Navigation – Plan du site
Dossiê / Dossier

Ecoturismo e “hotspots” de biodiversidade aviária no Mato Grosso, que relações espaciais?

Eco turisme et hot spots de bio diversité aviaire au Mato Grosso, quelles relations spatiales ?
Eco-tourism and Avian bio diversity hot spots Mato Grosso, which spatial relations?
Hervé Regnauld, Lucille Hérault, Sonia Chouaieb, Kevin Gouabault, Aurelia Sorribes de Wismes, Carla Moura de Paulo, Marina Catanzaro et Vincent Nédélec

Résumés

L’éco tourisme est une pratique destinée à faire découvrir un milieu “naturel” à des touristes en minimisant les impacts écologiques des visites et en permettant un développement économique profitable au niveau local. La richesse de la biodiversité est souvent un des arguments utilisés pour proposer la mise en place d’un système d’écotourisme. Cette étude montre que les centres d’éco tourisme au Mato Grosso sont très divers et inégalement soucieux de leurs impacts écologiques. Les hot spot de la bio diversité ne sont pas associées au site éco touristiques les plus respectueux de l’environnement, mais à des lieux non touristiques et très anthropisés, les parcs et jardins des exploitations agricoles.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Mato Grosso
Haut de page

Texte intégral

1Né de l’intérêt porté par des voyageurs contemporains au rétablissement des liens avec la nature, en opposition avec la modernité capitaliste, l’éco tourisme est défini comme une “ activité touristique qui utilise sous une forme durable le patrimoine naturel et culturel, qui favorise sa conservation, qui promeut la formation d’une conscience environnementale au travers de l’étude des milieux et qui vise au bien être des populations locales » (EMBRATUR, 1994). Sous cette description dont le caractère angélique a une dimension utopique l’éco tourisme est la forme de tourisme la plus invoquée parmi les acteurs du tourisme en Amazonie et au Pantanal et selon Cruz (2003) ces deux régions sont les sites majeurs de cet éco tourisme au Brésil. Dans la pratique les acteurs du tourisme utilisent de façon équivalente plusieurs termes (tourisme écologique, tourisme de nature) pour désigner des formes de tourisme qui impliquent un contact direct avec la nature et des espaces naturels. Dans cet article nous utilisons le terme éco tourisme pour qualifier un tourisme dont les acteurs ont un contact direct avec la nature mais avec un faible impact négatif sur elle et si possible un fort impact positif. Il s’agit d’un tourisme qui aide à préserver et à gérer les espèces comme les habitats, qui aide les communautés locales à valoriser leur patrimoine naturel (Fennel, 2000). L’éco tourisme est donc un concept plus précis que celui de tourisme de nature (tourisme naturaliste) qui désigne simplement que le tourisme utilise des portions de nature dite préservée (et parfois sauvage, vierge, primaire…) pour des activités sportives ou festives.

2Un des arguments principaux qu’utilisent les acteurs de l’éco tourisme pour désigner le lieu sur le quel ils vont exercer leur activité est l’importance de la biodiversité. Ce terme est employé dans de nombreux contextes, avec des valeurs affectives fortes. Initialement il désigne simplement un rapport (la richesse spécifique), entre une surface donnée et un nombre d’espèces différentes entre elles qui y sont localisées. A partir de là, le terme a été sur valorisé et est devenu indicateur d’une qualité du milieu.

3Il convient de rappeler que la richesse spécifique ne peut pas à elle seule définir l’originalité d’un milieu. Un espace contenant très peu d’espèces mais toutes très rares peut éventuellement être considéré avec plus d’intérêt qu’un autre espace, de même taille, contenant beaucoup d’espèces, toutes banales, répandues et fréquentes. Dans cet article nous utilisons le terme biodiversité pour qualifier un territoire en fonction du nombre d’espèces d’oiseaux qu’on y observe. Le choix de l’avi faune (plutôt que de la végétation, ou des insectes) est déterminé par des raisons pratiques et théoriques.

4En pratique les oiseaux sont plus faciles à repérer et à identifier que les insectes ou les amphibiens en Amazonie, plus nombreux et donc plus faciles à voir que bien des mammifères ou des poissons locaux au Pantanal. Plus fondamentale est la raison théorique exposé dans plusieurs publications récentes (Chadenas 2008, Nores 2009) : les oiseaux sont les animaux qui ont la plus grande mobilité spatiale et qui, en conséquence, réagissent le plus vite aux changements de milieux ou d’occupation du sol. Dans le contexte de Mato Grosso, dont les changements de végétation, de cultures, les extensions urbaines sont récentes et rapides, les oiseaux sont de meilleurs indicateurs que d’autres organismes vivants.

5Si l’on croise les deux notions (éco tourisme et biodiversité) on construit une image d’un territoire idéal : des îles de bio diversité, reliées par des itinéraires préservés et visités par des touristes écologistes et soucieux des habitants locaux. Une telle vision du territoire pose nécessairement la question du statut des espaces où la biodiversité est moindre, le tourisme moins propre et les habitants traités avec moins d’égards. Notre problématique est donc, au départ, exprimable avec un questionnement simple : en quoi la biodiversité aviaire renseigne-t-elle sur la validité de la prétention de certains lieux à revendiquer des formes de tourismes spécifiques ? A un niveau plus abstrait, ce sont les concepts mêmes d’éco tourisme, de bio diversité qui doivent interrogés, sinon dans leur pertinence scientifique, mais à minima, dans l’usage politique qu’il rendent possible.

Méthodologie et données obtenues

6Notre approche de l’éco tourisme et de la biodiversité nous a donc conduit à étudier, en Amazonie et au Pantanal les relations entre politiques de préservation des milieux, et développement économique local.

Présentation des sites et méthodologie

7L´hotel Cristalino Jungle Lodge est situé relativement loin du centre urbain du Nouveau Monde (87 km) et de Alta Floresta (37 km). Cet hôtel est géré par la RPPN du Cristalino qui a comme objectif la conservation de la biodiversité par l’écotourisme, l´ éducation environnementale et la recherche scientifique. Il est en position stratégique, entouré de zones de conservations et de protection. Cependant il a été la cible de quelques invasions, d´incendies et de déforestation ainsi que des menaces de réductions de ses limites (Sasaki & Farias, 2008).

8L’autre hôtel est situé dans la ville de Poconé dans le Mato Grosso. Ce municipe représente 10,21 % de la zone du Pantanal et a une extension territoriale de 17.261 km2 où 31.118 habitants sont présents (IBGE, 2007). Selon Salvati (2002), Poconé vit essentiellement de l’élevage bovin et du soutien de ceux qui passent par la Transpantaneira (route) en voyageant. Le site web de la Ville de Poconé (2008) révèle que les atouts naturels de la ville attirent les écotouristes nationaux et internationaux, parce qu’elle possède une faune exubérante et des paysages très variés.

9L’hôtel, qui a le nom du biome, Pantanal Mato Grosso Hôtel, est situé au kilomètre 65 de l’autoroute Transpantaneira Poconé - MT et est visité par les touristes qui cherchent l´écotourisme. Nous avons cependant remarqué qu’il n’existe pas de politique concernant le tourisme dans la région du Pantanal. Le tourisme n’est pas intégré dans un plan global ayant pour objet la conservation de l’environnement. Dans le cas de la zone d’étude, certaines mesures prises ne sont pas en conformité avec les principes de l’éco tourisme (pas de retraitement des eaux usées avant rejet dans la rivière par exemple), donc ne peuvent pas être classées comme tels. Sur le plan conceptuel, nous pensons qu’il est plus correct de définir le tourisme tel qu’il est pratiqué dans cet endroit en tant que tourisme de nature (et non pas comme éco tourisme), puisque le tourisme est développé en contact avec l’environnement, mais sans les préoccupations environnementales de conservation de l’écosystème.

10Les données relatives à l’hôtel ont été recueillies lors des entrevues avec certains acteurs sociaux. Nous avons pour cela mené un travail de terrain en observation et en enquêtes. Nous avons d’une part cherché à interroger les acteurs clés, particulièrement sur les sites de Pocone et Alta Floresta et nous avons réalisé des entretiens sur questionnaires avec les responsables des hotels, des entretiens semi directifs avec les employés et les clients présents. Nous avons aussi eu des entretiens non dirigés avec d’autres clients, parents par exemple de ceux qui avaient répondu aux entretiens semi directifs.

11Nous avons d’autre part observé la biodiversité à partir de l’avifaune et nous avons suivi une procédure standardisée, qui établit les modalités d’observations et le choix des types de sites pris comme témoins. Dans le cas précis de ce travail la procédure standard (Goodrich et al, 1998) a été modifiée mais le principe général (à savoir 10-12 minutes d’observation par hectare) a été, dans les grandes lignes respecté. Les oiseaux sont identifiés à partir de deux guides principaux, Dalgas Frish ,1981 et Rodrigues Mata et al, 1984 et d’un guide spécifique au Pantanal (Tarso et Palo, 2004)

  • -L’observation est faite selon des séquences de 10 minutes, répétées en points successifs.

  • -Tous les oiseaux repérés dans un rayon de 50m sont notés, même s’ils ne sont pas identifiés.

  • -Un oiseau vu en continu est compté pour un, toute observation en discontinu est comptée pour “ n ».

  • -Le lieu où l’oiseau est posé est noté (ou succession de lieux).

  • Les oiseaux sont classés par espèce (ou espèce probable)

12Cette méthodologie a deux avantages. Le premier est son aspect standardisé, qui rend possible des comparaisons de site à site. Le second est particulièrement important dans le contexte de cette étude : le protocole d’observation est relativement proche de la façon dont les touristes observent réellement les oiseaux, par séquences de courte durée et dans un voisinage relativement proche, à partir de points de vue facilement accessibles. Pour cette raison ce que nous voyons est relativement semblable à ce qu’un touriste intéressé par les oiseaux mais pas nécessairement ornithologue expérimenté verrait aussi.

Résultats

13Cette section présente un résumé, sous forme de tableau, des principales données obtenues lors des interview et enquêtes, puis lors des observations. Les enquêtes sont résumées sous forme de tableaux :le tableau 1 présente, sous forme résumée, une comparaison entre les politiques des deux sites eco-touristiques ; les tableaux 2 et 3 résument les opinions respectives des touristes et des gestionnaires des deux sites. Les observations de l’avi-faune sont présentées sous la forme d’une liste illustrée de quelques photos.

Enquêtes

14Le premier tableau, qui compare les deux établissements montre des points communs et des différences. Dans les deux sites la plupart des impacts augmentent en fonction du nombre de clients présents. Cela indique que la croissance de l’activité est directement cause de l´augmentation des impacts écologiques. Les deux établissements réagissent différemment à ce constat. En Amazonie les programmes environnementaux tentent de réduire les impacts, mais ils ne sont pas en mesure de répondre à tous les impacts identifiés. Dans l´Hôtel du Pantanal, le manque de préoccupation environnementale se traduit par le manque de programmes pour cette question, et explique l´inexistence des réponses de cet établissement au sujet des impacts identifiés.

15Les tableaux 2 et 3 donnent d’autres informations. Les visiteurs de Cristallino sont, pour 41 % d’entre eux attirés par la forêt et par la sensation “ d’endroit mythique dans un cadre rustique et sauvage ». Ces remarques confirment des analyses faites par Coelho (en 1998) selon les quelles l’éco tourisme dans la région amazonienne est caractérisée par l’idée d’un paradis marqué paradoxalement par une végétation abondante, harmonieuse et belle aussi bien que par l´aspect sauvage d’une nature inhospitalière. Ces touristes sont supposés être les défenseurs de la nature et s´énervent quand ils parlent des dommages causés par la civilisation urbaine et industrielle. Ils sont attirés par l’espoir de découvrir ou de retrouver un monde naturel, un monde qui n’est pas atteint par la modernité capitaliste accusé de standardiser et contaminer toute la vie.

16Les ornithologues amateurs (34 %) forment le second groupe de visiteurs et viennent dans un site qui est censé être un des plus riche du Brésil. Ils profitent de l´état excellent de préservation de la végétation. Les autres visiteurs sont des étudiants de la Fondation d’éducation environnementale Ecológica Cristalino (FEC), quelques chercheurs isolés et des personnes qui cherchent le repos et l’évasion en général (Sasaki & Farias, 2008).

17Les visiteurs du Pantanal viennent d’abord pour la pêche qui est pratiquée pour l’abondance de la ressource et sans plan de gestion des stocks. L’hôtel n’a pas de programmes d’éducation ou d’activités de conservation de l’environnement. Le dépôt des eaux usées de l´Hôtel est fait dans les cours d´eau douce voisins, sans aucun traitement. Une autre information recueillie lors des entrevues (tableau 3) est le fait que de nombreux répondants - surtout les cadres et managers - associent la biodiversité locale aux profits de l’entreprise, étant donné que la première est génératrice pour une grande partie de la deuxième. Ceci est démontré par la présence fréquente d’animaux sauvages domestiqués dans l’hôtel qui sont considérés comme une attraction pour les clients. Il est courant que les touristes ou les employés eux-mêmes leur fournissent de la nourriture pour les attirer et les rendre sinon domestiques, du moins dépendants. Dans cet hôtel l’environnement naturel est vu comme un fond, ou comme décor pour un scénario qui recherche principalement les bénéfices économiques. C’est le cas du voyage en bateau sur la rivière, des visites nocturnes, des promenades à cheval et à pied dans la ferme (propriété de l’hôtel pour recevoir les touristes).

Tableau 1 : Amazonie - Cristalino Jungle Lodge

Amazônia – Cristalino Jungle Lodge

Pression sur l’environnement

État actuel

Impact

Réponse apportée par l’hotel

Accroissement de la production d’eaux usées

L’utilisation de fosses septiques

Pollution de la terre

Traitement biologique

Environnements en changements

Ouverture des zones préservées pour la construction de chambres

Le déboisement des forêts

Sans réponse

Nourrir les animaux sauvages

Lles touristes nourrissent rarement les animaux

Changements dans les habitudes naturelles de la faune

Instructions de ne pas les nourrir

Ouvertures de sentiers

Tracés pour traverser le maximum de variété des environnements sans études sur la capacité de charge

Tassement de la terre

Fuite d´animaux, Ouverture de clairières Edge Effect

Sans réponse

Amélioration des infrastructures

Augmenter le nombre de chambres et le confort des hôtes

Attirer davantage de personnes dans la forêt “ sauvage et inhospitalière »

Sans réponse

Pantanal – Hotel Pantanal

Pression

État

Impact

Réponse

Accroissement de la production d’eaux usées

Déversement des eaux usées dans les masses d’eau douce

Pollution de l’eau

Sans réponse

Environnements en changements

Ouverture des zones préservées pour la construction d’aires de réception touristique

Le déboisement des forêts

Sans réponse

Nourrir les animaux

Personnel et les invités nourrissent des animaux sauvages afin de les attirer à l’hôtel

Changements dans les habitudes de la faune

Sans réponse

Pistes ouvertes

Tracés pour traverser le maximum de variété des environnements sans études sur la capacité de charge

Tassement du sol

Perturbation des animaux Ouvertures de canopé, Edge Effect

Sans réponse

Amélioration des infrastructures

Augmenter le nombre de chambres et le confort des hôtes

Attirer davantage de personnes dans la nature “ sauvage et inhospitalière »

Sans réponse

18Les deux tableaux suivants résument l’opinion des visiteurs et l’opinion des acteurs du tourisme.

Tableau 2 : Résumé des opinions des visiteurs sur les installations eco touristiques

Perception des visiteurs

Raison de la visite

Amazonie

Sentiment d’être dans la forêt, stimulé par la visibilité internationale donnée à la région

Pantanal

Facilité d’observation de la faune

Relation entre la valeur de la biodiversité et les profits de l’entreprise

Amazonie

Relation claire et facile à identifier : le site sans la biodiversité ne serait pas si attrayant.

Pantanal

Relation claire et facile à identifier : le site sans la biodiversité ne serait pas si attrayant.

Les visiteurs recherchent ils plus des infrastructures exceptionnelles ou de la biodiversité ?

Amazonie

Une infrastructure luxueuse est essentielle, et décisive pour le choix. Cependant, la biodiversité est aussi extrêmement attrayante et considérée comme un facteur décisif lorsqu’il s’agit de décider où s´héberger

Pantanal

Une bonne infrastructure est essentielle. Cependant, la biodiversité est extrêmement attrayante et considérée aussi comme un facteur décisif

Certification écologique

Amazonie

Elle intéresse, les visiteurs mais les endroits sans certification ne sont pas exclus du tourisme

Pantanal

Cette dernière question n´a pas d´importance pour les visiteurs interrogés

Analyse des pratiques environnementales

Amazonie

Les visiteurs sont concernés et participent aux programmes environnementaux. Ils sont conscients des impacts qu’ils font subir à un milieu naturel.

Pantanal

Les visiteurs ne sontpas attentifs à l’existence de programmes environnementaux. Ils sont indifférent à l’impact de leur accueil dans un milieu naturel. Les pratiques environnementales ne sont pas un facteur déterminant pour le choix de cet d’hôtel.

Nourriture aux animaux

Amazonie

Les visiteurs y sont hostiles

Pantanal

Les visiteurs y sont favorables

Tableau 3 : Résumé des opinions des acteurs des installations eco touristiques

Perception des employés et des gestionnaires

En quoi leur site est il spécifique ?

Amazônia

Sentiment d’être dans la forêt, stimulé par la visibilité internationale donnée à la région

Pantanal

Facilité d’observation de la faune

Relation entre la valeur de la biodiversité et les profits de l’entreprise

Amazonie

La biodiversité est considérée comme une base pour attirer les touristes

Pantanal

La biodiversité est considérée comme une base pour attirer les touristes

Recherche d´infrastructures ou de la biodiversité

Amazonie

La biodiversité est considérée comme une base pour attirer les touristes

Pantanal

L’infrastructure est absolument nécessaire et la biodiversité est un complément attrayant et différencié

Certification

Amazonie

Sont en recherche d’information pour démarrer le processus

Pantanal

Ne portent pas attention à cette dernière question

Pratiques Environnementales

Amazonie

Ils ont des programmes de recherche, de planification et d’éducation environnementale

Pantanal

Ils ont des programmes environnementaux

Nourrir les animaux

Amazonie

Ils s’y opposent

Pantanal

La nourriture est utilisée pour attirer les animaux pendant que les touristes regardent

Biodiversité aviaire

19Les observations de l’avifaune ont concerné 21 sites.

20Site 1

USP São Paulo : L’observation s’est déroulée sur le campus de l’USP, en milieu urbain le 3 juillet 2009 entre 8h15 et 8h35. C’est un lieu de passage très fréquenté principalement en journée. Seules deux espèces d’oiseaux ont été observées, les vanneaux et les pigeons. Ce sont deux espèces très communes, adaptées à la présence humaine.

Figure 1 : Le vanneau de cayenne.

Figure 1 : Le vanneau de cayenne.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

21Site 2 : Vale Encantado, 9 espèces

L’observation a été faite le 5 juillet entre 13h et 13h30. Ce site est localisé en plein Cerrado, à l’écart de l’urbanisation. C’est une aire de loisirs boisée avec une fréquentation changeant selon les périodes de l’année. Neuf espèces différentes ont été repérées. Trois espèces n’ont pas pu être identifiées. Des hirondelles, des tourterelles et des vanneaux sont présents comme dans beaucoup d’autres lieux.

Figure 2 : un pic, le Dryocopus lineata.

Figure 2 : un pic, le Dryocopus lineata.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

22Site 3 : Rodonopolis 1, 4 espèces

L’observation s’est déroulée le 6 juillet entre 7h05 et 7h25, à l’intersection de la rue de l’hôtel et d’un boulevard. Cet axe est très fréquenté par les camions, les voitures et les deux roues. Rondonopolis est une ville de taille moyenne et la circulation est très dense. Seules 4 espèces d’oiseaux, (pigeons, sabias, moineaux, vanneaux), ont été remarquées. Sur 23 observations les pigeons (10) et les vanneaux (9) sont majoritaires, tout comme à São Paulo.

Figure 3 : la ville est un bon trophotope pour certaines espèces : une mangeoire urbaine.

Figure 3 : la ville est un bon trophotope pour certaines espèces : une mangeoire urbaine.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

23Site 4 : Usine bétail, 7 espèces

L’observation s’est faite sur le site de l’usine de transformation d’aliments pour animaux (Zootech), le 6 juillet dans le cours de l’après-midi. Ce lieu est légèrement excentré de la ville de Rondonopolis et fréquentée par les ouvriers de l’usine. L’observation s’est faite près d’un étang. 68 oiseaux, répartis en 7 espèces ont été observés avec une majorité de canards (20), d’egretta thula (20) et d’échasses (15), et un faucon.

24Site 5 : Hotel Rondonopolis 2, 4 espèces

Les conditions d’observation sont identiques à celles de la veille. La seule variante est l’heure plus matinale, de 6h 25 à 7h (le 7 juillet) et donc une circulation moindre. 31 oiseaux répartis dans 4 espèces différentes, avec une majorité de pigeons (21) ont été comptabilisés. Plus l’heure avançait, plus la circulation était importante et donc génératrice de nuisances sonores et moins les oiseaux se faisaient nombreux.

25Site 6 : Champ de Coton, 1 espèce

L’observation s’est faite le 7 juillet de 9h45 à 10h05. C’est un espace en milieu agricole avec des champs de coton à profusion et par conséquent la fréquentation se limite aux propriétaires des terres, aux ouvriers agricoles et à quelques véhicules. Une seule espèce a été observée : 3 urubus. C’est l’absence d’arbres et la pollution agricole qui sont à l’origine de cette absence de diversité avifaunistique. Les espèces telles que les hirondelles ou les vanneaux ne sont pas présentes car elles se nourrissent d’insectes et de mollusques totalement absents à cause des pesticides et défoliants. Les urubus se nourrissent des charognes tuées par la circulation des camions sur la route.

Figure 4 : Un cold spot absolu

Figure 4 : Un cold spot absolu

Photo: Hervé Regnauld, 2009

26Site 7 : Chapada dos Guimaraes, 9 espèces

L’observation s’est déroulée le 7 juillet entre 13h et 14h. Ce milieu naturel possède une biodiversité végétale riche. Sa fréquentation se résume à une activité touristique. Beaucoup d’espèces n’ont pas pu être formellement identifiées. En effet sur 9 espèces seuls 6 ara macap ont été clairement reconnus sur 28 oiseaux au total. Ces aras ont été repérés au-dessus de la canopée, près d’un escarpement en bordure du plateau.

27Site 8 : Fazenda Ribeiro do Ceu, 15 espèces

L’observation s’est faite, le 8 juillet, en deux temps. La première de 14h à 15h et la deuxième de 17h à 17h30. Cette fazenda est entourée de cultures (comme le champ de coton du site 6) mais elle comporte en son centre une sorte de parc jardiné avec des points d’eau, des arbres et des massifs de fleurs. C’est la première fois qu’un si grand nombre d’espèces (15) est identifié. Sur 119 oiseaux les crotophaga ani, les vanellus cayannensis, les pigeons, les tourterelles et les urubus représentent le plus grand nombre d’individus. La présence de 2 faucons et de 3 colibris est à noter. Les occasions de rencontrer ces deux espèces sont rares.

Figure 6 : Deux aras sub domestiques

Figure 6 : Deux aras sub domestiques

Photo: Hervé Regnauld, 2009

28Site 9 : Sorriso Hotel, 7 espèces

L’observation s’est faite devant l’hôtel, en ville, le 10 juillet de 7h 15 à 7h45. Cette ville est plus petite que la ville de Rondonopolis mais toutefois, sa fréquentation reste importante. 39 oiseaux répartis en 7 espèces différentes ont été repérés. La taille de la ville est-elle à l’origine de cette plus grande diversité en comparaison avec la ville de Rondonopolis ?

29Site 10 : Fazenda Sta Maria d’Amazonia , 14 espèces

L’observation s’est faite le 10 juillet de 15h à 16h30. Le centre de cette fazenda est très bien entretenu et est organisé comme un jardin à proximité d’un large cours d’eau. La fréquentation se limite aux propriétaires des lieux et à leurs employés personnels. Les ouvriers agricoles n’y ont pas accès en temps normal. C’est une fazenda atypique, qui joue un rôle de vitrine et c’est un endroit idéal pour de nombreux oiseaux. 14 espèces différentes ont été reconnues pour un total de 98 oiseaux. Les espèces les plus représentées sont entre autres les petits sabias, les paoaria capitata, les cyanocorax cyanopogon et les émeus (Rhea americana) qui sont observés pour la première fois.

30Site 11 : Hotel Sorriso, 4 espèces

L’observation se déroule en début de matinée, de 7h10 à 8h, le 11 juillet, près de l’hôtel. Seulement 4 espèces ont été remarquées : 33 maritacas, 10 moineaux, 3 oiseaux d’une même espèces non identifiée et 2 mini sabias. Il s’agit principalement d’espèces qui se sont adaptées aux villes si elles comptent beaucoup d’arbres en alignement dans les rues ou en boisement compact.

31Site 12 : parc Sinop 12/7, 11 espèces

L’observation s’est faite le 12 juillet entre 16h15 et 17h45. Le parc est légèrement excentré dans la ville de Sinop mais sa fréquentation par les promeneurs n’est pas négligeable. 11 espèces ont été rencontrées, dont une grande majorité de pigeons (32). Le parc a été aménagé autour d’un plan d’eau. La plupart des espèces observées l’ont été près de celui-ci. Les aras sont quasi domestiques et se nourrissent dans les poubelles.

Figure 7 : Trophotope urbain : les aras tirent partie de toutes les ressources.

Figure 7 : Trophotope urbain : les aras tirent partie de toutes les ressources.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

32Site 13 : Alta Floresta jardin , 12 espèces

Les observations ont été faites dans le jardin de l’hôtel le 14 juillet de 6h10 à 6h30. Il est fréquenté par les clients de l’hôtel dont certains sont des touristes birdwatchers. C’est un vaste espace aménagé, avec de nombreuses variétés d’arbres. Ceci explique la présence d’un grand nombre d’oiseaux. Ces derniers évoluent sans prédateurs. 12 espèces différentes dont 35 perroquets qui se sont adaptés à l’homme ont été repérées.

33Site 14 : Ferme Caiabi, 10 epèces

L’étude s’est déroulée le 14 juillet de 9h50 à 10h30. C’est un milieu naturel légèrement aménagé par l’homme dans le cerrado pour l’élevage extensif de bovins. Sa fréquentation est réduite aux employés. 10 espèces différentes, dont un grand nombre d’urubu (82), ont été repérées. Les urubus ont certainement été attirés par la présence d’une charogne.

Figure 8 : Prédateurs au raz du sol en milieu d’élevage.

Figure 8 : Prédateurs au raz du sol en milieu d’élevage.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

34Site 15 : Pisciculture, 15 espèces

L’observation s’est faite de 12h à 12h30 le 14 juillet. Situé dans un milieu relativement boisé, ce site est artificiel avec des bassins creusés par l’homme. Sa fréquentation se limite aux personnes entretenant le lieu, aux clients en excursion. L’eau des bassins a été amenée jusque dans ces derniers et est régulièrement oxygénée. Il en résulte, sur les berges, une grande diversité floristique. 15 espèces ont été identifiées mais les jabirus et urubus sont les plus nombreux (30 par espèce).

35Site 16 : Cristalino foret, 8 espèces

L’observation a été faite le 15 juillet de 10h à 10h50. C’est un site dans un milieu naturel en Amazonie brésilienne et donc peu fréquenté ! La végétation est constituée de strates différentes et la biodiversité végétale est grande. Il y a de nombreux oiseaux mais également des singes, des capivaras, de nombreux insectes. Le nombre d’oiseaux observé paraît moins important que dans d’autres sites (tels la pisciculture ou la ferme Caiabi).

Figures 9 et 10 : Psarocolis decumanus et son nid.

Figures 9 et 10 : Psarocolis decumanus et son nid.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

36Site 17 : Cristalino fleuve, 8 espèces

Les observations ont été effectuées sur le fleuve, à bord d’un bateau, le 16 juillet entre 17h et 17h30. 8 espèces ont été repérées. 15 perroquets et autant d’hirondelles ont été comptabilisés.

Figure 11 : Egrette le long du fleuve

Figure 11 : Egrette le long du fleuve

Photo: Hervé Regnauld, 2009

37Site 18 : Cristalino fleuve (2), 9 espèces,

Les observations ont été faites sur les berges du Cristalino, le 16 juillet, tout près de l’hôtel. Elles se sont étendues sur toute la journée dès 7h40 jusqu’à 17h.

38Site 19 : Fazenda Peugeot, 8 espèces

Les observations se sont déroulées le 19 juillet de 6h30 à 7h. A une quarantaine de kilomètres de la ville de Cotriguaçu la fazenda a mis en place un programme contre les émissions de carbone. C’est un milieu préservé au maximum et fréquenté par quelques curieux ou par des écoles. L’avifaune cependant compte principalement des espèces très communes avec une majorité de tourterelles, de moineaux et d’hirondelles.

Figure 12 : Une sentinelle à proximité d’un bac

Figure 12 : Une sentinelle à proximité d’un bac

Photo: Hervé Regnauld, 2009

39Site 20 : Juina, 7 espèces

L’observation a eu lieu entre 10 et 10h30, le 20 juillet dans un jardin d’arbres fruitiers en bordure d’une futaie élevée, à proximité d’un couvent.

40Site 21 : Pantanal, hôtel,, 24 espèces + le 24 : 4 espèces nouvelles

Les observations ont eu lieu les 23 et 24 juillet, à plusieurs reprises dans les deux journées, dans le jardin de l’hôtel et le long de la berge de la rivière. La plupart des espèces sont semi domestiques et viennent se nourrir dans une mangeoire. Plus loin, le long de la route, le 24, d’autres espèces ont étés observées (ardéidées pour l’essentiel). Les deux jours étaient très pluvieux et venteux : aucun vol d’oiseau en altitude (au dessus de la canopé) n’a été signalé.

Figure 13 : Paroaria capitata et mangeoire entretenue pour les activités touristiques

Figure 13 : Paroaria capitata et mangeoire entretenue pour les activités touristiques

Photo: Hervé Regnauld, 2009

41Discussion

42Nos enquêtes permettent de faire une différence assez nette entre les deux hôtels, et les observations de l’avifaune ne confirment pas que la biodiversité maximale serait à Cristallino plutôt que dans le jardin d’une fazenda. Ces points doivent donc être discutés en détail.

43Le tableau 2 qui décrit les perceptions des touristes interrogés montre que la prise de conscience environnementale est inégalement répandue. Il est net que les touristes en Amazonie sont plus soucieux des impacts qu’ils causent et plus attentifs à les minimiser. La question est alors de savoir si c’est cette préoccupation qui les a conduit à venir dans ce lieu particulièrement bien préservé ou si c’est parce que l’hôtel a une politique environnementale que les touristes sont devenus conscients de leurs impacts. Il semble que les touristes soient informés avant de venir et donc plus exigeants une fois sur place. Ils font le choix de venir dans un site qu’ils pensent exceptionnel du point de vue environnemental. Ils veulent un contact avec une nature idéalement vierge. En conséquence les gestionnaires de l’hôtel doivent absolument leur montrer cette nature idéale (fantasmée ?) et il faut également qu’ils gèrent leur activité en minimisant les effets secondaires. En expliquant comme ils gèrent leur entreprise les responsables confortent l’image d’un site exceptionnel dans une nature durablement sauvage et en retirent un bénéfice d’image, qui va séduire des touristes de plus en plus exigeants. Il y a donc un système en boucle cumulatif : les touristes exigent que l’hôtel soit de plus en plus écologiquement parfait , et l’hôtel, en montrant ses efforts accueille des touristes plus exigeants, donc prêt à payer plus cher. Dans le Pantanal rien de semblable n’a pu être discerné dans les entretiens.

44Il est intéressant de noter que pour les responsables des deux hôtels la biodiversité est un des facteurs principaux du succès et elle est selon eux, largement responsable de la génération de bénéfices pour l’entreprise. Ainsi, la conservation de la biodiversité peut être considérée comme la base du succès économique de l’écotourisme, tandis que sa destruction risque d’entraîner une baisse des profits. Cette relation est la base de tout débat à propos de l’éco tourisme et fait clairement voir la dépendance entre l’activité économique et la conservation de la biodiversité. Ainsi, les acteurs touristiques qui ne font pas attention à ces questions se dirigent vers une croissance économique à court terme et ont leurs activités vouées à l’échec après avoir consommé l’environnement dans lequel ils se développent.

45L’observation de l’avifaune renseigne sur la biodiversité et sur sa répartition spatiale. Elles permettent des interprétations qui nuancent fortement les discours précédents.

Graphique n° 1 : nombre d’oiseaux observées sur chaque site, toutes espèces confondues.

Graphique n° 1 : nombre d’oiseaux observées sur chaque site, toutes espèces confondues.

46Sur le graphique1, se trouvent en abscisse les différents sites d’observation, numérotés de 1 à 21 (cf. liste des sites dans la partie méthode) et en ordonné le nombre d’oiseaux observés (toutes espèces confondues) est indiqué, alors que le graphique n° 2 (infra) présente le nombre d’espèces observées sur chaque site.

47C’est sur le site de la pisciculture (15) que l’on retrouve le maximum d’oiseaux, puis dans le Pantanal (21). Dans ces sites on observe 150 oiseaux en 10 minutes, ce qui est considérable et implique nécessairement que soient présentes des espèces grégaires, vivant en colonies, y compris hors période de nidification. Il faut pour cela une nourriture abondante et régulière, que le dérangement soit faible et que les espèces soient relativement indifférentes à l’homme afin que les colonies ne fuient pas à l’arrivée des observateurs.

48Les oiseaux sont également nombreux sur l’hôtel du Pantanal (21), l’exploitation forestière de Caiabi (14), l’exploitation mécanisée de Ribeiro Do Ceu (8), et les fazendas Peugeot (19) et Santa Maria Da Amazonia (10). Ces sites sont des milieux tres artificialisés, comparables à des jardins situés, un peu comme des oasis, au milieu d’aires urbaines ou d’aires de cultures intensives. Elles offrent une grande variéte d’arbres, de fleurs, de sites de nidification et connaissent peu de dérangement.

49Le minimum a été relevé dans les grandes surfaces cultivées en coton, avec seulement 3 urubus (Coragyps atratus), ainsi qu’à l’université de Saõ Paulo. Peu d’oiseaux ont étés rencontrés sur le site de Cristalino en forêt (16), sur la rivière (18) et sur la Chapada Dos Guimares. Cela est du à plusieurs facteurs. Les grandes étendues de coton offrent trés peu d’occasion de nourriture, ce qui est sans doute lié aux 17 aspersion d’insecticides, pesticides, défolianst par an. Le campus de l’USP abrite peu d’oiseau mais aucune explication claire ne s’impose. Les oiseaux observés sont grégaires ( vanneaux et pigeons) et sont nombreux sur d’autres sites de la ville. Il est possible que des observations faites à d’autres heures donnent des résultats différents . Pour les sites les plus “naturels” en apparence (Cristalino et Chapada Dos Guimares) l’explication est toute autre. Il y a peu d’oiseaux parce qu’il y a de très vastes espaces, relativement riches en nourriture et qu’il n’y a donc aucune contrainte de rassemblement autour d’un site privilégié. De facon plus générale cette observation est en conformité avec d’autres observations en forêt dense sud américaine. Nores (2009) mentionne en effet :

“However, a problem is apparently affecting bird populations in these habitats, to the extent that most of the sites that I have studied in the last few years were practically “ornithological deserts”. Censuses conducted in the Amazon rainforest in Ecuador and Bolivia have revealed no more than 15 species and 18 individuals in 1 day. It is evident that this is not a problem of the kind usually induced by humans at a local level, such as deforestation, hunting or pesticide use. The low diversity and activity were observed not only in disturbed habitats, but also in well-preserved national parks and reserves.”

Figure 14 : La foret à Cristallino et un nid d’Urubu, difficile à percevoir

Figure 14 : La foret à Cristallino et un nid d’Urubu, difficile à percevoir

Photo: Hervé Regnauld, 2009

Figure 15 : La rive du fleuve dans le Pantanal

Figure 15 : La rive du fleuve dans le Pantanal
Le graphique de la figure n° 2 montre le nombre d’espèces vues sur chaque site. En abscisse, sont représentés les différents sites et en ordonnée, le nombre d’espèces.

Graphique n° 2 : nombre d’espèces observées par site.

Graphique n° 2 : nombre d’espèces observées par site.

50Le maximum d’espèces observées, se situe dans le Pantanal (21), avec 27 espèces. C’est le hot spot parfait pour la biodiversité. À l’inverse, le minimum se trouve sur le champs de coton, où seulement 3 urubus sont présents soit une espèce, unique (cold spot absolu). Les sites urbains sans jardins comme l’université de Saõ Paulo (1), Rondonopolis (3, 5) et Sorriso (11) présentent une faible diversité. Il semble donc que la biodiversité aviaire est plus grande dans les milieux semi-anthropiques (ou semi-naturels) tels que la pisciculture (15), les jardins des grandes exploitations mécanisées Ribeiro Do Ceu (8) et la fazenda Santa Maria Da Amazonia (10), et non dans les espaces considérés comme les plus naturels comme le parc Cristalino (forêt (16), rivières (17,18)).

51Une comparaison entre le site amazonien (Cristallino) et le site du Pantanal (21) est emblématique de cette interrogation : la biodiversité est moins forte dans la nature préservée que dans un milieu relativement anthropisé.

Figure 16 : Pantanal, un jabiru domestiqué, ou presque

Figure 16 : Pantanal, un jabiru domestiqué, ou presque

Photo: Hervé Regnauld, 2009

Figure 17 : Un des rapaces les plus communs de la facade atlantique de l’Amérique du sud, du Brésil aux iles Falkland, le caracara (Polyborus plancus) est ici quasi domestique.

Figure 17 : Un des rapaces les plus communs de la facade atlantique de l’Amérique du sud, du Brésil aux iles Falkland, le caracara (Polyborus plancus) est ici quasi domestique.

Photo: Hervé Regnauld, 2009

52Au Pantanal, dans un jardin ouvert et clair, situé au bord de la rivière nous avons vu 153 oiseaux de 27 espèces (cf. graphique n° 1), contrairement au site du Cristalino (16, 17), où nous n’avons observé que 9 espèces. La forte densité de la végétation empêche une bonne observation mais la plus part des oiseaux ont été identifiés par leur chant et n’ont pas tous été vus. On parle d’identification “contact”.

53Cette grande différence entre les deux sites s’explique d’abord par les conditions physiques de l’environnement. Cristallino est en forêt et la rivière qui y passe est bordée de forêts galeries trés denses. Au Pantanal l’hotel compte un jardin, et des bosquets. Aux alentours se situent des pâtures ouvertes, des bois denses, des marécages, bref différents types de milieux végétaux. En comparaison la forêt amazonienne est un milieu très homogéne, peu varié. C’est une vaste ressource de nourriture mais pour des oiseaux spécifiques. Dans le Pantanal, aux oiseaux forestiers s’ajoutent nombre d’ardéidés (type héron, cigognes), d’anatidés (canards), ainsi que d’autres oiseaux pécheurs (dont des cormorants). Autour des pâtures (et du bétail) on trouve aussi des oiseaux qui se nourissent des insectes associées aux bêtes et à leurs déjections. Il est évident que des milieux variés, valorisés par des activités agricoles non toxiques offrent plus de niches écologiques variées qu’une seule parcelle de forêt homogène, fût-elle aussi immense et préservée comme à Cristallino.

54Le graphique n° 3 couple le nombre de site où une même espéce a été observée (en rouge) et le nombre total d’oiseaux de cette espéce qui ont été observés (en bleu). Il ne tient pas compte des espéces qui n’ont été observées qu’une seule fois. Ce graphique permet de completer les interprétations.

55Les espèces les plus représentées, comme Coragyps atratus (134 oiseaux) ont été aperçu sur 6 sites. Columba cayenensis (71 oiseaux) et Scardafella squamata (100 oiseaux) ont été vus sur 9 sites. Les espèces les moins représentées comme les rapaces (Butéo, Harpia, Falco..) n’apparaissent que sur 2 à 3 sites. Logiquement, du moins en apparence, les espèces les plus représentées sont réparties sur de grands nombres de sites, et inversement.

Graphique n° 3 : nombre d’oiseaux observés par espèces (bleu) et nombre de sites où ils ont été observés (rouge).

Graphique n° 3 : nombre d’oiseaux observés par espèces (bleu) et nombre de sites où ils ont été observés (rouge).

56Les oiseaux les plus fréquents appartiennent à des groupes bien définis. Les plus nombreux sont des charognards occasionels ou des détritivores (Crotophaga, Coragyps) habitués aux hommes et à leurs activités. Un second groupe compte des colombidés et des hirondelles, qui sont fréquents partout dans le monde dès lors qu’il y a des graines et de la nourriture au sol pour les premiers et des insectes volants pour les seconds.Un troisième se compose principalement d’échassiers (aigrettes, jacanas), ce qui est parafaitement normal vu le nombre de nos sites qui sont au bord de l’eau. Le dernier groupe important est celui des aras et des perroquets en général et il est spécifique à l’Amazonie.

57Il n’y a rien de trés original dans une telle distribution. On trouverait des observations similaires sur des sites tempérés, avec les oiseaux commensaux des hommes sur les sites les plus nombreux (Chadenas, 2008) et en plus grande quantité. Evidemment les pscitacidés (aras et perroquets) seraient remplacés par des passereaux tempérés mais la structure de la distribution serait semblable.

58Le point fondamental est que, dans la partie du Mato Grosso que nous avons traversée la biodiversité aviaire est avant tout dépendante de la variétés des milieux crées par les hommes et de la quantité de nourriture qu’ils y laissent. Si elle concerne les oiseaux les plus fréquents, la biodiversité aviaire ne donne donc pas d’informations trés originales sur les milieux. Ce qui est trés intéressant, finalement, sont les cas où la biodiversité est faible. Les cultures de coton sont des espaces immenses dans les quels la vie aviaire est semble-t-il impossible. Ce sont des low spots (ou cold spot) absolus pour la biodiversité. Les villes dont le traffic automobile est dense sont également des cold spots en biodiversité.

59Ce que l’observation de la biodiversité aviaire fait ressortir n’est absolument pas l’existence de milieux naturels riches mais l’importance de milieux anthropisés en jardin ou stérilisés en grandes mono cultures.

Conclusion

60L’étude de l’eco tourisme fait ressortir l’importance de cette activité dans l’économie locale mais à l’échelle hyper –locale. Il ne parait pas réaliste d’imaginer que le Mato Grosso sera un jour un état caractérisé par l’eco tourisme. Il peut abriter des isolats ponctuels, dans des forêts préservées ou le long de marais actifs. L’essentiel du territoire du Mato Grosso est cependant un espace où les pratiques agricoles (et dans une moindre mesure urbaines) définissent des paysages et imposent des contraintes radicales à l’avifaune.

61Le comportement des touristes est intéressant puisqu’ils ont la capacité de trouver les bons spots et sont capables de privilégier celui d’entre eux qui est le plus naturel (le moins transformé) alors que ce n’est pas le plus riche en biodiversité. Implicitement c’est la notion même de biodiversité qui est mise en cause : elle ne décrit pas à coup sur un milieu “naturel”, elle désigne un site où la richesse peut avoir été instituée par les hommes et leurs aménagements.

Figure 18 : Il y a plus de nourriture, pour ce pic (Colaptes campestris) dans un jardin irrigué que dans la forêt “naturelle”

Figure 18 : Il y a plus de nourriture, pour ce pic (Colaptes campestris) dans un jardin irrigué que dans la forêt “naturelle”

Photo: Hervé Regnauld, 2009

62La notion d’eco tourisme doit alors être découplée d’un lien simple avec la biodiversité. Elle s’inscrit probablement plus dans une représentation idéalisée de la nature que dans une connaissance scientifique des écosystèmes.

Haut de page

Bibliographie

Ab’Saber, A. N. O. “ Pantanal Mato-Grossense e a Teoria dos Refúgios » Revista Brasileira de Geografia, Rio de Janeiro, v. 50, n. especial, p. 9-59. 1988.
Disponível em
<
http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/monografias/GEBIS %20- %20RJ/RBG/RBG %201988 %20v50_n2_Numero_Especial.pdf> Acesso em 01.set.08.

Abdon, M. M. ; Silva, S. V. da. “ Delimitação do Pantanal Brasileiro e suas sub- regiões”. Pesquisa Agropecuária Brasileira, Brasília, v. 33, n. Especial, p. 1703-1711, out. 1998.
Disponível em
http://webnotes.sct.embrapa.br/pab/pab.nsf/dfe523788c4d9ae503256508004f34ca/71ea1befe8423c820325687e0047c590/$FILE/073-pant.pdf. acesso em 08.set.08.

Atkinson P.W., Crooks S., Grant A., Rehfish M.M. “The success of creation and restauration schemes in producing intertidal habitats suitable for water birds”. English nature research papers, n° 425 : 1-166, 2001.

Chadenas C. L’homme et l’oiseau sur les littoraux d’Europe occidentale. L’Harmattan, 1-293, 2008.

CI – Conservation International. Pantanal. Belo Horizonte, 2003.
Disponível em
<
http://www.conservation.org.br/onde/pantanal/> Acesso em 13.set.08.

Coelho, M.C.N. “Natureza e Discurso Ecoturístico na Amazonia. Revista Território, ano III, n. 5, jul./dez. 1998.

Cruz, R. de C. A. da. Introdução à geografia do turismo. 2 ed. São Paulo : Roca, 2003.

Dalgas Frish, J. Aves Brasileiras , vol 1 and 2, Dalgas ed : 1-353, 1981

Durand J.M., Hjermann D.O., Frederiksen M., Charassin J.B., Le Maho Y., Sabarros P.S., Crawford R.J.M., Stenseth N.C. “Pros and cons of using sea-birds as ecological indicators”. Climate research, 39 : 115-129, 2009.

EMBRATUR. Diretrizes para uma política nacional de Ecoturismo. Brasília : EMBRATUR, 1994.

Fenell, D. A. Ecoturismo. Tradução de Inês Lohbauer. São Paulo : Contexto, 2002.

Goodrich L.J.,Viverette C., Senner S.E., Bildstein K.L.” Long term use of breding birds census plots to monitor populations of neotropical migrants breeding in deciduous forests in easterrn Pensylvania, USA.” In Dallmaaier F. and Comisberg J.A. Eds: Forest biodiversity in north central South Ameriica and the Caribbean, MAB vol 21, 1988, 149-164.

IBAMA. GeoBrasil 2000 : Perspectivas do meio ambiente no Brasil. Brasília : IBAMA, 2002.

IBGE – Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. Cidades@. Brasil, 2008.
Disponível em
http://www.ibge.gov.br/cidadesat/default.php. Acesso em 20.set.08.

ISA – Instituto Socioambiental. Almanaque Brasil Socioambiental. São Paulo : ISA, 2008.

Lee M. “Coastal defence and the habitat directive: prediction of habitat changes in England and Wales” . The Geographical Journal, 167, 1: 39-56, 2001.

Nores M. “Are bird populations in tropical and subtropical forests of South America affected by climatic change?” Climatic Change, 97, 3-4 : 543-551, 2009.

POCONÉ. Prefeitura Municipal de Poconé. Meio Ambiente. Poconé, 2008.
Disponível em
http://www.pmpocone.com.br/index.php ?exibir =secoes&ID =46. Acesso em 20.set.08.

Rodrigues Mata J.R., Erize F., Rumbell M. Birds of South America, Collins, 1-356, 1984.

Salvati, S. S. “Ecoturismo no pantanal brasileiro e boliviano : estudo de políticas e alternativas sustentáveis”. Dissertação (Mestrado em Integração da América Latina) – PROLAM – Programa de Pós-Graduação em Integração da América Latina da Universidade de São Paulo. São Paulo : Universidade de São Paulo, 2002. 139p.

Sasaki, D. ; Farias, R. A. de. » Plano de Manejo das RPPNs Cristalino I, II e III ». Alta Floresta : Fundação Ecológica Cristalino, 2008.

Tarso (de) Zuquim Antas P., Palo Junior H. Pantanal, Guia de Aves, SESC Nacional, 1-246, 2004.

Théry, H. “Situações da Amazônia no Brasil e no continente.” Estudos Avançados, São Paulo, v.19, n.53, janeiro – abril. 2005.
Disponível em
<
http://www.scielo.br/scielo.php ?pid =S010340142005000100003&script =sci_arttext&tlng =en> Acesso em 9.dez.2008.

Théry H., Mello, N. A. de ;. Atlas do Brasil : Disparidades e Dinâmicas do Território. São Paulo : Editora da Universidade de São Paulo, 2005.

Whittaker A. “A new species of forest falcon (falconidae : micraster) from S.E. Amazonia aand the Atlanttic rainforest of Brazil”. The Wilson bulletin, 114, 4: 421-445, 2002.

Whitney B.M. “ Birding in Alta Floresta region, N. Mato Grosso, Brazil”. Cotinga, vol 7, 64-68.1996.

Livros / Livres

Brunet R., Ferras R., Théry H. Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique. Paris/​Montpellier : La Documentation Française/​RECLUS, coll. “ Dynamiques du territoire », 520 p., 1993.

Capítulos de livros / Chapitres de livres

Nazo, G. N. e Mukai, T. “ O direito ambiental no Brasil : evolução histórica e a relevância do direito internacional do meio ambiente”. In : Ribeiro, Wagner. (Org.) Patrimônio Ambiental Brasileiro. São Paulo : Edusp/Imprensa Oficial do Estado de São Paulo, 2003. pp. 91-124.

Artigos em periódicos / Articles de revues

Silva, A. C. da. “ A concepção clássica da Geografia Política ». Revista do Departamento de Geografia, São Paulo, n.3, p. 103-107, 1984.

Teses e dissertações / Thèses et mémoires

Ziglio, L. A Convenção de Basiléia e o destino dos resíduos industriais no Brasil. São Paulo, 2005. Dissertação de mestrado (Mestrado em Geografia Humana) – Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas, Universidade de São Paulo.

Congressos / Congrès

Cedro, P. E. “ El caso del Mercosur ». In : Congresso Europeo de Latinoamericanistas, 1, Salamanca, 1997.

Artigos de jornal / Article de presse

Gullar, F. “ Pesadelos ». Folha de S.Paulo, São Paulo, 21.5.2006. p. E14.

Fontes eletrônicas / Publications électroniques

Barros, M. V., Barros, O., Mello, N. A. De, Théry, H., “ Londrina, de la ville pionnière à la maturité », M@ppemonde, N° 73 (1-2004), <http://mappemonde.mgm.fr/num1/articles/art04106>

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : liste (provisoire) des espèces rencontrées

Rheidae : Rhea americana

Phalarocroracidae : Phalarocrocorax olivaceus

Anhingidae : Anhinga anhinga

Ardeidae : Aigrettes : Bubulcus ibis (cattle egret) ; Egretta alta (ou Casmerodius albus) et Egretta thula ( à bec noir) ; Herons : Philherodius pileatus (bec bleu), Area cocoi (type heron gris), Nyctycorax nyctycorax

Ciconiidae : Mycteria americana (ou jabiru) à tete et cou foncé et Jabiru mycteria (anneau rouge au cou)

Cathardidae : Coragyps atratus

Threskionitidae : Phimosus infiscatus (noir, bec rouge), Mesembrinibis cayenensis (noir bec noir)

Accipitridae : Elanoides forficatus, Buteo magnirostris, Polyborus plancus

Pandionidae : Harpia harpyja

Falconidae : Falco sparverius

Cracidae : Crux fasciolata

Rallidae : Porphyrula martinica

Jacanidae : Jacana jacana

Charadriidae : Vanellus chilensis

Recurvirostridae : Himantopus himantopus (à vérifier)

Laridae : sternes

Columbidae : Scurdafella squamata, Columba cayenensis

Psittacidae : Ara macap (rouge) Ara ararauna (bleu et jaune) Ara nobilis ou militaris (vert et rouge)

Cuculidae : Guira guira (avec lg queue et dréte, brun..) Crotophaga ani (lg queue, tout noir)

Strygidae : Tyto alba (effraie), Speotyto cunicularia ou Athena cunicularia(chouette des terriers),

Trochylidae : colibris

Alcedinae : Ceryle torquata, Chloroceryle amazona

Ramphastidae : (à verifier avecc minutie !) Ptéroglossus araacari et Ptérog bitorquatus

Picidae : Campephilus melanoleucos et Colaptes campestris (et aussi ?Mélanopes cruentatus)

Tyranidae : Pitangus sulphuratus (grand) et Pitangus lictor, Machetornis rixosus

Hirundinidae : Progne chalyba

Corvidae : Cyanocorax cyanomelas, Cyanocorax cyanopogon

Troglodytidae : Troglodytes aedon

Turdidae : Turdus rufiventus

Icteridae : Psarocolius decumanus, Icteris cayanensis, Molothus badius

Thraupidae : Thraupis palmarum, Thraupis sayaca, Ramphocelus carbo

Emberizidae : Saltator coerulescens, Paroaria gularis (ou capitata), Paroaria coronata, Sicalis flaveola, Sicalis luteola

Ploceidae ? : Passer domesticus

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le vanneau de cayenne.
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2 : un pic, le Dryocopus lineata.
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3 : la ville est un bon trophotope pour certaines espèces : une mangeoire urbaine.
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4 : Un cold spot absolu
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 6 : Deux aras sub domestiques
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 7 : Trophotope urbain : les aras tirent partie de toutes les ressources.
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 8 : Prédateurs au raz du sol en milieu d’élevage.
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figures 9 et 10 : Psarocolis decumanus et son nid.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 11 : Egrette le long du fleuve
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 12 : Une sentinelle à proximité d’un bac
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 13 : Paroaria capitata et mangeoire entretenue pour les activités touristiques
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique n° 1 : nombre d’oiseaux observées sur chaque site, toutes espèces confondues.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-13.png
Fichier image/png, 2,2k
Titre Figure 14 : La foret à Cristallino et un nid d’Urubu, difficile à percevoir
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 15 : La rive du fleuve dans le Pantanal
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique n° 2 : nombre d’espèces observées par site.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-16.png
Fichier image/png, 2,2k
Titre Figure 16 : Pantanal, un jabiru domestiqué, ou presque
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 17 : Un des rapaces les plus communs de la facade atlantique de l’Amérique du sud, du Brésil aux iles Falkland, le caracara (Polyborus plancus) est ici quasi domestique.
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique n° 3 : nombre d’oiseaux observés par espèces (bleu) et nombre de sites où ils ont été observés (rouge).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-19.png
Fichier image/png, 10k
Titre Figure 18 : Il y a plus de nourriture, pour ce pic (Colaptes campestris) dans un jardin irrigué que dans la forêt “naturelle”
Crédits Photo: Hervé Regnauld, 2009
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/6803/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Regnauld, Lucille Hérault, Sonia Chouaieb, Kevin Gouabault, Aurelia Sorribes de Wismes, Carla Moura de Paulo, Marina Catanzaro et Vincent Nédélec, « Ecoturismo e “hotspots” de biodiversidade aviária no Mato Grosso, que relações espaciais? », Confins [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 18 juillet 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/6803 ; DOI : 10.4000/confins.6803

Haut de page

Auteurs

Hervé Regnauld

Université de Rennes 2, Laboratoire Costel, Rennes, França
Herve.regnauld@uhb.fr

Lucille Hérault

Université de Rennes 2, Laboratoire Costel, Rennes, França

Sonia Chouaieb

Université de Rennes 2, Laboratoire Costel, Rennes, França

Kevin Gouabault

Université de Rennes 2, Laboratoire Costel, Rennes, França

Aurelia Sorribes de Wismes

Université de Rennes 2, Laboratoire Costel, Rennes, França

Carla Moura de Paulo

Escola de Artes, Ciências e Humanidades, Universidade de São Paulo, Av. Arlindo Béttio 1000, 03828-000, São Paulo (SP), Brasilcarla.moura@usp.br

Marina Catanzaro

Escola de Artes, Ciências e Humanidades, Universidade de São Paulo, Av. Arlindo Béttio 1000, 03828-000, São Paulo (SP), Brasilninacatanzaro@usp.br

Vincent Nédélec

Université de Rennes 2, Laboratoire Costel, Rennes, FrançaVincent.nedelec@uhb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org