Navigation – Plan du site

La production du manque d’eau dans la région métropolitaine de São Paulo (RMSP)

A produção de escassez de água na região metropolitana de São Paulo (RMSP)
Vanderli Custódio

Résumés

Cet article de géographie urbaine rétrospective porte sur le processus d’appropriation des eaux de la ville de São Paulo et de ses conséquences sur l’approvisionnement de la population. À partir de la considération théorique du binôme « ville-forme » et « urbanisation-processus » (HARVEY 1980), nous essayons d’identifier dans l’évolution urbaine de la métropole (mégalopole) pauliste ses principaux agents (Light and Power Co., pouvoir (secteur) public et secteur industriel, qui s’approprient des eaux, de leurs stratégies et de leurs logiques depuis la fondation de la ville (1554) quand l’approvisionnement se faisait de façon individuelle avec l’utilisation de fontaines, en passant par la création d’une compagnie d’assainissement de base de l’État (1973), jusqu’à l’heure actuelle où l’on voit une montée de la privatisation dans le secteur. Comme résultat, on espère que l’article servira à alerter et à fonder des politiques publiques urbaines d’assainissement dans ce qu’on appelle le « Tiers Monde »

Haut de page

Texte intégral

1Dans la perspective de la géographie urbaine, j’essaierai d’apporter une réponse à la question : pourquoi y a-t-il un risque de manque d’eau dans la Région Métropolitaine de São Paulo (RMSP) dans les prochaines décennies ? Je réponds tout de suite que le processus social qui a donné naissance à la « forme ville » de São Paulo a produit en même temps un risque de manque d’eau pour l’approvisionnement de la population de la région.

2Pour éclairer cette réponse, il faut avoir une idée du rapport qui existe entre urbanisation et ville (processus et forme), de ce qu’est la RMSP, de la base physique et naturelle (site urbain) sur laquelle la ville a été érigée, des agents (Light and Power Co. et pouvoirs publics) qui se sont approprié les ressources hydriques de la région pour un but spécifique (production d’électricité), au détriment des autres usages possibles, entre autres, celui de l’eau pour l’approvisionnement de la population.

Urbanisation et ville : processus et forme

  • 1  Un objet, une œuvre d’art, une construction, un artefact
  • 2  Par rapport à l’étendue des superficies agricoles

3Toute ville est une forme1 caractérisée par la densification des constructions et de la population non agricole sur une portion restreinte2 de la superficie de la terre. Une telle forme, que je nomme « ville-forme », est la matérialisation du processus social d’urbanisation, rendue possible lorsque les hommes organisés en groupes sociaux sont devenus sédentaires et sont arrivés au développement de techniques pour la domestication d’animaux et de plantes, à la production d’excédents agricoles dans la campagne, à la création d’un pouvoir, à l’invention de l’écriture et au partage du travail. Processus social conflictuel, qui s’est différencié adoptant des nouveaux profils au fur et à mesure que l’organisation du travail se traduisait en modes de production : esclavagiste, asiatique, féodal, capitaliste, socialiste et autres. J’ai donc une « urbanisation-processus social » créatrice d’une « ville-forme ». Néanmoins, la complexité ne s’arrête pas là. Une ville n’est jamais terminée, elle a besoin de réparations, elle est modifiée suivant les intérêts des groupes sociaux toujours en dispute pour les pouvoirs économique et politique, elle subit des transformations suivant les conceptions qu’ont les générations de ce que c’est qu’une ville « civilisée », « moderne » ou « mondialisée ». Les interventions seront réalisées avec comme point de départ la ville bâtie, c’est-à-dire que la « ville-forme » préexistante devra conditionner l’« urbanisation-processus » qui suit. Je vois donc une relation indissociable urbanisation-ville-urbanisation ou, si l’on veut, processus-forme-processus (Harvey, 1980). Le créateur détermine la création qui, à son tour, détermine les options du créateur, en un mouvement continu quantitativement et qualitativement distinct.

4Les aspects de toute « ville-forme » dévoilent quelques caractéristiques de l’« urbanisation-processus » : type d’appropriation sociale, technique, économique et politique de la nature locale (site) réalisée par les différents agents ; les influences subies, rejetées ou incorporées, qui proviennent des échelles éloignée (monde) et proche (du pays, régionale et locale) et des témoins du passé dans le présent. C’est sous cette perspective que j’essaierai de fournir des éléments pour la compréhension de la production du manque d’eau dans la RMSP.

La Région Métropolitaine de São Paulo

5La RMSP (São Paulo-Emplasa, 2009) a été créée par le gouvernement fédéral en 1973, regroupant dans la municipalité de São Paulo (MSP) environ 30 autres unités (collectivités). La Région comprend aujourd’hui 39 municipalités (figure n° 1) etune population d’environ 18 millions d’habitants, dont 10 seulement dans la MSP, elle concentre à peu près 46 000 usines et 18 % du Produit Interne Brut (PIB) du pays. La tache urbaine continue, nommée la Grande São Paulo (GSP), a une étendue de presque 2 500 km2 et est entourée d’une ceinture agricole où des fruits, des légumes et des viandes de tout genre sont produits, approvisionnant les populations de la GSP et de la Grande Rio de Janeiro. Bien qu’elle soit la région métropolitaine la plus riche du pays, il suffit de regarder le paysage urbain pour se rendre compte de la forte inégalité sociale qui y existe, depuis les lotissements de luxe jusqu’aux favelas, en passant par des maisons insalubres, des auto-constructions sans fin, des maisons à étage et des maisons géminées, presque toujours avec des grilles aux fenêtres.

Figure 1 Région Métropolitaine de São Paulo (RMSP) : localisation et division administrative

Figure 1 Région Métropolitaine de São Paulo (RMSP) : localisation et division administrative

Source : IBGE et FSEADE, 2006. Élaboration : Mateus Sampaio, 2008.

Le Site urbain de la RMSP

6On appelle site urbain le cadre physique et naturel sur lequel une « ville-forme » est bâtie : climat, sol, hydrographie, végétation, géomorphologie. D’emblée on peut dire que, bien qu’elles soient extrêmement similaires entre elles, les « villes-formes » n’occupent chacune un site urbain différent sur la planète. Sa caractérisation aide à la compréhension de la façon dont l’« urbanisation-processus » peut produire des problèmes comme celui du manque d’eau et des inondations (Custódio, 1994, 2001, 2005, 2007). Parmi les éléments qui forment le site de la RMSP, il faut souligner ceux qui sont géomorphologiques (les formes du relief) et ceux qui sont hydrographiques (les cours d’eau).

  • 3  Roches cristallines métamorphiques : granits, phyllithes, migmatites et micaschistes

7Au sud-est de l’État de São Paulo (ESP) se trouve le Planalto Paulistano, unité géomorphologique sur laquelle se situe la RMSP. Il est divisé en deux ensembles distincts, la Borda Cristalina (bordure cristalline) et le bassin sédimentaire de São Paulo. La Borda Cristalina entoure le bassin sédimentaire à l’est, au sud et à l’ouest (au nord se trouve la Serra da Cantareira) et est formée des roches cristallines susceptibles de subir des érosions lorsque la végétation est coupée3. Les altitudes s’étagent entre 850m et 1 100m, les pentes sont fortes, un grand nombre de ruisseaux sont présents, avec des débits importants. L’occupation urbaine est inadéquate, car sans végétation les processus d’érosion et les glissements de terrain sont favorisés et aussi parce que c’est là que se trouvent les sources des principaux cours d’eau de la RMSP. En même temps, à cause du prix élevé du sol urbain dans les zones les plus centrales c’est là que l’occupation s’est développée ces dernières années.

8Ce qui m’intéresse ici est le bassin sédimentaire de São Paulo, on peut déduire de son nom qu’il a été formé par des sédiments comme le sable, l’argile et les cailloux. Il a 40 km de large, dans le sens nord-sud, et environ 60 km à 70 km d’est en ouest. Incrusté presque au milieu du Planalto Paulistano, il étage entre 718m et 830m des plaines, des plateaux, des collines, des terrasses, des pentes et des pics (figure n° 2).Des formes sculptées par le climat et par le fleuve Tietê et ses affluents dans un lent travail d’érosion et de dépôt de sédiments au long des siècles. La faible dénivellation dans le bassin sédimentaire, qui dépasse à peine les 100 mètres, a rendu facile l’occupation. Sur la colline formée par les fleuves Tamanduatei et Anhangabau, a été fondée en 1554 la ville de São Paulo, lieu stratégique, car il a permis à la fois la protection contre les attaques des indiens et contre les inondations. Il a aussi rendu facile l’accès aux fleuves, aux poissons et à des chemins naturels de pénétration dans la région environnante. La tache urbaine de la Grande São Paulo (GSP) s’est élargie et a occupé entièrement le bassin sédimentaire, il correspond à la zone la plus urbanisée de la RMSP, avec une densité qui varie entre 80 et 140 habitants par hectare, avec des zones résidentielles, industrielles et commerciales entrecoupées par de grandes avenues de fonds de vallée. Il présente une forte imperméabilisation et de graves problèmes d’inondations.

  • 4  Il faut noter que l'étendue du bassin hydrographique du Haut Tietê ne se confond pas avec celle du (...)

9L’ensemble hydrographique de la RMSP correspond au bassin hydrographique du haut Tietê. Ce fleuve a ses sources dans la municipalité de Salésopolis, à l’est de la RMSP, à 840 m d’altitude et seulement 22 km de l’Océan Atlantique. Néanmoins, s’écartant de la mer, il avance par un cours sinueux vers le centre du Planalto Paulistano, où il contribue à la formation du bassin sédimentaire4 de São Paulo et poursuit son chemin vers l’intérieur de l’État de São Paulo jusqu’au fleuve Paraná. Les principaux affluents du Tietê sont les fleuves Pinheiros et Tamanduatei. Le grand séparateur des eaux entre les trois fleuves est l’Espigão Central (830 m) sur lequel ont été bâties les avenues Paulista, Dr. Arnaldo, Heitor Penteado et Cerro Cora. La superficie du Basssin du Haut Tietê est de 5 755 km2, sur une étendue d’environ 130 km. La zone du Bassin correspond presque à la surface de la RMSP, il représente environ 75 % de la Région Métropolitaine (figure n° 3), par conséquent la relation entre les deux échelles d’abordage est étroite. C’est comme si le bassin était le squelette naturel de la RMSP.

10Il est important de remarquer qu’au point où il traverse la ville, le fleuve Tietê a un débit de 82 m3/s, qui seraient suffisants pour approvisionner facilement toute la population métropolitaine. Par contre, comme je montrerai plus loin, les forts changements (souvent dus à la négligence) dans le bassin hydrographique du Haut Tietê nous ont légué de graves problèmes, y compris de manque d’eau pour l’approvisionnement de la population. Les intérêts économiques et énergétiques d’une compagnie, la Light and Power Co., ont été hélas prépondérants.

Figure 2 Bassin sédimentaire de São Paulo et d’autres éléments du site

Figure 2 Bassin sédimentaire de São Paulo et d’autres éléments du site

Élaboration : Mateus Sampaio, 2008

Figure 3 Bassin sédimentaire de São Paulo et d’autres éléments du site

Figure 3 Bassin sédimentaire de São Paulo et d’autres éléments du site

Élaboration : Mateus Sampaio, 2008

L’action de la compagnie Light and Power Co

11La société canadienne Light and Power Co. est arrivée au Brésil en 1899 pour assurer des services publics de transport (1901) et d’illumination (1911) dans la ville de São Paulo, à l’époque un marché consommateur croissant et lucratif en raison de la concentration économique rendue possible par la culture du café dans l’intérieur de l’État de São Paulo. Pour ce faire, elle a obtenu des pouvoirs publics une concession pour une période de 90 ans. Les interventions de la Compagnie dans le bassin du Haut Tietê ont été nombreuses, et fondamentales en terme de conséquences pour l’approvisionnement en eau de la population de la ville ont été les constructions de l’usine hydroélectrique de Parnaíba (1901) et du “Projet Serra (1925-1961)”.

  • 5  Remplacée en 1954 par l’usine Edgard de Souza

12Parnaíba5 a été la première usine hydroélectrique construite par la Light au Brésil. Considérée comme une œuvre monumentale, la plus grande de l’Amérique latine, elle est importante du fait qu’elle a été la première grande intervention dans le Haut Tietê, déclenchant des nouvelles modifications dans le but d’augmenter la production d’énergie. L’ensemble usine et barrage a été construit à environ 33 km à l’ouest de la ville de São Paulo, en aval du Haut Tietê, dans la petite ville de Santana de Parnaíba, où le fleuve devient étroit avec franchit de chutes (Cachoeira do Inferno), permettant donc un profit économique prévisible pour la Light. Au titre des travaux complémentaires, la compagnie a barré le fleuve au sud de la ville pour que le nouveau réservoir ainsi formé puisse alimenter l’usine de Parnaíba, et a ainsi a été créé le barrage de Guarapiranga en 1906.

13En plus des modifications déjà réalisées, la Light, dans les années vingt, a lancé l’ensemble des travaux qui seraient connus comme « Projeto Serra (1925-1961) », l’intervention la plus significative de la Compagnie dans le Haut Tietê. Nous avons des documents établissant qu’aux alentours de 1911, la Compagnie a réalisé des études pour trouver des chutes d’eau permettant d’assurer l’approvisionnement en électricité de São Paulo, et la même année elle a acheté des terrains et des cours d’eau sur le versant maritime, mais le projet n’a pas été mené jusqu’au bout. Avec la crise énergétique de 1923-1925, vu l’augmentation de la demande, l’impréparation de la Compagnie et le manque de pluies, le travail a été repris et confié à l’ingénieur A. W. K. Billings (1923), qui a demandé des nouvelles études pour localiser, sur le versant de la mer, des meilleures conditions pour l’utilisation énergétique des eaux du Haut Tietê. Avec le support technique de la Commission géographique et géologique de l’État de São Paulo, il a alors trouvé une solution : barrer les fleuves dans les hauteurs de la Serra do Mar tout en créant une chute d’eau artificielle d’environ 725 m, dont les eaux actionneraient une usine à construire sur la côte, à Cubatão.

Figure 4 Conduite forcée des eaux du réservoir Billings à Cubatão

Figure 4 Conduite forcée des eaux du réservoir Billings à Cubatão

Photo Hervé Théry, 2007

  • 6  Suspendue en 1992, en vue de l’Article 46 des Dispositions Transitoires de la Constitution de l’Ét (...)
  • 7  En 1964, nommées respectivement Henry Borden I et II

14En 1925, la Light avait acheté tous les terrains nécessaires et par les Décrets Fédéraux nos 16.844/1925 et 17.029/1925 des concessions ont été faites pour la réalisation des travaux et pour assurer le barrage de plusieurs autres fleuves (Eletropaulo, 1989.b) du bassin du Haut Tietê, afin de renforcer le réservoir qui serait créé, nommé Billings. Une fois les travaux commencés, la Compagnie a décidé de renforcer les droits obtenus demandant au gouvernement de l’État de São Paulo les mêmes concessions obtenues auprès du Gouvernement Fédéral. Une fois signé le contrat avec le Gouvernement de l’État, la Light a remarqué que le projet initial pourrait être amélioré, c’est-à-dire qu’on pourrait « non seulement augmenter la capacité du réservoir, mais aussi conduire dans sa direction [...] l’eau utile de tout le Bassin du Haut Tietê » (Eletropaulo, 1989b, p. 111). Le gouvernement de l’État, par la loi no 2.249/1927 a ainsi autorisé des modifications dans la concession antérieure. Fondamentalement on a autorisé la renversement du cours du fleuve Pinheiros (1942)6, affluent important de la rive gauche du fleuve Tietê, qui serait pompé par des usines élévatrices (Traição et Pedreira) : il allait monter d’environ 25 m vers la Serra do Mar, dirigeant les eaux du Haut Tietê vers le réservoir Billings, qui ferait fonctionner l’usine de Cubatão I (1926-27), à laquelle on a ajouté une autre unité, terminée en 1961, Cubatão II7(figure n° 4).

Figure 5 Les eaux du réservoir Billings, au-dessus de Cubatão

Figure 5 Les eaux du réservoir Billings, au-dessus de Cubatão

Photo Hervé Théry, 2007

  • 8  À la fin du 19e siècle, l’action du capital monopoliste se faisait sentir en Amérique Latine, par (...)

15Notons pouvoir d’intervention technique sur le site urbain que la compagnie a obtenu au long des années. Mais comment a-t-elle réussi un tel défi8 ? Elle est devenue le principal agent privé de l’« urbanisation-processus » de la ville de São Paulo dans les premières décennies du xxe siècle, puisque les oligarchies de la República Velha (la « Vieille République », 1889-1930), caractérisée par le conservatisme, la modernité politique et économique libérale étaient favorable à la libre compétition, à la non-intervention de l’État dans l’action des entreprises. La garantie du fonctionnement des secteurs-clés de l’économie (si nécessaire, par l’appareil policier) favorisaient la situation.

Figure 6 Travaux de la Light and Power e Co. dans le Bassin du Haut Tietê

Figure 6 Travaux de la Light and Power e Co. dans le Bassin du Haut Tietê

Élaboration : Mateus Sampaio, 2008

16À São Paulo, le Parti Républicain Pauliste (PRP) représentait les oligarchies. Il fut le seul jusqu’en 1926, quand est apparu le Parti Démocratique (PD). Quelques caractéristiques du PRP nous ont été données par Silvia Moreira (1988, p. 25-26) : « Sans grand souci de justifier son action [...], il contrôlait presque tout seul la machine de l’État [...], la politique aux yeux des membres du PRP, se résumait à un échange de faveurs et de postes effectué par la corruption, par la violence et par les fraudes électorales.”. En réalité :

« Depuis les premiers moments, la Light entretenait d’étroites relations avec des secteurs politiques influents [PRP], condition évidemment nécessaire à sa croissance. Rodrigues Alves, par exemple, aussi bien dans sa période à la Présidence, de 1902 à 1906, comme dans ses différents combats sur la scène politique pauliste, a toujours appuyé les actions de la Light et ses nouveaux travaux. De même, la Compagnie canadienne a eu d’excellentes relations avec le Président de l’État, Carlos de Campos. Lui et d’autres hommes politiques de même envergure ont donné de l’élan aux démarches des projets de la Compagnie [...] en allant au-devant de la résistance des nationalistes. (Eletropaulo, 1989.a, p. 32)

17Le résultat de l’alliance « PRP-Light » a été la signature de plusieurs accords entre la Compagnie et le Gouvernement de l’État en 1906, en 1910, en 1917 et en 1929, y compris la désappropriation de terres en faveur de la Compagnie. Face au pouvoir politique de l’État, la Câmara Municipal (Conseil Municipal) de São Paulo n’a pas pu, en dépit des combats, aller contre ses intérêts. En plus des stratégies politiques, elle a eu aussi des stratégies économiques. Une fois installée, la Light a acheté des parts d’entreprises du secteur et a offert des services à des prix beaucoup plus bas que ses concurrents (grâce à l’énergie de Parnaíba), et a donc obtenu en peu de temps le monopole des services d’énergie pour la ville de São Paulo. Les quotidiens de la décennie vingt disaient que la Light était la maîtresse de la ville, en d’autres termes, que la ville lui appartenait, devenant une imposante « ville-forme », dont l’expansion horizontale avait eu des répercussions sur les lignes des tramways mises en place par la Compagnie.

  • 9  En 1934 le Code des Eaux a été promulguée et  la Light l’a combattu férocement, car il faisait la (...)
  • 10  La chloration a commencé dans les premières années du 20e siècle

18Sans doute, l’électricité est utile et a été fondamentale pour l’installation de quartiers et d’usines dans la ville de São Paulo, mais les eaux du bassin hydrographique ont d’autres usages qui auraient dû être pris en compte. Dans une ville, le plus important de ces usages, pour des raisons de santé publique, est l’approvisionnement de la population. Pourtant, la Light a profité de toutes les occasions possibles pour avancer dans l’appropriation, à son profit, des ressources hydriques9, pour la génération d’énergie. Catullo Branco (1975, p. 89) a affirmé : « Remarquons qu’en 1930, la compagnie avait à peine commencé les travaux à Cubatão qu’elle détenait déjà tout le Haut Tietê ». Elle a rendu difficile à chaque fois qu’elle l’a pu l’usage des eaux du bassin pour l’approvisionnement de la ville, y compris en diffamant la qualité des eaux, même après la découverte de la chloration10. Comme les égouts rejetés dans le bassin permettaient de produire de l’énergie bon marché et abondante, leur traitement a été renvoyé à des décennies plus tard et la captation de l’eau a été menée, et se mène encore, de plus en plus éloignée de la ville.

L’approvisionnement en eau de São Paulo

  • 11  Les Bandeiras et les Monções étaient à l’époque coloniale des espèces de caravanes de pénétration (...)

19Quand les Jésuites ont choisi, afin d’y exercer leurs fonctions religieuses et d’enseignement, la colline encadrée par les fleuves Anhangabau et Tamanduatei et ainsi amorcé l’installation du centre urbain de São Paulo, ils avaient pris en compte la possibilité de défense contre les attaques des indigènes et d’approvisionnement en eau (CURSO D’ÁGUA, 1988), qui était abondant malgré l’accès difficile. La position stratégique a aidé à ce qu’en 1560, São Paulo fût élevée à la catégorie de Vila. Au xviie siècle, les villages indiens, les fazendas (fermes) des Portugais éparpillées aux alentours et l’activité des Bandeirantes11 ont renforcé le rôle de São Paulo comme un « centre administratif, d’enseignement pour les enfants, comme séminaire pour les novices, comme abri en cas de guerre » (Monbeig, 1953, p. 22)

20Le principal fleuve de ce village des années 1600 et 1700 a été le Tamanduatei, où il était situé un petit port, d’où débarquaient tous ceux qui voulaient prendre la voie fluviale pour arriver à São Paulo et d’où embarquaient tous ceux qui devaient atteindre le port du fleuve Tietê qui se trouvait à l’époque près de la Ponte Grande, et continuer le voyage en descendant ou remontant le fleuve. En plus d’être le principal moyen de transport, le Tamanduatei servait aussi comme lieu de récréation pour la population du village : « les gens allaient se baigner les dimanches dans ses eaux déjà troubles depuis plusieurs îlots » (Ibid., p. 22) : eaux troubles, car les ordures de São Paulo étaient jetées, à l’époque, dans ses eaux.

  • 12  Recensement du Maréchal Daniel Pedro Müller, en 1836

21Les découvertes de l’or dans le Goiás et le Mato Grosso, au 18e siècle, ont aidé à l’élévation de São Paulo à la catégorie de ville en 1711. Pourtant, elle restait toujours une petite ville perchée sur le haut de sa colline et avec des problèmes d’approvisionnement d’eau. Pendant plus de trois cents ans, les formes d’approvisionnement en eau de la population à São Paulo ont été précaires et individuelles, les personnes ayant recours aux sources du fleuve Tamanduatei et à de rares fontaines. Pendant des décennies le pouvoir public a peu fait pour améliorer l’approvisionnement en eau dans la ville. Les fontaines étaient insalubres et les débits insuffisants pour une population de 21 633 habitants en 183612, qui protestait fréquemment. Ceux qui en avaient les moyens l’achetaient à des marchands d’eau portugais, qui en retiraient des puits forés au bord du fleuve Tamanduatei et la transportaient dans des tonneaux de 20 litres sur des charrettes tirées par des ânes. Les bagarres étaient fréquentes, car, tant qu’ils n’avaient pas rempli ces fûts, les marchands d’eau empêchaient que d’autres, surtout les esclaves, aient accès à l’eau.

22À partir du dernier quart du xixe siècle, le café, les chemins de fer et l’immigration ont révolutionné la ville. En 1872, le recensement de la Province comptait 31 385 habitants à São Paulo et la question du manque d’eau s’était aggravée. Pour y remédier entre 1873 et 1875 environ une demi-douzaine de nouvelles fontaines a été construite par le Conseil Municipal. Toutefois, la carence continuait et les disputes aussi : entre les pouvoirs publics et les intérêts de groupes privés, ou encore entre ceux qui prêchaient pour l’adduction à partir des sources proches à la ville et ceux qui défendaient l’utilisation des plus éloignées, sous le prétexte que les eaux des cours d’eau de São Paulo étaient la cause des épidémies (fièvre jaune, fièvre typhoïde, variole) qui tourmentaient la ville.

23Après beaucoup de controverses, en 1875, les pouvoirs publics ont confié par contrat à la Companhia Cantareira de Águas e Esgotos (Compagnie Cantareira d’Eaux et Égouts) formée par un groupe d’investisseurs, la concession des services d’eau et d’égouts pendant trente ans, avec l’utilisation des sources de la Serra da Cantareira, située à 14 km au nord de la ville. São Paulo n’avait jamais eu autant d’eau, néanmoins la demande augmentait rapidement et avec elle l’incapacité à répondre à la demande. Les habitants se plaignaient à cause des augmentations du prix de l’eau et de la destruction des fontaines réalisée par la Compagnie. Les retards mis à respecter les accords, des problèmes financiers et le grave manque d’eau pour une population urbaine de 64 934 habitants en 1890 (Brasil, IBGE, 1977), ont mis fin à la Compagnie Cantareira en 1893. En réalité, elle a été appropriée et réformée par le pouvoir de l’État.

  • 13  Une autre société étrangère, consacrée à la construction de quartiers planifiés comme les « quarti (...)

24La Repartição dos Serviços Técnicos de Água e Esgoto (Compagnie Publique des Services Techniques d’Eau et d’Égout), alors créée par le gouvernement de l’État (plus tard nommée simplement Repartição de Águas e Esgotos – R.A.E.), a fonctionné jusqu’en 1954. C’était des décennies significatives pour la « ville-forme » de São Paulo, qui passa de 239 820 habitants en 1900 à 2 198 096 en 1950. Les activités industrielle, commerciale et de services, l’influence de la Light and Power Co. et de la Companhia City13 (BACELLI, 1982) – qui a donné naissance à plusieurs quartiers dans la ville – la croissance du transport collectif (en autobus), la mise en place de grandes avenues (Plano de Avenidas du maire Prestes Maia, en 1938-1945), y compris des voies sur berges, la verticalisation dans les zones centrales, l’apparition de nouveaux quartiers précaires et de plus en plus éloignés, la croissance végétative et la migration de la population venue de plusieurs États du pays vers São Paulo, sont des aspects d’un étonnant processus d’urbanisation fruit de la reformulation du partage du travail dans le pays réalisé par les politiques de développement en faveur du sud-est du pays. Au cours du xxe siècle, la tache urbaine a dépassé le fleuve Tietê (au nord), le fleuve Pinheiros (à l’ouest), le fleuve Aricanduva (à l’est) et est arrivée à proximité des barrages de la Light, Guarapiranga et Billings (au sud), comme le montre la figure n° 5.

Figure 7 Extension urbaine de São Paulo au milieu des années 1950 et en 2004

Figure 7 Extension urbaine de São Paulo au milieu des années 1950 et en 2004

Élaboration : Mateus Sampaio, 2008.

25Pourtant, la « capitale du progrès » ou la « ville industrielle du Brésil » (Petrone, 1958), comme on appelait São Paulo dans les années cinquante, présentait toujours des problèmes de manque d’eau et de collecte et traitement des égouts auxquels les habitants remédiaient en creusant des puits et des fosses septiques.

26Le gouvernement de l’État, par l’intermédiaire de l’action de la R.A.E., a réalisé un ensemble important de travaux, mais les intérêts pour l’assainissement de base (eau et égouts) ont été relégués au second plan quand il s’agissait de l’intérêt du secteur énergétique-industriel (Light) dans le bassin hydrographique du Haut Tietê qui, d’ailleurs voyait ses eaux progressivement dégradées par les égouts des maisons et par les déchets industriels. Il est important de souligner qu’en 1942, la Light, propriétaire du la de barrage Guarapiranga, était d’accord pour que les pouvoirs publics captent plus de 4 m3/s d’eau pour la population de la ville. Néanmoins, au moment de l’accord définitif, la compagnie n’a permis la captation au-delà de ce volume que moyennant une compensation de la part du gouvernement de l’État de São Paulo, et cette compensation n’a été en effet qu’un moyen de faire passer des fonds publics dans les coffres de la compagnie (Yoshimoto et al, 1980). Celle-ci a montré un raisonnement et une rationalité très capitaliste, car elle était au courant du besoin d’approvisionner en eau potable une population qui était passé de 2 198 096 habitants en 1950 à 3 781 446 en 1960 (Brasil, IBGE, 1977).

27Dans les années 1950, plusieurs activités urbaines liées aux fleuves du ont disparu : les terrains de football, les clubs de récréation et leurs activités sportives (natation, aviron), les briqueteries, les jardins potagers, l’extraction de sables, cailloux et gravier pour les constructions de la ville, la navigation de marchandises et de passagers, car l’achèvement des travaux du Projet Serra (1925- 1961), la rectification des fleuves et les travaux des voies sur berges compromettaient les différents usages des eaux de São Paulo.

  • 14  « En échange d’environ 0,6m3/s, le Gouvernement devrait à ses propres frais élever les eaux du fle (...)

28Les services d’assainissement de la métropole, désormais appelée Grande São Paulo (GSP), étaient également compromis. À cause de cela, de la structure bureaucratique de la R.A.E. et de son action purement locale, a été créé en 1954 le Departamento de Águas e Esgotos (D.A.E.- Division d’Eaux et d’Égouts), doté de l’autonomie administrative pour traiter les services d’eau et d’égouts à l’échelle régionale, c’est-à-dire pour desservir São Paulo et les municipalités voisines de Santo André, São Bernardo do Campo, São Caetano do Sul (Région de l’ABC) et Guarulhos. Parmi les interventions réalisées il faut souligner la continuation de la captation d’eau du réservoir Guarapiranga, le début de la captation de l’écluse Billings14 et le début de la construction du Système Cantareira (1966-1982).

Figure 8 Le réservoir d’eau potable Engordador, dans la Serra da Cantareira

Figure 8 Le réservoir d’eau potable Engordador, dans la Serra da Cantareira

Photo Hervé Théry, 2007

29Ce dernier système, un immense chantier, a eu pour but de rediriger les eaux du bassin hydrographique du fleuve Piracicaba, au nord, pour répondre à la demande de la Grande São Paulo. Jusqu’à l’heure actuelle il y a des disputes entre les usagers des deux bassins, car si les activités économiques, les villes et la population ne cessent d’augmenter, l’eau pourra devenir rare, mais sans cela, 60 % de la population de la RMSP n’auraient pas d’eau potable. La compréhension du choix qui a été fait, au lieu de traiter les eaux du bassin du Haut Tietê, passe par les aspects politiques du pays dans les années soixante, qui ont influencé l’« urbanisation-processus » et les « villes-formes » de tout le pays, surtout la métropole (mégalopole) de São Paulo.

30La dictature militaire, implantée en 1964, a renforcé le pouvoir de décision fédéral au détriment du municipal et des états fédérés. L’objectif économique était de « moderniser » les villes brésiliennes pour qu’elles reçoivent de la meilleure façon les industries multinationales. Dans l’année même de 1964, la formation d’une structure administrative-institutionnelle a commencé, pour assurer un contrôle fédéral plus grand sur l’espace urbain. On a alors créé la Banque Nationale de l’Habitat (BNH), qui, l’année suivante, allait recevoir une importante source de ressources, le Fundo de Garantia por Tempo de Serviço (FGTS – Fonds de Garantie du Temps de Service), nouvellement créé. Il s’agit d’un fonds qui puise dans les dépôts obligatoires de tous les travailleurs du pays, ainsi utilisé pour financer une politique d’habitat urbain à retour financier rapide. L’idée était d’abord de faire grandir les avoirs communs, là où existaient des conditions favorables, et ensuite de partager les résultats pour tous. En 1971, la BNH a créé le Plan National d’Assainissement (PLANASA), reliant la politique d’habitat urbain à la politique d’assainissement urbain.

31En conséquence de ce qui se produisait à l’échelle de l’exécutif fédéral, en 1968 a été reformé, dans l’État de São Paulo, le D.A.E. avec la création de la Compagnie Métropolitaine d’Eau de São Paulo (COMASP), une société d’économie mixte, agissant à l’échelle métropolitaine et dont le but était de traiter et de vendre de l’eau potable aux 37 municipalités qui formaient à l’époque la RMSP (pas encore officiellement créée) (TONIOLO, 1986, p. 363). Quelques années après, en 1973, dans le cadre de la conception de la planification et du développement urbain des militaires, furent créées les neuf premières régions métropolitaines du pays, une compagnie d’assainissement de base et une autre de technologie environnementale dans chaque État fédéré. Dans l’État de São Paulo ont été implantés la RMSP, la Compagnie d’Assainissement de Base de l’État (SABESP) et son organisme technique, la Compagnie de l’État de Technologie d’Assainissement Environnemental (CETESB).

32Si cette action a représenté une avancée dans l’organisation du secteur d’assainissement de base pour tout le pays, elle a également suscité des problèmes : priorité aux régions et aux villes les plus riches du pays, le sud-est et la RMSP et, à l’intérieur de celle-ci, les sous-régions et les quartiers des classes moyenne et haute ; priorité à l’approvisionnement en eau et non à la collecte et au traitement des égouts, négligeant le fait que toute eau potable qui entre dans une maison en ressort polluée après usage, et la pollution des eaux urbaines a augmenté de façon démesurée. J’ai choisi un passage de Pedro Jacobi (1989, p. 23-27) qui confirme ces observations :

« Le PLANASA donne priorité à l’approvisionnement en eau parce que les investissements per capita représentent la moitié des systèmes d’égouts. En plus, à mesure que ses priorités sont conditionnées par l’optique de la rationalité capitaliste des compagnies d’assainissement de l’État, il est recommandé qu’on mette en place quelques projets qui apportent des retours plus importants à court terme. [...] L’utilisation du critère d’efficacité du privé dans le prix des tarifs [...] si, d’un côté, il peut résoudre le problème spécifique du financement des compagnies, de l’autre côté a tendance à fonctionner comme facteur aggravant [...] dans la mesure où le coût des services et des biens publics essentiels retombe, pour l’essentiel sur les salariés et sur les groupes aux revenus moins importants de façon particulièrement grave [...] ».

  • 15  La RMSP comptait alors 8 139 730 habitants et presque 18 000 usines, BRASIL. IBGE, 1977

33Avec la création de la SABESP, fusion de plusieurs organismes qui travaillaient dans le domaine de l’adduction d’eau et des égouts dans tout l’État, São Paulo15 a bénéficié de programmes et travaux successifs pour la captation d’eau destinée à son approvisionnement. L’avancée a été significative, vérifiable par la réduction de la mortalité infantile de 95/1 000 en 1973 à 53/1 000 en 1981 (São Paulo, Sabesp, 1981). En revanche, la collecte et le traitement des égouts ont connu un rythme plus lent, en raison des influences de la Light et du PLANASA. Un résultat, d’ailleurs, du processus d’exclusion et de quasi-privatisation de l’appropriation des eaux du bassin du Haut Tietê que nous décrivons est la pollution, à un tel point que le coût du traitement pour l’approvisionnement de la population (s’il était possible) serait inviable.

Figure 9 Pollution des eaux du Tietê a Santana do Paranaiba

Figure 9 Pollution des eaux du Tietê a Santana do Paranaiba

Photo Hervé Théry, 2007

  • 16  Loi no.7663, de 1991 a institué la Politique des Ressources Hydriques de l’État ainsi qu’un Systèm (...)
  • 17  Loi de Protection des Sources d’Eau de la RMSP, qui est un véritable ensemble de lois dont les pri (...)
  • 18  Il s’agit du Plan National d’Assainissement Environnemental (PNSA) élaboré par le Ministère des Vi (...)

34Il y aurait encore beaucoup à dire sur l’approvisionnement en eau à São Paulo de 1973 jusqu’à l’heure actuelle, surtout en ce qui concerne les réalisations et les problèmes subis par la SABESP, la loi sur les ressources hydriques16, la protection des sources d’eau)17, l’assainissement de base18 et la planification urbaine. Mais pour le moment, il suffit de remarquer que la Light s’est affaiblie politiquement et économiquement à partir des années 1970 et a été achetée par le Gouvernement de l’État de São Paulo, dans la décennie suivante alors qu’il ne manquait que peu d’années avant la fin du délai de 90 ans de concession et pour que la compagnie devienne automatiquement propriété publique.

Figure 10 Principaux systèmes producteurs d’eau et de traitement d’égouts pour la RMSP

Figure 10 Principaux systèmes producteurs d’eau et de traitement d’égouts pour la RMSP

Élaboration : Mateus Sampaio, 2008

  • 19  19Il faut souligner les huit SPAs qui desservent la RMSP, leurs localisations et leurs contributio (...)
  • 20 Pacheco, Regina S. et alii (1992, p.49). Types de conflits qui interfèrent sur et/ou forment l’admi (...)

35La réponse aux demandes urbaines en eau de la RMSP (approvisionnement des foyers, des industries, des commerces, des institutions, d’énergie, contrôle des inondations et d’autres) a mené à la mise en place de plusieurs chantiers dans le Bassin du Haut Tietê : 8 systèmes producteurs d’eau (SPAs)19 et 6 systèmes de traitement d’égouts (STEs) (Figure n° 6). L’étude de chacun de ces objets révélerait les conflits20 pour les usages des eaux du Bassin du Haut Tietê dont le principal, comme j’ai déjà montré, a été celui entre la production d’énergie et l’approvisionnement en eau des foyers. Jusqu’à l’heure actuelle, le canal du fleuve Pinheiros est sous la coordination d’un organisme (EMAE-Compagnie Métropolitaine d’Eaux et d’Énergie) ; le canal du Tietê est sous les auspices du DAEE (Service d’Eaux et d’Électricité de l’État) ; quelques chantiers sont contrôlés par la SABESP ; d’autres encore, moins importants, sont sous la responsabilité des pouvoirs publics municipaux. Dans l’ensemble, ils révèlent des aspects d’appropriation (Custódio, 1994, passim) des eaux par l’« urbanisation-processus » de la région. Appropriation inévitable lors de la création de toute « forme ville ». Ce qui change beaucoup c’est le profil du processus, par conséquent, de l’appropriation et de ses conséquences.

Si l’on regroupe tout le volume d’eau que la SABESP peut produire et distribuer actuellement pour la RMSP, nous arrivons à 67,7 m3/s, avec les systèmes fonctionnant à plein (à sa capacité maximale), par conséquent, le débit du bassin du Haut Tietê de 82 m3/s (sans mentionner les 30 m3/s provenant des bassins voisins), serait suffisant pour répondre à la demande, mais on ne peut pas s’en servir parce que tout ce qui arrive à nos portes est gâché par la pollution.

Considérations finales

36J’espère avoir pu éclairer le fait que certains agents (Light, pouvoirs publics, groupes économiques, classes moyennes et hautes urbaines), agissant à proximité ou plus éloignés, ont orienté l’« urbanisation-processus » de la GSP tout en créant une « forme-ville » où les fleuves ont encore de bons volumes d’eau, mais sont indisponibles pour des usages urbains comme le loisir, la récréation, la navigation, l’approvisionnement et la préservation de la faune et de la flore, en d’autres termes, il existe un manque relatif bien caractérisé, et c’est pour cela que la RMSP risque de manquer d’eau dans les deux prochaines décennies. Les soucis augmentent parce que les bassins voisins font payer à la région l’eau qu’ils fournissent et parce que s’est produit une ouverture du marché interne à l’action des compagnies privées nationales et étrangères (Custódio, 2005, 2007) pour les services d’assainissement de base (eau, égouts, ordures et drainage), depuis 1995, sans aucune réglementation. Quelles sont les garanties qu’il n’y aura plus d’autre Light and Power Co., à une époque où les plus alarmistes parlent d’une guerre mondiale pour l’eau ?

Haut de page

Notes

1  Un objet, une œuvre d’art, une construction, un artefact

2  Par rapport à l’étendue des superficies agricoles

3  Roches cristallines métamorphiques : granits, phyllithes, migmatites et micaschistes

4  Il faut noter que l'étendue du bassin hydrographique du Haut Tietê ne se confond pas avec celle du bassin sédimentaire de São  Paulo. La superficie de la première est plus grande que celle de la deuxième

5  Remplacée en 1954 par l’usine Edgard de Souza

6  Suspendue en 1992, en vue de l’Article 46 des Dispositions Transitoires de la Constitution de l’État.

7  En 1964, nommées respectivement Henry Borden I et II

8  À la fin du 19e siècle, l’action du capital monopoliste se faisait sentir en Amérique Latine, par exemple par la concession de services urbains à des sociétés étrangères. La Light n’était que l’une d’entre elles

9  En 1934 le Code des Eaux a été promulguée et  la Light l’a combattu férocement, car il faisait la séparation entre la propriété des terres et la propriété des eaux

10  La chloration a commencé dans les premières années du 20e siècle

11  Les Bandeiras et les Monções étaient à l’époque coloniale des espèces de caravanes de pénétration vers l’intérieur du pays à partir de São  Paulo

12  Recensement du Maréchal Daniel Pedro Müller, en 1836

13  Une autre société étrangère, consacrée à la construction de quartiers planifiés comme les « quartiers-jardins ». Elle s’est parfois associée à la Light dans des stratégies de valorisation de terres urbaines

14  « En échange d’environ 0,6m3/s, le Gouvernement devrait à ses propres frais élever les eaux du fleuve Capivari (70 m) [du versant maritime] et les déverser à Billings.” (BRANCO, 1986, p.83).

15  La RMSP comptait alors 8 139 730 habitants et presque 18 000 usines, BRASIL. IBGE, 1977

16  Loi no.7663, de 1991 a institué la Politique des Ressources Hydriques de l’État ainsi qu’un Système de Gestion des Ressources Hydriques de l’État de São Paulo

17  Loi de Protection des Sources d’Eau de la RMSP, qui est un véritable ensemble de lois dont les principales sont les Lois de l’État no 898 de 1975 et no1.172 de 1976, la Loi de l’État no.9.866 de 1997, une Nouvelle Loi de Protection des Sources d’Eau au niveau de l’État qui n’a pas annulé l’ancienne

18  Il s’agit du Plan National d’Assainissement Environnemental (PNSA) élaboré par le Ministère des Villes en 2005 et approuvé sous réserves en décembre 2006.

19  19Il faut souligner les huit SPAs qui desservent la RMSP, leurs localisations et leurs contributions. Ce sont: Cantareira (nord): 33 m3/s; Guarapiranga (sud): 14 m3/s; Haut Tietê (est): 10 m3/s; Billings/Braço Rio Grande (sud): 4,2 m3/s; Rio Claro (est): 4 m3/s; Haut Cotia (ouest): 1,3 m3/s; Bas Cotia (ouest): 1,1 m3/s; Ribeirão da Estiva (est): 0,01 m3/s. Total = 67,7 m3/s. Les principaux STEs, leurs localisations et leurs contributions sont: Barueri (nord-ouest): 9,5 m3/s; ABC (sud-est): 3 m3/s; Parque Novo Mundo (nord): 2,5 m3/s; Suzano (est): 1,5 m3/s; São Miguel (est): 1,5 m3/s. Total = 18m3/s.

20 Pacheco, Regina S. et alii (1992, p.49). Types de conflits qui interfèrent sur et/ou forment l’administration publique: “[...] conflits de compétence entre les sphères de gouvernement; conflits entre les différents organismes bureaucratiques; conflits entre les niveaux bureaucratiques; conflits entre les différents groupes sociaux; autour de la définition ou de l’invention de nouveaux arrangements institutionnels pour la formulation et la gestion de politiques publiques [...]”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Région Métropolitaine de São Paulo (RMSP) : localisation et division administrative
Crédits Source : IBGE et FSEADE, 2006. Élaboration : Mateus Sampaio, 2008.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2 Bassin sédimentaire de São Paulo et d’autres éléments du site
Crédits Élaboration : Mateus Sampaio, 2008
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3 Bassin sédimentaire de São Paulo et d’autres éléments du site
Crédits Élaboration : Mateus Sampaio, 2008
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 Conduite forcée des eaux du réservoir Billings à Cubatão
Crédits Photo Hervé Théry, 2007
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 5 Les eaux du réservoir Billings, au-dessus de Cubatão
Crédits Photo Hervé Théry, 2007
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 6 Travaux de la Light and Power e Co. dans le Bassin du Haut Tietê
Crédits Élaboration : Mateus Sampaio, 2008
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 7 Extension urbaine de São Paulo au milieu des années 1950 et en 2004
Crédits Élaboration : Mateus Sampaio, 2008.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 8 Le réservoir d’eau potable Engordador, dans la Serra da Cantareira
Crédits Photo Hervé Théry, 2007
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 9 Pollution des eaux du Tietê a Santana do Paranaiba
Crédits Photo Hervé Théry, 2007
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 10 Principaux systèmes producteurs d’eau et de traitement d’égouts pour la RMSP
Crédits Élaboration : Mateus Sampaio, 2008
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6268/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanderli Custódio, « La production du manque d’eau dans la région métropolitaine de São Paulo (RMSP) », Confins [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/6268 ; DOI : 10.4000/confins.6268

Haut de page

Auteur

Vanderli Custódio

Professora Doutora, IEB–USP, section géographievanderli@usp.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org