Navigation – Plan du site

L’insertion des habitants des favelas de Rio de Janeiro dans la ville : le cas des pratiques de consommation et de loisirs

A inserção dos moradores de favelas do Rio de Janeiro na cidade: o caso das práticas de consumo e lazer
The inclusion of the inhabitants of favelas into the city in Rio de Janeiro: the case of consumption and leisure practices
Michael Chetry

Résumés

Cet article présente des résultats d’une recherche sur les pratiques spatiales des habitants des favelas à Rio de Janeiro menée dans le cadre d’un doctorat. Il en ressort que loin de l’image d’immobilisme qui leur est accolée, les habitants des favelas témoignent d’une bonne expérience de l’espace urbain dans son ensemble et ont la volonté d’accéder aux différentes ressources mises à disposition par la ville, qui est hélas limitée par leur faible mobilité. Mais globalement, les habitants des favelas sont de plus en plus insérés dans l’espace urbain et vivre dans la favela n’implique en rien d’avoir un mode de vie différent de celui des autres urbains. Au contraire, celui-ci intègre les normes et valeurs de la société dominante et ses lieux centraux et symboliques.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

favelas, pratiques spatiales, urbain

Index by keywords :

favelas, spatial practices, urban

Index géographique :

Rio de Janeiro

Índice de palavras-chaves :

favelas, práticas espaciais, urbano
Haut de page

Texte intégral

1Les favelas sont des lieux fortement marqués dans l’espace social et physique des grandes villes brésiliennes et notamment Rio de Janeiro. Aujourd’hui, elles sont présentées comme les symboles de la fragmentation des grandes métropoles aux côtés des résidences fermées et sécurisées (Souza, 2000; Caldeira, 2000). Dans sa dimension socio-spatiale, la fragmentation urbaine renvoie à l’émergence de territoires spatialement délimités, regroupant des populations qui vivraient repliées sur elles-mêmes et où s’exprimerait l’absence de référence à la société urbaine (Bouchanine, 2001). Cela concoure à la permanence d’une vision dualiste de la ville dans laquelle les favelas sont considérées, depuis leur apparition sur la scène urbaine, comme des espaces isolés et étrangers à la ville.

2De nombreux travaux ont réfuté cette vision réductrice des favelas, contestant les stéréotypes associés à leurs habitants et évoquant la diversité de ces espaces et de leur population ou l’existence de similitudes avec d’autres quartiers populaires (Valladares, 2006). Pour autant, le rapport entre les favelas, leurs habitants et la ville qui les englobe, au sens d’intégration à la vie urbaine et d’inscription dans l’espace urbain, reste encore mal appréhendé. Dans ce contexte, l’analyse des pratiques spatiales des habitants des favelas peut contribuer à une meilleure compréhension de l’articulation favelas/ville.

3Une composante majeure du comportement des citadins renvoie en effet à l’usage et à l’expérience de la ville, à travers leurs déplacements dans l’espace urbain et les lieux qu’ils fréquentent (Lambony, 1996). Il s’agit en particulier de saisir les territoires de ces pratiques dont la distribution dans l’espace urbain apporterait des éléments quant à un enclavement de ces populations. En d’autres termes, les habitants des favelas présentent-ils des espaces de vie restreints que mettraient en évidence des pratiques tournées vers les lieux de résidence ? A contrario, profitent-ils des possibilités diverses et variées que peuvent offrir les grandes villes en développant des mobilités à des échelles plus vastes ? Parmi les différentes dimensions de la mobilité, nous nous concentrerons dans les limites de cet article sur les pratiques de consommation et de loisir.

Le terrain et la méthode

4La recherche dont cet article rend compte s’est appuyée sur un travail de terrain, mené entre mars et septembre 2007, et ayant pour objectif de décrire et analyser les pratiques de mobilités des habitants de deux favelas de Rio de Janeiro : Coroado et Nova Holanda. Des entretiens semi-dirigés ont été menés auprès de 33 habitants de ces favelas, en majorité à leur domicile, afin de recueillir des informations sur leur trajectoire résidentielle, leurs déplacements, leur réseau social et leur perception des différents lieux qu’ils fréquentent. A partir de ces entretiens, des cartes synthétisant les pratiques commerciales et de loisirs des habitants enquêtés ont été élaborées. Cette démarche a été complétée par des observations, la participation à la vie locale et dans certains cas, le suivi des sujets lors de leurs déplacements. Parmi la population enquêtée, le principe de diversité a été poursuivi en termes de caractéristiques sociales, de temps de résidence dans la favela ou de localisation de l’activité notamment.

5Les favelas retenues pour l’enquête se différencient avant tout par leur distance au cœur de l’agglomération (Carte 1). Le critère de localisation de la favela dans l’espace urbain a été retenu objectivement en raison de son influence hypothétique sur le niveau d’accessibilité à la ville et les liens entretenus par les habitants avec elle. Le choix s’est d’abord porté sur un modèle de favela situé dans la région centrale de l’espace urbain, entendue comme espace de concentration des activités, des services et des commerces de la ville, puis sur un autre type de favela située en des lieux plus distants. Ces favelas se distinguent par ailleurs en fonction d’autres caractéristiques découlant de leur situation géographique (le profil social du quartier environnant, la topographie, la taille, l’ancienneté et donc le degré de consolidation) mais aussi par l’intensité relative de la violence, prédominante dans l’une en raison de la présence de narcotrafiquants et inexistante dans l’autre.

Carte 1 : Localisation des favelas étudiées à Rio de Janeiro

Carte 1 : Localisation des favelas étudiées à Rio de Janeiro

Réalisation : Michaël Chetry, 2010

6Ainsi, Coroado est une petite favela d’environ 1 000 habitants isolée sur un bout de colline qui surplombe Laranjeiras, un quartier résidentiel de classe moyenne-haute situé à la limite de la Zone Centre et de la Zone Sud de la ville. Avec ses maisons enchevêtrées les unes sur les autres, elle correspond à l’image typique des favelas de Rio de Janeiro. Coroado est plutôt récente pour une favela située dans le centre de l’espace urbain dans le sens où son processus de peuplement a été significatif à partir des années 1970-1980. Elle présente tout de même un bon niveau de consolidation tant du point de vue de l’habitat que des infrastructures. Par contre, elle ne dispose d’aucun équipement public sans que cela constitue un inconvénient pour la population compte tenu de leur relative proximité. Ses habitants, à l’instar de la plupart des favelas de Rio de Janeiro, sont des migrants originaires du Nordeste dont la majorité, notamment les adultes, a une expérience antérieure de la vie urbaine mais n’est pas native de la ville.

7Nova Holanda elle, est une favela plane de la Zone Nord de Rio de Janeiro, secteur majoritairement composé de classes basses et moyennes. Elle compte un peu plus de 11 000 habitants et fait partie du plus grand ensemble de favelas de Rio de Janeiro, le Complexe de la Maré, qui regroupe 17 favelas et près de 150 000 habitants. Ce dernier dispose d’une grande visibilité du fait de sa localisation en bordure de l’autoroute qui mène à l’aéroport. Nova Holanda est une favela ancienne apparue dans les années 1960 et relativement bien consolidée avec la présence de nombreux équipements publics (poste de santé, école) et commerciaux. Même si Nova Holanda est relativement distant du centre, sa localisation à proximité d’une voie rapide, l’Avenida Brasil, empruntée par de nombreux bus, lui assure une bonne desserte vers le centre. Cette dernière est améliorée par un réseau de transport alternatif (vans, moto-taxis) à l’intérieur de la favela et en direction des quartiers voisins pour une correspondance avec le système de transport public. Compte tenu de l’ancienneté de la favela, la majorité des habitants, même s’ils sont des descendants de migrants, sont originaires de Rio de Janeiro voire sont nés dans la favela.

Des pratiques commerciales resserrées autour de l’espace de résidence

8Les pratiques commerciales occupent une place prépondérante dans la vie quotidienne des habitants. Parmi elles, l’approvisionnement alimentaire représente le poste le plus important dans le budget des ménages et constitue l’essentiel des déplacements, en particulier des femmes qui en sont généralement responsables. Les pratiques de consommation sont plutôt homogènes, la plupart des habitants recherchant le meilleur prix en incluant le coût du transport.

  • 1  Le Censo Maré est un recensement réalisée en 2000 sur l’ensemble du Complexe de la Maré par une ON (...)
  • 2  La compétitivité des prix peut s'expliquer en partie par la forte concurrence qui découle de l'off (...)

9À Nova Holanda, compte tenu de la densité et de la diversité du commerce local, la majorité des habitants fait ses courses alimentaires à l’intérieur de la communauté. Selon le Censo Maré1, plus de 90% des habitants y achètent leurs fruits et légumes, principalement dans les épiceries et au marché qui se tient tous les samedis dans la favela. De même, pour les aliments de base (riz, haricots, sucre, farine, viandes), la population se fournit dans les supermarchés de la favela. Ces derniers pratiquent des prix convenables et même inférieurs à ceux des grandes surfaces des environs2, tout en offrant des services similaires comme la livraison à domicile.

10A contrario, à Coroado, favela plus petite et moins fournies en commerce, les quelques établissements locaux servent avant tout au dépannage en produits de première nécessité en raison des prix élevés pratiqués. Seuls les habitants plus vulnérables, comme les personnes âgées qui ont des difficultés pour se déplacer et les plus pauvres qui ont peu d’argent à dépenser, ont recours régulièrement à ces commerces de par leur proximité ou la possibilité du crédit. Mais l’approvisionnement se fait principalement en dehors de la favela, notamment dans les supermarchés et les marchés environnants. Les habitants de Coroado bénéficient en effet d’une offre commerciale diversifiée de par la position centrale de la favela dans l’espace urbain. Dans leur grande majorité, ils font leur course au Sendas, le principal supermarché de Largo do Machado. Il est considéré comme le moins cher des environs et est bien desservi par la ligne de bus qui passe au pied de la favela. Il est en effet beaucoup moins pratique de se rendre dans les supermarchés de Laranjeiras, pourtant plus proches physiquement. Les habitants ont également l’habitude pour les produits frais d’aller au marché qui se tient dans le quartier voisin de Rio Comprido.

11Si la tendance dominante fait que les habitants se fournissent au plus près et au moins cher, les pratiques d’approvisionnement peuvent se diversifier suivant les goûts, le niveau de revenu ou les services offerts par les magasins. Ainsi, les habitants de Nova Holanda qui ont un peu plus de moyens préfèrent aux supermarchés de la favela les grandes surfaces situées dans les quartiers voisins, accessibles à pied ou en van, destinées à une clientèle supérieure et offrant une plus grande variété de produits. Ils y trouvent les produits de marque dont les publicités défilent à la télévision. C’est le cas de Shirley qui a grandi dans un quartier de la Zone Nord de Rio de Janeiro avant de venir s’installer à Nova Holanda lorsqu’elle s’est mariée:

« Je vais faire mes courses au Guanabara sur la place des Nations à Bonsucesso...une fois par mois. J’y vais parce qu’il y a les produits que j’ai l’habitude d’utiliser. Ici, dans les supermarchés, il n’y a pas de marques, les produits ne sont pas de qualité. »

12Si la marque est synonyme de qualité, acheter ces produits est aussi un signe de prestige social témoignant de la participation à la consommation de masse. À Coroado, des habitants fréquentent également ce type de supermarchés car ils offrent la possibilité de payer en plusieurs fois avec la carte du magasin, ou de se faire livrer à domicile. C’est un avantage certain compte tenu de l’accessibilité difficile à la favela. Cependant, tous les habitants peuvent y avoir recours occasionnellement pour des achats bien précis ou lorsqu’il y a des promotions.

13Plus rarement, l’approvisionnement alimentaire peut aussi se faire au-delà des quartiers environnants. En effet, ceux qui disposent d’un moyen de transport personnel voient leur éventail de choix s’élargir. Ils peuvent alors se rendre dans les grandes surfaces où qu’elles soient et combiner leurs achats avec d’autres activités.

14Les autres types d’achats, moins fréquents, comme les vêtements par exemple, ne se font que très rarement dans les boutiques des favelas. Lorsqu’elles existent, ces dernières sont en majorité destinées aux femmes et « les vêtements sont chers sans que pour autant cela soit de marque » comme le précise Ana, une habitante de Nova Holanda. De fait, elle n’y fait que des achats à l’improviste lorsqu’un article lui plaît ou de dernière minute. Les clients réguliers des boutiques de la favela sont une fois de plus les habitants les plus vulnérables, incités par la possibilité de régler leurs achats à crédit et de faire l’économie du transport.

15Les vêtements s’achètent surtout dans le centre-ville, facilement accessible en transport en commun depuis les deux favelas, et où se trouve le Saara, un quartier commercial populaire très denses qui rassemble des magasins de vêtements et de chaussures, mais aussi des vendeurs de tissu, de linge de maisons et de petits articles en tous genres pour la maison. On compte également la présence de grandes enseignes d’habillement (C&A ou Rachuelo par exemple) qui attirent une grande partie des habitants des favelas, aussi bien pour leur notoriété et la qualité de leurs produits que pour la possibilité d’acheter à crédit avec la carte de paiement de ces magasins. D’ailleurs, on ne se rend souvent dans ces magasins et même au centre-ville qu’au seul motif de payer ses traites. Ces grandes enseignes ont parfaitement compris le profit qu’elles pourraient tirer des populations à bas revenu en leur fournissant des crédits à des taux d’intérêts élevés et n’hésitent pas à aller prospecter de nouveaux clients directement dans les favelas.

16Enfin, certains habitants font leurs achats dans les shopping centers. Ces derniers présentent plusieurs avantages pratiques : concentration et diversité des magasins, plages d’ouverture plus grandes, et aussi la possibilité de combiner achats et loisirs dans un même espace. Il est en effet assez rare que les habitants s’y rendent uniquement pour faire leurs achats. Les shopping centers ne sont plus les lieux de consommation réservés des riches, leur intense développement au cours des dernières décennies s’étant aussi reposé sur une segmentation de la clientèle. Aujourd’hui, il existe des shopping centers destinés aux classes populaires qui se distinguent des autres par leur localisation, le standing des magasins et des prix plus abordables. Toutefois, ces derniers restant supérieurs aux commerces traditionnels des centre-villes, même cette catégorie est destinée à une population qui dispose de ressources non négligeables. Ainsi, les habitants de Nova Holanda fréquentent principalement le Norte Shopping, situé dans le quartier de Meier dans la Zone Nord, directement desservi depuis la favela par une ligne de vans. Plus occasionnellement, ils se rendent également dans d’autres shoppings plus petits qui offrent certes moins de choix, mais qui sont plus calmes. Dans la Zone Sud, les shopping centers sont nombreux et de standing élevé en raison du profil aisé de la population. Les habitants de Coroado qui le peuvent vont dans les plus proches de la favela : le Botafogo Praia Shopping et le Rio Sul, tous deux situés dans le quartier de Botafogo.

17Pour certains services comme les banques et la poste, généralement absents des favelas, les habitants se rendent dans les centres secondaires situés à proximité : Bonsucesso pour Nova Holanda, Largo do Machado pour Coroado. Ils vont à la banque assez rarement, tout au plus une fois par mois, la plupart des opérations pouvant se faire dans des distributeurs ou par téléphone, pour ceux qui possèdent un compte bancaire : à Nova Holanda, ils ne représentent qu’un tiers de la population (Ceasm, 2000). C’est également dans ces quartiers que certains habitants font leurs achats plus spécialisés comme le mobilier ou l’électroménager, même à Nova Holanda où pourtant ce type de magasins existe. Dans le cas contraire, ils sont généralement présents dans les centre-villes plus distants.

Carte 2 : Pratiques commerciales des personnes interrogées à Nova Holanda et à Coroado

Carte 2 : Pratiques commerciales des personnes interrogées à Nova Holanda et à Coroado

Réalisation : Michaël Chetry, 2010

18Les déplacements par nécessité ne représentant qu’une partie de l’expérience urbaine, par ailleurs le plus souvent limités à un seul trajet aller-retour depuis le lieu de résidence, cette approche doit être complétée par les pratiques des habitants en termes de loisirs et de distractions.

Les pratiques de loisirs : de l’échelle locale à l’échelle de la ville

19Les loisirs, même s’ils sont restreints, témoignent du rapport des habitants à la ville au même titre que les déplacements par nécessité. Tous les loisirs ne sont pas pour autant un facteur obligatoire de mobilité. Dans leur majorité, ils se déroulent à l’échelle de la favela, voire du domicile. Les pratiques de loisirs dépendent en premier lieu de la disponibilité de temps libre et des revenus pour une partie de la population des favelas, en particulier les plus pauvres qui doivent multiplier les activités ou allonger leur temps de travail pour pouvoir survivre, le temps et l’argent font défaut.

20Le domicile est le lieu principal d’usage du temps libre que l’on passe en famille et le plus souvent devant la télévision, l’activité préférée et la plus pratiquée par les habitants de Nova Holanda (Censo Maré). À d’autres occasions, les fins de semaine, ils reçoivent de la famille ou des amis, organisent des fêtes et des barbecues sur la terrasse. Les jeunes eux aussi ont l’habitude de passer du temps chez eux ou chez leurs amis, de se distraire sur l’ordinateur, de voir un film, d’écouter de la musique ou tout simplement de discuter. Globalement, on observe des différences dans les espaces de vie des habitants selon le genre et la génération : les femmes et les personnes âgées sont plus enclines à rester à la maison que les jeunes et les hommes. La plupart des femmes interrogées avouent en effet être casanières et aimer passer du temps au domicile pour faire leurs « petites choses ». Elles se sentent plus à l’aise et en sécurité chez elles, et dans la mesure du possible préfèrent largement recevoir que rendre visite.

21Néanmoins, le manque d’espace intérieur et la promiscuité des maisons conduit à faire de la rue un lieu de jeux pour les enfants et de convivialité pour les adultes. Les jeunes y jouent au ballon ou aux billes, les mères discutent sur le pas de porte, alors que les adolescents se regroupent, filles et garçons chacun de leur côté, autour des placettes ou des coins des rues. Ces activités donnent vie à la rue et permettent d’entretenir la forte interconnaissance qui règne dans ces espaces. Dans certaines favelas, la pratique de l’espace public interne peut néanmoins rencontrer des obstacles. À Nova Holanda, la présence du narcotrafic est un facteur qui recentre la vie quotidienne à l’intérieur du domicile. Afin d’éviter tout risque pour leur vie, d’enrôlement dans des activités déviantes ou tout simplement les protéger de la vision des armes et de la drogue, les « bons » parents ne laissent que très rarement leurs enfants sortir dans la rue, en particulier lorsqu’ils sont petits et influençables. Coroado échappe à ces problèmes en semblant être imperméable à la violence. Dès lors, les habitants apprécient d’autant plus de pouvoir laisser leurs enfants s’amuser devant la maison en toute sécurité.

22Toutefois, l’offre de loisirs dans les favelas, à Coroado comme à Nova Holanda, reste faible et peu diversifiée. Pour les adolescents et les hommes des favelas, la pratique du sport, et en premier lieu du football, représente une part essentielle des loisirs. S’il est de loin le sport de plus populaire au Brésil toutes classes confondues, c’est souvent le seul que l’on peut pratiquer dans les favelas compte tenu de l’offre limitée d’équipements. Chaque favela est équipée de terrains plus ou moins improvisés et le football ne nécessite finalement qu’un ballon. A noter que les cybercafés, constituent un lieu de plus en plus couru par une partie des jeunes, leur donnant l’opportunité de se divertir sur Internet ou de jouer à des jeux vidéo à moindre frais.

23L’activité la plus répandue dans la favela concerne sans doute la pratique religieuse. À l’instar du pays tout entier, la religion occupe une place de tout premier plan dans le quotidien des habitants. Dans le Complexe de la Maré par exemple, où se situe Nova Holanda, elle concerne plus de 40 % des habitants (Ceasm, 2000). Des lieux de culte sont présents dans la quasi-totalité des favelas, quelle que soit leur taille. Le Complexe de la Maré en compte environ 150, en grande partie des Églises évangélistes, dont les différents courants s’implantent à un rythme soutenu dans les favelas et les milieux populaires. À Coroado, c’est le curé de la paroisse du Cristo Redentor, située dans le quartier voisin de Laranjeiras, qui vient célébrer la messe un dimanche par mois et en plein air, faute de local disponible. À l’inverse l’Église évangéliste, présente depuis seulement quelques années dans la favela, est beaucoup plus active. Elle propose à ses fidèles des activités parallèles au culte plusieurs soirs par semaine (réunions de prières, chants, lectures par exemple) et organise même leur fête d’anniversaire. Ainsi, par rapport aux catholiques qui se contentent de participer avec plus ou moins d’assiduité à la messe dominicale, les évangélistes ont une pratique plus intense de la religion. L’engagement évangéliste apparaît également plus exigeant et implique le respect d’un mode de vie très strict. De fait, les fidèles ne participent pas à la plupart des activités présentes dans la favela et sont également absents des fêtes populaires, en majorité liées à la religion catholique, qui sont pourtant des évènements essentiels de la vie sociale locale, préférant organiser des manifestations de leur côté. À terme, l’ensemble de ces processus contribue à faire des évangélistes, tout du moins des plus fervents, un groupe refermé sur lui-même vivant en retrait de vie collective.

24Les autres activités dans les favelas se résument pour l’essentiel à fréquenter les bars et sont donc réservées aux adultes. Dans les petites favelas, comme Coroado, les distractions nocturnes étant peu nombreuses, les habitants vont chercher l’animation dans les environs. Dans les favelas où la vie locale est un peu plus développée comme à Nova Holanda, les habitants sortent régulièrement dans les établissements de la favela. D’ailleurs, les jeunes apprécient beaucoup la favela pour son aspect festif. Les week-ends sont très animés, la musique est présente partout y compris dans les maisons. On se retrouve entre amis dans les bars de la favela autour d’une bière pour discuter et aussi chanter ou danser lorsque ces derniers proposent des karaokés ou accueillent des concerts. Des évènements en plein air sont régulièrement organisés sur la place de la favela, dont les principaux sont le bal funk, qui attire tous les samedis la jeunesse locale venue danser toute la nuit, et les concerts de pagode à l’ambiance plus familiale organisés le dimanche en fin d’après-midi. De même, les habitants se rendent parfois dans la communauté voisine de Parque União, qui concentre plusieurs bars et restaurants proposant des spécialités du Nordeste et qui accueille des concerts de forró le dimanche. Par ailleurs, les associations locales organisent également des animations ouvertes à tous comme des bingos ou des célébrations pour la fête des mères et la Saint Jean, festivité traditionnelle du Nordeste. Ces dernières constituent un rendez-vous important pour la population mais restent occasionnelles.

25Si la plupart des habitants sortent généralement dans leur favela ou à proximité c’est parce que c’est plus économique, plus pratique et plus sûr, notamment la nuit lorsque prendre les transports est compliqué et risqué. Cependant, que ce soit en raison du manque d’opportunités sur place ou pour changer d’ambiance, les habitants notamment les jeunes cherchent aussi à se divertir à l’extérieur, quand ils ont un peu d’argent à dépenser. À Nova Holanda, les sorties se font le plus souvent dans la zone de proximité, dans les salles de concert et les discothèques des environs. Ce n’est pas le cas de celles des quartiers chics de la Zone Sud qui sont inabordables y compris pour les jeunes de Coroado. La seule distraction accessible est lorsque les grands artistes brésiliens se produisent gratuitement sur la plage de Copacabana. Ces concerts attirent d’ailleurs des habitants de toute la ville, et notamment de Nova Holanda. Le centre historique, dont le quartier de Lapa, est également un lieu de sortie privilégié pour son atmosphère populaire et mélangée, la diversité des activités (concerts, bars, discothèques) et les prix abordables. Les rues très animées de ces quartiers procurent un sentiment de sécurité. Les familles quant à elles préfèrent des sorties plus calmes comme aller au restaurant, généralement dans les quartiers proches. Dans ce cas, les pizzerias à volonté sont particulièrement appréciées tout autant que le Mc Donald’s quand il faut faire plaisir aux enfants.

  • 3  Il convient de nuancer ici l'aspect démocratique de la plage à Rio de Janeiro, les différences ent (...)

26Parmi les loisirs pratiqués à l’extérieur des favelas, se rendre à la plage ou aller au parc restent les activités les plus courantes. Elles ont en effet l’avantage d’être gratuites (outre le coût du transport) et d’être réalisables en famille ou entre amis. Véritable institution à Rio de Janeiro, citée comme le lieu de mixité par excellence où toutes les catégories sociales se rencontrent ou plutôt se côtoient3, la plage fait partie intégrante du mode de vie carioca et du quotidien. Le carioca aime la plage et s’y rend dès qu’il le peut. Les plus fréquentées sont celles de la Zone Sud qui bordent les quartiers de Leme, Copacabana, Ipanema et Leblon sur 10 km, et qui sont considérées comme les plus belles de la ville. Chaque plage présente des caractéristiques différentes : Leme et Leblon sont des plages calmes et familiales, Copacabana est plus agitée en raison de la présence de nombreux hôtels. Quant à Ipanema, elle est préférée en particulier des jeunes pour la beauté de son cadre, son ambiance et les gens réputés pour être plus beaux qu’ailleurs, critère de choix essentiel à Rio pour un lieu où l’on va aussi pour se montrer.

27Les habitants de Nova Holanda vont à la plage plus ou moins régulièrement, les fins de semaine. Le choix se fait aussi en fonction de l’accessibilité des plages selon le mode de transport. Pour ceux qui disposent d’un véhicule, il est plus simple et plus rapide de se rendre à Ipanema grâce au tunnel Rebouça qui relie la Zone Nord à la Zone Sud. Pour les autres qui se déplacent en transports collectifs, les vans qui desservent la Zone Sud depuis la favela ont leur terminus à Copacabana. Par exemple les habitants de Nova Holanda se rendent principalement à Leme quand ils ont des enfants et à Ipanema lorsqu’ils sont jeunes, mais rarement à Copacabana. Ils partent pour la journée avec des glacières remplies de boissons compte tenu des prix élevés pratiqués sur la plage et de la chaleur. De leur côté, les moins fortunés vont beaucoup plus près de la favela, sur les plages bordant la baie Guanabara situées à côté du Complexe de la Maré ou de l’Ilha do Governador. Ils ne se rendent qu’occasionnellement sur les plages de la Zone Sud qui sont pourtant considérées comme plus agréables et où l’eau est de meilleure qualité. Les habitants de Coroado dont la plupart sont des migrants de première génération, n’y vont eux aussi que rarement alors même qu’ils habitent bien plus près des plages. Dans leur majorité, ils vont à la plus proche de la favela, la plage de Flamengo, à laquelle ils peuvent se rendre à pied et qui présente aussi l’avantage d’être bordée par un grand parc dans lequel les enfants peuvent s’amuser. À noter que les jeunes de la communauté vont à la plage plus régulièrement et préfèrent aller à Ipanema, quitte à prendre le bus.

Carte 3 : Pratiques de loisirs des personnes interrogées à Nova Holanda

Carte 3 : Pratiques de loisirs des personnes interrogées à Nova Holanda

Réalisation : Michaël Chetry, 2010

Carte 4 : Pratiques de loisirs des personnes interrogées à Coroado

Carte 4 : Pratiques de loisirs des personnes interrogées à Coroado

Réalisation : Michaël Chetry, 2010

28Se rendre au parc est aussi un moyen pour certaines familles d’équilibrer les loisirs des enfants. Mis à part les parcs qui peuvent exister à proximité des favelas, comme celui de Flamengo dans le cas de Coroado, les habitants s’y rendent de manière occasionnelle, comme le font ceux de Nova Holanda au parc Quinta da Boa Vista situé dans la Zone Nord et qui abrite le zoo de la ville. À Coroado, certains habitants, en particulier les personnes âgées, font également des ballades dans les environs de la favela, relativement calmes, arborés et qui présentent de nombreux points de vue sur la ville. De même, le bord de mer est aussi un lieu de promenade apprécié et proche de chez eux. Ils profitent alors pleinement de la situation privilégiée de la favela dans la Zone Sud de la ville, en comparaison des favelas plus distantes, comme Nova Holanda où l’environnement industriel est inapproprié à ce type de loisir.

29Au même titre que la plage et le parc, le shopping center est devenu un lieu de sortie à part entière pour une partie des habitants des favelas. Comme nous l’avons vu, si certains y font leurs achats, pour la plupart d’entre eux c’est avant tout un espace de loisirs. Les shopping centers n’ont eu de cesse de développer des activités récréatives. Tous ont aujourd’hui un cinéma et de nombreux bars et restaurants, certains ont un théâtre ou des salles de jeux vidéo. On va se promener en famille ou entre amis, faire du lèche-vitrine, manger un morceau ou une glace. C’est aussi un lieu de rencontre prisé par les jeunes. Les habitants de Nova Holanda fréquentent principalement le Norte Shopping pour sa proximité et l’offre de loisir. Les parents y emmènent plus ou moins régulièrement leurs enfants au fast food, s’amuser dans le parc de jeux, ou plus rarement au cinéma. D’autres y vont généralement après le travail boire un verre ou manger au restaurant avec des collègues. Ceux qui disposent d’un véhicule personnel peuvent se rendre dans des shoppings plus distants qui proposent des activités plus rares comme le bowling par exemple. La pratique du shopping en tant qu’espace de loisir est beaucoup plus répandue chez les habitants de Nova Holanda que de Coroado, qui fréquentent peu ceux qui se trouvent près de chez eux. Ces derniers apparaissent beaucoup moins attractifs compte-tenu de l’offre importante de loisirs qui existent dans les quartiers de la Zone Sud par rapport aux quartiers populaires. De plus, le malaise lié à l’intériorisation de la différence de classe avec la clientèle attitrée des shoppings de la Zone Sud mais aussi les prix plus élevés qui y sont pratiqués semblent être également des freins à leur fréquentation par les habitants. Au final, certains habitants de Coroado préfèrent les shoppings populaires quitte à faire un plus long trajet. Par ailleurs, le choix peut aussi se faire en fonction de son réseau amical, la pratique du shopping étant une activité sociale à part entière que l’on réalise en groupe.

30Toutefois, si la pratique des shoppings centers, à titre de loisirs, concerne un plus grand nombre d’habitants que les seuls achats, elle reste au même titre réservée à ceux qui en ont les moyens. En effet, consommer dans ces lieux coûte cher, ce qui écarte les plus pauvres avec l’idée sous-jacente que c’est un endroit qui n’est pas fait pour eux. Le shopping center représente pour autant le symbole de la consommation de masse et de la culture standardisée auxquelles tous souhaitent participer, et est devenu un lieu de référence de la société urbaine que les habitants des favelas veulent faire découvrir à ses enfants au même titre que les points touristiques incontournables de la ville. C’est le cas d’une habitante de Nova Holanda, qui connaît les shopping centers pour y avoir travaillé, et qui a par exemple promis à ses enfants de les y emmener passer une après-midi dès qu’elle aura un peu d’argent.

Conclusion

31Au final, une grande partie des pratiques spatiales des habitants des favelas enquêtés reste principalement tournée vers la favela et ses environs, pouvant conduire à la conclusion d’un espace de vie resserré autour du lieu de résidence. Pour la plupart, les pratiques du quotidien se déroulent à l’intérieur de la favela – voire du domicile – ou au niveau des espaces de centralité les plus proches. Toutefois, ces pratiques, notamment lorsqu’elles ne relèvent pas du domaine du nécessaire peuvent se traduire par des déplacements à l’échelle de l’espace urbain, témoignant alors de la recherche de commerces et de loisirs, comme le centre-ville ou les shoppings centers, et des espaces publics comme les plages et les parcs.

32Pour la plupart des habitants, ces pratiques de l’espace urbain, implique cependant de surmonter des difficultés dans leur mobilité quotidienne. On peut citer en premier lieu la question du transport, de son accessibilité et de son coût mais aussi le sentiment d’insécurité, largement diffusé à Rio de Janeiro, qui touche d’ailleurs l’ensemble des habitants, toutes classes confondues. Ainsi la peur, conduit les habitants à limiter leurs déplacements, en ne sortant que très rarement le soir et en ne fréquentant pas les espaces inconnus ou peu animés. Cette question de la violence est particulièrement aiguë à Nova Holanda où le groupe criminel armée qui domine la favela exerce un contrôle des circulations et où les conflits peuvent éclater à tout moment, empêchant les habitants de rentrer chez eux ou d’en sortir.

33De même, des différences apparaissent selon la localisation des favelas dans l’espace urbain, le degré de consolidation, la présence de services et de commerces, l’accessibilité, et surtout les caractéristiques individuelles des habitants comme le sexe, l’âge, le niveau de revenus ou de scolarité, ou encore l’ancienneté de résidence en ville. Ainsi, certains se montrent plus disposés que d’autres à un espace de vie resserré autour du lieu de résidence : les plus démunis, contraints à l’immobilité, des femmes de par leur charge familiale, les personnes âgées qui ont des difficultés pour se déplacer ou ont peu de raisons de le faire ou encore les migrants récents qui ne sont pas encore adaptés au mode de vie citadin sont quelques exemples.

Haut de page

Bibliographie

Abreu Maurício de Almeida, Evolução Urbana do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, IPLANRIO, 1997.

Abreu Maurício de Almeida, « Reconstruindo uma história esquecida: origem e expansão inicial das favelas do Rio de Janeiro », Revista Espaço e Debates, n°37, 1994, p. 34-46.

Agier M., L’invention de la ville : banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Éditions des archives contemporaines, coll. « Une pensée d’avance », 176 p., 1999.

Chetry M., Les habitants des favelas face au droit à la ville au Brésil : réalité de la fragmentation urbaine, défi de l’intégration, Lyon, 2010. Thèse de doctorat (Doctorat en Géographie et Aménagement), Université Jean Moulin - Lyon 3.

Baby-Collin V., Marginaux et citadins. Construire une urbanité métisse en Amérique Latine, Toulouse, Thèse de doctorat (Doctorat en Géographie), Université Toulouse II-Le Mirail, 2000.

Caldeira T. P. do R., Cidade de muros: crime, segregação e cidadania em São Paulo, São Paulo, Editora 34/Edusp, 399 p., 2000.

CEASM, A Maré em dados: Censo 2000, Rio de Janeiro, Ceasm, 2000.

Certeau M. de, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris : Gallimard, 352 p., 1990.

Dorier-Apprill E., Gervais-Lambony P. (Org.), Vies citadines, Paris, Belin, coll. « Mappemonde », 267p., 2007.

Gervais-Lambony P., « La citadinité ou comment un mot peut en cacher d’autres… », In Élisabeth Dorier-Appril, Vocabulaire de la ville. Notions et références, Paris, Édition du temps, 2001, p.92-107.

Gomes P. C. da C., A condição urbana: ensaios de geopolítica da cidade, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 2002, 304 p.

Lussault M., Signoles P., La citadinité en questions, Fascicule de recherches, Tours, Urbama, n.29, 1996.

Navez-Bouchanine F., « Des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale: une approche critique de la notion de fragmentation », InÉlisabeth Dorier-Appril, Vocabulaire de la ville. Notions et références, Paris, Édition du temps, 2001. p.109-118.

Navez-Bouchanine F., « Fragmentation spatiale et urbanité au Maghreb », In F. Navez-Bouchanine (org.), La fragmentation en question: des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale?, Paris, L’Harmattan, 2002, p.153-193.

Souza M. L. De, O desafio metropolitano. Um estudo sobre a problemática sócio-espacial nas metrópoles brasileiras, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 368 p., 2000.

Valladares L. do. P., « Qu’est-ce qu’une favela ? », Cahiers des Amériques Latines, Paris, n.34, p. 61-72, 2000.

Valladares L. do. P., La favela d’un siècle à l’autre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 229p., 2006.

Ventura Z., Cidade Partida, São Paulo, Companhia das Letras, 277p.,1994.

Haut de page

Notes

1  Le Censo Maré est un recensement réalisée en 2000 sur l’ensemble du Complexe de la Maré par une ONG locale, le Centre d’Actions Solidaires de la Maré (Ceasm).

2  La compétitivité des prix peut s'expliquer en partie par la forte concurrence qui découle de l'offre conséquente de commerces.

3  Il convient de nuancer ici l'aspect démocratique de la plage à Rio de Janeiro, les différences entre classes sociales ne s'arrêtant pas au sable, les relations entre groupe relèvent plus de la discrimination et de l'évitement que du contact et de l'échange. Sur cette question des conflits liés l'appropriation différenciée de la plage à Rio de Janeiro voir Gomes (2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des favelas étudiées à Rio de Janeiro
Crédits Réalisation : Michaël Chetry, 2010
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7244/img-1.png
Fichier image/png, 69k
Titre Carte 2 : Pratiques commerciales des personnes interrogées à Nova Holanda et à Coroado
Crédits Réalisation : Michaël Chetry, 2010
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7244/img-2.png
Fichier image/png, 254k
Titre Carte 3 : Pratiques de loisirs des personnes interrogées à Nova Holanda
Crédits Réalisation : Michaël Chetry, 2010
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7244/img-3.png
Fichier image/png, 275k
Titre Carte 4 : Pratiques de loisirs des personnes interrogées à Coroado
Crédits Réalisation : Michaël Chetry, 2010
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7244/img-4.png
Fichier image/png, 216k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Chetry, « L’insertion des habitants des favelas de Rio de Janeiro dans la ville : le cas des pratiques de consommation et de loisirs », Confins [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 19 novembre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://confins.revues.org/7244 ; DOI : 10.4000/confins.7244

Haut de page

Auteur

Michael Chetry

Chercheur associé à l’UMR CNRS Environnement Ville Société (Rives).chetrym@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org