Navigation – Plan du site

Financement agricole par l’échange grains / intrants : l’impact de la NPR à Sapezal–MT entre 2004 et 2009

Financiamento agrícola através da troca de grãos por insumos: o impacto da CPR em Sapezal-MT no período de 2004–2009
Agricultural financing through grain exchange for raw materials: the impact of CPR in Sapezal-MT in the 2004-2009 period
Argemiro Luís Brum, Charles Luan Marquezin, Wylmor Constantino Tives Dalfovo et Cláudia Regina Heck

Résumés

La NPR (Note de Produit Rural) apparaît comme un instrument régulé par le Gouvernement Fédéral, grâce à laquelle le producteur anticipe sa recette de production en ayant comme contrepartie la remise aux entreprises privées d’une certaine quantité venue de sa production de soja. Ce système a pris de l’ampleur pendant la spirale inflationnaire et la crise fiscale brésilienne, durant les années 1980, qui a restreint le crédit. On a cherché dans cet article, ayant comme référence des entreprises de la commune de Sapezal – MT, à décrire les coûts d’acquisition des intrants à travers deux mécanismes distincts. Le premier, le mécanisme d’achat au comptant avec les prix des intrants obtenu en Reais, et le deuxième, le mécanisme à longue échéance connu comme NPR, où les prix ont été analysés sous le système d’échange contre des paquets d’intrants. Parmi les résultats, on a eu que la principale variable responsable du succès de la NPR est la variation du prix de la denrée à la période de réalisation du contrat et de son échéance. Autre résultat important, le fait que la majorité des producteurs que cherchent la NPR à Sapezal – MT ce sont les moyens producteurs. Enfin, quant aux agents financiers, les plus grandes entreprises occupent un pourcentage élevé de participation dans l’émission de ce type de négociation rurale.

Haut de page

Texte intégral

1La production brésilienne de soja jouit d’un grand prestige international, le Brésil étant considéré actuellement comme le second producteur mondial de grains de soja, derrière les États-Unis. Parmi des nombreux motifs responsables de l’augmentation de la production du grain au Brésil, le crédit rural a une importance majeure, car à la mesure à laquelle se sont développées ce que l’on appelle les nouvelles frontières agricoles du pays, principalement dans les régions nord et centre-ouest, le montant du crédit rural destiné au financement des producteurs a dû être amplifié. Dans ce contexte l’État de Mato Grosso est, actuellement, le  premier  producteur de soja du Brésil, lequel fut une des bases du développement pour l’ouverture et la consolidation des nouvelles communes, et l’occupation de ce que l’on appelle le vide démographique.

2On considère que l’État de Mato Grosso possède des dimensions géographiques considérables, avec trois écosystèmes bien définis (le pantanal, le cerrado et la fôret amazonienne de transition). Dans cet État ce sont développé quelques municipalités, plutôt dans sa région centre-ouest, avec une grande potentialité pour la production de la culture du soja, parmi lesquelles: Diamantino, Campo Novo do Parecis, Nova Mutum, Lucas do Rio Verde e Sorriso, ce dernier étant considéré comme  le plus grand producteur mondial de soja.

3Dans ce contexte, on trouve également la municipalité de Sapezal. Grâce au développement des activités agricoles il est devenu, à la fin des années 1990, une des communes les plus importantes dans la production de grains, en occupant, au rang national, la troisième place dans la production de coton, la sixième place pour le maïs ‘safrinha’ (deuxième récolte) et la troisième place en soja. Dans ce dernier cas, en utilisant une surface moyenne de 58 000 hectares pour sa production.

4Plusieurs facteurs expliquent l’importance du développement de l’agriculture à Sapezal, surtout le soja. Tout d’abord, l’appui du gouvernement féderal à la production agricole aux régions intérieures du Brésil, suivi des bas prix des terres, que favorisent l’acquisition de propriétés pour cette production. La création, par le gouvernement féderal, du Système National de Crédit Rural, en 1964, a été un grand allié pour le développement de la production de soja, principalement pendant les années 1970 et le début des années 1980, lequel a destiné un montant de ressources appréciables pour les financements agricoles et le développement du secteur. Toutefois, une ambiance inflationnaire, sur fond de crise fiscal de l’État, aux annés 1980, a destructuré ce modèle de financement, épuisant les ressources et la capacité de financement agricole.

5La crise de crédit agricole du Gouvernement Féderal ouvre les portes à l’apparition de sources alternatives de ressources, sans aucun lien avec les ressources en provenance de l’État. Les tradings, agroindustries, entreprises de soja, sociétés coopératives, et d’autres encore, ont assumé le rôle de principaux suppléants des financements agricoles à la région.

6Un mécanisme qui a acquis relative importance pour le financement rural à travers le système alternatif de crédit a été le contrat à terme, par le biais de la Note de Produit Rural (NPR). Celle-ci permet au producteur anticiper la recette de sa production, avec la promesse de rendre une quantité stipulé de soja au acheteur, et en étant comme ça, compromettre une parcelle de la commercialisation de sa production vendue au prix déterminé dans la NPR. L’objectif central de cet article est de démontrer les avantages et les inconvénients de la NPR comme mécanisme de financement agricole à travers le système d’échanges de grains par intrants, pour les producteurs ruraux de Sapezal, entre 2004 et 2009.

La commercialisation du soja : la NPR comme outil

7Selon Araujo (2005), un mécanisme largement utilisé dans le marché à terme, parmi d’autres, est la NPR (note de produit rural) qui

«  [...] est un instrument juridique (créé par la loi n ° 8929 du 22/08/1994) pour les ventes à l’avance de la production à la livraison future de produits, permettant au producteur d’obtenir des ressources pour financer sa culture. [...] Le producteur émet un titre pour commercialiser ses produits en recevant la valeur négociée à l’avance [...]. »

8L’acheteur de la NPR peut être n’importe quelle personne physique ou juridique et passe a avoir un titre cambial. Celui-ci peut être transférer à un autre acheteur par endossement ou le négocier comme un actif financier, en considérant le produit et la qualité en lui déclarée.

9Sur la note doit être mentionné certaines  obligations du contrat qui, selon Araújo (2005, p. 84), sont:

« la promesse de livrer le produit avec les caractéristiques de la qualité et la quantité qui y sont spécifiées, le nom du créancier et la clause d’ordre, date, lieu et l’état de livraison, la description des marchandises dans les cedules, liées à des garanties, date et lieu de l’émission et la signature de l’émetteur »

10Ainsi, parmi les quatre principaux systèmes de commercialisation de la commodity soja, l’utilisation d’un marché à terme par la NPR est une stratégie de financement pour la production agricole largement utilisée.

Le système de crédit, la production et la commercialisation du soja par le biais de laNPR

11Batalha et al (2007, p. 351) note que « la note rural du produit est un titre de promesse de livraison future de produits ruraux délivrés par le producteur, association ou des coopératives de producteurs, et qui peut être négocié en bourses ou sur le marché hors cote ». Il s’agit des operations de vente anticipées, dans lequel le producteur élimine le risque de prix et obtient des fonds pour financer le coût de sa production.

12Pour les fins du raisonnement, Marques et al (2006) exemplifie l’utilisation de la NPR, à la situation suivante: un agriculteur, en avant besoin de ressourses pour commencer à planter, part à la recherche d’une banque qui émet une NPR, en échange d’une garantie bancaire. La NPR est placée aux enchères, celui qui offre le plus, l’achète. Après la récolte, le producteur livre le produit à l’investisseur, qui lui renvoie la NPR payée.

13Pour Savoia et al (2009), ce titre a donné à l’agriculteur un mécanisme efficace de collecte de fonds, en plus du crédit rural traditionnel. Cependant, la NPR exige que la marchandise (soja) soit livrée à l’échéance, et ceci fait limiter le nombre d’acheteurs de la note, lesquels, d’une manière générale, sont les fournisseurs d’intrants (engrais, semences, pesticides agricoles) et des machines agricoles. Ceux-ci, lorsque reçoivent le produit rural font leur mis ont vente aux tradings (sociétes de négoce), soit personnelles ou d’autres.

14Selon Marques et al (2006, p. 208), « La note du producteur (NPR) est l’une des instruments les plus largement utilisés pour les opérations de financement de l’agro-industrie. », étant une évolution du traditionnel contrat à durée déterminée. Selon Gonzalez et Marques (1999), étant un contrat à terme, le même peut être fait sous mesure, en fonction des intérêts du vendeur et de l’acheteur.

15Par ailleurs, selon toujours Gonzalez et Marques (1999), la NPR peut également être traitée par le biais des contrats standardisés. Ceux-ci offrent l’avantage au vendeur d’extrapoler la relation particulière de vendeur/acheteur. Face à une certaine marchandise avec une certaine qualité et prix, le vendeur peut trouver un acheteur avec exactement le désir d’acheter une telle marchandise. La normalisation permet d’élargir les marchés, fuyant de la relation directe entre vendeur / acheteur. Grâce à la caractéristique qui affiche la NPR, d’ajouter une institution financière qui garantit la livraison physique, les acheteurs intéressés par les marchandises peuvent faire l’achat avec un degré assez élevé de liberté: la normalisation garantit la qualité du produit en cours de réception et l’approbation de l’institution financière garantit la livraison elle-même.

16Les principaux aspects règlementaires de la NPR sont indiqués dans le tableau suivant. Cependant, ils seront présentés avant la NPR-financière qui, selon Rocha (2008), avec la promulgation de la loi n ° 10.200/2001, il est devenu aussi possible le règlement de la NPR en espèce, appelée NPR-financière. Son fonctionnement diffère dans l’échéance, parce que la livraison ne sera pas en produit, mais la contre-valeur en espèces.

Tableau 1 - Principaux aspects réglementaires de la NPR - Note du produit rural

Enregistrement  à l’office notarial

• Il faut une inscription à l’office notarial du registre des Immeubles du domicile de l’émetteur afin que la NPR soit efficace.

• En cas d’hypothèque et de gage, la NPR devra également être portée sur l’enregistrement des biens hypothéqués et le Bureau de la localisation des biens en cause.

Liquidation

• La livraison du produit, si la NPR physique, et le paiement en monnaie locale, financièrement.

• L’émetteur ne peut pas compter sur leur nom en cas fortuit ou force majeure.

• La livraison partielle de la marchandise doit être notée, successivement, dans le dos de la note, devenant exigible le solde à payer.

• L’anticipation de la livraison du produit dépend de l’acceptation du créancier

• La NPR peut être considérée comme ayant échouée dans le cas de non-conformité de toutes les obligations de l’émetteur.

• Pour le recouvrement de la NPR, il est objet de mesures coercitives pour fournir chose incertaine, si de liquidation physique, et d’action d’exécution d’un certain montant, si financière.

Négociation

• En Bourse et bureau commercial.

Registre en
Système de Registre et de Liquidation  Financière

• Obligatoires, si la négociation sur un marché boursier ou marché de comptoir.

• Dans le cas des titulaires, comme les fonds communs de placement, les organismes de retraite privés et les institutions financières, l’enregistrement est obligatoire.

• Lorsque enregistré, la NPR est considérée comme un actif financier, toutefois, dispensé de l’OIF.

• Les entités qui prennent l’enregistrement: Cetip et BM & F.

Garanties

réelles

• Hypothèques - propriétés rurales et urbaines.

• Engagement - une propriété engageons à être rurale, commerciale et cédulaire. Les biens engagés en cause sont encore détenus par l’émetteur.

• Hypothèque mobilière fiduciaire.

Garanties

Fiduciaires

• Aval (garantit à l’acheteur de l’intégrité du contrat)

Sanctions

• pratique délit de fraude celui que fait de fausses déclarations ou des inexactitudes ou omettre déclaration de privilège sur biens  offerts comme garantie de la NPR.

Source: ANDIMA (2008).

17La dernière question à travailler sur la NPR, c’est la formation du prix qui reste établit dans le contrat. Selon Marques et al (2006), pour les commodities la référence est le prix futur en décomptant la base pour l’endroit où le produit sera commercialisé, qui se réfère à la NPR. Ainsi, Gonzalez et Marques (1999) ont signalé que les prix agricoles sont trouvés sur le marché grâce à l’interaction des mouvements de l’offre et la demande. L’offre d’un produit est construite pour le produit actuel sur la base des stocks restants de la récolte précédente. La demande, à son tour, prend en compte les principaux consommateurs du produit, leur niveau de demande, l’offre de produits substituts, le niveau de rente de la population, habitudes de consommation, les préférences des consommateurs, taux de change etc. L’analyse de ces éléments permet à la fois l’apurement d’un prix pour le produit disponible autant qu’un prix de commercialisation future.

18Cependant, les changements de la demande ou la fourniture de soja brut dans la période entre le semis et la récolte, entraîne la hausse des prix du soja à la même période, représentant le grand inconvénient d’utiliser le mécanisme de la NPR. Batalha et al (2007) rapporte que la NPR peut avoir un coût beaucoup plus élevé si le prix du marché, au moment de la liquidation, soit plus élevé que le prix utilisé comme base pour la vente de la note. En conséquence, la NPR réduit la possibilité du producteur se bénéficier de la hausse des prix au cours de la période de la production et/ou après la récolte. Dans la pratique, il s’agit d’une réduction du prix reçu par les producteurs qui peut être plus élevé que le coût financier du crédit rural.

Le système d’échange grains / intrants agricoles à Sapezal-MT (2004-2009)

19Tout d’abord il devient nécessaire caractériser la commune de Sapezal-MT géographiquement. Il est également nécessaire de connaître brièvement l’histoire du processus de formation de ce centre urbain et les agents qui ont contribué à son développement, notamment agricole.

20D’après Silva (2005), le noyau urbain de Sapezal est né à partir d’une proposition de Mr. André Antonio Maggi, qui a été pionnier dans la région, donnant ce nom à la commune en référence à la rivière Sapezal. Le déploiement de l’agriculture commerciale a été renforcée sur des régions du Cerrado, attirant des familles du sud du Brésil à la recherche d’une vie meilleure, permettant le développement économique et social dans les millieux urbain et rural, ayant le soja comme élément moteur de l’économie locale.

Figure 1 - Carte politique de Mato Grosso et ses municipalités.

Figure 1 - Carte politique de Mato Grosso et ses municipalités.

Sapezal en rouge.

Source: CNM.org (2011)

21Selon Damiani (2003), à la fin des années 1960, le patriarche de la famille Maggi, André, aurait pu s’établir avec sa femme Lucy et ses trois enfants à São Miguel do Iguaçu, à l’ouest de l’État brésilien du Paraná, dans une petite propriété rurale. Il y avait du maïs, un jardin, des bœufs, poulailler et porcherie. Son développement économique est souposé devenir du commerce de bois. Mais son rêve était de construire une ville entière. «Il était un visionnaire." Le destin a voulu que son fils, Blairo Maggi, trouve les moyens de réaliser le rêve de son père. Allergique à la sciure de bois, il n’était pas susceptible de poursuivre l’exploitation du bois. Ainsi, il a obtenu la permission de semer quelques arpents en céréales vers 1969, pour nourrir les porcs de la ferme. Il naît alors le plus gros producteur de soja au monde.

22Trente-quatre ans après le lancement de son premier grain de soja au sol, Blairo cultive déjà 162.000 hectares de soja soit 550.000 tonnes de l’oléagineuse. Ceci fournit, à l’occasion (2003) un chiffre d’affaires de 550 millions de dollars au Groupe André Maggi. Avec 1.800 employés, l’entreprise vend des semences et des engrais à environ 2.000 agriculteurs dans le Mato Grosso. Par la suite, elle achète et vend directement leurs production aux industries alimentaires en Europe et au Japon.

23La récolte de soja est en partie triturée dans deux usines, d’une capacité de 3.000 tonnes par jour, ne se constituant qu’en deux étapes du processus productif. Le stockage se fait dans leurs propres silos d’une capacité d’environ 1,9 million de tonnes. Par ailleurs, le Groupe possède des transports routier et fluvial au Mato Grosso, Rondônia et Itacoatiara, en Amazonie. Il a aussi des ports fluviaux construits par lui-même. En plus le Groupe Maggi fabrique des barges, capable de transporter 10 tonnes des grains par voyage.

24Alors, est dans ce contexte que notre étude se développe. Ainsi, l’échange de grains par intrants se fait à travers d’un intermédiaire (entreprises agricoles, tradings). La plus part des financements agricoles y sont originaires car eles décident financer les producteurs agricoles, n’important pas leurs tailles, avec l’intention de recevoir, à une date future, une certaine quantité de la production ( soja, maïs etc) en échange du financement.

Tableau 2 - Résumé des coûts d’acquisition d’intrants dans le système de paiement à longue échéance

Année

2004

2005

2006

2007

2008

2009

ENGRAIS

18,5

15,5

23

21

16,5

15

SEMENCE

2,5

2,5

3

3,5

3, 5

3,5

PESTICIDES

7

12

6,5

7

8

8

TOTAL

28

30

32,5

31,5

28

26,5

(en sacs à l’hectare pour la culture du soja à Sapezal-MT dans la période 2004 à 2009)

Source: enquête de terrain auprès des entreprises à Sapezal-MT (2010)

25En regardant les données, il est à noter que cette alternative de financement a exigé une plus grande quantité de sacs de soja en 2006 car, pendant cette période, le prix du sac de soja a été plus faible que prévu, atteignant une moyenne annuelle d’environ R$ 17,00. Ceci contraint les entreprises à augmenter la quantité de soja dans le rapport d’échange des intrants par produit pour parvenir à un prix convenable par rapport au système à vue.

26L’année 2009 a été la période pendant laquelle cette alternative de financement a exigé une quantité plus faible de soja en échange des intrants, atteignant 26,5 sacs. Ceci en raison du fait que le prix du sac de soja a été élevé, atteignant à une moyenne annuelle d’environ R$ 37,00 et en exigeant moins de produit pour l’acquisition des intrants. Il est à noter que les quantités de sacs de soja affichées dans le tableau 2 sont liées exclusivement au coût total des engrais, des semences et des pesticides utilisés à la production, ne incluant pas d’autres dépenses que les producteurs pourraient avoir.

27Ce mécanisme d’échange des intrants par produits peut devenir sans avantage si le prix du sac de soja augmente pendant la saison. Dans ce cas, le producteur qui a utilisé l’échange d’intrants par des produits après la récolte, perdra l’opportunité de gagner avec la hausse du prix du soja. L’inverse est aussi vrai, c’est-à-dire si le prix du sac diminue pendant la période de production, le producteur gagne avec l’utilisation du mécanisme de financement d’échange des intrants par le produit soja.

28Pour mieux cerner le raisonnement il nous faut calculer le prix du sac de soja en monnaie (R$), c’est-à-dire convertir la quantité de sac payée pour les intrants par le prix mensuel moyen du sac dans la période de la vente du produit après la récolte. Ce prix moyen est montré au tableau 3.

Tableau 3 - Prix moyen mensuel du sac de 60 kg de graines de soja payé aux producteurs à Sapezal-MT dans la période de 2004 à 2010

Mois\Année

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

Janvier

35,30

23,00

18,20

23,64

28,47

37,97

29,31

Février

31,50

19,50

16,50

25,90

40,26

35,13

27,45

Mars

37,70

24,50

14,50

24,42

31,42

34,90

27,24

Avril

41,00

21,70

14,30

23,39

31,41

37,50

28,01

Mai

37,20

20,50

14,80

22,45

32,15

40,70

28,77

Juin

35,30

22,50

16,40

22,50

36,97

40,43

29,91

Juillet

30,10

23,70

17,10

21,15

33,02

40,03

32,50

Août

28,70

24,20

17,00

23,08

33,52

39,54

34,87

Septembre

26,50

22,60

16,50

22,92

36,95

36,95

-

Octobre

25,20

20,50

18,50

21,48

38,17

35,40

-

Novembre

24,30

19,80

22,10

21,33

36,12

35,00

-

Décembre

23,70

21,00

22,50

23,47

36,00

33,95

-

Moyenne annuelle

31,37

21,95

17,36

22,97

34,53

37,29

-

(R$ / sac)

Source: enquête de terrain auprès des entreprises de Sapezal – MT (2010)

29Ainsi, se vérifie que le prix du sac de soja à Sapezal-MT a varié considérablement dans la période, en atteignant une moyenne mensuelle d’environ R$ 14,00 en mars, avril et mai 2006 et d’environ R$ 40,00 aux mois de mai, juin et juillet 2009. Soit une augmentation de 185% en trois ans.

30Étant le prix du sac de soja une des principales sources de revenu de la région, il est à l’origine des incertitudes constantes sur l’avenir de la production locale. La baisse observée des prix du soja au cours de la saison 2005/2006, selon Roessing (2005), en raison des facteurs tels comme l’augmentation mondial de la production de soja ; l’apparition de la grippe aviaire qui a fortement affecté la demande de viande de volaille et le plus grand consommateur mondial de soja; et la dévaluation du dollar par rapport au réal brésilien, dans la mesure où le prix du soja est déterminé par la Bourse de Chicago, ont été des signes importants à y réflechir.

31Cependant, dans la saison 2007/2008 tout a changé. Selon Mesquita (2007), ce qui a contribué à l’escalade des prix du soja au Brésil ont été les facteurs du marché et les spéculations sur les problèmes météorologiques possibles dans la production de soja des États-Unis. Par ailleurs, ce pays a augmenté l’utilisation de maïs pour faire de l’éthanol combustible. Ceci a amené les producteurs locaux à cultiver une surface plus importante en maïs qu’en soja. La possibilité d’une baisse de l’offre de soja au monde a nourri la spéculation sur le prix de la commodity au Brésil, ce qui équivalait à une hausse des prix.

32Dans la récolte de 2008/2009, selon la Conab (2009), l’un des facteurs qui a favorisé le maintien du prix élevé de la commodity a été la chute de la moyenne de la productivité brésilienne autour de 6,6%, avec une baisse conséquente de la production totale du Brésil d’en environ 5% en raison de la sécheresse qui a eu lieu aux États du Paraná et du Mato Grosso do Sul, les deux ayant une grande importance dans la production nationale. Par ailleurs, la réduction de la récolte de soja en Argentine, une demande extérieure au-dessus des attentes initiales du marché, fait principalement par la Chine, et les faibles tonnages en stock aus États-Unis, ont créé des conditions favorables pour la permanence des prix élevés dans cette année 2008/2009.

33Ces aléas du marché ont poussé les agriculteurs à chercher davantage la NPR. Pour comparer le mécanisme de financement par le biais de la NPR, avec celui de paiement à vue pour les intrants, il faut transformer le montant stipulé de sacs de graines de soja en réal, en multipliant le nombre de sacs de soja par la moyenne du prix payé au cours des mois de février, mars et avril de chaque année, car ceux-ci sont les mois stipulés pour l’échéance des NPRs à Sapezal-MT. Ainsi, l’agriculteur qui a utilisé ce mécanisme de financement saura si oui ou non il fut positif la mise en place de tel financement lors de la livraison de la production. Le prix du soja, multiplié par la quantité de sacs de soja, étant supérieur ou inférieur à d’autres alternatives de financement.

Tableau 4 – Comparaison entre l’utilisation de la NPR et le paiement à vue pour l’acquisition d’intrants pour la production de soja à Sapezal-MT

2004/05

2005/06

2006/07

2007/08

2008/09

2009/10

Total de sacs à l’hectare (A)

28

30

32,5

31,5

28

26,5

Moyenne des prix payés pour le sac de 60 kg en juin, juillet et août, dans la période d’emission du contrat de la NPR (B)

31,36

23,46

16,83

22,24

34,50

40,00

Prix de la NPR convertis, dans la période d’émission du contrat de la NPR en R$ (C = A x B)

878,08

703,80

546,98

700,56

966,00

1.060,00

Moyenne des prix payés pour le sac de 60 kg en février, mars et avril de l’année d’échéance de la NPR (Prix comptoir) (D)

21,90

15,10

24,57

34,36

35,84

27,56

Variation du prix du sac de soja pendant la période de la création du contrat jusqu’à l’échéance du contrat

- 30,1%

- 35,6%

46%

54,5%

3,8%

- 31,1%

Prix ​​de la NPR en R$ par hectare converti à l’échéance  

(E = A x D)

613,20

453,00

798,53

1.082,34

1.003,52

730,34

Les prix en R$ par le mécanisme à vue

831,98

699,03

617,97

633,55

820,66

875,93

(période 2004/05 à 2009/10)

Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises à Sapezal-MT (2010)

34Ainsi, un agriculteur qui a choisi d’acheter leurs intrants par le mécanisme de paiement à terme (NPR), en soja, a payé, en 2004, le volume de 28 sacs par hectare. Après la conversion, en utilisant le prix courant du sac de soja à la même période, le chiffre atteint R$ 878,08 par hectare, soit 5,5% plus cher que le mécanisme à vue de l’acquisition. Toutefois, la valeur du prix du sac du soja, entre le semis et la récolte, a diminué de 30,1%, ce qui laisse le mécanisme à terme plus viable par rapport au système à vue, car cela a donné des économies de R$ 218,78 par hectare.

35En 2006, la valeur par hectare en sacs a été la plus élevée, atteignant 32,5 sacs par hectare. Ceci laissait les achats à terme plus viables par rapport au système à vue, car à l’époque du contrat, le prix du soja a été d’environ R$ 17,00 ce qui représentait R$ 547,00 par hectare pour le système à terme, contre R$ 617,97 pour le système à vue. Ceci peut être expliqué par le fait que les entreprises croyaient que le prix du soja au cours de la période de récolte augmenterais au-delà des R$ 17,00, car des analyses du comportement des prix précédents démontrait une tendance à la hausse des prix. En effet, entre le semis et la récolte, le prix du sac de soja a gagné environ 46%, ce qui a laissé le système à terme (NPR) comme étant une très mauvaise alternative de financement pour les producteurs de soja locaux, car il a donné une perte de R$ 180,00 par hectare.

36Un avantage pour les entreprises de vendre leurs produits, c’est le fait de recevoir en soja après la récolte, liée à la vente du paquet complet d’intrants, c’est-à-dire, le producteur qui veut financer la production avec le paiement en soja achète tous les intrants d’une seule entreprise. Ceci permet des gains à l’entreprise laquelle additionne un pourcentage sur tous les produits vendus, puis fait la conversion du prix en monnaie courante par sac de produit.

37Outre la marge de profit sur tous les produits, les entreprises qui utilisent le paquet comme un moyen de commercialisation de leurs intrants, gagnent également avec la vente du soja au marché futur. C’est-à-dire, lorsque les entreprises reçoivent le soja après la récolte, ceci a été déjà vendu au marché futur. Ainsi, elles connaissent déjà le montant qui ira gagner avant de recevoir le produit. À part ceci, d’autres avantages sont obtenu par les entreprises telles le fret, le magasinage, les remises sur les gains de livraison de la production etc.

38Par contre, les produits vendus par le système à vue, par lequel les producteurs recherchent les entreprises à fin d’acheter les intrants lorsque les prix sont inférieurs, les amenant à plusieurs établissements, n’est pas une bonne option pour les entreprises car elles sont obligés à travailler avec une marge par produit plus faible, en raison de la concurrence.

39Cependant, l’utilisation de la NPR, par le biais de l’échange des intrants par produit, n’est efficace lorsque le prix payé pour un sac de soja a variation négative entre la période de l’émission et de l’échéance de la NPR, cas des années 2004/05, 2005/06 et 2009/10.

L’évolution du crédit et le rôle de la NPR dans le financement de l’agriculture à Sapezal-MT

40Ainsi, l’un des principaux facteurs responsables du développement de l’agriculture dans la municipalité de Sapezal – MT c’est le crédit agricole, soit pour l’entretien de l’agriculture et l’investissement dans la propriété, soit dans la commercialisation du soja et d’autres produtis comme le coton et le maïs. Toutefois, il existe plusieurs types de financement pour la production agricole. Parmi ceux-ci il y a le mécanisme formel, liée au gouvernement, et les mécanismes alternatifs, tels que la NPR dans l’échange d’intrants par produits, comme le soja.

41La figure 1, nous montre que la quantité de NPR émis en un an ne signifie pas qu’elle soit la quantité livrée dans l’échéance du contrat, l’année suivante. C’est-à-dire, une parcelle des NPR émises en 2004, par exemple, a été livrée en 2006, 2007 et 2008. Ceci permet qu’un contrat à long terme, soit émis dans une année pour l’échéance ou livraison du produit soja deux à trois ans plus tard.

Figure 1 - Volume des sacs de soja produits, émis par NPR et leurs respectives échéances à Sapezal-MT dans la période 2004 à 2010

Figure 1 - Volume des sacs de soja produits, émis par NPR et leurs respectives échéances à Sapezal-MT dans la période 2004 à 2010

Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises de Sapezal-MT (2010)

42Un autre point mis en évidence lors de l’analyse de la figure 1 concerne la réduction de l’utilisation de la NPR à la municipalité de Sapezal –MT. Pendant la période analysée a eu une baisse de 56% dans l’émission des NPR et une diminution de 37%  en ce qui concerne la quantité stipulée  par les NPR. La cause de cette baisse significative de l’utilisation est due au fait que les grandes entreprises, comme les sociétés multinationales et d’autres considérées importantes dans l’État du Mato Grosso, ont réduit leurs participations à l’utilisation de la NPR comme indiqué ci-dessous.

Figure 2 - Volume des sacs de soja émis par les NPR, divisé par type d’entreprise  dans la municipalité de Sapezal-MT

Figure 2 - Volume des sacs de soja émis par les NPR, divisé par type d’entreprise  dans la municipalité de Sapezal-MT

Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises de Sapezal-MT (2010)

43La participation des petites entreprises (installées uniquement dans la municipalité, n’ayant pas des filiales) et moyennes entreprises (entreprises municipales ayant un maximum de deux branches dans d’autres villes) dans la période analysée tourne aux environ de 1,5 million de sacs de soja émis. Toutefois, la participation passe de 8% dans les NPRs émises en 2004, vers 15% en 2005, 6% en 2006, 12% en 2007, 16% en 2008 et 25% en 2009. Cet augmentation est en raison de la réduction du volume émis par les grandes entreprises.

44En effet, les grandes entreprises, y compris les multinationales, enregistrent une baisse drastique dans l’émission des NPR à Sapezal-MT dans la période analysée. Leur participation, en 2004, était à 92% des NPRs émises. Par la suite elle baisse, atteignant 75% de la participation en 2009. Le volume en sacs enregistré auprès des NPR émises est tombé légèrement à partir de 2006. Le motif était la baisse du prix du soja, lequel atteint une moyenne d’environ R$ 17,00/sac dans cette année-là. Ceci amène à une réduction des semis dans la commune. En effet, face à des sols sablonneux où la productivité est plus faible, les producteurs, suite à des années où le prix n’est pas favorable, délaissent les terres moins fertiles et, donc, la production de la municipalité devient inférieure ainsi que l’utilisation de la NPR.

45En 2007, il est survenu une diminution de 17% dans l’émission des NPR. La raison étant les résultats obtenus pendant l’année précédente. En effet, la moyenne payée pour le sac de soja, liée à des faibles rendements (42,26 sacs par hectare), a entraîné une situation très difficile pour les producteurs et, par conséquent, un endettement qui a amené à la chute de l’émission des NPR l’année suivante (2007). En 2008, l’un des facteurs responsables pour la réduction de l’émission du contrat de NPR a été la crise mondiale qui a eu lieu au cours de cette période. Les principaux bailleurs de fonds de ce système, étant les multinationales, la crise mondiale a entraîné une grande incertitude sur l’avenir, et donc la réduction du financement aux producteurs de soja. Ceci a été la principale raison aussi en 2009.

46Outre les entreprises émettrices de la NPR, il y a les producteurs ruraux qui utilisent ce mécanisme de financement pour la commercialisation de sa production de soja. Ceci, à Sapezal-MT, on peut classer en petits producteurs (qui sément jusqu’à 1.000 hectares), les moyens producteurs (qui sément de 1.001 à 5.000 hectares) et les grands producteurs (qui sément plus de 5.001 hectares ).

Figure 3 - Émission des NPR, en sacs de soja, selon la taille des fermes productrices de soja dans la municipalité de Sapezal-MT

Figure 3 - Émission des NPR, en sacs de soja, selon la taille des fermes productrices de soja dans la municipalité de Sapezal-MT

Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises à Sapezal-MT (2010)

47Le producteur moyen est celui qui le plus utilise la NPR, avec un volume commercialisé, en sacs de soja, d’environ 53% des émissions totales en 2004 et 2005. Ce pourcentage augmente par la suite, atteignant environ 64% en 2006 et 2007. Mais, sur l’ensemble de la période, le volume des sacs concernant les NPR a diminué en 53% de 2004 à 2009. En nombre de NPR émises la baisse fut de 57% pendant la même période.

48À Sapezal-MT, le producteur moyen représente 43% des producteurs de la commune. D’un total de 120 producteurs existants, dans la période étudiée, 11 producteurs était classés grands producteurs, 52 étaient moyens producteurs, et 57 étaient des petits agriculteurs. Ceci explique la plus grande participation des producteurs moyens dans l’utilisation de la NPR,car les moyens représentent la plus grande surface cultivée en soja dans la municipalité.

49La participation du grand producteur à l’émission de la NPR a diminué de 70% entre la période de 2004 à 2009. Dans la même période, le petit producteur a eu une variation négative de 40% des émissions de la NPR, en raison de facteurs déjà analysés. La réduction drastique des émissions de NPR au cours de la période examinée, amène à d’autres alternatives de financement. Parmi ceux-ci on trouve le système formel de financement.

Figure 4 - Crédit formel de financement agricole pour la municipalité de Sapezal-MT dans la période 2004 à 2009

Figure 4 - Crédit formel de financement agricole pour la municipalité de Sapezal-MT dans la période 2004 à 2009

Source: Banque Centrale du Brésil (2010e). Adapté.

50Cependant, le système formel de financement agricole dans la commune de Sapezal-MT est plus qu’inversement proporcionnel à l’utilisation de la NPR. Ainsi, la baisse des emissions de NPR étant d’environ 42% pour la période comprise entre 2007 et 2009, le système formel, dans la même période, enregistre une augmentation d’environ 178% (de R$ 69.000.000 à R$ 192.000.000).

51Ainsi, au début des années 1990, le gouvernement a eu des difficultés pour maintenir le volume de crédit formel nécessaire pour le secteur agricole. Ceci a entraîné une plus grande participation des financements alternatifs pour la production. On note alors qu’au cours de la période analysée, le volume de crédit alternatif baisse significativement. La plus grande participation du gouvernement dans le crédit agricole à Sapezal-MT, après l’année 2007, fut stimulée par la réduction du taux d’intérêt du crédit agricole officiel que chute de 8,75% à 6,75% par an. Ceci étant plus attrayant pour le producteur agricole que d’autres systèmes de financement, y compris celui de la NPR.

52Outre la baisse des taux d’intérêt pour le crédit agricole, le gouvernement a destiné un volume plus grand pour l’agriculture, selon MAPA (Ministério da Agricultura, Pecuária e Abastecimento) (2008), cherchant à empêcher les prix alimentaires d’augmenter, fait qui pressionait l’inflation du pays. Ceci dit, le financement formel, liée au gouvernement, et des alternatives de financement, comme la NPR, sont extrêmement importants pour le développement de l’agriculture au Brésil.

53Ainsi, les années où le système formel ne répond pas au volume de financement nécessaire pour la production agricole brésilienne, les alternatives de financement, telles les NPR, remplissent le total nécessaire pour le développement du secteur au pays. Le cas du soja à Sapezal-MT, ici étudié, en est un exemple. Ceci permet au producteur, à partir d’une analyse du marché et des alternatives possibles de financement, obtenir des coûts de production inférieurs et donc d’augmenter sa rentabilité tout en réduisant les possibles préjudices.

Considérations finales

54L’analyse de la NPR est établi par comparation entre ce système et celui à vue en ce qui concerne l’acquisition des intrants. Cet étude a utilisé des informations obtenues auprès des entreprises existantes dans la municipalité de Sapezal-MT, ainsi qu’auprès des fermes qui utilisent un niveau de technologie considéré normal pour la production du soja. Tous les achats d’intrants, à vue et par le biais de la NPR, ont été aditionnés et comparés au prix reçu para le sac de soja au moment de l’ écheance de la NPR. Ceci a permis d’avoir une conclusion au sujet de l’importance du système de la NPR pour certaines années.

55Il était évident que la variable responsable par l’efficacité du mécanisme à vue et de la NPR, en échange d’intrants par grains de soja, est le prix de la commodity. Parmi les facteurs qui font changer le prix de la commodity, on a la demande et l’offre mondial, le climat, l’augmentation ou diminution de la surface cultivée des produits substituts, le taux de change, la participation des fonds spéculatifs à Chicago etc. Ceux-ci sont responsables de la diminution ou augmentation du prix payé pour le sac de soja, ce qui difficulte la compréhension des marchés et les projections des prix pour les saisons venir. Ceci rend le système de la NPR une alternative de difficile certitude et viabilité, par rapport au mécanisme à vue, dans lequel le producteur sait quel est son coût de production.

56Cependant, l’utilisation de la NPR à Sapezal-MT, dans la période étudiée, fut le principal moyen de financement de la production agricole. On a vérifié aussi que les multinationales sont les principales entreprises à utiliser le système de la NPR. Celui-ci les permet mieux cerner le marché et la cadence de commercialisation du soja étant donné que les quantités livrées par les producteurs, à la date d’échéance du contrat, est vendue d’avance sur les marchés étrangers, par le biais de Chicago. En plus du gain à la marge, grâce aux variations des prix, ces entreprises profitent également du commerce des intrants, des frets, et des rabais sur la livraison de la production, parmi d’autres avantages.

57Ainsi, les grandes entreprises jouent le rôle du gouvernement dans le financement agricole, ayant des gains importants avec le commerce de soja aux dépenses des producteurs. Le processus est facilité par le fait qu’il n’existe pas de réglementation du Gouvernement concernant de tels gains sur les producteurs.

58Pour le producteur, qui utilise le système de la NPR en cherchant à financer sa production, il est évident qu’il le fait lorsque lui manque le crédit officiel et pour lui manquer des ressources personnelles. Ceci est le cas des producteurs moyens à Sapezal-MT, qui sèment entre 1.001 à 5.000 hectares. Dans ce cas, sans la NPR ces producteurs se voient interdit de cultiver du soja par manque de moyens financiers.

59Par ailleurs, la variation du volume de crédit par NPR est plus que inversement proportionnel au crédit officiel (formel). Ceci est évident dans les périodes où le volume de crédit par le biais de la NPR a diminué, soit à cause des crises cycliques ou d’autres facteurs. Dans le cas étudié, ceci s’est produit dans les années 2007, 2008 et 2009.

60Pourtant, il est à noter que l’utilisation de la NPR dépendra en grande partie du profil des producteurs. Ceux qui ont des bonnes rendements et  qui cherchent à évaluer tous ses coûts de production « sac de soja », à fin de connaître le volume qui sera nécessaire récolter pour payer leurs dettes, auront une plus grande satisfaction à l’utilisation de la NPR. Toutefois, les producteurs qui cherchent des plus grande recettes provenant de la vente de sa production, en spéculant sur le marché dans l’espoir d’avoir un prix toujours plus élevé, et en cherchant à avoir un contrôle réel unitaire de leurs coûts, sans doute ne utiliseront pas la NPR car, tout de même, il s’agit d’un système incertain. Toutefois, la meilleure solution existante est toujours faire l’accompagnement du marché, en recherchant des informations auprès des différentes formes de financement existantes, et diversifier ces formes entre les cultures produites, prenant à la fois le financement qui se montre le plus favorable.

Haut de page

Bibliographie

Andima – Associação Nacional das Instituições do Mercado Financeiro, Título do Agronegócio: CPR - Cédula de Produto Rural. Estudos Especiais: Produtos de Captação, Rio de Janeiro, 2008. Disponível em: <http://www.andima.com.br/publicacoes/arqs/cpr_ cedula_produto_rural.pdf>. Acesso em: 30/06/2010.

Araújo Massilon J., Fundamentos de Agronegócio, 2º ed. São Paulo, Atlas, 2005.

Bacha Carlos José Caetano, Economia e política agrícola no Brasil, São Paulo, Atlas, 2004.

Banco Central do Brasil, Anuário estatístico do crédito rural. 2002; 2003; 2004; 2005; 2006; 2007; 2008; 2009. Disponível em: <http://www.bcb.gov.br/?RELRURAL>; Acesso em: 24/05/2010(a).

Banco Central do Brasil, Resolução 3.865. Disponível em: <https://www3.bcb.gov.br/normativo/detalhar Normativo.do?N=110049483&method=detalharNormativo>. Acesso em: 15/05/2010(b).

Banco do Brasil, Evolução histórica do crédito rural, Revista de Política Agrícola, ano XIII, N. 4, Out/Nov/Dez 2004. Disponível em: <http://www.agronegocios-e.com.br/agr/down/artigos/Pol_Agr_4_Artigo_02.pdf>. Acesso em: 12/05/2010.

Batalha Mário Otávio et al., Gestão Agroindustrial: GEPAI: Grupo de estudo e pesquisas agroindustriais, vol.2, 4º ed. São Paulo. Atlas. 2007.

Brasil, Lei nº 4.829, de 5 de novembro de 1965. Institucionalização do Crédito Rural. Disponível em: <http://www.planalto.gov.br/ccivil/leis/L4829.htm>. Acesso em: 15/05/2010.

Conab – Companhia Nacional de Abastecimento. Acompanhamento da safra brasileira: grãos. Brasília: 2009. Disponível em: <http://www.conab.gov.br>. Acesso em: 12/09/2010.

Concórdia, Derivativos Agropecuários – Mercado Futuro. Disponível em: <http://www.google.com.br/url?sa=t&source=web&cd=2&ved=0CBkQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.concordia.com.br%2Fuploads%2FBMF%2Fguia_derivativos_agropecuarios.pdf&ei=WdQzTK6bDYOGuAehleznAg&usg=AFQjCNEdo3cII-R32u70ZgA-QVa2yM9WrA>. Acesso em: 18/06/2010.

Damiani M., Empresário agrícola do ano é o retrato do campo modern, Disponível em http://www.istoedinheiro.com.br/noticias/13644_BLAIRO+MAGGI, edição 329, 17 de dezembro de 2003.

Secretaria do Planejamento do Estado do Mato Grosso – SEPLAN. Mato Grosso em números. Disponível em http// : www.seplan.mt.gov.br, consultado em 12 de setembro de 2011.

Gonzalez Bernardo Celso R., Marques Pedro Valentim, A Cédula de Produto Rural – CPR e seus Ambientes Contratual e Operacional. Est. Econ., São Paulo, vol. 29, N. 1, 1999. Disponível em: <http://www.usp.br/estecon/index.php/estecon/article/viewFile/495/ 206>. Acesso em: 18/06/2010.

Ipea – Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada. 8 Política Agrícola. Boletim de Conjuntura – nº 74, setembro de 2006. Disponível em: <http://www.ipea.gov.br>. Acesso: 4/07/2010.

Mapa – Ministério da Agricultura, Pecuária e Abastecimento. Plano Agrícola e Pecuário 2003/2004; 2006/2007; 2007/2008; 2008/2009. Disponível em: <http://www.agricultura.gov.br/>; Acesso em: 24/05/2010.

Maluf Renato Sérgio, Comercialização agrícola e desenvolvimento capitalista no Brasil. Revista de Economia Política, vol. 12, nº 3, Rio de Janeiro: 1992. Disponível em: <http://www.rep.org.br/pdf/47-4.pdf>; Acesso em: 18/06/2010.

Marques Pedro V., Mello Pedro C. de, Martines F. J. G., Mercados Futuros e de Opções Agropecuárias; exemplos e aplicações para o mercado brasileiro, Piracicaba, São Paulo, Campus, 2006.

Mendes Judas Tadeu Grassi, Padilha J. João Batista., A seleção de portfólios e a eficiente diversificação da comercialização da soja paranaense. Disponível em: <www.fae.edu/publicacoes/pdf/IIseminario/gestao/gestao_03.pdf>. Acesso em: 11/04/2010.

Mesquita Ariosto, Soja ganha fôlego: produtor agradece, Revista Panorama Rural, 2007. Disponível em: <http://www.portaldoagronegocio.com.br/conteudo.php?id=23602>; Acesso em: 10/09/2010.

Oliveira V., Mercado Agrícola: Informações, estratégias e tomada de decisões. Disponível: <http://www.fag.edu.br/graduacao/agronomia/arquivos/mercadoagricola.pdf>; Acesso em: 18/06/2010.

Rocha Gustavo Ribeiro, Cédula de Produto Rural, Dissertação apresentada ao Programa de Pós Graduação em Direito Empresarial, da Faculdade de Direito Milton Campos. Nova Lima/MG: 2008. Disponível em: <http://www.mcampos.br/posgraduacao/mestrado/ dissertacoes/gustavoribeirorochacedulaprodutorural.pdf>. Acesso em: 30/06/2010.

Roessing Antonio Carlos, Soja – Safra 2005/2006: E agora? Pesquisador da Embrapa Soja – Economia Rural, Londrina/PR: 2005. Disponível em: http://www.cnpso.embrapa.br/ download/artigos/impacto_economico.pdf>. Acesso em: 03/09/2010.

Savoia José Roberto Ferreira et al., Agronegócio no Brasil: uma perspectiva financeira, São Paulo, Saint Paul Editora, 2009.

Silva C.A.F. da, A transnacionalização do Grupo André Maggi. Disponível em “A paisagem” Géo-jornal (em linha), 4º ano, nº 7, 2005. Janeiro/Junho, 2005. ISSN n ° 1677-650 X, Latindex Magazine indexés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte politique de Mato Grosso et ses municipalités.
Légende Sapezal en rouge.
Crédits Source: CNM.org (2011)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7265/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 1 - Volume des sacs de soja produits, émis par NPR et leurs respectives échéances à Sapezal-MT dans la période 2004 à 2010
Crédits Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises de Sapezal-MT (2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7265/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 2 - Volume des sacs de soja émis par les NPR, divisé par type d’entreprise  dans la municipalité de Sapezal-MT
Crédits Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises de Sapezal-MT (2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7265/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 3 - Émission des NPR, en sacs de soja, selon la taille des fermes productrices de soja dans la municipalité de Sapezal-MT
Crédits Source: recherche de terrain effectuée auprès des entreprises à Sapezal-MT (2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7265/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 4 - Crédit formel de financement agricole pour la municipalité de Sapezal-MT dans la période 2004 à 2009
Crédits Source: Banque Centrale du Brésil (2010e). Adapté.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7265/img-5.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Argemiro Luís Brum, Charles Luan Marquezin, Wylmor Constantino Tives Dalfovo et Cláudia Regina Heck, « Financement agricole par l’échange grains / intrants : l’impact de la NPR à Sapezal–MT entre 2004 et 2009 », Confins [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 19 novembre 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://confins.revues.org/7265 ; DOI : 10.4000/confins.7265

Haut de page

Auteurs

Argemiro Luís Brum

Doutor em Economia Internacional pela EHESS de Paris (França), professor da Universidade Regional do Noroeste do Estado do Rio Grande do Sul (UNIJUI, argelbrum@unijui.edu.br

Charles Luan Marquezin

Graduado em Ciências Econômicas pela Universidade Estadual de Mato Grosso, Campus Universitário de Sinop-MT

Wylmor Constantino Tives Dalfovo

Mestre em Desenvolvimento, Professor do Departamento de Ciências Econômicas da Universidade Estadual de Mato Grosso, Campus Universitário de Sinop-MT, wylmor.dalfovo@hotmail.com

Cláudia Regina Heck

Mestre em Desenvolvimento, Professora do Departamento de Ciências Econômicas da Universidade Estadual de Mato Grosso, Campus Universitário de Sinop-MT

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org