Navigation – Plan du site

Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil

Dinâmicas territoriais associadas à soja e mudanças funcionais na Amazônia. O caso da região de Santarém, Pará, Brasil
Rubén Valbuena

Résumés

La croissance progressive de la demande internationale de produits céréaliers et légumineux pour le fourrage animal et l´alimentation humaine a entraîné une expansion continue des terres cultivées au Brésil. L´intérêt des multinationales du secteur agroalimentaire (qui ont réalisé de grands investissements dans le pays) et les facilités données par le gouvernement pour inciter et développer les activités agro-exportatrices, ont également favorisé l’expansion de ces cultures agricoles. La progression a gagné les régions de cerrado et plus récemment de l´Amazonie, provoquant de profondes transformations dans l´organisation du territoire en donnant de nouvelles fonctions aux différents lieux. Santarém, une ville historique de l´Amazonie brésilienne, qui a une localisation privilégié á la confluence des fleuves Tapajós et Amazones, et à l’extrémité Nord de la route BR-163, est sur le devant de la scène de toutes ces mutations récentes. C’est un centre urbain qui dirige un processus de changement régional défini par la reconversion et la spécialisation productive dans le milieu rural.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

BR-163, Cuiabá-Santarém, Soja

Index by keywords :

BR-163, Cuiabá-Santarém, Soy bean

Index géographique :

Amazonie, Santarém

Índice de palavras-chaves :

BR-163, Cuiabá-Santarém, Soja
Haut de page

Texte intégral

1L’ordre du système amazonien est en train de se modifier intensément, cela est dû aux récentes activités de l’homme. La marche vers le Nord ainsi que l’incorporation successive des terres à l’espace productif brésilien ont provoqué un recul important de la surface forestière tropicale, même si l’élimination de la couverture végétale amazonienne suppose une perte de la principale source de subsistance pour les populations locales. Par contre, pour d’autres acteurs de cette société du monde capitaliste cela suppose une brillante opportunité d’expansion de leurs activités économiques.

Une progression qui demande une réorganisation du territoire, un réaménagement des accès et l’établissement d’un nouveau système d’agglomérations humaines (certains déjà existants, d’autres à créer). Nous constatons, alors, la formation d’un ensemble de nouvelles régions organisées à partir de différant noyaux urbains depuis lesquels se dirigent les transformations de l’espace.

Cet espace géographique dont le dynamisme des échanges territoriaux est une des caractéristiques les plus remarquables et où les interventions humaines se sont succédées pendant les dernières décades, offre aujourd’hui un sens et un signifiant très différent.

2Les interventions, qui peuvent être analysés depuis une optique économique, ce qui pourra nous aider dans la compréhension de telles transformations, comme celle de la récente introduction d’une nouvelle culture en Amazonie, celle du soja. Un produit dont la demande est en hausse sur le marché international ce qui provoque des dynamiques territoriales spécifiques et des changements fonctionnels en Amazonie.

Santarém, bien loin des principaux centres producteurs de cette oléagineuse au Brésil, s’est trouvé mêlé à un adroit processus de mutation, dû à sa localisation. Convertie comme centre et cœur d’un potentiel couloir d’exportation. Cela a provoqué une transformation radicale de son territoire le plus proche. Une réorientation productive de cette région de l’Amazonie Centrale a créée des mouvements très importants de populations avec de nouvelles structures qui ont donné un rôle nouveau à son principal centre urbain, Santarém.

L’expansion à grande échelle de la monoculture du soja

  • 1  La récolte de 2004/2005 a produit un total de 50,19 millions de tonnes de soja, 73% desquelles ont (...)
  • 2  En tant que bloc, les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay et Bolivie) sont la p (...)
  • 3  Par agriculture commerciale on entend ici agriculture mécanisée et capitalisée, caractérisée par l (...)

3Avec plus de 23 millions d´hectares semés et une production supérieure à 50 millions de tonnes1, le Brésil s’est affirmé en tant que second producteur mondial2 de soja et de ses dérivés. Cette oléagineuse originaire de Chine est le principal produit de l’agriculture commerciale brésilienne au commencement du xxie siècle3 et provoque par là même d´importantes mutations dans le pays.

4Au Brésil, pays producteur du quart de la production mondiale de soja (Bickel, 2004, p. 14), l’expansion de la culture du soja a été fulgurante. Pour certains, cela reflète le potentiel et la vocation agricoles du pays (Banco do Brasil, 2005), pour d’autres cela représente un énorme impact environnemental dont l’ampleur et les répercussions n’ont pas encore été mesurées (Carvalho, 1999 ; Bickel, 2004 ; GTF, 2004 ; Alencar, 2005 ; Greenpeace, 2005).

5Traditionnellement, il y a une double segmentation de l’activité agraire dans le pays : d’un côté l’agriculture de subsistance et de l’autre l’agriculture de plantation, deux patrons différents qui coexistent. De ce fait, il y a deux économies différenciées : l’autoconsommation du petit agriculteur et l’exportation basée sur les cultures de plantation (café, canne à sucre, coton, cacao, maïs, soja…). Cette dichotomie s’est accentuée à partir des années 1980. Depuis cette époque, les pouvoirs publics favorisent l’expansion de ces cultures de plantation, destinées à ravitailler le marché international, laissant de côté l’implantation d’une réforme agraire qui résolve les problèmes croissants de la campagne brésilienne. Selon la Banco do Brasil (2004b, p 21), l’agriculture commerciale du pays occupe actuellement 240 millions d’hectares, tandis que l’agriculture familiale occupe à peine 108 millions d’hectares (moins d’un tiers de l’aire totale cultivée).

6Initialement, la croissance de la production agricole était due à l’expansion des aires déboisées plus qu’au progrès technique. Les États brésiliens qui ont le plus contribué à cette croissance dans les années 1960 et 1970 sont ceux de Maranhão, Paraná, Acre et Amapá. Récemment, malgré que de vastes aires continuent d’être déboisées chaque année dans la région amazonienne, la croissance de la production est due principalement aux cultures hautement mécanisées et dont la productivité est élevée, principalement le soja.

  • 4  Par exemple, à travers l’exemption de l’impôt sur la circulation de marchandises et de services (I (...)
  • 5 Programa de Modernização da Frota de Tratores Agrícolas e Implementos Associados a Colheitadeiras.

7La culture du soja, principale oléagineuse du monde, a connu une extraordinaire expansion dans les pays du Cône Sud, incitée par la lourde demande en farines végétales riches en protéines et en matières grasses qui complètera la provision de fourrage de l´alimentation animale, destinée principalement aux pays les plus développés qui présentent une consommation élevée de viande (Bocchetto, 2006, p. 1-2). Les autres facteurs ayant provoqué cette croissance sont le changement des habitudes de consommation et l’augmentation de celle-ci dans les pays comme la Chine ou l’Inde (la croissante demande en huiles végétales pour la consommation humaine par exemple) (Ozeki et al., 2001, p. 12-15). Divers auteurs indiquent d´autres facteurs ayant stimulé cette expansion : le processus de libéralisation économique qui depuis 1945 a mis fin aux barrières douanières restrictives (White et al., 2004, p 2), l’ouverture économique brésilienne, la création du Mercosur, l’adoption d’une politique destinée à stimuler l´agriculture d´exportation4, l’utilisation de nouveaux instruments pour le financement des producteurs ruraux, la dépréciation du Réal face au Dollar américain depuis 1998 et l’implantation du programme Moderfrota5 en 2000 (Figueiredo et al., 2005). En résumé, l’expansion récente de la culture du soja au Brésil est due à une série de facteurs exogènes et endogènes parmi lesquels on peut distinguer l’augmentation de la demande, la hausse des prix du marché international et les politiques publiques adoptées par le Brésil pour promouvoir la croissance du secteur agricole.

  • 6  En 1990 l’aire plantée de soja occupait 11 487 300 Ha, tandisqu'en 2005 celle-ci s’élevait à 22 89 (...)

8Tandis qu’en 1990 la production de soja au Brésil s´élevait à 19,8 millions de TM, elle dépassait en 2005 le seuil des 50 millions de TM. L’aire semée a aussi doublé entre les deux dates6, ce qui indique une augmentation importante des niveaux de productivité obtenus.

  • 7  Pour voir l’évolution du soja au Brésil de 1970 à 2002, consulter les cartes interactives de l’art (...)

9Wehrmann et al. (2004, p. 114), notent que bien que le soja ait été introduit au Brésil par les ports de l’État de Bahia, la culture du soja a acquis de l’importance dans l’État le plus méridional du pays, Rio Grande do Sul, au début du xxe siècle. Jusqu’en 1980, le soja n’était cultivé que dans les États de la région Sud, mais grâce au développement d’espèces adaptées aux conditions climatiques et édaphiques des États du Centre-Ouest et du Nord-Est brésilien, cette oléagineuse s’est rapidement répandue vers le Nord. L’avancée de la culture du soja est associée au développement du parc industriel. Les premières plantations dans les États de São Paulo, Goiás et Mato Grosso do Sul datent des années 1950 et 1960, quand se sont développées de nombreuses recherches dont l’objet était de produire des espèces adaptées à de nouvelles conditions édaphologiques et climatiques, momento en el que la Empresa Brasileira de Pesquisas Agropecuarias –Embrapa adquiere un rol predominante en la progresión de este cultivo (Wehrmann et al., 2004, p. 144-148)7.

10En Amazonie, le soja a été introduit à des fins commerciales dans les années 1980, concrètement dans l’État de Mato Grosso. Parallèlement à l’avancée de ces cultures, il existe une migration très significative des producteurs agricoles qui suivent l’expansion de la culture du soja, du Sud vers le Nord, en direction des forêts denses, ces espaces « vierges » pouvant être déboisés et incorporés au processus productif.

  • 8  Toutes les cartes basées sur des données statistiques ont été élaborées dans un premier temps avec (...)

Figure 1 : Expansion de la culture de soja au Brésil, 1990-20058

Figure 1 : Expansion de la culture de soja au Brésil, 1990-20058

Source : IBGE, Produçao Agrícola Municipal 2006.

Figure 2 : Variation de la production de soja au Brésil, 1990-2005

Figure 2 : Variation de la production de soja au Brésil, 1990-2005

Source : IBGE, Produçao Agrícola Municipal 2006.

11Cette évolution est également marquée par des grandes mutations des campagnes. Les structures et les pratiques traditionnelles sont abandonnées, au détriment d’une nouvelle organisation du travail et d’un système de production moderne, caractérisé par une spécialisation productive, par l’adoption de pratiques standardisées, par l’application de techniques avancées et par la prédominance du travail salarié.

12Un modèle peu flexible dans lequel chaque étape du processus est parfaitement planifiée, qui élimine des imprévus potentiels et donne un aspect homogène à la campagne. Ainsi, Milton Santos (2000, p. 257-258) affirme qu’il se créé un monde rural pratiquement sans mystères où chaque geste et chaque résultat doivent être planifiés afin d’assurer la meilleure productivité et la rentabilité la plus élevée. Les plantes et les animaux ne sont plus hérités des générations antérieures mais sont des créatures de la biotechnologie. Les techniques au service de la production, du stockage, du transport, de la transformation des produits et de leur distribution répondent au modèle mondial et sont calquées sur des objectifs pragmatiques, d’autant mieux atteints que les calculs de sélection et d’implantation sont clairs.

13Les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, qui possèdent un taux élevé de professionnalisation, ont stimulé la croissance de l´économie nationale et sont responsables de l’excédent de la balance commerciale brésilienne durant ces dernières années (Roessing et al., 2004, p. 14, Banco do Brasil, 2005a, p. 18). L’agriculture commerciale et l’industrie de transformation associée à celle-ci représentait en 2003 plus du 36 % du PIB national (tableau 1).

Le rôle de l’État dans l’augmentation de la production d’oléagineux

14Le Brésil est le leader mondial de l’exportation de plusieurs produits alimentaires : le sucre, le café, le soja, le jus d’orange, les viandes de poulet, de porc et de bovin. Il a atteint la deuxième position dans le domaine des exportations de fer et d’acier. Ces données témoignent de l’importance qu’acquièrent ces activités économiques et leur signification pour l’économie nationale. Durant la dernière décennie, elles se sont affirmées en tant que secteur productif clé pour le pays.

Tableau 1 : Valeurs relatives du PIB de l’élevage, de l’agriculture et de l´agriculture commerciale brésilienne, 2002-03

Elevage

Agriculture

Agriculture Comerciale

PIB Brésilien (millions de Reais, valeur de 2003)

2002

4,36

5,98

34,89

1.367

2003

4,56

6,78

36,35

1.398

Source : ROESSING et al., 2004.

Tableau 2 : Quelques chiffres de l´agriculture commerciale brésilienne, 2005.

Produit

Orange

Concentre 81,9 % du marché mondial du jus d’orange (exportation)

Soja

Concentre 38,9 % du marché mondial (exportation)

Café

Vend 28,5 % du café en grains consommé sur la planète et 43,6 % du café soluble

Sucre

Vend 29 % du volume consommé dans le monde

Viandes

Depuis 2003, le Brésil est le plus grand producteur de viande bovine avec une contribution au marché mondial de 19 %. Il est également le leader en vente de viande de poulet, ses exportations atteignant 1,9 milliards de Dollars.

Tabac

Vend 23,1 % du tabac consommé dans le monde

Source : Banco do Brasil, 2005.

  • 9  La Banco do Brasil est le principal agent financier de l’agriculture commerciale brésilienne (agro (...)

15Dans ce contexte, l’État brésilien a joué un rôle primordial dans le processus d’expansion de l’agriculture commerciale en assistant les producteurs et en concevant une politique agricole basée sur la fortification des activités capitalisées et sur la dynamisation des exportations des produits agricoles. Le tableau 3, montre l’application différentielle des ressources fédérales dans la campagne brésilienne9 à travers la Banco do Brasil. On constate qu’une quantité élevée de ressources est destinée à l’agriculture commerciale (84 % du total en 2004-2005) par rapport au maigre pourcentage destiné à l´agriculture familiale.

16Dans un travail de l’Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE, 2005, p. 5), on constate que le Brésil est un pays qui accorde peu d’appui au secteur agricole, très en dessous de la moyenne qu’enregistrent les pays de l’OCDE. La partie de l’appui destiné aux producteurs (en grande partie par des crédits subventionnés) est en train d’augmenter, tandis que les dépenses en services généraux perdent de l’importance. Ces constatations renforcent le fait que l’État ait un rôle d’assistant des producteurs ruraux et qu’il donne la priorité aux moyens et grands projets, mettant de côté la construction d’un milieu favorable au développement d’une agriculture équilibrée des points de vue environnemental et social.

Tableau 3 : Distribution du crédit du Banco do Brasil

Finalité

Récolte 2003-04

Récolte 2004-05

Variation ( %)

Agriculture familiale

3.422

4.100

19,8

Agriculture imprésariale

17.168

21.400

24,7

 Coût/commercialisation

14.788

18.000

21,7

 Investissement

2.380

3.400

42,9

Total global

20.590

25.500

23,8

(en millions de Reais).Source : Banco do Brasil, 2004.

  • 10  Hebert Lima, Directeur Exécutif de l’Embrapa, affirma pendant le séminaire du MPEG célébré en 2004 (...)

17L’appui de l’État au développement de l’agriculture commerciale au Brésil se manifeste à son tour dans l’Embrapa, qui a concentré ses efforts dans le développement de techniques et de technologies destinées à appuyer l’agriculture à grande échelle10. Ainsi, Monteiro (2004, p. 11) souligne le rôle que l’Embrapa a rempli en favorisant l’expansion de la culture du soja en Amazonie grâce à des études d’aptitude agricole ou à la génération de semences de haut rendement adaptées aux sols et aux climats des zones tropicales. De même, Bertrand (2006a) et Bertrand et al. (2006b) analysent l’important rôle des recherches publiques dans l’avancée du front du soja vers le Nord et soulignent le pari de l’Argentine et du Brésil pour les organismes génétiquement modifiés (OGM) qui procurent des variétés s’adaptant à de nouvelles conditions édaphiques et climatiques et ayant un plus grand rendement. Les auteurs soulignent le chiffre significatif des conquêtes atteintes par l’Embrapa ainsi que l’important rôle de cet organisme dans le développement d’une variété qui s‘est parfaitement adaptée aux sols et au climat du Cerrado brésilien, un écosystème caractéristique qui s’étend sur le plateau brésilien, obtenant une extension approximative de 200 millions d’hectares.

18L’État a également exercé un rôle crucial en assurant des conditions de compétitivité territoriale entre les différentes régions productrices, en dotant les espaces brésiliens du soja de conditions de base pour la reproduction et la consolidation du modèle agro-exportateur. Bertrand et. al (2006b) se réfèrent à cet aspect lorsqu’ils constatent que « la création, le maintien et l’élargissement des avantages compétitifs nécessitent non seulement la mise en œuvre de stratégies individuelles adéquates des acteurs privés (politique de prix, différenciation et recherche de la qualité des produits, capacité de coordination des différents acteurs de la filière), mais aussi la mise à disposition par l’État d’un ensemble de biens publics indispensables : éducation, recherche, construction des infrastructures (routes, voies ferrées et fluviales, ports, capacité de stockage, télécommunications, énergie) ».

  • 11  “Atualmente, o Brasil utiliza 48 milhões de hectares com lavouras anuais ou temporárias e 15 milhõ (...)

19Wedekin (2005, p. 26), affirme que durant ces dernières années le secteur agricole brésilien a fait l’objet d’un intense débat de société qui dépasse les frontières du Brésil. Cette discussion est entretenue par l’augmentation de la production et des exportations, de même que par les impacts de l’environnement qu’implique l´expansion de la culture du soja. Cela fait apparaître l’immense potentiel du Brésil en ce qui concerne la disponibilité du facteur productif terre11, fait qui amplifie la polémique autour du dilemme « développement économique face à la conservation de l’environnement ».

La récente et vertigineuse incursion du soja en Amazonie

  • 12  Ces couloirs sont ceux de Belém-Brasília, Cuiabá-Santarém, Rio Branco-Porto, Velho-Cuiabá et Boa V (...)

20Le débat sur l’expansion du soja et ses coûts socio-environnementaux prend de plus en plus d’importance dans la région amazonienne du fait de la vaste étendue spatiale et de ses richesses naturelles. La plus grande extension continue de forêt tropicale pluvieuse, qui a une biodiversité fabuleuse, est menacé par l’avancée des pratiques agricoles. La culture du soja connaît depuis les années 1980 et surtout depuis les années 1990 une intense expansion qui affecte presque tout le territoire brésilien. En Amazonie, on observe aussi une croissance vigoureuse, notamment dans l’État du Mato Grosso qui s’est affirmé comme le plus grand producteur du pays. Ces dernières années se sont dessinés des couloirs à travers lesquels la culture de l’oléagineuse avance du Centre-Ouest vers le Nord12, s’enfonçant ainsi dans le cœur de la région amazonienne. Cette expansion est due entre autres aux aides prêtées par les gouvernements des États avec la création de programmes d’incitation au développement dans la région (Lima et al., 2006, p. 7).

21À ces pratiques s’associent de nombreux effets néfastes d’ordre social et environnemental. White et al. (2004), soulignent que les principaux impacts négatifs de l’avancée du soja sont l’exclusion sociale, la déstructuration (ou restructuration) des territoires et les impacts environnementaux (déforestation, effets sur le climat, pollution…). De la même façon, Fearnside (2005, p. 116) affirme que l´expansion du soja représente à l’heure actuelle la plus grande menace pour la santé de l’Amazonie, en stimulant l’investissement massif du gouvernement en infrastructures telles que les voies fluviales, ferroviaires et routières. Le développement des infrastructures provoque un cercle vicieux d’investissements et d’exploitations qui peut détruire plus de forêts que les plantations elles-mêmes.

Tableau 4 : Évolution de la production de soja en grains dans l’État du Pará, dans la Région Nord et au Brésil, 1990-2004

Pará

Norte

Brasil

1990

-

44.392

19.897.804

1991

-

10.842

14.937.806

1992

-

21.107

19.214.705

1993

-

37.358

22.590.978

1994

-

68.637

24.931.832

1995

-

47.271

25.682.637

1996

-

15.192

23.166.874

1997

1.353

47.977

26.392.636

1998

2.438

142.409

31.307.440

1999

2.630

133.853

30.987.476

2000

2.602

184.614

32.820.826

2001

2.291

260.734

37.907.259

2002

7.535

338.835

42.107.618

2003

43.251

552.496

51.919.440

2004

99.437

946.649

49.549.941

(en tonnes). Source : SIDRA/IBGE, 2006.

22Le soja, considéré comme synonyme de progrès et de développement, a conduit à l’incorporation de terres au processus productif dans le biome brésilien du cerrado et a atteint dans les dernières années certains États amazoniens (LIMA et al., 2006, p. 7), changeant ainsi les acceptions et les idées sur le modèle d’occupation et d’utilisation du sol en Amazonie. Divers auteurs exposent les modèles d’occupation du sol en Amazonie (Goodland et al., 1975 ; Coy, 1996 ; Pasquis et al., 2003 ; Monteiro, 2002 ; Margulis, 2003 ; Alencar et. al, 2004 ; Droulers, 2004 ; GTF, 2005). Traditionnellement, le processus d’occupation du sol était long et plusieurs personnes y participaient. Maintenant, depuis le défrichement de nouvelles aires jusqu´à la consolidation d´une activité économique, ce processus a connu une réduction dans le temps et une réorganisation des agents impliqués. Depuis les années 1990, l’élevage est considéré comme étant l’agent le plus important du processus d’occupation et d’exploitation des terres dans la région amazonienne. Les derniers travaux publiés commencent à montrer du doigt la culture du soja comme étant la principale cause de l’avancée de la déforestation dans plusieurs régions de l’Amazonie.

Figure 3 : Modèle schématique des temps et formes d´occupation de l´espace amazonien

Figure 3 : Modèle schématique des temps et formes d´occupation de l´espace amazonien

23La progression de la production des grains en direction de la région amazonienne a généré un débat autour de la viabilité économique-environnementale de ce processus. D’un coté, il était entendu que le soja ne pouvait s’étendre que sur des aires dégradées, puisque le défrichement de nouvelles aires (coupes rases pour la culture du soja) rendrait le projet économiquement inviable. Par ailleurs, une vaste production littéraire scientifique traitant de la déforestation et de l’avancée de la culture de soja conclut que la relation entre les deux éléments est seulement secondaire (Margulis, 2003 ; Brandão 2005). Depuis que la production de soja progresse exclusivement sur des aires d´élevage extensif ou sur des aires anthropisées dégradées, l’activité d´élevage a dû se déplacer vers des aires de forêt, attribuant ainsi à l’élevage le titre de principal agent de déforestation en Amazonie. Cependant, dans le Nord de l’État de Mato Grosso et dans les États de Rondônia, Amazonas et Pará, on observe que cette progression se fait directement au détriment de la forêt amazonienne (GTF. 2004, Lima et al., 2006).

24Sans vouloir approfondir ce débat ni donner plus d’importance à une activité qu’à une autre en tant que principal agent promoteur de l’avancée de la déforestation, on voudrait simplement mettre en évidence trois aspects : l’intensification de l’agriculture commerciale et de l’élevage dans la région amazonienne, l’augmentation des impacts environnementaux qui leur sont associés (notamment la croissance des aires défrichées) et les importants changements structuraux et fonctionnels du territoire qui sont à l’origine d’une réorganisation des activités et des acteurs sociaux.

Santarém : expansion du soja au Nord de la BR-163

25En 1997, la FMN Cargill commence à étudier la possibilité d’installer à Santarém un port destiné à l’exportation de soja. Ce projet, appelé « Projeto Saída Norte », prévoyait l’augmentation de la production dans l’État de Mato Grosso (MT) et la possible saturation des voies d’exportation traditionnelles, c’est à dire des ports de Santos (SP) et de Paranaguá (PN).

26En avril 2003 a été inauguré à Santarem un port destiné à l’exportation de grains de soja. Celui-ci donne, au commencement du nouveau siècle, une position et des fonctions nouvelles à ce noyau urbain qui prend ainsi une place vitale à niveau national en devenant un trait d’union sur la nouvelle route du transport du soja du Nord-Ouest du Mato Grosso.

27La progression de la production de soja vers le Nord du Brésil a consolidé la région du Centre-Ouest en tant que plus grand producteur de soja du pays. Une tendance à l’expansion autour de l’axe BR-163 s’esquisse d’ailleurs, axe au Nord duquel on remarque un fort taux de croissance de la production (Théry, 2004). Ce processus est alimenté par la forte immigration d’agriculteurs provenant d´autres États, principalement du Mato Grosso. Ils sont attirés par plusieurs facteurs : accès facile à la terre, facilités de financements, pressions socio-économiques de leurs lieux d’origine…

28Un centre multimodal se concrétise à Santarém depuis l’amélioration des voies de communication, aussi bien terrestres, qu’aériennes et fluviales. Ceci a d’ailleurs de profondes implications territoriales. Le port de la firme multinationale Cargill se présente comme un des facteurs induisant l’expansion de la monoculture de soja dans l’Ouest de l’État de Pará. Il rend possible la sortie de la production par le fleuve Amazone tout en impliquant une importante réduction des coûts de transport. En raison du coût réduit du soja, ce produit devient plus sensible aux coûts de transport (port, péages…), ce qui compromet parfois la viabilité économique de la production. Ce fait s’aggrave quand on considère les conditions de la région Centre-Ouest, où les distances jusqu’aux ports d’exportation sont élevées et où les routes sont dans un état précaire (Fayet, 2004).

  • 13  Taux de change approximatif en 2004: 3R$ = 1€.

29En 2005 ont été conduites des expériences avec plus de 60 variétés de soja à Uruará, une commune proche de Santarém, dont le principal noyau de population a surgi dans les années 70 sur les bords de la Transamazonienne. Ces recherches ont été développées par l’Embrapa et étaient appuyées par le gouvernement municipal. Aussi la multinationale a-t-elle facilité un appui technique et financé depuis son implantation les produits agricoles (semences, fertilisants, herbicides…) de dizaines de producteurs de la région, accélérant ainsi l’expansion des aires destinées à la culture du soja, notamment à travers la reconversion productive aussi bien des petits et moyens agriculteurs que des éleveurs. La valeur de ce financement varie en fonction de l’aire que chaque producteur destine à la culture de soja, avec une base établie à 20.000 R$ (Reais)13 pour 100 Ha.

30Grâce à la création d’un couloir d’exportation en conditions plus ou moins acceptables qui minimise les coûts de production et à l’intérêt du pouvoir public (à travers la réalisation d’études techniques évaluant la viabilité de l’expansion de la culture de grains vers l’Amazonie Centrale), la Banco de la Amazonia, à travers le Fundo Constitucional de Financiamento do Norte, a financé jusqu’en 2003 soixante-dix-sept exploitations pour la consolidation d’un pôle de production de soja dans la région de Santarém (Steward, 2004). Ceci confirme l’intérêt qu’a l’État pour l’extension de cette sorte de cultures vers la région Nord du Brésil.

31L’intérêt des entrepreneurs de développer un projet qui facilite l’exportation de la production du Mato Grosso à travers la BR-163 et d’achever un pôle de production de soja à Santarém a été parallèlement accompagné par des études de l’Embrapa, dès 1999, visant à orienter le développement d’une agriculture mécanisée dans la région. Ces études ont déterminé l’aptitude agricole des différents types de sols et défini des recommandations pour les différents usages, établissant au total 515.991,85 ha appropriées au développement d’une agriculture mécanisée (représentant 72,75 % de l’aire étudiée), 9.363,07 ha présentant une aptitude moyenne pour le développement de cette agriculture (1,32 %) et 183.883,24 ha limités à un usage agricole familial (25,93 %) (Embrapa, 1999 et 2001).

  • 14  La possibilité de produire deux récoltes par an (deux cycles annuels) sur le plateau de Santarém a (...)
  • 15  L’entreprise Agrária Engenharia e Consultoria S.A. a été engagée par le Gouverneur de l’État de Pa (...)

32La disponibilité de terres, le prix réduit de celles-ci et la haute productivité14 qu’elles offrent ont placé le plateau de Santarém dans le point de mire des agriculteurs d’autres États Les premières aires destinées à la culture de soja en 1996-97 (« Projeto piloto de experimentação da cultura da soja ») avaient pour but de vérifier la capacité de production de cette région et de déterminer quelles variétés s´adaptaient le mieux au climat et aux caractéristiques édaphiques locales. Le rapport réalisé par le cabinet Agrária S.A.15 a démontré sa haute productivité potentielle (égale ou supérieure à celle que l’on obtient dans d’autres aires productrices du pays) et établit des recommandations pour certaines variétés examinées. Les producteurs et les pouvoirs publics municipaux s’unissent alors pour demander un financement de l´État qui permette de développer un projet de culture de soja dans la région.

33Depuis 2000, on assiste dans la région de Santarém à un extraordinaire processus d’expansion et de renforcement de la production de soja. Le tableau 5 montre l’aire plantée de riz et de soja pour la période 1998-2005 à Santarém et Belterra, où l’on constate la vertigineuse croissance de l’aire destinée à la culture de grains. Des cultures expérimentales ont été menées dans la région jusqu’en 2002 avec l’intention d’introduire les variétés les mieux adaptées aux caractéristiques édaphiques et climatiques de la région, avant de commencer la culture commerciale de soja.

Tableau 5 : Superficie plantée en riz et en soja dans les communes de Santarém et Belterra entre 1998 et 2005 (en hectares)

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

Arroz

2.600

3.890

5.900

10.050

16.925

68.200

Soja

500

25

50

250

2.500

7.000

14.000

23.000*

* Estimation Source : SIDRA/IBGE, 2005 ; Cargill, 2005.

34Pour apercevoir l’aire potentiel d’expansion des cultures de grains dans ce territoire, nous devons nous rappeler du processus d’incorporation de nouvelles terres à l’espace productif. Dans la région de Santarém, les agriculteurs disposent en rangées les troncs qu’ils coupent lorsqu’ils défrichent une nouvelle aire de forêt dense. Ils brûlent ensuite ces rangées avant de planter du riz la première année (parfois aussi la deuxième) car il résiste bien aux sols acides et peut être récolté à une certaine hauteur du sol à l’aide des machines, évitant ainsi les racines laissées par le défrichement. L’été suivant ils emploient une main-d’œuvre journalière non qualifiée pour débarrasser le terrain des racines qui restent (« catação de raízes ») afin de commencer à cultiver du soja, du maïs et du sorgho. Grâce à l’acidité du sol, le riz pousse plus vite sur ces aires que le soja. Cet argument permet de dire que l’aire d’expansion du soja peut être étendue à celle du riz, sans toutefois perdre de vue que le riz ne se cultive que pour préparer le sol à la plantation de soja.

(cliché R. Valbuena).

35Ces cinq dernières années, Santarém a assumé un rôle important dans la carte du complexe du soja au Brésil, concrétisant ainsi le projet séculaire de donner une sortie à la production du plateau central brésilien à travers le fleuve Amazone. Projet qui sera pleinement achevé lorsque la route Cuiabá-Santarém sera goudronnée ou quand le projet historique de la voie fluviale Teles-Pires Tapajós se réalisera.

36Le port de Santarém permet de réduire significativement les distances et le temps de transport et donc le coût de transport du soja depuis les exploitations jusqu´aux quais où il est embarqué vers les ports étrangers.

  • 16  Revue Agroamazônia, Belém, année II, nº 13, 2003.

37Par rapport aux ports de Santos et Paranagua (respectivement dans les États de São Paulo et Paraná), Santarém est plus proche à la fois des centres producteurs (1.500 km en moins) et des pôles de consommation. Ainsi, selon Agroamazonia16, le coût d’exportation de la production de soja du Centre-Ouest par la BR-163 se voit réduit de 30US$ par tonne. En 2004, l’exportation du port de Santarém a été de 616.135 tonnes donc 18,5 millions de US$ est la marge gagnée.

38Ceci a entraîné de profondes mutations dans la région, provoquant entre autres le grilagem (falsification des documents de propriété), la violence dans la campagne, la déforestation, ou encore l’augmentation de la valeur des terres dans les environs de Santarém et tout le long de l´axe routier Cuiabá-Santarém BR-163 et de la spéculation économique qui y est liée.

39Pour certains entrepreneurs, politiciens et secteurs de la société tout ceci représente les « coûts du progrès », tandis que pour divers chercheurs, ONG, associations et groupes sociaux, il s’agit là des impacts négatifs dus à des actions non planifiées et dont les objectifs sont définis à court terme.

Reconversion et spécialisation productive de l’agriculture familiale dans l´Ouest de Pará

  • 17  Estimation élaborée avec des données de diverses ONG et de Cargill.

40L’expansion rapide de l’agriculture mécanisée dans la région du Pará (entre 90.000 et 100.000 ha17 semés en 2005) a provoqué des changements dans la structure économique de ses communes. Dans les années 1990, l’économie de Santarém se basait sur la production d’aliments (essentiellement destinée aux marchés locaux et régionaux) et sur le tourisme. L’économie de la commune était basée sur : i) les produits agricoles destinés aux marchés local et régional (principalement le manioc et ses dérivés, les fruits et les légumes) ainsi qu’international (le café et le poivre noir) ; ii) la pêche, destinée aux marchés local, régional et international ; et iii) l’élevage, destiné au marché local.

  • 18  Ces recherches de l’Embrapa ont été menées dans plusieurs communes de la région.

41À la fin des années 1990, le gouvernement municipal a entamé un projet de pôle de production et d’exportation de soja dans la ville, initiant ainsi un processus d’entretiens et de négociations avec des entrepreneurs, des producteurs et des représentants des gouvernements central et fédéral. Un projet qui a plus de dix ans et qui est basé dans l’installation d’un port pour l’exportation du soja produit dans le Nord de Mato Grosso. Lorsque le Projeto Mato Grosso a été conçu, pour lequel l’État promouvait l´expansion de la culture, on prévoyait déjà une réduction du coût des transports qui favoriseraient la sortie de la production par le fleuve Amazone. Plus récemment, d’autres communes de l’Ouest du Pará ont adopté la même politique agricole et, aidées par les recherches de l’Embrapa18, elles ont incité les grands propriétaires locaux à produire du soja et motivé l´arrivée de producteurs expérimentés d´autres régions. Elles ont également poussé à la concentration des terres à travers la vente des propriétés des petits producteurs pratiquant une agriculture familiale. Selon Droulers (2004), ceci est un des principaux facteurs ayant stimulé l’expansion de l’agriculture mécanisée en Amazonie.

42On constate qu’un changement très significatif des bases de l’économie s’est produit dans les communes de la région occidentale de Pará et plus particulièrement à Santarém. Ceci a eu lieu en relativement peu de temps (moins de dix ans) et a été majoritairement impulsé par les pouvoirs publics. Avec un discours défendant l’agriculture moderne, ils justifient l’occupation homogène du territoire par l’agriculture industrielle(Monteiro, 2004, p. 25) et considèrent l’agriculture familiale comme une activité laborieuse et improductive. Ils mettent ce discours en pratique au moyen d’aides (fiscales, infrastructurelles, cession de terres publiques…) afin d’atteindre les objectifs municipaux qui à Santarém coïncident avec ceux des élites locales traditionnelles.

  • 19  Les élites locales, qui avec plus de cent ans de domination configurent les structures de pouvoir (...)
  • 20  Il s’agit essentiellement de petits et moyens propriétaires qui vendent leurs terrains à des agric (...)
  • 21  Système basé sur l’intégration agriculture-élevage.

43L’expansion du soja s´est initialement produite dans des aires déjà défrichées et où le sol était déjà cultivé. Une autre pratique commune, déjà constatée dans l’État du Mato Grosso et que l’on observe aussi dans d’autres États de l’Amazonie, est la transformation de pâturages destinés à l’élevage extensif en champs pour l´agriculture. À Santarém, ce dernier changement a été fréquent. On observe deux tendances différentes : i) des éleveurs qui diversifient leur activité ou en changent19 et ii) la vente de grandes propriétés de pâturages dégradés à un nouvel acteur capitalisé20. Ce processus d´incorporation de pâturages dégradés pour la production agricole à grande échelle se fait à travers l´application de techniques développées par l’Embrapa, comme le « sistema barreirão »21 déjà amplement mis en application à Santarém (Bickel, 2004).

  • 22  Ryan Thomas Adams, communication personnelle, 2005.
  • 23  De septembre à novembre 2005 ont été réalisées des sorties de terrain dans diverses communautés du (...)

44Depuis 1999, des acteurs capitalisés achètent les propriétés contiguës aux terrains des minifundistes, réussissant ainsi à compléter des terres de plusieurs centaines d’hectares où le travail est mécanisé. Chaque année ils ajoutent de nouvelles parcelles à cette aire, après de laborieuses négociations avec les colons qui finissent par être persuadés – lorsqu’ils ne sont pas menacés – d’abandonner leurs terres. Plusieurs procès judiciaires ont été ouverts à Santarém ces dernières années, depuis les accusations de petits agriculteurs qui prétendent avoir été menacés afin qu’ils quittent leurs propriétés. Il s’agit de familles installées dans les aires circonscrites par l’Institut National de Colonisation et Réforme Agraire Pacoval, Curuá-Una et Nova Olinda (Comissão Pastoral da Terra – Pará). Adams22, confirme qu´un producteur de la région de Santarém a réussi à réunir au total 70 petites propriétés dans la Gleba Mojuí dos Campos (à 40 Km de Santarém). Ceci a conduit à une importante réduction des familles de plusieurs noyaux ruraux et même à la « disparition » de certaines communautés dans les régions de Jabutí et Mojuí dos Campos, sur le plateau de Santarém. Le cas de la communauté rurale de Paca, proche de Jabutí, est représentatif : comptant 50 familles en 2000, on n’y en trouve guère plus que dix en 2005. Des interviews23 réalisées avec les colons habitant encore là-bas révèlent que la majorité d’entre eux a vendu ses parcelles à des agriculteurs originaires d’autres régions (qui sément aujourd’hui du soja) avant d’émigrer vers de nouveaux projets d’installation de l´’INCRA (Projeto de Assentamento Mojú). Une plus petite partie d’entre eux a migré, d’après les interviews, vers les noyaux urbains de Santarém et Manaus. On constate enfin l’existence de colons demeurant encore dans le noyau rural et travaillant des terrains d’une vingtaine d’hectares après avoir vendu une part de leur propriété (des parcelles de 80 ha). Selon des données de la Pastoral Católica de Santarém, on comptait 722 noyaux ruraux avec une moyenne de 50 familles avant que ne se produise l’expansion du soja dans la région. Ces noyaux compensaient une constante émigration (notamment des plus jeunes) grâce à un taux de reproduction stable. Neuf d’entre eux ont « disparu » quand tous les habitants ont vendu leurs propriétés et ont émigré (Monteiro, 2004, p. 11-12).

45Comme toutes les ressources publiques (financières et humaines) se trouvent structurées pour venir en aide aux activités à caractère industriel, à cause de cela des noyaux ruraux en situation d’extrême fragilité affrontent l’apathie du pouvoir public (Monteiro, 2004, p. 24). La perte progressive de voisins et la grande dépendance vis-à-vis des producteurs capitalisés rendent difficile l’adoption de stratégies permettant de diversifier les activités agricoles en milieu rural. D’après Monteiro (2004, p. 24), les petits propriétaires se voient séduits par les hauts rendements obtenus par les aires mécanisées par rapport aux cultures traditionnelles et ils finissent par payer les services agricoles et les produits phytosanitaires. En parallèle, les moyens et grands producteurs exercent une forte pression sur les petits producteurs dans le but d’incorporer leurs terres.

  • 24  La BR 163 Cuiabá-Santarém n’est asphaltée que sur les 98 premiers kilomètres, en direction de Ruro (...)

46Cette dynamique a énormément contribué à la valorisation des biens immobiliers ruraux ; entre 1997 et 2004 le prix d’un hectare proche de la route Curuá-Una est passé de 25 à 2 000 R$ (Reais), ce qui représente une croissance de 8.000 % en à peine sept ans. L’hectare est plus valorisé le long de la BR-163 : il a atteint les 3.000 R$ en 2004, dû au meilleur état de la route et aux perspectives d´asphaltage des aires plus éloignées de la ville24. Ce détail a provoqué l’expulsion de paysans vers d’autres espaces plus isolés, manquant d’infrastructures et éloignés des services et équipements urbains et des marchés de consommation. C’est ainsi que se reproduit l’amère réalité qu’ont connu il y a des dizaines d´années les générations précédentes.

  • 25  L’élimination de la couverture végétale et l’usage intensif de produits phytosanitaires provoquent (...)

47Ce récent processus d’expansion de l’agriculture commerciale a provoqué des changements dans le paysage et dans les formes d’organisation territoriale. Les plantations de culture destinées au marché extérieur qui sont favorisées donnent un caractère d’homogénéité au paysage et qui font risquer l’équilibre de l’environnement25. Après la colonisation centenaire du plateau par les habitants du Nordeste s’ouvre sur une nouvelle période de colonisation, cette fois par des moyens et grands producteurs capitalisés venant d’autres États du pays.

Figure 5 : Sur la BR-163, un panneau publicitaire annonce l´arrivée à Santarém : « Bem-vindos à Santarém : a nova fronteira agrícola do país »

Figure 5 : Sur la BR-163, un panneau publicitaire annonce l´arrivée à Santarém : « Bem-vindos à Santarém : a nova fronteira agrícola do país »

Traduction : « bienvenue à Santarém, la nouvelle frontière agricole du pays ». Ce slogan attire à la fois investissements et immigrants de toutes les régions du pays (cliché R. Valbuena).

Les mouvements de population à Santarém

48Les municipalités de Santarém et Belterra, représentés sur la figure 6, complètent une extension territoriale de 28.500 Km2. Un espace dilaté où en ressort un centre urbain de caractère nettement fluvial et un ensemble d’une demi-douzaine de petites agglomérations rurales qui gravitent autour du premier. L’aire occupée (ou anthropisée) en 2000 suppose un 28 %, s’étendant approximativement sur 8.000 Km2. D’autre part, les espaces protégés compris dans les limites de ces municipalités du Pará, la FLONA Tapajós et la RESEX Tapajós-Arapiuns, complètent une extension de 5.000 Km2.

49Dans ce contexte territorial, où a fait constater par une étude du terrain tout en confrontant les statistiques des différentes institutions publiques et privées, le sens et l’orientation des mouvements de population pendant les cinq premières années du xxie siècle, 2000-2005. C’est ainsi qu’on ont été reproduites les aires qui ont perdu des effectifs de population, face à d’autres qui au contraire ont augmenté d’une façon appréciable son nombre d’habitants. Il en est de même aux espaces pionniers, où ont été déplacé les populations rurales, déplacées des emplacements les plus proches à Santarém. Ces nouveaux couloirs correspondent aux voies de communication, qui se convertissent en voies d’accès vers les espaces qui vont être occupés.

Figure 6 : Dynamiques territoriales associées au soja à Santarém

Figure 6 : Dynamiques territoriales associées au soja à Santarém

Conclusions

50Le soja est devenu dans la dernière décennie un des principaux produits d’exportation du Brésil, qui s’est positionné parmi les principaux producteurs de cette oléagineuse. Les prévisions affirment que le Brésil, avec un pourcentage élevé de terres potentiellement utiles au développement de l’agriculture intensive, consolidera sa position de leader indiscutable en à peine quelques années. L’État fournira les conditions favorables à la configuration de territoires de soja compétitifs à niveau mondial.

Santarém, localisée à la confluence des fleuves Tapajós et Amazone et située à 800 kilomètres à peine de l’embouchure du fleuve est un important noyau dans un potentiel couloir d’exportation. L’ouverture de la route Cuiabá-Santarém (éventuellement asphaltée) et la récente construction d’un port fluvial par la multinationale Cargill ont engendré de profondes mutations dans la région, tant en milieu urbain que rural.

Ces changements dans la configuration géographique de l’espace sont étroitement liés à la localisation stratégique de Santarém en Amazonie Centrale, mais aussi avec le rôle décisif des politiques publiques qui ont favorisé et stimulé la progression et la consolidation des activités agricoles à caractère industriel dont la production est essentiellement destinée au marché extérieur.

51La valeur des terres proches du noyau urbain de Santarém et des principales voies de communication terrestre (Cuiabá-Santarém et Curuá-Una) a connu une importante augmentation, ce qui a généré l’expulsion de la population rurale. Dans la région de Santarém, le milieu rural souffre d’une intense ségrégation sociale, provoquée par l’arrivée de nouveaux acteurs sociaux disposés à acquérir, défricher et mettre en exploitation de vastes propriétés. On constate deux tendances migratoires différentes dans la campagne de Santarém. D’une part, on trouve des paysans qui émigrent vers les centres urbains et font croitre la périphérie des villes déjà précaire et dépourvue de biens et services. D’autre part, de nombreuses familles adoptent la stratégie de leurs ancêtres et deviennent de nouveaux pionniers, faisant progresser la frontière et incorporant de nouvelles aires au processus productif.

52À l’aube du xxie siècle, Santarém a ainsi un rôle actif dans le complexe du soja au Brésil. Bien qu’au final ce soit le nouvel ordre économique mondial qui dirige ces mutations de l’espace géographique, Santarém affirme tout de même son poids dans le réseau de relations urbaines de la région en tant que nœud inéluctable pour tous les flux de marchandises et de passagers entre Manaus et Belém et en tant que centre de décisions sur les actions à mener dans la campagne amazonienne.

À Jean François Tourrand, pour sa confiance et pour m’avoir facilité l’apport financier pendant deux ans, me permettant d’avoir une formidable expérience de terrain dans la région de Santarém. À Zoë Glenard et Asela Álvarez pour leur aide dans la traduction de l’article et pour leurs commentaires réalisés sur le texte originel.

Haut de page

Bibliographie

Alencar, A. A. C., A rodovia BR-163 e o desafio da sustentabilidade, Monitoramento Ativo da Participação da Sociedade –MAPAS, Relatório do projeto, 2005, 21p. Disponible sur http://www.amazonia.org.br/guia/detalhes.cfm?id=204123 &tipo=6&cat_id=38&subcat_id=158.

Alencar, A. A. C., Nepstad, D., McGrath, D., Moutinho, P., Pacheco, P., Díaz, Mª Del C. V., Filho, B. S., Desmatamento na Amazônia : indo além da emergência crônica, Belém, Instituto de Pesquisa Ambiental da Amazônia, 85p., 2004. Disponible sur http://www.cifor.cgiar.org/Publications/Detail.htm?pid=1496.

Banco do Brasil, “O crédito rural. Alavanca do agronegócio”, In Revista de Política Agrária, Ano XIII, nº 4, 2004ª, 18-20p. Disponible sur http://www.agronegocios-e.com.br/agr/down/artigos/Pol_Agr_4_Artigo_03.pdf.

Banco do Brasil, “O atendimento à agricultura empresarial”, In Revista de Política Agrária, Ano XIII, nº 4, 2004b, 21-25p. Disponible sur http://www.agronegocios-e.com.br/agr/down/artigos/Pol_Agr_4_Artigo_04.pdf.

Bertrand J-P., « L’avancée fulgurante du complexe soja dans le Mato Grosso : facteurs clés et limites prévisibles », In Revue Tiers Monde, vol. XLV, n° 179, 2004/juillet-septembre, p. 567-593.

Bertrand J-P., « Le soja brésilien est compétitif, mais à quel prix pour l’environnement ? », In INRA Sciences sociales, n° 4, septembre 2006a, 8p.

Bertrand J-P., Théry H., « Le marché mondial et l’expansion du complexe soja dans les cerrados du Mato Grosso », In J. Lombard, E. Mesclier, S. Velut (dir.), La mondialisation côté Sud, acteurs et territoires, Paris, IRD / ENS, 2006b, 45-65p.

Bocchetto M., Características, transformaciones y sustentabilidad de la expansión de la soja en el Mercosur, Food and Agriculture Organization –FAO, 2006. Disponible sur www.rlc.fao.org/prior/segalim/pdf/soja.pdf.

Brandão A. S. P., Rezende G. C., Marques R. W. C., Crescimento agrícola no período 1999-2004, explosão da área plantada com soja e meio ambiente no Brasil, Rio de Janeiro, IPEA – Texto para discussão n. 1062, 22p., 2005.  Disponible sur http://www.ipea.gov.br.

Carvalho R., A Amazônia rumo ao ciclo da soja, Amigos da Terra, Amazonia Papers 2, ANo 1, 8p., 1999.

Coy M., « Différenciation et transformation de l’espace au Nord du Mato Grosso. Contribution à un modèle dynamique des fronts pionniers en Amazonie brésilienne. »

Droulers M., L’Amazonie. Vers un développement durable. Paris, Armand Colin, 2004. 219p.

Embrapa, Zoneamento agroecológico da área do Planalto do município de Santarém, Estado do Pará, Belém, Embrapa – CPATU, 85p., 1999.

Embrapa, Aptidão agrícola dos solos do município de Belterra, Estado do Pará. Belém, Embrapa Amazônia Oriental, 21p., 2001.

Fayet L. A., Principais oportunidades no mercado internacional, logística e obstáculos. 2004. Disponible sur http://www.fayet.com.br.

Fearnside P. M., “Desmatamento na Amazônia brasileira : história, índices e conseqüências”, In Megadiversidade, vol. 1, nº 1, 113-123p., 2005.

Figueiredo A. M., Dos Santos M. L., “Evolução das vantagens comparativas do Brasil no comércio mundial de soja”, In Revista de Política Agrícola, Ano XIV, Nº 1, 2005. p. 9-16.

Goodland R., Irwin H., A selva amazônica : do inferno verde ao deserto vermelho ? São Paulo, Ed. Itatiaia – Universidade de São Paulo, 156p., 1975.

Greenpeace, Estado de conflito : uma investigação sobre grileiros, madeireiros e fronteiras sem lei no Estado do Pará, Amazônia. 2005. 59p. Disponible sur http://www.greenpeace.org/brasil/documentos/amazonia/greenpeacebr_031103_amazonia_relatorio_para_estadodeconflito_port_v1.

Grupo de trabalho de florestas –GTF, Relação entre cultivo de soja e desmatamento. Compreendendo a dinâmica. 2005. 81p. Disponible sur http://www.socioambiental.org/inst/docs/inst/docs/download/soja.pdf.

Lima M. S. B., May P. H., A expansão da fronteira agrícola no Sul do Amazonas e sua relação com o incremento do desmatamento nas áreas de cerrados e campos naturais. Disponible sur www.amazonia.org.br, 25p., 2006.

Margulis S., Causas do desmatamento da Amazônia brasileira, 1ª edição, Brasília, Banco Mundial, 100p., 2003.  Disponible sur http://www.bancomundial.org.br.

Monteiro R., Santarém-Cuiabá, “Estrada para o estoque de terras e expansão de uma economia migratória”, Chapitre révisé du rapport : Atores sociais e relações sociais na fronteira dos desmatamentos na Amazônia. Belém, Banco Mundial, 2002.

Monteiro R., Dinâmicas socioambientais e tendências urbanas e rurais na Amazônia. Estudos dos municípios de Juruti, Santarém e Brasil Novo, no Pará, Santarém, Fundação Ford, 33p., 2004.

OCDE, Análise das políticas agrícolas do Brasil. Destaques e recomendações de políticas, En Revista de Política Agrícola, A. XIV, Edición Especial, 5-16p., 2005.  

Ozeki H., Sugai Y., Teixeira Filho A. C., O papel da soja com referência à oferta de alimento e demanda global, Brasília, Embrapa Informação Tecnológica, Texto para Discussão 8, 39p., 2001. Disponible sur http://www22.sede.embrapa.br/ unidades/uc/sge/texto8.pdf.

Pasquis R., Machado L., Guerra R.,Diagnóstico dos modos de ocupação do espaço amazônico. Brasília : NAPIAm/SCA/MMA, France, CIRAD, 200p., 2003.

Roessing A. C., Lazzarotto J. J., Criação de empregos pelo complexo agroindustrial da soja. Londrina, EMBRAPA Soja, 50p., 2004.

Santos M.,La naturaleza del espacio. Técnica y tiempo. Razón y emoción. Traduction de Mª Laura Silveira de A natureza do espaço, 1997. Barcelona, Ed. Ariel, 348p., 2000.

Steward C., The Santarém agricultural landscape, Pará, Brasil: A working paper of agro-industrial and smallholder agriculture in Santarém, Tropical Resources Institute. Working paper 110, 39p., 2004.

Théry H. : Évolution de la production de soja et de riz au Brésil”, 2001-2002. Brasília : CNRS - IRD / CDS-UnB. 2004.

Wedekin I., “A política agrária brasileira em perspectiva, In Revista de Política Agrícola, ANo XIV, Edición Especial, 2005, 17-32p.

Wehrmann, M. E. S. de F., Duarte, L. M. G., “O que há em comum entre região das Missões e lavrados de Roraima ? Ou os percursos da soja até a Amazônia Legal”, In D., Sayago, J-F. Tourrand, M. Bursztyn, Amazônia, cenas e cenários. Brasília, UnB, 2004, p. 139-167.

White C., Cadier C., Pasquis R., Van Vliet G., Soy expansion in the Brazilian Amazon region : a local and global social and environmental dilemma, Brasilia, CDS / CIRAD, 12p., 2004.

Haut de page

Notes

1  La récolte de 2004/2005 a produit un total de 50,19 millions de tonnes de soja, 73% desquelles ont été destinées au marché extérieur (Conab, 2006).

2  En tant que bloc, les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay et Bolivie) sont la principale zone productrice de soja au monde avec une production de 94 millions de tonnes, devant les 83 millions de tonnes produites par les États-Unis. (Bocchetto, 2006).

3  Par agriculture commerciale on entend ici agriculture mécanisée et capitalisée, caractérisée par la production à grande échelle et l’utilisation intensive de machines, de technologies et de produits phytosanitaires et dont la récolte est destinée à la commercialisation sur les marchés intérieur et extérieur. Les termes analogues anglais et portugais sont respectivement agribusiness et agronegócio.

4  Par exemple, à travers l’exemption de l’impôt sur la circulation de marchandises et de services (ICMS) appliqué aux exportations de produits primaires et semi-transformés (1996).

5 Programa de Modernização da Frota de Tratores Agrícolas e Implementos Associados a Colheitadeiras.

6  En 1990 l’aire plantée de soja occupait 11 487 300 Ha, tandisqu'en 2005 celle-ci s’élevait à 22 895 300 Ha. (Faostat, in Bocchetto, 2006).

7  Pour voir l’évolution du soja au Brésil de 1970 à 2002, consulter les cartes interactives de l’article de Théry (2004) sur le site http://mappemonde.mgm.fr/num2/articles/art04204.html.

8  Toutes les cartes basées sur des données statistiques ont été élaborées dans un premier temps avec le logiciel Philcarto, disponible sur http://philgeo.club.fr/Index.html.

9  La Banco do Brasil est le principal agent financier de l’agriculture commerciale brésilienne (agronegócio). Il fournit 55% de l’assistance offerte à ce secteur par le Système National du Crédit Rural (SNCR). Le Plano Safra 2004-05 du Gouvernement Fédéral avait prévu l’application de 46,5 mille milliards de Réals, desquels 25,5 mille milliards seraient appliqués par le Banco do Brasil (Banco do Brasil, 2004a, p. 19 ; 2004b, p. 23).

10  Hebert Lima, Directeur Exécutif de l’Embrapa, affirma pendant le séminaire du MPEG célébré en 2004 et dédié au soja (« A geopolítica da soja na Amazônia ») que l’institution à laquelle il appartenait avait accompli son rôle depuis sa création dans les années 1970 en générant des technologies nécessaires à la croissance de la productivité et des améliorations indispensables à l’évolution et à l’avance de l’agriculture brésilienne. Pour l’Embrapa le défi pour l’avenir est l’intégration de l’environnement dans le concept de développement.

11  “Atualmente, o Brasil utiliza 48 milhões de hectares com lavouras anuais ou temporárias e 15 milhões de ha. com lavouras permanentes. O País abriga uma população bovina de 200 milhões de cabeças numa área de pastagens de 220 milhões de hectares, o que revela uma taxa média de ocupação muito baixa, de 0,9 animais por hectare. Dada a evolução tecnológica da pecuária nas duas últimas décadas, estima-se que 30 milhões de ha. de pastagens poderão migrar para a produção de lavouras, sem prejuízo do crescimento da produção de carne bovina. Adicionalmente, tem se um estoque de 106 milhões de hectares de terras aráveis ainda inexploradas” (Medeki, 2005, p. 26).

12  Ces couloirs sont ceux de Belém-Brasília, Cuiabá-Santarém, Rio Branco-Porto, Velho-Cuiabá et Boa Vista-Manaus (concrètement la zone des lavrados de l’État de Roraima).

13  Taux de change approximatif en 2004: 3R$ = 1€.

14  La possibilité de produire deux récoltes par an (deux cycles annuels) sur le plateau de Santarém a été vérifiée. Ainsi, les agriculteurs plantent du riz durant les six premiers mois de l'année et le récoltent à la fin de « l’hiver » avant de planter le soja, en utilisant normalement des techniques de semis direct. L’année suivante le soja est associé à la plantation de maïs.

15  L’entreprise Agrária Engenharia e Consultoria S.A. a été engagée par le Gouverneur de l’État de Pará en 1995 pour faire un prélèvement du potentiel de l´agriculture commerciale à Santarém et dans les communes voisines (Steward, 2004).

16  Revue Agroamazônia, Belém, année II, nº 13, 2003.

17  Estimation élaborée avec des données de diverses ONG et de Cargill.

18  Ces recherches de l’Embrapa ont été menées dans plusieurs communes de la région.

19  Les élites locales, qui avec plus de cent ans de domination configurent les structures de pouvoir traditionnel, contrôlent les activités économiques dont le capital est élevé : transport fluvial, élevage, commerce, industries, cabinets d’avocats… Récemment il y a eu une diversification des activités : télécommunications, tourisme, marché immobilier… Avec l’arrivée des producteurs de soja du Sud du pays et l’installation de la FMN Cargill à Santarém, ces familles sont en train de convertir leurs exploitations agricoles et d’élevage en vastes champs de soja (Monteiro, 2004, p. 25-26)

20  Il s’agit essentiellement de petits et moyens propriétaires qui vendent leurs terrains à des agriculteurs venus d’autres États où ils étaient considérés comme de petits producteurs. Ceux-ci possèdent à Santarém des aires plus vastes que celles de leur lieu d’origine et produisent une quantité de grains plus élevée (Steward, 2004).

21  Système basé sur l’intégration agriculture-élevage.

22  Ryan Thomas Adams, communication personnelle, 2005.

23  De septembre à novembre 2005 ont été réalisées des sorties de terrain dans diverses communautés du plateau de Santarém afin d’interviewer des paysans qui avaient jusqu’alors résisté à la pression qu’exerçaient sur eux les agriculteurs capitalisés pour les inciter à abandonner leurs propriétés.

24  La BR 163 Cuiabá-Santarém n’est asphaltée que sur les 98 premiers kilomètres, en direction de Ruropolis.

25  L’élimination de la couverture végétale et l’usage intensif de produits phytosanitaires provoquent d´importants impacts environnementaux : érosion et perte de sols, pollution des ressources hydriques…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Expansion de la culture de soja au Brésil, 1990-20058
Légende Source : IBGE, Produçao Agrícola Municipal 2006.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5615/img-1.png
Fichier image/png, 494k
Titre Figure 2 : Variation de la production de soja au Brésil, 1990-2005
Légende Source : IBGE, Produçao Agrícola Municipal 2006.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5615/img-2.png
Fichier image/png, 185k
Titre Figure 3 : Modèle schématique des temps et formes d´occupation de l´espace amazonien
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5615/img-3.png
Fichier image/png, 69k
Légende (cliché R. Valbuena).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5615/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5 : Sur la BR-163, un panneau publicitaire annonce l´arrivée à Santarém : « Bem-vindos à Santarém : a nova fronteira agrícola do país »
Légende Traduction : « bienvenue à Santarém, la nouvelle frontière agricole du pays ». Ce slogan attire à la fois investissements et immigrants de toutes les régions du pays (cliché R. Valbuena).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6 : Dynamiques territoriales associées au soja à Santarém
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5615/img-6.png
Fichier image/png, 249k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rubén Valbuena, « Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil », Confins [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 21 mars 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://confins.revues.org/5615 ; DOI : 10.4000/confins.5615

Haut de page

Auteur

Rubén Valbuena

Département de Géographie de l’Université de Valladolid, Centre de Développement Durable de l’Université de Brasília, rubenvalbar@yahoo.es

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org