Par exemple, les agriculteurs les plus sensibles aux risques climatiques sont pour la plupart (5/6) de grands exploitants ayant plus de 200 hectares et un niveau de formation élevée, c’est-à-dire supérieure au baccalauréat (« vestibular »). Ces exploitants sont souvent des producteurs de riz et/ou de soja, ce qui va de pair avec le facteur de taille de l’exploitation cité précédemment.

24Ensuite, des questions ont porté sur la connaissance du cycle de l’eau : l’objectif était d’évaluer la capacité des agriculteurs à comprendre la solidarité fonctionnelle entre leurs actions et la qualité de l’eau ou les conditions d’écoulement. Les réponses présentent une grande hétérogénéité de connaissances. Alors que certains ignorent les chemins et les modes d’écoulement de l’eau, d’autres agriculteurs ont des savoirs élaborés. Ici aussi ce sont les grands producteurs de riz et/ou de soja qui sont les mieux informés, ce résultat est bien évidemment à mettre en relation avec le fait qu’ils ont suivi des études supérieures.

25La seconde échelle d’analyse est plus locale. Nous avons cherché à estimer quelles sont leurs perceptions des enjeux environnementaux de leur espace de vie et plus largement de leur région. Plus de la moitié (13) des agriculteurs enquêtés font référence à des enjeux locaux. La moitié de ceux-ci considèrent comme enjeu principal la pollution de l’eau par les rejets urbains. Ainsi, l’espace rural serait selon eux un espace préservé et l’agriculture une activité sans menace sur l’environnement. En lien avec leur perception des enjeux globaux, six enquêtes citent le risque de sécheresse qui leur semble l’enjeu le plus important dans la région. Il y a une corrélation entre les agriculteurs les plus sensibles aux problèmes environnementaux globaux et ceux sensibles aux problèmes locaux. Ce sont encore une fois de grands producteurs de riz et/ou de soja, avec un niveau d’étude élevé.

26Par ailleurs, concernant le phénomène d’arenização, largement répandu dans la région, un seul agriculteur y fait référence et aucun ne reconnaît ce type de problème sur son exploitation, alors que cet enjeu est jugé important par les scientifiques, les pouvoirs publics et les médias. Une série de questions abordait la part de responsabilité personnelle des agriculteurs sur les dégradations de l’environnement : sur les 23 enquêtes, 19 se disent non responsables, c’est-à-dire que leur activité agricole n’a pas de conséquence sur le milieu naturel. Les quatre exploitants qui pensent que leur activité agricole présente des impacts négatifs sont de grands exploitants.

27Cet exemple révèle non pas un mépris des questions environnementales de la part de la majorité des enquêtes, mais le fait qu’ils ne menacent selon eux ni l’environnement, ni la productivité de leur exploitation. Ainsi, un des agriculteurs enquêtés ne fit aucune référence à l’arenização, mais au cours d’une visite de sa propriété, il présenta à l’enquêteur un ravin et une aire d’arenização importants.

28Il en va autrement des ressources en eau. Deux conflits liés à l’utilisation de l’eau ont été cités durant l’enquête. Ces deux conflits se situent dans le municipío d’Uruguaiana, où se concentre une forte production de riz. En 2006, près de 98 % des surfaces cultivées dans ce municipío l’étaient pour la production de riz. L’eau est un élément clé de cette production. Les deux conflits concernaient l’utilisation de l’eau d’un barrage pour alimenter les champs à proximité. Un de ces conflits s’est réglé en justice, alors que le second fut géré par un médiateur extérieur. Cela montre l’importance que joue cette ressource pour les agriculteurs.

29Il peut paraître assez surprenant que peu d’agriculteurs aient une connaissance élargie des enjeux environnementaux. L’implication des agriculteurs dans les questions environnementales ne semble pas importante pour l’instant et finalement seuls les grands latifundiaires ont une connaissance plus développée. Ceci s’explique en grande partie par le fait qu’ils suivent des études universitaires et pour beaucoup des études d’agronomie, ils ont ainsi accès à une culture environnementale alors que les agriculteurs petits et moyens ont une connaissance plus pragmatique, centrée sur la fonction de production.

Des actions de conservation pour maintenir la productivité

30Les pratiques de certains agriculteurs vont dans le sens de la protection des sols et de l’eau. La préoccupation centrale n’est pas la protection du milieu, mais l’augmentation des rendements ou la réduction des coûts de production. En effet, productivité et respect du milieu et de ses ressources ne sont pas forcément opposés : dans certains cas les agriculteurs s’intéressent à l’un, sans négliger l’autre. Quelles sont les pratiques de conservation envers l’eau, les sols et les forêts sur le bassin versant ?

31Dans le bassin de l’Ibicuí, l’eau est un élément essentiel pour la production rizicole, notamment dans la partie ouest du bassin, dans les plaines allant d’Alegrete à Uruguaiana. Les agriculteurs de cette région ont été atteints par plusieurs sécheresses depuis ces cinq dernières années. Ils ont pris conscience que cette ressource est limitée et que la survie de leur exploitation en dépendait directement. Certaines actions sont à présent réalisées pour économiser l’eau. Parmi les agriculteurs enquêtés, ceux qui disent faire le plus attention aux économies d’eau sont les grands producteurs de riz, d’un niveau de formation élevé et plus jeunes que la moyenne (41 ans contre 47 ans en moyenne pour l’ensemble de l’échantillon). Si les problèmes de quantité sont pris en compte, la qualité reste négligée. Un seul producteur s’en préoccupe en déclarant utiliser de manière raisonnée les fertilisants. Cette absence de sensibilité sur les pollutions agricoles concerne également les acteurs institutionnels puisque les mesures de pesticides et de nutriments dans les cours d’eau et les nappes sont très rarement réalisées dans cette région.

32Concernant l’érosion des sols, comme nous l’avons noté précédemment, l’arenização ne préoccupe pas les agriculteurs. Le phénomène existe depuis des décennies et les aires ensablées font partie du paysage. Elles affectent des surfaces limitées qui ne menacent pas réellement la rentabilité globale des exploitations. Par contre, les agriculteurs sont plus préoccupés par l’érosion au sein des parcelles cultivées, car elle réduit les rendements à moyen terme. Ainsi, dans le bassin de l’Ibicuí, des pratiques de conservation des sols sont mises en œuvre par de nombreux agriculteurs. Quatre pratiques ont été référencées.

33La première action est le non-labour. Elle consiste à ne plus travailler le sol (semis direct = plantio direto) ou de façon très superficielle (Techniques Culturales Simplifiées, TCS = cultivo minimo). Cette pratique a été initiée depuis la fin des années 1970 dans la région. Elle s’est largement imposée dans les années 1990 dans le sud du Brésil pour les cultures de soja, de maïs et de riz. Elle n’a pas pour seul but de réduire l’érosion, mais permet surtout une réduction des coûts de production au moyen d’économies d’intrants et de carburants, d’une moindre usure du matériel et d’une réduction du temps de travail. Sur les 23 agriculteurs, la moitié (12) pratiquent le non-labour. Ce sont principalement de grandes exploitations : trois propriétés de plus de 1 000 hectares et 8 des 9 propriétés de plus de 100 hectares.

34Les agriculteurs ont aussi été interrogés sur d’autres actions de protection des sols : le "contouring", les rotations culturales et la lutte spécialisée contre l’arenização. Le "contouring" consiste à suivre les courbes de niveau pour le travail du sol et le semis afin de limiter l’érosion. Seulement 2 agriculteurs pratiquent le "contouring". Les rotations culturales sont pratiquées par 6 des 23 agriculteurs. Elles sont particulièrement utilisées par les petits et moyens producteurs en polyculture situés en fond de vallée. Un seul agriculteur mène une action spécifique pour réduire l’arenização.

35L’autre enjeu est la préservation des espaces boisés en bord de rivière. Il s’agit d’une forêt galerie native qui se situe sur le fond alluvial. Les forêts de rive sont protégées par la loi fédérale depuis 1965, en tant qu’« aires de protection permanente » (APP) (loi 4.771, du code forestier). Théoriquement, leur déboisement est interdit sur une bande de 30 à 500 mètres, en fonction de la largeur du cours d’eau. La rareté de ces espaces forestiers (moins de 5 % de la surface du bassin versant de l’Ibicuí) incite les agriculteurs à les préserver ou tout du moins à ne pas les détruire. Neuf agriculteurs ont une propriété en fond alluvial et quatre de ceux-ci sont prêts à agir pour la conservation de ces forêts natives. Ces agriculteurs sont plus jeunes en moyenne (40 ans) en comparaison du total des enquêtes (47 ans). Les assentados enquêtés considèrent que la forêt protégée au sein de leur assentamento est de la surface perdue pour la production.

36Ainsi, nous pouvons relever que des actions en faveur de l’environnement sont réalisées par un nombre significatif d’agriculteurs. Les motivations sont essentiellement de maintenir la productivité de leur exploitation ou de réduire les coûts de production et, dans le cas de la forêt, de préserver un élément du patrimoine paysager sans retombée économique.

Des réseaux professionnels actifs et des pouvoirs publics en retrait

37Pour mieux comprendre comment les perceptions et les actions individuelles sont élaborées et en quoi elles se rattachent à des démarches collectives, nous allons nous intéresser aux réseaux de diffusion et d’interaction entre les divers acteurs du monde agricole. Nous avons cherché à identifier les sources d’informations des agriculteurs concernant les questions environnementales et comment ces derniers échangent sur ces thématiques avec les autres acteurs agricoles du bassin. Quatre niveaux de réseau environnent les agriculteurs : les relations de voisinage, les syndicats ruraux, les coopératives et le gouvernement.

38Dans les espaces qui nous intéressent, la densité humaine est faible, l’espace agricole est occupé en partie par de grandes propriétés. Mais différents espaces de communication existent entre voisins qui échangent entre autres des informations sur les techniques de production. C’est souvent par ces relations informelles que certaines innovations et techniques sont diffusées. Dans notre enquête, six producteurs disent aborder avec leurs voisins les questions de protection du milieu naturel. Sur ces six agriculteurs, quatre ont une petite propriété (entre 12 et 14 hectares) et quatre ont leurs terres dans le fond alluvial.

39Le monde agricole brésilien est marqué par un tissu de syndicats ruraux, constitués au niveau de municipíos. Selon les territoires, ils représentent les différentes couches sociales travaillant dans le monde agricole, allant de l’ouvrier agricole jusqu’aux grands propriétaires terriens. Dans l’enquête réalisée dans le bassin, 10 des 23 agriculteurs se sont dits sensibilisés par un syndicat rural aux questions environnementales. Parmi ces dix réponses, on peut noter l’hétérogénéité des agriculteurs à la fois sur des variables concernant la taille des exploitations, les types de cultures pratiquées, les âges… Cela semble indiquer clairement que toutes les catégories d’agriculteurs sont en lien avec un syndicat rural. Ces syndicats se trouvent dans chaque municipío et reflètent diverses caractéristiques du municipío, tels que : les structures foncières, l’importance de l’activité agricole, le nombre d’ouvriers agricoles, le dynamisme des acteurs, la présence d’assentamentos… Beaucoup d’éléments entrent en jeu pour la constitution de syndicats ruraux, c’est ainsi que leur importance et leur rôle dans le réseau de diffusion a des implications variées selon les municipíos. Par exemple, dans le municipío de Manoel Viana, au cœur du bassin de l’Ibicuí, se trouvent divers syndicats ruraux, dont celui des employeurs agricoles. Il regroupe les propriétaires terriens du municipío qui ont plus de 70 hectares de terre et qui emploient des ouvriers agricoles. Ce syndicat a pour but de « défendre les intérêts des producteurs ruraux et d’aider au développement des cultures agricoles », selon le secrétariat du syndicat. Il regroupe environ 200 associés, qui produisent généralement du riz, du soja, du maïs et font de l’élevage. Parmi les activités du syndicat, il y a notamment le programme « Rio Limpo » (fleuve propre) qui vise à réduire l’abreuvement direct du bétail dans le lit des cours d’eau.

40Les coopératives se situent sur des espaces plus vastes qui regroupent plusieurs municipíos. Outre l’agro-fourniture et l’achat des productions, elles apportent des conseils et une assistance technique à leurs associés. Les questions environnementales sont traitées par les ingénieurs agronomes travaillant dans les coopératives, conseillant les agriculteurs sur les méthodes à employer et les précautions à prendre. L’exemple de la coopérative « Triticola » qui a son siège à Santiago, dans le nord du bassin de l’Ibicuí, est intéressant. Elle couvre sept municipíos de la région, compte plus de 2 700 associés, emploie 280 personnes, dont 11 personnes dans le département technique et existe depuis environ 50 ans. Les productions concernées sont le blé, le soja, le maïs, l’avoine et le lait ; elle prend en charge l’abattage du bétail. La « Triticola » agit en environnement pour la récupération des emballages de fertilisants et de pesticides. Selon son vice-directeur, le problème majeur lié au milieu naturel dans la région se trouve être la sécheresse qui menace les agriculteurs. Cet exemple illustre l’importance que peuvent avoir les coopératives dans le dynamisme des espaces ruraux sud brésiliens, mais aussi le manque de prise en compte de la diversité des risques environnementaux et notamment de la pollution des eaux par les pesticides et fertilisants distribués par les coopératives.

41Nous nous sommes par ailleurs interrogés sur la place des institutions gouvernementales dans le raisonnement des pratiques des agriculteurs. Plusieurs institutions gouvernementales de l’état du Rio Grande do Sul ou de l’état fédéral interviennent dans le développement agricole et visent à présent à ontégrer la dimension environnementale : l’Emater (Empresa de Assistencia Tecnica e Extensão Rural, RS), l’Embrapa (Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária, fédérale) et l’IRGA (Instituto Rio Grandense do Arroz). Deux organismes ont pour objectif de réguler les impacts de l’agriculture sur le milieu naturel : l’IBAMA (Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis, fédérale) et la FEPAM (Fundação Estadual de Proteção Ambiental, RS). Cette diversité d’acteurs et l’importance de ces entités laisseraient penser qu’elles sensibiliseraient voire inciteraient les agriculteurs à agir pour le respect de l’environnement. En réalité, dans l’échantillon enquêté, un seul agriculteur s’est dit en lien avec une entité gouvernementale en ce qui concerne un projet environnemental. Il s’agit d’un agriculteur d’Uruguaiana, ingénieur agronome, qui travaille avec l’Embrapa depuis trois ans pour mettre en place un système de production intégré.

42Il est vrai que ces institutions peuvent agir à d’autres niveaux, en s’appuyant sur le relais des coopératives et des syndicats, mais l’absence de lien direct avec les agriculteurs par le conseil et l’assistance technique limite la portée des politiques environnementales. Le manque de confiance des agriculteurs vis-à-vis des institutions gouvernementales a été d’ailleurs clairement exprimé par certains enquêtés qui refusent de collaborer sur ces questions avec le gouvernement, ne faisant aucune confiance aux politiques.

La volonté des agriculteurs de participer à la gestion de l’environnement

43Le principe de développement durable suppose que les acteurs soient associés dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de gestion de l’environnement. En effet, pour que les actions réduisant les impacts négatifs de l’activité agricole soient diffusées, il est nécessaire qu’elles soient adaptées aux spécificités locales et à la diversité des exploitations agricoles, afin qu’elles ne représentent pas des contraintes majeures à l’activité économique. Comme nous avons pu le voir, les agriculteurs enquêtés réalisent certaines pratiques de conservation, avant tout dans un souci de maintien de la rentabilité économique de leur exploitation. C’est en tenant compte au mieux de leurs modes de production que les pratiques « durables » pourront être diffusées.

44Des structures de gestion concertée des ressources sont en cours d’implantation. C’est le cas du Comité de Bassin de l’Ibicuí. Il associe des agriculteurs avec d’autres usagers de l’eau, des associations de protection de l’environnement, des élus locaux et des représentants du gouvernement afin d’élaborer une gestion concertée des ressources en eau du bassin. Des riziculteurs sont notamment représentés dans ce comité. L’absence actuelle de redevance limite les moyens d’action du comité. Des campagnes de sensibilisation au moyen de conférences, de forums et de formations dans les écoles sont cependant réalisées. Par ailleurs, des actions sont conduites dans le cadre d’une convention avec l’IBAMA pour la préservation des forêts natives de bord de rivière. Mais la taille du bassin face aux moyens du Comité limite encore la portée de ses actions : ainsi, un seul agriculteur enquêté connaît les travaux du Comité.

45La question est de savoir si les agriculteurs sont intéressés pour participer à ce type d’instance de concertation et selon quelles modalités. Les entretiens auprès des agriculteurs nous montrent que 9 sur 23 sont prêts à participer aux débats sur l’environnement. Ces personnes souhaitent d’abord enrichir leur compréhension de leurs impacts sur le milieu naturel par une connaissance des processus en jeu et des actions possibles. Ces agriculteurs intéressés ont pour sept d’entre eux une propriété supérieure à 100 hectares, ils produisent pour la plupart du riz ou du soja. Nous retrouvons ici les agriculteurs les plus sensibles aux questions précédentes.

46Nous nous sommes enfin interrogés sur l’évolution de la prise en compte de l’environnement par les agriculteurs. Les perceptions et les actions sur le milieu naturel ne sont pas statiques et évoluent perpétuellement. La moitié des agriculteurs enquêtés perçoit une évolution positive des pratiques depuis 5 à 10 ans. Ils attribuent cette évolution positive à la mise en place des techniques de non-labour principalement. Par ailleurs, ils voient de manière positive l’avenir de la prise en compte de l’environnement dans leurs pratiques agricoles. Ils ont confiance dans les progrès futurs notamment dans l’implication des jeunes agriculteurs vis-à-vis de l’environnement. Ce qui est d’ailleurs confirmé par la part fréquente de jeunes dans les perceptions et les actions positives pour le milieu (cf. supra). La nouvelle génération d’agriculteurs semble porter de nombreux espoirs.

Conclusion

47L’enquête réalisée de part la taille de son échantillon ne peut prétendre être représentative de toute la diversité des perceptions et des actions des agriculteurs dans cette région. Néanmoins, certaines tendances ont été mises en lumière. Dans l’ouest du Rio Grande do Sul, l’agriculture présente des impacts sur les milieux naturels : érosion des sols, activation de l’arenização, surexploitation des ressources en eau, pollution par les pesticides et par les déjections animales, dégradation de la forêt galerie... Si la communauté scientifique est consciente de ces enjeux, il en va autrement de la majorité des agriculteurs qui perçoivent difficilement les liens entre leurs pratiques et l’état de leur environnement. Des actions positives sont toutefois réalisées par un nombre non négligeable d’entre eux : conservation des sols, économies d’eau, protection de la forêt native… Il est important de souligner que ces actions favorables à l’environnement sont pour la plupart adoptées parce qu’elles convergent avec une meilleure rentabilité de leur exploitation. Ces actions ne semblent pourtant pas être suffisamment soutenues par les réseaux professionnels, encore peu préoccupés par les enjeux environnementaux et sont encore moins défendues par les pouvoirs publics qui sont trop éloignés des acteurs de terrain.

48Il apparaît clairement que les agriculteurs sont ouverts à l’information sur les questions environnementales et que certains sont prêts à évoluer dans leurs pratiques. Mais, les campagnes de sensibilisation manquent, les coopératives et les syndicats ruraux pourraient être des relais pertinents pour mobiliser une majorité d’agriculteurs. Les comités de bassin sont des structures de concertation ouvertes aux agriculteurs, ces lieux d’échange et de décision pourraient également développer l’information voire soutenir techniquement et matériellement des actions, si leurs moyens financiers le leur permettaient. La question fondamentale sera de savoir comment concilier le respect de l’environnement avec la productivité agricole dans cet espace, en tenant compte de ses spécificités socio-économiques, culturelles et environnementales, pour qu’une quantité significative d’agriculteurs agisse en faveur de ressources naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Buhler E.A., Les mobilités des exploitations rizicoles du Rio Grande do Sul (Brésil) vers l’Uruguay : territorialités et stratégies transfrontalières d’accès aux ressources. Thèse Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie de Toulouse et Université de Toulouse Le Mirail, 463 p., 2006.

Deffontaines J. P., « Ressources naturelles et développement durable en agriculture, le point de vue d’un agronome » in Le développement durable, de l’utopie au concept, de nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Ed. M. Jollivet, Elsevier, 131-142, 2001.

Gonod P., Matières à (re)penser le développement durable et d’autres développements, Paris, INRA, 2003.

Jollivet M., « Le développement durable, notion de recherche et catégorie pour l’action. Canevas pour une problématique hybride ». in Le développement durable, de l’utopie au concept, de nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier, 97-116, 2001.

Laurent F., Vianna P., Verdum R, Mello I., « La gestion des ressources en eau dans les Etats de la Paraíba et du Rio Grande do Sul : enjeux, conflits et gouvernance locale », Les Cahiers des Amériques Latines, Paris, n° 54-55 : à paraître, 2008.

Lepiller L., La gestion intégrée des ressources en eau : l’exemple participatif du bassin versant de l’Ibicuí, Rio Grande do Sul (Brésil), Le Mans, 2006. Mémoire de master 2 (Département de Géographie) - Université du Maine.

Pebayle R., Pionniers et éleveurs du Rio Grande do Sul, Université de Paris 1, Thèse d’Etat, 745 p., 1974.

Sema, “Bacia hidrografica Ibicuí”, In Relatório Anual sobre a situação dos recursos hídricos no Estado do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, RS, Brésil, Secretaria Estadual do Meio Ambiente - RS, p. 232-243, 2003.

Soulard C. T., Les agriculteurs et la pollution agricole, proposition d’une géographie des pratiques, Paris, 1999, Thèse CNRS-LADYSS et INRA-SAD - Université de Paris 1 Panthéon - Sorbonne : 424.

Suertegaray D., Guasselli L. A., Verdum R., Atlas da arenização - Sudoeste do Rio Grande do Sul,Porto Alegre, RS, Brésil, Secretaria da coordeenação e planejamento, 2001.

UFSM, Metodologia para iniciar a implantação de outorga em bacias carentes de dados de disponibilidade e demanda - IOGA - Bacia do rio Ibicuí, Santa Maria, RS, Brésil, Relatorio técnico e anexo 1., vol. 1, Convênio FNDCT/CT-Hidro 01.04.0056.00 : 200., 2005.

Verdum R., L’approche géographique des « déserts » dans les communes de São Francisco de Assis et Manuel Viana – RS – Brésil, Toulouse, 1997. Thèse de doctorat (Doctorat en géographie) - UFR de Géographie et Aménagement, Université de Toulouse Le Mirail.

VonWieren-L S., “Sustainability in agriculture - an evaluation of principal goal oriented concepts to close the gap between theory and practice”, Amsterdam, Agriculture, Ecosystems and Environment n° 84, p. 115-129, 2001.

Haut de page

Notes

1  Les travaux de recherche ont été financés par le programme franco-brésilien Capes-Cofecub

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation du bassin versant de l’Ibicuí
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-1.png
Fichier image/png, 35k
Titre Carte 2 : Altimétrie et unités morphologiques du bassin de l’Ibicuí (source : SRTM)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Graphique 1 : Taille des propriétés agricoles dans le bassin de l’Ibicuí (source IBGE, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-3.png
Fichier image/png, 62k
Titre Graphique 2 : Surfaces relatives des cultures annuelles dans le bassin de l’Ibicuí (source IBGE, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-4.png
Fichier image/png, 66k
Titre Carte 3 : Part pâturée dans la surface totale des municipíos et part des différentes cultures dans l’assolement des terres arables (source IBGE, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-5.png
Fichier image/png, 242k
Titre Graphique 3 : Taille des propriétés des agriculteurs interrogés
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-6.png
Fichier image/png, 63k
Titre Graphique 4 : Type de production dans les propriétés des agriculteurs enquêtés
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/4793/img-7.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Leturcq, François Laurent et Rosa Vieira Medeiros, « Perception et gestion de l’érosion et des ressources en eau par les agriculteurs et les éleveurs du bassin versant de l’ibicuí (RS, Brésil) », Confins [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 13 novembre 2008, consulté le 29 juin 2017. URL : http://confins.revues.org/4793 ; DOI : 10.4000/confins.4793

Haut de page

Auteurs

Guillaume Leturcq

Doctorant, Université du Maine / UMR CNRS ESO - IRD, guillaume.leturcq@gmail.com

Articles du même auteur

François Laurent

Maître de Conférence, Université du Maine / UMR CNRS ESO, francois.laurent@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Rosa Vieira Medeiros

Professeur, UFRGS, rmvmedeiros@yahoo.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org