Navigation – Plan du site

La diffusion du semis direct au Brésil, diversité des pratiques et logiques territoriales : l’exemple de la région d’Itaipu au Paraná

A difusão do plantio direto no Brasil, diversidade das práticas e lógicas territoriais: o exemplo da região de Itaipú, Paraná
François Laurent, Guillaume Leturcq, Ivo Mello, Jeannine Corbonnois et Roberto Verdum

Résumés

Le semis direct est un système de production fondé sur le non-travail du sol. Il intègre une série de pratiques agricoles qui permettent de protéger les sols cultivés de l’érosion, de réduire les consommations de carburants, voire d’augmenter les rendements. Le large succès du semis direct au Brésil, contribue à la compétitivité et à la forte croissance de ses productions tout en préservant les sols. Le système complet du semis direct sous couvert est fondé sur trois principes : le non-labour, la couverture permanente du sol et des rotations culturales. Sur le terrain, les pratiques sont variées et nombre d’agriculteurs n’appliquent pas les deux derniers principes. La technique est le plus souvent associée à l’emploi d’herbicides qui présentent des risques de pollution, encore peu appréhendés au Brésil. Le semis direct s’est implanté dans le Sud du pays dans les années 1970-1990. De là, le système, mis en œuvre par les gaúchos, s’est rapidement étendu dans d’autres régions, particulièrement dans le centre et le nord du pays. Dans ce travail, les pratiques du semis direct sont étudiées à deux échelles. La région du Paraná 3, située en bordure orientale du lac de barrage d’Itaipu, montre que la pratique du semis direct, adoptée par de nombreux agriculteurs intègre également la protection du barrage afin de limiter l’érosion et la pollution de l’eau. À l’échelle des exploitations, des entretiens avec trois producteurs du Paraná et du Rio Grande do Sul, réalisant du semis direct sous couvert, présentent les pratiques et les raisonnements qui leurs sont associés. Ces entretiens nous montrent que l’adoption d’un système d’agriculture de conservation repose sur une révision profonde du mode de production et sur l’appropriation des connaissances relatives aux processus naturels. Si le succès du semis direct s’appuie sur l’augmentation des gains économiques, ce sont ces approches systémiques qui conduisent à une plus grande durabilité dans le mode d’exploitation des sols.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

agriculture, environnement, Paraná, semis direct, sol

Index by keywords :

agriculture, Environment, No-till, Paraná, soil

Index géographique :

Itaipú, PR

Índice de palavras-chaves :

agricutura, meio ambiente, Paraná, plantio direto, solo
Haut de page

Texte intégral

Soja no Paraná / Soja dans le ParanáAfficher l’image
Crédits : Hervé Théry

1Grande puissance agricole, le Brésil est aussi un pays d’innovation en matière de conservation des sols. Le semis direct, appelé également non-labour, est largement pratiqué au Brésil pour ses avantages économiques, agronomiques et environnementaux. Les intérêts du semis direct sont en effet nombreux : réduction de l’érosion, accroissement de la réserve en eau des sols, recyclage des nutriments, gain de temps et diminution des travaux pénibles, moindre consommation de carburants, moindre usure du matériel agricole et séquestration du carbone. En zone tropicale, encore plus que dans d’autres zones, la matière organique joue un rôle essentiel dans la fertilité des sols. Le semis direct, en réduisant l’oxydation de la matière organique, conduit alors à des rendements plus élevés qu’en labour. Pour ces raisons, il est reconnu par la FAO comme l’un des fondements de l’agriculture de conservation.

2Cet article analyse la dynamique de diffusion de cette innovation à travers le Brésil, dans ses dimensions spatiales et temporelles, en identifiant les acteurs et leurs motivations. Une revue de la bibliographie, des analyses cartographiques et des enquêtes de terrain montrent quels sont les intérêts du semis direct et ses limites, comment le semis direct a émergé, comment les pratiques associées se sont structurées et comment elles sont mises en œuvre par les agriculteurs brésiliens, motivés en grande partie par l’accroissement des rendements et par la réduction des coûts. Nous verrons également que sous le terme de semis direct, existent différentes pratiques dont les impacts agro-environnementaux sont inégaux.

Le semis direct : intérêts et difficultés

3Le semis direct repose sur trois principes : le non-travail du sol, le couvert permanent par des résidus de culture ou par des cultures intercalaires et la rotation des cultures. Le non-labour permet de ne pas enfouir les résidus végétaux afin de constituer un mulch en surface et de ne pas dégrader la structure du sol en conservant les agrégats argilo-humiques. Les couverts protègent physiquement le sol de l’impact de la pluie et d’un réchauffement excessif. Ils sont de plus à la source de la nutrition du sol en carbone, en azote et en phosphore. Les rotations permettent de limiter les invasions de plantes adventices, de maladies et d’insectes ravageurs qui prolifèrent en monoculture et conduisent ainsi à réduire l’usage de produits phytosanitaires. Ces trois principes font système. Le terme plus précis de semis direct sous couvert végétal est employé pour désigner cet ensemble de pratiques que les Brésiliens nomment « plantio direto na palha » (Figure 1).

Figure 1 : Semis direct entre des résidus de culture

Figure 1 : Semis direct entre des résidus de culture

(photo : I. Mello, Manoel Viana, Rio Grande do Sul, 2006)

Figure 2 : Riz en semis direct avec mulch

Figure 2 : Riz en semis direct avec mulch

(photo : I. Mello, Manoel Viana, Rio Grande do Sul, 2006)

4Dans les régions soumises à de fortes intensités de pluies ou sur des sols vulnérables, le semis direct est tout d’abord un moyen de limiter l’érosion (Minella et al., 2009) : le non-labour permet de garder un mulch en surface (Diaz-Zorita et al., 2002 ; Scopel et al., 2004 ; Amado et al., 2006 ; Bayer et al., 2006 ; Calegari et al., 2008). Ce sont les résidus de culture qui, en se décomposant, accroissent la teneur en matière organique du sol et donc la fertilité (Derpsch et al., 1986 ; Diaz-Zorita et al., 2002 ; Sisti et al., 2004 ; Maia et al., 2010). Dans un système bien mené, une partie significative de la production de biomasse doit être laissée au champ (Figure 2), à des valeurs en matières sèches proches de 4 à 6 t.ha-1.an-1 (Bollinger et al., 2007). Le couvert limite l’effet de splashdes gouttes de pluies, amortit le passage des engins (Séguy and Bouzinac, 2001) et améliore la structure du sol par l’accroissement de l’activité biologique. A moyen terme (de trois à dix ans), la faune du sol est activée par l’abondance de matière organique en surface et les galeries creusées par les vers de terre créent une porosité favorisant l’infiltration de l’eau aux dépens du ruissellement (Derpsch et al., 1986 ; Pinheiro et al., 2004 ; Cavalieri et al., 2009 ; Engel et al., 2009 ; Minella et al., 2009 ; Calonego and Rosolem, 2010). La réserve en eau du sol se trouve accrue d’autant que le mulch limite l’échauffement du sol et réduit ainsi l’évaporation (Bollinger et al., 2007).

5La matière organique est également centrale pour retenir et recycler les éléments minéraux qui seraient sinon lessivés hors de portée des racines. Ceci est particulièrement important dans les régions tropicales où une grande partie des sols est constituée d’oxydes/hydroxydes et d’argiles à faible capacité d’échange cationique (CEC) comme la kaolinite. C’est alors la matière organique qui représente l’essentiel de la CEC. Ainsi, au Brésil, les sols conduits en semis direct avec couvert végétal présentent à moyen terme une meilleure disponibilité en phosphore, azote, calcium, magnésium et potassium que des sols labourés (Séguy et al., 1996 ; Bollinger et al., 2007).

6Mais ce système présente aussi des difficultés face au labour. Le labour permet de limiter les plantes adventices, en son absence, le semis direct implique le plus souvent l’emploi d’herbicides. Les détracteurs du semis direct lui reprochent pour cette raison d’être un système liant l’agriculteur à l’industrie agro-chimique, voire aux plantes transgéniques résistantes aux herbicides (Lal, 2007). En effet, l’usage des herbicides est généralement plus élevé dans des exploitations produisant en semis direct, ce qui peut avoir des conséquences sur l’eau et les sols et peut peser sur le budget des exploitations. Lors d’une enquête auprès de 31 petits producteurs du Paraná, Samaha et al (1998) ont ainsi noté un accroissement des coûts de désherbages chimiques dans les exploitations en semis direct : 11 à 12 % des coûts de production, contre 2 à 5 % pour des systèmes avec labour. Par ailleurs, le glyphosate (herbicide de post-levée largement utilisé de part le monde et particulièrement en système de non-labour) inhiberait à moyen terme la vie épigée du sol (Serpantié, 2009).

7Conscients de ces risques, des agronomes et des agriculteurs développent des systèmes de semis direct sous couvert associés à la « Lutte Phytosanitaire Intégrée » (réduction des traitements par la couverture du sol et par des rotations de culture adaptées). Silva (2002) et Scopel et al. (2004) montrent ainsi que, dans de tels systèmes, l’emploi d’herbicides s’abaisse au bout de quelques années du fait du mulch et du couvert végétal qui bloquent la germination des adventices. Par ailleurs, le mulch accroît le pouvoir de rétention et de dégradation des molécules de pesticides, ce qui réduirait le risque de contamination des eaux (Gaston et al., 2003). Mais dans le cas du glyphosate, l’auto-épuration par les sols doit être relativisée par la forte persistance de l’un des produits de sa dégradation : l’aminométhylphosphonate (AMPA) fréquemment mesuré dans les eaux. Il est encore difficile de bien évaluer leurs effets dans un milieu tropical, les études sur la contamination des cours d’eau par le glyphosate et l’AMPA manquent encore au Brésil.

Diffusion du semis direct au Brésil

8Le semis direct est né aux États-Unis. La dénudation des sols et leur appauvrissement en matière organique ont provoqué des crises érosives qui menaçaient la productivité des sols. Le Soil Conservation Service (dépendant du ministère de l’agriculture) a alors travaillé sur une réduction du labour et sur la couverture du sol par des résidus de culture (mulch). Des essais furent menés à la fin des années 1940, mais les premiers tests en système mécanisé furent réalisés en 1961 dans le Kentucky (Derpsch, 1998). C’est à partir des années 1970 que le semis direct amorça une diffusion plus large pour répondre non seulement à des problèmes d’érosion mais aussi pour réduire les coûts de production. La diffusion fut stimulée par la crise pétrolière, qui a poussé les agriculteurs à des économies de carburant, et par l’apparition d’herbicides efficaces sur le mulch (herbicides de post-levée). Le semis direct fut encore renforcé à la fin des années 1990 par l’introduction des variétés transgéniques tolérantes aux herbicides (Serpantié, 2009). En 2006, le semis direct couvrait 95 millions d’hectares à travers le monde, soit près de 6 % des surfaces cultivées (Derpsch, 2007).

Historique de la diffusion au Brésil

9Au Brésil, le semis direct est apparu dans le Sud du pays. Auparavant, les cultures de soja et de blé avec labour généraient une érosion massive des sols du fait de l’absence de couverture végétale en interculture et de la déstructuration des agrégats argilo-humiques par le travail du sol (Amado et al., 2006). A partir des années 1960, des agriculteurs et des scientifiques ont cherché à réduire l’impact du travail du sol sur l’érosion en s’inspirant de techniques développées aux États-Unis par le Soil Conservation Service.

10Le premier essai de non-labour a été conduit par des agronomes de l’UFRGS en 1969, puis en 1971 par la future EMBRAPA, l’institut de recherche agronomique brésilien, à Londrina et à Ponta Grossa dans le Paraná (Bollinger et al., 2007). Herbert Bartz, un agriculteur de Rolândia (Paraná), fut le premier agriculteur brésilien à pratiquer le semis direct en 1972. Préoccupé par l’érosion, il fut impressionné par les essais de l’EMBRAPA et alla visiter des exploitations en semis direct en Grande Bretagne et aux États-Unis. Il en revint avec un nouveau semoir pour appliquer le semis direct dans son exploitation. La démonstration qu’il fit en matière de réduction de l’érosion et des coûts de production convainquit d’autres producteurs dans les années 1970. Néanmoins, la diffusion fut restreinte du fait de problèmes de contrôle de plantes adventices et d’adaptation des semoirs à des sols couverts de résidus pailleux (Bollinger et al., 2007). L’arrivée du glyphosate au Brésil à la fin de la décennie 1970 permit d’écarter en grande partie la difficulté des invasions d’adventices.

11La diffusion de cette innovation s’appuya sur des réseaux d’agriculteurs. Au début des années 1980, les producteurs s’organisèrent en associations de promotion du semis direct comme le Clube da Minhoca (« Club du ver de terre ») et les Clubes dos Amigos da Terra (« Clubs des amis de la Terre ») avec l’appui du réseau de coopératives Fundação ABC. A partir de 1992, la FEBRAPDP, Federação Brasileira de Plantio Direto na Palha, structura les producteurs à l’échelle nationale.

12À la fin des années 1980, les organismes agricoles de l’État du Paraná et du Santa Catarina, en coopération avec la FEBRAPDP, initièrent le développement du semis direct pour les petits producteurs (moins de 50 ha) en adaptant le système à la traction animale et aux petits tracteurs, mais aussi en informant (plates-formes de démonstration) et en formant les agriculteurs (journées de formation et de rencontres) (Bollinger et al., 2007). La technique se diffusa alors largement dans les petites exploitations du Sud (Figure 3). Ainsi, à l’inverse de la plupart des autres pays du monde où cette technique n’est adoptée que par les grandes exploitations (Dijkstra, 2002 ; Scopel et al., 2004), au Brésil de petits producteurs pratiquent le semis direct. Les principales motivations sont la réduction de la pénibilité du travail, le contrôle de l’érosion, la réduction des coûts de production et l’accroissement des rendements (Dijkstra, 2002 ; Leturcq et al., 2008).

13Le semis direct pratiqué dans le Sud se propagea également dans d’autres régions. Durant les années 1980, la colonisation agricole du Cerrado dans le centre du Brésil se développa rapidement (Santos, 2004 ; Théry, 2004 ; Dubreuil et al., 2005 ; Théry, 2005 ; Arvor et al., 2009). Là aussi, auparavant, le labour pour la culture du soja et du coton entraînait une dégradation des sols et les rendements baissaient, malgré l’emploi croissant d’engrais et de pesticides (minéralisation progressive de la matière organique). La transposition des techniques de semis direct du Sud ne donnait pas les résultats escomptés du fait des différences pédo-climatiques et d’une inadaptation à la taille des exploitations. Pour surmonter ces difficultés, les mutations du système, nécessaires en milieu tropical, ont été accompagnées par le CIRAD dès la fin des années 1980 (Séguy and Bouzinac, 2001). Le Cerrado est ainsi devenu une aire importante du semis direct avec 6 millions d’hectares en 2002 (Bollinger et al., 2007 ; Altmann, 2010). Actuellement, la nouvelle zone de développement est l’Amazonie où les pâturages dégradés sont convertis en champs de soja, de riz ou de maïs conduits en semis direct, soit en rotation continue, soit en cycles de trois ans alternés avec une prairie artificielle (Capillon and Séguy, 2002 ; Valbuena, 2009). Mais dans le Cerrado, c’est plus souvent un travail minimal du sol qui est pratiqué à la place du système de semis direct sous couvert prôné par les agronomes de l’EMBRAPA (Arvor et al., 2009).

14Au total, le semis direct couvrait 25,5 millions d’ha en 2005/06 au Brésil (www.febrapdp.com.br) (Figure 3), soit près de la moitié de la surface en cultures annuelles.

Figure 3 : Evolution des surface en semis direct au Brésil (en millions ha)

Figure 3 : Evolution des surface en semis direct au Brésil (en millions ha)

source FEBRAPDP (www.febrapdp.com.br)

Diversité des pratiques

15De multiples pratiques existent entre le système intégré de semis direct sous couvert et un labour conventionnel. En réalité, de nombreux agriculteurs ont réduit le semis direct au non-labour en négligeant la production de biomasse et les rotations. Lorsque le sol n’est pas couvert, les effets du non-labour sur le sol sont plus limités, il peut même engendrer une érosion accrue par rapport à un labour conventionnel, notamment sur des sols sableux ou compactés. Ce sont généralement de petits producteurs qui ne maîtrisent pas totalement le système du semis direct sous couvert, tel qu’il est préconisé par les agronomes : certains effectuent un travail du sol épisodique pour lutter contre les adventices ou chauler leurs terres, d’autres ne couvrent pas le sol en interculture ou recourent massivement aux herbicides (Bollinger et al., 2007). Ceci réduit à la fois la performance économique de leur exploitation, dégrade le sol et finalement accroît les effets négatifs sur l’environnement.

16Des techniques de travail minimal du sol (cultivo mínimo en portugais) sont également largement pratiquées dans les grandes exploitations : le sol n’est pas labouré mais l’horizon de surface est ameubli et les résidus sont enfouis sur les cinq à dix premiers centimètres. Les impacts agronomiques et environnementaux peuvent alors fortement diverger du système de semis direct sous couvert.

Pratiques de travail du sol à l’échelle des États brésiliens

Carte 1 : Travail du sol et semis direct au Brésil (source IBGE, 2006)

Carte 1 : Travail du sol et semis direct au Brésil (source IBGE, 2006)

17La diffusion des techniques de semis direct et de travail du sol, à l’échelle des États brésiliens, est présentée dans carte 1. Issue du recensement de l’IBGE, elle distingue trois types de travail du sol : le labour conventionnel (labour et hersage ou hersage profond), le travail du sol minimum (hersage superficiel) et le semis direct (sous couvert et sans travail du sol). Mais il convient d’être prudent sur les pratiques réelles sous-jacentes : le semis direct sous couvert doit en réalité englober dans ces statistiques tous les systèmes pour lesquels aucun travail du sol n’est effectué, car les enquêtes que nous avons réalisées montrent que le système complet avec couverture permanente et rotations culturales est très minoritaire y compris dans le Sud. Par ailleurs, l’IBGE recense le nombre d’exploitations et non les surfaces selon le type de travail du sol. Cette carte ne présente donc pas les impacts sur le milieu puisqu’ils dépendent des surfaces concernées.

18La lecture de la carte 1 montre que le « semis direct sous couvert » (selon la typologie de l’IBGE) est adopté largement dans le Sud et le Nord du pays, (entre le tiers et la moitié des exploitations). Différentes raisons peuvent expliquer cette distribution : sa promotion par les réseaux d’agriculteurs originaires du Sud et les conditions climatiques (saison sèche peu marquée dans le Sud et dans le Nord, favorisant une couverture permanente utilisée pour réduire l’érosion générée par les pluies intenses). Dans le Centre-Ouest, le travail du sol minimum domine, sans que le semis direct soit négligeable ; la saison sèche est bien marquée avec de moindres risques d’érosion durant cette période, la couverture du sol est ainsi moins indispensable. Le semis direct est peu pratiqué dans le Sud-Est et le Nord-Est où le labour tient encore une large place (à l’exception du Maranhão). Les types de production végétale qui y sont implantés expliqueraient en partie ces différences (notamment la canne à sucre ou le manioc), mais pour le démontrer il faudrait disposer de statistiques présentant les types de travail du sol en fonction des cultures. Dans le Sud-Est et le Nord-Est, les modes de production sont par ailleurs plus traditionnels et le contexte historique de développement agricole diffère.

19Un des freins majeurs à la diffusion du semis direct sous couvert réside dans la révolution culturelle qu’il nécessite. Pour les agriculteurs, non seulement le labour est un principe de base, mais sa suppression implique une révision profonde de l’ensemble du système de production. Il entraîne un retour à plus d’observation et d’adaptation au contexte pédo-climatique, une remise en cause des « recettes » acquises, plus de temps à consacrer à la lecture de documents techniques et au partage d’expériences entre producteurs (Dijkstra, 2002 ; Scopel et al., 2004 ; Leturcq, 2005 ; Bollinger et al., 2007 ; Serpantié, 2009). Les ingrédients de cette innovation et de sa diffusion ont été réunis initialement dans le Sud du pays : ouest du Paraná et nord du Rio Grande do Sul. L’aire actuelle de distribution du semis direct correspond aux migrations issus de ce noyau, les espaces colonisés par les gaúchos pour la culture du soja : le Sud, le Cerrado et l’Amazonie (colonisations souvent organisées par les compagnies de migration et d’exploitation rurale où les coopératives et les structures d’entraide entre agriculteurs jouent un rôle important dans la diffusion des innovations).

Les aides publiques

20Les innovations dans les techniques de non-travail du sol ont reçu d’emblée le soutien des pouvoirs publics brésiliens au moyen d’une aide technique et scientifique. Il est aujourd’hui question de financement du semis direct sous couvert en tant que bonne pratique agricole et service à l’environnement, comme le souhaitent les associations de producteurs en semis direct sous couvert (FEBRAPDP, APDC). Les bonnes pratiques pourraient être certifiées par un « label vert », selon une méthode similaire à celle testée sur le Paraná 3 dans le cadre du programme Cultivando Água Boa. Depuis 2010, le semis direct sous couvert végétal bénéficie du soutien financier du Ministère de l’Agriculture au moyen de prêts à taux bonifiés. L’aide s’inscrit dans le programme Agricultura de Baixo Carbono (ABC) qui vise à séquestrer du carbone tout en accroissant la productivité agricole. Le budget du programme ABC s’élève à deux milliards de réais (www.agricultura.gov.br). Ainsi l’ambition est d’étendre au niveau national la surface en semis direct sous couvert de 25 millions d’hectares en 2005 à 33 millions d’hectares en 2020, notamment par la restauration des pâturages dégradés.

21Par ailleurs, l’Agência Nacional de Águas (ANA) commence à reconnaître financièrement l’intérêt de la réduction du ruissellement et de la diminution de l’érosion à l’amont des barrages. Dans des secteurs menacés, les agriculteurs en semis direct sous couvert pourront être qualifiés de Produtores de Água avec une aide financière à la clef (Trecenti, 2010).

Le bassin versant du Paraná 3 à l’amont d’Itaipu : une démarche volontariste vers l’agriculture de conservation

22L’expérience construite sur une partie du bassin versant du barrage d’Itaipu illustre une démarche territoriale soutenue par les pouvoirs publics. Le lac de barrage d’Itaipu est situé sur le fleuve Paraná, à la frontière du Paraguay et de l’État du Paraná, au Brésil. Il reçoit des apports importants en sédiments et en nutriments ce qui provoque son eutrophisation et un risque d’envasement prématuré. Le semis direct est largement pratiqué dans cette région mais se réduit le plus souvent à du non-labour sans raisonnement des couverts végétaux en période hivernale, ni de rotation des cultures et un usage massif d’herbicides. Les gestionnaires du barrage d’Itaipu financent un vaste programme nommé Cultivando Água Boa qui concerne l’épuration des eaux urbaines, la protection de la forêt sur les berges du lac et des cours d’eau, l’aménagement des versants et le développement de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement. Ce programme s’applique sur le bassin versant des affluents du lac de barrage en rive gauche, nommé bassin du Paraná 3, qui représente une surface de 8 000 km² (carte 2).

Carte 2 : Localisation du barrage d’Itaipu et du bassin du Paraná 3

Carte 2 : Localisation du barrage d’Itaipu et du bassin du Paraná 3

23L’ensemble du Paraná 3 est couvert de banquettes anti-érosives dont la réalisation a été financée par le programme Cultivando Água Boa dans les exploitations familiales. Les cultures sont systématiquement implantées en suivant les courbes de niveau (contouring). Le dimensionnement des banquettes permet de retenir le ruissellement généré par des pluies de période de retour de 20 ans. La forte perméabilité des sols permet une infiltration rapide de l’eau en amont de la banquette sans dommage pour les cultures. Selon les ingénieurs de la FEBRAPDP, si la plupart des agriculteurs ont accepté la construction de ces banquettes, la moitié les entretient bien, les autres en arasent certaines lorsqu’ils les jugent trop denses pour faciliter le passage des engins.

Figure 4 : Banquettes anti-érosives sur un versant cultivé en soja, bassin du Paraná 3

Figure 4 : Banquettes anti-érosives sur un versant cultivé en soja, bassin du Paraná 3

(photo : J. Corbonnois, São Michel d’Iguaçu, 2010)

Figure 5 : Soja en semis direct avec mulch, bassin du Paraná 3

Figure 5 : Soja en semis direct avec mulch, bassin du Paraná 3

(photo : F. Laurent, São Michel d’Iguaçu, 2010)

24Avant la large diffusion du semis direct, opérée durant la décennie 1990, l’érosion était extrêmement forte dans cette région avec des valeurs de dégradation spécifique atteignant 50 t/an/ha (source : entretien avec Glaucio Roloff, agronome à l’UNILA – Universidade Federal da Integração Latino-Americana). Le semis direct y a constitué un réel progrès. Mais son impact sur l’érosion pourrait être amélioré grâce à la mise en place d’une couverture permanente et à la rotation des cultures.

25Afin d’améliorer le semis direct, la FEBRAPDP participe au vaste programme Cultivando Água Boa. L’objectif du projet concernant les pratiques agricoles est justement de réduire l’érosion des sols et d’améliorer la performance économique des exploitations. Le projet qui a débuté en 2005, est construit sur une démarche participative à laquelle sont associés les agriculteurs lors de réunions et de visites de terrain à l’échelle de six sous-bassins versants. La FEBRAPDP apporte des connaissances agronomiques et contribue à la valorisation des expériences acquises par les agriculteurs du secteur. La fédération et les agriculteurs locaux ont conçu ensemble un système d’auto-évaluation de la durabilité du système de semis direct. Il est fondé sur une analyse multicritère n’exigeant ni mesures coûteuses, ni ingénierie extérieure, mais sur l’observation et le savoir faire des producteurs. Les critères concernent la couverture des sols, la fertilisation organique, les rotations (par exemple une culture de blé, d’avoine ou de Brachiaria en hiver, suivie de soja et de maïs en été), la réduction des doses d’herbicides, le non-travail du sol et un comptage des vers de terre attestant de la bonne qualité biologique des sols. Outre son intérêt technique et environnemental, cette démarche vise à rendre les agriculteurs plus autonomes dans le raisonnement de leurs pratiques. En effet, les fournisseurs de pesticides ou de semences sont souvent les seuls conseillers des agriculteurs, bien qu’ils soient économiquement intéressés par les choix opérés.

Carte 3 : Travail du sol et semis direct dans le du bassin du Paraná 3

Carte 3 : Travail du sol et semis direct dans le du bassin du Paraná 3

(source IBGE, 2006)

26La carte 3 souligne la prédominance du système de semis direct (tel que l’IBGE le définit, cf. supra) sur le bassin du Paraná 3. Le semis direct sous couvert est largement plus pratiqué dans cette zone que dans le reste de l’État du Paraná. Cette situation s’explique tout d’abord par le fort potentiel pédo-climatique qui permet deux à trois récoltes par an, ce qui incite à réduire la durée d’interculture au moyen du semis direct. L’érosion des sols affecte par ailleurs la productivité et Itaipu Binacional soutient depuis plusieurs années les actions de sensibilisation et de formation des agriculteurs sur les intérêts du semis direct. Il est cependant notable de remarquer des différences de diffusion de cette technique entre les municipios proches du lac de barrage, en zone vallonnée, qui pratiquent encore pour un quart à la moitié le labour et ceux plus éloignés, situés sur le plateau à l’Est, où le labour est très minoritaire. Ces différences peuvent s’expliquer en partie par la taille des exploitations, plus étendues sur le plateau, ce qui converge avec différents travaux montrant que le semis direct est plus pratiqué dans les grandes exploitations (Bollinger et al., 2007).

Diversité et convergences des pratiques et des motivations à l’échelle de trois exploitations en semis direct

27Des témoignages individuels permettent de mieux saisir les motivations, les intérêts et les difficultés rencontrées par des agriculteurs pratiquant le semis direct sous couvert. Les producteurs enquêtés ne sont pas représentatifs de l’ensemble des agriculteurs engagés dans ces systèmes mais en expriment certaines caractéristiques. Ils ne réalisent pas une pratique « moyenne », ils se démarquent par un engagement et une conception particulièrement intégrée du système de production.

Exploitation 1

28Elle est située à São Michel d’Iguaçu, Paraná. Le producteur, d’une cinquantaine d’années, est originaire de la région des Missiões dans le Rio Grande do Sul et cultive 30 ha depuis 1983. Le potentiel de production est élevé dans la région grâce à des latosols profonds bien structurés, dérivés de basalte, et un climat humide toute l’année avec un hiver doux et court. Ces conditions permettent trois récoltes par an : du soja (culture principale), du maïs (safrinha, culture de fin d’été), du blé ou de l’avoine (cultures d’hiver).

29Initialement en labour conventionnel, l’exploitation a été convertie au semis direct sous couvert en 1997. Les motivations en furent : un gain de temps, une moindre consommation de carburant, un accroissement de la réserve en eau du sol pour une meilleure résistance à la sécheresse et surtout une moindre érosivité des sols. En effet, à l’époque du labour, lors de fortes pluies, les jeunes pousses pouvaient être détruites en quelques heures. Durant les premières années de semis direct sous couvert, ce producteur a rencontré des problèmes de bourrage de paille lors du semis, résolus depuis par l’évolution de l’équipement. Les résidus de culture laissés après la récolte des grains forment un mulch qui couvre bien le sol au moment de la levée de jeunes plants et se décompose rapidement du fait de la chaleur et de l’humidité. Le mulch et la vie biologique réduisent la compaction du sol et améliorent très nettement l’infiltration. Le producteur travaille avec l’association FEBRAPDP pour améliorer la performance de son système et l’évaluer par lui-même au moyen d’indicateurs, en réalisant notamment des comptages de vers de terre. Il a aussi baissé sa consommation d’herbicides grâce aux couverts végétaux qui limitent le développement des plantes adventices. Il est même parvenu à supprimer le désherbage chimique sur certaines parcelles. Ses motivations sont d’ordre économique car le glyphosate pèse dans ses comptes d’exploitation.

Exploitation 2

30Ingénieur agronome, cet exploitant a géré une ferme à Alegrete, dans l’ouest du Rio Grande do Sul, comprenant 1 500 ha de riz et 800 ha de soja et de maïs. Le riz est irrigué et cultivé dans le fond de la vallée de l’Ibicuí, les cultures non irriguées sont implantées sur les versants sableux. Le climat est subtropical humide avec une saison fraîche de mai à septembre.

31Le semis direct sous couvert est pratiqué dans cette exploitation depuis 1994. Le système a été initialement impulsé par la crise agricole des années 1980-1990 pendant laquelle les aides de l’État furent fortement réduites et les prêts bancaires rendus difficilement accessibles. L’adoption du semis direct a permis de répondre à l’augmentation des coûts de production par un abaissement de deux tiers des consommations de carburants, une réduction de moitié du nombre d’engins agricoles, une économie de temps de travail, une réduction de deux tiers de la quantité d’herbicides employés (grâce à la couverture des sols) et une suppression des insecticides (développement « d’auxiliaires » : animaux prédateurs des ennemis des cultures, bénéficiant du milieu créé par le mulch). Parallèlement, sur une dizaine d’années, les rendements se sont accrus de 40 % grâce au doublement de la teneur en matière organique des sols. Cette mutation a été réalisée avec le soutien technique de l’Institut Rio Grandense do Arroz (IRGA) et a bénéficié de nombreux échanges avec d’autres agriculteurs engagés dans la FEBRAPDP et le club des Amigos da Terra.

32Le semis direct ou le travail simplifié du sol (cultivo mínimo) couvrent la quasi-totalité des grandes exploitations de la région des campos du sud-ouest du Rio Grande do Sul. Ils concernent 80 % des rizières et la totalité des surfaces portant du soja et du maïs. Mais cela ne constitue pas pour autant de l’Agriculture de Conservation car les producteurs n’accordent pas assez d’attention à la matière organique du sol par un maintien des résidus de culture et des couverts végétaux en interculture. Le soja revient sur la même parcelle chaque année dans la plupart des exploitations alors qu’il devrait être alterné avec des crucifères ou des graminées. Cette culture laisse par ailleurs peu de résidus qui minéralisent rapidement (du fait d’un taux de C/N bas). Les cultures d’hiver comme l’avoine ou le blé ne produisent pas une biomasse suffisante pour couvrir le sol en hiver. L’enjeu majeur au Brésil, selon cet agriculteur, est de passer d’un semis direct conçu simplement pour économiser des intrants et du temps de travail à une véritable agriculture de conservation qui favorise au mieux la vie biologique du sol et le protège par un enrichissement en matière organique.

Exploitation 3

33Située dans l’ouest du Rio Grande do Sul, à Urugaiana (municipio au premier rang dans la production de riz au Brésil), cette exploitation comprend 700 ha de riz dont la culture a commencé en 1964. Le semis direct fut adopté en 1987. Depuis 1994, l’exploitation s’est inscrite dans une démarche de qualité ayant abouti à la certification ISO 9001 en 2002.

34Le semis direct a permis de réduire fortement l’érosion. Il est combiné avec un ensemble de pratiques visant à économiser l’eau et à accroître le potentiel de production des sols. Les engins agricoles ont été choisis pour être plus légers et sont équipés de doubles roues en période humide afin de diminuer la compaction du sol. Le semis direct a permis de baisser la consommation de carburant d’environ 80 %. Les coques du riz autrefois considérées comme des déchets servent à présent d’amendement organique. Des couverts végétaux de légumineuses sont implantés pour protéger les sols en hiver et pour enrichir leur teneur en matière organique et en azote. Ceci permet de réduire l’utilisation d’engrais de synthèse sans remettre en cause les rendements qui sont élevés : 7 à 8 t/ha (Leturcq, 2005). Ils permettent par ailleurs de réduire les traitements herbicides en étouffant les adventices. Ainsi, sur cette exploitation, le semis direct a été associé à une révision profonde du système de production afin de valoriser et de protéger le potentiel naturel des sols. L’exploitant enquêté est fortement impliqué dans l’IRGA pour que l’évolution des systèmes de production de riz s’oriente vers une meilleure prise en compte des ressources naturelles. Il s’emploie aussi à diffuser les techniques à travers une participation à divers évènements et groupes.

35Selon ce producteur, le frein majeur à l’adoption de ce système résulte du manque de formation en agronomie et de volonté d’observation de la majorité des agriculteurs alors qu’une bonne gestion d’une exploitation nécessite une compréhension élaborée du fonctionnement des sols et des cultures. Le non-labour est une composante fondamentale d’un système et ne suffit pas à lui seul. Avancer vers l’Agriculture de Conservation nécessite une vision à long terme. Sous cet aspect, la diffusion d’un système de riziculture durable butte sur la question foncière : de nombreux exploitants louent les terres avec des baux de trois ans, or le système basé sur la matière organique présente une dynamique longue avant de porter ses fruits. L’Agriculture de Conservation reste finalement pratiquée par une petite minorité.

36Ces trois exemples montrent que la conversion des systèmes au semis direct sous couvert a été motivée par la recherche d’une meilleure productivité en s’appuyant sur l’agronomie et la conservation des sols Elle s’est manifestée par des gains réels en matière d’économie d’intrants permettant à l’agriculteur de diminuer sa dépendance à ceux-ci et aux fluctuations de leurs valeurs. Le potentiel de production des sols s’est accru grâce à un enrichissement en matière organique. Mais l’amélioration du système a nécessité plusieurs années, ayant recours à de nombreuses évolutions techniques. Ces producteurs ont raisonné leurs pratiques en fondant les gains de productivité sur un respect de la vie biologique du sol et de ses cycles naturels, garants selon eux de la durabilité du système de production. Les exploitants rencontrés ne sont pas des individus isolés mais se sont inscrits dans des réseaux de producteurs afin de partager des savoir-faire. C’est ainsi que leur système a gagné en performance, grâce à ces échanges.

Conclusion

37La diffusion du semis direct sous couvert végétal a été initiée par des agriculteurs pionniers, férus d’agronomie et soucieux de la réduction de l’érosion. L’approche qu’ils ont développée est fondée sur un respect de la vie biologique des sols en considérant qu’il faut « nourrir le sol avant de nourrir les plantes ». Des visites d’exploitation, des revues professionnelles, des sites internet, des forums organisés par les Clube dos Amigos da Terra, le Clube da Minhoca et par la FEBRAPDP ont permis de partager les expériences acquises et d’entraîner des agriculteurs de plus en plus nombreux. Certains se sont contentés d’un gain de productivité à court terme, grâce à l’économie d’intrants et à la réduction de l’érosion, d’autres sont allés plus loin par une révision profonde de leurs pratiques en les centrant sur l’agronomie et la conservation du sol. Le soutien scientifique et technique des chercheurs et des ingénieurs des universités et des centres de recherche agronomique a été nécessaire pour évaluer et capitaliser ces expériences. Les firmes multinationales de l’agrochimie, les coopératives et les entreprises de matériel agricole apportèrent également un soutien financier et technique important à ce développement, tout en l’orientant vers l’emploi de leurs produits et matériels.

38La vision systémique d’une certaine « avant-garde » d’agriculteurs intégrant le semis direct dans un ensemble de techniques cherchant à améliorer les sols et réduire l’utilisation d’intrants n’est cependant pas partagée par le plus grand nombre des producteurs qui réduisent le semis direct au fait de ne plus travailler le sol. Les motivations de cette majorité sont avant tout l’économie de carburant, de matériel et de temps de travail ou la mise en culture de sols improductifs en système conventionnel. L’évolution du plus grand nombre vers un système intégré d’agriculture de conservation nécessitera une meilleure appropriation des connaissances des processus naturels. Un partenariat entre des associations d’agriculteurs et des institutions publiques, telles qu’elles sont expérimentées sur le Paraná 3, auraient certainement un rôle important à jouer afin que les intérêts économiques immédiats ne priment pas sur une agriculture durable.

Les travaux de recherche ont été financés par le programme CAPES-COFECUB, projet n° 580/07.

Haut de page

Bibliographie

Altmann N., Plantio Direto no Cerrado, Passo Fundo (RS, Brasil), Aldeia Norte Editora, 2010.

Amado T. J. C., Bayer C., Conceição P. C., Spagnollo E., Campos B. C., da Veiga M. « Potential of carbon accumulation in zero tillage soils with intensive use and cover crops in Southern Brazil », J. Environ. Qual., n.35, p. 1599-1607, 2006.

Arvor D., Dubreuil V., Mendez del Villar P., Magri Ferreira C., Simões Penello Meirelles M., « Développement, crises et adaptation des territoires du soja au Mato Grosso : l’exemple de Sorriso », Confins [Online], n.6, 2009, <http://confins.revues.org/5934>, consulté le 3 février 2011.

Bayer C., Martin-Neto L., Mielniczuk J., Pavinato A., Dieckow J., « Carbon sequestration in two Brazilian Cerrado soils under no-till », Soil & Tillage Research, n.86, p. 237-245, 2006.

Bollinger A., Magid J., Amado T. J. C., Skora F. N., Santos M. F. R., Calegari A., Ralisch R., Neergaard A., « Taking stock of the Brazilian zero - till revolution: a review of landmark research and farmers practice », Advances in Agronomy, n.91, p. 47-64, 2007.

Calegari A., Hargrove W. L., Rheinheimer D. D. S., Ralisch R., Tessier D., deTourdonnet S., deFatimaGuimarães M., « Impact of Long-Term No-Tillage and Cropping System Management on Soil Organic Carbon in an Oxisol: A Model for Sustainability », Agronomy Journal, n.100, p. 1013-1019, 2008.

Calonego J., Rosolem C., « Soybean root growth and yield in rotation with cover crops under chiseling and no-till », Europ. J. Agronomy, n.33, p. 242-249, 2010.

Capillon A., Séguy L., « Ecosystèmes cultivés et stockage du carbone, cas des systèmes de culture en semis direct avec couverture végétale », C.R. Acad. Agri. Fr, n.88, 5, p. 63-70, 2002.

Cavalieri K. M. V., Silva A. P., Tormena C. A., Leão T. P., Dexter A., Hakansson I., « Long-term effects of no-tillage on dynamic soil physical properties in a Rhodic Ferrasol in Parana, Brazil », Soil & Tillage Research, n.103, p. 158–164, 2009.

Derpsch R., No-tillage and conservation agriculture: a progress report. No-till farming systems, WASWC, special publication n° 3. In: Z. M. Goddard T., Gan Y., Ellis W., Watson A., Sombatpanit S., 2007, pp. 7-42.

Derpsch R., « Historical review of no-tillage cultivation on crops », In Proceedings of the 1st JIRCAS Seminar on Soybean Research, No- tillage Cultivation and Future Research Needs, March 5- 6, 1998, Iguassu Falls, Brazil, JIRCAS Working Report, n.13, p. 1-18, 1998.

Derpsch R., Sidiras N., Roth C. H., « Results of studies made from 1977 to 1984 to control erosion by cover crops and no-tillage techniques in Paraná, Brazil », Soil & Tillage Research, n.8, p. 253-263, 1986.

Diaz-Zorita M., Duarte G., Grove J., « A review of no-till systems and soil management for sustainable crop production in the subhumid and semiarid Pampas of Argentina », Soil & Tillage Research, n.65, p. 1-18, 2002.

Dijkstra F., « Conservation tillage development at the ABC Cooperatives in Paraná, Brazil », In Making Conservation Tillage Conventional: Building a Future on 25 Years of Research. Proceedings of the 25th Annual Southern Conservation Tillage Conference for Sustainable Agriculture, June 24-26, 2002, Auburn, Alabama, USA, 2002.

Dubreuil V., Bariou R., Dos Passos M., Ferrand R., Nedelec V., « Évolution de la frontière agricole dans le centre-ouest du mato grosso: municipes de Tangarà da Serra, Campo Novo do Parecis, Diamantino », Agricultures, vol. 14, n.2, p. 217-224, 2005.

Engel F. L., Bertol I., Ritter S. R., PazGonzalez A., PazFerreiro J., VidalVazquez E., « Soil erosion under simulated rainfall in relation to phenological stages of soybeans and tillage methods in Lages, SC, Brazil », Soil & Tillage Research, n.103, p. 216-221, 2009.

Gaston L. A., Boquet D. J., Boschc M. A., « Fluometuron Sorption and Degradation in Cores of Silt Loam Soil from Different Tillage and Cover Crop Systems », Soil Science Society of America Journal, n.67, p. 747-755, 2003.

Lal R., « Constraints to adopting no-till farming in developing countries », Soil & Tillage Research, 94, p. 1-3, 2007.

Leturcq G., La diffusion spatiale d’une innovation : le semis direct du riz dans le Rio Grande do Sul (Brésil). Le Mans, 2005. Mémoire de master 2 recherche en géographie, Université du Maine.

Leturcq G., Laurent F., Vieira Medeiros R., « Perception et gestion de l’érosion et des ressources en eau par les agriculteurs et les éleveurs du bassin versant de l’Ibicuí (RS, Brésil) », Confins [Online], 4 | 2008, mis en ligne le 9 novembre 2008, consulté le 7 février 2011. URL: http://confins.revues.org/document4793.html2008.

Maia S., Ogle S., Cerri C. C., Cerri C. E. P., « Changes in soil organic carbon storage under different agricultural management systems in the Southwest Amazon Region of Brazil », Soil & Tillage Research, n.106, p. 177–184, 2010.

Minella J. P. G., Merten G. H., Walling D. E., Reichert J. M., « Changing sediment yield as an indicator of improved soil management practices in southern Brazil », CATENA, n.79, p. 228–236, 2009.

Pinheiro E. F. M., Pereira M. G., Anjos L. H. C., « Aggregate distribution and soil organic matter under different tillage systems for vegetable crops in a Red Latosol from Brazil », Soil & Tillage Research, n.77, p. 79-84, 2004.

Santos R. J., « Gaúchos no cerrado de Minas Gerais ». In: R. Verdum, L. A. E. Basso and D. M. A. Suertegaray (Org.) Rio Grande do Sul : Paisagens e Territórios em Transformação. Porto Alegre : Editora da Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 319 p., 2004.

Scopel E., Triomphe B., Ribeiro M. F. S., Séguy L., Denardin J. E., Kochann R. A., « Direct seeding mulch-based cropping systems (DMC) in Latin America », In: Proceedings of the 4th International Crop Science Congress, New directions for a diverse planet, 26 sep. - 1 oct. 2004, Brisbane, Australia, 2004.

Séguy L., Bouzinac S., « Direct seeding on plant cover: sustainable cultivation of our planet’s soils », In: Conservation agriculture, a worldwide challenge, 1st World congress on conservation agriculture. 1-5 oct 2001, Madrid, Spain, 2001.

Séguy L., Bouzinac S., Trentini A., Cortes N. A., « L’agriculture brésilienne des fronts pionniers », Agriculture et développement, n.12, p. 1-76, 1996.

Serpantié G., « L’agriculture de conservation à la croisée des chemins (Afrique, Madagascar) », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 9, n.3, 2009, <http://vertigo.revues.org/9290>, consulté le 25 janvier 2011., p. 1-21, 2009.

Sisti C. P. J., dosSantos H., Kohhann R., Alves B. J. R., Urquiaga S., Boddey R. M., « Change in carbon and nitrogen stocks in soil under 13 years of conventional or zero tillage in southern Brazil », Soil & Tillage Research, n.76, p. 39-58, 2004.

Théry H., « La vague déferlante du soja brésilien », M@ppemonde, n.74, <http://mappemonde.mgm.fr/num2/articles/art04204.html>, accès : 15 février 2011.

Théry H. Le Brésil. Paris, Armand Colin, 2005.

Trecenti R., « Serviços ambientais gerados pelo Sistema Plantio Direto », Boletim informativo Federação Brasileira de Plantio Direto na Palha, n.41, p. 4, 2010.

Valbuena R., « Les dynamiques territoriales associées au soja et les changements fonctionnels en Amazonie. Le cas de la région de Santarém, Pará, Brésil », Confins [Online], n.5, 2009, consulté le 2 février 2011. URL : http://confins.revues.org/5615, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Semis direct entre des résidus de culture
Crédits (photo : I. Mello, Manoel Viana, Rio Grande do Sul, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2 : Riz en semis direct avec mulch
Crédits (photo : I. Mello, Manoel Viana, Rio Grande do Sul, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 3 : Evolution des surface en semis direct au Brésil (en millions ha)
Crédits source FEBRAPDP (www.febrapdp.com.br)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-3.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre Carte 1 : Travail du sol et semis direct au Brésil (source IBGE, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-4.png
Fichier image/png, 101k
Titre Carte 2 : Localisation du barrage d’Itaipu et du bassin du Paraná 3
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-5.png
Fichier image/png, 85k
Titre Figure 4 : Banquettes anti-érosives sur un versant cultivé en soja, bassin du Paraná 3
Crédits (photo : J. Corbonnois, São Michel d’Iguaçu, 2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 5 : Soja en semis direct avec mulch, bassin du Paraná 3
Crédits (photo : F. Laurent, São Michel d’Iguaçu, 2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 3 : Travail du sol et semis direct dans le du bassin du Paraná 3
Crédits (source IBGE, 2006)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7143/img-8.png
Fichier image/png, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Laurent, Guillaume Leturcq, Ivo Mello, Jeannine Corbonnois et Roberto Verdum, « La diffusion du semis direct au Brésil, diversité des pratiques et logiques territoriales : l’exemple de la région d’Itaipu au Paraná », Confins [En ligne], 12 | 2011, mis en ligne le 02 juillet 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://confins.revues.org/7143 ; DOI : 10.4000/confins.7143

Haut de page

Auteurs

François Laurent

Maître de conférences, université du Maine – UMR CNRS Espaces et Sociétés (ESO) – Francefrancois.laurent@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Guillaume Leturcq

Chercheur associé à l’UMR CNRS ESO – Franceguillaume.leturcq@gmail.com

Articles du même auteur

Ivo Mello

Ingénieur agronome, président de la Federação Brasileira de Plantio Direto na Palha (FEBRAPDP) – Brésil

Jeannine Corbonnois

Professeur, université du Maine – UMR CNRS ESO – Francejeannine.corbonnois@univ-lemans.fr

Articles du même auteur

Roberto Verdum

Professeur, Universidade Federal do Rio Grande do sul (UFRGS) – Brésilverdum@ufrgs.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org