Navigation – Plan du site

La crise des années trente et la tension vers l’expertise géographique : expériences françaises et internationales. Une nouvelle frontière ?

A crise dos anos 30 e a tensão para a expertise geográfica: experiências francesas e internacionais. Uma nova fronteira?
Marie-Claire Robic

Résumés

Au plan des écoles nationales comme au plan international, la géographie universitaire des années trente a connu une inflexion sensible en direction de l’application (y compris dans les pays démocratiques ici considérés). Les géographes rencontrent alors d’autres disciplines de l’action et envisagent leur intervention dans des équipes pluridisciplinaires ou une contribution spécifique fondée sur l’idée de synthèse géographique et sur le message cartographique. La crise économique a accentué cette orientation pragmatique, sans la créer. Alors, la conscience d’un monde solidarisé et d’un œcoumène presque fini mais encore extensible, déjà là chez les géographes au tournant du xxe siècle, les a conduits à entreprendre des enquêtes visant à résoudre des problèmes de peuplement et d’organisation de l’espace avant la lettre. L’urgence était toutefois très diversement ressentie selon les pays.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article reprend une première version publiée en portugais en 2006 : « A crise dos anos trinta e a emergência de novos temas na geografia », in H. Angotti-Salgueiro (org.), Pierre Monbeig e a geografia humana brasileira: a dinâmica da transformação, São Paulo : EDUSC, IEB, FAPESP, p. 37-55. Elle était issue d’une communication présentée au colloque Pierre Monbeig e a geografia humana brasileira organisé à São Paulo (18 et 19 octobre 2001) par Heliana Angotti-Salgueiro. Avec son aimable autorisation et celle de l’éditeur, nous publions cette version mise à jour à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Pierre Monbeig.

Texte intégral

Mais voici que l’on distingue la fin des territoires illimités […], Pierre Monbeig, 1952

Accepterons-nous de reconnaître qu’il faut entreprendre l’étude de la nature sociale, sous peine, sinon, de demeurer prisonnier de l’angoisse et soumis à l’inéluctable le plus brutal, le moins humain ?, Pierre Monbeig, 1943b

1L’historiographie des sciences de l’homme souligne le renouvellement qu’elles ont connu pendant les années cinquante, renouvellement scientifique marqué par l’explosion des sciences humaines et sociales et renouvellement pragmatique lié au développement de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de métiers de l’ingénierie sociale. On soutiendra ici que les années trente, qui sont celles où Pierre Monbeig (1908-1987) engage sa carrière de géographe, constituent aussi un moment d’inflexion remarquable pour la géographie. Pour le démontrer, on s’attachera à dégager les tendances nouvelles qui affectent significativement la discipline au cours de la période. Deux niveaux de la pratique disciplinaire seront invoqués : le niveau international, à travers les Congrès internationaux organisés sous l’égide de l’Union géographique internationale (UGI), qui coordonne à partir de 1922 des congrès réguliers et des commissions spécialisées, et le niveau national, tel qu’il s’exprime dans les recherches engagées par les leaders les plus en vue ou dans les revues de référence, Annales de géographie, The Geographical Journal ou The Geographical Review (pour des raisons de commodité et en raison de sa spécificité, on a dû laisser de côté le cas allemand). À étudier la façon dont ces recherches géographiques sont engagées, deux conclusions s’imposent en effet. 1. D’abord, l’idée qu’une pression entraîne la géographie académique, alors installée dans tous les pays développés, en direction de pratiques que l’on pourrait appeler d’expertise plutôt que vers la seule recherche pure. Les géographes se confrontent alors de manière inédite, en rencontrant ce qui constitue des « problèmes » contemporains, avec des disciplines de l’action préexistantes, tel l’urbanisme, ou émergentes, tel l’aménagement du territoire, mais aussi avec le conseil en matière de politique sectorielle (organisation des transports ou politiques de peuplement dans les franges pionnières par exemple). Ils sont du même coup contraints à penser leur contribution à ces nouveaux « marchés » de compétence intellectuelle et ils envisagent deux voies : combiner leurs savoir-faire avec ceux d’autres spécialistes ou se convertir en experts autosuffisants. 2. Cependant, cette tendance de fond qui se déploie durant tout l’entre-deux-guerres et qui s’affirme après la Grande crise est loin d’être uniforme dans l’espace. Au sein d’une discipline très variée, de fortes disparités distinguent les communautés nationales de géographes, et la France paraît relativement en retrait sur les pays européens voisins et sur les autres grandes puissances, tant pour l’acuité des effets de la crise qu’en raison de la timidité de l’État en matière de planification.

2On développera ces points successivement, en s’appuyant en particulier sur les pratiques de recherche de l’un des maîtres de Pierre Monbeig, Albert Demangeon, et sur celles du spécialiste des franges pionnières, Isaiah Bowman. À titre d’épilogue, on se demandera si l’orientation pragmatique des géographes des années trente, très branchés sur l’actualité économique et tentés par l’idée d’une rationalisation de la société par la science, est entrée en résonance avec ce « géographe pionnier » (Théry, Droulers, 1991) que fut Pierre Monbeig : en France, puis au Brésil (1935-1946), celui-ci s’est formé à la géographie dans une conjoncture scientifique moins tranquille que l’historiographie ne la présente généralement (Arrault, 2007)1.

Figure 1 : Carte mondiale des franges pionnières (Source : Bowman, 1932)

Figure 1 : Carte mondiale des franges pionnières (Source : Bowman, 1932)

Les années trente : une tension vers l’activité pragmatique

Entre l’organisation de la Cité scientifique et l’action

3La géographie est soumise en fait à des développements contradictoires durant l’entre-deux-guerres. Elle est d’un côté en cours d’autonomisation, s’installant dans une position académique qui vise à la science pure, position qu’elle a gagné en quelque sorte contre les sociétés de géographie et les autres groupes d’intérêt qui avaient contribué durant les dernières décennies de la fin du xixe siècle et au tout début du xxe à porter la géographie, parmi les sciences de l’homme, à l’Université. La prise de contrôle par les universitaires de ce qui reste de ces sociétés et de leurs revues, très sensible en France, l’organisation sur des bases académiques de l’Union géographique internationale, en 1922, le développement d’un projet de « cité savante » qui restreint ses questionnements pour se centrer sur une sorte de géographicité2 fondamentale (Robic, 1996b), marquent cette propension des géographes à la fermeture sur eux-mêmes. Cette auto-organisation de la communauté géographique a pour corollaire la définition de concepts spécifiques, l’approfondissement de techniques et de problématiques propres, la mise sur pied de grandes réalisations communes (Géographie universelle, lancée dès 1908, Atlas de France, commencé peu après la guerre, pour l’école française de géographie ; travaux de la Commission d’étude des variations climatiques, enquêtes de la Commission de l’habitat rural, par exemple, au sein de l’Union géographique internationale). Mais dans le même temps, cette communauté manifeste la tentation de plus en plus nette de l’ouverture au monde, de la participation aux enjeux politiques, sociaux ou économiques contemporains. Les géographes doivent exprimer par là leur légitimité, moins par rapport aux disciplines concurrentes, aux lobbies anciens, déchus, que par rapport à de nouvelles pratiques discursives ou à de nouveaux savoirs appliqués en prise sur la vie et sur le devenir. Lieu d’élaboration d’une pratique savante (universitaire), les nouvelles associations nationales de géographes (telle l’Association de géographes français, née en 1920) et l’UGI sont traversées par ces tensions entre recherche pure et participation à des démarches de projet. Tribune d’expression, et en cela souvent conflictuelle, l’Union géographique internationale est aussi un lieu de négociations entre communautés et une vitrine collective vers les non-géographes. Les traces de ces intérêts complexes figurent tant dans les comptes rendus des congrès que dans les vœux ou recommandations qui sont discutés au sein des commissions de travail. C’est là que sera puisée une partie du matériau servant à la démonstration.

Trois tendances de la recherche des années trente

L’organisation de la recherche

4Les années trente sont caractérisées par trois traits de la recherche géographique. D’abord on observe une tendance à l’organisation de la recherche universitaire. Cet encadrement est le fait de l’Union géographique internationale, qui lance au sein de ses commissions plusieurs programmes collectifs, concernant par exemple, en 1931, la cartographie des surfaces d’érosion et la question de la surpopulation. Mais l’organisation est surtout le fait de fondations, telles les Fondations Rockefeller et Carnegie, et d’agences gouvernementales ou para-universitaires qui participent de plus en plus au financement de la recherche. C’est par exemple en France le cas des enquêtes chapeautées par le Conseil universitaire de la recherche sociale, créé en 1935 pour répartir des fonds américains destinés à des programmes de sciences sociales (Mazon, 1985). Parmi les bénéficiaires figure Albert Demangeon, qui a reçu des financements parmi les plus élevés des fonds dispensés alors, pour mener trois études sur l’espace rural : enquête sur les étrangers dans les campagnes (avec Gabriel Mauco), enquête sur les structures agraires et enquête sur l’habitation rurale (ces deux dernières avec l’aide de Jean Gottmann qui a fait office de secrétaire). Demangeon a aussi participé aux travaux du Groupe d’études des sciences sociales, dépendance du Centre d’études de politique étrangère créé à la même date à partir de fonds Rockefeller.

5Aux USA, on pourrait citer les enquêtes promues par Isaiah Bowman, qui a réussi à lancer une coopération internationale sur les franges pionnières au tout début des années trente, avec le soutien du National Research Council, du Social Science Research Council et celui de l’American Geographical Society, selon un programme qu’il a élaboré à partir de 1925. Il en est résulté d’abord l’ouvrage de Bowman intitulé The Pioneer Fringe (1931), qui dresse une carte mondiale des fronts pionniers (figure 1), qui présente les problèmes généraux qui les lient et qui développe sept monographies concernant tous les continents. Il a été suivi de volumes collectifs portant sur plusieurs exemples régionaux (cf. Joerg, 1932). Dans les remerciements de la préface à The Pioneer Fringe figure un rappel du groupe pluridisciplinaire qui, dans le cadre de l’American Geographical Society, a préparé le programme (l’historien de la frontier, Frederick J. Turner y a figuré) (Bowman, 1931, p. VII)3. Présentant son enquête au congrès de l’UGI en 1931, Bowman s’engage à poursuivre de telles recherches coordonnées, où l’économie, la sociologie, comme la géographie, ont un intérêt primordial, déclare-t-il4.

Des questions nouvelles : surpeuplement, urbanisation

6Par ailleurs, les années trente s’ouvrent pour les géographes avec des questions, voire des « problèmes » nouveaux. Ainsi en est-il de la surpopulation (ou du « surpeuplement »). De même que cette thématique apparaît dans les revues de géographie, de même les questions proposées aux congrès internationaux concernent de plus en plus la démographie, le devenir des zones pionnières, les possibilités offertes à la « colonisation blanche », la question de l’acclimatation dans les zones tropicales. On l’a vu, I. Bowman intervient sur cette question des fronts pionniers au congrès de Paris (1931) ; la commission de l’habitat rural est intitulée Commission pour l’étude du peuplement rural à partir de 1934 ; les interventions présentées à Amsterdam en 1938 sur les questions de population sont souvent alarmistes : le problème du peuplement des pays tropicaux par les blancs est « névralgique », affirme par exemple un intervenant, parce que à tort ou à raison, on « croit » au surpeuplement des vieux pays, et que de la même manière on croit au « resserrement » des capacités d’accueil dans les terres d’installation aisée (Maunier, 1938). L’autre champ thématique en forte expansion est centré sur la ville et sur l’urbanisation. Apparu en 1928 à Cambridge, il se renforce à Paris où pour la première fois une question officielle porte sur les « agglomérations urbaines », puis à Varsovie (1934) et à Amsterdam (1938), la question centrale portant ici sur les « relations villes campagnes », présentées au congrès comme violentes et conflictuelles. Enfin, parmi les questions les plus nouvelles figure, à la fin des années trente surtout, celle du développement industriel, vu comme la clé du développement économique.

Être utile à la planification

7Un troisième axe constitutif de ces transformations des années trente est sensible dans une interrogation qui se fait jour : quelle peut-être la crédibilité des géographes dans l’application de leur savoir ? La question est soulevée dans le nouveau régime de pensée qui s’instaure, où c’est moins le présent que le futur qui importe : il faut, aux yeux de beaucoup, désormais prévoir, projeter vers l’avenir, en se servant éventuellement des principes que l’on peut dégager des expériences passées5. Alors, les géographes ont à se situer par rapport aux disciplines de l’action. D’emblée par exemple, à Paris, dans une discussion sur le devenir des conurbations britanniques, il est précisé que des géographes participent aux commissions chargées des plans d’urbanisme qui ont été créées à la suite du Town Planning Act de 1919.

8Le congrès réuni en 1931 à Paris condense ces orientations, plus ou moins émergentes alors. Ainsi des interventions de Bowman sur le peuplement pionnier et celle qu’Eugene Van Cleef présente dans le cadre de la question de l’habitat rural sur « The problem of scientific settlement as illustrated by the Finns ». Bowman rappelle le rôle des gouvernements dans l’aménagement des zones pionnières et dans les politiques d’immigration ; il aspire plus précisément à l’organisation d’une « science du peuplement »6. Van Cleef tente de répondre méthodiquement, par l’étude rétrospective d’un cas d’occupation pionnière, aux interrogations de Bowman sur les capacités des migrants à s’installer durablement dans des zones marginales ; il espère en tirer une indication pour l’action, en l’occurrence une indication pour organiser un peuplement rationnel7.

9De même, les communications des Français Arsène Alexandre et P. Monbeig, du géographe polonais Walentin Winid et du Britannique Fawcett, s’affrontent, en même temps qu’à l’objet ville et à l’ « urbanisation », à la pratique du Town planning. Sous cette appellation, les spécialistes interviennent à l’échelle des grandes villes mais ils commencent en outre à réfléchir aux équilibres interrégionaux et à s’interroger sur le rôle du développement des métropoles dans le territoire national. Aussi les géographes soulignent-ils la complexité des phénomènes à observer, souhaitant d’éventuelles collaborations pluridisciplinaires et ils s’inquiètent de leur rôle spécifique par rapport aux urbanistes. Ainsi, se fondant sur son expérience américaine, Alexandre estime que «Diriger la construction de ce centre vieilli est évidemment la tâche du City Planner, de l’urbaniste. Mais il en a une autre pour laquelle l’aide du géographe peut lui être utile : prévoir et diriger l’extension de sa ville ». Il propose donc une division du travail selon un découpage centre-périphérie, en associant les géographes au plan d’extension urbaine. Il accepte volontiers de participer en tant que spécialiste à ce qui n’est bien évidemment plus, selon ses propres termes, de la « géographie pure » (Alexandre, 1933, p. 421-422)8.

La cartographie comme solution ?

10L’engouement manifesté par les géographes pour la cartographie qu’ils qualifient de « spéciale » ou « appliquée » participe de cette tension entre une propension à se consacrer à la recherche pure et l’appel de l’action. Si les géographes (particulièrement les Français) étaient restés jusqu’à la veille de la guerre à l’écart de la diffusion de la cartographie thématique inventée durant le xixe siècle par statisticiens et démographes (Palsky, 1996), les géographes des années vingt et trente se sont faits les propagateurs de techniques cartographiques qui les projettent loin de la seule carte d’inventaire ou de la carte topographique. En outre ils utilisent désormais la représentation cartographique à double titre : comme outil de recherche fondamentale et comme base d’une expertise territoriale (Robic, 1996c).

11Son utilité pour l’analyse du territoire national est manifeste dans le cas de quelques pays emblématiques des recompositions d’après guerre. Par exemple, les géographes polonais usent effectivement de techniques cartographiques très sophistiquées pour diagnostiquer dans leur pays les disparités économiques et sociales qui résultent d’une longue histoire éclatée. Mais c’est le cas de la plupart des autres géographes, qui auscultent en somme l’espace national en mesurant les contrastes et les déplacements de centres de gravité. La cartographie est alors un outil très utile, quel que soit son degré de sophistication. Mais au-delà du perfectionnement méthodologique, ce qui est neuf aussi, c’est l’attention portée à l’efficacité de la carte ou du graphique, parce qu’elle ou il joue un rôle de médium privilégié dans une situation de communication vers l’extérieur de la communauté scientifique.

12Traduisant ce besoin d’un mode de médiation iconographique, mais à un degré modeste, les géographes français créent par exemple au début des années trente une école de cartographie dont les débouchés devraient, selon son créateur Emmanuel de Martonne, concerner non seulement les scientifiques, mais aussi les services civils de l’État et de nouveaux marchés privés comme le tourisme et l’industrie (Robic, 1998). Ils intègrent dans leurs institutions des ingénieurs polytechniciens qui, au sein de la “Société de documentation industrielle”, proposent une production cartographique destinée aux chefs d’entreprise (Markou, 2001). Plus développée dans de nombreux autres pays, la cartographie est massivement mise en œuvre dans des atlas nationaux et dans des dossiers d’urbanisme d’échelle régionale. La représentation cartographique est censée mettre sur la voie d’une gestion correctrice de l’espace. Ici, les géographes les plus proches de milieux où la planification est instituée font de véritables offres de service. Selon les circonstances, ils affirment que, par la cartographie, la géographie est la discipline-clé d’une planification qui se cherche ; ou bien ils prônent le développement d’une planification territoriale, et non pas sectorielle, où la cohérence de l’action publique résiderait dans la base spatiale que la carte permet de représenter de manière synoptique ; ou encore, dans d’autres cas, tels les USA (où la géographie est en position dominée), ils argumentent en faveur d’un travail pluridisciplinaire dans lequel les géographes apporteraient leur savoir-faire cartographique.

13Les vœux des congrès internationaux confirment que les géographes prennent alors conscience de cette fonction majeure du document iconographique lors des contacts qu’il leur faut entretenir avec des interlocuteurs publics et privés : institutions statistiques et services gouvernementaux, qui se sont multipliés avec la Grande Dépression, offices d’urbanisme, organismes économiques. L’une de ces résolutions stipule, par exemple, à Amsterdam (1938), qu’« une collection de cartes et de cartogrammes de géographie du trafic se rapportant au plus grand nombre possible de pays soit présentée au prochain congrès, afin de démontrer dans quelle mesure le spécialiste de géographie économique pourra fournir un travail préparatoire efficace à la solution scientifique du problème de coordination du trafic. » (souligné par nous).

14Dans tous les cas, par la réflexion scientifique ou par la représentation iconographique, il s’agit d’orienter la décision et, par là, de contribuer à une rationalisation du social par l’intervention sur l’espace.

Des tensions différenciées dans le temps et dans l’espace

Une émergence qui précède la Crise

15L’émergence de ces nouvelles thématiques et de finalités pragmatiques dans la géographie académique se produit tôt au cours de l’immédiat après-guerre, et en tout cas avant la crise de 1929. Au sein de l’UGI, l’idée de planification territoriale nationale est développée dès le premier congrès, en 1925 au Caire, mais c’est surtout au congrès de Cambridge (1928) que tous ces traits préfigurant de nouveaux horizons pour la discipline se font jour. Dès le lendemain de la guerre, des géographes comme Bowman ou comme Demangeon dressaient d’ailleurs des diagnostics territoriaux sommaires (Arrault, 2007b, Wolff, 2005). Demangeon dressait ainsi en conclusion du Déclin de l’Europe (1920) un bilan des problèmes que la France aurait à affronter pour relever ce défi du déclin, — et il pointait les problèmes démographiques, économiques et sociaux des campagnes françaises, ceux-là mêmes qu’il a abordés au cours de ses enquêtes des années trente. Quant à Bowman, analyste des nouveaux problèmes de la géographie politique dans The New World (1921), il développait dès 1925 le thème des fronts pionniers, avait l’idée d’un « plan » ou programme d’étude d’envergure mondiale et se lançait dans la recherche de soutiens financiers et institutionnels.

L’exacerbation des urgences à partir de 1929

16Sans constituer donc un démarrage, la Crise a manifestement accru les tensions entre la tendance à l’organisation autonome de la recherche et la tendance à une orientation pragmatique exocentrée, qu’elle soit spontanée ou peu orientée (ce qui serait le cas de la France par exemple), ou, à l’inverse, coordonnée centralement par l’État, comme en Allemagne, où rapidement, à partir de 1933, la recherche est contrôlée par les organisations nazies et, pour ce qui est de la géographie, mise au service de divers impératifs dont l’aménagement de l’espace (Raumplanung) (Rössler, 1989). Entre ces deux situations extrêmes, les géographes britanniques, néerlandais ou américains se sont très fortement impliqués dans les programmes, enquêtes, entreprises diverses liés aux politiques interventionnistes qui se sont partout déployées au début des années trente. Quelle qu’en soit l’ampleur, ces politiques ont été accompagnées, pour ceux qui y participaient, d’une certaine confiance dans la rationalité étatique, dans la pertinence d’une action validée par la recherche scientifique, et au total d’une adhésion à l’idée de la légitimité de l’expertise scientifique mise au service de l’organisation de l’espace : on peut en voir des expressions très claires chez les premiers spécialistes des réseaux urbains comme Walter Christaller et Edward Ullman (Robic, 2001).

17La focalisation de beaucoup de recherches géographiques sur le niveau national révèle l’ampleur de la crispation nationale de l’époque. Crispation, au sens où le choix des cadres d’observation (le territoire national) et l’accent mis dans beaucoup d’études sur les disparités économiques internes révèlent, avec d’autres indices, une conscience, plus ou moins claire, que ce niveau constituait le cadre pertinent d’étude et de résolution des tensions, des problèmes de tous ordres qu’avaient à aborder les géographes. Inégalités territoriales, contrastes hérités, dénivellations en cours d’approfondissement – telle la migration démographique et économique qui se faisait en Grande-Bretagne en faveur des Midlands et surtout de la grande région londonienne – devaient être observés et remédiés dans ce cadre. De même, les tensions villes-campagnes, la croissance des métropoles urbaines, étaient à analyser comme des formes nouvelles d’une structuration en cours, problématique pour le devenir national.

18La prégnance de ce niveau territorial n’excluait pas toutefois la présence d’une autre échelle structurante : le niveau mondial. Là résidait même l’un des nœuds des problèmes identifiés comme nouveaux, avec la conscience d’une quasi-finitude du monde, amplifiée par l’extrême interdépendance qui s’était affirmée justement au cours du siècle, la crise mondiale en étant l’une des manifestations les plus extrêmes. Et, on l’a indiqué ci-dessus, la conscience de l’existence de ce « milieu mondial » accentuait les aspirations de beaucoup (notamment parmi les géographes français) à une organisation internationale et les conduisait à critiquer les replis protectionnistes (Arrault, 2007a).

19Aussi, avec la survenue de la Crise, est-il fréquent de noter chez un même auteur, en l’espace de quelques années, un déplacement très significatif de sa problématique ou de sa pratique. Pour se restreindre à deux cas, on prendra ici à nouveau l’exemple de Demangeon et celui de Bowman. Dans l’immédiat après-guerre, le premier est ainsi passé d’un diagnostic rapide des défauts de l’espace rural français – sous-peuplement et sous-équipement, responsable à ses yeux de ses mauvaises performances économiques et de l’émigration rurale (Demangeon, 1920) –, à des travaux académiques sur l’habitat rural et sur l’habitation agricole (Demangeon, 1927). Puis, face à la crise agricole, il en est venu aux enquêtes circonstanciées, menées de manière collective dans tout le territoire (Demangeon, 1936 ; Demangeon, Mauco, 1939 ; Gottmann, 1964). Quant à Bowman, il a abordé très tôt le problème des zones pionnières, mais il l’a traité somme toute, dans ses premières publications, avec un certain classicisme ; du moins le lyrisme qu’il déploie parfois dans ses propos des années trente, lorsqu’il en appelle au « rêve » qui transporte le migrant9, n’a pas grand chose à voir avec le réalisme tout politique dont il fait montre lors de ses expertises postérieures (Martin, 1980, p. 126 sq ; Smith, 2003, chap. 11). C’est qu’il est, alors, consulté comme expert par des organismes privés et par des institutions gouvernementales travaillant sur les problèmes des réfugiés (c’est dans ce cadre qu’il prépare le travail collectif intitulé Limits of Land Settlement : A Report on Present Day Possibilities, publié par The Council on Foreign Relations, en 1937) ; ou bien encore, à partir de 1938, c’est qu’il est devenu proche conseiller du Président Roosevelt, chargé de rechercher les solutions possibles pour accueillir les Juifs chassés d’Europe. Bowman doit alors souligner toutes les difficultés politiques et les risques géopolitiques des diverses solutions envisagées au niveau international.

De forts contrastes nationaux

20Ces deux cas qui soulignent les effets de la Crise et les tensions géopolitiques des années trente rappellent aussi que de fortes disparités distinguent entre eux les pays et les communautés nationales de géographes. On l’a rappelé ci-dessus, la France se situait parmi les pays les moins gravement touchés par les problèmes politiques, économiques et sociaux qui secouaient l’Europe et l’Amérique durant ces années. Elle était aussi tenue à l’écart de l’embrigadement de la science qui s’est effectué en Allemagne et en Italie et aussi en URSS.

21Les pratiques des géographes français traduisent cette faible pression, par exemple dans le domaine cartographique, si significatif de l’attention à de nouveaux enjeux. Ni grande adhésion à la cartographie thématique, ni développement d’une cartographie de propagande, violente et schématique, telle celle que les géopoliticiens ont inventée (Raffestin, 1995). Mais, actifs au niveau international (Delfosse, 2001), ouverts à la coopération (Couzon, 2001 ; Garel, 2001 ; Tissier, 2001), les géographes français ont participé eux aussi à cette tension entre une pratique de science pure close sur elle-même et une science appliquée à laquelle ils avaient contribué pleinement durant le premier conflit mondial et durant les premières années du redressement national (Robic, 1996a ; Boulineau, 2001; Palsky, 2002 ; Wolff, 2005).

22La singularité des géographes français se marquerait probablement par leur forte sensibilisation aux dangers de la Geopolitik. Sans pouvoir approfondir cette question ici, on peut souligner que leur critique s’est exprimée dès 1932 chez Demangeon et chez Yann Marie Goblet, qui considèrent la Geopolitik comme une « machine de guerre », un « instrument de propagande pangermaniste ». Demangeon dénonce alors surtout la totale absence d’objectivité des écrits de ses collègues allemands : « La géographie politique achève de perdre tout caractère scientifique quand elle s’efforce, sous le nom de géopolitique, d’être une ‘science appliquée’, avec des buts pratiques » (Demangeon, 1932, p. 26). Après l’arrivée d’Hitler au pouvoir et les coups de force du Troisième Reich, les critiques de Goblet (1934) et de Jacques Ancel (1936, 1938) se radicalisent en visant aussi le régime nazi. Mais c’est seulement à la veille de la guerre que Demangeon (1939) manifeste ouvertement son inquiétude devant la volonté d’hégémonie de l’Allemagne (Riquet, 1996, Robic, Rössler, 1996). En revanche, comme le souligne N. Smith (2003, p. 283 sq), Bowman a fait silence durant les années trente sur la Geopolitik.

23Durant l’entre-deux-guerres, l’attention portée dans les congrès internationaux aux transformations récentes des territoires nationaux et à la planification qui s’y applique révèle bien, à travers des marqueurs telles les questions admises au congrès et les vœux, l’acuité de la question nationale. Mais les analyses de la crise économique que mènent les géographes soulignent aussi que celle-ci révèle une interdépendance mondiale et que les localisations modernes relèvent d’un monde en transformation. Il s’agit d’un changement irréversible dont certains pensent pouvoir dégager les logiques. Les débats s’ouvrent donc souvent sur des considérations pragmatiques relatives à la manière dont la géographie, au nom de son savoir propre, peut contribuer à une action volontaire sur les localisations : soit seule, de par sa capacité à comprendre des situations complexes, en conseillère des politiques ; soit en compagnie d’autres spécialistes, dans des situations d’expertise en cours de définition. Et dans tous les cas grâce à la cartographie. Mais tout se passe comme si les expériences étaient trop distinctes d’un pays à l’autre, comme si elles étaient trop fragmentaires pour l’ensemble des géographes, comme si, surtout ?, les conflits géopolitiques devenaient trop violents, pour qu’une formulation claire des enjeux auxquels était confrontée la discipline se révèle possible à la fin des années trente. Il faudra attendre pour cela l’après-Seconde-guerre mondiale.

Épilogue : penser ailleurs

24Alors, jeune géographe formé aux côtés de géographes français inquiets mais relativement protégés – frileux par rapport à ces enjeux d’aménagement si on les compare à leurs collègues étrangers, mais beaucoup plus ouverts qu’on ne l’a dit aux sirènes de l’action et considérés par leurs collègues français comme les universitaires les plus concernés par l’actualité – que pouvait bien capter de cet air du temps un Pierre Monbeig et que pouvait lui insuffler son expérience brésilienne ?

25Le souci de l’action ? De retour du Brésil et dès sa leçon inaugurale au CNAM, le 6 novembre 1952, il évoque l’« utilité pratique » de la géographie, souligne qu’elle est un instrument de travail au service de la collectivité et estime qu’elle apporte, par sa capacité d’enquêtes, une « documentation plus qu’une solution ». Il évoque donc sa compétence dans les questions d’organisation de l’espace (en même temps que sa distance par rapport à la décision politique). Mais rien d’original en cela, en 1952, même si la bataille pour la géographie appliquée que mènent alors d’autres jeunes tel Michel Phlipponneau (1921-2008) et Philippe Pinchemel (1923-2008) n’est pas gagnée…

26La valeur de l’action ? En revanche, à la même date, il accepte pour sa thèse un titre peu orthodoxe, Pionniers et planteurs de l’Etat de São Paulo, qui met en avant les acteurs du front pionnier. Ce n’est pas le titre original, et celui-ci est plus classiquement chorographique – Marche du peuplement et zones pionnières de São Paulo. En revanche, pour comprendre la dynamique du front caféier pauliste, il a traité longuement des mentalités pionnières, il a fait la part belle à la « psychologie bandeirante », développant une géographie psychologique dont il regrette que ses juges n’aient rien dit lors de sa soutenance (Ozouf-Marignier, 2006). D’ailleurs, il salue en conclusion de sa thèse la féconde énergie des planteurs et leur goût du neuf, en citant les propos que tenait A. Demangeon (1932c) dans son compte rendu de The Pioneer Fringe : « Pour une nation, posséder un front de colonisation, c’est une fortune exceptionnelle qui implique le goût et la recherche du nouveau, la volonté de ne pas s’en tenir à l’héritage du passé, la manifestation d’une puissante vitalité. »

27Les limites de l’action. Auparavant, à l’hybris de l’action prométhéenne, il opposait sinon le principe de précaution du moins le sens du possible. Dès 1943 il évoquait la nécessité d’une critique géographique de l’économie brésilienne, cette économie de pays neuf « dévastatrice », sujette au « gaspillage de ressources humaines » et bercée par « l’illusion de possibilités illimitées ». Pour ce faire, il prônait des recherches scientifiques pluridisciplinaires : « Il serait nécessaire d’effectuer des enquêtes locales, d’obtenir les contributions des sociologues, des agronomes, et de faire la synthèse avec le travail des géographes » (Monbeig, 1943a).

28Des Lumières pour l’action. Il analysait aussi en 1943 la « crise des sciences de l’homme »10, un peu pour en critiquer les enfermements, et surtout pour les opposer à l’obscurantisme et à leur assujettissement par les régimes totalitaires. C’était, pour guider une exploitation durable de la terre, appeler à une connaissance de la « nature sociale » (celle de l’homme) et pas seulement celle de la nature physique des naturalistes ; et, pour rendre raison de « l’homme total » à la manière de Mauss, en appeler à une recherche moins segmentée, fruit de collaborations pluridisciplinaires et d’une recherche collective. Tout un programme d’action intellectuelle présenté le 13 juillet 1943 dans une conférence au Ministère des relations extérieures brésilien à Rio de Janeiro…

29Génie de l’homme Monbeig, sans doute, porté par cet attrait du contemporain qui l’entraîna à choisir la géographie : « C’est un goût pour les questions d’ordre politique, économique et social ; [car] la façon dont l’histoire contemporaine était enseignée ne m’attirait pas beaucoup. C’était encore l’histoire diplomatique », se remémore-t-il (Monbeig, 1991, p. 28). Il démontre ainsi sa connivence avec cette géographie des années trente en prise sur le monde.

30Génie des lieux, et d’abord comme expérience du dé-paysement : « Nous étions trop ensorcelés par une expérience qui nous sortait de la routine française, pour en être vraiment détournés par des épiphénomènes journalistiques », dit-il encore en évoquant les critiques suscitées par l’activisme de ces jeunes intellectuels français rassemblés à l’Université de São Paulo (Monbeig, 1984, p. 230).

31Le sortilège pauliste surgissait sans doute de la confrontation entre un pays neuf et sa curiosité propre, mais aussi de dialogues interdisciplinaires et de rencontres culturelles possibles seulement dans cet ailleurs, avec ses collègues français comme avec ses interlocuteurs brésiliens.

Haut de page

Bibliographie

Arrault, J.-B., « Géographie et mondialisation. Les géographes français face à la crise des années trente », in Annales de géographie, n° 657, 2007a, p. 493-512.

Arrault, J.-B., Penser à l’échelle du Monde. Histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du XIXe siècle/entre-deux-guerres), Thèse de doctorat de l’Université de Paris I, 3 volumes, 650 p. + annexes, 2007b.

Alexandre, A., « Plan d’une étude de l’habitat urbain », in Comptes rendus du Congrès international de géographie. Paris 1931, t. III, Paris, A. Colin, 1933, p. 415-422.

Ancel, J., Géographie des frontières, Paris, Gallimard, 209 p., 1938.

Ancel, J., Géopolitique, Paris, Delagrave, 120 p., 1936.

Angotti-Salgueiro, H. (org.), Pierre Monbeig e a geografia humana brasileira : a dinâmica da transformação, São Paulo, EDUSC, IEB, FAPESP, 342 p., 2006.

Bataillon, C., « Table-ronde imaginaire sur la géographie universitaire française 1930-1960 », in Hérodote, n° 20, 1981, p. 116-153.

Boulineau, E., « Un géographe traceur de frontières : Emmanuel de Martonne et la Roumanie », in L’Espace géographique, 2001, p. 358-369.

Bowman I., Geography in relation to the Social Sciences, New York, Charles Scribner’s Sons, 227 p., 1934.

Bowman I., (dir.), Limits of Land Settlement. A Report on Present-day Possibilities, New York, Council of Foreign Relations, 380 p., 1937.

Bowman I., « Pioneer Settlement », in Comptes rendus du Congrès international de géographie. Paris 1931, t. III, Paris, A. Colin, 1933, p. 279-280.

Bowman I., « Planning in Pioneer Settlement », Annals of the Association of AmericanGeographers, XXII (2), 1932, p. 93-107 (Presidential Address presented before the Association, Ypsilanti Meeting).

Bowman I., The Pioneer Fringe, New York, American Geographical Society, 361 p., 1931.

Bowman I., The New World. Problems in Political Geography, New York, World Book Company, 610 p., 1921.

Claval, P. ; Sanguin, A.-L. (dir.), La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, 345 p., 1996.

Couzon, I., « La figure de l’expert-géographe au miroir de la politique d’aménagement du territoire en France (1942-1950) », in G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 159-171.

Delfosse, C., « Emmanuel de Martonne, tisseur de réseaux internationaux de géographes », in G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 189-206.

Demangeon A., « Géographie politique. À propos de l’Allemagne », in Annales de géographie, 1939, p. 113-114.

Demangeon A., « Trois questionnaires et trois enquêtes de géographie rurale », in Annales de géographie, 1936, p. 512-518.

Demangeon A., « Pionniers et fronts de colonization », in Annales de géographie, 1932c, p. 631-636.

Demangeon A., « Géographie politique », in Annales de géographie, 1932b, p. 22-31.

Demangeon A., « Aspects nouveaux de l’économie internationale », in Annales de géographie, 1932a, p. 1-21.

Demangeon A., « La géographie de l’habitat rural », in Annales de géographie, 1927, p. 1-23 et 97-114.

Demangeon A., Le Déclin de l’Europe, Paris, Payot, 1922.

Demangeon A., Mauco, G., Documents pour servir à l’étude des étrangers dans l’agriculture, Paris, Hartmann, 645 p., 1939.

Garel, J., « Un géographe face à la régionalisation. Camille Vallaux et les deux Bretagne », in G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 123-132.

Goblet, Y.M.,Le Crépuscule des traités, Paris, Berger-Levrault, 262 p., 1934.

Gottmann, J., Documents pour servir à l’étude de la structure agraire dans la moitié occidentale de la France. Rapport de l’enquête dirigée par Albert Demangeon en 1936-1940, Paris, A. Colin, École pratique des Hautes Études, 1964.

Joerg, W. L. G. (ed.), Pioneer Settlement, Co-operative Studies by Twenty-Six Authors, New York, American Geographical Society, VI, 473 p., 1932.

Lapierre, N., Pensons ailleurs, Paris : Stock, 304 p., 2004.

Markou, E., « Les conditions de la production des 'cartes industrielles de la France' : ingénieurs et géographes (1925-1938) », in G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 145-158.

Martin, G., The life and thought of Isaiah Bowman, Hamden: Archon Books, 272 p., 1980.

Maunier, R., « Peuplement des pays tropicaux par les Blancs », in Comptes rendus du Congrès international de géographie, Amsterdam 1938, t. II, Leiden: E.J. Brill, 1938, p. 239-245.

Mazon, B., « La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940 », in Revue française de sociologie, 26, 1985, p.311-342.

Monbeig P., « Pour le Cinquantenaire de l’Université de São Paulo » (1984), in H. Théry, M. Droulers (coord.), Pierre Monbeig. Un géographe pionnier, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, 1991, p. 227-231.

Monbeig P., « Les années de formation. Un entretien avec Claude Bataillon » (1981), in H. Théry, M. Droulers (coord.), Pierre Monbeig. Un géographe pionnier, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, 1991, p. 27-34.

Monbeig P., « Leçon inaugurale 6 novembre 1952, Conservatoire national des Arts et Métiers », in H. Théry, M. Droulers (coord.), Pierre Monbeig. Un géographe pionnier, Paris : Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, 1991, p. 219-225.

Monbeig P., Pionniers et planteurs de São Paulo, Paris, A. Colin, 376 p., 1952.

Monbeig P., « La crise des sciences de l’homme », Conferências, Série Itamaratí, Rio de Janeiro, Edições da Casa Estudante do Brasil, 1943b, p. 19-62.

Monbeig P., « A situação dos estudos geográphicos no Brasil », Rumo, Rio de Janeiro, ano I, 4 trim., pp. 7-11 (in H. Théry, M. Droulers (coord.), Pierre Monbeig. Un géographe pionnier, Paris, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, 1943a, p .108-109, traduction de Martien Droulers).

Monbeig P., « Madrid. Son urbanisation. Son rôle. Son avenir », in Comptes rendus du Congrès international de géographie. Paris 1931, t. III, Paris, A. Colin, 1933, p.466-469.

Ozouf-Marignier, M.-V., « Um domínio contestado : a geografia psicológica no tempo de Pierre Monbeig », in  H. Angotti-Salgueiro (org.), Pierre Monbeig e a geografia humana brasileira : a dinâmica da transformação, São Paulo, EDUSC, IEB, FAPESP, 2006, p. 57-85.

Palsky, G., Des chiffres et des cartes. Naissance et développement de la cartographie quantitative française au XIXe siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 331 p., 1996.

Palsky, G., 2002, « Emmanuel de Martonne and the Ethnographical Cartography of Central Europe (1917-1920)”, inImago Mundi, 54, pp. 111-119.

Pinchemel, P., 1952, « L’aménagement du territoire », L’Information géographique, 1, pp. 12-16.

Phlipponneau, M., Géographie et action. Introduction à la géographie appliquée, Paris, A. Colin, 227 p., 1960.

Raffestin, C., Géopolitique et histoire, Lausanne, Payot, 330 p., 1995.

Riquet, P., « Les géographes français face à l’Allemagne et aux géographes allemands entre 1918 et 1960 », in P. Claval, A.-L. Sanguin (dir.), La géographie français à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 69-77.

Robic M.-C., « Walter Christaller et la théorie des 'lieux centraux' : Die zentralen Orte in Süddeutschland (1933) », in B. Lepetit, C. Topalov, La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 2001, p. 151-189.

Robic M.-C., « Une Ecole pour des universitaires placés aux marges de l’expertise : les années trente et la cartographie géographique », in Bulletin du Comité français de cartographie, n° 116, 1998, p. 104-120 et Cybergeo. Revue européenne de géographie.

Robic M.-C., « Des vertus de la chaire à la tentation de l’action », in P. Claval, A.-L. Sanguin (dir.), La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, 1996a, p. 27-58.

Robic M.-C., « Les résolutions et irrésolutions d’une cité scientifique: l’entre-deux-guerres », in M.-C. Robic, A.-M. Briend, M. Rössler (dir.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Paris, L’Harmattan, 1996b, p. 179-225.

Robic M.-C., « L’investissement cartographique des années trente. Cartographie thématique et nationalisms », in M.-C. Robic, A.-M. Briend, M. Rössler (dir.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Paris, L’Harmattan, 1996c, p. 227-240.

Robic, M.-C., Rössler, M., « L’UGI, enjeu des relations internationales dans la première moitié du XXe siècle », in M.-C. Robic, A.-M. Briend, M. Rössler (dir.), Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 241-258.

Rössler, M., « Applied Geography and Area Research in Nazi Society: Central Place Theory and Planning, 1933-1945 », Environment and Planning. D. Society and Space, VII (4), 1989, p. 417-431.

Roncayolo, M., « Tempos geográficos e construção dos espaços na análise de Pierre Monbeig », in  H. Angotti-Salgueiro (org.), Pierre Monbeig e a geografia humana brasileira : a dinâmica da transformação, São Paulo, EDUSC, IEB, FAPESP, p. 117-128.

Smith, N., American Empire. Roosevelt’s geographer and the prelude to globalization, Berkeley, Los Angeles, London: University of California Press, 557 p., 2003.

Théry, H., Droulers, M. (coord.), Pierre Monbeig. Un géographe pionnier, Paris : Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, 239 p., 1991.

Tissier, J.-L., « Rendez-vous à Uriage. La fonction du terrain au temps de la Révolution nationale », in G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 343-351.

Van Cleef, E., « The Problem of Scientific Settlement as Illustrated by the Fins », in Comptes rendus du Congrès international de géographie. Paris 1931, t. III, Paris : A. Colin, 1933, p. 281-287.

Wolff D., Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne, Thèse de doctorat de l’Université de Paris I, 4 tomes, 865 p., 2005.

Haut de page

Notes

1  J.-B. Arrault a souligné que la géographie française, dès les années 1920, se développait « sous le signe de la crise » (Arrault, 2007a, p. 499). La crise de 1929 a été pour les géographes le révélateur d’une solidarité mondiale dont ils avaient pris conscience dès la fin du XIXe siècle (Arrault, 2007b) et, en France notamment, ils ont répondu aux tentations du protectionnisme et de l’autarcie par des plaidoyers pour une organisation internationale. Albert Demangeon et Henri Hauser, deux des mentors de Monbeig, étaient avec Fernand Maurette ou René Musset les apôtres de telles ententes internationales, de même qu’Isaiah Bowman aux États-Unis (Arrault, 2007a, p. 506 sq).

2  Dans ce sens, l’expression vise le caractère propre de ce qui est considéré comme géographique : c’est ainsi que l’entend par exemple Paul Michotte (1921) qui utilise le néologisme dans son article « L’orientation nouvelle de la géographie » ; une seconde acception illustrée par l’ouvrage d’Éric Dardel, L’homme et la terre (1952), désigne par géographicité l’horizon terrestre de l’existence humaine.

3  Pour plus de détails sur ce programme et sur ses dimensions internationales et pluridisciplinaires, voir G. Martin, 1980, chapitre 7 et Smith, 2003, chap. 8 (le sociologue Robert E. Park a aussi participé à sa discussion au sein du Social Science Research Council).

4  « The work is being done on the cooperative principle since economics and sociology, like geography, have a primary interest in the problem. » (Bowman, 1933, p. 280).

5  Ainsi de Van Cleef, 1933, p. 283, qui cite I. Bowman: « What shifting of population will occur in the future if man were fully aware of the possibilities of his powers when applied to pioneering conditions in given areas? » et qui fixe son propre credo méthodologique: « To anticipate successfully the future we must know the past. Out of man’s experience we may hope to derive some principles which should have at least partial if not total applicability to his future movements. »

6 4 Science du peuplement ou de la colonisation : « science of settlement ». Voir aussi comment Bowman fait référence à un philosophe pragmatique, William James, pour introduire le chapitre où il vante la participation active de la science dans le processus de colonisation pionnière : « Science is like the pioneer in making things happen instead of waiting for things to happen. Every scientific truth goes pioneering. While man’s culture may rise superior to his environment, it is equally true that the force of new ideas and the pressure of living have required man to rise superior to his prevailing culture. » (Bowman, 1931, chapitre 7, p. 76) On verra enfin son plaidoyer pour le développement d’une phase de géographie appliquée, « technologique » et non plus « technique »: « If geography is ever to influence political and social policies it must deal with ideas that seem to be of critical importance to government and society, conveyed in terms that leaders can understand. May I suggest that every person and every subject goes through what might be called a technological phase. » (Bowman, 1932, p. 93).

7 5 « By making a sufficient number of observations […] we may derive principles and even index numbers that will show the measure of man’s power in the pioneer belts and we may also hope to derive data which will serve as an aid in determining upon a rational distribution of population. » (Van Cleef, 1931, p. 287).

8  « Il ne s’agit pas là évidemment de géographie pure. La science abstraite répugne également à deviner le futur et à se lancer dans l’action. Mais un pareil travail ne sera fécond que s’il est fait dans un esprit véritablement géographique. Les maux dont souffrent nos grandes agglomérations urbaines commandent de l’entreprendre aussi tôt que possible. Tel est le grand intérêt pratique qui s’attache à des études approfondies sur l’utilisation du terrain dans les villes et sur les problèmes de l’habitat urbain. » (Alexandre, 1933, p. 422).

9  Telle cette conclusion sur l’intérêt que suscite ce champ d’études: pas seulement l’intérêt pratique, mais encore l’attrait du thème de l’avancée pionnière, « a stream of mankind on some of the newer roads to fortune, having experiences on the way, seeing in new communities the realization of dreams, and willing to pay the price of realization. » (Bowman, 1932, p. VI).

10  Je remercie Heliana Angotti-Salgueiro pour m’avoir fait connaître cette conférence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte mondiale des franges pionnières (Source : Bowman, 1932)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « La crise des années trente et la tension vers l’expertise géographique : expériences françaises et internationales. Une nouvelle frontière ? », Confins [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 21 mars 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://confins.revues.org/5652 ; DOI : 10.4000/confins.5652

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Directeur de recherche (CNRS), Géographie-cités, UMR 8504, CNRS, Université de Paris I, Université de Paris VII, Équipe Épistémologie et histoire de la géographie (E.H.GO), 13, rue du Four, 75006 Paris, robicmc@parisgeo.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org