Navigation – Plan du site

La métropolisation parisienne : particularités et généralités

O processo de metropolização parisiense: as particularidades e os processos gerais
Paris metropolization process: the particularities and the general processes
Glória da Anunciação Alves

Résumés

Parler du phénomène métropolitain aujourd’hui, en plein xxie siècle, suppose que l’on aille au-delà des phénomènes de croissance et de multiplication qui sont en général constants dans les grandes agglomérations urbaines. La métropolisation de l’espace est un processus qui peut également se caractériser aujourd’hui par la discontinuité territoriale qui articule les villes à partir de méthodes de production, grâce à l’existence de réseaux (techniques et informationnels) permettant de relier les espaces non continus. Selon Lencioni (2003), la zone d’influence et les articulations de la métropole instaurent une limite à cela.

Mais discuter de la métropolisation, c’est aussi aller au-delà de la croissance et de la multiplication des agglomérations et des richesses. C’est essayer de comprendre la contradiction présente dans cette relation et dans les lieux qui configurent la métropole traditionnelle, c’est-à-dire, sa continuité territoriale. C’est aussi étudier l’accroissement de la pauvreté et de la distinction sociale et spatiale. Avec l’expansion métropolitaine naissent, avec ou sans l’aval des pouvoirs publics, des zones périphériques qui sont nécessaires pour la croissance de la richesse métropolitaine.

La question du phénomène métropolitain se pose aujourd’hui d’un point de vue institutionnel. Le projet « Grand Paris » propose d’agir pour promouvoir l’institutionnalisation d’une future métropolisation parisienne qui, selon l’État, est nécessaire pour que Paris continue à faire partie des métropoles internationales attirant des investissements au niveau mondial.

Mais que signifie institutionnaliser la métropole ? C’est d’une part, mettre officiellement en pratique un projet national de compétitivité internationale (à l’échelle mondiale) et de l’autre, c’est braquer les projecteurs sur les conflits et les rapports Paris-banlieues (à l’échelle locale et régionale).

Cet article propose une réfléxion sur la métropolisation parisienne et les transformations socio-spatiales qui en découlent, en démontrant de quelle manière le discours sur la mixité sociale est utilisé pour justifier la ségrégation socio-spatiale.

Haut de page

Texte intégral

ParisAfficher l’image
Crédits : Hervé Théry

1Aujourd’hui en France, la question spatiale, notamment dans la capitale, suscite une discussion sur la question métropolitaine et un débat portant sur son institutionnalisation.

Mais pourquoi ce débat ? Pourquoi est-il nécessaire de créer formellement une région métropolitaine ? Dans quel contexte se pose cette question ?

Ce débat n’est pas nouveau, mais il est stratégique pour le projet de mondialisation de Paris dans le contexte global actuel.

La ville de Paris est mondiale au moins depuis le xviiie siècle. Berman (1983) nous démontre qu’elle inspira le projet de modernisation russe, avec la création de Saint-Pétersbourg par Pierre le Grand. La réhabilitation de Paris projetée par Haussmann servit de base au réaménagement de la ville de Rio de Janeiro sous le gouvernement Passos, au début du xxe siècle. Mais que signifie être mondial dans le contexte actuel de monde globalisé ?

La mondialisation et les villes

2La mondialisation est marquée actuellement par une révolution de la production (du fordisme à l’accumulation flexible) et technologique (communicationnelle, informationnelle et productive), par la flexibilité (de la production, des relations dans le travail) et par la mobilité (du capital, des marchandises et des personnes). Dans le cadre de cette tendance à la mondialisation, selon Mongin (2008, p. 62), prévalent sur les lieux des flux de tous ordres (technologies, information, communication, images, richesses, populations, finances) avec la prédominance du privé sur le public et de l’individuel sur le collectif.

3Outre ces caractéristiques, la mondialisation a aussi apporté de grands changements d’ordre politique, notamment pour le rôle de l’État. Selon Mongin (2005, p. 138)

La relation des villes et de l’État se trouve dans ce contexte à fronts renversés par rapport à celui de la société industrielle. En effet, l’État ne joue plus un rôle majeur et central : il n’est plus le moteur d’une politique industrielle. Si l’affaiblissement de l’État est caractéristique, il peut renforcer, comme c’est le cas en France, le pouvoir de villes qui furent traditionnellement aspirées par la puissance de l’État central et le pouvoir du grand corps (Les Ponts et chaussées) qui fut le décideur des choix urbains.

4Mais pourquoi renforcer le rôle des villes ? Peut-être parce qu’aujourd’hui les chefs d’entreprise considèrent que cet espace est nécessaire et fondamental pour minimiser le problème des excédents de capital (Harvey, 2009). Mais ce n’est pas n’importe quel espace. Il existe un réseau de villes dites mondiales (Sassen, 1998 ; Véron, 2006 ; Fosseart, 2001/2002), qui se distinguent par une concentration d’institutions et de technologies permettant de diriger la production mondiale.

5Cette direction et ce contrôle se caractérisent par l’importance de la connaissance et de l’information, principalement dans le domaine de la comptabilité et de l’audit, de la publicité, des finances (y compris bancaires) et des assurances. À partir de l’articulation de ces facteurs, ce réseau se hiérarchise au niveau international en plaçant aux échelons supérieurs les villes dotées d’une direction plus élevée.

L’appartenance à cette hiérarchie favorise la mise en place dans certains espaces de grands projets entrepreneuriaux, en général du tertiaire avancé. Il en découle une véritable compétition entre les agents présents dans ces villes afin de conquérir encore plus d’investissements.

6Bien que l’on parle de « villes », dans la pratique, elles ne peuvent être entendues que dans le contexte de leurs régions métropolitaines. En général, elles sont dotées d’une centralité dans laquelle se concentre une bonne partie des pouvoirs de commandement, et finissent par donner leur nom à la région. Ainsi, la ville mondiale ne peut être entendue réellement qu’à partir de sa zone métropolitaine.

Parler du phénomène métropolitain aujourd’hui, en plein xxie siècle, suppose que l’on aille au-delà des phénomènes de croissance et de multiplication qui sont en général constants dans les grandes agglomérations urbaines. La métropolisation de l’espace est un processus qui peut également se caractériser aujourd’hui par la discontinuité territoriale qui articule les villes à partir de méthodes de production, grâce à l’existence de réseaux (techniques et informationnels) permettant de relier les espaces non continus. Selon Lencioni (2003), la zone d’influence et les articulations de la métropole instaurent une limite à cela.

7Mais discuter de la métropolisation, c’est aussi aller au-delà de la croissance et de la multiplication des agglomérations et des richesses. C’est essayer de comprendre la contradiction présente dans cette relation et dans les lieux qui configurent la métropole traditionnelle, c’est-à-dire, sa continuité territoriale. C’est aussi étudier l’accroissement de la pauvreté et de la distinction sociale et spatiale. Avec l’expansion métropolitaine naissent, avec ou sans l’aval des pouvoirs publics, des zones périphériques qui sont nécessaires pour la croissance de la richesse métropolitaine.

8Dans le cas français, les zones périphériques des régions métropolitaines, dénommées les banlieues, sont associées aujourd’hui à des lieux où se concentre la misère, où vivent ceux qui sont relégués socialement ; elles sont devenues le symbole d’une exclusion sociale qui engendre un véritable stigmate social associant la banlieue à l’idée de danger et de peur. Ce phénomène, qui s’accentue de nos jours, est le résultat d’un processus historique.

  • 1  Dans la région métropolitaine de Paris, une grande partie des jeunes âgés de 20 à 24 ans ne parvie (...)
  • 2  Dans les banlieues vivent essentiellement des personnes d’origine africaine, arabe, noire qui vive (...)

9Selon Rey (1996, p. 15-16) en France, les banlieues qui existent depuis le xiie siècle, étaient des territoires situés en dehors des murs de la ville, sur lesquels s’étendait sa juridiction. Déjà à cette époque, la relation d’extériorité et de dépendance était présente. L’industrialisation (xixe siècle) et les grands ensembles sont une version moderne des banlieues qui apparaissent comme un complément et une négation (ou un négatif) de la ville : un endroit où vit la population la plus pauvre, expulsée de la ville (lorsque des projets sont mis en place pour l’embellir) aux côtés de migrants. Même si c’est un endroit où résident des travailleurs, la peur finit par associer ces derniers à des marginaux. Aujourd’hui, la peur des banlieues se fonde sur trois concepts : la crise du logement, « le chômage de l’exclusion »1 et l’intégration des populations d’origine étrangère2 (Rey, 1996, p. 41).

  • 3  De la deuxième génération ou plus, c'est-à-dire les descendants nés en France et qui sont encore c (...)
  • 4  À Grenoble tout comme à Saint-Aignan, les confrontations avec la police dans la banlieue se sont s (...)
  • 5  Ces conflits se sont déroulés les 16 et 17 juillet 2010.
  • 6  Ces conflits se sont déroulés les 17 et 18 juillet 2010.

10Que se passe-t-il alors quand une population n’a pas d’emploi, habite un endroit où il n’existe aucune perspective de développement social, est confinée dans un espace et est encore étrangère3 ? Cela n’excuse rien, mais les conflits qu’ont connu Paris et sa banlieue en 2005 et 20104, de même que Grenoble5 et Saint-Aignan6 sont liés à cette situation : le plus souvent sans aucune perspective, ces jeunes sombrent dans la délinquance qui va de pair généralement avec l’usage de stupéfiants (et/ou leur trafic) ou le fanatisme religieux (islamique).

  • 7  Le 21 juillet 2010, Sarkozy convoqua le conseil des ministres et confirma son intention de mener u (...)

11Mais comme personne ne traite les motifs socio-spatiaux qui mènent à ce phénomène d’explosion de la violence urbaine, et qu’on se contente de constater qu’il existe, des solutions techniques sont mises en place comme si, à elles seules, elles allaient résoudre une question dont les raisons n’ont même pas été analysées. C’est sur le compte de la rationalité technique (Lefebvre, 1984) que l’on tente de trouver des solutions à ces problèmes. Dans le cas en question, le président français Nicolas Sarkozy, quelques jours7 après ces évènements, prend une première mesure pour résoudre le problème : il limoge le préfet de l’une des régions concernées et demande à son remplaçant de prendre des mesures plus énergiques pour combattre la violence, parmi lesquelles l’expulsion de ceux dont le titre de séjour n’est pas en règle, pour renforcer l’idée que tous les problèmes liés à la violence urbaine sont dus aux immigrés.

12 Dans le cas de Paris, la rationalité technique dont nous parle Lefebvre justifie l’évacuation des sans-abris (tous d’origine afghane, selon la presse8) qui campaient sous les ponts du Canal Saint-Martin dans le 10e arrondissement. On allègue que l’endroit n’était pas salubre pour y habiter, ce qui dans les faits est vrai. Mais où sont-ils passés ? Selon les autorités, ceux qui avaient des papiers en règle ont été relogés dans des centres d’hébergement et ceux qui n’en avaient pas ont été reconduits à la frontière. C’est-à-dire qu’il a des solutions pour résoudre ce qui est apparent ; mais personne ne se demande pourquoi ces personnes ont dû aller vivre sous les ponts ou même dans des centres d’hébergement, ou ne remet en question les restrictions de séjour dans le pays. Et le problème semble résolu provisoirement aux yeux des autorités et de l’opinion publique.

La métropolisation parisienne et les rapports Paris-banlieues

13La question du phénomène métropolitain se pose aujourd’hui d’un point de vue institutionnel. Le projet « Grand Paris » propose d’agir pour promouvoir l’institutionnalisation d’une future métropolisation parisienne qui, selon l’État, est nécessaire pour que Paris continue à faire partie des métropoles internationales attirant des investissements au niveau mondial.

  • 9  Le 8 juin 1973, par le biais de la Loi complémentaire fédérale 14, le pouvoir fédéral du Brésil cr (...)
  • 10  Jusqu’à la première moitié du mois de juillet 2010, Christian Blanc était chargé de mettre ce proj (...)

Contrairement à ce qui se passe au Brésil9, la métropole de Paris existe en tant que réalité, de par ses articulations et ses conflits, mais son institutionnalisation ne prend effectivement corps qu’avec son officialisation avec la création en mai 2010 de la Société du Grand Paris10 (SGP).

14Mais que signifie institutionnaliser la métropole ? C’est d’une part, mettre officiellement en pratique un projet national de compétitivité internationale (à l’échelle mondiale) et de l’autre, c’est braquer les projecteurs sur les conflits et les rapports Paris-banlieues (à l’échelle locale et régionale).

Selon Offner (2007), ce débat qui dure depuis la fin du xixe siècle (avec les spécificités de l’époque), ressurgit dans les années 80 (xxe siècle) et revient en 2005 (à partir d’une action régionale) et 2007 (par la sphère nationale) en fonction du contexte et de la problématique posés au niveau national et international, mais à aucun moment, ces propositions ne se penchent effectivement sur les banlieues et leurs problèmes.

Au niveau international, la concurrence entre ce que l’on appelle les villes mondiales pousse à mettre en œuvre des actions basées sur les exemples existant dans plusieurs agglomérations dans le monde comme Amsterdam, Barcelone, Londres, Madrid, Milan, Stuttgart, pour ne citer que des cas européens.

  • 11  Selon Rona (2004, p. 32) un Parisien sur trois travaille dans la banlieue et trois emplois sur cin (...)
  • 12  Rappelons que la naissance des nouvelles centralités en Île-de-France est aussi le résultat de la (...)

15Au niveau national, à l’échelle régionale, il faut comprendre les nouvelles dynamiques spatiales, car elles ne se limitent plus comme après la guerre à la relation entre Paris et sa proche banlieue (la petite couronne). Il existe aujourd’hui une intense mobilité des personnes11 de Paris vers la grande ou même la troisième couronne et dans le sens inverse (ou vers d’autres centralités d’Île-de-France12) qui demandent que des actions soient prises pour garantir la mobilité des flux existants, et en finir avec l’isolement de Paris. C’est dans ce contexte que l’on discute pour savoir quelles sont les actions prioritaires : doit-on donner la préférence au Paris tourné vers la compétition mondiale ou au Paris-banlieues ? Comme s’il était possible de trouver des réponses pour tenter d’articuler ces diverses échelles géographiques.

  • 13  La dénomination Banlieues sensibles est attribuée aux zones qui présentent des risques d’explosion (...)
  • 14  Cet espace d’études et de débats est connu aujourd'hui sous le nom de Paris Métropole.

16En 2005, pour remédier aux difficultés rencontrées quotidiennement par les habitants des banlieues, en particulier pour se déplacer d’une banlieue à l’autre, la question du chômage, du logement et des « risques » dans les banlieues dites sensibles13, tous les maires (de droite ou de gauche) des communes situées dans les diverses zones d’Île-de-France furent invités à discuter dans le cadre d’une conférence métropolitaine, sur les questions relatives aux communes. La conférence fut un espace14 de débats et d’études, mais elle n’avait pas de statut juridique et n’était pas délibérative. Elle permettait de mettre en place des accords entre les communes, mais elle n’était formalisée que par les communes intéressées. La création d’une communauté urbaine par exemple, présuppose la coopération des communes impliquées pour résoudre ou minimiser les problèmes communs, mais pas un pouvoir de l’État sur cette dernière. C’était une tentative de mise en place d’un projet de décentralisation du pouvoir qui donnait aux communes et aux communautés un pouvoir de décision plus important sur leurs investissements et leurs priorités.

  • 15  Et également à partir d’informations fournies par l’auteur lors d’une rencontre en juillet 2010.

17Selon Subra15 (2009), en 2007, le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, lors d’un discours qu’il fit à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau terminal de l’aéroport Charles de Gaulle, évoqua le besoin pour la France d’avoir, comme d’autres pays, une meilleure infrastructure afin que Paris puisse rivaliser au niveau international avec d’autres métropoles mondiales. Ainsi, le Grand Paris peut être perçu comme un projet politique de l’État français (qui veut créer un statut juridique), qui s’insère dans le cadre de la course aux investissements internationaux pour les métropoles mondiales. Le projet tente ainsi de tirer parti de l’esprit de coopération présent entre les communes qui participent au débat de Paris Métropole, mais avec le concours et la direction/décision de l’État qui tend à privilégier les questions qui se posent à l’échelle internationale plutôt que régionale ou locale.

18Du point de vue de l’État, le Grand Paris peut être considéré comme une stratégie pour favoriser la croissance du pays et une meilleure insertion internationale et pas forcément un projet pour améliorer de la situation de ceux qui vivent dans Paris et sa banlieue. Selon Subra (Dumont, 2010, p. 38)

...On peut donc très bien avoir une forte croissance, une métropole parisienne beaucoup plus compétitive qu’actuellement face aux autres villes mondiales, et dans le même temps une aggravation des inégalités et problèmes sociaux et territoriaux, notamment de la crise de certaines banlieues. Autrement dit : croissance et développement ne sont pas synonymes.

  • 16  Le projet fut approuvé par l’Assemblée législative en décembre 2009 et prévoyait la création d'une (...)

19Mais quelles sont les actions proposées dans le cadre du Grand Paris16 qui mènent dans cette direction ?

En analysant les documents officiels concernant le Grand Paris17, on constate qu’ils suivent une tendance mondiale : face au projet d’une plus grande insertion planétaire, à des équipes d’architectes et d’urbanistes du monde entier afin qu’elles soumettent des propositions qui répondent à cette demande. Les dix propositions sélectionnées furent présentées publiquement pour être analysées et servir de base aux actions du gouvernement. Parmi les diverses questions qui vont de la construction des logements aux moyens de communication en général (voies et moyens de transport, échange d’informations), en passant par la préservation de l’environnement, nous retiendrons celle de la mobilité (des personnes et des marchandises au sens propre) pour mieux montrer les options d’investissement et les possibles conflits qui découlent de ce projet.

La mobilité Paris-banlieues et le Grand Paris

20Paris est située au centre de la région Île-de-France (carte 1) et concentre une grande partie des équipements culturels et historiques. Il faut pourtant l’analyser à partir des relations socio-spatiales existant dans la région.

Carte 1 – Région Île-de-France : Réseaux de Transport

Carte 1 – Région Île-de-France : Réseaux de Transport

Source : Fichiers SHP (Shapefile) géoréférencés fournis par l’IAU île-de-France et DIVA-GIS.

Source :<http://www.iau-idf.fr/cartes/cartes-et-donnees-a-telecharger/donnees-a-telecharger.html> ; <http://www.diva-gis.org/​gdata>. Consultation le 10.03.12.

Projection: Lambert 93.

21Selon Rona (2007) sur les 11 341 257 personnes qui habitent en Île-de-France, 2 181 371 vivent à Paris. C’est en Île-de-France qu’est produite 30 % de la richesse française (Chemetof, 2007, p. 46) dans les pôles industriels et technologiques situés dans cette région. À partir de la fin du xixe siècle, les usines quittèrent Paris pour aller s’installer dans un premier temps dans la petite couronne et aujourd’hui dans toute la région présentée en carte 2.

Carte 2 – Région Île-de-France : limites administratives

Carte 2 – Région Île-de-France : limites administratives

Fichiers SHP (Shapefile) géoréférencés fournis par l’IAU île-de-France et DIVA-GIS.

Source :<http://www.iau-idf.fr/cartes/cartes-et-donnees-a-telecharger/donnees-a-telecharger.html> ; <http://www.diva-gis.org/​gdata>. Consultation le 10.03.12.

Projection: Lambert 93.

22Ce déplacement fut la conséquence d’un projet gouvernemental de décentralisation industriel. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, ce processus fut associé à la construction d’ensembles pavillonnaires résidentiels afin de loger les ouvriers, pour la plupart des immigrés, ainsi que la population aux revenus plus modestes qui ne pouvait plus rester dans Paris après les opérations d’embellissement et de mise en valeur de la capitale. Mais, beaucoup de banlieues n’étaient que des lieux de résidence pour les personnes qui allaient travailler, faire des achats, se rendaient chez le médecin, suivaient des études supérieures (pour ceux qui le pouvaient) dans Paris et qui tous les jours faisaient le déplacement pendulaire banlieue-Paris-banlieue.

23Selon Rey (1996, p. 20), entre les deux guerres, une bonne partie de ces banlieues reçut une population ouvrière organisée en syndicats, qui avait des revendications salariales, luttait pour les faire aboutir et qui, d’un point de vue politique, penchait pour le communisme. C’est à cause de cela qu’on les dénomma les banlieues rouges. C’était comme si Paris était entourée par les banlieues rouges qui étaient vues comme un danger effrayant la population.

  • 18  Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région de Paris.
  • 19  Réseau Express Régional.

24Après la guerre, pendant la période connue sous le nom des Trente Glorieuses, de 45 à 75, l’État gaulliste mit en œuvre un projet de construction de logements neufs qui pour Ostrowetsky (2004, p. 26) fut une grande propagande de l’État visant à renforcer son pouvoir technocratique et à valoriser l’harmonie sociale par l’accès à la consommation. Toujours selon l’auteure (2004, p. 28), le projet permettait une expansion de grande envergure de Paris afin de consolider sa position de métropole. Ainsi, le projet de transport conçu par le SDAURP18 du RER19 rappelait la forme d’un H et reliait les villes nouvelles de la ville de Paris dans un rayon de 250 km. Le projet ne fut pas conclu de cette manière ; on conserva le tracé radiocentrique qui gênait l’articulation entre les différentes banlieues.

25Afin de répondre aux problèmes de logement et à d’autres revendications issues principalement des communes de gauche, on mit la Charte d’Athènes au service du fonctionnalisme idéologique : des ensembles furent construits dans ces banlieues. Mais une grande partie des emplois industriels est dispersée dans la région alors que ceux du tertiaire (traditionnel et avancé) sont concentrés dans Paris et dans les couronnes proches comme La Défense. Dans un cas comme dans l’autre, les personnes doivent se rendre dans la capitale ou de celle-ci vers les banlieues ou encore d’une banlieue à l’autre.

26Un des problèmes rencontrés par les habitants des communes d’Île-de-France (excepté Paris), principalement ceux de la petite couronne, grande couronne et troisième couronne, est celui de l’accessibilité. Historiquement, Paris a toujours été le centre de la région et principalement depuis Haussmann, les voies d’accès sont projetées selon un plan radiocentrique avec Paris pour centre. La construction du système de transports, principalement le ferroviaire, se fit intramuros, c’est-à-dire que l’on pensa d’abord à relier les arrondissements du centre, et ensuite les vingt arrondissements à quelques villes situées dans la petite couronne.

À cause de ce système radiocentrique, il est difficile de prendre les transports en commun pour aller d’une banlieue à l’autre sans passer par le centre de Paris. C’est pour cela que les plus nombreux (ceux qui en ont la possibilité) ont recours au transport individuel et que les autoroutes et autres artères sont embouteillées aux heures de pointe, de sorte que le transport met pratiquement autant de temps que par les transports en commun.

  • 20  Le système unique tarifaire est approuvé en 2010 (et entre en vigueur à partir de 2011) pour ceux (...)

27Puis, il y a en outre la question financière : le système des tarifs suit le même schéma. La mobilité devient de plus en plus difficile et parfois les jeunes des banlieues les plus distantes n’ont pas accès aux biens culturels situés et centralisés à Paris. Gilli et Offner (2008) proposent même qu’au moins les week-ends le système tarifaire soit unique20 (pour toutes les couronnes, mais en se basant sur le tarif le moins cher) afin de permettre une plus grande mobilité des banlieusards.

28Face à cette demande qui est locale/régionale, seules trois propositions parmi celles des équipes de consultants internationaux traitent explicitement de cette problématique et indiquent qu’un changement du système existant est nécessaire afin de relier les polarités existantes dans la métropole (en ayant pour base la région Île-de-France) pour ne plus devoir passer obligatoirement par Paris. Au même moment, trois autres équipes confirment qu’il faut créer une ligne de train ou de métro rapide pour relier les aéroports de Charles de Gaulle et d’Orly.

29Actuellement, deux propositions portant sur la question de la mobilité métropolitaine doivent faire l’objet d’une discussion publique : l’une est l’Arc express, présentée par les pouvoirs locaux/régionaux (région Île-de-France), l’autre est la Double Boucle, présentée par la Société du Grand Paris.

L’Arc express prévoit de relier les polarités de la petite couronne de Paris sous la forme d’un anneau de voies de chemin de fer et métro rapide, élaboré par la région Île-de-France avec la participation des divers départements, et dont voici le tracé.

Carte 3 – L’Arc express et autres liaisons

Carte 3 – L’Arc express et autres liaisons

Source :http://www.amutc.fr/​pdf/​GPE_Acte_motive_resume_dossier_officiel_26_05_2011.pdf

30Lors d’une première étape, le projet propose de relier les terminus de métro, le train et les tramways déjà existants, pour, à partir de ce système radial existant, construire lors d’une seconde étape, un système réticulaire qui renforcera ou créera les articulations entre les banlieues, et entre celles-ci et les autres zones situées au-delà de la petite et la grande couronne, permettant que les salariés des polarités existantes puissent se déplacer de manière plus rapide, efficace et sûre.

La Double boucle est la proposition de la Société du Grand Paris ; elle correspond à un projet politique de planification territoriale d’intérêt national, destinée à ce que la France, à partir d’une région, soit en mesure de soutenir la concurrence internationale des autres métropoles mondiales. Le projet fut élaboré en tenant également compte des propositions des divers spécialistes internationaux présentées publiquement en 2009.

31Le point fondamental de ce projet est une ligne de métro rapide reliant les aéroports Charles de Gaulle et d’Orly. Il prévoit en outre l’incorporation/réalisation d’un cluster scientifique et technologique dans la région du plateau de Saclay (sur le plan ci-dessous, c’est la région englobant Versailles, Saclay et Massy). Il s’agit d’une opération d’intérêt national comportant un meilleur accès à ce pôle composé de logements pour les étudiants et les chercheurs, d’activités rattachées, d’une plateforme technologique et d’une surface disponible pour son expansion et développement éventuels. Dans cette zone, le métro doit relier Versailles à Massy, mais dans le périmètre du pôle, le réseau routier sera privilégié avec des transports publics. Le Grand Paris est basé sur un projet de développement du nord de Paris à partir de ce pôle qui laisse de côté le problème des zones dites sensibles de la région métropolitaine.

Carte 4 – La double boucle

Carte 4 – La double boucle

Source: Adaptation de <http://www.liberation.fr/​politiques/​0101648212-andre-santini-elu-president-de-la-societe-du-grand-paris- >. Consultation le 22.07.10

Figure 5 - Projet de cluster scientifique et technologique pour le Plateau de Saclay

Figure 5 - Projet de cluster scientifique et technologique pour le Plateau de Saclay

Source: Adaptation de DUMONT, François. Interview de Philipe Subra dans Débats publics sur l’Arc Express et la Double boucle in Ville rail & transports no 499.

Mobilité socio-spatiale dans la métropole : les banlieues et le discours sur la mixité sociale

32Les projets ci-dessus portent, à des échelles différentes et du point de vue technique, sur une plus grande mobilité physique des marchandises et des personnes, nécessaire pour l’expansion de la métropole. La question est de savoir quelles classes jouiront effectivement d’une plus grande mobilité physique et à quel point cela facilitera la mobilité sociale ?

Nous l’avons déjà dit, l’expansion de la métropole est le résultat de la croissance de Paris et dans une certaine mesure de la politique d’ordonnancement du territoire de l’État depuis le xixe siècle, mais avec la création de villes nouvelles (à partir des Trente glorieuses) dans le contexte de l’industrialisation fordiste d’après-guerre qui constitue la base de la métropole parisienne actuelle.

33Nous avons déjà traité des problèmes qui découlent du choix de l’État, qui perdure depuis le xixe siècle avec Haussmann, de mettre en place des réseaux de transport, principalement de chemin de fer et de métro, qui respectent le modèle radiocentrique. Comme ce réseau était associé à un projet politique de l’État, il assurait à la fois la communication avec la centralité de Paris et isolait les banlieues les unes des autres.

  • 21  Après la guerre, l’immigration fut encouragée principalement à partir des anciennes colonies (part (...)
  • 22  Outre les conflits à Paris en 2005, Donzelot (2007) rappelle ceux qui se sont déroulés à Lyon en 1 (...)

34Avec la crise industrielle et le nouveau modèle productif mis en place pour y remédier (par l’accumulation flexible), les banlieues qui sont des concentrations de travailleurs21 (pour la plupart avec des tendances syndicales communistes), qui naissent dans le cadre de ce projet politique de modernisation dans le contexte de l’industrialisation, sont associées au chômage, à la précarité, à des lieux qui concentrent les minorités ethniques, où la jeunesse est sans emploi, peu qualifiée, non « intégrée à la culture française », et taxée de délinquante, liée au trafic de stupéfiants ou au radicalisme religieux (dans le cas de l’Islam), responsable des conflits sociaux22 et dépendante des diverses modalités d’aide fournies par l’État (Donzelot, 2007, p. 2). On peut donc dire qu’il existe une certaine homogénéité sociale qui sert à stigmatiser cette population. Les conflits qui découlent de cette situation en ont fait des banlieues dites sensibles, et une nouvelle politique pour tenter de contenir la situation est mise en œuvre : la mixité sociale.

35On part du problème détecté, apparemment simplifié par la question de l’homogénéité sociale et ethnique dans le cas français, pour aboutir à une politique qui cherche à promouvoir le mélange social. On ne s’attaque pas aux raisons qui ont mené au chômage, au manque d’accès à la culture institutionnalisée française et occidentale, aux bonnes écoles, par exemple. On promeut une politique publique qui selon Donzelot (2007) crée des discours et des consensus qui permettent des actions du pouvoir public et privé qui ont pour résultat l’accentuation de la ségrégation socio-spatiale conjointement à la gentrification des zones où elles sont mises en œuvre.

36Toujours selon Donzelot (2004, p. 16), ce processus date du xixe siècle, lorsque diverses politiques sociales et d’assainissement sont mises en place pour éviter « l’invasion » des pauvres. Ainsi

... la ville moderne, la ville de l’industrialisation réussit-elle à « faire société » par le tracé fonctionnel de son espace, la mise à distance des classes antagonistes et les pointillés du rêve de la promotion sociale individuelle… En France particulièrement, concevoir et concrétiser une forme d’urbanisme propre à rassembler toutes les classes dans une espace urbaine unificatrice, parce qu’homogène. Les « grands ensembles » et les « villes nouvelles » furent l’incarnation majeure de cette confiance dans la capacité de la ville à faire une société unie.

37Ce que l’on voit aujourd’hui n’est qu’une mise à jour de ce phénomène qui renforce le processus de différenciation socio-spatial déjà existant et qui apparaît dans des espaces discriminés et auto-discriminés.

38Mais quelles sont les caractéristiques de ces processus actuellement ?

  • 23  En 1991, cette loi était valable pour les communes de plus de 3 500 habitants situées dans une agg (...)

En ce qui concerne les espaces discriminés où prédominent le chômage et d’autres formes de violence urbaine, la solution institutionnelle découle d’une volonté de faire de la mixité sociale, même forcée. Même si elle est évoquée dans les discours académiques et politiques depuis les années 80, c’est à partir de 1991 selon Donzelot (2006, p. 81) que la mixité sociale obtient un statut légal avec la Loi d’orientation pour la ville (LOV). Cette loi prévoit que chaque commune est tenue de disposer d’au moins 20 % d’habitations sociales23 et qu’elle est passible de payer une amende à l’État si elle ne la respecte pas. Avec la Loi Borloo (2003), le discours sur la mixité s’actualise à partir des nouvelles possibilités de rénovation urbaine qui accentuent encore plus le problème de ségrégation socio-spatiale.

39Selon Lelévrier (2004, p. 65), la Loi Borloo augmente le clivage entre les territoires ; elle les valorise en démolissant et transformant, et en déplaçant les populations, mais elle va dans le sens inverse de ce pour quoi elle est prévue, c’est-à-dire l’amélioration des conditions de vie de ceux qui vivent dans ces endroits. L’espace est vu comme un moyen de valorisation spatiale urbaine qui se fait sur la base du discours sur la mixité sociale. Mais comment agit cette politique urbaine ?

Ladite mixité sociale se fonde sur la tentative d’éliminer les risques de l’homogénéité sociale existant dans les quartiers sensibles, c’est-à-dire dans ceux où prédomine en général une population immigrée, non insérée dans la société française et où règne la violence urbaine. Promouvoir la valorisation sociale et économique de ces zones requiert des politiques publiques et privées qui ramènent dans ces endroits la population de classe moyenne ; mais celle-ci n’est disposée à les occuper que si des conditions de sécurité, de mobilité physique et de meilleure qualité de vie sont garanties. Cela revient à dire que l’État doit intervenir pour créer ces conditions.

40Mais la création de ces conditions implique pour une bonne partie des actions mises en place, la gentrification de ces zones : au nom de la valorisation urbaine, des logements ouvriers anciens sont abattus pour renouveler le réseau routier, permettre une plus grande mobilité et un meilleur accès et revaloriser les espaces environnants.

Dans d’autres cas, les logements sont démolis sous prétexte qu’ils ne répondent plus aux normes techniques actuelles et à leur place de nouveaux logements sont bâtis, mieux adaptés et plus conformes aux impératifs de l’architecture moderne .On assiste en outre à un changement de fonction : sur d’anciennes zones industrielles, des résidences et des bureaux sont construits. Les nouveaux projets sont financés par le secteur privé.

41Le prix du marché rend l’accès privé aux logements prohibitif pour les personnes aux revenus modestes, puisque ces logements ne sont accessibles que par le biais de l’achat, c’est-à-dire par la propriété privée.

La valorisation de l’espace s’opère donc par le changement de l’habitant. Ce procédé est très commun, que les villes soient dirigées par des maires de droite ou de gauche. Ces derniers tentent néanmoins de respecter la loi qui prévoit que 20 % des logements doivent être sociaux, mais c’est insuffisant pour faire face à la demande et aux prix pratiqués sur le marché.

En réalité, au nom de la mixité sociale, c’est une valorisation socio-spatiale qui s’effectue et qui implique un changement de population : dans les zones dites dégradées, la politique urbaine consiste à insérer des couches de population aux revenus plus élevés dans des espaces qui étaient auparavant socialement et économiquement dévalorisés, avec l’expulsion des anciens habitants et la promotion d’une gentrification socio-spatiale.

42D’un autre côté, dans les espaces qui concentrent déjà une population plus aisée, la mise en place d’une politique de mixité sociale s’avère difficile. Dans les arrondissements les plus nobles de Paris et les villes des banlieues les plus riches, les pouvoirs publics en place préfèrent payer l’amende à l’État plutôt que d’assurer les 20 % de logements sociaux prévus par la loi. L’homogénéisation sociale est maintenue dans ces endroits, mais avec la prédominance d’une population de classe moyenne et aisée, pour la plupart des non-migrants, et cela ne pose aucun problème : bien au contraire, c’est la mixité sociale qui est vue comme un problème dans ce cas.

Outre ces zones qui passent par des transformations socio-spatiales, prolifèrent également dans certaines banlieues des espaces fermés, très semblables à ceux que l’on trouve au Brésil ou en Amérique latine : outre la sécurité, on vend également une idée de meilleure qualité de vie, avec la proximité de la campagne qui se transforme aussi avec la multiplication de ces projets.

Toutefois, les réalisations immobilières de ce type ne sont possibles que si les centralités existantes sont accessibles, notamment les pôles technologiques et scientifiques de la région métropolitaine. Les autoroutes existantes et la perspective de la double boucle sont des éléments de mobilité qui permettent l’expansion et la valorisation économique de ces zones fermées dans lesquelles la population se tient à l’écart et refuse toute possibilité de mixité sociale.

43Si pour les uns, la mobilité est physique et sociale permet de demeurer dans un certain statu quo, pour la plus grande partie des habitants de la métropole parisienne, la limitation de la mobilité physique correspond à une immobilité sociale. Principalement pour la population qui vit dans les banlieues, même s’il existe des routes pour les relier à Paris. Cette population est immobile physiquement, souvent par manque de moyens ou à cause du temps nécessaire pour faire le trajet, et limite ses déplacements vers Paris, la grande centralité, et encore plus vers les autres banlieues à cause de la configuration du réseau de chemin de fer et de métro existant. Cette immobilité apparente est brisée lorsque les opérations de valorisation immobilière les forcent à se déplacer vers des zones distantes ou font apparaître momentanément des logements précaires qui ressemblent beaucoup aux favelas brésiliennes.

44Le discours sur la mixité sociale profite beaucoup plus à la valorisation de l’espace qu’à l’amélioration de la qualité de vie des populations des banlieues, principalement de celles dites « sensibles », un euphémisme pour définir les zones où vit principalement une population immigrée, sans emploi, et où les indices de violence urbaine sont élevés.

Cette démarche a accentué encore plus les distinctions socio-spatiales et, sans tenir compte des particularités, elle a créé des espaces qui rappellent ceux que l’on trouve dans les métropoles d’Amérique latine comme São Paulo : la pauvreté et les risques sociaux (relatifs à chacune des situations) se concentrent dans les zones périphériques tandis que prolifèrent des zones protégées, fermées, destinées à une couche de la population plus aisée et qui se déplace en voiture.

45Comme le note Damiani (2004), la périphérie est provisoire. Du moins la périphérie pauvre qui devient un espace de valorisation grâce aux politiques publiques et, dans le cas français, au consensus sur la mixité sociale, qui valorise des espaces considérés comme dégradés et pousse une partie de la population qui y habitait à se déplacer vers d’autres zones périphériques. Les banlieues sont donc de ce point de vue et selon l’expression de Tellos (2005) des territoires de réserve dans l’attente d’une valorisation immobilière.

  • 24  Beaucoup d’auteurs les dénomment des espaces collectifs au lieu d’espaces publics.

46La mixité existe vraiment dans la métropole française dans la vie quotidienne du Parisien et pas en fonction de la politique de l’État. Le mélange ethnique et social est une réalité dans divers arrondissements (plus ou moins selon le cas), de sorte que la cohabitation est présente dans les espaces publics de la ville. Paquot (2009, p. 3) fait la distinction entre l’espace public (philosophique) et les espaces publics (physiques et géographiques). Selon lui, l’espace public de la ville évoque une pratique démocratique, une forme de communication, de circulation des divers points de vue, c’est là que se déroule le débat politique, tandis que les espaces publics sont les adresses accessibles au public. Ainsi auparavant les rues, les places, les jardins étaient les espaces publics, tandis qu’aujourd’hui le mot a pris un sens plus général et désigne les espaces privés ouverts24 à un certain public (comme les centres commerciaux ou les galeries).

  • 25  Outre ce centre commercial, un autre situé à La Défense est aussi doté d’un accès à une station de (...)

47Pour celui qui se promène aux Halles, dans le 1er arrondissement, la mixité est un fait et il est très expressif. Les Halles sont le point de convergence de plusieurs lignes de métro de la métropole parisienne. La circulation des personnes y est intense tant au niveau de la rue et des places publiques que sous terre. Dans ce sens, le côté public dont parle Paquot est présent. Dans la partie souterraine (composée de trois niveaux), par exemple, outre la gare avec ses différentes stations, se trouve un centre commercial25 avec le même type de magasins (vêtements, chaussure, librairie, bijouteries, etc.) et de services (y compris culturels, comme des cinémas et un musée) que l’on trouve dans les rues et les galeries de Paris. C’est un lieu de circulation intense à la surface et en sous-sol, et un des endroits où l’échange au sens propre est très marqué.

Les Halles ne sont qu’un exemple. La ville de Paris, en tant que centralité, est un espace où cohabitent plusieurs couches de la population. La ville palpite. Dans tous ses arrondissements, il y a de la vie. Et ce mélange est aussi fonctionnel : des immeubles résidentiels et des bureaux, des magasins, des bars, des restaurants, des pharmacies. Il y a aussi ce qu’on l’on peut appeler une vie de quartier, même si les personnes suivent un rythme de vie moderne, marqué par le temps de la montre. Et la différence socio-spatiale est bien présente, mais pas sous la forme d’une ségrégation socio-spatiale.

48C’est sur les avenues les plus touristiques, comme les Champs Élysées, et même aux Halles, que le temps de la modernité s’exprime, avec des magasins ouverts tous les jours, et même pour certains jusqu’à minuit. Dans le reste de la ville, le temps est différent. La plupart des magasins ferment à 19 heures. Dans les banlieues voisines, qui sont la continuation de la centralité de la métropole, le temps est encore distinct : par exemple, une bonne partie des boulangeries et fromageries qui ouvrent le dimanche ferment le lundi pour que les employés puissent se reposer. Dans ces banlieues, la distance est perçue également dans le temps quotidien, puisqu’un bon nombre de ceux qui se rendent à Paris par les transports, principalement dans ces zones, profitent pour faire leurs courses en fonction du rythme de vie de leur banlieue. La centralité prend ainsi un sens pour la vie et est reconnue en tant que telle.

Considérations finales

49Nous avons défini en général et d’une manière plus précise, ce qu’est la métropolisation de l’espace en prenant pour référence l’expansion métropolitaine de Paris. Mais au-delà de cette spécificité, il existe, de notre point de vue, des phénomènes qui n’appartiennent pas qu’à Paris, et qui sont propres à toutes les métropoles mondiales, malgré les spécificités, l’histoire et le temps de chacune d’elles.

50Quelles sont ces caractéristiques communes, puisque nous partons du principe qu’elles s’insèrent dans un mouvement mondial et qu’elles existent aussi bien à Paris, à São Paulo, à New York ou dans d’autres métropoles mondiales ?

Elles peuvent être énumérées à partir de l’opinion de plusieurs auteurs qui se sont penchés sur ce sujet.

Acher (1995) souligne qu’aujourd’hui, le processus d’urbanisation métropolitain est lié à la croissance et à la multiplication des grandes agglomérations urbaines et à la concentration des populations, des activités et des richesses. Nous pourrions ajouter que c’est un processus contradictoire puisque les inégalités et la pauvreté augmentent aussi grandement dans ces agglomérations.

Mongin quant à lui (2005, p. 120) attire l’attention sur le fait qu’il faut dans ce phénomène mettre en avant la fragmentation spatiale et la prévalence des flux qui, selon lui, vont de pair avec la privatisation de l’espace.

Pour Burgel (2006, p. 4), c’est l’individualisme qui marque le monde d’aujourd’hui et articule la fragmentation avec le problème des flux dans la métaphore de la « ville-archipel » qui pour lui traduisent

...bien les discontinuités spatiales des systèmes urbains, plus fondées sur les échanges lointains des produits et des hommes que sur les complémentarités régionales proches.

51La fragmentation, la discontinuité, l’agglomération et la concentration urbaines, les flux (de marchandises, de personnes, de capitaux, d’informations, de communication), l’individualisme marquent l’espace urbain qui est selon Carlos (2001), une condition, un moyen et un produit de la société et donc un élément révélateur des relations sociales présentes dans l’actualité.

52Aujourd’hui, les processus de transformations urbaines en général sont marqués par la rationalité technique qui justifie les actions de l’État et de l’initiative privée pour qui l’espace est un moyen pour faire face à la crise mondiale du capitalisme. La transformation des villes, qui se justifie par le processus de dévalorisation/valorisation, permet de placer des capitaux dans la production de l’espace marchandise.

En théorie, selon Burgel (2006, p. 95), du point de vue de la rationalité scientifique, les architectes et les urbanistes pourraient concevoir des projets de villes qui élèveraient la civilisation urbaine, mais on ne voit que des projets conçus comme si les habitants n’existaient pas. Ainsi, toujours selon lui, l’invention apparaît « du côté des habitants, qui ne cessent de mettre en œuvre de nouveaux usages de l’espace et de nouvelles pratiques dans la cité. La carence des uns justifie d’ailleurs certainement, et stimule, l’imagination et la créativité des autres. »

53Par nécessité, la population finit par créer des alternatives pour satisfaire à ses besoins. Dans le cas du Brésil, le problème qui se pose est qu’une bonne partie desdites « solutions créatives » se situe à la limite de la survie, dans la plupart des cas parce que l’État ne remplit pas ses obligations fondamentales qui sont le logement, la santé, le transport, l’éducation, le travail, en accentuant encore plus les inégalités sociales. Une de ces situations limites est le cas de la population défavorisée qui occupe des logements précaires situés dans des zones très périphériques ou à risque, impropres à la construction, mettant ainsi leur vie en péril. Celle-ci n’a pas d’autre alternative puisqu’il n’existe aucune politique d’habitation d’envergure pour répondre aux besoins de cette population.

54Le même problème se pose aussi pour la société française dans laquelle la droite, assumant clairement une position néolibérale, discute et exige des changements en alléguant qu’aujourd’hui la machine de l’État et une bonne partie des politiques sociales sont dépassées, qu’il faut se moderniser et réduire l’État à son minimum, principalement en ce qui concerne les droits sociaux. Cette situation est illustrée par le débat sur la modification du régime de la prévoyance, et par l’augmentation de l’âge minimum de départ à la retraite, alors que l’on sait que la croissance de la population s’est stabilisée.

55Mais reprenons la question de l’État minimum uniquement en ce qui concerne les droits sociaux déjà conquis, alors dans d’autres secteurs son rôle est renforcé. Face au projet de décentralisation qui octroie plus de pouvoirs aux régions et aux communes, l’État français propose et débat, mais il impose une recentralisation du pouvoir par la création de la Société du Grand Paris et formalise dans la région métropolitaine de Paris, son projet de renforcer et maintenir la métropole dans le réseau des villes mondiales en quête de financements et d’investissements.

56Avec une histoire très différente, au Brésil plusieurs processus généraux de ce type sont présents, et ce de manière très marquée. On dit souvent là-bas que l’État est en retard sur les projets du privé, mais n’oublions pas qu’il y a aussi dans le pays un projet de développement national qui se modifie avec le temps, et qui laisse des traces sur le territoire. Brasilia fait partie de ce projet ainsi que toute l’occupation de la région du centre ouest brésilien. En France, nous avons aujourd’hui le projet du Grand Paris (débattu tout au long de ce travail), et nous avions il y a quelques années celui de La Défense. Mais lorsque nous parlons d’un espace urbain et de la transformation dans les métropoles, malgré toutes les particularités, on constate de nombreuses similitudes dans les projets, car ceux-ci se placent tous dans le contexte de la mondialisation. Les ressemblances vont des propositions de revalorisations de certaines parties de la métropole aux effets de ces démarches, avec l’aggravation des différences spatiales qui débouchent sur des ségrégations socio-spatiales.

  • 26  Il existe des projets de revalorisation de plusieurs centralités de São Paulo qui sont souvent d’a (...)
  • 27  Le centre traditionnel et historique est composé des arrondissements de Sé et República. La région (...)

57En étudiant la métropole paulistaine, on constate que depuis les années 1980 (xxe siècle), il existe une volonté de revaloriser les centralités de la ville26, y compris du centre-ville27, avec une tentative d’expulser la population démunie qui y habite (même si c’est souvent de manière précaire ou dans de petits studios) et y travaille. À São Paulo, le pouvoir municipal agit institutionnellement dans la région par le biais d’opérations urbaines qui, au nom de la requalification des zones considérées dégradées, met de côté une partie des normes de zonage et de construction pour favoriser les investissements privés, et finance des infrastructures, des expropriations, tout en favorisant les projets avec des incitations fiscales.

  • 28  Contrairement à la mixité française qui met l'accent sur l'idée d'un mélange du point de vue éthiq (...)

58 Dans ce cas, l’idée du mélange social28 se présente beaucoup plus d’un point de vue économique et fonctionnel, principalement pour les projets de requalification de la zone centrale, pour lesquels il existe un débat sur la nécessité de modifier le zonage, afin que ces secteurs puissent être mixtes, c’est-à-dire que des commerces et des activités de services puissent se combiner à la fonction résidentielle. Les documents officiels de la mairie de São Paulo et ceux de l’Association « Viva o Centro » (initiative privée) insistent sur le fait que le centre de la ville est sous-utilisé (en ce qui concerne les infrastructures existantes comme le téléphone, l’eau, l’électricité, les transports) principalement la nuit et les week-ends. Qu’outre l’aspect du gaspillage, cette sous-utilisation engendre des situations d’insécurité et de peur qui font fuir les touristes et les habitants de cette zone pendant les week-ends. On propose de favoriser la fonction résidentielle. La question est de savoir pour qui ?

  • 29  En général ce sont des personnes seules (séparées et/ou célibataires). Ces dernières années, les c (...)
  • 30  Ce phénomène est très net dans l'Opération urbaine Nova Luz. L’existence d’un trafic de drogues da (...)

59Les quelques politiques publiques pour tenter de maintenir les populations pauvres dans le secteur, proposées sous la gestion du Parti des Travailleurs (Luiza Erundina, gestion 1989-1992 et Marta Suplicy, gestion 1999-2002), furent abandonnées par les gouvernements suivants, au moins en ce qui concerne le type de population devant privilégiée dans ces programmes. Sous prétexte que la population moins riche n’a pas les moyens de maintenir en état et de conserver les immeubles résidentiels, et comme la construction et la restauration des bâtiments sont majoritairement à la charge de l’initiative privée, aux prix du marché, la priorité est donnée à la population29 de classe moyenne ou aisée. En d’autres mots, le « mélange » fonctionnel et social proposé pour valoriser la région présuppose l’installation d’une population ayant plus de moyens et le départ de la population30 démunie qui y habite.

60Vue sous cet angle, la valorisation ressemble beaucoup à ce qui se fait pour tenter d’améliorer les banlieues françaises, et que nous avons analysé plus haut. L’histoire de la constitution des espaces peut être différente, mais les actions proposées pour les résoudre sont très semblables, comme si elles suivaient un modèle et qu’elles étaient efficaces dans plusieurs endroits dans le monde. Comme indiqué dans l’étude de Smith (2006), New York n’est pas un cas particulier, mais un schéma qui se généralise, une solution et modèle d’assainissement social pour les grandes métropoles mondiales.

61À l’échelle métropolitaine, il existe aussi une action de l’État qui veut interférer dans la production et la valorisation de l’espace urbain. En France cette action est représentée par le Grand Paris, qui est une proposition de transformation spatiale à partir d’une intervention routière de manière à favoriser les flux de marchandises (dans le sens propre) à grande vitesse et permettre le développement de projets résidentiels fermés, la création de clusters, la liaison de polarités métropolitaines ; dans l’État de São Paulo, cette intervention passe par la création dans sa région métropolitaine du Rodoanel, un ouvrage routier conçu sous la tutelle de l’État et du pouvoir fédéral, pour relier grâce à un anneau routier métropolitain les principales routes qui arrivent dans la ville et qui permettra après sa conclusion un flux plus rapide des marchandises.

62Outre cet aspect, les différences et la ségrégation socio-spatiale se sont accentuées dans la région périphérique de São Paulo suite à la valorisation des espaces périphériques qui sont ponctuellement l’objet d’actions immobilières ou qui sont destinées à recevoir la construction d’ensembles de bureaux ou résidentiels destinés à la classe moyenne et aisée. De plus, la construction de ces ouvrages conduit à l’occupation irrégulière des zones publiques environnantes, qui sont souvent protégées, et place les occupants en situation d’infraction.

Contradictoirement, le rodoanel renforce l’immobilité physique des habitants des zones périphériques par où il passe, puisque ceux-ci utilisent les transports en commun précaires en place (les lignes de bus urbaines et suburbaines) qui n’ont pas le droit d’emprunter cette voie qui est restreinte à la circulation des véhicules de transport de charge et aux véhicules individuels.

63L’accès difficile aux transports allié au manque de moyens et de formation professionnelle permettant d’obtenir des emplois dans les services, y compris dans le tertiaire avancé en augmentation dans la région métropolitaine de São Paulo, et l’élimination des postes de travail les plus traditionnels, y compris industriels, limitent les possibilités d’ascension sociale, et engendrent souvent un mouvement descendant qui se caractérise par la difficulté de conserver les logements occupés jusqu’alors, ou engendre même des situations de manque de logement ou de mise à la rue.

64Les différentes transformations spatiales sont toutes similaires et semblent suivre le même schéma mondial, même si chaque espace s’est formé d’une manière spécifique. Les actions et les résultats qui découlent du processus de reproduction du capital sont comparables, mais l’inégalité est beaucoup plus perverse au Brésil parce que le développement capitaliste s’y est déroulé sans une redistribution égalitaire des richesses produites et le respect des droits sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Acher F., Métapolis ou l’avenir des villes, Paris, Odile Jacob, 1995.

Alves Glória da A., A mobilidade/imobilidade na produção do espaço, in Ana Fani A. Carlos, MarceloLopes de Souza, Maria Encarnação Beltrão Sposito (orgs.), A produção do espaço urbano, São Paulo, Contexto, 2011, p. 109-122.

Berman Marshall, Tudo o que é sólido desmancha no ar, São Paulo, Companhia das Letras, 1984.

Burgel Guy, La revanche des villes, Paris, Hachette Littératures, 2006.

Carlos A. F.A., Espaço e tempo na metrópole, São Paulo, Contexto, 2001.

Carlos A. F.A., Diferenciação sócio-espacial in Cidades, vol 4, n.6, Presidente Prudente, GEU, 2007, p. 45-60.

Chemetov Paul, Paris, ville mondial in Jean-Marc Offner (cood), Problèmes politiques et sociaux, n. 942. Le Grand Paris, Paris, La documentation française, nov. 2007.

Damiani Amélia Luisa, “Urbanização crítica e a situação geográfica a partir da metrópole de São Paulo”, in Ana Fani A. Carlos e Ariovaldo Umbelino Oliveira (orgs), Geografias de São Paulo, vol 1, São Paulo, Contexto, 2004, p. 19-58.

Donzelot Jacques, Quand la ville se défait, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

Donzelot Jacques, La ville à trois vitesses: relégation, périurbanisation, gentrification, in Esprit, La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation, 303, mars/avril, 2004, p. 14-39.

Dumont François, Entrevista com Phillipe Subra no Débats publics sur Arc Express et Double Boucle, in Ville rail & transports, no 499, Paris, Éditions La Vie du Rail, juin 2010, p. 32-38.

Esprit, Les chantiers du Grand Paris, no 348, Paris, out. 2008.

Esprit, La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation, 303, marc/avril 2004.

Estèbe Philippe, Gouverner la ville mobile, Paris, Puf, 2008.

Fossaert, Robert, As cidades mundiais, as cidades do sistema mundial, in Herodote, no 101, 2001/2002, p. 10-25.

Gilli Frédéric e Offner Jean-Marc, Paris, métropole hors les murs, Paris, Presses de Science Po, 2008.

Guglielmo Raymond, Les grandes métropoles du monde et leur crise, Paris, Armand Colin, 1996.

Harvey D., A liberdade da cidade in GEOUSP 26, São Paulo, FFLCH, 2009, p. 9-17.

Lefebvre Henri, La vida cotidiana en el mundo moderno, Madrid, Alianza Editorial, 1984.

Lefebvre Henri, La production de l’espace, Paris, Ed. Anthropos, 1986.

Lelévrier Christine, Que reste-t-il du projet social de la politique de la ville ?, in Esprit, La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation, 303, marc/avril, 2004, p. 65-77.

Lencioni S., Uma nova determinação do urbano: o desenvolvimento do processo de metropolização do espaço, in Dilemas urbanos: novas abordagens sobre a cidade, São Paulo Contexto, 2003, p. 35-44.

Mongin Olivier, Quelle reconfiguration territoriale? Quelle reconfiguration démocratique?, in Esprit, Les chantiers du Grand Paris, no 348, Paris, out. 2008, p. 60-69.

Mongin Oliver, La condition urbaine, Paris, Éd. du Seuil, 2005.

Offner Jean- Marc (cood), Problèmes politiques et sociaux, no 942. Le Grand Paris, Paris, La documentation française, nov. 2007.

Ostrowetsky Silvia, « Les villes nouvelles françaises : Paris et apories. Esquisse d’une problématique », Espaces et sociétés, 119,2004/4, p. 25-36.

Paquot Thierry, L’espace public, Paris, La découverte, 2009.

Rey Henri, La peur des banlieues, Paris, Presses de Science Po, 1996.

Rona Simon,Paris et la Banlieue : je t’aime, moi non plus, in Hérodote,113, 2004.

Rona Simon, Paris-banlieues : défiances et quiproquos, In Jean- Marc Offner (cood), Problèmes politiques et sociaux, no 942. Le Grand Paris, Paris, La documentation française, nov. 2007.

Sassen S., As cidades na economia mundial, São Paulo, Nobel. 1998.

Smith Neil., “A gentrificação generalizada: de uma anomalia local à “regeneração” urbana como estratégia urbana global”, in Bidou-Zachariasen (cood), De volta à cidade, São Paulo, Annablume, 2006, p. 59-88.

Subra Philippe, Le Grand Paris, stratégies urbaines et rivalités géopolitiques, in Hérodote, 135, 2009.

Tellos Robira R., Áreas metropolitanas, espaço colonizados, in A.F.A. Carlos e C. Carreras (ORG), Urbanização e mundialização: estudos sobre a metrópole - Geousp 4, abordagens, São Paulo, Contexto, 2005.

Veltz Pierre, Mondialisation villes et territoires, l’économie d’archipel, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

Véron Jacques, L’urbanisation du monde, Paris, éditions La Découverte, 2006.

Sites Web :

http://www.banlieuedeparis.org/

http://www.legrandparis.culture.gouv.fr/

http://www.culture.gouv.fr/mcc/Actualites/Dossiers/Le-Grand-Paris

http://www.lemonde.fr/

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/21/sarkozy-accuse-par-la-ldh-de-stigmatiser-les-roms_1390752_3224.html

http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/21/violences-urbaines-sarkozy-nomme-un-nouveau-prefet-en-isere_1390414_823448.html

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/20/evacuation-d-un-campement-de-sans-abri-du-canal-saint-martin-a-paris_1389991_3224.html

Haut de page

Notes

1  Dans la région métropolitaine de Paris, une grande partie des jeunes âgés de 20 à 24 ans ne parvient pas à entrer sur le marché du travail, car elle n'est pas qualifiée pour le tertiaire avancé. En général cette population n'a pas conclu ses études ou n'a pas obtenu de formation plus qualifiante pour les postes demandés.

2  Dans les banlieues vivent essentiellement des personnes d’origine africaine, arabe, noire qui vivent souvent depuis plusieurs générations en France ou venues des anciennes colonies d'outre-mer.

3  De la deuxième génération ou plus, c'est-à-dire les descendants nés en France et qui sont encore considérés comme des étrangers.

4  À Grenoble tout comme à Saint-Aignan, les confrontations avec la police dans la banlieue se sont soldées par la mort d’un jeune. Selon la police locale, dans les deux cas, ce sont les jeunes qui ont affronté la police. Selon les habitants locaux, les victimes ont été tuées de sang-froid. Dans les deux villes, les manifestations populaires étaient semblables : des voitures incendiées, quelques immeubles endommagés, des arbres coupés et des affrontements avec la police qui a réagi en faisant usage de la force. En 2005, dans la banlieue parisienne, les conflits ont aussi commencé après la mort d’un adolescent.

5  Ces conflits se sont déroulés les 16 et 17 juillet 2010.

6  Ces conflits se sont déroulés les 17 et 18 juillet 2010.

7  Le 21 juillet 2010, Sarkozy convoqua le conseil des ministres et confirma son intention de mener une « véritable guerre contre les trafiquants », puisque celle-ci était déclarée officiellement depuis 2002, en s’appuyant sur l'argument que les trafiquants sont toujours des immigrés (dotés d’un titre de séjour ou pas). Cette idée fut confirmée plus tard dans la même journée, par l'annonce que le 28 juillet se tiendrait une nouvelle réunion pour traiter spécifiquement de l’action à mener pour résoudre le problème posé par le comportement des gens du voyage. L'évacuation de tous les campements considérés comme illégaux allait être décidée.

8  http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/20/evacuation-d-un-campement-de-sans-abri-du-canal-saint-martin-a-paris_1389991_3224.html

9  Le 8 juin 1973, par le biais de la Loi complémentaire fédérale 14, le pouvoir fédéral du Brésil créa officiellement 9 régions métropolitaines qui faisaient partie d’un projet géopolitique d’intégration et de développement basé sur le réseau hiérarchisé et interdépendant urbain. Depuis la Constitution de 1988, la prérogative de décider la création des régions métropolitaines revient aussi aux pouvoirs des États. Actuellement, le Brésil comporte officiellement 35 régions métropolitaines.

10  Jusqu’à la première moitié du mois de juillet 2010, Christian Blanc était chargé de mettre ce projet en œuvre. Le 22 juillet 2010, Sarkozy nomma André Santini pour coordonner le Grand Paris.

11  Selon Rona (2004, p. 32) un Parisien sur trois travaille dans la banlieue et trois emplois sur cinq situés à Paris sont occupés par des personnes qui viennent de la banlieue. Les personnes sont très mobiles dans la région Île-de-France, pour le travail, les services, les études, les achats. Pour l’auteur, la cité-cité passe à la cité-territoire, avec des limites plus fluides et poreuses.

12  Rappelons que la naissance des nouvelles centralités en Île-de-France est aussi le résultat de la décentralisation industrielle décidée par l’État, liée aux questions de marché et de zones, puisqu'à Paris et dans la première couronne, les prix des sols urbains sont très élevés. Les usines cherchent donc des terrains moins chers, mais avec qui offrent une garantie d’accessibilité et de mobilité des marchandises assurée par la mise en place des infrastructures routières.

13  La dénomination Banlieues sensibles est attribuée aux zones qui présentent des risques d’explosion sociale dus à la concentration de la pauvreté, à l'absence de perspective d'emploi et à la concentration d'une population immigrée non insérée dans la société française.

14  Cet espace d’études et de débats est connu aujourd'hui sous le nom de Paris Métropole.

15  Et également à partir d’informations fournies par l’auteur lors d’une rencontre en juillet 2010.

16  Le projet fut approuvé par l’Assemblée législative en décembre 2009 et prévoyait la création d'une Société du Grand Paris (SGP) pour la construction d’une ligne de métro automatique autour de Paris ou d’autres ouvrages nécessaires pour relier la métropole. Le 27 mai 2010, il fut officiellement adopté par le Sénat français.

17  Toute la documentation sur ce projet peut être consultée sur : http://www.culture.gouv.fr/mcc/Actualites/Dossiers/Le-Grand-Paris

18  Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région de Paris.

19  Réseau Express Régional.

20  Le système unique tarifaire est approuvé en 2010 (et entre en vigueur à partir de 2011) pour ceux qui utilisent NAVIGO (un système de forfait hebdomadaire ou mensuel). Le problème est que le tarif a été calculé sur la base des déplacements de la troisième couronne, ce qui augmente le transport pour la grande majorité des usagers des petite et grande couronnes. À titre d’exemple, aujourd'hui (2010), un NAVIGO mensuel coûte environ 56 euros. Selon le projet approuvé, le prix unique du NAVIGO mensuel sera d'environ 80 euros. Ceci représente une forte augmentation pour ces usagers et pourra donner lieu à des protestations ou à des changements dans la manière de se déplacer dans la métropole avec l’accentuation de l'usage du transport individuel.

21  Après la guerre, l’immigration fut encouragée principalement à partir des anciennes colonies (particulièrement celles du Maghreb), car les usines avaient besoin de main d’œuvre à l’époque du fordisme et des fameuses Trente Glorieuses (45-75).

22  Outre les conflits à Paris en 2005, Donzelot (2007) rappelle ceux qui se sont déroulés à Lyon en 1981 dans le quartier des Minguettes, pour démontrer que la crise était annoncée depuis les années 1980.

23  En 1991, cette loi était valable pour les communes de plus de 3 500 habitants situées dans une agglomération de plus de 200 000 habitants. En 1995, la loi est modifiée par la Loi de solidarité et renouvellement urbains (SRU) qui prévoit que cette obligation ne concerne plus que les agglomérations de plus de 500 000 habitants.

24  Beaucoup d’auteurs les dénomment des espaces collectifs au lieu d’espaces publics.

25  Outre ce centre commercial, un autre situé à La Défense est aussi doté d’un accès à une station de métro.

26  Il existe des projets de revalorisation de plusieurs centralités de São Paulo qui sont souvent d’anciennes zones industrielles.

27  Le centre traditionnel et historique est composé des arrondissements de Sé et República. La région Sé ou centrale est composée des arrondissements déjà cités, de même que ceux de Bela Vista, Bom Retiro, Cambuci, Consolação, Liberdade et Santa Cecília.

28  Contrairement à la mixité française qui met l'accent sur l'idée d'un mélange du point de vue éthique et économique.

29  En général ce sont des personnes seules (séparées et/ou célibataires). Ces dernières années, les constructions d’immeubles avec une seule chambre ont connu un essor dans les arrondissements de Consolação et Bela Vista

30  Ce phénomène est très net dans l'Opération urbaine Nova Luz. L’existence d’un trafic de drogues dans la région justifie (auprès de l’opinion publique) les actions d’expropriation, de démolition et de retrait des populations comme s'il n’y avait dans ce secteur que des trafiquants ou des consommateurs de drogues.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Région Île-de-France : Réseaux de Transport
Crédits Source : Fichiers SHP (Shapefile) géoréférencés fournis par l’IAU île-de-France et DIVA-GIS.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7439/img-1.png
Fichier image/png, 382k
Titre Carte 2 – Région Île-de-France : limites administratives
Crédits Fichiers SHP (Shapefile) géoréférencés fournis par l’IAU île-de-France et DIVA-GIS.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7439/img-2.png
Fichier image/png, 433k
Titre Carte 3 – L’Arc express et autres liaisons
Crédits Source :http://www.amutc.fr/​pdf/​GPE_Acte_motive_resume_dossier_officiel_26_05_2011.pdf
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7439/img-3.png
Fichier image/png, 290k
Titre Carte 4 – La double boucle
Crédits Source: Adaptation de <http://www.liberation.fr/​politiques/​0101648212-andre-santini-elu-president-de-la-societe-du-grand-paris- >. Consultation le 22.07.10
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7439/img-4.png
Fichier image/png, 171k
Titre Figure 5 - Projet de cluster scientifique et technologique pour le Plateau de Saclay
Crédits Source: Adaptation de DUMONT, François. Interview de Philipe Subra dans Débats publics sur l’Arc Express et la Double boucle in Ville rail & transports no 499.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7439/img-5.png
Fichier image/png, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Glória da Anunciação Alves, « La métropolisation parisienne : particularités et généralités », Confins [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 19 mars 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://confins.revues.org/7439 ; DOI : 10.4000/confins.7439

Haut de page

Auteur

Glória da Anunciação Alves

Professora no Departamento de Geografia, FFLCH, Universidade de São Paulo-USP, gaalves@usp.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org