Navigation – Plan du site
Projeto de pesquisa / Position de recherche

Le lien retrouvé

Luis Antonio Bittar Venturi

Texte intégral

1Les ressources naturelles sont les principales médiatrices de la relation homme-nature, se situant à l´interface entre les dimensions sociale et naturelle. Cette thématique favorise donc la ré-intégration entre la géographie physique et humaine, dans la mesure où elle amène le chercheur à une vraie analyse géographique, celle qui considère, en même temps, les aspects humains et naturels pour la compréhension du territoire ou, si l’on préfère, de l´espace géographique.

2C´est dans ce contexte interprétatif que ce texte situe un parcours de recherche orienté par cette thématique, parcours qui a commencé en 2003 et qui, en raison du dynamisme du thème, a déjà connu quatre phases distinctes, mais complémentaires, en dessinant une progression réflexive.

L´autophagie métropolitaine (1ère phase)

Tous ce qui dépasse les limites se transforme en son contraire (Proverbe Arabe)

3La première phase de la recherche (années 2003 et 2004) s´est occupée de l´analyse des ressources naturelles dans le domaine métropolitain de la RMSP (Région Métropolitaine de São Paulo). L´étude a révélé que São Paulo est l´état brésilien a été accordé le plus grand nombre de licences d´activités minières, la plupart concernant l´extraction de matériaux bruts (sable et pierre) pour le bâtiment, concentrée autour de la métropole, ce qui pouvait être expliqué par le concept de valeur locale. Ces types de ressources ont une très basse valeur marchande, une très haute valeur d´usage (on ne peut pas les remplacer par d´autres matières) et, en même temps, se commercialisent en très grandes quantités. Ces trois aspects attribuent ensemble à ces ressources une haute valeur locale, ce qui oblige à les exploiter au plus proche de la demande, car avec la distance elles deviennent commercialement non viables.

(Fonte: DNPM. Org: Venturi, L.A.B.)

4Il faut tenir compte de ce que, en raison de la capricieuse dynamique de la nature, les matériaux bruts ont la même localisation que les ressources en eau, c´est-à-dire les tertres cristallins qui entourent la métropole. Mais, du fait de la dynamique sociale, c´est aussi dans ces endroits que la population la moins favorisée est forcée d’habiter, généralement de façon irrégulière ou clandestine, engendrant une force centrifuge d´expansion de la métropole. Le résultat territorial, au seuil de la métropole est un conflit d´usage, la fragilité environnementale et l’exclusion sociale, comme on peut le constater sur les figures suivantes.

Imagem (IKONOS II, 2001-03 Pojeto SMA/Funcare. Org. Luchiari, A.)

Figure 3 – Activité minière, occupation irrégulière du sol et sources d´eau

Figure 3 – Activité minière, occupation irrégulière du sol et sources d´eau

Crédit: E.F.Justiniano.

5Ce contexte met en question la soutenabilité de la métropole, dans la mesure où existent des forces vectorialement opposées: une force centripète engendrée par la valeur locale des ressources (eau et matière brute), qui tend à les rapprocher de leur demande et dans l’autre sens une force centrifuge représentée par l´expansion de la métropole. En recourant à l´herméneutique, la compréhension d´un tel paradoxe peut être bien illustré par le mythe de Oroboro, le serpent qui s´alimente de lui même. Ce mythe nous oblige à réfléchir sur la soutenabilité de la métropole, parce que plus on a besoin des ressources essentielles pour sa reproduction matérielle et vitale, moins ils sont disponibles puisque la métropole, en grandissant, les détruit ou se déploie sur eux.

Figure 5 – Image satellitede la RMSP et forces vectorielles opposées

Figure 5 – Image satellitede la RMSP et forces vectorielles opposées

Figure 6 - Mythe d’Oroboro : serpent (ou dragon) qui se mange la queue et se consume au fur et à mesure de sa croissance.

Figure 6 - Mythe d’Oroboro : serpent (ou dragon) qui se mange la queue et se consume au fur et à mesure de sa croissance.

http://poesigrafia.com.br/​?cat=4, accès 13/6/09

6On pourrait donc interpréter l´expansion métropolitaine, à la lumière de l´herméneutique, du mythe et de l´analyse géographique, comme un processus autophagique et insoutenable, engendré par une gouvernance qui néglige en même temps les besoins sociaux et la dynamique naturelle.

Un concept en construction (2ème phase)

Le meilleurs des propos est celui dont le peu te dispense de beaucoup et dont le sens apparaît à la première lecture (Al Jâhiz)

7Au parcours de la première phase de la recherche, s´est révélée une forte limitation conceptuelle. On était obligé à jouer avec des fragments conceptuels récoltés auprès de différents auteurs, pour qui les ressources naturelles étaient définies dans une perspective économique ou une perspective naturaliste, en tant qu´éléments de la nature. Il nous manquait vraiment une définition géographique capable d´articuler la dimension sociale et naturelle, puisque d´un côté ressource est quelque chose à quoi la société recourt quand elle en a besoin, ce qui peut changer historiquement. D´un autre côté, le terme naturel indique que les ressources existent selon une dynamique de la nature. On avait donc besoin de construire une base conceptuelle pour appuyer les études de cette thématique, ce qui a caractérisé la deuxième phase de la recherche qui a pris deux années, 2005 et 2006.

8Les étudiants de la matière Géographie des Ressources Naturelles ont beaucoup contribué à la construction conceptuelle et au bout d´un an (2005) on avait déjà une première version:

Une ressource naturelle peut être définie comme n´importe quel élément ou aspect de la nature qui soit objet d’une demande,  passible d´utilisation ou utilisée par l´Homme, directement ou indirectement, de façon à satisfaire ses besoins physiques et culturels, à un certain moment et en un certain lieu.

9Le terme demande attribuait l´historicité à la définition; les termes aspect et indirectement permettait d´inclure les ressources immatérielles; l´expression passible d´utilisation indique que les ressources ne le sont que s´il y a des moyens pour les utiliser; le terme culturels dépasse l´idée de ressource comme satisfaction physique et reproduction matérielle. Finalement, l´expression à un certain moment et en un certain lieu libère les ressources des amarres du système capitaliste.

10Les étudiants de 2006 ont apporté des nouvelles questions à la définition: la naturalité (degré d´altération à partir duquel une ressource n´est plus naturelle); l’appropriation inégale, la mobilité territoriale, les impacts, les aspects gépolitiques, éthiques etc. Au bout de l´année, toutes ces né une deuxième:

Une ressource naturelle peut être définie comme n´importe quel élément ou aspect de la nature objet d’une demande,  passible d´utilisation ou utilisée par l´Homme, directement ou indirectement, de façon à satisfaire ses besoins physiques et culturels , à un certain moment et en un certain lieu.

Les ressources naturelles sont des composantes du paysage géographique, matériels ou non, qui n´ont pas encore subi de transformations importantes opérées par le travail humain et dont la genèse est indépendante de l´Homme, mais auxquelles ont été attribuées, historiquement, des valeurs sociales et culturelles. Elles ne peuvent donc être compris qu´à partir de la relation Homme-Nature.

Si, d´un côté, les ressources naturelles sont présentes et réparties en fonction d’une combinaison des processus naturels, leur appropriation se fait selon des valeurs sociales.

De cette interaction société-nature dérivent certaines formes d´organisation sociale sur le territoire, influencées tant par des processus naturels qui déterminent l´existence (ou non) et la distribution territoriale des ressources, comme par des valeurs sociales en vigueur lors de l´appropriation, étant entendu que, plus une ressource est valorisée, plus grande est la mobilité sur le territoire.

De toute façon, il y aura toujours altération de l´environnement, soit par exploitation, appropriation ou lors de l´utilisation des ressources naturelles. De telles altérations peuvent engendrer des impacts négatifs dans le cas où l’on sous-estime ou néglige les dynamiques naturelles, où si les actions sont orientées par des procédés non éthiques.

Outre la demande, l´existence et les moyens techniques, l´appropriation et l’utilisation des ressources naturelles peuvent dépendre des facteurs géopolitiques, surtout quand elles sont stratégiques et engagent des disputes entre des peuples.

Finalement, si d´un côté les dynamiques naturelles expliquent la richesse des ressources naturelles des quelques nations, de l’autre, les dynamiques sociales expliquent la non-correspondance directe entre disponibilité des ressources et le bien être et le développement humain.

  • 1  In: VENTURI, L.A.B. Ensaios Geográficos. São Paulo: Humanitas, 2009.

11Cette deuxième phase de recherche est détaillée, pas à pas, dans l´article intitulé Recurso Natural: a construção de um conceito 1. La base conceptuelle ainsi construite a suscité des nouvelles réflexions qui se sont déployées en deux nouvelles perspectives, l’une didactique et l’autre théorique, qui forment respectivement les 3ème et 4ème phases de recherche.

Ressources naturelles et organisation du territoire (3ème phase)

Determinisme ou Contextualisme?

12Reconnaissant l´ubiquité des ressources naturelles dans la médiatisation de la relation homme-nature (ou si l’on veut, société-environnement), on a engagé des efforts pour consolider une lecture du territoire dans la perspective des ressources naturelles. La base conceptuelle créée à la phase antérieure a permis de reconnaître sur le territoire tous les aspects sociaux et naturels qu´elle mettait en valeur. On a donc commencé à pratiquer en salle de classe la lecture de divers cas où l’on pouvait reconnaître, parfois plus nettement, parfois moins, l´influence des ressources naturelles dans l´organisation de divers territoires, à différentes échelles et à divers temps historiques.

13On a d´abord pris des exemples moins subtils, où l´influence des aspects naturels par rapport au territoire est évidente, comme en Égypte, où toute l´occupation est orientée par rapport au Nil, c´est-à-dire par la présence ou l’absence d´une ressource naturelle.

Figure 7 – Occupation et utilisation du territoire en Égypte

(Adapté par l´auteur de l´Atlas da História Universal. O Globo/ The Times: Rio de Janeiro, 1995).

14Progressivement, les exemples sont devenus plus subtils, exigeant des étudiants une analyse géographique de plus en plus poussée, une lecture du territoire toujours plus orientée par la médiation des ressources naturelles.

Figure 8 – Modèle d´occupation en Amazonie, défini comme “espinha de peixe” (arête de poisson)

Figure 8 – Modèle d´occupation en Amazonie, défini comme “espinha de peixe” (arête de poisson)

Fonte: SeaWiFS Project, NASA/Goddard Space Flight Center, and ORBIMAGE.

15Dans le contexte régional actuel de l´Amazonie, un modèle particulier d´organisation du territoire se crée par une combinaison d´aspects concernant, d´un côté, la séquence d´exploitation des ressources naturelles (bois, soja, pâture) et, de l´autre l’ouverture de routes, les facilités fiscales, l’impunité etc. Ensuite, les contextes locaux des villes côtières exhibent, sans exception remarquable, une organisation du territoire allongée, due à l´appropriation indirecte et immatérielle d´un aspect de la nature, le paysage de front de mer, culturellement valorisé.

Figure 9 – Région Métropolitaine de São Paulo et Baixada Santista. Notez la configuration allongée des villes côtières.

Figure 9 – Région Métropolitaine de São Paulo et Baixada Santista. Notez la configuration allongée des villes côtières.

(E.F.Justiniano)

16Encore à l´échelle locale, l´appropriation des zones côtières peut être directe et matérielle, comme aux Pays Bas, où l’on sépare l´eau du sol pour accéder à ce dernier, en créant une configuration territoriale très particulière.

Figure 10 – Polder aux Pays Bas

Figure 10 – Polder aux Pays Bas

www.globalphotos.com

17À l´échelle continentale, on propose que les ressources naturelles soient incluses dans l´analyse géographique du territoire, puisqu´au Brésil, le pau brasil, la canne à sucre, l´or, les arbres à caoutchouc d’Amazonie, le café du Sudeste ont engendré beaucoup de mouvement sur le territoire, ce qui peut avoir favorisé le maintien de sa cohésion. D’autre part, en Amérique Espagnole, l´exploitation de l´argent a engendré l´urbanisation autour des aires minières, en même temps que dans la cordillère les conditions moins favorables à l´exploitation de l´agriculture et à la cueillette mené à des développement plus étanches. Ces arguments devront encore être discutés avec des collègues historiens.

Figure 11 – Configuration territoriale de l´Amérique Espagnole en contraste avec la Portugaise, peut être influencée par les types de ressources naturelles exploitées

Figure 11 – Configuration territoriale de l´Amérique Espagnole en contraste avec la Portugaise, peut être influencée par les types de ressources naturelles exploitées

Fonte: E.F.Justiniano.

Au-delà des ressources naturelles

18On a aussi reconnu quatre grands modèles d´urbanisation parmi les villes de l´état de São Paulo, influencés non pas directement par les ressources naturelles, mais par les aspects physiques du territoire.

19Le premier modèle urbain paulista concerne les villes situées dans le bassin sédimentaire, donc sur des terrains plus amples et plans. Dans ce cas les voies sont plus larges et leurs tracés plus rectilignes, les îlots sont nettement carrés. Bien évidement le géographe devra considérer que la largeur des voies s´explique aussi par leur importance dans les réseaux et les flux.

Figure 12 – Vue aérienne de la ville d’Araraquara et de la route Washington Luiz.

Figure 12 – Vue aérienne de la ville d’Araraquara et de la route Washington Luiz.

E.F.Justiniano

20Le deuxième modèle urbain paulista se réfère aux villes situés dans des domaines orogéniques et présentant donc des tracés très sinueux. De nouveau, il faut prendre en compte qu´une forte insertion du capital peut bouleverser le paradigme urbain. Aménagement de versants, terrassements, construction de ponts, de tunnels peuvent changer la relation entre aspects physiques et configuration du territoire, si nécessaire et possible.

Figure 13 – Image de satellite de la ville de Itapecerica da Serra (RMSP).

Figure 13 – Image de satellite de la ville de Itapecerica da Serra (RMSP).

21Le troisième modèle urbain paulista, on l´a déjà vu, concerne les villes côtières allongées, mais aussi les villes de la vallée du Paraiba. Il s´agit d´un fossé tectonique allongé et côtoyé des deux côtés par des montagnes (Serra da Mantiqueira et Serra do Mar. Outre la configuration physique du territoire, ces villes s´allongent aussi pour des raisons économiques, situées qu´elles sont entre les deux plus grandes métropoles brésiliennes (São Paulo et Rio de Janeiro), vers lesquelles elles sont attirées.

Figure 14 – Image de satelite du Vale do Paraíba. Notez les formes allongées de l´urbanisation.

Figure 14 – Image de satelite du Vale do Paraíba. Notez les formes allongées de l´urbanisation.

E.F.Justiniano

Conclusions partielles

22La relation Homme-Nature nous aide donc à comprendre le lien entre ressources naturelles et configuration du territoire, mais aussi des aspects culturels liés aux différents modes de vie. Cela renforce l´idée qu´on ne peut pas réfléchir sur les ressources naturelles seulement sous la perspective de la satisfaction des besoins sociaux, ni seulement dans la perspective de l´évolution socioculturelle de l´Homme. Ces deux perspectives doivent converger dans le cadre de l´analyse géographique.

  • 2  Recursos Naturais e Organização Social do Território. Disponible dans le système CoL (Cours on Lin (...)

23Cette troisième phase de la recherche a débouché sur un article qui est déjà utilisé en cours 2 et devra devenir un chapitre d´un projet éditorial en cours.

24La pratique de la lecture du territoire utilisant différents contextes spatio-développée en une nouvelle approche, cette fois théorique, concernant l´universalité des concepts géographiques. Il s’agit donc de la quatrième et actuelle phase de recherche, qui est devenue un projet de post-doctorat.

Analyse critique de l´universalité des concepts géographiques, projet de Post-Doctorat

25L´expérience des plusieurs voyages au Proche Orient et en Afrique du Nord a fait émerger des réflexions au sujet du pouvoir explicatif des concepts géographiques couramment utilisés pour expliquer la réalité brésilienne.

26Ayant encore comme orientation principale la relation entre ressources naturelles et organisation du territoire, la posée concerne à l´universalité des concepts des géographes, mise à l’épreuve quand l’on se trouve devant des contextes très différents des situations brésiliennes : espace géographique, paysage, ressource naturelle et le couple lieu-non lieu.

Concept d´espace géographique

  • 3  SANTOS, M. A Natureza do espaço – técnica e tempo, razão e emoção. São Paulo: Hucitec, 1997. P.44.

27Si on l’on compare Brésil et Liban, par exemple, la relation temps-espace présente dans la conception d´espace géographique développée par Milton Santos est complètement asymétrique. En bref, selon Santos, l´espace résulte d´un système d´actions articulé à un système d´objets et révélant une accumulation des temps inégaux. Au Brésil, le temps historique, guère plus de cinq siècles depuis l’arrivée des Portugais, se déploie sur un territoire de plus de 8,5 millions de kilomètres carrés, où l’on peut encore trouver des espaces dépourvus d’occupation humaine. Au Liban, au contraire, le temps historique de plus de 7 000 ans se concentre sur un territoire très réduit, d’un peu plus de 10 0000 kilomètres carrés. D´une telle concentration découle que les objets techniques se superposent et que beaucoup d´entre eux s´occultent, n´étant donc plus disponibles pour la lecture de l´espace géographique selon le paradigme miltonien, selon lequel les objets techniques nous aident, en même temps, à délimiter l’espace et à empiriciser le temps 3.

Figura 15 – Place des Martyrs, Beyrouth

Figura 15 – Place des Martyrs, Beyrouth

Le projet de reconstruction a été modifié en fonction des découvertes, dues aux bombardements, d´objets de différentes époques. Dans ce cas, s´est révélé la civilisation turco-ottomane (Photo de l´auteur, juillet 2008).

Concept de Paysage

28Le concept de paysage, si on l’applique à quelques contextes des Émirat Arabes Unis, n´aura pas la force explicative qu’ils ont dans des contextes brésiliens, même si l’on considère les deux perspectives, le paysage systémique et le paysage culturel. En bref, la première définit le paysage comme le résultat d´un ensemble de composants (climat, relief, hydrographie, action anthropique etc) intégrés et en permanente évolution. La deuxième perspective voit le paysage en tant que produit de la dérivation de la nature par la culture, donc, en tant que témoin de la présence humaine. Quand on se trouve devant quelques paysages des Émirats, par exemple, les archipels artificiels, on a du mal à les comprendre à partir du concept de paysage, ni comme résultat de l´intégration entre ses composants, ni comme héritage culturel.

Concept de Ressource Naturelle

29On a observé que plus les conditions naturelles sont rigoureuses, plus évidente est la relation entre les ressources naturelles et l´organisation du territoire. Si l’on compare l´Égypte à l´état de São Paulo, on verra des différences très remarquables.

Figure 18 - Occupation du territoire à São Paulo et en Égypte, révélée par la représentation de l´usage d´electricité

Figure 18 - Occupation du territoire à São Paulo et en Égypte, révélée par la représentation de l´usage d´electricité

On remarque un très fort rapport avec les aspects physiques dans le pays arabe et une légère orientation de l´occupation au long des fleuves dans l´état brésilien (Adapté par Eduardo Felix justiniano, 2009).

  • 4  BERQUE, A. Paisagem-marca, paisagem matriz: elementos da problemática para uma geografia cultural.(...)

30On remarque que sous des conditions naturelles plus favorables (eau, sols, relief, climat, végétation), la relation entre ressources naturelles et organisation du territoire n´est pas très évidente. Évidement, un fort investissement peut bouleverser le scénario, ou mieux les paysages, comme on l´a vus dans les Émirats. Cela veut dire que l´idée d´un déterminisme géographique ne doit pas être complètement abandonnée (ce qui peut être facile au Brésil, plein des richesses) mais contextualisé selon les conditions naturelles et, en même temps, les aspects économiques. La reconsidération du déterminisme (géographique ou économique) peut être soutenue par le caractère plurimodal du paysage-matrice d’Augustin Berque4, par lequel le paysage peut être actif, passif ou potentiel.

Concepts de lieu et non-lieu

  • 5  AUGÉ, M. Não lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. São Paulo: Papirus, 1994.

31Le lieu, selon la perspective antropologique de Marc Augé5, est identitaire, historique et relationnel, puisque ses références sont partagées. Le non-lieu serait un endroit transitoire, des relations éphémères et impersonnelles, produit de la supermodernité associé à une forte insertion de capital qui viabilise sa reproduction elle-même.

32On soupçonne que des éléments naturels peuvent représenter des résistances à la création de non-lieu, comme le fleuve Nil, par exemple, qui est omniprésent dans la société égyptienne et auquel beaucoup d´activités et de modes de vies sont liés, offrant une résistance à des changements de nature économique. La perennité du fleuve et l´histoire qui ruisselle dans ses eaux s´opposent à des caractéristiques de ce qu´on appellerait un non-lieu.

Figura 19 – Le Caire : insertion du capital et résistance du fleuve.

Figura 19 – Le Caire : insertion du capital et résistance du fleuve.

Photo de l´auteur, 2007.

33À part Dubai, dont on considère qu’il représente le non-lieu à son extrême, il est des contextes plus subtils, qui peuvent démontrer nettement comment les non-lieux sont créés. Dans le cas libanais, on trouve un exemple clair d´un endroit qui avait les caractéristiques d´un lieu et qui, après sa transformation en « table rase » en conséquence de la guerre civile, a perdu tous ces traits lords de la reconstruction, se transformant en non-lieu: non-historique, non-identitaire, non-partagé, lieu de transit.

Figures 20, 21 et 22 – Place des Martyrs dans les années 1930, en 1995 et en 2008. La création d´un non-lieu dans le contexte libanais.

Figures 20, 21 et 22 – Place des Martyrs dans les années 1930, en 1995 et en 2008. La création d´un non-lieu dans le contexte libanais.

Photo 20: DAHER, Gaby. Le Beyrouth des anées 30. Beirute: Anis Com. Printing Press, 1994. Fotos 21 et 22 : de l´auteur.

Réflexions finales

34Cette quatrième phase du parcours de recherche est née d’observations aléatoires lors des voyages dans des pays arabes. D´abord, ces expériences n´avait pas une finalité scientifique, mais les observations étaient toujours médiatisés par des concepts acquis par la pratique géographique dans les domaines de la recherche et de l´enseignement. Ainsi, les concepts géographiques sont étes mis à l’épreuve presque spontanément.

35Cependant, pour que ces réflexions deviennent une recherche scientfique, il faudra, outre des lectures conceptuelles plus approfondies, des analyses plus poussées in loco des contextes qui seront confrontés aux concepts géographiques.

36Cette phase de recherche dépendra donc d´un stage à l´étranger, plutôt au Proche Orient. Des contacts avec des Universités de cette région du monde sont déjà en cours et il est prévu de finir cette recherche vers le mois de mars 2010.

Haut de page

Notes

1  In: VENTURI, L.A.B. Ensaios Geográficos. São Paulo: Humanitas, 2009.

2  Recursos Naturais e Organização Social do Território. Disponible dans le système CoL (Cours on Line, www.col.usp.br)

3  SANTOS, M. A Natureza do espaço – técnica e tempo, razão e emoção. São Paulo: Hucitec, 1997. P.44.

4  BERQUE, A. Paisagem-marca, paisagem matriz: elementos da problemática para uma geografia cultural. In: CORRÊA, R.L. & ROSENDAHL, Z. 2 ed. Paisagem, Tempo e Cultura. R. de Janeiro: Eduerj, 2004.

5  AUGÉ, M. Não lugares: introdução a uma antropologia da supermodernidade. São Paulo: Papirus, 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1 et 2 – Nombreuses activités minières dans l´état de São Paulo, dont la plupart concentrées autour de la métropole
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Crédits (Fonte: DNPM. Org: Venturi, L.A.B.)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits Imagem (IKONOS II, 2001-03 Pojeto SMA/Funcare. Org. Luchiari, A.)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3 – Activité minière, occupation irrégulière du sol et sources d´eau
Crédits Crédit: E.F.Justiniano.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 5 – Image satellitede la RMSP et forces vectorielles opposées
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 6 - Mythe d’Oroboro : serpent (ou dragon) qui se mange la queue et se consume au fur et à mesure de sa croissance.
Crédits http://poesigrafia.com.br/​?cat=4, accès 13/6/09
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-6.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 8 – Modèle d´occupation en Amazonie, défini comme “espinha de peixe” (arête de poisson)
Crédits Fonte: SeaWiFS Project, NASA/Goddard Space Flight Center, and ORBIMAGE.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 9 – Région Métropolitaine de São Paulo et Baixada Santista. Notez la configuration allongée des villes côtières.
Crédits (E.F.Justiniano)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 10 – Polder aux Pays Bas
Crédits www.globalphotos.com
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 11 – Configuration territoriale de l´Amérique Espagnole en contraste avec la Portugaise, peut être influencée par les types de ressources naturelles exploitées
Crédits Fonte: E.F.Justiniano.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 12 – Vue aérienne de la ville d’Araraquara et de la route Washington Luiz.
Crédits E.F.Justiniano
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 13 – Image de satellite de la ville de Itapecerica da Serra (RMSP).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 14 – Image de satelite du Vale do Paraíba. Notez les formes allongées de l´urbanisation.
Crédits E.F.Justiniano
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figura 15 – Place des Martyrs, Beyrouth
Légende Le projet de reconstruction a été modifié en fonction des découvertes, dues aux bombardements, d´objets de différentes époques. Dans ce cas, s´est révélé la civilisation turco-ottomane (Photo de l´auteur, juillet 2008).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figuras 16 et 17- Archipels de Palm Island et World Island aux Émirats Arabes Unis: création de territoire et paysage très artificialisés
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits www.photos1.blogger.comblogger29320191600palm-deira.0.jpg www.viviansalama.files.wordpress.com200808theworlddubai.jpg respectivement (accès le 14/02/2009).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 18 - Occupation du territoire à São Paulo et en Égypte, révélée par la représentation de l´usage d´electricité
Légende On remarque un très fort rapport avec les aspects physiques dans le pays arabe et une légère orientation de l´occupation au long des fleuves dans l´état brésilien (Adapté par Eduardo Felix justiniano, 2009).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figura 19 – Le Caire : insertion du capital et résistance du fleuve.
Crédits Photo de l´auteur, 2007.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figures 20, 21 et 22 – Place des Martyrs dans les années 1930, en 1995 et en 2008. La création d´un non-lieu dans le contexte libanais.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Crédits Photo 20: DAHER, Gaby. Le Beyrouth des anées 30. Beirute: Anis Com. Printing Press, 1994. Fotos 21 et 22 : de l´auteur.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/5898/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luis Antonio Bittar Venturi, « Le lien retrouvé », Confins [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://confins.revues.org/5898 ; DOI : 10.4000/confins.5898

Haut de page

Auteur

Luis Antonio Bittar Venturi

Prof. Dr. Depto. de Geografia – USPluisgeo@usp.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org