Navigation – Plan du site
Resenhas / Comptes-rendus

La géographie française, du politique à l’éthique ?

Samuel Rufat

Texte intégral

1Dans un monde qui semble avoir perdu ses illusions, l’actualité est dominée par une série de crises, environnementales, géopolitiques, financières, économiques et sociales, qui jettent le discrédit sur les ressorts de l’action, au point d’ouvrir ou de renforcer la crise du politique. Le relativisme moral de la post-modernité s’associe à ce désenchantement pour susciter la méfiance envers les idéologies. Cette perte de repères n’a pas remis en cause les positions réflexives, au contraire. Au sein des sciences sociales, les géographes participent à la prise en compte croissante de la complexité d’un monde toujours plus interconnecté, où chaque action engendre des rétroactions à différentes échelles, sur des territoires distants, et avec des temporalités incertaines. La compréhension du façonnement des territoires appelle donc une approche intégrée de l’amont à l’aval de l’action, des pratiques spatiales aux réorganisations territoriales en passant par les principes qui les structurent et les représentations qui permettent aux individus et aux sociétés de leur donner du sens. Il en découlerait, en géographie comme dans le reste des sciences sociales, un « tournant éthique ».

2L’éthique, en s’associant aux principes de gouvernance, de développement durable, de précaution, de justice, d’équité ou de responsabilité occupe désormais le devant de la scène. L’éthique générale cherche à établir les critères pour agir librement et de façon responsable dans une situation pratique, dans le respect de soi et de son environnement. Il s’agit de s’interroger sur ce que l'on doit faire (les valeurs), par opposition à ce qui se fait (les mœurs). Jürgen Habermas puis Paul Ricœur ont distingué la morale, qui se rattache aux principes universels et se compose de normes transcendantes, de l’éthique, qui se rattache aux principes matériels et se compose de valeurs qui sont pragmatiques, explicitées et débattues. La morale est ce qui touche au juste avec des impératifs absolus, dans une tradition idéaliste de type kantienne, alors que l’éthique se rapporte au bien, dans une tradition matérialiste de type spinoziste, à la recherche du bonheur pour tous.

3La revue Géographie et Cultures aborde de façon courageuse ces questions dans un numéro spécial « Géographie et Etique » coordonné par Cynthia Ghorra-Gobin (n°74, été 2010). Les auteurs montrent l’antériorité des débats parmi les géographes anglo-saxons, il y a plus d’une trentaine d’années, en citant des auteurs comme David Harvey, Ann Buttimer, Peter Gould, Leslie King, Robert Sack ou Marion Young. Ils mobilisent aussi les réflexions de philosophes, de sociologues et d’économistes, en particulier John Rawls, Amartya Sen, Jürgen Habermas et l’École de Francfort, mais aussi Hans Jonas, Bruno Latour, Henri Lefebvre, ou Paul Ricœur. Ils soulignent enfin au sein de la géographie francophone le rôle de quelques passeurs, en particulier Augustin Berque et Antoine Bailly, puis ils mobilisent les travaux de Bernard Bret, Paul Claval, Jean-Paul Ferrier, ou Alain Reynaud, pour montrer que les travaux sur l’éthique (en nombre réduit) se sont structurés autour des principes de justice et de durabilité. Les textes de ce numéro spécial se partagent en deux approches, l’une réflexive interrogeant les valeurs et leur place dans la géographie, l’autre plus critique mettant en rapport les valeurs affirmées et les pratiques effectives.

4Ces deux approches correspondent à deux façons de concevoir l’éthique. L’éthique peut être pensée comme un code faisant autorité et applicable dans un large éventail de contextes. Elle est un système construit de valeurs qui induisent des comportements, il y a donc des éthiques universelles (comme les Droits de l’Homme) et des éthiques propres à chaque culture. Mais l’éthique peut aussi être pensée comme un processus, la cherche des principes pour guider le comportement et évaluer un système de valeurs. L’effondrement récent des systèmes dominants de valeur s’est traduit par l’émergence d’idéaux plus personnalisés, variables selon les âges et les milieux sociaux, une sorte d’éthique à la carte que Luc Boltanski et Laurent Thévenot appellent les « principes de justification ». Il existe par ailleurs différents courants philosophiques plus ou moins contradictoires. L’éthique téléologique d’Aristote considère qu’une action ne peut être jugée bonne ou mauvaise qu’en raison de ses conséquences. Elle s’oppose à l’éthique déontologique de Kant qui affirme que chaque action humaine doit être jugée selon sa conformité aux devoirs, sans tenir compte des conséquences. A l’inverse, le courant procéduraliste de John Rawls et Jürgen Habermas renonce aux justifications ultimes. Il considère que c’est la procédure de choix, le débat rationnel et le consensus par recoupement, qui fonde la légitimité de l’action. Enfin, pour le courant conséquentialiste, proche de l’économie politique, l’évaluation se fait sur la base des comportements observables (altruisme, égoïsme ou utilitarisme), plutôt que sur l’intention qui a un caractère privé et difficile à appréhender. Comme le montre ce numéro de Géographie et Cultures, c’est un enjeu important pour les géographes : s’agit-il de chercher la cohérence des pratiques spatiales avec les représentations et les systèmes de valeurs, ou bien s’agit-il de chercher une évaluation des valeurs et de leurs conséquences épistémologiques et territoriales ? Ce numéro spécial souligne qu’un autre enjeu de taille découle de la distinction introduite par Max Weber entre l’éthique de la conviction et l’éthique de la responsabilité. Le savant vise à comprendre les faits, à en dégager une vérité et à la transmettre, ce qui nécessite de faire abstraction de ses convictions et de ses jugements de valeurs. Le politique s’appuie sur la fidélité à des valeurs pour convaincre, son action se fonde plus sur la pureté de ses intentions que sur les conséquences de ses décisions. Cette séparation a été remise en cause parce que la science participe elle aussi à la transformation du monde et parce que les vérités scientifiques s’imposent par les mêmes voies que les autres discours, ses vérités sont plus consensuelles qu’objectives. Mais ces oppositions entre faits et valeurs, entre vérité et action, se retrouvent dans la tension entre géographie, aménagement et urbanisme. Les géographes doivent-ils faire émerger et diffuser une compréhension du monde tel qu’il est, une injonction à dire le monde tel qu’il est souhaitable ou une pratique permettant de le transformer ? Cette réflexivité invite aussi à interroger la tension entre recherche et expertise, le rôle et la place de l’activité scientifique au sein de la société et le statut de ses énoncés.

5L’approche réflexive est fournie par l’éditorial de Cynthia Ghorra-Gobin, le panorama épistémologique d’Isabelle Lefort et le texte plus personnel de Jean-Bernard Racine, qui forment le début du numéro. Cynthia Ghorra-Gobin s’attache à retracer l’émergence des questions éthiques puis l’institutionnalisation de la déontologie et du principe de précaution. Elle montre ensuite que les géographes ont d’abord abordé les questions éthiques par la thématique environnementale, puis par la question de la diversité dans les espaces urbains. Elle propose enfin de considérer l’éthique comme une « nouvelle frontière » de la géographie, une thématique susceptible de revitaliser les concepts et les théories, tout comme de favoriser les approches transversales. Isabelle Lefort propose ensuite un panorama des enjeux qu’ouvrent les questions éthiques pour les géographes. Elle montre que de nombreux concepts (égalité, durabilité, vulnérabilité, etc.) véhiculent des jugements moraux, ce qui entre en contradiction avec les critères modernes d’objectivité rationnelle. Elle revient sur cette injonction à séparer fait et valeur en montrant la prégnance de valeurs, toujours idéologiques, tout au long de l’histoire de la pensée géographique française. En même temps, elle rappelle que la perception et la production de l’espace se font par le tissage des valeurs et que les géographes doivent appréhender cette complexité des territoires. Il en découle une injonction contradictoire sur la relation entre pratiques et valeurs qu’elle propose de dépasser selon trois postures éthiques. D’abord, une posture la déontologique, la normalisation de la science ne doit pas conduire à ignorer les valeurs et les idéologies des faits et des pratiques observés. Ensuite, une séparation du savant et du politique, parce que le discours expert et son instrumentalisation poussent plus à dire le souhaitable qu’à comprendre l’existant. Enfin, une posture réflexive qui impose d’assumer la charge idéologique des concepts et des notions employés, comme durabilité, justice spatiale ou risque, qui sont utilisés pour aborder des objets spatiaux et des pratiques spatiales eux-mêmes lestés par des valeurs. Elle conclut que les géographes doivent se demander s’ils sortent du cadre de la pensée moderne et s’ils renoncent au réalisme. Dans une perspective différente, mais peut être complémentaire, Jean-Bernard Racine propose une démarche introspective. Il revient sur le choix originel de la géographie de « servir l’État » puis son rôle dans la formation de la Nation. Il montre ensuite comment les géographes ont recours à un ensemble de valeurs partagées pour donner du sens au monde et y vivre, pour passer de la compréhension à l’action. Mais il souligne que l’action bute souvent sur des principes contradictoires, c’est la raison pour laquelle il associe éthique et démocratie participative, dans des réflexions proches du courant procéduraliste. Il conclut en se réclamant d’une éthique judéo-chrétienne (qui ressemble à une morale du salut) tout en proposant de déconstruire les valeurs enracinées en chacun de nous en associant découverte de soi et découverte du monde, parce que le travail géographique « contribue à préparer la terre du Seigneur ».

6Les cinq textes suivants adoptent une approche critique, on peut y ajouter un sixième texte sur les éthiques de pratique autour de la wilderness, issu de la partie varia de ce numéro double de Géographie et cultures (n°74-75). Cette approche critique fait émerger les décalages entre valeurs et pratiques, mais aussi les compromis et le sens que les acteurs donnent à la multiplication des éthiques pratiques. Les textes s’organisent autour de deux thématiques, d’abord l’action politique et la justice spatiale en milieu urbain, puis l’éthique de l’environnement. Le texte de Nacima Baron-Yelles souligne les contradictions entre l’éthique de la conviction et les pratiques de corruption au sein d’institutions démocratiques qui semblent contre-productives, des sujets qui en Espagne ont été rattrapés par l’actualité politique. Elle souligne le décalage entre les discours politiques sur la durabilité et les pratiques d’avant l’explosion de la bulle immobilière. Elle montre ensuite la façon dont les médias s’en sont saisis pour dénoncer une « crise urbaine », puis que l’implication des scientifiques dans le débat public n’a pas les effets escomptés : malgré leurs condamnations à répétition, les élus locaux conservateurs sont confortablement réélus. Elle explique enfin ces contradictions par des dysfonctionnements institutionnels : l’expansion des autonomies régionales se fait au détriment du local, les municipalités ne peuvent financer les services sociaux de base à une population en pleine croissance que par la vente accélérée de leur sol urbain. Frédéric Dejean s’intéresse au décalage entre les principes de laïcité et les compromis des autorités locales en France pour parvenir à accueillir les formes d’expressions religieuses issues de l’immigration. Il montre l’ambigüité de la position de ces autorités, qui affirment vouloir rendre visible la pluralité religieuse, tout en essayant de repousser les nouveaux lieux de cultes aux marges des espaces urbains. Enfin, sur l’éthique environnementale, les textes de Claire Tollis, Marie-José Schmidt-Ehrmann, Pauline Couteau et André Suchet soulignent le décalage entre la réflexivité éthique à l’amont des campagnes de communication et leur appropriation par les populations ciblées et montrent la dimension spatiale de l’éthique, ainsi que la multiplication d’éthiques pratiques qui sont autant de justifications des différentes formes d’engagement des acteurs.

7Dans l’ensemble, ces réflexions sont stimulantes, même si la mise en avant récurrente de l’éthique de la discussion aurait pu conduire à approfondir le dialogue entre les auteurs, par exemple au travers d’une journée d’études. De même, ce numéro spécial semble faire écho à la nouvelle revue Justice spatiale/Spatial Justice. Il en est proposé un compte rendu dans la même livraison, ce qui révèle que tout deux mobilisent des références, des valeurs et des thématiques assez proches. Enfin, Elisée Reclus aurait pu être plus souvent convoqué, pour mieux prendre en compte la spécificité de la géographie française. Elisée Reclus, remis récemment sur le devant de la scène par le centième anniversaire de sa mort, permet par ailleurs d’interroger l’articulation entre éthique et idéologie. C’est porté par son idéal politique libertaire et en assumant sa religiosité qu’il a abordé tous les thèmes aujourd’hui associés à l’éthique (sensibilité environnementale, développement inégal, injonctions contradictoires du progrès, résistance à l’oppression, etc). Autant d’aspects qui ont ensuite été laissés de côté lorsque la déontologie de la géographie française a exclu le politique de son champ d’analyse. Comme le montrent plusieurs auteurs dans ce numéro spécial, il importe d’assumer ses convictions, de ne pas vider ses analyses et leurs objets de leurs valeurs, mais au contraire de s’efforcer de les déconstruire. Parce qu’en paraphrasant Roland Barthes, l’idéologie c’est juste l’éthique des autres, celle dont on s’attache à souligner les dogmes, les idées reçues, et les explications mécaniques.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7369/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Rufat, « La géographie française, du politique à l’éthique ? », Confins [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://confins.revues.org/7369

Haut de page

Auteur

Samuel Rufat

Université de Cergy Pontoise, samuel.rufat@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org