Navigation – Plan du site
Resenha / compte-rendu

La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles)

A cidade no Brasil (séculos XVIII-XX)
Cynthia Ghorra-Gobin
Référence(s) :

Paris, Rivage des Xantons

ISBN 978-2-84654-181-7

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif qui réunit des chercheurs français et brésiliens (historiens, géographes et urbanistes) résulte d’un colloque organisé à La Rochelle et à Brouage du 16 au 18 juin 2005. Il s’organise autour deux thématiques, les commencements (en incluant les villes mortes) et les renaissances (d’ordre littéraire, patrimoniale ou encore nouveaux projets) ainsi que les changements sociaux en relation avec le politique. Chaque partie est organisée en quatre sections. La ville brésilienne est successivement abordée en tant que forme du désir social, d’espace vécu, lieu d’expérimentation social et théâtre de l’innovation politique. L’introduction précise d’emblée qu’une des spécificités du Brésil réside dans la juxtaposition de villes en croissance et de villes mortes ou, pour reprendre l’expression du géographe Pierre Monbeig, « …dans la coexistence de villes pionnières et de villes somnolentes ». Ces dernières correspondent comme dans le reste du Nouveau Monde (les États-Unis inclus) aux établissements humains n’ayant pas survécu à la fin de l’exploitation d’une ressource minière.

2Difficile de rendre compte de la richesse des trente contributions (dont une grande partie a fait l’objet de traductions, ce qui représente un travail considérable) qui abordent soit une ville particulière (Rio de Janeiro, Brasilia, Anápolis, Villa Rica, Salvador ou São Paulo), soit une thématique comme la photographie, la pensée urbanistique ou encore les espaces publics. Le chapitre sur Marcel Gautherot (photographe français qui s’est installé définitivement au Brésil dans les années 1940 et y est mort en 1996) retient l’attention : il se veut une présentation d’un des premiers photographes reconnus comme spécialistes de l’architecture moderne en même temps qu’il introduit le lecteur à l’urbanisme monumental de Brasilia. Il est illustré de belles photos, loin des clichés traditionnels véhiculés sur cette ville, tout comme d’ailleurs le chapitre sur les murs de São Paulo (ici les photos sont en couleurs). Le chapitre intitulé « les représentations d’une ville dans la formation de la pensée urbanistique » présente l’intérêt de mettre en scène les métamorphoses de São Paulo entre 1890 et 1950, tout en rappelant le concept clé ayant présidé à l’aménagement urbain du 20ème siècle, le zonage, ainsi que le principe d’une méthode de travail ne prenant en compte que les avis des experts, quitte à négliger le point de vue des usagers et des habitants. Ce point de vue est également repris dans le chapitre sur les transformations de Rio de Janeiro entre 1920 et 1940 avec notamment la description du projet de l’Avenue Presidente Vargas.

3Le chapitre sur les espaces publics – qui inclut quatre articles –  illustre ici la thématique traditionnelle (que l’on retrouve dans de nombreux ouvrages) de l’émergence du communautarisme et du quartier sécurisé, en d’autres termes du recul apparent de l’espace public dans la configuration urbaine. Cette hypothèse est nuancée dans le chapitre final par Laurent Vidal qui précise, à la suite de Habermas, combien l’espace public doit également être compris comme un espace de débats et de discussions. L’auteur insiste par exemple sur l’émergence des associations d’habitants dans les favelas et la capacité des « bonnes » de Rio à répondre aux injonctions de leurs employeurs dans les espaces dometisques. Les deux autres articles de ce chapitre final traite des gangs et de la violence urbaine à l’époque contemporaine.

4Quant à la conclusion, elle reprend l’idée-clé de l’introduction et est, de ce fait, centrée sur la mort. Elle discute aussi bien de la mort de la ville que la mort de l’idée de ville, en signalant une fois de plus les phénomènes d’enfermement sous la forme de condominios cerrados ou condominos fechados. Elle reprend également le thème abordé du chapitre sur les « villes mortes » de la vallée du Paraïba (entre São Paulo et Rio de Janeiro) en faisant référence à l’ouvrage de Monteiro Labato. La mortalité des villes reposerait principalement sur le caractère éphémère de la dynamique économique que sur la négligence de l’État. La conclusion ne fait aucune référence aux risques de destruction liés à une catastrophe naturelle à l’instar de nombreuses villes « mortes » du Moyen-Orient qui ont péri suite à des tremblements de terre (Baalbeck, par exemple) ou encore faute d’approvisionnement permanent en eau (Petra). La nature serait-elle bienveillante dans le Nouveau Monde, ou encore les décideurs auraient-ils naturellement intégré les systèmes écologiques? C’est la question que se pose le lecteur à l’issue de cet ouvrage collectif qui, en raison probablement de sa richesse (y compris iconographique), est plus perçu comme un essai sur la ville à partir de récits brésiliens que comme un ouvrage sur la ville au Brésil. Seul le chapitre sur les réseaux de villes échappe à cette remarque en raison de la rigueur de l’analyse et de la précision des cartes qui prend en compte le rôle de l’État fédéral et des États fédérés pour expliquer le système urbain.

5Avec la Ville au Brésil, on est plus dans le monde de l’imaginaire que dans l’univers urbain où élus, promoteurs, compagnies de chemin de fer et de transports, investisseurs et usagers prennent les décisions stratégiques dans le champ économique comme dans le champ politique, assurant ainsi forme urbaine, dynamique économique, coûts sociaux et environnementaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles) », Confins [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 31 octobre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/6123

Haut de page

Auteur

Cynthia Ghorra-Gobin

CNRSimplementation@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org