Navigation – Plan du site
Imagens comentadas /Images commentées

La « cible » de la formation de Pierre Monbeig

Uma imagem da formação intelectual de Pierre Monbeig
Martine Droulers

Texte intégral

1Cette figure regroupe les intellectuels dont on sait qu’ils ont exercé une influence sur la pensée du géographe Pierre Monbeig, formé à l’université de Paris (agrégation d’histoire et géographie en 1929) devenu « brésilianiste » par son séjour de longue durée à  l’Université de São Paulo de 1935 à 1946 et sa thèse magistrale sur le front pionnier du café.

2Les études latino-américaines en France viennent de l’action de Georges Dumas, médecin, agrégé de philosophie et docteur es lettres, professeur à la Faculté de Paris où il dirigeait le Laboratoire de psychologie pathologique, qui se rend en mission de coopération au Brésil  dès 1907. Ce professeur participe, en collaboration avec les gouvernements des Etats de Sao Paulo et de Rio, à la mise en place des Instituts franco-brésiliens de haute culture de Rio de Janeiro (1922) et de São Paulo (1925) sous l’égide du groupement des Universités et Grandes Ecoles de France. Aussi, lorsqu’en janvier 1934, le gouverneur de São Paulo, Armando Sales de Oliveira décide de fonder une université,  il se tourne tout naturellement, pour les chaires de sciences humaines et sociales, vers des professeurs français.

3Le latino-américanisme apparait ainsi d’emblée comme un pôle structuré de sciences humaines et sociales, transdisciplinaire par essence, associant des spécialistes d’histoire, d’économie, de sociologie et pour le cas qui nous concerne de géographie avec ses différents courants : la géographie physique autour de E. De Martonne, la géographie humaine avec A. Demangeon, la géographie régionale dans la tradition des grandes thèses françaises. Ces maîtres fournissent les bases de la science géographique que Pierre Monbeig déploiera sur le terrain brésilien. Tandis que, dans le cercle rapproché du centre de la cible, figurent les missionnaires qui se trouvaient en même temps que lui au Brésil, essentiellement à l’Université de São Paulo, (à l’exception de Pierre Deffontaines qui se trouvait à Rio de Janeiro). Ils ont tous contribué à la connaissance partagée du milieu brésilien et, postérieurement les brésilianistes, associés aux hispanistes (M. Bataillon) et à l’université de Paris (recteur J. Sarrailh) ont eu un espace pour créer au milieu des années 1950 un Institut de l’Amérique latine à Paris.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5023/img-1.png
Fichier image/png, 219k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Droulers, « La « cible » de la formation de Pierre Monbeig », Confins [En ligne], 4 | 2008, mis en ligne le 31 octobre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://confins.revues.org/5023 ; DOI : 10.4000/confins.5023

Haut de page

Auteur

Martine Droulers

Directrice de recherche au CNRS, CNRS-Credal, droulers@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org