Navigation – Plan du site

Les scénarios de localisation des capitales, révélateurs des conceptions de l’unité nationale

Os cenários para a localização de capitais, um revelador das concepções da unidade nacional
Conceptions of national unity through the choice of a capital
Géraldine Djament-Tran

Résumés

L’étude comparée de la localisation des capitales nationales constitue à la fois un problème d’analyse spatiale et un enjeu géopolitique, dans la mesure où les scénarios récurrents de localisation révèlent les conceptions de l’unité nationale des acteurs politiques. Plusieurs scénarios de localisation sont identifiés et représentés graphiquement dans cet article qui se fonde sur la confrontation de plusieurs débats, notamment les débats italien de la seconde moitié du xixe siècle et allemand de 1991 : les scénarios de la capitale au centre, de la capitale frontalière, de la capitale historique, de la capitale de mission et de la capitale charnière. Ils sont susceptibles de s’appliquer ou de se combiner pour expliquer la localisation actuelle des capitales.

Dans un second temps sont examinées les relations entre territoire et politique que manifeste la localisation de la capitale. Le choix d’une capitale forte ou faible, d’une ville nouvelle ou d’une ville ancienne, d’une grande ou d’une petite ville, d’une capitale unique ou partagée se révèle indissociable du débat entre centralisme et fédéralisme et soulève in fine la question du déterminisme géographique. L’article plaide conclusivement pour une étude systématique des rapports entre capitale et construction nationale.

Haut de page

Texte intégral

1Dès le xviie siècle, Alexandre le Maître écrivait dans La Métropolitée : « l’union par la ville Capitale fait l’assemblage d’un grand peuple » (1682, p. 65). À trois siècles d’écart, le géographe A.-L. Sanguin lui fait écho : “ la fonction première d’une capitale nationale est d’unifier l’État » (1978, p. 284). Conscients de cet enjeu, les acteurs politiques ont tenté de localiser les capitales en fonction d’une relation escomptée au territoire national. La capitale constitue en effet un élément théoriquement unificateur du système spatial que forme le territoire national.

Le territoire national comme système géographique

Le territoire national comme système géographique
  • 1  Comme le théorise le député italien G. Ferrari : « il diritto di scegliere la capitale si esercita (...)
  • 2  « il ne s’agit pas aujourd’hui d’un concours entre deux villes. Il s’agit beaucoup plus (...) d’un (...)

2Les moments de choix de localisation des capitales correspondent en effet à des périodes de (re)définition de l’unité nationale : unification du territoire, amputation ou gain territorial d’envergure, révolution1 ou du moins tournant politique - les deux dernières grandes vagues ayant correspondu à la décolonisation (Marguerat, 1991) et à la décomposition du bloc de l’Est - , politique d’aménagement du territoire. C’est pourquoi les choix de (re)localisation des capitales nationales sont non seulement l’occasion d’une compétition entre villes, mais surtout d’un débat sur l’unité nationale. La rivalité pour le siège du gouvernement et la rente de situation qui en est escomptée peut certes se révéler porteuse de tensions, d’autant que les “ capitales perdues » (de Seta, 1985) connaissent une crise typique. Les émeutes de Piazza San Carlo survenues à Turin en 1864 à l’annonce du départ de la capitale à Florence l’illustrent emblématiquement. Cependant, les acteurs du débat allemand de 1991 répètent que l’essentiel ne réside pas dans la comparaison urbaine, comme le signale Wolfgang Thierse du SPD, second orateur à s’exprimer : “es geht heute nicht um einen Wettstreit zwischen zwei Städten. Es geht vielmehr (...) um einen entscheidenden Schritt bei der Vollendung der Einheit Deutschlands.”2(Herles, 1991, p. 10). Le choix en faveur de Bonn et de Berlin se révèle surdéterminé par la question des relations entre l’ouest et l’est de l’Allemagne : les villes font souvent figure dans les débats de localisation des capitales de synecdoques territoriales (Debarbieux, 1995)

  • 3  Les Italiens se réfèrent dans la seconde moitié du xixe siècle aux choix de Madrid, Washington ou (...)

3La démarche modélisatrice ici adoptée tente de dégager les conceptions de l’unité nationale qui se manifestent à l’occasion des choix de localisation des capitales. La comparaison entre les différents choix de localisation des capitales qui surviennent en des lieux et à des époques très variables, depuis le xvie siècle qui voit se stabiliser avec l’État moderne le siège du pouvoir jusqu’à nos jours, se trouve justifiée à la fois par les références qu’invoquent les protagonistes des débats3 à l’appui de leurs choix – qui témoignent d’une circulation internationale des modèles – et par une entreprise de généralisation typique de l’analyse spatiale. Cette dernière se trouve d’ailleurs esquissée par certains acteurs eux-mêmes, qui s’interrogent en général sur les critères pertinents de localisation, voire qui proposent des scénarios de localisation. Un scénario de localisation désigne une logique de localisation récurrente (Grataloup, 1996), qui associe un type de localisation de la capitale et une justification de cette localisation par son impact escompté sur le territoire national.

Quelques logiques récurrentes de localisation des capitales

Le scénario de la capitale au centre

4Le modèle le plus simple et sans doute le plus ancien peut être qualifié de scénario de la capitale au centre. L’unité nationale s’y voit au moins implicitement conçue sur le modèle de l’analyse spatiale : l’unité est liée à une desserte optimale du territoire. Dans l’hypothèse d’un espace isotrope, la capitale doit se situer au centre du pays (idéalement représenté comme un cercle, figure géométrique de la tombée de la distance), afin de minimiser la distance aux différents points à desservir. Ce modèle, fondé sur les exigences de centralité et d’accessibilité, représente une variante de la théorie des places centrales : la capitale fournit des biens centraux politico-administratifs.

Le modèle de la capitale au centre

Le modèle de la capitale au centre

5Ce scénario a connu des applications précoces et récurrentes. En 1561, Philippe II choisit Madrid au centre de la péninsule ibérique comme capitale. À une échelle infra-nationale, le choix des chefs-lieux des nouveaux départements français en 1790 est en parti régi par la quête de la centralité géométrique. Cet idéal se fonde non seulement sur l’exigence d’accessibilité en une journée, mais aussi sur un quadrillage de l’espace initialement pensé selon une table rase géométrique (Ozouf-Marignier, 1980).

  • 4  « Il importe que les fortifications de la cité maîtresse, placée au centre de l’État, première sou (...)

6Les théorisations accompagnent la pratique. Dans son Discorso intorno allo Stato della Chiesa, Botero évoque la capitale au centre : “ Imperoche la fortificatione della città maestra, posta nel centro dello stato, prima sgomenta, spoglia d’ardimento tutto il rimanente del paese »4 (1607, p. 184). Au xviie siècle, Alexandre Le Maître, protestant français exilé, ancien ingénieur général de l’électeur de Brandebourg, justifie par une analogie le scénario : « Ce que le centre est à la circonférence du Cercle, la Capitale l’est envers l’État » (1682/1930, p. 7). Son utopie théorise le rapport de la souveraineté au territoire, cherchant à « brancher l’efficacité politique de la souveraineté sur une distribution spatiale » voire, à l’époque du mercantilisme, à « superposer l’État de souveraineté, l’État territorial et l’État commercial » (Foucault, 2004, p. 16). Le Maître place au premier rang des « commodités requises à la subsistance de cette société » « la situation, qui doit être à peu près au centre de la Province ». Au XIXe siècle, des métaphores organicistes sont invoquées à l’appui du modèle. Carlo Casati (1861, p. 6) écrit ainsi : « Une capitale est le cœur de l’État où se concentre la vie d’une nation, et là d’où part toute sa force, là où elle doit revenir comme le sang revient au cœur dans le corps humain pour se vivifier ». Cependant, Casati ayant constaté l’inadéquation de son modèle de capitale au centre à de nombreux cas réels, poursuit son raisonnement à d’autres échelles, spatiales et temporelles.

Le scénario de la capitale frontalière (capitale de contact ou de défense)

7À partir des exemples de Londres et de Copenhague, il montre qu’à l’échelle supra-nationale, la capitale optimale se situe en périphérie du territoire national, à l’endroit le plus propice aux échanges. Ce scénario de la capitale de contact se retrouve dans le cas emblématique de Saint-Pétersbourg, fondée par Pierre le Grand pour ouvrir « une fenêtre sur l’Europe », selon la célèbre formule du comte Algarotti en 1739 (Berelowitch, Medvedkova, 1996). Le choix allemand de 1991 en faveur de Berlin découle lui aussi en partie d’un raisonnement à l’échelle européenne, qui voit dans l’ancienne capitale de la Prusse qui se trouve aujourd’hui à environ 120 kilomètres de la frontière germano-polonaise une future plaque-tournante des relations entre l’est et l’ouest du continent.

8Ce scénario d’extraversion, que l’on retrouve dans de nombreuses capitales coloniales, relève d’un modèle d’analyse spatiale plus général : le « principe de Sapporo », qui tire son nom de la ville située au sud de l’île septentrionale du Japon pour entrer en relation avec l’île principale (Grataloup, 1994 et 1996 d’après Brunet, 1980). Appliqué à la capitale, il fonde l’unité nationale sur les relations entre la nation et ses voisins.

9Le modèle de la capitale de défense constitue une variante de ce scénario de décentrement des chefs-lieux. Les préoccupations militaires se manifestent fréquemment lors des choix de capitales. Pour résister à la pression militaire des Goths et des Perses, l’Empire romain abandonne sa capitale historique pour l’Orient en 330. Cette logique générale, qualifiée de « principe de Constantinople » (Grataloup, 1994 et 1996), préside également au choix de Pékin en 1264 : Khubilai Khan quitte la capitale mongole de Karakorum pour contrôler la Chine récemment conquise (ibid.). Elle intervient également dans le débat italien du xixe siècle. Ainsi le sénateur San Martino, opposé au transfert de la capitale italienne à Florence en 1864, considère-t-il que la capitale ne doit pas s’éloigner des frontières avant l’achèvement de l’unification.

10Ce scénario de la capitale frontalière qui assure le lien entre son pays et l’extérieur a été précocément conceptualisé par le géographe américain Spate (1942) sous le nom de « forward capital ». Il reprend ainsi une notion de Forward (military) Capital proposée par l’anglais Vaughan Cornish (1923) pour désigner la situation typique près de la frontière la plus active.

Le scénario de la capitale frontalière

Le scénario de la capitale frontalière

Le scénario de la capitale historique

11À rebours de ces logiques spatiales, une logique territoriale se manifeste lorsque l’on change, comme y incite Casati, d’échelle temporelle. Le scénario de la capitale historique ne se préoccupe plus des situations relatives dans l’espace, mais prend sens par rapport au temps long de construction d’une identité nationale. Cette dernière se trouve d’ailleurs dans la majorité des cas construite au moins en partie a posteriori pour les besoins de l’unification territoriale, comme l’illustre de façon emblématique le cas italien. Le Risorgimento reconstruit en effet sur un mode téléologique l’histoire de Rome comme matrice de la nation italienne. L’idéologie qui associe la romanité de l’Italie et l’italianité de Rome et privilégie les déterminants « historiques, intellectuels, moraux » dans le choix de la capitale est promue par Mazzini et récupérée par Cavour, afin de rattacher la jeune nation italienne à l’antécédent glorieux de l’Empire romain et de masquer le fort polycentrisme italien, obstacle au choix de la capitale voire obstacle à l’unification elle-même.

12La recherche d’une capitale historique se manifeste également au cœur du débat allemand de 1991 marqué par une confrontation de deux lieux de mémoire (François, Schulze, 2001 et 2007). Tandis que les partisans de Bonn voient dans la capitale de la RFA le garant de l’avenir de l’Allemagne réunifiée, les partisans de Berlin souhaitent rompre avec l’histoire de la RFA et renouer avec l’histoire d’une Allemagne unie pour tracer l’avenir d’une Allemagne considérée comme un nouveau pays.

13Le scénario de la capitale historique pose le problème de l’unité nationale en termes de représentations : le partage d’une histoire valorisante se trouve érigé en garant de l’union, conçue prioritairement comme partage d’une identité. Il s’agit de souder la nation autour de l’incarnation de l’histoire nationale. Cette logique de localisation a déjà été généralisée par O. H. Spate (1942) sous le nom d’« head link capital », capitale qui unit le pays à son histoire. On peut en distinguer une variante continuiste et une variante discontinuiste. Le cas romain correspond au premier cas : la « Ville Éternelle » a conservé une centralité notable après la chute de l’Empire qui portait son nom, grâce au scénario de transformation d’une capitale politique en capitale religieuse (Gottmann, 1985) et grâce à une technique de récupération de l’héritage antique qualifiée de « méthode comprimante » (Djament, 2009). En revanche, le choix quasi contemporain d’Athènes qui accueille la monarchie bavaroise (Othon, fils du roi de Bavière, devient roi de Grèce en 1832) lors de l’indépendance grecque, promeut du fait des souvenirs de sa grandeur antique une ville qui n’est plus qu’un bourg.

Le scénario de la capitale de mission

14Des préoccupations territoriales président également au scénario de la « capitale de mission ». Ce scénario volontariste cherche à régler le problème de fortes disparités territoriales. Contrairement au scénario de la capitale au centre, il part non plus de l’hypothèse d’un espace isotrope théorique, mais des inégalités effectives au sein d’une même nation. Le cas italien nous fournit un exemple où est envisagé le choix d’une capitale de mission. L’unification s’accompagne en effet de la cristallisation de la « question méridionale ». Le dualisme entre Nord et Sud de la péninsule s’esquisse dès l’Antiquité (Dauphiné, 1999), s’inverse au Moyen Age à l’avantage du Nord, à nouveau favorisé par un modèle centre/périphérie à l’échelle européenne lors de la révolution industrielle. Cependant, c’est le double choc politique et économique de l’Unité qui érige cette différence en véritable problème national, comme en témoigne l’émergence consécutive d’une littérature méridionaliste. L’unification s’effectue en effet sous la conduite du royaume septentrional du Piémont Sardaigne, qui se heurte dans l’ancien royaume de Naples à une guérilla bourbonienne qui confine à la guerre civile. En outre, l’unification du marché intérieur italien et la suppression des barrières douanières internes entraînent l’effondrement du tissu artisanal et proto-industriel du Mezzogiorno. Ce dualisme fait peser une lourde hypothèque sur l’Unité italienne. Des voix s’élèvent donc, notamment du Sud, pour prôner l’adoption de Naples, première ville italienne de l’époque sur le plan démographique, pour capitale.

  • 5  « je nous souhaite que le Parlement et le gouvernement se rapprochent des problèmes en Allemagne »
  • 6  « Que reste-t-il à l’Allemagne de l’Est ? Le territoire des problèmes ? Le cas social ? Non, ici d (...)

15De même, l’opposition entre l’Ouest de l’Allemagne et un Est en transition confronté aux problèmes de reconversion économique et de chômage surdétermine le débat allemand de 1991. Le député PDS/Linke Liste Dagmar Enkelmann déclare : „ich wünsche uns, dass Parlament und Regierung näher an die Probleme in Deutschland herankommen.“5 (Herles, op. cit., p. 119). Le député SPD Wolfgang Thierse polémique également : „ Was bleibt für den Osten Deutschlands ? Das Problemgebiet ? Der Sozialfall ? Nein, hier muss eine politisch bewusste Entscheidung für ein Zentrum östlich der Elbe gegensteuern.“6(ibid., p. 13).

Le scénario de la capitale de mission

Le scénario de la capitale de mission

Le scénario de la capitale charnière

  • 7  « L’Allemagne réunifiée (...) doit former un pont entre l’est et l’ouest ».
  • 8  Comme le souligne le député FDP Wolfgang Mischnick, « Berlin (...) sollte für Deutschland die Brüc (...)

16Cependant, le choix final en faveur de Berlin, seule ville partagée durant la guerre froide et donc miroir de la nation tout entière, relève plutôt d’une autre logique, le scénario de la « capitale charnière », évoqué par les Allemands à travers la métaphore du pont. Le député SPD Eckart Kuhlwein considère que „Das vereinigte Deutschland (...) muss eine Brücke zwischen Westen und Osten bilden.“7(ibid. ; p. 191), ce pont étant valable à la fois à l’échelle nationale et à l’échelle européenne8.

17Ce scénario de compromis, variante du modèle de la capitale au centre en espace non isotrope, fonde l’unité nationale sur la jonction des différents territoires composant la nation. Une telle logique de localisation est attestée dès la haute Antiquité. Lorsqu’en 3000 avant JC le roi Menès unifie l’Egypte, il fonde une capitale à la jonction entre Haute et Basse-Egypte : Memphis, pour éviter les conflits entre les grandes villes du nord et du sud, Tanis et Thèbes (Grataloup, op. cit.). On retrouve ce scénario beaucoup plus récemment. L’Italie désigne Rome comme capitale charnière, ni trop au Nord ni trop au Sud, c’est-à-dire ni trop près ni trop loin du foyer politique et économique du pays, situé à la terminaison de la dorsale européenne.

Le scénario de la capitale charnière

Le scénario de la capitale charnière

Les relations entre les scénarios de localisation des capitales

18Les quelques scénarios identifiés, sans prétention exhaustive, représentent des alternatives théoriques pour les choix de localisation des capitales nationales. Les pays issus de la décolonisation doivent ainsi choisir entre une capitale de contact fréquemment héritée et une capitale au centre.

19L’application de ces scénarios est en outre compliquée par leur revendication par différentes villes. En Italie, si Rome s’impose finalement comme capitale charnière, Florence a également revendiqué ce statut, et l’a effectivement occupé de 1865 à 1871. En Allemagne, nous avons vu que Bonn et Berlin se disputaient le rôle de capitale historique.

20Notons également que les argumentations en faveur d’un scénario pouvaient dissimuler l’application d’un autre scénario. Ainsi, de nombreux hommes politiques italiens défendent Rome comme capitale au centre, alors même que les considérations géométriques importent peu au regard de la recherche d’une charnière entre Nord et Sud. Il s’agit de dissimuler la « piémontisation » du pays, trop visible à Turin, première capitale de l’Italie unifiée de 1861 à 1865, tout en préservant les intérêts des hommes d’affaire piémontais.

21Enfin, plusieurs scénarios se combinent fréquemment dans les choix réels de capitales. Si nous poursuivons l’analyse du cas italien, Rome se révèle cumuler les statuts de capitale au centre, capitale charnière et capitale historique. Elle répond en cela au diagnostic territorial réalisé par la classe politique, qui perçoit les menaces que fait peser dualisme et polycentrisme sur le jeune territoire. La « Ville Éternelle » se voit également désignée comme capitale « faible » voire « neutre » dans un pays en proie à de fortes tensions centrifuges.

22Les rapports entre territoire et politique en question

23La question du choix de localisation de la capitale, par-delà son statut d’exemple de problème d’analyse spatiale – où localiser une capitale et pourquoi là ? – nous renseigne ainsi sur les rapports entre territoire et politique.

Capitale faible ou capitale forte ?

24Les scénarios précédemment esquissés nous mettent sur la voie de deux méta-scénarios fondamentaux : le scénario de la capitale forte et celui de la capitale « faible ». La logique de la capitale forte considère que centralité urbaine et pouvoir politique se renforcent mutuellement. Au contraire, la logique de la capitale faible considère la concurrence entre pouvoir urbain et pouvoir politique comme une menace pour l’unité nationale, et recherche dans l’espace urbain une pure et simple projection du pouvoir. Cette logique consiste à éviter – au sens de l’évitement théorisé par F. Damette et J. Scheibling (1995) – les villes centrales pour capitale. L’évitement peut découler de la volonté de ne pas choisir entre deux villes. C’est la logique du choix de Madrid en 1561 par Philippe II, bourg central préféré à Tolède et à Valladolid, ou de la fondation en 1913 de Canberra, inaugurée en 1927 à mi-chemin entre Sidney et Melbourne sur les plans de l’architecte américain Walter Burley Griffin, dans une Australie bicéphale. On peut parler d’un scénario de compromis urbain.

Un exemple de capitale faible : la capitale de compromis

Un exemple de capitale faible : la capitale de compromis
  • 9  « le capitali sono di varia natura : le une regnano a causa della loro forza, della loro preponder (...)

25L’évitement peut plus fondamentalement provenir de cette méfiance envers les grandes villes qui avait motivé, après la Fronde, l’installation de la cour de France à Versailles, dont on trouve trace dès le débat français sur la départementalisation (Ozouf-Marignier, 1980). L’idéologie anti-urbaine se manifeste également dans le débat italien, par le biais d’une référence interspatiale biblique. Le député Ferrari expose en 1864 : « Mille fois fut répété que nous ne voulons pas une Paris italienne, nous ne voulons pas une Rome italienne ; personne n’a jamais imaginé fonder une nouvelle Babylone sur le Tibre, personne n’en a rêvé ». Cependant, le même orateur ironise sur cette logique de capitale « neutre » - « Pour sûr, Rome ne menace aucune capitale italienne : ni Naples, quatre fois plus grande, ni Turin, deux fois plus grande, ni Milan également deux fois plus grande ; ni aucune autre ville. Toutes s’inclinent avec humilité et, dirais-je également, avec hypocrisie devant Rome » – qu’il théorise sur un mode polémique : « Les capitales sont de différente nature : les unes règnent à cause de leur force, de leur prépondérance ; les autres, au contraire, tirent leur raison d’être de leur propre faiblesse »9.

26Le scénario de capitale « faible » cache en général une crainte politique et sociale, comme en témoigne cette citation explicite de Quintino Sella, Ministre italien des Finances de droite entre 1862 et 1873 :

  • 10  « J’ai toujours désiré que se trouve à Rome la classe dirigeante, la classe intellectuelle, mais j (...)

“ io ho sempre desiderato che sia in Roma la parte direttiva, la parte intellettuale, ma non ho mai desiderato che vi siamo grandi agglomerazioni di operai. In una soverchia agglomerazione di operai in Roma io vedrei un vero inconveniente, perché credo che qui sia il luogo dove si debbano trattare molte questioni che vogliono essere discusse intellettualmente, che richiedono l’opera di tutte le forze intellettuami del paese, ma non sarebbero opportuni gli impeti popolari di grandi masse di operai. Crederei pericoloso o almeno non conveniente un’organisazione di questa natura. Bene io penso che debbasi spingere la produzione e il lavoro, sotto tutto le forme, nelle altre parti del regno »10.

27L’hésitation entre l’optimum de la capitale faible et l’optimum de la capitale forte se manifeste dans le débat départemental français comme dans le débat italien des capitales, au cours desquels le poids démographique et la présence de fonctions centrales sont perçus tantôt comme des avantages et tantôt comme des inconvénients pour abriter le pouvoir politico-administratif. Les orateurs italiens hésitent à présenter Paris comme un modèle ou un anti-modèle. La centralisation parisienne souhaitée par les uns est décriée par les autres. Ainsi le député D’Ondes-Reggio, partisan de Florence capitale, rejette Naples en 1864, peuplée de 600 000 habitants, troisième ville d’Europe, au nom du refus du modèle parisien. De même, les partisans du maintien de la capitale à Bonn après la réunification voient dans cette capitale peu centrale, choisie après 1949 de préférence à Francfort comme capitale neutre et provisoire, le garant du polycentrisme et du fédéralisme allemands. A contrario, les partisans de Berlin se fondent sur les souvenirs de la Weltstadt de l’entre-deux-guerres pour espérer une meilleure insertion de l’Allemagne dans la mondialisation.

Capitale choisie ou capitale fondée ?

28Le primat de la logique de capitale faible et la recherche d’une capitale projection du pouvoir politique se manifestent enfin dans les fondations ex nihilo. Le choix américain de Washington, ville neuve dont le projet est lancé en 1791 et district directement placé sous l’autorité de l’État fédéral, l’illustre.

De même, des acteurs mineurs du débat italien se sont prononcés en faveur de la construction d’une ville nouvelle, fonctionnellement adaptée et réglant les conflits urbains par sa neutralité absolue. C’est ainsi que le projet de “ nuova Roma » élaboré par Biagio Caranti en 1862 prévoit, pour éviter toute jalousie municipale, l’édification de la capitale par toutes les grandes villes italiennes, chacune se voyant attribué un quartier. Dans la même logique, l’ingénieur Napoleone Tettamanzi propose en 1863 de construire une ville au-dessus des autres, dont le plan serait régi par la géométrie, la séparation des fonctions et le symbolisme. Autour d’une place centrale abritant le Palais Royal, 28 places porteraient les noms des principales villes.

Le projet de ville nouvelle capitale de l’Italie de N. Tettamanzi (1863)

Le projet de ville nouvelle capitale de l’Italie de N. Tettamanzi (1863)

(dessin d’après l’original conservé à la Biblioteca della Camera dei Deputati)

29La tendance à faire d’une capitale construite ex nihilo le miroir de la nation se retrouve dans le projet conçu par Antonio Frigieri en vue du premier concours pour la construction du monument à Victor-Emmanuel II (1879) et significativement intitulé “ La Vittorio Emanuele cuore d’Italia ». Centrée sur une statue géante de Victor-Emmanuel II, dont elle porterait le nom sur le modèle de Washington, la ville administrative construite au contact du centre historique de Rome serait organisée selon un plan géométrique. Les noms des rues (via delle Alpi, via Firenze…) rappelleraient selon un système de quadrillage et en fonction des points cardinaux la géographie physique et urbaine de l’Italie.

30Plus récemment, les politiques d’aménagement du territoire, dont l’existence même postule l’impact de la configuration territoriale sur la vie sociale, ont cherché, suivant une double logique spatiale et territoriale, à rapprocher la capitale du centre géométrique et à rééquilibrer les territoires nationaux. Par exemple, les militaires brésiliens qui désertent Rio de Janeiro pour Brasilia en 1960 veulent limiter une extraversion héritée et stimuler le front pionnier amazonien. Il s’agit d’une triple logique de capitale neutre, au centre et de mission. Comme dans les projets italiens, il convient de “ relier les considérations géopolitiques du transfert de la capitale au caractère de l’architecture interne de la ville » (Vidal, 2002, p. 15), centrée symboliquement sur la place des Trois Pouvoirs.

Brasília, l’esplanade des Trois Pouvoirs, les ministères et la Cathédrale

Brasília, l’esplanade des Trois Pouvoirs, les ministères et la Cathédrale

31Au Nigéria, une commission d’experts, comprenant les grands géographes du pays, décide en 1976 de quitter la mégapole de Lagos, capitale encombrante et exclusivement yoruba, et de construire au centre du pays une ville nouvelle dans un territoire fédéral de 8000 km2 afin d’unir les différentes ethnies (Marguerat, 1991). Ainsi a vu le jour Abuja, sur les plans de l’architecte japonais Kenzo Tange.

Capitale unique ou capitale partagée ?

32L’alternative entre les scénarios de capitale forte et de capitale « faible » recoupe donc différentes questions : le choix d’une ville préexistante ou d’une ville créée pour l’occasion, le choix d’une petite ou d’une grande ville (au double sens démographique et fonctionnel des adjectifs). Sur le plan géopolitique, la conception de la capitale optimale comme ville neutre, fondée sur le principe de disjonction des fonctions centrales conduit parfois à partager les fonctions de capitale elles-mêmes. A.-L. Sanguin (1978) propose de parler de capitale divisée. Le cas des Pays-Bas, dont la capitale est Amsterdam mais dont le siège du gouvernement se trouve à La Haye, l’illustre. Le débat allemand de 1991 présente quant à lui plusieurs motions parlementaires favorables au partage des instances dirigeantes de la République (Herles, op. cit.). La solution adoptée, quoique moins radicale, s’accompagne d’un partage des ministères, dont la moitié reste à Bonn.

33A l’échelle de l’Union européenne, les fonctions de capitale sont partagées entre Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg. Rappelons toutefois que l’urbaniste américain J. Marshall Miller proposait dans Lake Europa, A New Capital for a United Europ (1963) la création d’une ville nouvelle à proximité de la jonction des territoires luxembourgeois, français et allemand. Le site retenu se situait au nord-est de Sierck-les-Bains, en Moselle, dans une zone rurale entourée de forêts. Un district de 200 km2 aurait été partagé entre secteurs urbanisés et espaces verts. Son cœur aurait été un lac de barrage, autour duquel auraient été construits les édifices institutionnels et culturels européens. Ce projet s’inspirait à la fois d’Aix-la-Chapelle pour sa localisation en « triplex » et de Brasilia ou Canberra pour la construction d’une ville nouvelle autour d’un lac artificiel (A. Sanguin ; ibid.). Mais il était sans doute beaucoup plus adapté aux États-Unis qu’à l’Europe, caractérisée par le poids des traditions historiques et des rivalités urbaines…

Fédéralisme ou centralisme ?

  • 11  « Berlin est déjà actuellement une ville exceptionnelle. Si les prises de décision et le cérémonie (...)

34Le scénario de la capitale forte ou faible interfère également avec la question du fédéralisme et du centralisme, sous-jacente dans de nombreux débats de localisation. Aux États-Unis, les capitales d’État sont en général seulement des capitales politiques. En Allemagne, le retour à Berlin, première métropole du pays, au détriment de Bonn, située au-delà des 180 premières villes européennes (Rozenblat, Cicille, 2003), se voit dénoncé au nom du fédéralisme. Le député SPD Peter Glotz résume l’opinion de nombreux de ses collègues : „Berlin ist schon jetzt eine wunderbare Stadt. Wenn auch noch die Entscheidungen und das Zeremoniell der Demokratie von Berlin ausgehen, dann wird die Bedeutung der Landeshaupstädte heruntergedrückt. Das darf kein Föderalist riskieren; das darf kein Föderalist wollen.“11(Herles, op. cit., p. 51). Cependant, cet argument est battu en brèche par les partisans de Berlin, qui soulignent la solidité et la constitutionnalité du fédéralisme allemand.

  • 12  « à réduire au statut de chef-lieu de sa région ».

35On ne saurait donc toujours identifier choix d’une capitale faible et fédéralisme. L’Italie unifiée adopte après des hésitations ainsi un modèle centralisé à la française mais une capitale faible, dans un contexte urbain qui évolue rapidement vers la bicéphalie. Le député Ferrari, ami de Proudhon, farouche adversaire de l’unité qu’il assimile à une dénationalisation et partisan d’une confédération, insiste quant à lui dans les Lettere politiche (1869) sur le fait qu’il est plus opportun de donner une structure fédérale à l’Italie que de poursuivre le débat sur Rome, « da ridursi al capoluogo della rispettiva regione »12.

La question du déterminisme géographique

  • 13  « prouvent qu’une concentration de pouvoir à Berlin, loin de stimuler le développement dans les ci (...)

36Plus fondamentalement encore, le thème de la localisation de la capitale soulève la question du déterminisme géographique. Il pose la question des effets de la localisation de la capitale et surtout du type de capitale désignée sur l’évolution du pays, et par là la question des relations entre le réseau urbain, le territoire national et l’État. Une capitale forte dynamise-t-elle ou inhibe-t-elle le développement national, conformément à la logique de « Paris et le désert français » (Gravier, 1947) ? La deuxième option est défendue en Allemagne par la députée SPD de Cologne Anke Fuchs, selon laquelle les expertises en aménagement “ beweisen, dass eine Machtkonzentration in Berlin die Entwicklung in den fünf neuen Ländern behindern und eben nicht fördern wird. »13(Herles, op. cit., p. 68).

37Non seulement les effets du choix spatial de localisation de la capitale sur l’évolution sociale et territoriale sont discutés, mais la portée géopolitique même de ce choix se voit parfois relativisée voire niée. Le député italien Musolino déconstruit ainsi radicalement dès 1864 l’idée d’une localisation optimale de la capitale :

  • 14  « Sans changer de capitale, pour bien gouverner savez-vous ce que vous devez faire ? Changez le sy (...)

“ Senza cambiar capitale, per governare bene sapete che cosa devete fare ? cambiate il sistema, e governerete l’Italia nonchè da Torino, da Pechino. Non volete cambiare sistema ? È inutile cambiare la capitale. Col medesimo sistema dovunque andrete sgovernerete sempre egualmente il paese. (...) qui questo cattivo sistema si chiama piemontismo perchè siamo in Torino capitale del Piemonte, andando in Toscana si chiamerà toscanismo, a Napoli napolitanismo, a Roma romanismo »14.

38Cette contestation déplace la problématique du terrain géographique au terrain politique. Elle conduit à poursuivre l’investigation des relations entre la capitale et la nation, ici menée en amont, en aval du choix de la localisation.

Conclusion

39Au total, la confrontation de quelques choix de localisation des capitales fait apparaître un certain nombre de régularités. Le choix de l’échelle spatiale et temporelle pertinente, le diagnostic territorial porté sur le pays et les conceptions de l’unité nationale adoptées déterminent le recours à un ou à plusieurs scénario(s) de localisation.

Les scénarios de localisation des capitales

nom du scénario 

 type de scénario 

conception de l’unité 

problème à résoudre

présupposé 

exemple emblématique

capitale au centre 

Modélisa-teur 

desserte optimale du territoire 

fourniture de biens centraux politico-administratifs 

espace isotrope 

 Madrid

Capitale frontalière (capitale de défense ou de contact)

à l’échelon spatial supérieur 

Protection de la nation contre ses voisins ou échange entre la nation et ses voisins 

relations aux pays voisins 

primat des relations internationales sur la construction nationale 

Saint Pétersbourg 

capitale historique 

du temps long 

référence à une histoire valorisante commune 

manque d’identité nationale 

nation précède l’État 

 Athènes

capitale de mission 

volontariste 

Résorption des déséquilibres territoriaux 

disparités territoriales 

déterminisme géographique 

 Brasilia

capitale charnière 

de compromis 

jonction des différents territoires composant la nation 

disparités territoriales 

déterminisme géographique 

 Bruxelles

40Plus fondamentalement encore, le choix porte sur une politique de cumul ou de disjonction des fonctions centrales au sein de la hiérarchie urbaine. Ce choix, sous-tendu par une conception de l’optimum et du déterminisme géographiques, présente des implications urbanistiques et géopolitiques fortes. Enfin, le choix de localisation des capitales se présente comme un événement localisé-localisant (Durand-Dastès, 2000, p. 202) : influencé par l’organisation du territoire national, il rétroagit ensuite sur lui. L’étude des rapports entre capitale et construction nationale constitue une piste de recherche géo-politique à approfondir.

Haut de page

Bibliographie

Berelowitch W., Medvedkova O., Histoire de Saint-Pétersbourg, Paris, Fayard, 479 p., 1996.

Botero G., « Discorso intorno allo Stato della Chiesa, preso dalla parte dell’ufficio del cardinale, che non è stampata », In I Capitani, Turin, Tarino editore, 1607, p. 171-192.

Botero G., Della Ragion di Stato. Delle cause della grandezza delle città, Bologne, édition Carlo Morandi/Cappelli, 386 p., 1682/1930.

Brunet Roger, « La composition des modèles dans l’analyse spatiale », L’Espace Géographique, Paris, n° 4, p. 253-265, 1980.

Casati C., Roma o Firenze. Qual esser debba la capitale dell’Italia ?, Florence, Unione Tipografico Editrice, Lapi, Papini e Compagnia, 16 p., 1861.

Dauphiné A., L’Italie, Paris, Nathan Université, 286 p., 1999.

Cornish V., The Great Capitals: An Historical Geography, Londres, Methuen, 296 p., 1923.

Damette F., Scheibling J., La France. Permanences et mutations, Paris, Hachette Supérieur, 254 p., 1995.

Debarbieux Bernard, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », L’Espace Géographique, Paris, n° 2, p. 97-112, 1995.

Djament G., « La “méthode comprimante” ou comment faire du neuf avec du vieux. L’exemple de la “Ville Éternelle”», In Colette Vallat (dir.), Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses, Volume 1 : Traces, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 71-82.

Durand-Dastes François, « Le concept d’événement spatial », Débat, L’Espace Géographique, Paris, n° 3, p. 200-217, 2000.

Foucault M., Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil, 435 p., 2004.

Francois E., Schulze H. (coord.), Deutsche Erinnerungsorte, Munich, C.H. Beck, 724, 738 et 784 p., 2001.

Francois E., Schulze H. (coord.), Mémoires allemandes, Paris, Gallimard, 796 p., 2007.

Gottmann Jean, « The Study of Former Capitals », 1985, In,Jean Gottmann, Robert A. Harper, Since Megalopolis, Baltimore et Londres, The John Hopkins University Press, 1990, p. 83-94.

Grataloup Ch., L’espace de la transition. Essai de géohistoire chorématique, Paris, 1994, Thèse de géographie - Faculté de géographie, Université Paris I.

Grataloup Ch., Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Paris-Montpellier, Reclus, 200 p., 1996.

Gravier J.-F., Paris et le désert français : décentralisation, équipement, population, Paris, Flammarion, 317 p., 1947.

Herles H., Die Haupstadt Debatte : der stenographische Bericht des Bundestages, Bonn et Berlin, Bouvier, 490 p., 1990.

Le Maître A., La Métropolitée ou De l’établissement des villes Capitales, de leur Utilité passive et active, de l’Union de leurs parties et de leur anatomie, de leur commerce, etc., Amsterdam, Balthes Boekholt, 192 p., 1682.

Marguerat Yves, « Capitales en balade. Remarques historico-géographiques sur les changements de capitale en Afrique noire », Cahiers d’outre-mer, Bordeaux, n° 174, juillet-septembre, p. 217-42, 1991.

Ozouf-Mariginier M.-V., La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du 18e siècle, Paris, Editions de l’EHESS, 363 p., 1989.

Rozenblat C., Cicille P., Les villes européennes. Analyse comparative, Paris, La Documentation Française, 94 p., 2003.

Sanguin André-Louis, « Une capitale pour l’Europe ? Essai prospectif en géographie politique », L’Espace géographique, Paris, n° 4, p. 281-290, 1978.

de Seta C. (dir.), Le città capitali, Rome-Bari, Laterza, 284 p., 1985.

Spate O. H. K., « Factors in the development of capital cities », The Geographical Review, New York, n° 3, p. 622-31, juillet 1942.

Haut de page

Notes

1  Comme le théorise le député italien G. Ferrari : « il diritto di scegliere la capitale si esercita sopratutto nei momenti delle grandi rivoluzioni quando un nuovo sistema di idee trovasi subitamente in contraddizione con tutto il sistema delle comunicazioni, delle strade, dei centri, colla distribuzione antica delle città » (« le droit de choisir la capitale s’exerce surtout dans les moments de grandes révolutions, quand un nouveau système d’idées se trouve subitement en contradiction avec tout le système des communications, des routes, des centres, avec l’ancienne distribution des villes ») Séance parlementaire du 9 novembre 1864 : p. 6538 NB : toutes les traductions ici proposées sont de G. Djament.

2  « il ne s’agit pas aujourd’hui d’un concours entre deux villes. Il s’agit beaucoup plus (...) d’un pas décisif pour l’accomplissement de l’unité de l’Allemagne. ».

3  Les Italiens se réfèrent dans la seconde moitié du xixe siècle aux choix de Madrid, Washington ou Saint Pétersbourg, tandis que les Allemands évoquent également à la fin du xxe siècle Ottawa.

4  « Il importe que les fortifications de la cité maîtresse, placée au centre de l’État, première source d’effroi, enlèvent toute hardiesse au reste du pays ».

5  « je nous souhaite que le Parlement et le gouvernement se rapprochent des problèmes en Allemagne ».

6  « Que reste-t-il à l’Allemagne de l’Est ? Le territoire des problèmes ? Le cas social ? Non, ici doit être adoptée une décision en faveur d’un centre à l’est de l’Elbe ».

7  « L’Allemagne réunifiée (...) doit former un pont entre l’est et l’ouest ».

8  Comme le souligne le député FDP Wolfgang Mischnick, « Berlin (...) sollte für Deutschland die Brücke zu den östlichen Ländern bilden. » (« Berlin (...) devrait former pour l’Allemagne un pont en direction des pays de l’Est ») (ibid. ; p. 96).

9  « le capitali sono di varia natura : le une regnano a causa della loro forza, della loro preponderanza ; le altre, al contrario, prendono la loro ragion d’essere nella loro propria debolezza » (séance du 26 mars 1861 ; p. 306).

10  « J’ai toujours désiré que se trouve à Rome la classe dirigeante, la classe intellectuelle, mais je n’ai jamais désiré que s’y trouvent de grandes agglomérations d’ouvriers. Dans une grande agglomération d’ouvriers à Rome je verrais un véritable inconvénient, car je crois qu’ici se trouve le lieu où doivent être traitées de nombreuses questions qui requièrent une discussion intellectuelle, qui requièrent le concours de toutes les forces intellectuelles du pays, mais les mouvements populaires de grandes masses d’ouvriers ne seraient pas opportuns. Je croirais dangereuse ou du moins inadaptée une organisation de cette nature. Je pense même qu’il faut porter la production et le travail, sous toutes ses formes, dans les autres parties du royaume ». (discours prononcé à la Chambre des Députés le 27 juin 1876).

11  « Berlin est déjà actuellement une ville exceptionnelle. Si les prises de décision et le cérémoniel de la démocratie partent de Berlin, la signification des capitales des Länder sera amoindrie. Aucun partisan du fédéralisme ne peut courir ce risque ; aucun partisan du fédéralisme ne peut le vouloir ».

12  « à réduire au statut de chef-lieu de sa région ».

13  « prouvent qu’une concentration de pouvoir à Berlin, loin de stimuler le développement dans les cinq nouveaux Länder, l’empêcherait ».

14  « Sans changer de capitale, pour bien gouverner savez-vous ce que vous devez faire ? Changez le système et vous gouvernerez l’Italie non seulement de Turin, mais de Pékin. Vous ne voulez pas changer de système ? Il est inutile de changer de capitale. Avec le même système où que vous alliez vous gouvernerez toujours aussi mal le pays. Et le député Brofferio disait à juste titre qu’ici ce mauvais système se nomme piémontisme parce que nous sommes à Turin capitale du Piémont, mais en allant en Toscane il s’appellera toscanisme, à Naples napolitanisme, à Rome romanisme ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le territoire national comme système géographique
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Le modèle de la capitale au centre
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Le scénario de la capitale frontalière
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Le forum de Rome
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Le scénario de la capitale de mission
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Le scénario de la capitale charnière
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Un exemple de capitale faible : la capitale de compromis
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Le projet de ville nouvelle capitale de l’Italie de N. Tettamanzi (1863)
Crédits (dessin d’après l’original conservé à la Biblioteca della Camera dei Deputati)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-8.png
Fichier image/png, 15k
Titre Brasília, l’esplanade des Trois Pouvoirs, les ministères et la Cathédrale
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6414/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Djament-Tran, « Les scénarios de localisation des capitales, révélateurs des conceptions de l’unité nationale », Confins [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://confins.revues.org/6414 ; DOI : 10.4000/confins.6414

Haut de page

Auteur

Géraldine Djament-Tran

Maître de conférences, Université de Strasbourgdjament@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org