Navigation – Plan du site

La transformation des Landes de Gascogne (xviiie-xixe), de la mise en valeur comme colonisation intérieure ?

The transformation of the Moors of Gascony (18th-19th centuries), development as interior colonization?
A transformação da Landas da Gasconha (séculos 18 e 19), o desenvolvimento pela colonização interna ?
Julien Aldhuy

Résumés

Lorsqu’on évoque la mise en valeur des Landes de Gascogne, on pense à la transformation de cette région au xixe siècle par l’extension d’un boisement de pins maritimes suite à un drainage systématique. Cette simplification héritée de l’histoire de l’affirmation de l’État-Nation français soulève deux problèmes. Premièrement, elle réduit la transformation des Landes de Gascogne à une histoire locale décontextualisée par rapport aux idées et aux enjeux de l’époque. Deuxièmement, une telle réduction favorise une lecture désocialisée de la production de cet espace car, de la transformation des Landes de Gascogne, on ne retient que les moyens de l’action (le drainage) et son résultat (la forêt de pin). Une telle posture implique une vision dénuée d’acteurs et de rapports de domination entre ceux qui disqualifient l’espace et justifient l’action compensatrice et ceux qui l’habitent. Nous montrerons dans cet article qu’une fois mis en contexte dans le concert des idées de l’époque et une fois la place de ses acteurs restituée, la mise en valeur des Landes de Gascogne peut être envisagée comme une forme de colonisation intérieure.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son étude sur les mutations des espaces ruraux français, Eugen Weber montre que la construction de la France s’est opérée sur une lente et méthodique conquête intérieure des espaces et des esprits par un progressif mouvement d’homogénéisation (Weber, 1983). Il remarque aussi comment, certaines régions, vues de la capitale, furent considérées comme arriérées, comme en retard de civilisation (Brenne, Bretagne, Champagne pouilleuse, Dombes, Sologne et Landes de Gascogne). Si ces régions ont eu des histoires semblables d’intégration au territoire national et à la société française, peu d’entre-elles donnèrent naissance à autant de contrevérités, d’idées reçues et de rumeurs que les Landes de Gascogne dans le sud-ouest de la France (Traimond, 1982 ; Nougarède, 1995).

Figure 1 : Les Landes de Gascogne

Figure 1 : Les Landes de Gascogne
  • 1 Sur la société agro-pastorale traditionnelle, voir Papy, 1973.

2Lorsqu’on évoque la mise en valeur des Landes de Gascogne, on pense à la transformation de cette région au xixe siècle par l’extension d’un boisement de pins maritimes suite à un drainage systématique. Cette simplification de l’histoire des Landes de Gascogne à l’association d’une solution technique inédite et d’un système de culture dans une logique associant la production du sol et la richesse soulève deux problèmes et une interrogation1.

3Premièrement, cette simplification réduit la transformation des Landes de Gascogne à une histoire locale décontextualisée par rapport aux idées et aux enjeux de l’époque. Rappelons que, dans le contexte des idées du xviiie siècle, la plaine cultivée s’oppose à la montagne naturelle (Ozouf, 1984). Considérées comme une plaine non cultivée, les Landes de Gascogne ne peuvent être qu’un désert (Traimond, 1986). C’est ainsi qu’elles acquirent une place dans l’histoire et la géographie de la nation française à travers l’image d’un désert peuplé de sauvages (Aldhuy, 2004). C’est un mauvais pays, c’est-à-dire « une contrée impropre à produire des denrées agricoles », doublée d’« un milieu dont les conditions naturelles sont hostiles à l’homme » (Ozouf-Marignier, 2000, p. 74).Le discours pour dire un tel pays se fonde sur une logique dystopique qui privilégie le mauvais, le maladif et l’inverti (Phillips, 2002). Il se fonde en négatif du discours de l’utopie et de ses attributs positifs : l’abondance naturelle, la beauté, la gratification des sens, l’ordre moral et l’harmonie sociale. C’est une conception largement relative. Or, ce qu’apporte l’introduction de l’analyse du contexte de la transformation des Landes de Gascogne, c’est la référence au regard extérieur qui, en fonction des valeurs, des modèles et des images dominants qui lui sont propres, institue la différence d’une région et peut justifier d’agir dessus (Gregory, 2001).

  • 2  Né en 1738, il est initialement professeur de mathématiques puis il entre ensuite à l’École des Po (...)
  • 3  Né en 1817, polytechnicien, il intègre l’École des Ponts et Chaussées en 1836. Ingénieur à Langon (...)

4Deuxièmement, une telle réduction favorise une lecture désocialisée de la production de cet espace car, de la transformation des Landes de Gascogne, on ne retient que les moyens de l’action (le drainage) et son résultat (la forêt de pin). En focalisant sur la technique et sur le résultat paysager du processus, une telle posture implique une vision dénuée d’acteurs et de rapports de domination entre ceux qui disqualifient l’espace et justifient l’action compensatrice et ceux qui l’habitent. S’il « est peu de personnes qui n’aient entendu parler des landes de Bordeaux » au xixe siècle (Darrieux, 1849, p. 9) et si la question de leur mise en valeur engloutit nombre de fortunes et défît tant de réputation (Sargos, 1997), seuls les noms de Nicolas Brémontier2 et Jules Chambrelent3, ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, restent associés au boisement. Si leurs actions sont indiscutables bien que controversées dans la mise en valeur proprement dite, les acteurs impliqués tant dans celle-ci que dans la construction de l’image négative la justifiant étaient plus nombreux. Au-delà des seuls ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, on comptait aussi des voyageurs, des propriétaires terriens, des administrateurs, d’autres ingénieurs, des hommes politiques, des médecins, des érudits ou des écrivains.

5De ces deux problèmes, nous tirons une interrogation. Ainsi mis en contexte dans le concert des idées de l’époque et une fois la place de ses acteurs restituée, la mise en valeur des Landes de Gascogne ne peut-elle pas être envisagée comme une forme de colonisation ? Ne pourrait-on même pas parler d’une colonisation intérieure, dans la double acception que nous développerons plus loin (colonisation intérieure continentale et territoriale).

6Nous proposons d’étudier la transformation des Landes de Gascogne aux xviiie et xixsiècles à l’aide de concepts ayant déjà fait leurs preuves dans l’analyse de la dimension spatiale des sociétés : l’imaginaire géographique et l’idéologie territoriale. Nous ne discuterons pas ici de l’histoire et du contenu de concepts que nous avons exposés ailleurs (Aldhuy, 2004). Retenons seulement que l’imaginaire géographique englobe non seulement l’ensemble des représentations d’autres lieux, paysages, peuples ou cultures mais aussi, et plus significativement, les manières dont de telles représentations projettent les désirs, les fantasmes et les valeurs de leurs auteurs ainsi que les rapports de pouvoir entre eux et les objets décrits (Gregory, 1994). À l’origine de l’idéologie territoriale, nous trouvons l’idéologie spatiale entendue comme « un système d’idées et de jugements, organisé et autonome, qui sert à décrire, à expliquer, interpréter ou justifier la situation d’un groupe ou d’une collectivité dans l’espace » (Gilbert, 1986, p. 60). L’idéologie spatiale constitue et maintient une relation de domination et de subordination entre plusieurs groupes ou collectivités spatialisés par la médiation de formes symboliques telles que textes, paysages ou organisation de l’espace (Di Méo, 1998). Ainsi définis, l’imaginaire géographique et l’idéologie territoriale se nourrissent l’un l’autre. Toute idéologie territoriale intègre une part d’imaginaire géographique quand les conditions de production de ce dernier dépendent en partie de l’idéologie territoriale dominante.

  • 4 Seuls quelques propriétaires terriens landais laissèrent des écrits de défense ou de justification (...)

7Pour étudier l’imaginaire géographique et l’idéologie territoriale qui président à la transformation des Landes de Gascogne, nous avons analysé un corpus de textes édités entre le début du xviiie siècle et la fin du xixe siècle, soit la période allant des premiers projets utopiques de mise en valeur à l’afforestation complète des Landes de Gascogne. Ce corpus ne vise pas à l’exhaustivité : nous avons utilisé les textes classiques du discours sur les Landes de Gascogne tels qu’ils sont mobilisés, entre autres, par Olivier Nougarède (1995) ou Jacques Sargos (1997). Les auteurs de ces textes s’avèrent quasiment tous extérieurs aux Landes de Gascogne – la production strictement locale demeurant très limitée4 –et présentent des origines diverses. On trouve des administrateurs, des ingénieurs, des propriétaires terriens ou encore des voyageurs ; aussi, ces différents textes reflètent leurs positionnements, voir leurs intérêts, dans l’espace social. Ils sont porteurs des modèles et des catégories de compréhension de leur époque. Notre démarche se veut compréhensive et consiste à relever les différentes références mobilisées et à les mettre en contexte par rapport aux grandes idées que régionalisèrent le discours sur les Landes de Gascogne : la théorie des climats et l’Orientalisme pour l’imaginaire géographique ; les enjeux de l’appropriation du sol et de la formation de l’identité nationale pour l’idéologie territoriale. Nous verrons ainsi :

8(i) que les Landes de Gascogne furent spatialement disqualifiées par une lecture dystopique du milieu privilégiant la figure du désert et favorisant les références à l’ailleurs et à la sauvagerie.

9(ii) comment la rencontre de l’imaginaire géographique et de l’idéologie territoriale relative à l’appropriation du sol dominante au xixe siècle constitua un déclencheur de la mise en valeur.

10(iii) que la logique de mise en valeur se trouva amplifiée en devenant un enjeu dans le processus de formation de l’État-Nation territorial français : avec l’idéologie du territoire à aménager, la mise en valeur devient une mesure compensatrice permettant le retour d’une étendue réputée à civiliser dans le giron du territoire national. En ce sens, la transformation peut être qualifiée de colonisation et non seulement de mise en valeur.

11Puis nous discuterons de la pertinence de considérer que les arguments développés nous permettent de parler de la transformation des Landes de Gascogne comme d’une colonisation intérieure.

Si proches, si loin : l’imaginaire géographique de la disqualification

La théorie des climats et l’Orientalisme

12Jusqu’au milieu du xixe, l’interprétation des rapports homme/milieu repose sur la théorie des climats issue de la pensée hippocratique (Claval, 2000). Le milieu (qui inclut aussi bien des éléments naturels que des facteurs culturels) détermine les maladies, le physique des hommes, ainsi que leur caractère. Cette théorie est fondamentale pour comprendre le regard porté sur les Landes de Gascogne. Procédons par intégration des échelons, du territoire national aux Landes de Gascogne.

13Dans son ouvrage classique sur les sociabilités méridionales, Maurice Agulhon (1968) montre que tout le Midi de la France était encore, au xixe siècle, un monde à part. Cette opposition découle des réflexions d’inspiration hippocratique de Montesquieu. Les habitants du Nord de la France, considéré comme froid, sont parés de nombreuses qualités : ils sont forts de corps et d’esprit, confiants en eux-mêmes, insensibles à la douleur et aux plaisirs, virils, entreprenants, curieux et généreux, aspirant à la liberté et, bien entendu, chrétiens. Comme en négatif, les habitants du Sud de la France, réputé plus chaud, sont relâchés, lâches, faibles, passifs physiquement, intellectuellement paresseux, inaptes au changement, acceptant facilement la servitude et le despotisme et adeptes du « mahométisme » (Bourdieu, 1980) ! Dans une logique hippocratique, le milieu caractéristique de ce type de climat est le désert (Stazsak, 1995). Dans un tel contexte, l’imaginaire géographique des Landes de Gascogne ne pouvait ignorer l’image du désert et la sauvagerie qui lui était associée.

14Envisagé à un échelon plus fin que celui du territoire français, les Landes de Gascogne ont deux caractéristiques qui ne pouvaient qu’accentuer leur disqualification dans un tel cadre de pensée. Elles sont littorales ; or les littoraux sont des espaces mal considérés et répulsifs jusqu’au tournant du xixe siècle (Corbin, 1988). De plus, elles sont composées de nombreux marais et de landes qui sont perçues comme en friche : c’est le triptyque caractéristique des terres incultes et, à nouveau, répulsives (Bourguet, 1993). Dans ce contexte, les Landais tiennent « […] de l’aridité et de la sécheresse du climat qu’ils habitent. Des figures décharnées, un air de tristesse et de langueur annoncent des individus souffrants » (Brémontier, Mémoire du 20 mars 1778 cité dans Sargos, 1997, p. 82). Ils sont malades, atteints, de manière générique, de maux associés à la lèpre (Ribéreau-Gayon, 2001), si bien que « tout ce malheureux peuple pourrissait sur pied, comme des arbres qui ont les racines dans l’eau » (About, 1997, p. 73). Ce sont des victimes d’un milieu néfaste dont la mise en valeur « […] ne peut-être l’ouvrage des hommes [et nécessiterait...] une nouvelle Création ! » (Saint-Amans, 1818, p. 192).

15Si les Landes de Gascogne sont un désert et ses habitants des victimes d’un milieu ingrat qu’ils ne peuvent mettre en valeur, il ne faut pas longtemps pour que les images du sauvage et de l’Orientalisme apparaissent dans le discours. D’autant plus que, suite à l’observation des pasteurs, l’ensemble de la société agro-pastorale est considéré comme nomade. C’est sur cette association désert, sauvage, nomade que l’Orientalisme sera mobilisé pour parler des Landes de Gascogne. Avec la fin du xviiie siècle (écrits de Volney, expédition d’Égypte, etc.), les civilisations orientales deviennent un objet d’étude pour les scientifiques ainsi qu’une source d’inspiration pour les artistes. Mais les images et les références qui se diffusent dans la société sont des constructions de la vision de l’Orient par l’Occident et impliquent ainsi ses valeurs et ses fantasmes (Said, 1978). En ce sens, l’Orientalisme participe de la domination des pays occidentaux sur l’Orient et justifie dans bien des cas leur colonisation (Gregory, 1994). C’est un processus similaire que l’on retrouve pour les Landes de Gascogne.

Le milieu, l’étendue et l’image du désert

16Pour Bory de Saint-Vincent (1826, p. 204-205), un célèbre naturaliste et érudit de son siècle, les Landes de Gascogne ne sont pas « ce qu’en géologie ainsi qu’en géographie physique on appelle un désert ». Pourtant, il ne peut s’empêcher d’affirmer que « la surface de la Grande Lande est sujette à un mirage qui ne cède point par ses effets les plus extraordinaires à celui des déserts d’Égypte ou d’Arabie ». L’imaginaire du désert, de ses mirages, de ses sables prend le pas sur la conviction scientifique : c’est cette image qui va s’imposer.

17La représentation du désert repose sur un milieu marqué par l’aridité, sur une absence ou une quasi-absence de présence humaine et sur la très grande étendue d’espaces considérés comme vides (Lacoste, 1990). Chacune de ces caractéristiques se trouve dans le discours sur les Landes de Gascogne.

18En tant qu’archétype des formes spatiales, le désert est « un espace plan illimité, indéfini, « vide » et sans repères, qui outrepasse infiniment toutes les portées [des] sens » (Moles, 1995, p. 171). Ainsi, Flamichon écrit-il en 1816 (p. 20) qu’ :

  • 5  Pinèdes.

« en entrant dans ces vastes déserts […] l’œil, étonné d’une uniformité d’aspect inattendue, est tout surpris d’apercevoir, quoiqu’à 50 lieues de distance, la petite pointe des Pyrénées, […]. […] le spectateur n’aperçoit pas la plus petite inégalité de sol dans la vaste étendue de pays dont il est environné de toutes parts. Il ne voit que lui seul dans un vaste univers dépouillé de tout. Il aperçoit quelques bouquets de pinadas5 jetés et perdus çà et là dans la vaste étendue de l’horizon, et il semble que la nature et l’art se soient disputés le droit, malgré la saillie des pinadas, d’égaliser le sol et d’en aplanir la surface, au point que tout semble dressé à la règle et au cordeau. Aussi rien n’est plus ennuyeux, rien n’est plus insipide à l’oeil, que l’aspect des Landes de Bordeaux. »

19Le plateau landais et sa faible pente, son sol homogène et régulier fournissent une première prise au discours stéréotypé du désert. Et ce n’est pas le regard porté sur la présence humaine qui le fragilisera. Pour l’Intendant de Bordeaux, Lamoignon de Courson (1715, n. p.), la zone au sud de sa ville est un « […] pays presque inhabité, [où] on ne trouve que des maisons, ou plutôt des cabanes éparses dans la campagne, fort éloignées les unes des autres […] ». On y rencontre une maison seulement par hasard. Les indices de l’activité humaine de la société traditionnelle sont toujours relativisés à l’excès : il n’y a toujours que « ça et là, quelques étables perdues au loin dans cette immense solitude [et] quelques chétifs troupeaux de moutons éparpillés dans ces pacages sans limites » (Lugan, Les Landes, Revue de Paris, 1836 cité dans Nougarède, 1995, p. 45). C’est le philosophe et historien Hippolyte Taine (1860, pp. 12-13) qui synthétisera le mieux l’impression de vide ou de manque qu’inspirèrent les Landes de Gascogne :

« au-dessous de Bordeaux un sol plat, des marécages, des sables, une terre qui va s’appauvrissant, des villages de plus en plus rares, bientôt le désert […]. Plus loin, la plaine monotone des bruyères s’étend à perte de vue […]. Quelques arbres çà et là lèvent sur l’horizon leurs colonnettes grêles. De temps en temps on aperçoit la silhouette d’un pâtre sur ses échasses, inerte et debout, comme un héron malade ».

  • 6  Guillaume Desbiey (1725-1785) et Louis-Mathieu Desbiey (1734-1817), tous deux natifs des Landes, s (...)

20Avec la prise en compte du milieu apparaît temporairement une discordance entre le discours stéréotypé du désert et les Landes de Gascogne qui, finalement, ne fera que renforcer cette image. En effet, du point de vue du milieu, le désert implique l’aridité. Or le milieu des Landes de Gascogne est assez contrasté selon les saisons, avec des zones toujours humides et d’autres parfois très sèches. Certains auteurs surent parfaitement le décrire. Guillaume Desbiey6 (1991, p. 25) rapporte que « la majeure partie des Landes est couverte d’eau pendant presque les trois saisons de l’année, […] ; [elles sont] privées assez communément d’eaux pluviales pendant l’été, où les rayons que le soleil y darde alors, sans le moindre obstacle, y sont réfléchis par les sables avec une ardeur brûlante ». Et Boudon de Saint-Amans (1818, p. 167) précise que l’été « [...] les eaux ont disparu, mais elles sont presque restées au niveau du sol, et la terre n’en est pas moins surabondamment abreuvée ». Comme il était admis que les Landes de Gascogne étaient un désert, un discours paradoxal se mit en place. Ainsi peut-on lire que « les habitants de la rive droite de l’Adour [...] cultivent des sables, des déserts arides, qui cependant sont couverts d’eau stagnante durant l’hiver » (Annales de statistiques, 1802 citées dans Traimond, 1986, p. 222). Mieux encore, Grasset de Saint-Sauveur (1798, n. p.) avance que « ces vastes plaines présentent l’aspect d’un désert quoi qu’il fût couvert en partie de verdure ». Loin de mettre à mal l’imaginaire du désert, les paradoxes du discours, qui sont typiques de l’écriture du désert (Barthélémy, 1997), renforcent son image. Lorsqu’il écrit qu’« il faudra bien du temps avant que la lande ait cessé d’offrir un regard attristé, pendant l’été, la nudité des déserts d’Afrique, pendant l’hiver, l’humide et froide surface des marais de Sibérie », Victor Malte-Brun (1881, p. 12 du chapitre consacré aux Landes) illustre ce paradoxe en introduisant un autre élément de l’imaginaire géographique des Landes de Gascogne : l’ailleurs.

L’ailleurs

  • 7 Amable Tastu, née Sabine Casimire Amable Voïart (1798-1885) est une écrivaine et poétesse française (...)
  • 8  Peuple vivant dans la partie méridionale du Sud-Ouest africain.

21Dans son Voyage en France qui connut de nombreuses éditions de 1846 à 1878, Amable Tastu7 (1878, p. 177) fait dire à l’un de ses protagonistes que dans les Landes de Gascogne, il s’est « […] toujours cru dans quelque contrée lointaine et tout à fait étrangère à [sa] civilisation ». Elle traduit un sentiment, tout imprégné d’Orientalisme, que l’on trouve chez de nombreux auteurs et qui se concrétise à travers de multiples références extérieures au territoire français. Les Landes de Gascogne sont d’abord considérées à l’égal des déserts d’Afrique ou d’Arabie. Si cette dernière référence semble se suffire à elle-même, le domaine africain est plus propice aux subdivisions : ainsi, le Sahara, les plaines incultes d’Égypte, de la Haute Égypte ou de la Thébaïde (ce sont les mêmes) sont évoqués. Si les déserts chauds se taillent une part belle dans le champ mobilisé par l’imaginaire géographique, les déserts froids comme la Sibérie ou « la Thulée des Anciens » (Mortemart de Boisse, 1840, p. 22) apparaissent fréquemment. Mais c’est avec l’analogie entre les habitants des Landes et les habitants d’autres contrées réputées sauvages que la référence à l’ailleurs est la plus évidente. On ne s’étonnera pas que les Landais soient considérés comme des Arabes, des Bédouins, des Tartares ou même, à de plus rares occasions, des Hottentots8. Henry Ribadieu (1859, pp. 17-18) va chercher l’inspiration outre-atlantique lorsqu’il affirme que les Landes

« […] sont 40 lieues de désert plus inconnues que les savanes lointaines du Missouri, ou que les solitudes de l’Afrique Centrale [et que les bergers] sont les Arabes ou les Indiens de nos landes ». Mais tout n’est pas perdu puisque « ce grand désert sablonneux, le Sahara de la France […] attend leur dépouille, et doit recouvrir bientôt ces derniers sauvages destinés sans doute à disparaître. La civilisation, en effet, les chasse devant elle, comme fait aux États-Unis, la colonisation américaine ».

22Outre la référence au désert et à l’ailleurs, une nouvelle figure de l’imaginaire géographique, largement diffusée aux xviiie et xixe siècles, apparaît : le sauvage (Certeau, Julian, Revel, 1980).

Le sauvage

  • 9  Charles Lemercier de Longpré, baron d’Haussez (1778-1854) est un homme politique français qui fut (...)

23En 1798, Grasset de Saint-Sauveur estimait que « les paysans landais sont peu civilisés ; le genre de vie qu’ils mènent les rend tout à fait rustiques et presque sauvages » (p. 10). Si le trait, pour l’observateur d’aujourd’hui, reste forcé, il essaye de nuancer son jugement tandis que d’autres, tel Lamoignon de Courson (1715, n. p.), sont plus définitifs en affirmant que « […] les habitants des Landes sont des espèces de sauvages, par la figure, par l’humeur et par l’esprit […] ». Ces quelques mots, écrits en 1714 et très largement plagiés par la suite, sont le point de départ de l’histoire du sauvage landais. Dès lors, les différents auteurs n’auront de cesse de marquer la différence supposée et/ou réelle des habitants des Landes de Gascogne. Le médecin militaire Jean Thore (1810, p. 56) déclare que « le landais forme dans le département une peuplade à part et distincte de toutes les autres, tant par son physique, son caractère et ses mœurs, que par ses habitudes et sa manière de vivre ». Le Vicomte de Métivier (1839, p. 325), riche propriétaire landais intéressé par la mise en valeur de sa région, ajoute que les Landais s’organisent en « […] tribus presque nomades ; de ces tribus plus ou moins malheureuses aux yeux de l’homme qui, pour la première fois, visite une nation qui est en quelque sorte une nation à part, pour le physique, le moral de ses individus, ses usages, ses coutumes, ses vêtements, ses peines et ses plaisirs ». Dès lors, le Baron d’Haussez9 (1826, p. 298), préfet des Landes, résume un point de vue largement partagé lorsqu’il affirme que « bien des choses restent à faire, avant que, dans la contrée des landes on ait placé la civilisation à la hauteur où elle est parvenue dans le reste de la France ».

24L’imaginaire des Landes de Gascogne associe ainsi la sauvagerie des hommes à un milieu disqualifié. Mais, jusqu’ici l’imaginaire géographique mobilisé n’a pas de conséquences directes sur les Landes de Gascogne et la société agro-pastorale. Celui-ci apportait plus d’informations sur la société française de cette époque et sur la façon qu’elle avait de se concevoir. C’est en étant intégré à la reproduction socio-spatiale de la société française et aux idéologies qui la sous-tendaient pour justifier d’une action transformatrice qui va durablement et profondément modifier les Landes de Gascogne, que cet imaginaire géographique aura des conséquences sur la société locale.

Aux origines de la transformation : la question des terres communales

La question des terres communales

25Les terres communales sont celles à la propriété ou au produit desquelles les habitants d’une ou plusieurs communes ont un droit acquis (Vivier, 1998).

26Depuis le milieu du xviiisiècle, ces terres posaient, en France, de nombreux problèmes. Sous l’influence des Physiocrates et selon le modèle anglais, il est admis que les droits d’usage et les propriétés collectives étaient nuisibles aux progrès de l’agriculture. « À cause » d’elles, les terres qui leur étaient soumises étaient les plus négligées et restaient incultes. Dès lors, ces communaux devaient être partagés pour être mis en culture dans une entreprise qui ne pouvait être qu’individuelle.

27Dès les années 1767-1780 et jusqu’au Second Empire, de nombreuses lois sont votées, tantôt pour favoriser leur partage, tantôt pour annuler ces partages, parfois pour régulariser des situations de blocage jugées politiquement dangereuses. Finalement, à la fin du xixe siècle, l’intérêt des terres communales est acquis et le droit de propriété collective admis. Mais, entre-temps, beaucoup de ces terres furent vendues.

L’étendue du problème

28Au xixe siècle, les Landes de Gascogne offrent la plus grande étendue de communaux de France. Dans cette région, ils correspondent aux grandes étendues de landes rases offertes au pacage des animaux. Hormis les zones cultivées, qui étaient toujours encloses, l’ensemble de ces terres communautaires était libre d’accès et d’usage.

29Elles furent intégrées au discours sur les Landes de Gascogne lorsqu’à la fin du xviiie et au début du xixe siècle la question de leur partage se posa avec une grande acuité au niveau national, suite à l’accroissement de la population et à l’augmentation du prix des céréales. Bientôt, à la suite d’Yzarn de Freissinet (1837, p. 27 passim), pourra-t-on lire que « la trop grande étendue des biens communaux est un obstacle puissant à tout progrès [car] la nourriture d’un mouton y occupe plus d’un terrain qu’il n’en faudrait pour nourrir une famille ». D’après ce même auteur, « on commence à comprendre qu’à nos portes un territoire vierge encore peut devenir le but de magnifiques entreprises, et les spéculateurs rassurés vont confier leur argent à ces plaines mieux connues et mieux appréciées ». Dès lors, de nombreux auteurs, surtout des propriétaires terriens landais ou des administrateurs, n’auront de cesse d’œuvrer pour le partage des communaux (Dupuy, 1994). Ils s’opposent à ceux qui avaient compris que les immenses terres de parcours étaient indispensables à l’agriculture des Landes dans une « controverse [qui] exist[ait] avec tant d’intensité qu’il ne fall[ait] pas espérer de la voir vidée de long-temps » (Métivier, 1836, p. 467).

30Dans ce débat, un des plus représentatifs champions des tenants du partage fut le Baron d’Haussez, Préfet des Landes (1817-1819) puis de la Gironde (1823-1827) et député des Landes (1827-1830). Pour lui, deux causes contrariaient la mise en valeur de la région, à savoir : « la nature des propriétés et le caractère des habitants » (Haussez, 1826, p. 173). En plus de l’immigration et du métissage, il proposait « l’aliénation des landes communales » comme seul moyen de remédier « à de si graves inconvénients ». Ainsi « face au plus puissant des intérêts, l’amour de la propriété [, le] déplorable régime de communauté, dernier vestige des siècles de barbarie, [qui] asservi encore ces plaines immenses » disparaîtrait (Haussez, 1826, p. 241).

31Dans le camp adverse, ayant bien compris le système agro-pastoral et défendant le droit de libre parcours dans l’intérêt de son activité de grand éleveur, on trouvait le baron Poyféré de Cère. Dans un pamphlet ouvertement tourné contre d’Haussez, il avançait que ce dernier « pos[ait] en principe que les landes ne sont infertiles que parce qu’elles sont incultes. [Et que] les landais répond[aient] que ce sont les parties incultes de leur pays qui fertilisent celles qui sont cultivées » (Poyféré de Cère, 1839, p. 34). Mais à une connaissance différente et – rappelons-le – à un intérêt divergent, d’Haussez répond que si

« on s’informe [...] du nombre de bestiaux qui parcourent ces déserts et qu’on le compare avec celui qu’entretiennent les terres cultivées : on reconnoîtra que ce dernier est dans une proportion décuple de l’autre. Et c’est un système aussi absurde, aussi contraire à l’état présent de la civilisation que l’on voudroit conserver ! De son anéantissement dépend la prospérité d’une immense contrée » (Haussez, 1826, p. 269).

32Le discours sur le partage des communaux emprunte largement à l’imaginaire géographique quand ils ne correspondent pas aux deux facettes d’un même texte. Le partage des communaux est d’autant plus valorisé comme moyen de mise en valeur qu’il s’oppose au désert et à la sauvagerie du Landais. Plus celui-ci sera considéré comme incapable de mettre en valeur des terres qui semblent en marge du territoire national, plus le partage des communaux sera possible. Ainsi, comme l’appelle le vicomte de Métivier (1839, p. 504) de ses vœux.

« [...] on ne verra plus une étendue immense de terres incultes privées de l’espoir d’être cultivées et demeurer constamment la jouissance exclusive du pâtre landais dont l’avidité insatiable ne trouve jamais assez de parcours [dans] ces déserts qui rappellent pendant l’été le sol brûlant des déserts de l’Afrique ».

33Si l’idéologie territoriale du règlement de la question des communaux fut à l’origine de la volonté d’agir sur les Landes de Gascogne, elle n’aurait pas eu la même portée si elle n’était pas entrée en résonance avec une autre idéologie, très forte au xixe siècle, celle de la formation du territoire national.

Vers la colonisation ? L’idéologie territoriale du territoire à aménager comme requalification du processus

  • 10  C’est le territoire « flambant neuf » proposé par la Révolution française. Il est considéré comme (...)
  • 11  Le territoire promis correspond à l’exemple de la formation des États-Unis d’Amérique et fait écho (...)
  • 12  L’exemple type de territoire vital est celui de l’avènement de l’Allemagne, de l’unification au na (...)

34Plusieurs idéologies président à la formation du territoire d’un État-Nation : celle du territoire naturel10, celle du territoire promis11 et celle du territoire vital12 (Korinman, Ronai, 1978). À ces trois idéologies territoriales de la formation du territoire de l’État-Nation, on peut ajouter celle du territoire aménagé ou à aménager (Lajugie, Delfaud, Lacour, 1985). Elle est complémentaire des autres et les recouvre en partie. Elle correspond à la nécessité d’aménager le territoire national d’après des intérêts nationaux que seul l’État, expression légitime de la Nation, peut définir et prendre en charge. Si le territoire naturel est fondé sur des frontières qui permettent d’établir une exclusivité entre l’intérieur et l’extérieur de la nation, entre autochtone et étranger, il n’apprend rien sur la prise de possession du territoire à l’intérieur des frontières.

35Au milieu du xixe siècle, il est admis que les Landes de Gascogne restent comme en retrait du territoire national. Elles sont en France, mais elles ne sont pas réellement intégrées au territoire national, n’ayant pas de place relative au sein de l’imaginaire national. L’idéologie du territoire promis devient alors performative par rapport à des Landes de Gascogne qui s’offrent comme un nouveau front à assainir, défricher et coloniser selon une logique que ces quelques lignes de l’avocat Valery vers 1825 (cité dans Sargos, 1997, p. 61) résument parfaitement :

  • 13  Le pouvoir est alors détenu par le roi Charles X.

« Si on vous laisse apercevoir le triste et hideux spectacle d’une longue suite de terres nues, sans population, sans abri ni contre la rigueur des hivers, ni contre l’ardeur des étés ; si, dans ces vastes solitudes ne résident ça et là que quelques habitants d’une intelligence tellement bornée qu’ils ne diffèrent des animaux que par la forme ; si l’on vous assure que ces hommes sans droits, sans devoirs, sans temple sans culte, ignorant même le nom de leur souverain13, existent, non à mille lieues du monde civilisé, mais au sein même de la France, près de tous les arts, de toutes les sciences, de tous les perfectionnements, ne verrez-vous pas là une des plus effrayantes contradictions dont puisse gémir l’humanité ? Et ne provoquerez-vous pas un changement qui promette au Trésor un accroissement de revenu considérable, à la nation un grand accroissement de forces, si d’ailleurs ce changement est commandé pour des raisons politiques et morales du plus haut intérêt ? »

36Profondément marqué par un imaginaire géographique fantasmé, ce territoire promis à la conquête à l’intérieur même du territoire dit naturel de la Nation, devient une sorte de territoire vital qui permet un accroissement de puissance sans avoir à franchir des frontières et troubler la paix des nations voisines. Ainsi, sous la Révolution, Journu Aubert (1790, n. p.), un membre du directoire de Bordeaux, avançait qu’

« il ne s’agit pas moins de que de rendre la vie à deux cents lieues de terrain, dans un état de mort [et que] c’est là vraiment une conquête digne d’un peuple, qui a renoncé solennellement à celles que l’on n’obtient que par effusion de sang. [...] Puisque la plus grande ambition des peuples, et des individus, est constamment d’étendre leurs domaines, pourquoi hésitons-nous à prendre, pour ainsi dire, possession de celui-là, à mettre en valeur une portion même de l’intérieur du royaume ».

Peut-on vraiment parler de colonisation ?

37Est-il légitime de parler de colonisation dans l’exemple de la transformation profonde et durable des Landes de Gascogne ? Quand Jacques Sargos (1997) pose cette même question, il répond par la négative car, de son point de vue, et malgré d’innombrables projets, elles n’ont connu que peu de réelles réalisations. C’est juste, si l’on tient seulement compte des projets privés et ponctuels de la fin du xviiie siècle et du début du xixe. Mais c’est faire peu de cas du boisement systématique imposé par la loi de 1857 dont on affirma que « nulle conclusion au chapitre des forêts ne saurait égaler celle-là » dans un processus ayant « [...] la valeur singulière de figurer ce qui devrait être toujours et partout le rôle de l’État : initiateur hardi, permettant et suscitant d’autres libres et rémunératrices initiatives » (Brunhes, Deffontaines, 1920, p. 361).

38Quelle que soit la définition que l’on donne à la colonisation, il semble qu’elle soit adaptée à ce qui s’est passé dans les Landes de Gascogne.

39Au sens premier du terme d’introduction d’une population pour assurer l’exploitation d’un sol (George, 1993), il y a bien eu une colonisation avec les premiers projets de mise en valeur du xviiie siècle et du début xixe. Compte tenu de la faiblesse présumée, tant en nombre qu’en qualité, de la population locale, les premiers projets prirent la forme d’une colonisation de peuplement destinée à la mise en valeur agricole. Toutes les origines de ces populations étaient bonnes puisqu’il semblait bien établi que les Landes de Gascogne ne pouvaient pas être colonisées par des Français (Young, 1793). Ainsi, au fil des projets, nous trouvons les Maures chassés d’Espagne, des Protestants, des Canadiens, des Irlandais et même des Allemands destinés au bagne (Sargos, 1997) ! Finalement, comme il s’avérait plus difficile que prévu de faire venir des « étrangers », on s’intéressa aux Français de « seconde zone » qui pourraient aussi bien faire l’affaire. Au milieu du xviiisiècle, dans un Projet pour peupler les Landes de Bordeaux (Archives Départementales de la Gironde, C 3671) resté anonyme, on propose d’amnistier les déserteurs et de les marier de force avec des jeunes femmes sorties des hospices pour enfants abandonnés. Encore plus ambitieux fut La Louisiade, un projet de 1772 dans lequel on proposait de mélanger ces mêmes déserteurs aux familles étrangères, aux Français revenus de Cayenne ou du Canada, aux invalides, aux mendiants et aux galériens (Chevallier, 1772).

40Ce type de projet ne correspondait pas seulement aux lubies de quelques originaux. Dans son mémoire fondamental sur la colonisation des Landes de Gascogne, le très sérieux receveur des Fermes de La Teste (Gironde), Guillaume Desbiey, proposait d’y regrouper tous ceux dont les mœurs étaient préjudiciables au repos et à la tranquillité de l’État (Desbiey, 1991) !

41Si ces projets, quand ils passèrent à la phase de réalisation, furent ponctuels dans l’espace (et bien souvent dans le temps), ce fut plus à cause de l’inadéquation des techniques culturales à un milieu mal compris et à des limites financières qu’à une retenue des aspirations coloniales de leurs promoteurs. Émile Zola (1878, p. 179-180) illustre parfaitement l’excitation coloniale suscitée par les Landes de Gascogne au milieu du xixe siècle lorsqu’il fait dire à Son Excellence Eugène Rougon, politicien manipulateur victime d’une disgrâce impériale, qu’il

« nourrissait un grand projet […] un vaste plan de vie nouvelle, un exil volontaire dans les Landes, le défrichement de plusieurs lieues carrées de terrain, la fondation d’une ville au milieu de la contrée conquise. Dans les Landes [ajoute-t-il,] son ambition grandissait ; il devenait le roi conquérant d’une nouvelle terre ; il avait un peuple. Il desséchait des marais, combattait avec des machines puissantes l’empierrement du sol, arrêtait la marche des dunes par des plantations de pins, dotait la France d’un coin de fertilité miraculeux. […] Rien de plus aisé que tout cela. ».

42Au sens ambivalent issu du 19è siècle, la colonisation « […] apparaît essentiellement comme la transformation d’une région attardée ou négligée dans le sens des intérêts humains » (Hardy, 1933, p. 203). Elle s’accompagne d’un discours dissymétrique qui assure la mise à distance entre la société colonisatrice et la société colonisée, quitte à dramatiser amplement la différence. L’écart entre ce qui est représenté par la société colonisatrice et la « réalité » de la société sur laquelle cette représentation a prise, favorise la dualité colonisé/colonisateur au profit de ce dernier. En ce sens, le discours sur les Landes de Gascogne ordonne cette dualité en apportant un ordre externe – dans lequel les populations colonisées sont définies par défaut des attributs valorisés par la société colonisatrice – et en imposant aux colonisés un cadre unique pour dire qui ils sont, les inscrivant ainsi intrinsèquement dans ce mouvement colonial. Ainsi, le discours colonial intègre l’imaginaire géographique dystopique à des idéologies territoriales assurant la reproduction de la société à des échelons supérieurs aux seules Landes de Gascogne. Si l’on considère, d’une part, l’imaginaire géographique des Landes de Gascogne et les idéologies territoriales qui les intégrèrent pour justifier d’une action, et, d’autre part, le résultat de cette action, à savoir le passage radical de la lande rase à la forêt de pins, il s’agit bien d’un processus de colonisation. Certes, celui-ci resta à l’intérieur des frontières nationales mais, en offrant, selon les auteurs, une page blanche ou une terre vierge, les Landes de Gascogne furent bien l’objet d’un processus de colonisation.

De la colonisation à la colonisation intérieure ?

43La mise en valeur des Landes de Gascogne peut être considérée comme une colonisation. Ajoutons qu’il s’agit d’une forme particulière de colonisation : une colonisation intérieure. Cette qualification peut être approfondie en fonction des deux niveaux de sens qui sont également pertinents dans les Landes de Gascogne.

Une colonisation intérieure continentale

44Il y a colonisation intérieure lorsqu’on découvre puis l’on met en valeur une contrée depuis un point connu vers une étendue de terre réputée inconnue. C’est dans le cas des colonisations européennes en Afrique ou en Amérique latine que l’on a utilisé ce terme. La colonisation est engagée depuis les côtes – et plus particulièrement des villes côtières – vers l’« intérieur » avec l’échelon continental, celui de terres émergées, comme référentiel.

45Cette dimension de la colonisation intérieure est remarquable dans les Landes de Gascogne si l’on considère l’extension de la forêt de pins. Celle-ci fut initialement entreprise pour fixer les dunes littorales. Le problème de la mobilité des dunes et la solution de leur fixation par la plantation de pins était ancien et bien connu des populations locales. C’est l’ingénieur des Ponts-et-Chaussées Nicolas Brémontier qui rationalisa le système pour permettre sa généralisation. Sous le Consulat, le Gouvernement soutient son projet de fixation des dunes par un arrêté qui permit d’instituer une Commission des Dunes pour diriger les ensemencements avec Brémontier à sa tête. En 1816, la commission avait seulement accompagné la plantation de 4 500 hectares ; aussi, la majeure partie des dunes restait à boiser et l’ensemble du projet s’essoufflait. En 1817, le vicomte Lainé, Ministre de l’intérieur originaire des Landes, édite une ordonnance qui allait relancer la mise en valeur des dunes. Dès lors, celle-ci était directement confiée à l’Administration des Ponts-et-Chaussées. Un demi-siècle plus tard, une forêt de 88 000 hectares, longue de 225 kilomètres et pouvant atteindre jusqu’à 7 kilomètres de large, couvrait les dunes littorales des Landes de Gascogne.

46Ce premier succès acquis, il restait à étendre le boisement à l’intérieur des terres. Contrairement à Brémontier, Jules Chambrelent – le principal initiateur du boisement – ne fut jamais professionnellement chargé de la mise en valeur. C’est à titre personnel qu’il s’y impliqua dans l’espoir d’attacher son nom à la régénération de ces terres incultes. En 1849, il achète un domaine et se livre à des expérimentations qui reprenaient largement les idées et les projets de ces prédécesseurs. Ce sera une réussite. Il participe à l’Exposition Universelle de Paris où il est particulièrement remarqué. Ses idées progressent, mais il faut attendre l’implication personnelle de Napoléon III, dans le domaine créé de toutes pièces de Solferino, pour que les travaux de Chambrelent inspirent la loi du 25 juin 1857 sur l’assainissement et la mise en culture des Landes de Gascogne. En une soixantaine d’année, le boisement s’est étendu de la côte vers l’intérieur des terres. Et la forêt s’étend sur plus d’un million d’hectares.

Figure 5 Forêt des Landes (La Teste de Buch), avec Pinus pinaster

Figure 5 Forêt des Landes (La Teste de Buch), avec Pinus pinaster

Source : http://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​7/​78/​ForetLandes.JPG , Laroussiney, Licence de documentation libre GNU

Une colonisation intérieure territoriale

47En complément de la colonisation intérieure continentale, on peut parler d’une colonisation intérieure territoriale. Dans ce cas, il s’agit d’un processus lié à la constitution de l’identité nationale par la construction du territoire de l’État-Nation. Le référentiel n’est plus celui des terres émergées mais celui du territoire national c’est-à-dire des terres appropriées par la collectivité nationale. Dans le cas français, ce territoire a d’abord été bâti sur ses limites, les frontières. Il est alors apparu au xixe siècle que de nombreuses portions de ce territoire n’étaient ni intégrées à l’économie nationale ni appropriées dans la communauté imaginaire instituant la Nation (Anderson, 1996). Il s’est alors engagé tout au long du xixe siècle un processus d’intégration des parties (le local) à la totalité territoriale nationale qui dans bien des cas pris, comme dans les Landes de Gascogne, les formes d’une colonisation intérieure. Dans un premier temps, les régions « à intégrer » sont stigmatisées puis disqualifiées sur leurs différences plus ou moins fantasmées par rapport à ce qui est considéré comme la norme nationale. Par un imaginaire géographique puissant, elles deviennent, comme nous l’avons vu pour les Landes, de véritables ailleurs. Elles sont comme extériorisés tant du point de vue du corps social (la figure du sauvage) que de la totalité territoriale (la figure du désert). Elles peuvent dès lors faire l’objet, à travers des idéologies territoriales, d’une réintégration par convergence forcée vers la norme dominante (tant du point de vue de l’appropriation du sol que de la forme de mise en culture).

Conclusion

48L’invention et la mise en valeur des Landes de Gascogne au xixsiècle repose sur la régionalisation d’un imaginaire géographique débridé et dystopique qui entra en résonance avec les idéologies territoriales de l’époque associées aux modalités d’appropriation du sol et à la formation du territoire national français. Grâce à la loi de 1857 sur l’assainissement et la mise en culture des Landes de Gascogne, la colonisation prit la forme d’une forêt de pin qui fut élevée sur les terres communales auparavant indivises. Ainsi, de 1857 à 1887, les deux tiers des terres communales du département des Landes et la moitié de celles du département de la Gironde sont mis aux enchères, à l’avantage des propriétaires terriens et des spéculateurs. À la fin du xixe siècle, l’intérêt des terres communales est finalement reconnu et le droit de propriété collective admis mais la forêt des Landes de Gascogne avait déjà commencé à prendre la forme que nous lui connaissons actuellement celle d’une « Cité des Pins […] élevée, recensée, régentée, embrigadée […] à la conquête du pays des sables » (Gracq, 1974, p. 29). Le recours aux concepts d’imaginaire géographique et d’idéologie territoriale permet de mettre en place une lecture « originale » par rapport à l’histoire régionale habituellement mobilisée à propos des Landes de Gascogne. À une approche factuelle et focalisée sur une seule échelle, nous substituons une démarche qui envisage le contexte de l’invention régionale comme consubstantiel au processus d’invention lui-même. À l’aune d’une telle lecture, il s’avère que ce que l’on considère habituellement comme une « mise en valeur » des Landes de Gascogne, avec toutes les dimensions d’apparente objectivité et de technicité de ces termes, a bien été une colonisation intérieure.

Haut de page

Bibliographie

Bory de Saint-Vincent J.-B., « Landes », In J.-B. Bory de Saint-Vincent (dir.), Dictionnaire classique d’histoire naturelle, Paris : Rey, 1826.

Chevallier, Défrichement des Landes, Bordeaux, Calamy, 1772.

Darrieux M., Tableau analytique des entreprises faites sur les Landes de Bordeaux, Bordeaux, Faye, 1849.

Desbiey G., « Mémoire sur la meilleure manière de tirer parti des landes de Bordeaux quant à la culture et à la population », In SHAAPB (éd.), Trois mémoires d’un précurseur landais, Arcachon, SHAAPB, 1991.

Grasset de Saint-Sauveur J., Voyage à Bordeaux et dans les Landes où sont décrits les moeurs, les usages et costumes du pays, Paris, Pigoreau, 1798.

Flamichon E., Théorie de la terre, Pau, Tonnet, 1816.

Haussez, Études administratives sur les Landes,Bordeaux, Gassiot, 1826.

Journu A., Rapport fait au directoire du district de Bordeaux de Bordeaux sur les moyens de mettre les Landes en valeur, Bordeaux, Levieux, 1790.

Lamoignon de Courson, Mémoire sur la généralité de Guyenne, Paris, s. e., 1715.

Lescarret J.-B., Le dernier pasteur landais. Bordeaux, Chaynes, 1858.

Malte-Brun V., La France illustrée, Paris, Rouff, 1881.

Métivier, De l’agriculture et du défrichement des Landes, Bordeaux, Lafargue, 1839.

Mortemart de Boisse, Voyage dans les Landes de Gascogne, Paris, Bouchard-Huzard, 1840.

Ribadieu H., Un voyage au Bassin d’Arcachon, Paris, Tardieu, 1859.

Saint-Amans J.-F. Boudon de, Voyage agricole, botanique et pittoresque dans une partie des Landes, de Lot-et-Garonne, et de celles de Bordeaux, Agen, Noubel, 1818.

Taine H., Voyage aux Pyrénées, Paris, Hachette, 1860.

Tastu A., Voyage en France, Tours, Mame, 1878.

Thore J., Promenade sur les côtes du Golfe de Gascogne, Bordeaux, Brossier, 1810.

Young A., Voyages en France pendant les années 1787-88-89-90, Paris, Buisson, 1793.

Yzarn de Freissinet, Coup d’œil sur les Landes et sur les compagnies formées pour leur exploitation, Paris, Huzard, 1837.

Zola É., Son Excellence Eugène Rougon, Paris, Charpentier, 1878.

Références bibliographiques

Agulhon M., Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence, Paris, Fayard, 1968.

Aldhuy J., « Imaginaire géographique, idéologie territoriale et production régionale : réflexions autour des Landes de Gascogne (18e-19e) », Hégoa, n° 24, 2004, p. 113-120.

Anderson B., L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996.

Barthélémy G., Fromentin et l’écriture du désert, Paris, L’Harmattan, 1997.

Bourdieu P., « Le Nord et le Midi : contribution à une analyse de l’effet Montesquieu », Annales de la recherche en sciences sociales, n° 35, 1980, p. 21-25.

Bourguet M.-N., « L’image des terres incultes : la lande, la friche, le marais », In A. Corvol (dir.), La nature en révolution, Paris, L’Harmattan, 1993.

Brunhes J. et Deffontaines P., Géographie politique et géographie du travail, Paris, Plon, 1920.

Certeau M. de, Julia D., Revel J. (dir.), Une politique de la langue, Paris, Gallimard, 1980.

Claval P., « L’aménagement et les théories pré-évolutionnistes du milieu », In V. Berdoulay et O. Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable, Paris, L’Harmattan, 2000.

Corbin A., Le territoire du vide,Paris, Aubier, 1988.

Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 1998.

Dupuy F., « Propriété privée et biens communaux dans les Landes : représentations et enjeux », Géographie et cultures, n° 12, 1994, p. 43-69.

Gilbert A., « L’idéologie spatiale : conceptualisation, mise en forme et portée pour la géographie », L’Espace géographique, n° 1, 1986, p. 57-66.

George P., Dictionnaire de géographie, Paris, PUF, 1993.

Gracq J., Lettrines 2, Paris, José Corti, 1974.

Gregory D., Geographical imaginations, Oxford, Blackwell, 1994.

Gregory D., « (Post)colonialism and the production of nature », In N. Castree et B. Braun (dir), Social nature, Oxford, Blackwell, 2001.

Hardy G., Géographie et colonisation, Paris, Gallimard, 1933.

Korinman M. et Ronai M., « Les idéologies territoriales », In F. Châtelet (dir.), Histoire des idéologies, Paris, Hachette, 1978.

Lacoste Y., Paysages politiques,Paris, LGF, 1990.

Lajugie J., Delfaud P. et Lacour C., Espace régional et aménagement du territoire, Paris, Dalloz, 1985.

Moles A., « Vers une psycho-géographie », In A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain (dir.) Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 1995.

Nougarède O., Discours sur la Grande Lande, Ivry-sur-Seine, INRA, 1995.

Ozouf M., L’école de la France, Paris, Gallimard, 1984.

Ozouf-Marignier M.-V., « Les géographes français et les mauvais pays », In V. Berdoulay et O. Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable, Paris, L’Harmattan, 2000.

Papy L., « Le « désert landais », Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 2, 1973, p. 129-149.

Phillips R., « Dystopian space in colonial representations and interventions: Sierra Leone as « the white man’s grave », Geografiska Annaler B, n° 3-4, 2002, p. 189-200.

Ribéreau-Gayon M.-D., Chasseurs de traditions,Paris, CTHS, 2001.

Said E., L’orientalisme, Paris, Seuil, 1978.

Sargos J., Histoire de la forêt landaise, Bordeaux, L’Horizon chimérique, 1997.

Staszak J.-F., La géographie d’avant la géographie, Paris, L’Harmattan, 1995.

Traimond B., « Mythologie de l’aménagement des Landes », In C. Reynaut (dir.), Milieu naturel, techniques, rapports sociaux. Paris : CNRS, 1982.

Traimond B., « Le voyage dans les Landes de Gascogne ou la traversée du Sahara français », Études rurales, n° 103-104, 1986, p. 221-234.

Vivier N., Propriété collective et identité communale, Paris, Sorbonne, 1998.

Weber E., La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

Haut de page

Notes

1 Sur la société agro-pastorale traditionnelle, voir Papy, 1973.

2  Né en 1738, il est initialement professeur de mathématiques puis il entre ensuite à l’École des Ponts et Chaussées. D’abord sous-ingénieur à Périgueux, il devient ingénieur à Bordeaux de 1770 à 1780. Il quitte ensuite la ville pour revenir, en 1784, en tant qu’ingénieur en chef. Promu inspecteur général en 1802, il s’installe à Paris ou il décède en 1809.

3  Né en 1817, polytechnicien, il intègre l’École des Ponts et Chaussées en 1836. Ingénieur à Langon en 1841, il est nommé à Bordeaux en 1842. Il deviendra ingénieur en chef en 1865. Il fut membre de l’Académie des Sciences et de la Société Nationale d’Agriculture.

4 Seuls quelques propriétaires terriens landais laissèrent des écrits de défense ou de justification de leurs intérêts économiques. Les autres catégories sociales, caractérisées par un très important taux d’analphabétisme, n’écrirent pas. Il faut attendre la publication du Dernier pasteur des Landes en 1858 par Jean-Baptiste Lescarret (1819-1898), home de loi local, pour avoir un témoignage des conséquences de l’afforestation et une défense de la société locale.

5  Pinèdes.

6  Guillaume Desbiey (1725-1785) et Louis-Mathieu Desbiey (1734-1817), tous deux natifs des Landes, sont les premiers à expérimenter, dès 1776, la fixation des dunes littorales par des plantations de pins.

7 Amable Tastu, née Sabine Casimire Amable Voïart (1798-1885) est une écrivaine et poétesse française très connue au xixe siècle.

8  Peuple vivant dans la partie méridionale du Sud-Ouest africain.

9  Charles Lemercier de Longpré, baron d’Haussez (1778-1854) est un homme politique français qui fut un des plus fervent défenseur de l’aliénation des terres communales.

10  C’est le territoire « flambant neuf » proposé par la Révolution française. Il est considéré comme un dépassement des terroirs locaux, des liens féodaux et monarchiques. Le territoire est la volonté d’« appropriation collective et unitaire, soumise aux autorités centrales, garantissant l’unité, l’égalité et fondant la nation des révolutionnaires »(Korinman, Ronai, 1978, p. 299). Reste que ce territoire institué à l’intérieur de frontières et non intégralement approprié initialement ne constitue pas encore pleinement un territoire national.

11  Le territoire promis correspond à l’exemple de la formation des États-Unis d’Amérique et fait écho au thème de la frontière, au sens de frontier. Dans une logique où pour « se penser politiquement, les colons se pensent territorialement » (Korinman, Ronai, 1978, p. 242), le territoire promis est fondé sur une conquête par occupation progressive d’étendues réputées vierges.

12  L’exemple type de territoire vital est celui de l’avènement de l’Allemagne, de l’unification au national-socialisme. Dans cette configuration, c’est plus l’État que la Nation qui développe son assise territoriale dans la transmission dans l’espace d’une puissance dont l’accroissement s’accompagne forcément de l’extension du territoire.

13  Le pouvoir est alors détenu par le roi Charles X.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les Landes de Gascogne
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6351/img-1.png
Fichier image/png, 831k
Titre Figure 2 Bergers des Landes
Crédits Source : http://trainlandes.free.fr/​images/​bergers.jp
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6351/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 Moutons sur les terres communales
Crédits Source : http://mediaforest.net/​documents/​image/​landesanspinsMF2.jpg
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6351/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4 Le gemmage des pins
Crédits Source : http://www.cartepostale-ancienne.fr/​images/​grandes/​2380.jpg
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6351/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5 Forêt des Landes (La Teste de Buch), avec Pinus pinaster
Crédits Source : http://upload.wikimedia.org/​wikipedia/​commons/​7/​78/​ForetLandes.JPG , Laroussiney, Licence de documentation libre GNU
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6351/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Aldhuy, « La transformation des Landes de Gascogne (xviiie-xixe), de la mise en valeur comme colonisation intérieure ? », Confins [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://confins.revues.org/6351 ; DOI : 10.4000/confins.6351

Haut de page

Auteur

Julien Aldhuy

Chercheur associé, UMR 5194 du CNRS Politiques publiques, action politique, territoires (PACTE), Grenoblejulien.aldhuy@iep-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org