Navigation – Plan du site

« L’Amazonie – victime des changements climatiques ? »

« The Amazon forest – victim of climate change? »
« A Amazônia – vítima das mudanças climáticas ? »
Sebastian Weissenberger et Delaine Sampaio da Silva

Résumés

La forêt d’Amazonie est un des biomes les plus riches et les plus importants de la Terre. Cependant, son avenir est gravement menacé par les changements climatiques. L’effet de ces changements est indissociable de celui des activités humaines. Ainsi, la déforestation est responsable de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre du Brésil. La lutte contre les changements climatique au Brésil passe donc en premier lieu par la lutte contre la déforestation. Cette lutte fait face aux enjeux actuels du développement en Amazonie, en premier lieu l’élevage et l’agriculture à grande échelle. Certains éléments des politiques récentes du Brésil vont dans le sens d’un développement moins « sauvage » en Amazonie, mais se heurtent à des intérêts économiques et politiques. Les initiatives internationales comme Reduced Emissions from Deforestation and forest Degradation (REDD), dans le cadre d’un accord climatique, peuvent fournir des incitatifs économiques cruciaux. Il est dans tous les cas primordial qu’un tel développement soit adapté à la réalité amazonienne et se fasse en collaboration avec les populations locales dans une optique de développement social autant qu’écologique ou économique.

Haut de page

Texte intégral

1Sur ses 5 à 7 millions de km2, selon la délimitation adoptée, l’Amazonie concentre 10 à 15 % de la biomasse terrestre. Il s’agit d’un ensemble géographique de première importance, dont la taille excède largement celle de l’Union Europe (UE-27). L’Amazonie renferme plus de la moitié de la forêt tropicale humide au monde et 10-20 % des espèces végétales et animales (Lewinsohn et Prado, 2005 ; IPCC, 2007), dont 2,5 millions d’insectes, 40 000 de plantes, 3 000 de poissons, 1 300 d’oiseaux et 427 de mammifères (Da Silva et al., 2005).

2La région amazonienne appartient à neuf pays (Brésil, Pérou, Colombie, Venezuela, Equateur, Bolivie, Guyane, Surinam et Guyane Française). La plus grande partie de l’Amazonie, environ 60 %, se trouve au Brésil. L’article suivant se concentrera essentiellement sur ce pays. L’Amazônia Legal, la plus grande des régions administratives du Brésil, englobe 5,2 millions de km2 répartis sur neuf États (Acre, Amapá, Amazonas, Mato Grosso, Pará, Rondônia, Roraima, Tocantins et Maranhão). Bien que l’Amazônia Legal recouvre plus de 60 % du territoire du Brésil, elle n’abrite qu’un peu plus de 12 % de sa population.

3Ses échanges avec l’atmosphère en font un élément central du cycle global du carbone et du débat sur le changement climatique. Aujourd’hui, la combinaison de la déforestation, des feux de forêts et des changements climatiques met en péril l’avenir de la forêt amazonienne. Dans l’article suivant, nous résumerons d’abord l’état de la science en ce qui a trait aux impacts présents et anticipés des changements climatiques en Amazonie. L’élément principal de l’évolution de l’Amazonie est le déboisement, causé par les activités humaines et amplifié par les changements climatiques. Dans la deuxième partie, nous aborderons le lien entre le déboisement et développement en cours dans cette région et examinerons quelques pistes de développement permettant de réduire la perte de couvert forestier et ainsi diminuer la vulnérabilité aux changements climatiques ainsi qu’améliorer le bilan d’émission de gaz à effet de serre du Brésil.

L’avenir de l’Amazonie sous un climat changeant

4Les modèles de circulation générale prévoient un réchauffement de 2-3oC d’ici 2050 accompagné d’une diminution des précipitations (figure 1). Durant les années 1990-2000, une augmentation des températures de 0,5 à 0,8oC a été observée (Pabón, 1995 ; Quintana-Gomez, 1999). Les tendances en ce qui a trait aux précipitations sont moins claires. Dans la partie septentrionale de l’Amazonie, les précipitations ont diminué depuis 1977 (IPCC, 2001), tandis que le contraire est observé dans la partie méridionale (Marengo, 2009).

5Les tendances à long terme sont empreintes d’une grande incertitude ; une augmentation de la fréquence des épisodes El Niño ainsi qu’une augmentation des températures océaniques pourraient causer une réduction des précipitations sur le bassin amazonien ainsi qu’une augmentation générale de la variabilité climatique. Pour 2080, les modèles de circulation générale prévoient une fourchette de variation de précipitations située entre -40 % et +10 % (IPCC, 2007).

Figure 1. Évolution du climat du Brésil de 1850 à 2100 selon le modèle du Hadley Center, UK

Figure 1. Évolution du climat du Brésil de 1850 à 2100 selon le modèle du Hadley Center, UK

Source : Cox et al., 2004.

6Durant les dernières années (2002-2005), des sécheresses longues et prononcées ont été observées en Amazonie. La sécheresse de juillet à octobre 2005 a été particulièrement sévère, occasionnant les niveaux d’eau les plus bas depuis 25 ans (Zeng et al., 2008). Les sècheresses en Amazonie sont habituellement associées aux épisodes El Niño (Enfield et Mayer, 1997 ; Giannini et al., 2001), mais celle de 2005 est plutôt attribuable aux températures élevées de l’océan Atlantique (Zeng et al., 2008). L’impact à long terme de cette sécheresse est difficile à évaluer. Certains auteurs (Saleska et al., 2005) observent un verdissement de la végétation suite à la sécheresse de 2005, possiblement résultant d’une plus importante pénétration de la lumière, mais une étude plus récente (Samanta et al., 2010) conclut qu’un tel verdissement ne touche que 11-12 % des forêts en question alors que 28-29 % subissent un déclin de végétation.

7Les modèles prévoient une diminution drastique du couvert forestier de la forêt tropicale amazonienne au cours de ce siècle (figure 2), même si la complexité de la rétroaction entre climat et végétation confère un certain degré d’incertitude à ces prévisions (Cowling et Shin, 2006 ; Friend et al., 1997 ; Cox et al., 2000, 2004 ; White et al., 1999). La déforestation a un impact important sur le climat local et les précipitations puisque les sols et la végétation jouent un rôle crucial dans la régulation de l’eau (Chagnon et Bras, 2005 ; Chagnon et al. ; 2004). Les sols amazoniens sont, malgré la végétation luxuriante et abondante, en fait très pauvres et minces (Sioli, 1985 ; Day et Davies, 1986). Cela les rend vulnérables à l’érosion suite au défrichement, surtout avec les techniques actuelles, qui produisent des éclaircies et une perte de terre par érosion plus importante que le défrichement traditionnel.

8Les feux de forêts, qui seront probablement plus fréquents dans les décennies à venir, risquent d’accélérer la disparition du couvert forestier (Nepstad et al., 2001 ; Laurance et Williamson, 2001 ; Cochrane et Laurance, 2002). L’incidence de feux de forêts risque d’augmenter d’autant plus que les épisodes El Niño se multiplient. Lors de l’épisode El Niño de 2001, le tiers de la forêt amazonienne était vulnérable au feu (Nepstad et al., 2004 dans IPCC, 2007), De plus, certains indice suggèrent que les aérosols relâchés lors des feux inhibent la formation de gouttelettes de pluie dans les basses couches de l’atmosphère et réduisent ainsi la quantité de pluie au-dessus des régions déboisées, puisqu’environ 70 % des précipitations des forêts tropicales sont générées par la précipitation de vapeur d’eau issue de l’évapotranspiration de la végétation (Andreae et al., 2004 ; Koren et al., 2004).

Figure 2. Déclin de la forêt amazonienne à l’horizon 2100.

Figure 2. Déclin de la forêt amazonienne à l’horizon 2100.

Source : Cox et al., 2004.

9Les conséquences écologiques et sociales de tels changements seraient importantes. Un assèchement du bassin amazonien obligerait de nombreuses espèces à migrer (Hare, 2003). Jusqu’à 43 % des espèces d’arbres (sur 69 espèces étudiées) pourraient disparaître d’ici la fin du XXIe siècle (Miles et al., 2004). La partie orientale de l’Amazonie risque de graduellement se transformer en savane (Nobre et al., 2005 dans IPCC, 2007). De manière générale, 40 % de la forêt est très sensible à une diminution, même faible, de la pluviométrie (IPCC, 2007).

10Les impacts sur l’agriculture sont en général considérés comme négatifs (Rosenzweig et Hillel, 1998 ; Fearnside, 1999). Le maïs, les céréales et le soja risquent de souffrir de températures plus élevées et d’un climat plus sec (De Siqueira et al., 1994). Dans certaines régions comme le nord-est du Brésil, l’agriculture de subsistance pourrait être menacée (Rosenzweig et Hillel, 1998), augmentant ainsi la pression sur les ressources de l’Amazonie.

  • 1  Algues capables de fixer l’azote atmosphérique.

11Une conséquence inquiétante pour le climat mondial d’une diminution du couvert forestier serait la réduction du stockage de carbone dans les sols et dans la végétation du bassin de l’Amazone, qui pourraient relâcher jusqu’à 60 GtC vers l’atmosphère (figure 3). À cela pourrait s’ajouter une réduction non négligeable de la séquestration de carbone dans le panache océanique de l’Amazone si son étendue diminue comme lorsque durant la sécheresse de 2005. La séquestration de carbone par les diatomées diazotrophes1 est estimée à environ 1,5TgC/an (Cooley et Yager, 2006).

Figure 3. Évolution du stockage de carbone dans les sols et la végétation amazonienne.

Figure 3. Évolution du stockage de carbone dans les sols et la végétation amazonienne.

Source: Hadley Center « Stabilising Climate to Avoid Dangerous Climate Change » 2005.

Les émissions de CO2 de la déforestation et la politique climatique du Brésil

12Selon les données officielles de la Convention cadre des Nation unies sur les changements climatiques (UNFCCC, 2008) et du Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP, 2008), le Brésil est le 7ème émetteur mondial avec des émissions de 659 MtCO2 éq./an en 1994. Cependant, en incluant les émissions de l’affectation des terres et des changements d’affectations des terres (ATCAT), le Brésil passerait à la 4ème place avec 1477 MtCO2 éq./an.

  • 2  Programme des Nations unies et de la Norvège annoncé en 2008 visant à réduire la déforestation et (...)

13Après de nombreuses années d’immobilisme politique, Brésil s’est engagé en 2009 à réduire de 36,1 à 38,9 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES) jusqu’en 2020, par rapport au scénario de référence, engagement transformé en loi en janvier 2010. La moitié des réductions d’émissions proviendraient d’une réduction de la déforestation. Durant le sommet de Copenhague, le Brésil a appuyé l’initiative REDD (Reduced Emissions from Deforestation and forest Degradation)2.

Les facteurs du déboisement

14Dans de nombreuses régions d’Amazonie, la forêt fait place aux activités humaines. Le développement de l’élevage extensif, de l’agriculture intensive, l’expansion de la sylviculture et l’urbanisation empiètent sur la forêt tropicale, en périphérie ainsi qu’à l’intérieur, partout où l’accès le rend possible. Le rythme du déboisement s’est ralenti au cours des dernières années (figure 4), ce en quoi on peut voir soit les résultats des politiques de protection mises en place, soit le reflet de l’évolution des marchés mondiaux. Jusqu’en 2008, le déboisement a été responsable de la disparition de 18 à 20 % de la forêt en Amazonie brésilienne (INPE, 2009, Hall, 2008). Butler (2009) fait remarquer que le déclin de la déforestation durant la période 1988-1991 correspond à la décélération économique du Brésil durant la même période et que l’augmentation rapide de la déforestation durant les années 1993-1998 suit la reprise économique.

Figure 4. Évolution de la déforestation de l’Amazonie

Figure 4. Évolution de la déforestation de l’Amazonie

Données de l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE) dans Butler, 2009.

15Les causes de la déforestation sont diverses (tableau 1). La plus importante est l’élevage, beaucoup plus que l’agriculture de subsistance, qui reste néanmoins un facteur important. L’agriculture industrielle, l’extraction de bois et les autres activités humaines de type industriel (mines, urbanisation, construction de routes et création de barrages) ne jouent qu’un rôle secondaire. Cependant, l’expansion de l’agriculture industrielle dans d’autres régions du Brésil joue un rôle indirect dans la déforestation de l’Amazonie.

Tableau 1. Les causes principales de la déforestation en Amazonie

Pâturages

60-70 %

Agriculture de subsistance

30-40 %

Agriculture commerciale

1-2 %

Extraction de bois, légale et illégale

2-4 %

Feux, mines, urbanisation, construction de routes, barrages

2-4 %

(les chiffres sont pour le biome amazonien brésilien et non pour l’Amazônia Legal). Données de l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE) dans Butler, 2009.

L’élevage et l’agriculture comme principaux responsables

  • 3  Savane arborée du Brésil.

16Le secteur de l’agriculture et de l’élevage joue un rôle fondamental dans l’économie du Brésil. En effet, le Brésil produit la moitié du jus d’orange de la planète et 80 % du jus exporté, est le plus important exportateur de soja du monde et le 5ème producteur dans le domaine de l’emballage dérivé de cellulose (IBGE, 2004). Il possède le plus grand cheptel bovin au monde avec plus de 200 millions de têtes. De plus, on compte plus de 30 millions de cochons, 10 millions de chèvres, 6 millions de chevaux et d’autres espèces. Une grande partie des pâturages est située en Amazonie (figure 5). Les États du Mato Grosso en Amazonie et du Mato Grosso do Sul au sud de l’Amazonie possèdent les plus grands cheptels du pays, totalisant chacun plus de 12 % du total national. Les territoires agricoles du Brésil, qui totalisent autour de 60 millions d’hectares, sont surtout situés dans le sud du pays, mais aussi dans certaines régions du sud-est, du sud et du sud-ouest de l’Amazonie Légale. En accaparant de grandes étendues de terres agricoles, l’agriculture industrielle crée une pénurie de terres agricoles, qui pourront être gagnées aux dépens de la forêt amazonienne et des cerrados3, comme il se produit pour les cultures de soya, à l’inverse de celles de canne à sucre, qui remplacent plutôt d’autres cultures agricoles ou pâturages. Et à mesure que les cultures agricoles pénètrent de plus en plus loin en territoire amazonien, les petits agriculteurs sont refoulés plus loin vers l’intérieur pour trouver d’autres terres. Le secteur de l’agriculture et de l’élevage est non seulement un vecteur de déforestation, mais représente également 56 % des émissions hors ATCAT, soit 369,31 MtCO2éq./an.

Figure 5. Zones d’élevage au Brésil.

Figure 5. Zones d’élevage au Brésil.

Source IBGE, 2004.

Le rôle des biocarburants

17Les biocarburants sont un élément clé de la stratégie du Brésil pour réduire ses émissions de GES. Avec les États-Unis, le Brésil est le plus important producteur de bioéthanol au monde. Les deux pays totalisent presque les trois quarts de la production mondiale. La particularité du Brésil est de produire l’éthanol essentiellement à partir de sucre de canne, dont le bilan de CO2 est plus favorable que celui des autres plantes généralement utilisées comme le maïs et le soja en Amérique du nord ou la betterave, le colza et le blé utilisés en Europe (Almeida, 2008). La production de biocarburants n’affecte qu’indirectement l’Amazonie. En effet, les aires de cultures de la canne à sucre sont géographiquement distinctes de la région amazonienne (figure 6). Actuellement, la production d’éthanol de canne à sucre accapare environ sept millions d’hectares, ce qui ne représente que 2 % des terres arables du Brésil. Mais une expansion de cette culture en même temps que celle du soja et d’autres produits agricoles pourrait être à l’origine d’une déforestation indirecte en Amazonie.

Figure 6. Les principales zones de culture de la canne à sucre du Brésil.

Figure 6. Les principales zones de culture de la canne à sucre du Brésil.

Source: CONAB/DIGEM/SUINF/GEOTE, 2007.

Foresterie et ouverture du territoire

18L’extraction de bois n’est pas une des principales causes de déforestation. Cependant, pendant des décennies, c’est la récolte de bois qui a ouvert le territoire et permis l’accès à d’autres usagers. Elle est donc un précurseur de la déforestation. Dans le passé, les 170 000 kilomètres de routes tracées à travers l’Amazonie pour l’extraction du bois ont été des voies d’accès pour des agriculteurs, des éleveurs, des sans-terre, des aventuriers et spéculateurs (grileiros). Chomitz et Thomas (2000, dans Margulis, 2004) estiment qu’environ 75 % du déboisement se produit à moins de 25 km et 85 % à moins de 50 km des routes municipales, d’État ou fédérales. La foresterie a évidemment d’autres impacts environnementaux comme la perte de biodiversité et d’habitat. Des méthodes d’extraction plus sélectives et un meilleur contrôle de la récolte illégale de bois tentent de remédier à ces impacts. Il faut aussi noter que la superficie soumise à une récolte sélective, non visible par les satellites puisqu’elle n’implique pas de coupes à blanc, atteint 12075 à 19 823 km2 par an (entre 1999 et 2002), ce qui représente 60 à 123 % de la superficie officiellement déboisée (Asner et al., 2005). Entre 27 et 50 millions m3 de bois sont ainsi extraits. Cette activité relâche un flux de carbone d’un ordre de grandeur de 100 millions de tonnes de CO2 par an (Asner et al., 2005). Elle s’étend souvent dans des parcs et des réserves autochtones et suit en grande partie les routes traversant l’Amazonie.

L’évolution future du développement de l’Amazonie

19La réduction de la déforestation serait la manière la plus simple pour le Brésil de réduire ses émissions de CO2 et de faire reculer la menace d’une diminution dramatique du couvert forestier, mais l’équation n’est cependant pas si simple pour le pays, qui doit conjuguer avec un contexte socio-économique particulier, au sein duquel l’Amazonie joue un rôle important.

20L’Amazonie est souvent vue comme le moteur de développement du pays, en raison de ses richesses naturelles. Le boom du caoutchouc des années 1840 à la première guerre mondiale fait de Manaus et Belém les villes les plus riches du Brésil. C’est d’ailleurs un baron du caoutchouc qui érigea le fameux Teatro Amazonas de Manaus. Plus tard, l’or et les bois exotiques et en moindre mesure la bauxite, les minerais de fer et d’uranium, le charbon de bois ainsi que les diamants issus de l’Amazonie contribuent à la richesse du Brésil.

  • 4  Mécanisme de flexibilité du protocole de Kyoto permettant à des pays industrialisés (Annexe 1) sou (...)

21L’hydroélectricité est une autre ressource naturelle de l’Amazonie en plein développement. Actuellement, 84 % de l’électricité du Brésil provient des 600 barrages du pays (EIA, 2009), en faisant le pays industrialisé le plus dépendant de l’hydroélectricité (WCD, 1999). Actuellement, seul 748 des 66 000 MW installés au Brésil proviennent de la région amazonienne (et presque 7000 MW des barrages sur le fleuve Tocantins voisin, dont les centrales de Tucuruí et Serra de Mesa), mais le potentiel hydroélectrique de l’Amazonie est considérable : 107 143 MW, soit presque la moitié du potentiel total du Brésil (ANA, 2005). Une dizaine de nouvelles centrales sont projetées sur les rivières Xingú et Madeira en Amazonie (Ballvé, 2007 ; Woods, 2008), centrales entre autres destinées à alimenter des alumineries (Wallace, 2007). L’hydroélectricité fait partie des mesures mises en avant par le Brésil pour réduire ses émissions de GES. Plusieurs projets de mécanisme de développement propre (MDP)4 consistent en la construction de petites centrales hydroélectriques en Amazonie, telles que les centrales Braço Norte III et IV dans le Mato Grosso, d’une puissance de 14 MW chacune, qui généreront des crédits de carbone de 40 et 46 ktCO2 par an respectivement (UNDP, 2008 ; UNFCCC, 2010a, b). Or, les émissions de CO2 et de CH4 des réservoirs, émissions particulièrement élevées en milieu tropical et qui peuvent parfois égaler les émissions de GES de centrales thermiques, ne sont jamais prises en compte (Duchemin et al., 2002 ; Fearnside, 2007). Les projets de MDP concernent cependant d’habitude des centrales au fil de l’eau, avec des petites surfaces inondées.

22Les gouvernements successifs et les milieux politiques et économiques influents poursuivent depuis les années 1960 la logique de développement et d’ouverture du territoire en Amazonie comme locomotive du progrès, reflet de la devise du drapeau brésilien « ordem e progresso » (ordre et progrès) influencé par le positivisme d’Auguste Comte. L’élection d’un gouvernement issu du parti des travailleurs sous Luís Inácio Lula da Silva mène à une réorientation des priorités sociales du pays, mais ne change pas nécessairement fondamentalement l’approche envers le développement de l’Amazonie.

23L’attitude nonchalante d’une partie de la classe politique vis-à-vis de la déforestation est exemplifiée par Blairo Maggi, gouverneur du Mato Grosso, État dans lequel la déforestation est la plus intense et dont le PIB provient à 40 % de l’agriculture, qui y est pratiquée de façon industrielle et à grande échelle. M. Maggi, en même temps le propriétaire du plus grand groupe exportateur de soja du monde, le Grupo André-Maggi, déclarait :

« Pour moi, une augmentation de 40 % de la déforestation ne représente rien et je n’ai aucune mauvaise conscience par rapport è ce que nous faisons ici. Nous parlons d’une superficie plus grande que l’Europe qui n’a à peine été touchée. Il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter. » (NY Times, 17 septembre 2003)

24Néanmoins, depuis une dizaine d’années, on perçoit un net changement d’attitude à travers les politiques gouvernementales. Une inquiétude grandissante vis-à-vis de la déforestation effrénée en Amazonie a mené à un certain nombre de mesures de protection, à l’exemple de la création de parcs et d’aires protégées – 23 millions d’hectares entre 2004 et 2006 (Nepstad et al., 2007), à une application plus stricte de la législation environnementale et à la coopération avec les tribus autochtones et les populations locales pour le contrôle de la forêt. Dans certaines communes du Xingú, la coopération entre le gouvernement, fournissant par exemple des images satellites, et les tribus autochtones favorise un contrôle efficace du territoire et permet d’enrayer la déforestation illégale (Wallace, 2007).

25Toutes ces mesures ont certainement eu pour effet de contribuer à infléchir le rythme de déforestation durant la première moitié des années 2000. Entre 2004 et 2006, le taux de déforestation a diminué de moitié, aidé bien sur en cela par la dégringolade des prix du soja et du bœuf (Nepstad et al., 2007). En 2007, un nouveau plan ambitieux, le Pacte national pour la mise en valeur de la forêt amazonienne et l’élimination de la déforestation sur un horizon de sept ans a été lancé par le gouvernement fédéral et quatre États d’Amazonie (dont le Mato Grosso) en collaboration avec des ONG et le secteur privé (Nepstad et al., 2007). Actuellement, 40 % de la superficie de l’Amazonie est sous protection et sur 60 % de ce territoire, les usagers de la forêt sont impliqués dans sa gestion (Hall, 2008).

26Ces mesures ne manquent pas de créer des conflits, même au sein du parti au pouvoir. Les mesures mises en place pour limiter la déforestation sont souvent perçues comme des entraves au développement. Ainsi, les producteurs agricoles demandent un rezonage de terres dans les États agricoles comme le Mato Grosso (Rother, 2003) depuis que seulement 20 % de déforestation sont admises dans des zones classées comme forêt amazonienne, alors que des zones de transition peuvent être occupées à 50 % par l’agriculture et des zones de cerrado à 65 %. Depuis le 1er juillet 2008, les crédits octroyés par la Banque Centrale du Brésil sont soumis à des critères environnementaux, mais devant les pressions politiques, certaines de ces règles ont du être assouplies (Gasnier, 2008). Les financiers internationaux, à l’image de la Banque mondiale, qui a lancé un audit environnemental sur les prêts accordés au groupe Maggi, prennent cependant également conscience de l’impact du développement agricole sur la forêt amazonienne (Lilley, 2004).

27Les nouvelles orientations en termes de protection de l’environnement amazonien sont visibles dans le cas de la route BR-163. Débutée dans les années 1970, cette route longue de 1800 km est une des principales voies de transport de matières premières, et surtout de produits agricoles, notamment le soja. Comme la route est actuellement impraticable en conditions de pluie, il est prévu de l’asphalter dans le cadre du grand projet d’infrastructure « Avança Brasil », lancé en 2000 (Fearnside, 2001). Pour éviter un développement anarchique comme dans le passé et suite à la publications d’études critiques vis à vis des impacts sociaux et environnementaux du projet du projet (Laurance et al., 2001), le gouvernement Lula a retardé de quelques années le projet d’aménagement de la route pour se laisser le temps le temps de trouver une solution à la gestion du territoire riverain. Cette solution consista finalement à déclarer une zone de protection sur le versant occidental de la route, au sein de laquelle seulement de la foresterie durable et fortement supervisée pourra être entreprise (Nepstad et al., 2002 ; Wallace, 2007).

28Un autre exemple où le gouvernement brésilien a agi résolument en faveur de la protection de l’Amazonie au détriment des intérêts commerciaux est la fermeture du port fluvial de Santarém. Celui-ci a établi par Cargill et est destiné à l’exportation de soja en provenance de l’Amazonie, en particulier du Mato Grosso ainsi que de zones de production en frange de l’Amazonie, auquel il est relié via la route BR-163. Après huit années de bataille juridique, l’IBAMA (Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis, équivalent du ministère de l’environnement) a ordonné en 2007 la fermeture du port à cause de l’absence d’une évaluation d’impacts environnementaux générés par l’implantation de ce port dans la zone de loisirs locale de Praia de Vera Paz (ENS, 2007). Actuellement, la bataille juridique se poursuit devant divers tribunaux et, en attendant une conclusion, le port est toujours en activité (Jeso Carneiro, comm. pers.).

29Le contexte social de l’Amazonie est complexe et difficile. À l’image du pays entier, elle est caractérisée par une grande inégalité. Une partie de la population vit dans un état de précarité chronique et pour cette frange de la société, la subsistance grâce aux ressources naturelles du territoire reste le mode de vie dominant. On estime que 4 des 20 millions d’habitants de l’Amazonie dépendent des ressources naturelles (Hall, 2008). Cependant, une partie de cette population est immigrée d’autres régions plus pauvres et n’a pas une connaissance intime du territoire et ses réflexes d’utilisation de celui-ci sont souvent à l’encontre des bonnes pratiques souhaitables. Ainsi, l’agriculture par brûlis peut générer des revenus et des produits à court terme pour les paysans le pratiquant, mais mène à long terme à un appauvrissement des sols et une aridification croissante, surtout lorsque la pression démographique devient trop importante pour permettre des temps de jachère appropriés aux terrains. Pour les populations de l’Amazonie, la conservation de la forêt n’est pas une option économiquement viable sans une modification drastique du contexte socio-économique de la région. Néanmoins, le développement industriel ne représente pas un progrès pour les populations pauvres et rurales. L’établissement de fermes agricoles, d’élevages ou de plantations d’arbres les oblige soit à migrer soit à travailler dans celles-ci comme salariés dans des conditions difficiles. Ainsi, le gouvernement estime que 25 000 travailleurs travaillent sous des conditions s’apparentant à l’esclavage (Butler, 2009).

30La question de la propriété des terres est également une source de conflits sociaux. En principe, d’après la loi, l’occupation d’une terre pendant un an et un jour donne un droit d’usufruit sur cette terre. Ces droits sont cependant rarement formalisés et inventoriés et sont difficiles à faire respecter, la corruption et le manque d’instruction des populations aggravant la situation. Ainsi, des conflits autour de la propriété des terres sont monnaie courante en Amazonie.

31Finalement, il ne faut pas oublier les enseignements des pratiques ancestrales. En Inde, un projet de compensation carbone consiste en l’enfouissement de charbon de biomasse dans des sols, ce qui séquestre du carbone en même temps que d’augmenter la fertilité du sol (Action Carbone, 2010). Or, cette pratique de la terra-preta-do-índio (terre noire des indiens) est pratiquée depuis longtemps sur les terres hautes (terra firme, terres non inondées lors de la période humide à l’inverse des várzeas), dont jusqu’à 10 %, soit un territoire plus grand que la France, auraient été rendues fertiles par l’intervention humaine (Mann, 2000a). Suite au brulis pratiqué à échelle locale, les cendres résultantes sont mélangées par labourage au sol, l’enrichissant en nutriment, le rendant moins acide et réduisant la toxicité de l’aluminium. Cette pratique n’est bien sur pas comparable aux brulis à plus grande échelle et sans contrôle pratiqués actuellement. Il a souvent été mis en doute qu’il soit possible pour une population importante de pratiquer l’agriculture en Amazonie en raison de la qualité médiocre des sols dépourvus de nutriments, acides et présentant des concentrations élevées d’aluminium. Cependant, les faibles densités de populations actuellement constatées dans les zones tribales traduisent probablement davantage les effets des pandémies et des persécutions du passé que la capacité de charge démographique des agro-écosystèmes indigènes amazoniens. En effet, des études dans la région du Xingú et le bassin du Beni en Bolivie indiquent que l’Amazonie pouvait soutenir une population plus importante que de nos jours et était déjà aménagée à l’époque précolombienne, vers 1200 à 1600 av. J. Chr. (Heckenberger, 2003 ; Mann, 2000b).

Le protocole du Kyoto et le REDD

32Lors de la conférence des parties de Bali, la question de la déforestation dans les pays tropicaux a été mise à l’ordre du jour. En effet, le déboisement contribue pour environ 20 % aux émissions mondiales de GES et est surtout concentré dans les régions tropicales et dans des pays non soumis à des objectifs de réductions d’émissions, à l’image du Brésil. Un nouvel outil a été mis en place pour lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts, le REDD. À travers différents instruments financier, dont le Public Forest Stewartship Program mis en place à travers la Banque mondiale, il serait possible à partir de 2012 pour des pays soumis à des objectifs de réduction des émissions de mettre en œuvre des projets de conservation et protection des forêts dans des pays comme le Brésil.

33Le Brésil serait le candidat par excellence pour profiter de ce nouvel outil. Avec 47±9 GtC, il possède le plus grand réservoir de carbone de tous les pays tropicaux. Le coût d’opportunité de protéger ce carbone serait très peu élevé comparé à d’autres mesures de réduction d’émissions de GES. Calculé sur un horizon de temps de 100 ans, le coût serait de 257 milliards de dollars (5,5 $/tC) et se limiterait à 123 milliards de dollars (2,8 $/tC) si les 6 % les plus rentables du territoires sont exploités (Nepstad et al., 2007). Ce coût fort peu élevé provient du fait que les usages principaux, l’élevage et la culture du soja, occupent de grandes superficies pour des revenus somme tout modestes. En particulier l’élevage de bétail ne rapporte que moins de 50 dollars par hectare par an.

34Dans leur étude, Nepstad et al. (2007) proposent un plan de conservation permettant de réduire à zéro en dix ans la déforestation de l’Amazonie à un coût s’échelonnant de 72 millions à 530 millions de dollars par année sur les dix ans. Ce plan inclut entre autres l’implication de 150 000 familles habitant l’Amazonie qui seraient soutenus par l’État fédéral et soutiendraient le contrôle de la déforestation tout en tolérant la pratique des activités traditionnelles par les populations indigènes, ou encore la récolte de caoutchouc ou d’autres produits forestiers. Une compensation financière serait accordée aux propriétaires privés des terres pour ne pas défricher celles-ci. Au delà de la préservation du carbone, le plan vise à favoriser un mode différent de développement forestier en Amazonie, axé plutôt sur les produits forestiers obtenus de manière durable que sur un développement agro-industriel passant nécessairement par le défrichement ou la dégradation de la forêt. Les fonds qui pourraient être théoriquement versés à partir de 2012, date d’entrée en vigueur des accords de la deuxième phase de Kyoto, par les pays industrialisés membres de l’Annexe 1, permettront de faire pencher la balance du côté des modes de développement qui préserveront l’intégrité de la forêt.

35Des projets comme celui du Proambiente, mis sur place en 2000 par des ONGs et groupes communautaires puis repris en 2004 par le Ministère de l’environnement et consistant à subventionner directement les petits agriculteurs et autres utilisateurs de ressources naturelles représentent un exemple type de futurs projets financés par REDD, même si ce projet s’attaque à certains modes de déforestation, mais non à ceux – les plus importants - causés par les grands propriétaires terriens (Hall, 2008). Le programme Bolsa Floresta en œuvre depuis 2007 s’insère également dans la lignée des projets impliquant les populations locales et indigènes et leur offrant des incitations financières pour adopter des pratiques menant à une réduction de la déforestation (Viana, 2008).

36Ce type de développement contraste avec celui basé sur des monocultures d’eucalyptus ou d’autres essences à croissance rapide, qui occupent quatre millions d’hectares, équivalent à un peu moins de 10 % des terres agricoles du Brésil (GIT, 2001-2008). Ces monocultures peuvent être certifiées comme projet de MDP, à l’exemple du projet Plantar, une plantation de 23 100 ha d’eucalyptus pour la production de charbon de bois utilisé en métallurgie dans le Minas Gerais. Supposée générer 15 MT de crédits d’émissions (CFU, 2008). Ces monocultures ont des impacts écologiques importants, réduisent la biodiversité, appauvrissent les sols et consomment beaucoup plus d’eau que la végétation native (FERN, 2003). Elles posent aussi des problèmes importants puisqu’elles ne peuvent pas coexister avec d’autres types d’utilisation de la forêt, ce qui laisse les utilisateurs du territoire les plus pauvres sans ressources et les obligent souvent à migrer, causant parfois même des incidents violents entre les habitants et les gardes des compagnies forestières (FASE/WRM, 2007).

Conclusion

37L’Amazonie joue donc un rôle clé pour le Brésil en ce qui concerne les changements climatiques. Elle est en même temps la principale source d’émission et la région la plus menacée. L’influence des activités humaines représente le plus grand facteur d’incertitude dans les prévisions des modèles. La rétroaction entre le changement du climat à l’échelle régionale et les changements d’utilisation des terres ont le potentiel de précipiter la disparition du couvert végétal et l’aridification du climat. Inversement, une lutte efficace contre la déforestation d’origine anthropique peut atténuer significativement les impacts des changements climatiques.

38Il faut donc espérer que dans un futur proche, le Brésil adopte un mode de développement qui tienne compte des impératifs sociaux et environnementaux et amène un véritable progrès, qui ne soit pas limité au court terme et aux bénéfices pécuniaires aux dépens du capital naturel de l’Amazonie. Il existe des modes de développement diversifiés qui mettent en valeur toutes les richesses de la forêt tropicale et qui profitent à la population locale. Les modes de développement axés sur la destruction de la forêt ont le potentiel en conjonction avec les changements climatiques de mener à la disparition de celle-ci, ce qui représenterait un désastre d’une immense envergure pour le Brésil et pour toute la planète.

Haut de page

Bibliographie

Action Carbone, Terra Preta: Black is the New Green, 2010. [disponible en ligne] http://www.actioncarbone.org/projet.php ?typ =ck&id =30 consulté le 3 mars 2010.

Agência Nacionalde Águas (ANA), Recursos hídricos no Brasil. 2005. [disponible en ligne]. http://www.internationalrivers.org/en/latin-america/amazon-basin/principal-dams-brazil ?size =_original. Consulté le 10 août 2010.

Almeida C., « Sugarcane ethanol : Brazil’s biofuel success », Science and Development Network, 6 décembre 2007. [disponible en ligne] http://www.scidev.net/en/features/sugarcane-ethanol-brazils-biofuel-success.html . Consulté le 12 décembre 2009.

Andreae M. O, Rosenfeld D., Artaxo P., Costa A. A., Frank G. P., Longo K. M., Silva-Dias M. A. F., « Smoking rain clouds over the Amazon», Science 303, 1337-1342, 2004.

Asner G. P., Knapp D. E., Broadbent E. N., Oliveira P. J. C., Keller M., Silva J. N., « Selective logging in the Brazilian Amazon », Science 310, 480 – 482, 2005.

Ballvé M., « Brazilian president’s push for dams in Amazon basin stirs controversy », World Politics Review, 20 août 2007 [disponible en ligne] http://www.worldpoliticsreview.com/articles/1046. Consulté le 12 décembre 2009.

Butler R. A., « Deforestation in the Amazon », Mongabay, 2009. [disponible en ligne] http://www.mongabay.com/brazil.html. Consulté le 12 décembre 2009.

Carbon Finance Unit (CFU), « Brazil : Plantar sequestration and biomass use », 2008 [disponible en ligne] http://wbcarbonfinance.org/Router.cfm ?Page =Projport&ProjID =9600. Consulté le 12 décembre 2009.

Chagnon F. J. F., Bras R. L., Wang J., « Climatic shift in patterns of shallow clouds over the Amazon », Geophysical Research Letters 31, L24212, doi:10.1029/2004GL021188. 2004.

Chagnon F. J. F., Bras R. L., « Contemporary climate change in the Amazon », Geophysical Research Letters 32, L13703, doi:10.1029/2005GL022722. 2005.

Cochrane M. A., Laurance W. F., « Fire as a large-scale edge effect in Amazonian forests », Journal of Tropical Ecology 18, 311-325, 2002.

Cooley S. R., Yager P. L., « Physical and biological contributions to the Western Tropical North Atlantic Ocean carbon sink formed by the Amazon River Plume », Journal of Geophysical Research, 111, C08018, doi:10.1029/2005JC002954. 2006.

Cowling S. A., Shin Y., « Simulated ecosystem threshold responses to co-varying temperature, precipitation and atmospheric CO2 within a region of Amazonia », Global ecology and biogeography 15, 553-566, 2006.

Cox P. M., Betts R. A., Jones C. D., Spall S. A., Totterdell I. J., « Acceleration of global warming due to carbon-cycle feedbacks in a coupled climate model », Nature 408, 184 – 187, 2000.

Cox M. P., Betts R. A., Collins M., Harris P. P., Huntingford P., Jones C. D., « Amazonian forest dieback under climate-carbon cycle projections for the 21st century », Theoretical and Applied Climatology 78, 137–156, 2004.

Da Silva J. M. C, Rylands A. B., Da Fonseca G. A. B., « The Fate of the Amazonian Areas of Endemism ». Conservation Biology 19, 689–694, 2005.

Day J. A., Davies B. R., « The Amazon river system », In The ecology of river systems, sous la dir. de B. R. Davies, K. F. Walker, Chapitre 8. p. 289-317. Dordrecht, Pays-Bas: Dr W. Junk Publishers, 1986.

De Siqueira O. J. F., Farías J. R. B., Sans L. M. A., « Potential effects of global climate change for Brazilian agriculture: applied simulation studies for wheat, maize and soybeans », In Implications of Climate Change for International Agriculture: Crop Modeling Study, sous la dir. de C. Rosenzweig, A. Iglesias, EPA 230-B-94-003, U.S. Environmental Protection Agency, Washington, DC, USA, 1994.

Duchemin É., Lucotte M., St-Louis V., Canuel R., « Hydroelectric reservoirs as an anthropogenic source of greenhouse gases », World Resource Review 14, 334-353, 2002.

Energy Information Agency (EIA), « Brazil Energy Data, Statistics and Analysis - Oil, Gas, Electricity, Coal ». 2009 [disponible en ligne] http://www.eia.doe.gov/emeu/cabs/Brazil/pdf.pdf.Consulté le 12 décembre 2009.

Enfield D. B., Mayer D. A., « Tropical Atlantic sea surface temperature variability and its relation to El Nino-Southern Oscillation », J. Geophys. Res. 102, 929-945, 1997.

Environmental News Service (ENS), « Brazilian government shutters Cargill soy plant port », ENS newswire, 29 Mars 2007.

Fase/World Rainforest Movement (WRM),  « Brazil: An overview of monoculture eucalyptus plantations », WRM Bulletin 116, mars 2007.

Fearnside P.M., « Plantation forestry in Brazil: the potential impacts of climatic change », Biomass and Bioenergy 16, 91–102, 1999.

Fearnside P. M., « Soybean Cultivation as a Threat to the Environment in Brazil », Environmental Conservation 28, 23-28, 2001.

Fearnside P.M., « Greenhouse-Gas Emissions from Amazonian Hydroelectric Reservoirs: The Example of Brazil’s Tucuruí Dam as Compared to Fossil Fuel Alternatives », Environmental Conservation 24, 1, 2007.

Forestsandthe European Union Ressource Network (FERN), « Brazilian groups urge EU companies not to buy carbon credits from eucalyptus plantation », FERN News release, 27 mars 2003.

Friend A. D., Stevens A. K., Knox R. G., Cannell M. G. R., « A process based, terrestrial biosphere model of ecosystem dynamics (hybrid v. 3.0) », Ecological Modelling 95, 249–287, 1997.

Gagnier A., « Les autorités brésiliennes ne parviennent pas à freiner la déforestation de l’Amazonie », Le Monde, 5 mai 2008.

Giannini A., Chiang J. C. H., Cane M. A., Kushnir Y., Seager R. et al., « The ENSO teleconnection to the tropical Atlantic Ocean: Contributions of the remote and local SSTs to rainfall variability in the tropical Americas », J. Climate 14, 4530-4544, 2001.

Git Forestry Consultings, « Eucalyptologics », 2001-2008. [disponible en ligne] http://git-forestry-blog.blogspot.com/2008/02/eucalyptus-monocultures-taking-over.html. Consulté le 22 décembre 2009.

Hall A., Better RED than dead: paying the people for environmental services in Amazonia, Phil. Trans. R. Soc. B 363, 1925–1932, 2008.

Hare W., « Assessment of Knowledge on Impacts of Climate Change – Contribution to the Specification of Art. 2 of the UNFCCC », WBGU, Potsdam, Berlin, 2003.

Heckenberger M. J., Kuikuro A., Kuikuro U. T., Russell J. C., Schmidt M., Fausto C., Franchetto B., Amazonia 1492: Pristine Forest or Cultural Parkland? Science 301, 1710 – 1714, 2003.

Instituto Brasileirode Geografiae Estatística (IBGE), « Diretoria de Pesquisas, Coordenação de Agropecuária, Pesquisa da Pecuária Municipal 2003 e 2004 », 2004.

Intergovernmentary Panelon Climate Change (IPCC), « IPCC Third Assessment Report: Climate Change 2001 », 2001.

Intergovernmentary Panelon Climate Change (IPCC), « IPCC Fourth Assessment Report: Climate Change 2007 », 2007.

Koren I., Kaufman Y. J., Remer L. A., Martins J. V., « Measurement of the effect of Amazon smoke on inhibition of cloud formation », Science 303, 1342 – 1345, 2004.

Laurance W. F., Cochrane M. A., Bergen S., Fearnside P. M., Delamônica P., Barber C., D’angelo S., Fernandes T., « The Future of the Brazilian Amazon », Science 291, 438-439 (2001).

Laurance W. F., Williamson G. B., « Positive feedbacks among forest fragmentation, drought, and climate change in the Amazon », Conservation Biology 15, 1529-1535, 2001.

Lewinsohn T. M., Prado P. I., « How many species are there in Brazil? », Conservation Biology 19, 619-624, 2005.

Lilley S., « Paving the Amazon with Soy: World Bank Bows to Audit of Maggi Loan », Special to CorpWatch, 16 décembre 2004.

Mann C. (a), The good earth: Did people improve the Amazon basin? Science 287, 788, 2000.

Mann C. (b), Earthmovers of the Amazon. Science 287, 786-789, 2000.

Marengo J., « Long-term trends and cycles in the hydrometeorology of the Amazon basin since the late 1920s », Hydrological Processes 23, 3236-3244, 2009.

Margulis S., « Causes of Deforestation of the Brazilian Amazon », World Bank Working Paper No. 22. Washington, D.C.: The World Bank, 2004.

Miles L., Grainger A., Phillips O., « The impact of global change on tropical biodiversity in Amazonia », Global Ecology and Biogeography 13, 553-565, 2004.

Nepstad D., Carvalho G., Barros A. C., Alencar A., Capobianco J. P. et al., « Road paving, fire regime feedbacks, and the future of Amazon forests », Forest Ecology and Management 154, 395-407, 2001.

Nepstad D., Mc Grath D., Alencar A., Barro A. C., Carvalho G., Santili M., Vera Diaz M., « Enhanced : Frontier governance in Amazonia », Science 295, 629 – 631, 2002.

Nepstad D., Soares-Filho B., Merry F., Moutinho P., Oliveira Rodrigues H. et al., « The costs and benefits of reducing carbon emissions from deforestation and forest degradation in the brazilian Amazon », The Woods Hole Research Center, Falmouth, USA, 26 p., 2007.

PabónJ. D., « Búsqueda de series de referencia para el seguimiento de la señal regional del calentamiento global », Cuadernos de Geografía 2, 164–173, 1995.

Quintana-Gomez R. A., « Trends of maximum and minimum temperatures in northern South America », Journal of Climate 12, 2104–2112, 1999.

Rosenzweig C., Hillel D., « Climate change and the global harvest: Potential impacts of the greenhouse effect on agriculture », Oxford University Press, Oxford, UK, 324 pp. , 1998.

Rother L., « Relentless foe of the Amazon jungle: soybeans », New York Times, 17 septembre 2003.

Saleska S. R., Didan K., Huete A. R., Da Rocha H. R., « Amazon Forests Green-Up During 2005 Drought », Science 318, 612, 2007.

Samanta A., Ganguly S., Hashimoto H., Devadiga S., Vermote E., Knyazikhin Y., Nemani R. R., Myneni R. B., « Amazon forests did not green-up during the 2005 drought », Geophys. Res. Lett. 37, doi:10.1029/2009GL042154, 2010.

Sioli H., « The effects of deforestation in Amazonia », The Geographical Journal 151, 197-203, 1985.

United Nations’ Development Program (UNDP), Latin American and Caribbean CDM projects, 1st september 2008. [disponible en ligne] http://www.unep.org/pdf/CDM_projectsinlatinAmerica.pdf consulté le 20 décembre 2009.

United Nations’ Environmental Program (UNEP), « Global Environment Outlook », 2008. [disponible en ligne] http://geodata.grid.unep.ch/mod_table/table.php consulté le 22 novembre 2009.

United Nations’ Framework Conventionon Climate Change (UNFCCC), « Greenhouse Gas Inventory Data », 2008. [disponible en ligne] http://unfccc.int/ghg_data/items/3800.php. Consulté le 22 novembre 2009.

United Nations’ Framework Conventionon Climate Change (UNFCCC), a. Project 0667 : Braço Norte III Small Hydro Plant, 2010. [disponible en ligne] http://cdm.unfccc.int/Projects/DB/SGS-UKL1158861297.48 consulté le 2 mars 2010.

United Nations’ Framework Conventionon Climate Change (UNFCCC), b. Project 0668: Braço Norte IV Small Hydro Plant, 2010. [disponible en ligne] http://cdm.unfccc.int/Projects/DB/SGS-UKL1158864605.67consulté le 2 mars 2010.

Viana V. M. Bolsa Floresta (Forest Conservation Allowance), an innovative mechanism to promote health in traditional communities in the Amazon. Estud. av. vol. 22 no.64, 2008

Wallace S., « Farming the Amazon: Last of the Amazon », National Geographic, Janvier 2007.

White A., Cannel M. G. R., Friend A. D., « Climate change impacts on ecosystems and the terrestrial carbon sink: a new assessment », Global Environmental Change 9, 21–30, 1999.

Woods R., « Huge hydro plant planned for Amazon », Energy Tribune, 17 janvier 2008.

World Commissionon Dams (WCD), « The Report of the World Commission on dams », WCD, Cape Town, South Africa, 1999.

Zeng N., Yoon J.-H., Marengo J. A., Subramaniam A., Mariotti C. A. A., Neelin J. D., « Causes and Impact of the 2005 Amazon Drought », Environ. Res. Lett. 3, 014002, doi : 10.1088/1748-9326/3/1/014002., 2008.

Haut de page

Notes

1  Algues capables de fixer l’azote atmosphérique.

2  Programme des Nations unies et de la Norvège annoncé en 2008 visant à réduire la déforestation et dégradation des forêts dans les pays à forêt tropicale et préserver ou augmenter leur capacité de stockage de carbone.

3  Savane arborée du Brésil.

4  Mécanisme de flexibilité du protocole de Kyoto permettant à des pays industrialisés (Annexe 1) soumis à des cibles de réduction d’émission d’obtenir des crédits de carbone en finançant des projets menant à une réduction d’émissions dans un pays non soumis à des cibles. (non Annexe 1)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du climat du Brésil de 1850 à 2100 selon le modèle du Hadley Center, UK
Crédits Source : Cox et al., 2004.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 2. Déclin de la forêt amazonienne à l’horizon 2100.
Crédits Source : Cox et al., 2004.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3. Évolution du stockage de carbone dans les sols et la végétation amazonienne.
Crédits Source: Hadley Center « Stabilising Climate to Avoid Dangerous Climate Change » 2005.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4. Évolution de la déforestation de l’Amazonie
Crédits Données de l’Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais (INPE) dans Butler, 2009.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6597/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 5. Zones d’élevage au Brésil.
Crédits Source IBGE, 2004.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6597/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 6. Les principales zones de culture de la canne à sucre du Brésil.
Crédits Source: CONAB/DIGEM/SUINF/GEOTE, 2007.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6597/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sebastian Weissenberger et Delaine Sampaio da Silva, « « L’Amazonie – victime des changements climatiques ? » », Confins [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/6597 ; DOI : 10.4000/confins.6597

Haut de page

Auteurs

Sebastian Weissenberger

Professeur associé, Institut des sciences de l’Environnement, Université du Québec à Montréal, CP 8888, Succursale Centre-Ville, H3C 3P8, Montréal, Québec, CanadaWeissenberger.sebastian@uqam.ca

Delaine Sampaio da Silva

Post-doctorante au CEMAGREF, UMR G-EAU, Montpellier, Francesampaio.delaine@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org