Navigation – Plan du site

La « connexion hamburger » appliquée à l’Amazonie brésilienne. Décryptage de l’ « effet papillon » entre consumérisme carné et déboisement

A “conexão hamburger” aplicada à Amazônia brasileira. Descodificação do "efeito borboleta" entre consumerismo de carne e desmatamento
Guillaume Marchand

Résumés

Selon l’énoncé de la « connexion hamburger », l’un des derniers grands massifs forestiers de la planète serait directement menacé par notre consommation excessive de viande bovine. L’idée n’est pas vraiment neuve, elle a déjà été formulée dans les années 1980 par un environnementaliste du nom de N. Myers pour expliquer la recrudescence des déboisements en Amérique Centrale. Vingt-quatre ans plus tard, un groupe de chercheurs du CIFOR1 l’a exhumée pour l’Amazonie brésilienne. Médias et ONG’s environnementalistes se sont alors empressés de divulguer l’information, en incitant parfois au boycott des viandes brésiliennes voire des restaurants européens ou nord-américains qui en servent. Si l’identification de liens de causes à effets entre nos gestes quotidiens et des impacts environnementaux globaux est tout à fait louable, l’objectif étant de faire évoluer les mentalités, il s’opèrent parfois quelques simplifications sur la nature et l’ampleur de ces phénomènes… En s’intéressant à l’évolution des structures spatiales des filières bovines brésiliennes et plus spécifiquement amazoniennes depuis l’ouverture de la frontière agraire (1970’s), le présent article a pour objectif d’évaluer dans quelle mesure les différents écosystèmes de la région ont eut à pâtir de nos instincts carnivores. Nous verrons ainsi que la connexion hamburger internationale est un phénomène aux nombreuses ramifications, ne consommant pas toujours directement de la forêt ombrophile dense mais bien souvent des espaces de savanes ou des forêts de transition.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Le battement d’aile d’un papillon dans un endroit lambda peut engendrer une tempête à l’autre bout de la planète… ». À l’heure où nos sociétés s’interrogent sur les moyens d’atteindre un hypothétique développement durable et équitable pour tous, l’identification de tels mécanismes entre échelles locales et globales vont bon train. La tendance est à l’éco-responsabilisation de l’homo economicus, la plupart de ces gestes quotidiens ayant des répercussions plus ou moins heureuses en matière d’environnement. En témoigne la généralisation des tests d’empreinte écologique uniquement fondés sur nos pratiques quotidiennes, « combien de fois mangez-vous de la viande par semaine ? », « laissez-vous l’eau couler en vous brossant les dents ? »…, et leur terrible sentence : « si tout le monde faisait comme vous, il faudrait x planètes… » or comme chacun sait nous n’en avons qu’une… (cf. Passerelle Eco, 2002, WWF Brazil, 2008).

  • 2  La requête « connexion hamburger + Amazonie » donne dans un moteur de recherche quelconque  enviro (...)

2Selon le rapport planète vivante de 2006, l’agriculture, et par conséquent notre alimentation, seraient responsables de près du quart de notre empreinte globale (sans induire les dépenses énergétiques liées au transport des marchandises…), de fait les cris d’alertes se multiplient afin de nous inciter à consommer différemment. Des films-documentaires tels que « We feed the world » de W. Wagenhofer sorti au printemps 2007, des rapports d’ONG’s (Greenpeace, 2006 ; Smeraldi, 2008) ou scientifiques (Kaimowitz et al, 2004) repris à loisir par les médias classiques et Internet2 tendent par exemple à nous faire réfléchir sur les impacts globaux de la composition de nos assiettes. Ainsi, le goût prononcé des occidentaux pour les fast-foods, l’énoncé de la connexion hamburger étant en soit suffisamment explicite, nous rendrait responsable de littéralement dévorer de la grande forêt amazonienne aux heures des repas.

  • 3 En témoigne la récente conférence donnée par les amis de la terre et l’IDDRI à Paris où ce thème a (...)

3Si cette idée, largement reprise par les médias après la publication de l’équipe du CIFOR, et encore d’actualité aujourd’hui3, est loin d’être fausse, elle mérite toutefois quelques éclaircissements. Ce que propose de faire cet article, en revenant sur la manière dont est structurée la filière bovine brésilienne, le degré de participation de l’Amazonie à cette connexion hamburger et la nature elle-même de cette connexion (quelles zones déboisées, par qui et pour quels consommateurs ?). Nous verrons ainsi que celle-ci peut être nuancée par la prise en compte d’un facteur spatial de premier ordre en matière d’organisation du secteur bovin : un « effet barrière » phytosanitaire, la frontière entre zone(s) libre(s) et à risques de fièvre aphteuse (Fearnside, 1991 ; Pierre et al., 1995).

  • 4  Quoique très intéressante pour les questions sociales qu’elle sous-tend (dépendances des petits pr (...)

4Après avoir exposé dans les grandes lignes les principes de la connexion hamburger (I), nous nous intéresserons à la manière dont s’est organisée au cours du temps la filière bovine brésilienne, et plus particulièrement ses branches amazoniennes, via l’utilisation de modèles graphiques (parties II à IV). Nous utilisons ce mode de représentation afin de répondre à la question suivante : quelles sont les structures spatiales élémentaires permettant d’apprécier le degré de participation de l’Amazonie à une quelconque connexion hamburger ? Pour ce faire, nous avons choisi de centrer notre discours sur la manière dont les différentes régions pionnières amazoniennes s’insèrent dans les filières domestiques (nationales) et exportatrices (internationales)4.

  • 5   L’un des exemples les plus cités de l’ouvrage de Morin et Kern reste l’impact d’une augmentation (...)

5Si nous faisons référence à quelques reprises à l’effet papillon, le but de cet article n’est nullement de revenir sur une notion qui a déjà fait l’objet de nombreux commentaires et controverses (Witkowski, 1993 ; Robert, 2001), ni même d’essayer d’appliquer à la connexion hamburger les méthodes et concepts développés autour d’elle : « conditions initiales » ou autres « attracteurs étranges »… Nous l’employons dans un sens générique, comme nous avons pu le retrouver chez différents auteurs en sciences humaines et sociales (Laganier et al., 2002 ; Magnan, 2006 ; Morin et Kern5, 1996), c’est-à-dire la recherche de liens de cause à effet entre les différentes parties du système monde, une réflexion sur les jeux d’échelles entre local et global. Si ce genre de réflexion sur les causalités à différentes échelles spatiales et temporelles est plus que nécessaire, l’objet de notre propos est, davantage, de pointer les dérives de certains discours « papillonesques » qui ont fait florès dans les médias conventionnels et numériques depuis 1980 (Witkowski, art.cit.). Par « papillonesque » nous entendons un discours construit sur le modèle de l’effet papillon défini ci-avant mais qui opère certains raccourcis dans les chaînes de causalités et leurs conséquences. Pour cela, nous chercherons avant tout à expliquer et détailler les mécanismes de fonctionnement de la connexion hamburger en faisant état de la complexité des phénomènes qui lient la consommation de viande bovine en différents lieux et l’augmentation de la déforestation. Une réflexion, en somme, sur ce que Fr. Durand-Dastès (2003) nomme les médiations : la mise en évidence pour un phénomène donné de la multiplicité, de la complexité et parfois la contingence de ses causes.

La connexion hamburger : quelques principes fondamentaux…

  • 6  Le lecteur sera sûrement surpris de la pauvreté des citations bibliographiques concernant la conne (...)
  • 7  Pour une révision bibliographique détaillée de la connexion hamburger qu’elle soit brésilienne ou (...)

6L’idée selon laquelle « Les éleveurs sont entrain de transformer l’Amazonie en viande hachée » exposée par D. Kaimowitz et ses confrères n’est pas tout à fait nouvelle. Elle emprunte d’ailleurs l’expression « connexion hamburger » aux travaux de N. Myers réalisés sur l’Amérique centrale au début des années 1980 (Myers, 1981). Bien qu’en France ou au Brésil, cette connexion n’ait été que partiellement diffusée dans le monde scientifique6, tout au plus une évocation du phénomène en quelques mots comme chez (Fearnside, 1991 ou Demaze, 2008), celle-ci est restée plus présente dans la littérature anglo-saxonne. En 1994, D. Kaimowitz annonçait la fin de la connexion pour l’Amérique centrale, ce qui n’a pas empêché certains chercheurs états-uniens de s’en servir pour leurs travaux sur les échanges écologiquement inégaux entre pays développés et en voie de développement (Jorgenson, 2006 cité par Austin, 20087).

7La connexion hamburger théorisée par Myers repose sur un principe simple : par un certain nombre de réactions en chaîne, le Nicaragua et le Costa Rica se sont mis à déboiser leurs forêts pour satisfaire la demande états-unienne en produits carnés. Il faut ainsi remonter au choc pétrolier de 1973. À cause de l’augmentation du prix des céréales, le pétrole entrant notamment dans la composition d’engrais chimiques, les bovins nourris au grain deviennent trop chers à produire ou à importer. Comme il n’est pas question de transiger avec le mode de vie américain, position que réitèreront les USA à propos du pétrole lors des négociations de Kyoto, réduire la consommation de viande n’est alors pas envisageable. Les États-unis se tournent donc vers les pays engraissant leurs bovins à l’herbe pour se fournir notamment en « trimming », viande bon marché destinée aux emblématiques hamburgers, et les incitent, par la loi de l’offre et de la demande, à l’implantation massive de pâturages.

  • 8  Selon les dernières estimations données par R. Smeraldi, ce chiffre serait passé à 96% de la crois (...)

8Si les chercheurs du CIFOR et d’autres organes plus ou moins indépendants en sont arrivés à exhumer ce mécanisme pour le Brésil, c’est notamment en raison de l’explosion, à la fin des années 1990, du volume des exportations de viande bovine : une multiplication par 5 entre 1997 et 2003 tous types de produits confondus alors qu’au même moment la consommation intérieure stagne. Puisque les méthodes d’élevage sont en Amazonie largement extensives, la pression sur la végétation croît en conséquence (Le Tourneau, 2004 ; Mertens et al., 2002 ; Théry, 1997). En effet, on considère que l’augmentation de la densité bovine d’une tête par hectare dans un municipe quelconque entraîne une progression des déboisements de l’ordre de 1,2% dans ses limites administratives (Margulis, 2003). C’est donc logiquement que le Pará, le Rondônia et le Mato Grosso, supportant à eux seuls plus de 80% de la croissance du cheptel bovin brésilien entre 1990 et 20048 (Kaimowitz et al., 2004), enregistrent également les plus forts taux de déboisement à la même période.

9Est-on sûr que 100% de cette augmentation du cheptel et par conséquent de la déforestation soit due à des causes exogènes, c’est à dire à la demande en viande des pays de l’hémisphère Nord ? Si le recours à des discours construits à la manière d’un effet papillon a des incidences pratiques, notamment la possibilité de capter l’attention de la communauté internationale, ils s’affranchissant volontiers de certaines règles de localisation ou d’échelles et maintiennent parfois un certain nombre de flous explicatifs sur les mécanismes qui en sont l’origine. Ne risque-t-on pas dès lors de verser, dans une « erreur écologique », pour reprendre une expression chère à l’analyse spatiale. L’étude détaillée du processus d’organisation spatiale et temporelle des différentes filières bovines en Amazonie brésilienne dans les paragraphes à venir a pour objectif de déterminer de quelle manière l’ultra-consumérisme carné des uns ou des autres peut-être responsable de la destruction de la forêt amazonienne.

1970-1990, l’émergence d’une « proto-filière » amazonienne : le temps du cheptel-capital.

10L’ouverture de la frontière agraire, caractérisée par la délimitation de l’Amazonie légale en 1964 (modèle n° 1) marque l’entrée dans une période de conquête spatiale. On délimite ainsi, en gommant toute aspérité sociale ou biophysique, la zone où peuvent s’étendre les fronts pionniers (modèle 2). Le but étant, d’une part, d’occuper un espace jugé dangereusement vide par le gouvernement militaire d’alors (Droulers, 2004) et, d’autre part, le mettre en valeur. Autrement-dit : sortir l’Amazonie de la torpeur dans laquelle elle était plongée depuis l’effondrement du cycle du caoutchouc dans les années 1920. Le temps du « développement par la patte du bœuf » (Théry et Aparecida de Mello et 2003) était né, l’élevage se devait d’être le moteur de l’intégration de cette région au reste du Brésil.

  • 9  Superintendance pour le Développement de l’Amazonie légale

11Pour ce faire, le gouvernement fédéral va dépenser sans compter afin de faire venir industries agroalimentaires et autres fazendas en Amazonie légale, l’attrait des acteurs de la filière bovine pour cette dernière étant jusqu’alors limité aux cerrados, moins pénibles à déboiser et plus adaptés à la mise en pâtures. Quelles soient directes, la SUDAM9 va débourser par exemple près de 300 millions de dollars (US) pour l’installation de projets d’élevage nationaux et internationaux entre 1978 et 1987 ou indirectes, exonérations fiscales etc. (Margulis, 2003), la politique d’aides mise en place va permettre de poser les bases d’une filière bovine dans la région frontière. Trois pôles émergent peu à peu, le Mato Grosso grâce aux investissements réalisées à la fois dans le Nord (Juruena, programme POLOAMAZÔNIA), le Centre et le Sud (programmes SUDECO), le Rondônia (POLONOROESTE), et le Sud-Est du Pará autour de la région de Marabá (au cœur de la zone Araguaia-Tocantins définie par le POLOAMAZÔNIA).

  • 10 Pour la description de ce phénomène voir Pierre et al, 1995.

12Toutefois, si ces pôles bénéficient d’un certain attrait de la part des IAA’s et des fazendeiros, et que les bases de la filière sont posées, elle n’est pas encore vraiment fonctionnelle, d’où la représentation des régions décrites ci-avant en grisé dans le modèle n°4 et l’appellation choisie par nos soins de « proto-filière ». En raison des aides reçues, auxquelles s’ajoutent parfois les bénéfices tirés de la vente illégale de bois ou de titres de propriété falsifiés, la productivité n’était pas vraiment une priorité. L’art de feindre de mettre en place une activité bovine reposait bien souvent sur des logiques attentistes. Il pouvait s’agir de simples opérations foncières, le prix de la terre, 7 à 13 fois moins élevé que dans le Sud du pays permettait des opérations pour le moins juteuses. Voire parfois de calculs plus sophistiqués : les bœufs n’étant pas sujets à l’inflation10, contrairement à la monnaie courante, ils constituaient à cette époque une véritable « épargne sur pattes » (Poccard-Chapuis, 2004). La production étant ce qu’elle était en amont des IAA’s, celles-ci, également dans une logique d’occupation de l’espace, ne tournaient au milieu de la décennie perdue qu’à 20% environ de leur capacité (Aubertin, 1986).

13Même si la filière n’est pas encore active, les fazendeiros déboisent allègrement leurs terres afin de faire illusion sur la mise en valeur de larges portions d’espaces acquises plus ou moins frauduleusement. Ils espèrent, en maintenant une mise en valeur de façade, dissuader les invasions de sans-terres ou la remise en cause de leurs titres de propriété. Au travers de différentes formes de fermage ou de métayage, les grands éleveurs tissent peu à peu des liens avec les colons moins capitalisés, parmi lesquels bon nombre d’agriculteurs familiaux qui voient dans l’élevage quelques commodités. La première est d’avoir une production facilement déplaçable en situation d’enclavement, aspect non négligeable pour les fronts pionniers implantés souvent ex-nihilo. La seconde est d’avoir une production plus rémunératrice et moins sujette aux aléas du marché que les cultures annuelles ou pérennes. La troisième, est d’atteindre un certain idéal, le modèle du petit fazendeiro est encore bien présent dans l’esprit des populations locales et confère un certain prestige social. Une partie des surfaces gagnées sur la forêt par les colons peu ou pas capitalisés est alors systématiquement consacrée aux pâtures (Piketty et al., 2005).

  • 11  Dans son rapport, l’Institut de l’élevage évoque plusieurs problèmes quant à l’intégration des pet (...)
  • 12  Voir en cela le numéro 22 des Cahiers des Sciences Humaines « Frontières, mythes et pratiques » pu (...)

14Ces liens tissés entre fazendeiros et agriculteurs familiaux ne sont pas toujours à l’avantage de ces derniers. Le démarrage d’une activité bovine étant coûteux les premiers font souvent office de créanciers pour les seconds, à des taux parfois prohibitifs… Comme le marché est encore peu organisé et que les agriculteurs familiaux n’ont pas les moyens de négocier directement avec les abattoirs à cause d’un cheptel insuffisant11, ils dépendent encore une fois du bon vouloir du fazendeiro (Picard, 2001). L’ensemble de ces phénomènes favorise la reconduction en front pionnier de pratiques clientélistes ou paternalistes séculaires. L’entente n’est pas toujours aussi cordiale entre ces types d’acteurs, la compétition pour la terre était dans les années 1980 particulièrement violente comme en témoigne les publications de l’époque12 ou les statistiques de la Commission Pastorale de la Terre cartographiée par H. Théry dans l’Atlas du Brésil (carte 05-24). Le Sud-Est du Pará, l’une des trois pôles de notre modélisation est connue à cette époque comme la plus meurtrière et la situation ne semble guère meilleure aujourd’hui selon la même CPT (Frigo et al., 2005).

15La déforestation tend à se faire sentir au cœur des pôles évoqués ci-avant et à leur périphérie plus ou moins immédiate, si bien qu’une esquisse de ce qui sera plus tard l’arc de la déforestation se dessine peu à peu sur la frange orientale de l’Amazonie légale (modèle n°5). Ces premiers déboisements ont lieu en dehors d’une quelconque connexion hamburger, les flux brésiliens étant largement contingentés à l’exportation et la productivité amazonienne réduite (Institut de l’élevage, 2004). Les savanes arborées (les cerrados) et les forêts de transition demeurent déjà la cible préférée des éleveurs (modèle n°1). Les pénétrations vers la forêt ombrophile dense se feront plus nombreuses dans la décennie suivante.

De la proto-filière à l'entrée dans le productivisme : le boeuf à la conquête de l’Amazonie (début des années 1990-2000)

16Comment les acteurs de l’élevage amazonien passent-ils d’une simple logique d’occupation de l’espace à une véritable entrée dans le productivisme ? L’émergence de nouveaux débouchés commerciaux peut être une explication plausible. Avec la croissance urbaine et la hausse du niveau de vie se sont développées de nouvelles pratiques alimentaires, la consommation de viande a ainsi été multipliée par 4 entre 1979 et 1997 selon Kaimowitz et al. (2004). La demande intra- et extra-Amazonie explose (modèle n°6), si bien que les régions décrites ci-avant tentent de s’insérer sur le marché domestique et augmentent leur production pour satisfaire la demande des centres urbains (modèle n° 7).

  • 13 Soit 4 kg de plus que la moyenne nationale.

17R. Poccard-Chapuis (2004 et 2005) a ainsi mis en évidence le rôle joué par Belém, devenue à la fin des années 1990 la ville la plus carnivore du Brésil avec prés de 40 kg/hab./an13, comme levier à la mise en pâtures des fronts pionniers du Sud-Est du Pará. Même si l’expression « connexion hamburger » n’a pas été employée par cet auteur, dans le cas du Sudeste Paraense, ce concept peut être appliqué. Il est avant tout de portée régionale et se doit d’être rebaptisé. La viande produite étant destinée majoritairement aux restaurants populaires belenenses et de la pré-Amazonie, il est plus prudent de parler ici de « connexion lanchonete » (restaurant populaire) ou « connexion churrascaria » (restaurant où la viande est servie à volonté pour un prix forfaitaire)…

  • 14  Selon Mertens et al, 2002, sur l’année 1999, 30 000 têtes/mois étaient expédiées du Nordeste vers (...)

18En effet, la récente entrée en productivité des zones pionnières amazoniennes ne leur permet pas encore de se spécialiser en une région d’abattage ou de naissage, autrement-dit celle qui envoie les bouvillons dans la première pour qu’ils soient engraissés avant d’être abattus (modèle n°7). Même si nos trois pôles engraissent et abattent certains broutards qu’ils reçoivent entre autres du Nordeste14, leurs productions carnées, de qualité moindre que celles du Sud/Sudeste, sont au début des années 1990 majoritairement destinées aux marchés régionaux. Au fil du temps, les expéditions de viande conditionnées dans le reste du pays vont se faire plus nombreuses : on estime ainsi en 2000 que 87% de la production amazonienne était consommée en dehors de la région (Arima et al, 2005). Sur toute la période, les envois de jeunes bovins destinés à la « finition » dans des fazendas spécialisées du sud du Brésil demeurent importants.

19Parallèlement à la consolidation de la sous-filière domestique émerge progressivement une autre sous-filière : la filière d’exportation. Avant l’explosion de la fin des années1990, le Brésil n’exportait de la viande bovine qu’au travers du contingent Hilton Beef (crée en 1980), où seuls les muscles nobles étaient exportés à taux préférentiels pour ne pas être trop onéreux sur les étals européens ou nord-américains. Avec la croissance de la consommation intérieure, la production de viande augmente quantitativement et qualitativement, il ne manquait plus qu’une « légère » dévaluation du réal pour que les produits carnés brésiliens soient vraiment compétitifs sur le marché international, chose faite avec la crise financière de 1999 (Institut de l’élevage, 2004). La « connexion churrascaria » évoquée ci-avant serait donc en quelque sorte à l’origine de la connexion hamburger. L’imbrication des deux phénomènes se complexifiant dans la période suivante (voir IV. et IV)

  • 15  À noter que cette appellation ne répond à aucun critère écologique, cela signifie seulement  que l (...)

20La filière d’exportation se constitue principalement à la demande de l’UE, dont la production de viande bovine connaît deux crises majeures (modèle n°9). La première est liée à la réforme de la PAC en 1992, où le contrôle de la production des vaches laitières et des jeunes bovins décourage peu à peu les agriculteurs européens. La seconde, à la crise de la « vache folle » de 1999 puisque les foyers d’Encéphalopathie Spongiforme Bovine (ESB) au Royaume-Uni obligent ce dernier, et par la même occasion ses anciens acheteurs, à se tourner vers d’autres fournisseurs (Chatellier et al., 2003 ; Lossouarn, 2003). Si l’on ajoute à cela les embargos européens sur la viande bovine argentine et uruguayenne pour cause d’épizootie en 2001, le Brésil avait un segment de marché à occuper : celui du bœuf bon marché nourri à l’herbe, ce que l’on nomme le « bœuf vert »15 (Institut de l’élevage, 2004). Ainsi, il semble que l’intitulé de la connexion hamburger se trompe quelque peu de cible. Plutôt que les fast-foods américains, ce serait davantage les « steak-houses » européennes, voire le nouveau marché russe si l’on tient compte des évolutions récentes (demande multipliée par 5 entre 2001 et 2005, chiffres ABIEC), qu’il faudrait incriminer au vu de leur écrasante domination dans les exportations brésiliennes (voir carte n°1).

Figure 1 Exportations brésiliennes

Figure 1 Exportations brésiliennes

21La filière exportatrice en construction se concentre au début des années 1990 autour du port de Santos, dont l’effet structurant continue aujourd’hui à se faire sentir puisqu’il est l’un des seuls à posséder un terminal frigorifique aux normes sanitaires internationales (modèle n° 9). La « centre éleveur » du pays, celui qui possède les abattoirs les plus performants (voir la distinction entre région d’abattage et de naissage, modèle n°7) et les éleveurs les plus capitalisés, se lance donc dans la production de bœuf en accord avec les normes de production internationales : obtenir des bœufs plus lourds (240 kg contre 175 pour la filière domestique), libres de tout problème sanitaire et ce en un minimum de temps (tendance au teen beef).

22Avec une réduction généralisée des coûts de transport (Margulis et al, 2003), atteindre le centre névralgique de la filière bovine devient en théorie possible (modèle n°10). En concentrant près de la moitié de la population brésilienne, le Sudeste est en effet le principal débouché commercial domestique (le cours de la viande est d’ailleurs fixé à São Paolo), et tend également à devenir un passage obligé pour l’exportation : abattage dans un centre agrée (par l’UE), (re)-conditionnement, transport en feeder (container frigorifique). Si les régions amazoniennes se font peu à peu une place dans la filière domestique, les débuts de la filière internationale restent concentrés dans la partie Sud du pays pour des raisons sanitaires. Nous détaillerons les effets structurants de la lutte contre la fièvre aphteuse dans la partie IV.

23Concurrencé par la sojiculture (Théry, 2004 ; Bertrand et al, 2004) et la périurbanisation, les surfaces dédiées à l’élevage tendent à se réduire dans le Sud du pays (modèle n°11). Attirés par la croissance du cheptel en Amazonie et un foncier à des prix encore très raisonnables, les IAA’s et les fazendeiros en provenance de cette région se lancent à la conquête de nos trois pôles en visant cette fois-ci la productivité. En témoigne, l’installation de frigorifiques aux normes internationales dans ces pôles, pour vendre la viande dans les branches les plus lucratives de la filière domestique en attendant qu’ils soient un jour éligibles à l’exportation. Cet effort de conquête entraîne un déplacement progressif du centre de gravité de la filière bovine vers le Centroeste au détriment de la région qui s’était constituée autour de Santos. Le Mato Grosso do Sul, zone d’élevage issue des fronts pionniers des années 1950-1960, moins dynamique mais plus performante en matière de production, servant désormais d’avant poste à la marche de la filière bovine vers l’ouest.

24Parallèlement à la construction de ces deux filières, la déforestation augmente. À l’aube de l’an 2000, le cerrado est occupé à 37% par des prairies plantées ou du soja (Machado et al, 2004), tandis que l’implantation de pâturages en zone de forêt tend à s’accélérer : si en 1970, 3% de ce qui était déboisé dans l’année était directement transformé en pâturages, en 2000 ce taux passe à 10% (Margulis, 2003). L’arc de déforestation se consolide, comme le modèle n° 12 tend à illustrer, mais les raisons de son expansion sont, du moins pour cette période, davantage endogènes : l’insertion des régions bovines amazoniennes dans les courants commerciaux nationaux… mais aussi le manque d’alternatives de production pour les milliers de petits producteurs venus s’installer en zone pionnière. Nous y reviendrons...

Une réorganisation des échanges face aux normes sanitaires internationales : effet barrière de la fièvre aphteuse, embargos commerciaux et besoins carnés nationaux (2000-2007)

  • 16 Système d’Identification des BOVins

25Les régions du Sud et une partie du Centroeste étaient les seules habilitées à exporter dans la période décrite précédemment à cause des contraintes sanitaires imposées par l’UE à partir de 1992. Le but étant d’éviter toute exportation de viande contaminée : mise aux normes des abattoirs, vaccination systématique des bovins, implantation du système de traçabilité, le SISBOV16 dès 1997 (Dubois et Moura, 2004). Comme cette lutte contre la fièvre aphteuse pèse lourd dans la chaîne de production tant pour les IAA’s que pour les éleveurs, les régions pionnières, peu enclines à assumer ce surcoût et sensiblement moins rigoureuses dans le suivi des bovins (les échanges d’animaux suivent très souvent des circuits plus ou moins informels), étaient soigneusement exclues des branches destinées à l’exportation. Quelle est donc la situation sanitaire du Brésil actuellement ?

  • 17 Le pouvoir de décréter si une zone peut être libre ou non incombant normalement aux autorités local (...)
  • 18 Zone de précaution entourant les foyers déclarés pour éviter la propagation de l’épidémie. Ainsi, s (...)

26Le modèle n° 13 représente l’évolution de la situation sanitaire entre 2000 et 2007, soit trois ans après la remise au goût du jour de la connexion hamburger. Il matérialise une fracture entre zones déclarées libres et non libres telles qu’elles sont définies par l’OIE (Office international des Épizooties). Il existe, en effet, plusieurs régionalisations en fonction des organismes émetteurs des cartes et rapports. Au vu de la problématique choisie, nous avons décidé de nous en référer aux exigences internationales17. La situation sanitaire actuelle place encore une grande partie de l’Amazonie légale dans les zones de fièvre aphteuse : l’Amazonas, le Roraima et l’Amapá ainsi que le Nord du Pará. Pour les autres, le classement en zone libre avec ou sans restriction de vaccination ne les met pas à l’abri de tout problème d’exportation. De temps à autres, des épidémies apparaissent dans les zones où la vaccination connaît quelques défaillances. Les pays importateurs ont la possibilité de respecter ou non le principe de contention imposé par l’OIE18, d’où la mise en place d’embargos différenciés selon le pays émetteur (modèle n°14). Si le Chili, très regardant sur la fièvre aphteuse, a choisi en 2005 de stopper ses importations, l’UE ne se limite qu’aux États où les foyers sont apparus (Mato Grosso do Sul et São Paulo) et autorise sous certaines conditions ceux de la zone de contention à exporter. Ainsi, bien que le Mato Grosso ait vu son statut de zone libre levé par l’OIE en mai 2007, l’UE continue d’importer de la viande provenant de cet État mais seulement celle originaire de la partie centrale (MAPA, 2007). Les exportations de viande bovine brésilienne sont donc encore soumises à de nombreux aléas contre lesquels la campagne d’éradication de la fièvre aphteuse d’octobre 2007 tente de lutter, nous sommes encore aujourd’hui dans l’attente de ses résultats.

27Cette barrière n’a donc en théorie qu’un impact sur les flux d’animaux sur pattes mais le zèle appliqué par les autorités brésiliennes est tel que la viande ne peut circuler des zones contaminées vers les autres que sous certaines formes de conditionnement afin d’éviter tout risque de contamination. Les sous-filières se réorganisent alors tant sur le plan domestique (modèle n° 15) que sur le plan international (modèles n°16 et 17).

28Sur le plan national, la sous-filière domestique se scinde en deux de part et d’autre de la frontière : une branche très lucrative dans la partie sud, car adaptée aux critères de qualité des grandes surfaces et de certains restaurants haut de gamme ; et une autre qui l’est sensiblement moins (Piketty et al., 2004 ; Poccard-Chapuis, 2004). À cause des restrictions de circulations des animaux et des productions imposées par la fièvre aphteuse, ces deux branches sont désormais autosuffisantes. Elles possèdent leurs propres circuits d’échange naisseurs/engraisseur en fonction de la vaccination des bouvillons etc. (modèle n°16).

29Les circuits lucratifs incluent désormais le Mato Grosso et une large partie du Rondônia. Le Mato Grosso s’est spécialisé dans l’abattage, bénéficiant du statu-quo imposé par la fièvre aphteuse au mouvement de conquête décrit dans le modèle n°12 puisque les IAA’s ne veulent qu’à de rares exceptions près aller plus loin (modèle n°17). Le Sudeste paraense, pourtant déclaré libre en mai 2007, appartient encore majoritairement à la branche moins lucrative de la filière domestique. Il expédie massivement vers les marchés moins rémunérateurs que ceux du Sudeste : Nordeste et reste de l’Amazonie. Ses envois de viande conditionnée vers le Sud-Sudeste, restent assez modestes (Poccard-Chapuis et al, 2005) et dans l’ensemble moins bien rétribués que ceux en provenance du Mato Grosso : en moyenne 10R$ de moins par arrobe (Arima et al., 2005). Il s’agit comme évoqué précédemment très probablement de la viande consommée dans les restaurants populaires qui fourmillent en milieu urbain ou périurbain.

  • 19  Associação Brasileira das Indústrias Exportadoras de Carne

30Sur le plan international, la sous-filière d’exportation stoppe comme nous l’avons dit son mouvement de conquête vers le nord, la région de Marabá est l’une des rares à voir des grands groupes agroalimentaires comme Bertin (leader brésilien de la viande bovine) spéculer sur la future levée des barrières phytosanitaires et des embargos commerciaux en installant des frigorifiques sur place (modèle n°17). Ainsi, si l’on s’en tient aux chiffres d’exportations 2005-2006 publiés par l’ABIEC19, seul le Mato Grosso est capable d’exporter vers l’Europe et la Russie à hauteur de 14% de sa production, les chiffres pour le Rondônia et le Pará restent largement en deçà (respectivement 4 et 2 % de leur production totale en 2006). De fait le poids de la connexion hamburger internationale dans ces régions paraît somme-toute assez faible. Si l’on ajoute à cela la persistance de foyers de fièvre aphteuse et des interdictions d’exportation assez fréquentes (cas du Mato Grosso en 2005), la participation des États amazoniens au marché mondial de la viande reste précaire d’où la représentation des flux en pointillés dans le modèle n°18).

31Il ne faut toutefois pas perdre de vue qu’en dépit d’exportations minoritaires, ceux-ci ont pour vocation, aujourd’hui, de remplacer sur le marché national les anciennes productions carnées du Sud, Sudeste, et Centroeste qui ont été soit expédiées à l’étranger, soit remplacées par d’autres commodities (soja, canne à sucre). La connexion hamburger serait donc au final plus indirecte que directe ou ferait appel à des mécanismes plus insidieux… Rappelons ainsi que les variations des cours mondiaux et les différents embargos ont un impact sur la production et la consommation nationale. La baisse des cours peut conduire à une baisse des investissements et à une augmentation moins rapide du cheptel (il n’y a pas de baisse en Amazonie), tandis que les embargos, comme celui de la Russie en 2005, font chuter les cours nationaux afin d’écouler la production et stimuler l’appétit des brésiliens : l’arobe est passée en 2005 à moins de 50 R$ contre environ 70 dans les années précédentes (Buainain et Batalha, 2007).

Une connexion polymorphe, aux conséquences environnementales variées…

32Nos appétits carnivores seraient de diverses manières responsables de la destruction d’un des derniers grands massifs forestiers de la planète. Il existe bel et bien un lien de cause à effet comme les théoriciens de la « connexion hamburger » ont cherché à le montrer mais ses mécanismes de fonctionnement sont plus complexes et divers qu’il n’y paraît.

  • 20  L’ABIEC déplore chaque année l’entêtement des états-uniens à se limiter à l’importation de cuit co (...)
  • 21  Voir l’appel au pistage des produits brésiliens de George Monbiot publié dans the Guardian du 18 o (...)

33Si l’on pend en compte les États d’Amazonie légale exportateurs, outre un nombre limité d’expéditions, leurs provenances et leurs destinations géographiques mettent à mal les présupposés de la connexion hamburger : une forte responsabilité des Etats-Unis et de leurs représentants à l’étranger, les chaînes de fast-food, dans la disparition de l’Hiléia amazonienne. Pour l’instant, les USA ne consomment que 4% de la viande brésilienne dans des secteurs très précis, excluant la plupart des régions amazoniennes (corned beef, viande cuite congelée des zones libres20) et la responsabilité des grandes chaînes de fast-food n’est toujours pas avérée21. La majeure partie de la production ne part pas aux USA, mais bien en Europe, en Russie et en Egypte (cf. carte 1), avec une sectorisation très forte des échanges. L’Union Européenne n’achète en Amazonie légale que dans la partie centrale et méridionale du Mato Grosso (56 municipes selon le MAPA). Le Pará, le Rondônia et le Tocantins, non reconnus par l’UE, exportent plus de la viande bon marché vers la Russie (21% du marché brésilien) ou l’Egypte, ces derniers semblent donc davantage inclus dans une « connexion goulache » ou « connexion kefta » quitte à reprendre les clichés de la formule originale, qu’une connexion hamburger ou « connexion steak-house » européenne. Quitte à adopter une formule accrocheuse autant bien la choisir…

  • 22  Voir à ce propos les cartes réalisées par H. Théry et N. Apparecida de Mello dans l’Atlas du Brési (...)
  • 23  Voir la dépêche publiée par le groupe de travail amazonien (GTA) à l’adresse http://www.gta.org.br (...)

34Puisque l’U.E n’a pas les mêmes bassins d’approvisionnement que la Russie ou l’Egypte, les types de végétation figurant au menu des consommateurs de viande outre-Atlantique ne sont pas les mêmes. En effet, en considérant que l’Europe importe seulement en provenance des municipes concentrés dans le Sud et le Centre mato-grossenses, zones non spécifiquement amazoniennes si l’on se base sur la cartographie des biomes de la région22, elle « dévore » donc majoritairement du cerrado et de la forêt de transition et non de la forêt ombrophile dense. Or, ce type de paysage de savane, plus ou moins proche des pâturages anthropiques, est sensiblement moins porteur que la majestueuse Hileia et ses arbres de 40 mètres de hauteur censés réguler l’équilibre climatique planétaire... Il s’agit là d’une dérive médiatique des discours « papillonesques » qui doivent faire référence à des images parlantes au détriment de la hiérarchisation de l’information. Or, les cerrados dont on estime la disparition à l’horizon 203023 n’en demeurent pas moins primordiaux pour la biodiversité : 25% des espèces aviaires du Brésil pourraient disparaître avec lui (Machado et al, 2004).

35La destruction de forêt amazonienne (forêt ombrophile dense ou plus ou moins ouverte comme dans la région Araguaia-Tocantins), imputable directement à l’expédition de viande à l’étranger (essentiellement Egypte, Russie) est, nous l’avons vu, assez faible en comparaison de celles dédiées au marché intérieur. Si l’on part du principe que les productions amazoniennes remplacent les expéditions des anciennes régions bovines, la connexion hamburger est majoritairement indirecte : l’assiette du consommateur européen ou russe ne contiendrait pas de forêt amazonienne ou très peu, plutôt de la forêt subtropicale ou pluviale atlantique, alors que celle des consommateurs brésiliens beaucoup plus à cause de la demande internationale… On se retrouve dans une situation sensiblement différente de celles décrite dans la partie III, puisque, rappelons-le, la demande nationale avait conduit à une hausse significative de la quantité et de qualité des productions carnées brésiliennes et par conséquent la possibilité de s’insérer sur les marchés internationaux.

36Avec la substitution progressive des surfaces de pâtures par la sojiculture, et l’avancée du front du soja le long de la route Cuiabá-Santarem, il existerait un autre type de connexion hamburger plus indirecte que celle évoquée précédemment. Ainsi, nous consommons également de la forêt amazonienne en achetant de la viande bovine, porcine et de la volaille européenne (Cabantous et Gaudard, 2008). L’argument est tout à fait recevable en soi, la demande des européens en tourteaux de soja ayant sensiblement augmenté pour l’engraissage du bétail suite à l’interdiction des farines animales (Nepstad et al, 1997). Toutefois, comme les limites atteintes par la sojiculture sont à peu de chose près les mêmes que celles atteintes par la frontière de la fièvre aphteuse, à l’exception de quelques môles de pénétration dans le Sud-Ouest du Pará (Théry, 2004) , les déboisements inhérents à cette autre connexion concernent une fois encore davantage le cerrado et la forêt de transition que l’Hileia amazonienne.

Une dimension sociale de la déforestation largement occultée…

37La relation entretenue entre déforestation et consumérisme carné est complexe. La responsabilité des uns et des autres étant, à plus d’un titre, délicate à définir. D’une part, à cause de la forte imbrication des phénomènes locaux et internationaux (voir partie III à V.) et, d’autre part, à cause du caractère éminemment polémique du sujet. Même si nous tenions à faire état de l’existence, au début des années 1990, d’une connexion churrascaria éminemment brésilienne et indépendante des autres connexions internationales (hamburger, steak-house, ou goulache…), celle-ci a eu des impacts positifs en matière d’alimentation indispensables à prendre en compte (Faye et Alary, 2001). En proposant des brochettes de bœuf à moins de 0,5€ dans les restaurants populaires, certaines populations ont pu avoir accès à des protéines d’origine animale dans un pays où 40% des ménages déclarent ne pas tous les jours manger à leur faim (Institut de l’élevage, 2004).

  • 24  Dans son article publié en 1994 « la fin de la connexion hamburger », cet auteur remarquait que ma (...)

38Malgré la recrudescence des discours dans le genre effet papillon qui cherchent à établir un lien entre nos pratiques alimentaires et la disparition d’un des derniers grands massifs forestiers, expliquer de manière univoque les déboisements est largement illusoire. À la consommation de viande des brésiliens, des américains ou des européens s’ajoutent d’autres problèmes souvent occultés : l’absence de politiques publiques cohérentes en matière de réforme et de développement agraire depuis les années 1970, le manque d’alternatives socio-économiques pour les agriculteurs venus s’installer en Amazonie… Nous n’avançons rien de nouveau, D. Kaimowitz avait déjà écrit cela à propos de la connexion hamburger en Amérique Centrale il y a plus de quinze ans24… 

39L’élevage a connu un tel succès auprès des agriculteurs familiaux en grande partie à cause du manque d’alternatives dans des régions pionnières enclavées, où les perspectives de production et de commercialisation des cultures annuelles ou pérennes étaient assez restreintes. Or, comme évoqué dans la partie II, faire de l’élevage permettait justement d’éviter ces problèmes. Le fait que les fazendeiros voisins aient besoin de sous-traitants (location de pâturages, fourniture de bouvillons…) a également été un facteur décisif, bien que les systèmes d’échanges mis en place entre ces acteurs ne se fassent pas toujours à la faveur des agriculteurs moins capitalisés. En 1978, H. Théry faisait déjà de cette catégorie d’acteurs les « perdants » de la conquête de l’Amazonie, la transformation de la région en terre de pacage a souvent contribué à accentuer cette situation que ce soit au travers des conflits pour la terre (Coy, 1995 ; Théry et Aparecida de Mello, 2004) ou bien la position des petits producteurs dans les filières bovines. Ces derniers sont souvent cantonnés aux filières clandestines ou moins lucratives et le rôle de naisseur est moins enviable que celui de finisseur tant sur le plan monétaire (un bœuf fini en boucherie vaut 2,2 broutards) qu’en matière d’indépendance productive, les agriculteurs demeurant tributaires des fazendeiros pour la vente ou le transport des animaux (Institut de l’élevage, 2004).

40En assurant le développement de l’Amazonie et de ses populations (accès à l’énergie, aux réseaux routiers et commerciaux), et en augmentant les possibilités de production (cultures fruitières, systèmes culturaux diversifiés type agrosylvopastoraux ou agroforestiers) ainsi que de récupération des terres dégradées, il est sans doute envisageable de réduire les déboisements dans cette région. La récente baisse du cours de la viande et des signes de dégradation des pâtures de plus en plus visibles poussent les producteurs à tester d’autres solutions, même parmi les éleveurs purs et durs. Des projets pilotes de « fazendas vertes » essaiment en Amazonie légale avec le soutien d’ONG’s et de pays européens depuis 2000 (Melado, 2002) afin de racheter l’image des productions de la région. D’autres se proposent de stopper le gaspillage en réformant les 13 millions d’hectares de pâturages dégradés d’Amazonie légale afin de préserver le stock restant de forêt…

  • 25 Saluons la démarche de Greenpeace (2006) et du comité soja contre la vie (id.) qui font état de ces (...)

41Si l’élevage tente de « verdir » son image, un long chemin reste à parcourir avant de le rendre complètement durable. Rappelons que certaines fazendas qui sont ou seront peut-être un jour habilitées à l’exportation pratiquent encore le travail esclave. Pour le seul État du Pará, trois cents fermes ont été recensées sur les 5 dernières années et plus de 10 000 travailleurs seraient concernés (Frigo et al, 2005). Or, les appels aux boycotts pour ces motifs restent sensiblement moins fréquents25

Haut de page

Bibliographie

Arima E. et al., Pecuária na Amazônia: tendências e implicações para a conservação ambiental,Belém, IMAZON, 76 p., 2005.

Aubertin, C., « Industrialiser les frontières ? », Cahiers des Sciences Humaines, n° 22 (3-4), p.419-428, 1986.

Austin F.K., “The hamburger connection” and deforestation in less developed countries: a test of ecologically unequal exchange theory”, Raleigh (North Calorina), Master de Sociologie, 88 p., 2008.

Bertrand J.-P. et al., L’analyse des déterminants de l’avancée du front du soja en Amazonie brésilienne : le cas du Mato Grosso, Rapport sur l’État d’avancement du projet de recherche financé par l’INRA et le CIRAD, 238 p., 2004.

Buainain A.M. et Batalha M.O (coord.), “Cadeia produtiva da carne bovina”, Serie Agronegócios, Vol 8, 88 p., 2007.

Cabantous S. et Gaudard C., Le soja contre la vie, Paris, CCFD/GRET/RAD, 64 p., 2006. <http://www.sojacontrelavie.org/data/File/rapport_soja.pdf> (accès juin 2008)

Chatellier V., Guyomard H. et Le Bris K., « La production et les échanges de viande bovine dans le monde et l’Union Européenne », INRA Productions Animales, n°16 (5), p. 365-380, 2003.

Coy, M., « Différenciation et transformation de l’espace du Nord du Mato Grosso, contribution à un modèle de dynamique des fronts pionniers en Amazonie Brésilienne », in C. Albaladéjo et J.C. Tulet (Dir.), Les fronts pionniers de l’Amazonie brésilienne. La formation de nouveaux territoires, Paris, l’Harmattan, 360p., 1995.

Demaze, M.T., « Quand le développement prime sur l’environnement : la déforestation en Amazonie brésilienne », Monde en développement, n°143, p. 97-116, 2008.

Droulers M., L’Amazonie. Vers un développement durable, Paris, Armand Colin, 219p., 2004.

Dubois R. et Moura J.-A., « La lutte contre la fièvre aphteuse au Brésil : la participation du secteur privé », Revue des sciences et techniques de l’Office International des Épizooties, 23 (1), p. 165-173, 2004.

Durand-Dastès Fr., « Les géographes et la notion de causalité » in L. Viennot et C. Debru (Ed.), Enquête sur le concept de causalité, Paris, PUF, p. 145-160, 2003.

Fearnside P., « Développement agricole et déforestation en Amazonie brésilienne », Cahier des Sciences Humaines, n°27, vol. 1-2, pp.235-253, 1991.

Faye B. et Alary V., « Les enjeux de la production dans les pays du Sud ». INRA Productions Animales, n° 14 (1), pp. 3-13, 2001.

Frigo D. et al. (coord), Violação dos direitos humanos na Amazônia.Conflito e violência na fronteira paraense, Rio de janeiro, rapport commandé par la Comissão Pastoral da Terra, 172 p., 2005.

Greenpeace, Eating up the Amazon, Amsterdam, Greenpeace international, 64 p., 2006. <www.greenpeace.org/forests> (accès novembre 2007)

Institut de l’élevage, « Brésil : le zébu conquérant », Dossiers économie de l’élevage, n°336, 83p., 2004.

Jorgenson A., “Unequal Ecological Exchange and Environmental Degradation: A Theoretical Proposition and Cross-National Study of Deforestation1990-2000.” Rural Sociology n° 7, pp. 685-712, 2006.

Kaimowitz, D., “The end of the hamburger connection ? Livestock and deforestation in Central America in the 1980’s and 1990’s” in CortèsSalas et al. (eds) Readings of the workshop on government policy reform for forestry conservation and development in Latin America, Washington, 1-3 juin 1994, pp. 155-176.

Kaimowitz, D. et al., A connexão hambúrger alimenta a destruição da Amazônia, Bogor, CIFOR, 11 p., 2004. <http://www.cifor.cgiar.org/publications/pdf_files/media/Amazon.pdf> (accès octobre 2005)

Laganier R., Villalba B. et Zuindeau B., « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », Développement durable et territoire, Dossier 1 : Approches territoriales du Développement Durable, 2002. <http://developpementdurable.revues.org/document774.html> (accès mars 2009).

LeTourneau F.-M., « Jusqu’au bout de la forêt ? Causes et mécanismes de la déforestation en Amazonie brésilienne », M@ppemonde n° 75, vol. 3/2004, téléchargé sur le site <www.mappemonde.mgm.fr >(accès octobre 2006)

Lossouarn J., « Stratégies dans les filières animales », INRA Productions Animales, n°16 (5), 2003, p. 317-324.

Machado et al., Estimativas da perda da área do Cerrado brasileiro. Brasília, rapport commandé par Conservação Internacional Brasil, 23 p., 2004.

Magnan A., « Autour d’empreintes de la mondialisation sur les dynamiques territoriales des petites îles tropicales », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 236, p. 499-511, 2006.

Margulis S., Causas de desmatamento da Amazônia brasileira, Brasília, rapport commandé par la Banque Mondiale, 100p. , 2003.

Melado J., “Pastagens ecológicas o habitat natural do bovino orgânico”. In Primerira conferência virtual global sobre produção orgânica de bovinos de corte via Internet, 14p., 2002.

Mertens B. et al., “Crossing spatial analyses and livestock economics to understand deforestation processes in the Brazilian Amazon: the case of São Félix do Xingú in South Pará”, Agricultural Economics, n°27, p. 269-294, 2002.

Morin E. et Kern A.-B., Terre-Patrie, Paris, Points, p. 220, 1996.

Myers N. “The Hamburger Connection: How Central America's Forests Become North America's Hamburgers”, Ambio, Vol. 10, No. 1, p. 2-8., 1981.

Nepstad D., A globalização das industrias de soja e gado na Amazonia, opportunidades para a conservação, 2006.

<www.ipam.org.br/download/nepstad_et_al_globalizaca_amazonia.pdf> (accès novembre 2007>

Passerelle éco. « L’empreinte écologique principes et test : calculez la votre ! », Revue Passerelle éco n° 10, 2002 <http://www.passerelleco.info/article.php?id_article=314> (accès juin 2008)

Picard J., Dinâmicas sociais e desenvolvimento local sustentável : o impacto dos movimentos sociais e das intervenções de apoio ao desenvolvimento sobre a reprodução social da agricultura familiar na Amazônia (DINAMAZ). Rapport d’activités, 39p., 2001.

Pierre J.-M. et al., Utilisation de la forêt par l’élevage et responsabilité de l’élevage dans la déforestation, Ministère de la coopération/CIRAD, 78p., 1995.

Piketty M.-G. et al., « Les déterminants de l’expansion de l’élevage bovin en Amazonie orientale, conséquence pour les politiques publiques », Cahiers d’Agricultures vol. 14 (Janvier-Février 2005), p. 90-95, 2005.

Poccard-Chapuis R., Des pionniers et des éleveurs pour nourrir Belém, Document CIRAD, 2p., 2004.

Poccard-Chapuis R., Les réseaux de la conquête : rôle des filières bovines dans la structuration de l’espace sur les fronts pionniers d’Amazonie Orientale brésilienne, Université de Paris X Nanterre, Thèse de doctorat en géographie, 435 p., 2004.

Poccard-Chapuis R. et al., « La filière viande : un levier pour contrôler les dynamiques pionnières en Amazonie Brésilienne », Cahiers Agricultures vol. 14, n° 1, p. 53-57, 2005.

Robert R. « L’effet Papillon n’existe plus », Pour la science, n°283, p.28-35, 2001.

Smeraldi R, May H., O reino do gado. Uma nova fase na pecuarização da Amazônia, São Paolo, Amigos da terra, p. 39., 2008. <http://www.amazonia.org.br/arquivos/259381.pdf> (accès juin 2008)

Théry H., « Les conquêtes de l’Amazonie : 4 siècles de luttes pour le contrôle d’un espace », Cahiers des Amériques Latines, n° 18 (première série) spécial « Problèmes de frontières en Amérique Latine », 1978, p. 129-147.

Théry H. (éd), Environnement et développement en Amazonie brésilienne, Paris, Belin, 208p., 1997.

Théry H., « La vague déferlante du soja Brésilien », Mappemonde, n° 74, 7p., 2004.

Théry H. et Aparecida de Mello N. Atlas du Brésil, CNRS-GDR Libergéo et La Documentation française, 302p, 2003.

Veiga I., Savoirs locaux et organisation sociale de l’agriculture familiale amazonienne : la gestion durable des milieux en question, Toulouse, 1999. Thèse de doctorat en développement rural. Université de Toulouse le Mirail, 348p.

Witkowski N., « La chasse à l’effet papillon », Alliage, n°22, pp. 46-53, 1993.

WWF, Rapport Planète vivante, Gland, WWF international, 44 p., 2006.

Zuindeau B., « Équité territoriale et développement durable : état des lieux théorique et perspectives », Colloque justices/injustices spatiales, Nanterre, 12-14 mars 2008.

Sites Internet.

Associação Brasileira das Indústrias Exportadoras de Carne (ABIEC) : www.abiec.com.br

Fazenda Ecológica : www.fazendaecologica.com.br

Grupo de trabalho amazônico (GTA) : http://www.gta.org.br

Ministério de Agricultura Pecuária e Abastecimento : www.agricultura.gov.br

Word Wildlife Funds, test de l’empreinte écologique pour le Brésil : http://www.pegadaecologica.org.br/

Haut de page

Notes

1 Center for International Forestry Research.

2  La requête « connexion hamburger + Amazonie » donne dans un moteur de recherche quelconque  environ 1260 pages  Internet en France et 123 000 de par le monde ! La connexion fait fureur dans les pages et blogs écologistes, plus particulièrement sur les sites végétariens (http://www.green-is-beautiful.com/IMG/pdf_gib-webzine_version-imprimable-n2.pdf) ou ventant des modes de consommations alternatifs (http://www.lightconnection.us/Archive/oct06/oct06_article2.htm ).

3 En témoigne la récente conférence donnée par les amis de la terre et l’IDDRI à Paris où ce thème a largement été abordé par R. Smeraldi (avril 2008).

4  Quoique très intéressante pour les questions sociales qu’elle sous-tend (dépendances des petits producteurs aux fazendeiros et autres intermédiaires), la filière locale n’est pas présentée ici pour des raisons évidentes d’échelle. Chaque bourg rural ayant ses chevillards, bouchers et abatteurs plus ou moins clandestins (près de 40% des abattages brésiliens sont réalisés en toute illégalité selon un rapport de  la FNP, Federação Nacional da Pecuária, datant de 2003).

5   L’un des exemples les plus cités de l’ouvrage de Morin et Kern reste l’impact d’une augmentation des salaires en Allemagne sur le cours du cacao en Côte d’Ivoire (Laganier et al, 2002) via un certain nombre de réactions en chaîne sur le plan économique.  

6  Le lecteur sera sûrement surpris de la pauvreté des citations bibliographiques concernant la connexion hamburger en France ou au Brésil. Quelques auteurs font référence aux travaux de Myers et à quelques exceptions près de Kaimowitz, mais comme ils le font de manière furtive et sans les questionner, nous avons préféré les passer sous silence.

7  Pour une révision bibliographique détaillée de la connexion hamburger qu’elle soit brésilienne ou centre-américaine voir le travail de K. Austin.

8  Selon les dernières estimations données par R. Smeraldi, ce chiffre serait passé à 96% de la croissance du cheptel brésilien entre 2004 et 2007.

9  Superintendance pour le Développement de l’Amazonie légale

10 Pour la description de ce phénomène voir Pierre et al, 1995.

11  Dans son rapport, l’Institut de l’élevage évoque plusieurs problèmes quant à l’intégration des petits producteurs aux différentes filières brésiliennes. En raison des difficultés à traiter directement avec les abattoirs à cause d’un cheptel insuffisant (achat par lot d’au moins 20 têtes), les petits producteurs doivent recourir aux intermédiaires, ce rôle est très souvent assumé par les fazendeiros locaux et facilite le retour des pratiques paternalistes…

12  Voir en cela le numéro 22 des Cahiers des Sciences Humaines « Frontières, mythes et pratiques » publié en 1986.

13 Soit 4 kg de plus que la moyenne nationale.

14  Selon Mertens et al, 2002, sur l’année 1999, 30 000 têtes/mois étaient expédiées du Nordeste vers la région de São Felix do Xingu dans le Pará.

15  À noter que cette appellation ne répond à aucun critère écologique, cela signifie seulement  que le bœuf est nourri à l’herbe et non aux farines animales, grains …

16 Système d’Identification des BOVins

17 Le pouvoir de décréter si une zone peut être libre ou non incombant normalement aux autorités locales, des commissions d’experts internationaux sont régulièrement dépêchées sur place afin de valider toute évolution de la barrière phytosanitaire. On obtient alors diverses cartographies des zones libres ou non libres selon que l’on se situe du côté brésilien ou européen. Le Pará est un bon exemple des désaccords entre organes brésiliens (MAPA, Ministério da Agricultura Pecuária e Abastecimento) et internationaux (OIE, Organisation Internationale de la Santé Animale), s’il était apte à exporter dès 2005 selon le premier, le second ne lui a accordé ce statut que très récemment (mai 2007).  

18 Zone de précaution entourant les foyers déclarés pour éviter la propagation de l’épidémie. Ainsi, si l’on se réfère à la crise de 2005, aux foyers du Mato Grosso, de São Paulo et du Paraná s’ajoutent dans la zone de contention de l’OIE à peu près tous les États limitrophes or Santa Catarina.

19  Associação Brasileira das Indústrias Exportadoras de Carne

20  L’ABIEC déplore chaque année l’entêtement des états-uniens à se limiter à l’importation de cuit congelé destiné à la transformation en plats préparés sur place. Les USA évoquent à loisir des conditions sanitaires brésiliennes peu satisfaisantes alors qu’ils continuent à se fournir en viande in natura auprès de l’Uruguay ayant sensiblement les mêmes problèmes (exemple des embargos de 2001).

21  Voir l’appel au pistage des produits brésiliens de George Monbiot publié dans the Guardian du 18 octobre 2005, où comment se servir de la traçabilité pour retrouver les destructeurs de la «forêt ».

22  Voir à ce propos les cartes réalisées par H. Théry et N. Apparecida de Mello dans l’Atlas du Brésil.

23  Voir la dépêche publiée par le groupe de travail amazonien (GTA) à l’adresse http://www.gta.org.br/noticias exibir.php?cod cel=510

24  Dans son article publié en 1994 « la fin de la connexion hamburger », cet auteur remarquait que malgré le recul du nombre de têtes de bétail dans les pays d’Amérique centrale, la déforestation continuait bon train. La seule explication par l’élevage ne tenait plus, a-t-elle un jour été suffisante ?, il a fallu chercher d’autres variables explicatives. Parmi celles-ci, les plus significatives étaient : les questions foncières, la mise en place de politiques publiques de développement efficaces ainsi que l’offre d’alternatives économiques viables aux petits producteurs.

25 Saluons la démarche de Greenpeace (2006) et du comité soja contre la vie (id.) qui font état de ces  problèmes dans leurs rapports respectifs cités en bibliographie. Le nombre de lignes consacrées à ces  phénomènes étant plus important chez le second, car plus soucieux du bien être humain que le premier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Exportations brésiliennes
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5602/img-1.png
Fichier image/png, 51k
Titre Planche 1
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5602/img-2.png
Fichier image/png, 209k
Titre Planche 2
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5602/img-3.png
Fichier image/png, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Marchand, « La « connexion hamburger » appliquée à l’Amazonie brésilienne. Décryptage de l’ « effet papillon » entre consumérisme carné et déboisement », Confins [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 29 mars 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://confins.revues.org/5602 ; DOI : 10.4000/confins.5602

Haut de page

Auteur

Guillaume Marchand

doctorant (allocataire-moniteur) IHEAl/CREDAL, gmarchand80@aol.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org