Navigation – Plan du site

Impact des coopératives féminines sur la préservation et la valorisation de l’arganeraie : cas de la coopérative Tafyoucht (confédération des Ait Baamrane, Anti-Atlas, Maroc)

Impacto das cooperativas de mulheres sobre a preservação e valorização do argan : o caso da cooperativa Tafyoucht (Confederação de AitBaamrane, Anti-Atlas, Marrocos)
Impact of women’s cooperatives on the conservation and enhancement of the argan tree: case of the Tafyoucht cooperative (confederation of the Ait Baamrane, Anti-Atlas, Morocco)
Hassan Faouzi

Résumés

L'arganier (Argania spinosa) est un arbre qui pousse principalement au Maroc. Les arganeraies occupent environ 800 000 hectares au sud-ouest du pays. Dans ces zones semi-arides et arides, 1,3 million de personnes sont concernées par l’exploitation de systèmes agroforestiers traditionnels reposant sur l’arganier. L'aire de l’arganier se dégrade d’année en année sous l’effet conjugué de la croissance démographique et du surpâturage. En moins d'un siècle, plus d'un tiers de la forêt a disparu. Depuis une quinzaine d’années, des efforts sont déployés pour définir les conditions d’un développement véritablement durable. L’huile d’argan, est certainement la production sur laquelle pourrait reposer un projet de développement socio-économique. Les populations concernées et les autorités locales ont pris conscience de l’ampleur du problème que représente le développement de l’arganeraie et de sa valeur socioculturelle et économique et de la nécessité d’agir. Cela s’est traduit par la création de coopératives associant l’amélioration de l’extraction et de la commercialisation de l’huile au bénéfice des femmes et la préservation de cette ressource ainsi que la lutte contre la désertification.

Haut de page

Texte intégral

Femme et arganesAfficher l’image
Crédits : Hassan Faouzi

1On a tous cette image de carte postale d’un Maroc du Sud, soleil et aventure, sable et désert, dont le palmier est l’emblème. Cette image est géographiquement et statistiquement vraie.

« À peine un autre Maroc, lié au relief accentué du pays, se profile-t-il en transparence, un Maroc montagnard et vert, septentrional, et dont cette fois le cèdre, autre essence emblématique, est le symbole. Mais entre montagne et steppe désertique, il existe au moins un troisième Maroc, aussi ancien et essentiel que les deux autres, mais plus humain, celui de l’arganier, où vivent de nos jours plus de deux millions d’habitants, soit 6 % de la population marocaine totale. Celui-là, plus que les deux autres, a donné aux hommes, et reçu d’eux. Mais aujourd’hui que l’homme change, il se trouve abandonné, sacrifié » (Tarrier et Benzyane, 2003).

  • 1  L’arganeraie est un écosystème dont l’arganier est l’espèce dominante.

2L’arganeraie1 s’étend sur une superficie d’environ 800 000 ha d’Essaouira jusqu’à Guelmim au sud (Fig. 1). Victime de sa générosité, mais aussi de l’évolution du mode de vie rural et du climat, l’arganeraie est fragilisée. La surexploitation agricole, le surpâturage, la coupe du bois pour des besoins de chauffage, l’urbanisation, l’érosion des sols et l’avancée du désert constituent autant d’agressions contre ce patrimoine unique. En moins d’un siècle, les deux tiers de la forêt ont disparu, et sa densité moyenne est passée de 100 à 30 arbres par ha.

Figure 1. L'aire de l'arganier

Figure 1. L'aire de l'arganier

(Source : d'après Mhirit et al., 1998).

  • 2  À la frontière de l'aride, l'arganier (argane) fournit « tout » : excellent combustible, son bois (...)

3De nombreuses initiatives publiques et privées ont vu le jour pour préserver et développer l’arganeraie et enrayer sa régression. La valorisation des produits encourage les usagers de l’arganeraie à préserver celle-ci et contribue au développement socio-économique de la région (Pumareda et al., 2006). Partant du principe qu’il ne peut y avoir de développement durable sans que les femmes, en particuliers celles du milieu rural, y soient actrices et bénéficiaires, plusieurs coopératives féminines ont été créées (Ibnou El Kadi, 2007). L’organisation des populations locales à travers la création de ces coopératives est initiée autour de la valorisation des produits de l’arganier2 et plus particulièrement l’huile d’argan. Actuellement, 25 coopératives féminines réunissant près de 1 000 adhérentes, soit 200 ménages, produisent près de 100 000 litres d’huile par an. L’objectif de ces coopératives est double. D’une part, améliorer les conditions socio-économiques des femmes rurales par l’augmentation de leurs revenus, leur alphabétisation (cours obligatoires pour être sociétaire) et un travail hors de leur foyer dans un local commun. D’autre part, préserver l’arganier par l’augmentation de la valeur de l’arbre pour les populations locales et ainsi conforter leur motivation à sa protection (Pumareda et al., 2006).

Figure 2. Localisation de la région d'étude

Figure 2. Localisation de la région d'étude

(Source : H. FAOUZI).

Coopératives et développement

4Les coopératives sont des structures autonomes et indépendantes des administrations gouvernementales. Elles ont un certain engagement envers leurs communautés. Elles contribuent au développement durable de leurs territoires et de leurs communautés en responsabilisant les gens localement, en les engagent dans une activité économique génératrice de revenus qui sont dépensés localement, en valorisant les ressources et les savoirs faire locaux et en mettant en place des activités de production qui sont respectueuses de l’environnement (Faouzi, 2008). Au Maroc, les coopératives sont associées à de grandes espérances. Elles recèlent un potentiel d’accélération de la croissance et du développement.

5En effet, coopératives et développement est un classique dans le monde de la coopération internationale (Develtere, 1998 et OXFAM, 2000). Depuis l’introduction de la coopération dans les zones en développement, les agences internationales, les gouvernements, les planificateurs du développement et les chercheurs universitaires ont souligné le rôle que les coopératives pouvaient jouer dans l’intensification du développement et la préservation de l’environnement (Prévost, 2003). Comme l’a affirmé une consultation d’expert sur les coopératives et les pauvres,

« les coopératives pourraient, en théorie et dans le long terme, résoudre la plupart sinon l’ensemble des problèmes de développement » (Develtere, 1998, p. 18).

6Au Maroc, lors de l’atelier national sur les coopératives de femmes tenu à Mehdia en 1999, la formule coopérative a été considérée comme étant favorable à l’intégration des femmes au développement ainsi qu’étant une véritable école au développement de la société civile par la responsabilisation, la solidarité, la gestion des ressources, etc. (Drainville, 2001). Cette distinction est-elle véritablement vécue par les femmes ?

7Il est important de noter qu’il y a actuellement 136 coopératives féminines au Maroc, ce qui constitue 3,26 % du tissu coopératif national et qui inclut la participation de 4800 femmes. Cependant,

« un constat général est établi sur le manque d’efficacité chez ces coopératives, ce qui les place souvent dans une situation problématique. Ce manque d’efficacité est généralement attribuable à trois facteurs, soit la faiblesse au niveau de la gestion et de l’administration, la difficulté de commercialisation des produits coopératifs et la non performance dans l’accompagnement et l’appui aux coopératrices et coopérateurs. Il est clair que ce manque doit se répercuter sur la capacité de la coopérative à améliorer la qualité de vie des femmes » (Drainville, 2001).

8Il est légitime de se demander à quel point les femmes peuvent contribuer de façon concrète au développement socio-économique et à la préservation de l’environnement à travers ces structures ?

9Á travers ce travail nous mettrons aussi l'accent sur les conclusions majeures qui sanctionnent la recherche, à savoir le décalage entre les notions théoriques et la réalité comme l'insistance sur le rôle de la coopérative pour lutter contre la désertification alors que sur le terrain, il apparaît que la réalité est toute différente. La population affectée ayant déjà expérimenté l'essentiel des techniques de lutte contre la dégradation de l’arganeraie, soutient pour sa part que la préservation de l’arganeraie passe par l'amélioration du niveau de vie de la population locale. Les acteurs internationaux de la coopération insistent également sur la nécessité de lutter contre la pauvreté et mettent l’accent sur l’amélioration des conditions de vie de la population qui pâtit des effets de la sécheresse et de désertification.

Méthode de collecte des données

10Cette recherche utilise des méthodes qualitatives pour la collecte des données, celles-ci étant plus appropriées lorsqu’il s’agit de comprendre un phénomène. Les données sont donc collectées sous forme de mots plutôt que sous forme de chiffres. Différentes techniques ont été utilisées pour procéder à la cueillette des données. La principale technique utilisée est la conduite d’entrevues individuelles avec les femmes travaillant dans la coopérative à l’étude. Ces entrevues avaient pour objectif de connaître leur situation actuelle et les différences comparativement à leur situation de départ, et comprendre leurs motivations et espérances face à la coopérative. Cette prise de contact avec le vécu des femmes et leur cheminement dans leur coopérative allait permettre l’évaluation des effets des projets sur ces dernières. Des entrevues informelles ont aussi été menées avec la présidente et le directeur de la coopérative concernée ainsi qu’avec d’autres intervenantes impliquées dans la création et le développement de la coopérative. D’une part, ces données ont permis d’évaluer les projets en fonction du développement durable puis d’autre part, elles ont permisleur analyse stratégique et donc leur capacité à répondre aux principes coopératifs. Parallèlement á l’observation directe libre a été effectuée dans la coopérative et ce, afin de me faire connaître des femmes, de leur expliquer mon projet de recherche et ses objectifs, de m’intégrer à leur milieu de travail et d’établir un climat de confiance.

11Il faut noter que l’analyse effectuée dans la présente recherche reste très sommaire et ne se veut pas exhaustive. En effet, la contrainte du temps ainsi que le manque de données suite au refus du responsable de la coopérative de mettre à notre disposition les archives et les données concernant la coopérative, viennent mettre une limite importante à la quantité et la qualité des données recueillies auprès de la coopérative.

L’arganier, un arbre en péril

12Arbre mythique du Maroc, l’arganier (Photo 1) est un arbre oléagineux presque unique au Maroc et constitue la deuxième ressource forestière du pays. En effet, l’arganeraie compte environ 20 millions d’arbres et s’étend sur plus de 800 000 ha (Fig. 2). C’est un arbre dont les particularités sont multiples. Il pousse dans les régions arides et semi-arides et donc nécessite très peu d’eau ainsi qu’un sol relativement pauvre (M’Hirit et al., 1998 ; Faouzi, 2003). L’huile qui en est extraite a de multiples qualités, tant pour la santé alimentaire que pour les soins de la peau (Charrouf et Guillaume, 2007).

L’arganier est une ressource naturelle importante, c’est une source potentielle de revenus pour la population ce qui en fait un élément important pour la stabilité démographique des régions où il se trouve. De plus, son exploitation n’est pas dommageable pour l’environnement puisque chacune de ses parties a une utilité et peut-être une source de revenu.

Photo 1. L'arganier

Photo 1. L'arganier

(cliché : web).

13Même « si tous les travaux de recherche montrent que l'arganier n'est pas un fossile en voie de disparition mais, au contraire, un arbre d'avenir pour certaines zones arides » (Charrouf, 2007), il semble que l’arganeraie va en diminuant depuis plusieurs années (Photos 2 et 3). Cette diminution est en grande partie causée par les coupes massives pour l’utilisation du bois ainsi que le défrichage pour la pratique de l’agriculture. En moins d'un siècle, plus du tiers de la forêt a disparu et sa densité moyenne est passée de 100 à 30 arbres par hectare.

Un quasi consensus semble se dégager quant aux causes de cette dégradation. Effectivement, il apparaît que celle-ci est le résultat d'une double action humaine et naturelle avec toutefois une prédominance du facteur humain. Le surpâturage (Photo 4), les cultures extensives, l'exploitation du bois (Photo 4), etc., constituent autant de raisons qui font que la désertification s’accélère de façon préoccupante, ce qui favorise de grands flux migratoires et menace souvent un mode de vie séculaire.

Photo 2. Arganeraie très dégradée dans la région de Mesti, Aït Bâamrane

Photo 2. Arganeraie très dégradée dans la région de Mesti, Aït Bâamrane

 (cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 3. Exemple d'un arganier réduit á l'état de buisson, témoignant de la forte action anthropozoogène

Photo 3. Exemple d'un arganier réduit á l'état de buisson, témoignant de la forte action anthropozoogène

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 4. Bois coupé pour faire du charbon

Photo 4. Bois coupé pour faire du charbon

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

14Bien que l'arganier joue un rôle important dans la lutte contre la désertification des régions arides du Maroc, ce sont là des préoccupations fortes lointaines pour les populations locales défavorisées. Selon Chaussod et al (2005), « malgré le développement de la filière huile d’argan, le problème lancinant de l’avenir de l’arganeraie n’est pas encore résolu ». La solution passe indéniablement par l’implication des usagers dans la protection des arbres existants, par la plantation de nouveaux arganiers et surtout par l'amélioration des conditions de vie de la population surtout les femmes. C'est pourquoi les coopératives féminines ont pour but d'aider non seulement à préserver la biodiversité, mais aussi à améliorer les conditions de vie des populations, en particulier des femmes. Des coopératives,

« produisant et commercialisant des produits extraits de l’arganier tels que l’huile alimentaire, l’huile esthétique (cosmétique) ainsi que la confiture d’amandes mieux connu sous le nom de amlou, ont certainement un rôle majeur dans la valorisation de cette ressource naturelle, essentielle à la survie et au développement des régions du sud-ouest du Maroc » (Drainville, 2001).

L’huile d’argan comme levier de développement

15Au Maroc,

« l’arganier et ses fruits ont donné naissance à plusieurs coopératives féminines fonctionnant dans un système local. Toute femme qui le désire peut être membre de la coopérative » (Fasskaoui, 2009).

16En plus de l’objectif économique, les coopératives profitent selon les motivations des adhérentes de cours d’alphabétisation, de sensibilisation en matière de contraception, d’hygiène, et d’autres formations susceptibles d’améliorer leur condition de vie.

17Huile rare, l’huile d’argan est aujourd’hui reconnue comme étant un produit de haut de gamme, aux propriétés exceptionnelles (Chaussod et al., 2005 et Chriqi et al., 2003).

« Le passage d’un marché local à un marché national et international pourrait représenter une opportunité économique pour la région » (Chaussod et al., 2005).

18Il faut pourtant s'assurer que les usagers de l’arganier profiteront de cette évolution et qu’il en résultera des effets positifs en matière de sauvegarde de l’arganier et de gestion durable du milieu. À côté de la production familiale se développe depuis 1996 une production artisanale liée au développement de coopératives féminines de production et de commercialisation de l’huile d’argane. Une trentaine de ces coopératives étaient en activité début 2005, dont une douzaine bénéficie de la mécanisation du dépulpage et de l’extraction d’huile. Les améliorations portent aussi sur le conditionnement, par l’emploi de flacons neufs, esthétiques, adaptés au transport et à une bonne conservation de l’huile (Chaussod et al., 2005).

19En quelques années,

« on a assisté à une mutation complète de la filière production-commercialisation de l’huile d’argan. Ce produit traditionnel, naguère peu connu en dehors du Maroc, est aujourd’hui reconnu en Europe, en Amérique du Nord et jusqu’au Japon comme une huile de luxe » (Chaussod et al., 2005).

20Est-ce que cette mutation de la filière et la multiplication de ces coopératives a contribué à résoudre le problème de la dégradation des arganeraies ? L'étude de la coopérative Tafyoucht dans la confédération des Aït Bâamrane (Anti-Atlas Occidental) est susceptible d'apporter un début de réponse aux interrogations soulevées.

La confédération des Aït Bâamrane : des conditions très difficiles

21Dans la région des Aït Bâamrane, la pauvreté matérielle est fortement présente, aggravée par les conditions naturelles très dures ainsi que par la sécheresse qui sévit depuis quelques années. Elle affecte la qualité de vie des populations, et des femmes en particulier, qui doivent soutenir leur foyer dans des conditions socio-économiques précaires (Faouzi, 2009).

22Les sources de revenus sont donc rares et minimales. Dans bien des cas, les hommes partent vers d’autres régions à la recherche d’un travail. De plus, un nombre considérable de femmes sont veuves ou divorcées. Les femmes assument souvent seules la charge financière de leur foyer. La plupart des femmes n’ont jamais eu accès à l’école et sont analphabètes (Kanouni-Bennis, 1987). Les sources d’emplois auxquelles elles ont accès se résument au travail pour des particuliers ou dans les champs. Elles doivent souvent accepter ou tolérer des mauvaises conditions de travail où elles n’ont aucun droit. Dans bien des cas, leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. C’est dans cette problématique que s’inscrit l’idée de créer des structures de travail où les femmes ont un espace pour s’exprimer, décider et se responsabiliser, où leur travail est mis en valeur et reconnu.

« L’arganier se voit tout désigné pour un tel projet car l’extraction de son huile est un procédé dont seules les femmes possèdent le savoir-faire » (Babaou, 2005).

23Or, lorsque les femmes travaillent à la maison à l’aide du moulin traditionnel (azergue), les nombreuses heures de travail que demande l’extraction d’un litre d’huile ne sont pas reconnues (Drainville, 2001). Il arrive souvent qu’elles ne voient jamais la couleur de l’argent pour le litre qui est vendu hebdomadairement au marché : il y a plusieurs années que les femmes produisent l’huile mais ce sont les hommes qui la commercialisent et qui gardent la plupart des bénéfices, le travail des femmes n’était pas reconnu.

24Dans cette région,

« l’arganier est un élément essentiel au maintien de l’équilibre écologique et une composante essentielle au maintien des sols, empêchant l’érosion hydrique et éolienne responsables en partie du phénomène de désertification » (Babaou, 2005).

25La création d’entreprises vouées à la production d’huile d’argan et autres produits dérivés et à leur commercialisation ne peut qu’être bénéfique à la valorisation de cet arbre très précieux et arrêter l’avancée du désert.

26Produisant de l’huile de qualité, commercialisant une bonne partie de leur production hors de l’arganeraie, les coopératives participent directement à la promotion du produit « huile d’argan ». Indirectement, ils participent au développement économique de l’arganeraie, en y achetant d’importantes quantités d’amandons (Tiznine), représentant des revenus non négligeables pour les populations locales. Zoubida Charrof, l’une des précurseur du mouvement coopératif de l’arganier, souligne que :

« le chiffre d’affaire des coopératives fondées qui était presque nul en 1997 est passé de 6 millions de dirhams (environ 546 000 euros) en 2004 à 8 millions de dirhams (environs 727 000 euros) en 2005 » (Charrof, 2007, p. 8).

27Les performances qui ont permis à l’huile d’argan d’acquérir une reconnaissance sur les marchés internationaux ont incité les gérants à se constituer en un Groupe d’Intérêt Economique (GIE). Sa mission, selon Charrof, est d’aider les coopératives à commercialiser leurs produits selon les valeurs de ce qu’on appelle le « commerce équitable ». En effet, ce GIE de l’huile d’argan a huit partenaires européens engagés dans le commerce dit équitable.

Coopérative Tafyoucht : historique et état des lieux

28C’est en 1995 que l’association « Aït Bâamrane » pour le développement a eu l’idée de faire une coopérative d’huile d’arganier dans sa région. Trois ans plus tard, soit en 1998, l’association a obtenu le statut de coopérative et a établi un partenariat avec l’ONG international Oxfam-Québec. Ce partenariat s’est concrétisé par un financement destiné à l’achat de la presse mécanique et à l’aménagement du local qui est situé à Larbâa Mesti à 24 km au sud-est de Sidi Ifni (Fig. 2 et photo 5). La coopérative a bénéficié aussi de l’appui de plusieurs partenaires sur le plan technique et financier. L'un des objectifs de la coopérative est de permettre aux femmes de s’habiliter pour participer au développement socio-économique de la région et ainsi contribuer á améliorer leur qualité de vie.

Promotion socio-économique des femmes

29Les adhérentes (64 femmes) à la coopérative ont différents statuts : femmes célibataires, femmes mariées vivant seules ou avec leurs conjoints, femmes veuves et femmes divorcées. Leur âge varie de 18 à 70 ans. Presque toutes les femmes ont plusieurs enfants. Certaines les ayant à leur charge, d’autres pas. Les conditions de vie matérielles de ces femmes sont très difficiles.

30D'après notre enquête, toutes les femmes vivent dans la commune de Mesti où est située la coopérative et dans les douars environnants. La plupart des femmes ne sont pas propriétaires de leur maison et vivent dans une maison, souvent peu confortable, qu’elles louent, qui leur est prêtée, qui appartient à leur mari ou à leur défunt mari. Presque toutes espèrent bâtir leur propre maison car la propriété d’une maison constitue une sécurité à leurs yeux. Il y a certains douars où les infrastructures pour l’électricité existent alors qu’elles sont inexistantes pour d’autres. Toutes ont accès à de l’eau potable soit directement dans la maison (puits) ou au robinet public. La plupart ne peuvent pas subvenir convenablement à leurs besoins matériels et n’ont pas la capacité d’épargner. Elles vivent de la charité de leurs proches sur lesquels peuvent parfois compter pour les soutenir financièrement. De plus, plusieurs sont divorcées ou veuves et doivent supporter financièrement leur famille. La coopérative est le seul espace de travail formel auquel les femmes ont accès dans cette commune.

Photo 5. Panneau situé à l'entrée de la coopérative

Photo 5. Panneau situé à l'entrée de la coopérative

Sur le panneau figurent les coordonnées de la coopérative, ainsi que les sigles et logos des organismes nationaux et internationaux participants au projet

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

31Grâce à la coopérative, les femmes peuvent gagner entre 35 à 50 dh par jour, ce qui représente une meilleure valorisation du travail. Mais ce travail à la coopérative contraint la femme à s’absenter toute la journée de son foyer, ce qui n’est pas conciliable avec son rôle de « cheville ouvrière » au sein de la famille.

Méthode d’extraction

32Il n’est pas inutile de rappeler que la production familiale est encore très largement pratiquée aujourd’hui, correspond à un savoir-faire ancestral dans toute l’arganeraie (Chaussod et al., 2005). Les fruits récoltés sont séchés au soleil durant quelques semaines puis stockés jusqu’à utilisation.

33Les fruits (afiach) sont dépulpés (photos 6, 7 et 8) puis les noix (akka) (photo 9) sont cassées entre deux pierres (photo 10) pour en récupérer les amandons (tiznine) (photo 11). Ce travail est particulièrement pénible : en une journée de travail, une femme peut produire de 1 à 1,5 kg d’amandons. Après une légère torréfaction, ces derniers sont broyés dans une meule en pierre (azergue), puis la pâte d’amandons est additionnée d’eau et malaxée à la main pour en extraire l’huile. Le procédé manuel extrait 70 % de l’huile des amandons, les composés lipidiques représentant 55 % du poids de ces derniers (Chaussod et al., 2005). Au total, il faut entre 2,5 et 3 kg d’amandons pour produire 1 litre d’huile. Une équipe de trois femmes peut produire jusqu’à 2,5 litres d’huile par journée de travail, à partir d’un stock d’amandons existant.

34La production moyenne d’une famille est de l’ordre de 1 à 2 litres d’huile par semaine, vendue 60 à 70 dh le litre (6 à 7 euros). Les femmes peuvent aussi vendre des amandons issus du cassage des noix de leur récolte, ou bien au contraire en acheter pour compléter leur production d’huile.

Sur le plan technique, le progrès consiste en l’utilisation de presses électriques, adaptées à la production d’huile d’argan (photos 12, 13 et 14). Ces machines traitent entre 5 à 15 kg d’amandons à l’heure et peuvent produire de l’huile à usage alimentaire (avec torréfaction) ou à usage cosmétique (sans torréfaction).

Photo 6. Dépulpage des fruits (Afiach)

Photo 6. Dépulpage des fruits (Afiach)

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 7. Le triage des coques (Akka) et des amandes (Afiach)

Photo 7. Le triage des coques (Akka) et des amandes (Afiach)

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 8. Fruits (Afiach) séchés

Photo 8. Fruits (Afiach) séchés

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 9. Noix d'argan (Akka)

Photo 9. Noix d'argan (Akka)

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 10. Concassage des noix d'argan (Akka)

Photo 10. Concassage des noix d'argan (Akka)

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 11. Les amandons (Tiznine)

Photo 11. Les amandons (Tiznine)

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

35Le rendement est théoriquement meilleur que pour le procédé manuel, mais ce n’est pas ce qui est observé dans les faits, à cause de fréquents problèmes d’entretien et de réglage des machines. Le manque de formation technique des femmes se traduit donc par une dégradation des performances, ce qui peut affecter gravement la rentabilité de la coopérative.

36En général, la coopérative se procure à l’extérieur et au prix du marché (entre 1,30 et 1,80 dh/kg) les fruits secs constituant la matière première qui sera travaillée. La première étape consiste à en extraire les amandons. Pour ce travail de concassage, les femmes sont payées de 25 à 35 dh le kg d’amandons triés. La seconde étape consiste en l’extraction d’huile, avec un rendement variable et souvent loin du maximum.

« Que l’huile soit produite par le secteur coopératif ou par des entreprises privées, le problème est aujourd’hui celui du partage équitable de la plus-value au sein de la filière, entre le secteur amont (les ayants droit de l’arganeraie et les intermédiaires qui collectent les fruits ou les amandons), le producteur d’huile (coopérative ou industriel), et le secteur aval (la commercialisation) » (Chaussod et al., 2005).

37En Europe, l’huile d’arganse vend autour de 20 euros les 250 ml, dont environ 5 euros de marge pour le détaillant final. Évidemment, ce dernier encaisse davantage, sur chaque flacon vendu (photo 15), que les ayants droit de l’arganeraie.

Photo 12. Dépulpeuse

Photo 12. Dépulpeuse

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Photo 13. Presse mécanique

Photo 13. Presse mécanique

L’étape de malaxage/pressage a été améliorée par recours à des presses mécaniques. Celles-ci présentent le double avantage de supprimer l’addition d’eau qui représente une source de contamination bactérienne potentielle et de permettre l’extraction de quantités beaucoup plus grandes d’huile

(cliché : H. Faouzi, mai 2010)

Photo 14. Produits exposés á la vente

Photo 14. Produits exposés á la vente

(cliché : H. Faouzi, mai 2010).

Finances et commercialisation

38Si la coopérative bénéficie d’améliorations techniques comme la mécanisation du dépulpage et de l’extraction d’huile et aussi le conditionnement, elle ne jouit d’aucun circuit de commercialisation ni au Maroc ni à l’étranger, permettant une bonne valorisation du produit.

La coopérative n’a actuellement pas de stratégie de commercialisation concrète. L’attitude de la direction est plutôt passive face à son rôle de commercialisation. Cependant, cette passivité peut être en partie expliquée par un manque d’expérience. Il y a un minimum de publicité qui reste locale et très sommaire. La coopérative attend surtout que les clients viennent d’eux-mêmes à la coopérative. Peu de touristes s’arrêtent au passage pour visiter la coopérative et repartent souvent avec quelques produits mais la coopérative ne peut pas compter là-dessus (Drainville, 2001).

En effet, la coopérative ne bénéficie pas d’un emplacement géographique stratégique qui assure une partie importante de sa commercialisation (route nationale peu empruntée). En effet, elle est située dans un village très isolé.

39Malgré leur désir d’augmenter la commercialisation à l’extérieur de la coopérative et la recherche des points de distribution pour leurs produits de manière à accroître ses ventes, la coopérative ne fait aucune promotion de publicité, elle est aussi peu active au niveau des contacts avec l’étranger pour les opportunités d’exportation. Tout ceci dans un contexte économique difficile, et face à une concurrence farouche du secteur privé.

40Finalement, notons l’existence des producteurs privés qui sont fortement présents sur le marché local et qui exportent une partie importante de leur production à l’étranger ou la vendent sur le marché national. Tout ceci constitue un défi de taille pour la coopérative qui doit faire face á cette grande concurrence. On ne peut pas dire que le marché soit saturé mais la coopérative doit déployer argent et énergie pour la commercialisation de ses produits.

41La coopérative est donc en quête permanente d’un monde meilleur, néanmoins de nombreux obstacles se dressent encore sur cette voie. La coopérative, ne possède pas une très grande capitalisation et devra tout d’abord se constituer un fonds de roulement pour payer les salaires, assurer le renouvellement de la matière première et les frais liés au fonctionnement.

Tout laisse penser que la rentabilité financière de la coopérative est fragile car en plus de ses dettes, elle ne reçoit plus d’aide financière de la part de ses partenaires et vit d’une commercialisation plutôt instable. La viabilité technico-économique est le problème auquel est confrontée aujourd'hui la coopérative : peut-elle devenir autonome, c’est-à-dire continuer ses activités sans aucun soutien extérieur ?

Discussion

42Il est certain que sur le plan économique, la coopérative constitue une première source de revenus pour plusieurs femmes qui n’ont jamais travaillé à l’extérieur de leur foyer. Il s’agit donc d’un changement énorme dans leur vie et sur lequel elles mettent beaucoup d’espoir. La coopérative représente donc une nouvelle occasion d’avoir un revenu susceptible d’atteindre 5 000 dirhams par an (Nouaim, 2005). Ce revenu est considérable pour des femmes qui menaient jusqu’alors une vie de dépendance totale à l’homme ; sorties de leur soumission, elles ont appris à agir et à prendre des décisions librement ce qui leur a permis d'accéder à un statut social différent. On constate donc que l’existence de la coopérative est à l’origine de plusieurs changements. Au-delà de l’espace de travail que la coopérative propose aux femmes, elle représente aussi un endroit où elles apprennent à s’affirmer, à prendre des responsabilités, où elles apprennent leurs droits et leurs devoirs.

« En général, les coopératives ont valorisé le travail de la femme, notamment pour la production et la commercialisation. Grâce à ces coopératives, l’argan vendu sous le label biologique alimente les rayons des magasins, même à l’étranger. La mise en bouteille, l’emballage, l’hygiène sont les conditions de la réussite de ce produit. Alors que le prix d’un litre d’huile d’argan extrait selon le mode traditionnel varie entre 4 et 7 euros, celui du produit de la coopérative varie entre 9 et 35 euros » (Faskaoui, 2009).

43Si on remarque les prémices d’un changement dans le comportement social des femmes de la commune de Mesti, ainsi que dans la perception des gens de la commune, aucun changement n’est noté dans leur relation avec leur environnement. Des questions fondamentales telles que : comment expliquer l’échec de la coopérative dans la préservation de l’arganeraie ? Mon enquête m’a permis de constater qu’un grand nombre de problèmes auxquels la coopérative est confrontée sont liés à l’héritage de nombreuses années de paternalisme extérieur imposé et de contrôle gouvernemental ainsi qu’à la sous-estimation des mouvements sociaux existants. On peut aussi attribuer cet échec à l’incapacité de la population concernée d’une part et à l’environnement hostile d’autre part, au fait que ces institutions soient imposées artificiellement aux populations locales.

44Outre les problèmes financiers, la coopérative n’émane pas de l’association d’usagers de la forêt ayant des droits de récolte sur des arganiers, mais elle est plutôt un regroupement de femmes qui cherchent une activité salariée. À l’instar des autres coopérativesféminines d’huile d’argan, les principales raisons évoquées par les femmes des Aît Bâamrane pour venir travailler à la coopérative sont en grande partie de nature économique (Chaussod et al., 2005). La plupart des femmes interrogées ignorent le but de la coopérative, aucune n’a exprimé sa préoccupation pour la sauvegarde de l’arganeraie. D’après l’enquête que nous avons menée sur le terrain, nous avons relevé que la préservation de l’arganeraie n’est pas au cœur des préoccupations de la population. Ceci rend la conservation et la valorisation de l’arganeraie difficile à réaliser.

45Enfin, la conjecture selon laquelle la coopérative sera à la base d’une protection de l’arganier ne s’est pas encore matérialisée : la coopérative n’a pas de terres à reboiser et l’objectif des femmes qui y travaillent est avant tout de produire de l’huile pour gagner de l’argent et avoir un revenu pour soutenir leurs familles. Même si elles ont créé une mutation dans les rapports hommes/femmes et ville/campagne, on est loin de l’objectif initial et du résultat escompté qui consiste en la préservation de l’arganeraie. D’ailleurs, l’attitude des ménages envers la forêt d’arganier ne révèle aucune tendance de sa conservation. Faut-il y voir l'échec de l’actuelle politique de développement durable ?

Conclusion

46La coopérative Tafyoucht œuvre dans un secteur d’activité qui est à la fois traditionnel et moderne. En effet, ses produits sont déjà connus des Marocains mais les nouveaux savoir-faire utilisés en font un produit de qualité supérieur et donc plus cher qui doit se faire connaître et faire sa place dans les habitudes de consommation des gens. Pour l’instant, ce sont surtout les touristes et les étrangers qui consomment les produits mais tranquillement les produits sont adoptés par les marocains qui sont un peu plus aisés, particulièrement dans les grands centres urbains. Malgré la relative nouveauté des produits, il existe une certaine compétition sur le marché. En effet, d’une part, plusieurs coopératives entrent en compétition d’une certaine façon puisqu’elles commercialisent des produits semblables sous des bannières différentes. D’autre part, il y a l’union de coopératives d’extraction traditionnelle.

47Pour les adhérentes de la coopérative, qui sont souvent des femmes veuves ou divorcées, l’utilité sociale de la coopérative est importante, mais ce modèle n’est pas forcément à généraliser. La société civile et les coopératives ne peuvent réussir que localement et de façon limitée. L’arganeraie doit s’inscrire dans une politique globale et régionale d’aménagement du territoire impliquant tous les représentants des ministères et les autorités locales, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. D’autres solutions devront être trouvées, pour définir la voie d’un développement économique en meilleure adéquation avec les valeurs socioculturelles locales et avec en première priorité la scolarisation des enfants, tout particulièrement des petites filles. Une approche participative qui ne compte que sur les seuls efforts de la population locale et une diffusion aléatoire ne peut pas atteindre des objectifs de conservation et de valorisation des ressources.

48Il faut noter que la coopérative à l’étude vit des difficultés qui ne sont pas étrangères aux autres coopératives féminines du pays (Ghazali et Diebold, 1993). Il existe certainement plusieurs solutions à mettre en œuvre pour améliorer la situation. Parmi ces solutions, notons la mise sur pieds de centres de développement régionaux pour les coopératives féminines.

Ces centres « pourraient inclure un volet de support à la commercialisation ainsi qu’un programme de formation en rendant disponible un certain bassin de ressources adaptées aux besoins et modes d’apprentissage des femmes. Il pourrait aussi servir d’organe inter-coopératif favorisant la création d’alliances entre les coopératives sur une base sectorielle et intersectorielle mais aussi avec des organisations d’intérêt pour les coopératives féminines » (Drainville, 2001).

49Cela contribuerait à ce que les coopératives féminines améliorent leur commercialisation et que les membres puissent éventuellement exercer leur pleine participation dans leur coopérative.

50La formation coopérative devient indispensable à une meilleure compréhension de la part des femmes et ainsi qu’à une meilleure collaboration (Zuniga, 1994). Ce processus pourra contribuer à ce que les femmes s’approprient leur coopérative. Il devrait permettre l'instauration d’un lien de confiance et pourrait leur faire prendre conscience que la coopérative peut avoir d’autres valeurs que la valeur monétaire.

51En tout cas, il est temps d’élaborer pour les arganeraies un plan de développement réellement durable et de le mettre en œuvre sur le terrain. Tout schéma de développement est voué à l’échec sans une politique globale et régionale d’aménagement du territoire impliquant tous les acteurs.

Haut de page

Bibliographie

Babaou Y., « Femmes et acteurs impliqués dans l’arganeraie », Tanmia.ma, 25-10-2005 <http://www.tanmia.ma/article.php3?id_article=3229&var_recherche=Yamina+Babaou++>

Charrof Z., L’arganier, levier du développement humain du milieu rural marocain, synthèse, In Colloque international : l’arganier, levier du développement humain du milieu rural marocain, Faculté des Sciences, Université Mohammed V-Agdal, Rabat, Maroc, 27-28 avril 2007.

Charrouf Z. et Guillaume D., « Huile d'argan une production devenue adulte », Les Technologies de Laboratoire, n° 6 septembre-octobre 2007.

Chriqi A., Ballaouk A., Houjjaji A., Adnan A., Bacha L., Addebbous R., « L’huile d’argan : un produit de terroir : quelle stratégie pour sa valorisation », Terre et Vie n° 71, août-septembre, 2003.

Chaussod R., Adlouni A., Christon R., « L’arganier et l’huile d’argan au Maroc : vers la mutation d’un système agroforestier traditionnel ? Enjeux et contribution de la recherche », Cahiers Agricultures vol. 14, n° 4, juillet-août 2005.

Develtere P., Économie sociale et développement : les coopératives, mutuelles et associations dans les pays en développement, Paris / Bruxelles, De Boeck Université, 171 p., 1998.

Drainville I., La contribution du modèle coopératif au développement axé sur le genre : le cas des coopératives féminines d’extraction et de commercialisation d’huile d’arganier au Maroc, Mémoire de maîtrise ès sciences (gestion et développement des coopératives), Institut de recherche et d’enseignement sur les coopératives de l’université de Sherbrooke, 160 p., 2001.

Faouzi H., L’arganeraie dans le système agraire des Haha (Haut-Atlas occidental, Maroc), Th. Doctorat, université Nancy 2, 450 p. 2003.

Faouzi H., « Tafyoucht » fonctions, défis et enjeux d’une coopérative : la préservation et la valorisation de l’arganeraie en question. Journal Libération, 29.11. 2009.

Faouzi H., « Proximité, liens sociaux et développement durable », Revue Oriental.ma, n° 03, 2008.

Faskaoui B., « Fonctions, défis et enjeux de la gestion et du développement durables dans la Réserve de Biosphère de l’Arganeraie (Maroc) »,Études caribéennes,n° 12 | (04- 2009), <http://etudescaribeennes.revues.org/3711>

Ghazali A., Diebold Ch., Les coopératives au Maroc, Fondation Friedrich Ebert, Casablanca, 174 p., 1993.

Ibnou El Kadi K., « Coopératives d’huile d’argan : activités et impact sur le développement durable », In Colloque international : l’arganier, levier du développement humain du milieu rural marocain. Faculté des Sciences, Université Mohammed V-Agdal, Rabat, Maroc, 27-28 avril 2007.

Kanouni-Bennis F., Le statut de la femme marocaine face à la crise, Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXVI, éditions du CNRS, p. 317-325, 1987.

M’Hirit O, Benzyane M, Benchekroun F, El Yousfi SM, Bendaanoun M., L’arganier. Une espèce fruitière-forestière à usages multiples, Sprimont (Belgique), Mardaga, 150 p. 1998.

Nouaïm R., L’arganier au Maroc, entre mythes et réalités, Paris, L’Harmattan, 239 p., 2005.

OXFAM-Québec Maroc, L’approche genre et le développement équitable et durable, Rapport d’atelier de formation avec la ligue démocratique pour les droits de la femme, 36 p., 2000.

Prévost P., « La formulation de stratégies coopératives et le développement du milieu », Revista uniRcoop ; Sherbrooke (Québec) Canada ; IRECUS-Université de Sherbrooke. vol. 1, n° 1, 2003.

Pumareda L., Henry F., Charrouf Z., Pauly G., Falconnet G., « Valorisation des feuilles d’arganier : impact environnemental », Bois et Forêts des tropiques, n° 2 8 7, 2006.

Tarrier M. R., Benzyane M., « L’arganeraie marocaine se meurt : problématique et bio-indication », Sécheresse, volume 1, numéro 1 avril 2003.

Zuniga, R., Planifier et évaluer l’action sociale, Les presses de l’université de Montréal, 225 p., 1994.

Haut de page

Notes

1  L’arganeraie est un écosystème dont l’arganier est l’espèce dominante.

2  À la frontière de l'aride, l'arganier (argane) fournit « tout » : excellent combustible, son bois très dense est une ressource tant pour la cuisine et le chauffage durant les froides nuits hivernales, que pour la charpenterie ou la confection d'outils agricoles ; c'est un pâturage suspendu pour les chèvres et de ses feuilles, fourrage de premier ordre, dépend un cheptel majoritairement caprin, mais aussi ovin-bovin-camelin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L'aire de l'arganier
Crédits (Source : d'après Mhirit et al., 1998).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2. Localisation de la région d'étude
Crédits (Source : H. FAOUZI).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 1. L'arganier
Crédits (cliché : web).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Photo 2. Arganeraie très dégradée dans la région de Mesti, Aït Bâamrane
Crédits  (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Photo 3. Exemple d'un arganier réduit á l'état de buisson, témoignant de la forte action anthropozoogène
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Photo 4. Bois coupé pour faire du charbon
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Photo 5. Panneau situé à l'entrée de la coopérative
Légende Sur le panneau figurent les coordonnées de la coopérative, ainsi que les sigles et logos des organismes nationaux et internationaux participants au projet
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photo 6. Dépulpage des fruits (Afiach)
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Photo 7. Le triage des coques (Akka) et des amandes (Afiach)
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Photo 8. Fruits (Afiach) séchés
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 9. Noix d'argan (Akka)
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 10. Concassage des noix d'argan (Akka)
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 11. Les amandons (Tiznine)
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photo 12. Dépulpeuse
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Photo 13. Presse mécanique
Légende L’étape de malaxage/pressage a été améliorée par recours à des presses mécaniques. Celles-ci présentent le double avantage de supprimer l’addition d’eau qui représente une source de contamination bactérienne potentielle et de permettre l’extraction de quantités beaucoup plus grandes d’huile
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photo 14. Produits exposés á la vente
Crédits (cliché : H. Faouzi, mai 2010).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7521/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Faouzi, « Impact des coopératives féminines sur la préservation et la valorisation de l’arganeraie : cas de la coopérative Tafyoucht (confédération des Ait Baamrane, Anti-Atlas, Maroc) », Confins [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 20 mars 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://confins.revues.org/7521 ; DOI : 10.4000/confins.7521

Haut de page

Auteur

Hassan Faouzi

Docteur en géographie, aménagement de l’espace et paysages, GEOFAO, Études et Ingénierie, Agadir, Marocfaouzi@geofao.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org