Navigation – Plan du site
Resenha / compte-rendu

Les larmes de Rio

Le dernier jour d’une Capitale, 20 Avril 1960
Grégory Corps
Référence(s) :

Laurent Vidal, Les larmes de Rio. Le dernier jour d’une Capitale, 20 Avril 1960; Collection historique, 254 pages ; (22 x 14 cm), ISBN : 978-2-7007-0399-3, 2009.

Texte intégral

1Le 21 avril 1960, Rio de Janeiro n’est plus la capitale du Brésil. Le pouvoir fédéral, ses ministères, ses administrations et ses fonctionnaires doivent être transférés à Brasília, la nouvelle capitale du pays située sur le planalto central. Ce jour là, le Président Juscelino Kubitschek peut savourer la réalisation d’un très vieux rêve, celui d’installer la capitale du pays au centre des terres. Cette inauguration concentre donc les attentions, par sa dimension et sa portée, elle est un instant historique pour le Brésil.

2Laurent Vidal, lui, s’est demandé ce qu’il était advenu la veille de cette inauguration, ce qui s’était déroulé à Rio de Janeiro le 20 avril et les jours précédents. Il nous propose ainsi de fixer notre regard sur la ville de Rio pour suivre presque jour par jour les derniers instants de la capitale et les mises en scènes auxquelles les acteurs de ce transfert vont se livrer.

  • 1  VIDAL, Laurent, De nova Lisboa à Brasilia. L’invention d’une capitale, Paris, IHEAL, 2002.

3Dans sa thèse Laurent Vidal s’était intéressé au déroulement de l’inauguration et à la façon dont la ville de Brasília a reçu sa nouvelle fonction1. C’est désormais du coté de Rio de Janeiro, l’ancienne capitale, qu'il veut chercher les traces de ce transfert : les traces symboliques qui marquent le départ, celles qui sont restées dans la mémoire collective, et celles dont on ne se souvient plus.

4Comment Rio a-t-elle vécu le départ du pouvoir ? Et comment ce dernier a-t-il préparé son départ ? Comme le rappelle Laurent Vidal, le pouvoir s’intéresse peu aux départs, aux sorties plutôt interprétées comme un abandon, un rejet, mais se concentre surtout sur les arrivées, les entrées dans les villes, aux inaugurations qui symbolisent une nouvelle ère. Malgré cela, le départ de Rio de Janeiro va faire l’objet d’une attention toute particulière de la part du pouvoir.

5Quand le pouvoir quitte la ville, le titre de la première partie du livre nous présente en cinq actes la mise en scène du départ par le pouvoir. L’auteur principal de cette tragédie n’est autre que le président de la République du Brésil, Juscelino Kubitschek, le fondateur de Brasilia. Pour l’auteur, Kubitschek est un bâtisseur, un démiurge, qui n’hésite pas à revêtir également le rôle de Janus, le dieu aux deux visages, l’un tourné vers l’avenir, l’autre vers le passé :

6« Et tel Janus pour apaiser ce présent incertain, Juscelino va accompagner ce passage et délivrer ce message.[...], Kubitschek va jouer la sortie du pouvoir comme un drame antique, où il pourra convoquer, pour le grand spectacle qui va se dérouler, quantité de spectateurs et d’auditeurs, attentifs à toutes les postures, à toutes les paroles. Un drame dont il est à la fois l’auteur, le metteur en scène et l’acteur principal »(p.37).

7Juscelino Kubitschek va s’acharner à rendre ce départ acceptable et à tracer dans le sillon de Rio une voie nouvelle pour la cité. Pour cela il balise les étapes du départ. En cinq actes, tel un dramaturge grec, il symbolise par ses faits et ses déplacements dans la ville, la nouvelle destinée de la cité. Le président se rend ainsi dans les lieux du pouvoir, il rencontre les acteurs politiques et prépare l’opinion publique au transfert de la capitale par des discours et des actes symboliques. L’auteur retrace les choix de Kubitschek pour la journée décisive du 20 avril, celle qui doit conclure un chapitre de l’histoire de la ville. Pour cela il organise des cérémonies d’adieux afin de marquer son départ et celui du pouvoir. La tristesse du départ, les larmes de Kubitschek au sortir du palais présidentiel du Catete doivent ensuite laisser la place aux larmes de joies, celles d’une nouvelle ère que le Président inaugure symboliquement avant de prendre l’avion qui doit le mener à Brasilia :

8 « ’’« ’’Vive l’Etat de Guanabara’’ ! » : voilà donc la formule magique vers laquelle tendait tout ce drame. Sur ce seuil sacré, en quelques mots accompagnés d’un geste de la main, il vient d’accomplir son œuvre, guidant le passage de la capitale de Rio à Brasília en donnant naissance à un nouvel État » (p.107).

9Rio n’est ainsi plus la capitale du Brésil mais, tel Janus, Kubitschek a préparé l’avenir de la ville, Rio devient la cité merveilleuse. Délivrée du poids de son ancienne fonction elle peut renaître, et vivre une nouvelle destinée en tant que capitale du nouvel Etat de Guanabara.

10S’appuyant sur des chroniques de presse et des caricatures de l’époque, Laurent Vidal explore les sentiments mitigés des cariocas durant les derniers jours. C’est un sentiment partagé, ému, qui traverse la ville, les larmes de Kubitscheck sont aussi celles du peuple de Rio. C’est la fin d’une époque qui rend nostalgique et qui enflamme l’espérance d’une ère nouvelle pour la cité merveilleuse. La vie continue et, le 22 avril, le magazine Visão titre : « e o Rio continua... » (p.128).

11C’est l’histoire d’une journée particulière que nous conte Laurent Vidal. Mais le transfert de la capitale est aussi l’occasion d’une pièce de théâtre, une représentation où les actes s’enchainent jusqu’au dénouement final. Dans la seconde partie du livre, la place est faite à la poétique de l’évènement, au ressenti des différents acteurs de cette journée, aux signes avant-coureurs et au brouillard du lendemain. L’auteur s’intéresse à tout ceci en nous proposant une lecture particulière, celle de la presse, des chroniques poétiques et des entretiens avec des protagonistes de l’époque. Il n’est jamais aisé pour un historien de traiter avec précision d’un événement passé, encore plus lorsqu’il s’agit de retracer une journée. Bien souvent, l’évènement jugé extraordinaire par l’histoire n’est en soit pas perçu comme tel par la majorité des contemporains. « Ces questions nous mettent au défi » car « l’historien ne sait guère comment aborder une journée particulière » (p.146). L’historien se démarque en cela de l’écrivain qui peut user de sa liberté pour dérouler le tissu de l’évènement à sa convenance. Le cinéaste également « dispose lui aussi d’un avantage incontestable » (p.147).

12C’est pour cela que Laurent Vidal nous propose la lecture des chroniques et des poésies publiées dans la presse de l’époque comme un moyen de comprendre l’évènement. La poésie et la littérature sont rarement utilisées par les historiens, pourtant elles peuvent constituer des atouts précieux. Les poètes et les écrivains devancent souvent les historiens, ils voient bien avant eux l’architecture de l’évènement. Cette liberté, l’historien ne la possède pas, mais il peut s’en inspirer, s’en servir et de la même façon utiliser l’esprit de ces artistes pour interpréter l’évènement. C’est ce que fait Laurent Vidal en proposant que le poète, l’écrivain, devienne témoin de l’action et participe à créer une poétique de l’évènement. Cet appel est d’autant plus justifié qu’au Brésil les poètes jouent un grand rôle public, ils sont intégrés à la vie du pays. A Rio, les journaux offrent des tribunes d’expression à ces artistes qui peuvent saisir et donner du sens aux évènements. C’est au travers de leur regard que Laurent Vidal déconstruit ses larmes de Rio, des larmes d’anticipation.

13Les larmes de Rio c’est aussi une façon de faire de l’Histoire, nous suivons une chronologie qui nous glisse entre les mains mais qui pourtant nous guide au cœur de l’évènement, au plus près des acteurs. Comme une caméra qui suit en plans larges et plans serrés les protagonistes et la ville qui les abrite, Laurent Vidal nous fait suivre le film d’une journée comme les autres du quotidien carioca. Une journée qui pourtant, par un bouleversement considérable, marque la vie de ces derniers. Les larmes parlent d’instants, c’est une histoire de l’évènement qui nous immerge tantôt derrière l’épaule du démiurge, du Janus Kubitschek, tantôt au cœur de la ville à écouter les murmures fébriles d’une cité qui s’apprête à changer.

14Laurent Vidal nous raconte l’histoire de façon particulière. Comme à l’occasion de son ouvrage sur Mazagão, la ville qui traversa l’atlantique, il nous apporte une sensibilité propre, une vision presque cinématographique de l’évènement. Une approche de la littérature qui propose des outils pour mieux l’associer à la pratique historique. Il en a fait une auxiliaire précieuse pour comprendre ce qui a été et suivre ce qui est.

  • 2  Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris, Aubier, 20 (...)

15S’il ne s’agit pas à proprement parler de l’attente développé dans son ouvrage précédent2, Les larmes parle également d’un instant transitoire, d’un espace hors du temps, extraordinaire, symbolisé par la grâce présidentielle faite aux prisonniers le 19 avril 1960. Les larmes présente aussi un regard sur Rio, la cidade maravilhosa, dans un instant bien méconnu de son histoire, un instant difficile et précaire que le président Juscelino Kubitschek a su transformer en renaissance. C’est parce que Laurent Vidal aime Rio que ses larmes sont mêlées de tristesse et de joie, et sont aussi une déclaration d’amour à cette ville merveilleuse et éternelle.

Haut de page

Notes

1  VIDAL, Laurent, De nova Lisboa à Brasilia. L’invention d’une capitale, Paris, IHEAL, 2002.

2  Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris, Aubier, 2005 [trad.. Martins Fontes, 2008]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Corps, « Les larmes de Rio », Confins [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 16 mars 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://confins.revues.org/6341

Haut de page

Auteur

Grégory Corps

Doctorant-moniteur à l'université de La Rochelle ‎(gregory@donaflor.fr)‎

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org