Navigation – Plan du site

La connaissance du climat au Brésil : entre le vernaculaire et le scientifique

O conhecimento do clima no Brasil : Entre o vernacular e o científico
The knowledge of the climate in Brazil: Between the vernacular and scientific
Francisco Mendonça

Résumés

La connaissance du climat au Brésil résulte du chevauchement entre le savoir vernaculaire et le savoir scientifique, même si dans le cadre académique la conception scientifique et technique est prédominante. Pour la plus grande partie de la population, le savoir vernaculaire (ou traditionnel) sur le climat est plus important que le savoir scientifique. Toutefois, dans le cadre de la science, le développement et la consolidation de la climatologie brésilienne ne se font remarquer qu’autour des 70 dernières années. La diffusion du principe de la météorologie dynamique était un des aspects principaux au développement de l’étude des climats brésiliens. L’analyse rythmique des types de temps et les études du climat urbain sont deux exemples du progrès et de l’originalité de la climatologie brésilienne. La question environnementale, l’utilisation des images de satellite et le débat à propos des changements globaux sont les sujets principaux d’intérêt de la climatologie brésilienne dans le temps présent. Un courant d’études lié à la perception du climat a attribué plus d’importance à la connaissance vernaculaire du climat au Brésil, en inaugurant une nouvelle opportunité à la science, une approche plus ouverte, plurielle et donc plus riche que la science strictement moderne.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Brésil

Índice de palavras-chaves :

Brasil, ciência, climatologia, conhecimento vernacular
Haut de page

Texte intégral

Frente fria entrandoAfficher l’image
Crédits : Hervé Théry
  • 1  Un résumé de ce texte a été publié à l’occasion d'une conférence que nous présentons dans le 23ièm (...)

1La connaissance de l’atmosphère des différents lieux, leurs particularités et leurs dynamiques a attiré, depuis toujours, la curiosité intellectuelle de l’homme et, en même temps, a aidé à l’organisation de l’espace par les différentes sociétés. Le milieu social humain a été construit sur une très forte interaction de l’homme avec le climat1.

2Jusqu’à ce que la société atteigne la modernité, un rapport avec la nature a prédominé dans les groupes les plus divers selon des conceptions mythiques, subjectives et libres. Cependant, la révolution scientifique et la construction de l’État-nation moderne, avec la légitimation des connaissances scientifiques en tant que moyen de promouvoir le développement et le progrès, ont ouvert une nouvelle et longue phase dans la production de connaissances sur la nature et sur la société. Les savoirs traditionnels, ou connaissances vernaculaires, se sont donc affaiblis et, progressivement, les connaissances scientifiques et techniques se sont répandues presque partout dans le monde.

3Au Brésil, cette histoire s’est produite de la même manière en raison de l’imposition de la culture européenne sur les cultures autochtones. Dans ce contexte, les connaissances sur les climats du pays, une condition nécessaire pour la survie de la société, la production économique et le renforcement de l’État, se sont développées en ignorant les connaissances traditionnelles ; les nouvelles connaissances scientifiques et techniques ont remplacé celles-ci dans toutes les institutions. Une partie de la société est fière de la connaissance scientifique, mais une grande partie de la population vit dans la croyance et dans la perspective du savoir traditionnel, un aspect sur lequel ce document porte une analyse et propose quelques exemples.

4La climatologie scientifique du Brésil, inaugurée à la fin du xixesiècle et basée sur les approches en vogue en Europe, montre une évolution rapide et une production considérable à partir du milieu du vingtième siècle. Elle présente toutefois des particularités qui en font l’originalité – comme l’analyse rythmique des types de temps, l’approche des climats urbains et la perception du climat, par exemple – et révèle une nette consolidation de nos jours, même si la langue portugaise entrave une meilleure diffusion dans la communauté scientifique internationale.

5Ce texte montre, dans le but d’une synthèse, les principales caractéristiques de l’histoire de la climatologie au Brésil, ainsi que les principales tendances des études qui y sont développées à l’heure actuelle. Le changement climatique, un sujet très à la mode en ce moment et fortement médiatisé, n’est pas traité ici, car il fait l’objet de beaucoup trop de controverses et de spéculations ; la climatologie produite par les météorologues n’est pas n’ont plus objet de la réflexion développée ici.

La connaissance vernaculaire du climat au Brésil

6Entre novembre 1997 et avril 1998, une grande partie de la forêt tropicale en Amazonie brésilienne a été détruite par l’un des incendies les plus importants de l’histoire de cette région. Le feu, à la fois naturel et criminel, a brûlé une superficie d’environ 40.000 Km². L’État le plus touché par cette catastrophe a été le Roraima – situé au nord de l’Amazonie à la frontière de la Guyane et du Vénézuéla – où les conséquences sociales, économiques, culturelles et environnementales ont été catastrophiques.

7L’ampleur de l’accident était si grande qu’une bonne partie de la presse internationale a rendu compte de tout le déroulement de la catastrophe de façon passionnée, depuis le mois de décembre 1997 jusqu’à l’extinction de l’incendie en avril 1998. Une grande partie de la couverture médiatique a consisté en de nombreuses critiques sur la faible et insuffisante action dispensée par le gouvernement brésilien face à l’accident. La presse affirmait que le gouvernement avait été très inefficace dans la lutte contre la catastrophe et l’enquête de ses causes, aussi bien que pour les mesures prises pour réparer les dommages.

8Une des surprises qui a provoqué des réactions dans la population, et aussi parmi les scientifiques, a été sa dimension géographique, en référence aux conditions climatiques de l’Amazonie largement dominée par des climats chauds allant de l’humide (Aw) au très humide (Am, selon la classification de Köppen). Un incendie de ces proportions est un phénomène qui, en général, ne serait pas en mesure de se développer sous de telles conditions climatiques, notamment en raison de l’état de l’humidité de la végétation, associé à l’eau en surface et au climat humide de la région. Toutefois, la partie nord de l’Amazonie brésilienne, dans lequel se trouve l’État de Roraima, présente des conditions climatiques différentes du reste de l’Amazonie. Le climat de cette partie du territoire, en relation avec le mouvement saisonnier de la ZCIT et l’influence du relief (Plateau des Guyanes), est de type tropical, avec une nette diminution des précipitations en hiver. Il est associé à une relation directe entre l’atmosphère, la végétation et les sols, un type commun aux climats du Cerrado (Brésil) et des savanes africaines, à alternance pluviométrique saisonnière.

Arrivée d’un front froid sur São Paulo, le 20 juin 2012, premier jour de l’hiver

Arrivée d’un front froid sur São Paulo, le 20 juin 2012, premier jour de l’hiver

Cliché Hervé Théry

9Dans un tel domaine morphoclimatique – Domaine Amazonien (Ab’Saber, 1967) – la genèse des incendies peut être naturelle ou anthropique, ce qui permet de comprendre l’occurrence de ce type de catastrophe, pour laquelle le gouvernement a demandé la contribution des météorologistes et des climatologues nationaux et internationaux afin d’aider à contrôler la catastrophe. En effet, la région concernée a connu alors une période moins humide, avec des totaux pluviométriques bien inférieurs aux conditions météorologiques normales de la région.

10Depuis le début de l’incendie, des instituts de recherches et des universités spécialisés dans la surveillance du climat ont été impliqués dans le suivi et la prévision des types de temps, mais malheureusement, les conditions météorologiques ne se sont pas accompagnées de précipitations qui auraient aidé à la lutte et au contrôle de la catastrophe dans la région, tout au long de la démonstration. Les climatologues et les météorologistes, bien que scientifiquement compétents pour analyser les causes du phénomène, ne pouvaient rien faire pour empêcher la catastrophe au début de 1998.

11Après des efforts inlassables, même s’ils ont été faibles et insuffisants, mais avec la participation des pompiers, protection civile, armée, ministère de la défense, les bénévoles de toutes sortes et la population dans les différentes actions de lutte contre le problème, il ne semblait plus y avoir aucune mesure à prendre. Les moyens de contrôler les incendies de forêt semblaient avoir tous été utilisés, au moins tous ceux qui appartiennent au domaine de la recherche scientifique et technique disponibles dans les institutions publiques et privées.

12Dans une situation de désespoir, certaines autorités de la communauté décident alors de convoquer un vieil indien, résidant dans autre région au centre du Brésil et connu pour ses capacités à faire face aux éléments climatiques, afin d’aider à contrôler la catastrophe. Il est conduit au centre de la région touchée par l’incendie et, tout de suite, commence à faire ses rituels pour la connexion et l’interaction avec le mythique, le divin et le transcendantal et, surprise, après trois jours intensifs de ses activités, la pluie tombe à nouveau et abondamment sur la surface incendiée et les flammes... En une semaine environ, le feu est totalement contrôlé et, au cours de l’année suivante, le vert s’installe de nouveau dans le paysage ; la forêt et les champs commencent un nouveau cycle. La vie et l’espoir sont revenus dans la société régionale. Un miracle, une magie qui se serait produite ? Oui, pour ceux qui croient aux miracles et à l’action magique comme celle de l’indien. Le travail de médiation entre l’homme et la nature peut aussi être perçu de façon plus complexe, comme une dimension humaine qui a toujours été présente dans l’histoire de l’humanité et que la connaissance technico-scientifique de la société moderne a méprisé sous l’influence grandissante de la modernité. Toutefois, pour les scientifiques, lafin de l’incendieétait due au début dela saison des pluies.

13Le manque de pluie, ou la réduction des totaux pluviométriques d’une région, représente l’un des enjeux les plus importants pour la société quand il s’agit de l’occurrence de grands incendies, comme dans l’exemple examiné ci-dessus. Mais les sécheresses - ou périodes de déficits pluviométriques plus ou moins longs et intenses, ont toujours eu des impacts très négatifs sur les différentes sociétés humaines ; la présence ou l’absence d’eau dans les geosystèmes est un motif de préoccupation pour les hommes. À l’époque préindustrielle, les hommes ont construit, socialement, de nombreux systèmes de croyances, de valeurs et des actions de médiation avec l’inconnu – ou le surnaturel – en faveur de leurs besoins et de l’apaisement de leurs souffrances. De telles pratiques, qui étaient hégémoniques avant la période technique et scientifique associée à la révolution industrielle, sont encore présentes dans de nombreuses sociétés d’aujourd’hui.

14Voici un autre fait curieux et intéressant lié à la compréhension vernaculaire du climat. A l’intérieur de la région nord-est du Brésil, entre les mois de novembre et décembre de chaque année, les « prophètes de la pluie » - des gens qui sont très respectés par la population régionale- font depuis le xviiie siècle des estimations des précipitations pour l’année suivante. Leurs discours ont un impact direct sur les pratiques régionales de l’agriculture, en particulier celles liées à la production alimentaire.

Caatinga dans le « polygone de la sécheresse »

Caatinga dans le « polygone de la sécheresse »

Cliché Hervé Théry

15La partie intérieure du Nord-Est du Brésil (Sertão) présente des conditions climatiques semi-arides. Dans cette région, la nature détermine fortement les conditions de la vie humaine, parce que les moyens techniques de la société sont encore insuffisants ou rudimentaires. La lutte pour la disponibilité de l’eau, en quantité et en continuité, est une activité séculaire de la vie humaine au Nord-Est du Brésil, ainsi qu’en d’autres lieux dans le monde, comme l’affirme Monténégro (2008) :

« Le désert a produit les prophètes juifs et arabes. Tous deux avec leur peuple ont toujours été préoccupés par l’eau. Dans le semi-aride nordestin l’eau, de la même façon, c’est la vie et, dans le Ceara, le prophète de la pluie est apparu. »

16La grande majorité de la population des pays du Sud vit selon des rythmes de plus longue durée (Serres, 1992), et sur cette population l’influence du climat serait beaucoup plus marquée que sur celle des pays du Nord. Pour cette dernière, la connaissance des systèmes climatiques est en grande partie maîtrisée grâce aux technologies de la météorologie de haute performance. Pour les pauvres, fortement impliqués dans les connaissances traditionnelles et vernaculaires, le climat est important pour un certain nombre de facteurs, dont nombre de connaissances plus empiriques que la science, parce que :

« l’homme du peuple, sans formation scientifique, non seulement reste sceptique devant les études réalisées par des techniciens. À son avis, les êtres humains ne peuvent pas en savoir plus que Dieu, étant dans la volonté divine de déterminer si l’année est sèche ou humide » (Monténégro, 2008).

17Mais, qui est le « prophète de la pluie » ? C’est un homme simple, en général une personne âgée et illettrée qui reçoit une importante reconnaissance pour ses capacités au sein de la communauté dans laquelle il est inséré.

« Le prophète de pluie travaille avec des signes, il en découvre dans sa recherche pour instruire sa prophétie. Comment a-t-il acquis des connaissances pour élaborer ses prophéties ? Avait-il participé à une école qui offrait des cours en météorologie ou en climatologie ? Voici précisément la différence entre le prophète de la pluie et le météorologue. Celui-ci se base sur la science pour tirer des conclusions et formuler sa réponse si l’année sera pluvieuse ou non. Le prophète de la pluie se base sur la tradition, l’observation et l’expérience. Il est un empiriste et non pas un scientifique. Le Météorologue dédaigne le prophète de la pluie, il l’envisage inférieur à lui car il ne se fonde pas sur un savoir scientifique. À son tour le prophète se moque du météorologiste pour ses prévisions erronées. Et l’homme simple se moque des deux, affirmant qu’ils se lancent dans un domaine qui n’appartient qu’à Dieu » (Monténégro, 2008).

18Les prophètes de pluies ont vécu isolés les uns des autres au cours des trois derniers siècles, mais, en raison de la croissance démographique et de l’importance économique acquise par la région dans les dernières décennies, ils ont commencé à échanger des informations et à prendre conscience de la complémentarité de leurs connaissances. Depuis la dernière décennie, ils ont organisé chaque année des réunions au mois de novembre dans la ville de Quixadá (dans le Nord-Est brésilien) pour faire des prévisions de pluie pour l’année suivante. A partir de ces réunions, les prophètes des pluies ont commencé à débattre de leurs prévisions et ont créé un très important réseau d’informations pour la population régionale.

19L’étude des climats du Brésil dans les universités et les instituts de recherche s’est développée depuis environ un siècle. Dans la plupart de ces milieux, la région Nord-Est du pays apparaît comme une région problématique en termes de climat et de temps, en raison des faibles totaux de pluies, en particulier dans le Sertão – aussi appelé « Polygone de Sécheresse».

20L’intensification de la désertification régionale, qui implique de graves problèmes dans cette région, a suscité l’intérêt scientifique des climatologues et des météorologues, brésiliens et étrangers. Au cours des deux dernières années, de manière surprenante, les réunions annuelles des prophètes de pluie et celles des météorologues ont eu lieu, en partie, de manière conjointe. Ainsi, les hommes simples et les scientifiques ont commencé à débattre un sujet qui leur est commun : La prévision des pluies pour la région. Pour curieux que cela puisse paraître, certaines des conclusions et des prévisions des uns et des autres sont très similaires. Pourquoi, donc, ne pas accorder un peu plus d’importance aux connaissances vernaculaires ?

L’étude scientifique du climat au Brésil

21La connaissance scientifique et systématique du climat tropical a débuté tardivement si on la compare aux études réalisées sur la zone tempérée de la Terre. La climatologie brésilienne s’est surtout développée à partir du xxe siècle.

22L’observation météorologique et climatologique de l’atmosphère tropicale, a été, pendant des décennies parsemée d’équivoques et d’imprécisions, ce qui a retardé sa consolidation institutionnelle. L’imprécision des observations météorologiques n’a pas seulement été causée par la méconnaissance du dynamisme de l’atmosphère de ce côté de la planète, mais aussi par l’insuffisante préparation technique de la science d’alors. De plus, les particularités de la dynamique atmosphérique des régions tropicales ont défié les chercheurs pionniers, originaires de régions dont le climat et l’atmosphère sont très différents de cette nouvelle réalité. Il faut également signaler que l’ampleur du territoire brésilien (plus de 8 millions de km2) ainsi que sa diversité de paysages ont accentué les difficultés d’élaboration d’études détaillées des climats du pays.

23Jusqu’aux années 1970, au Brésil, et encore toujours dans quelques régions tropicales, les éléments et phénomènes atmosphériques, étaient observés et mesurés par des instruments fabriqués dans des pays de la zone tempérée, étalonnés donc pour la zone en question. De plus on utilise souvent pour expliquer les phénomènes atmosphériques tropicaux, ainsi que leur dynamique, une base théorique issue d’observations et d’analyses de l’atmosphère des latitudes moyennes. C’est pourquoi le travail des météorologues et climatologues laisse encore à désirer, en effet les prévisions et tendances produites localement ne s’avèrent pas toujours exactes.

Pluies sur l’Amazone

Pluies sur l’Amazone

Cliché Hervé Théry

24Le Brésil est néanmoins un des rares pays tropicaux ayant des archives considérables de documents et de travaux relatifs à la caractérisation de sa configuration atmosphérique et climatique, cela étant principalement dû à son poids économique mondial. Les données de ces archives sont relativement récentes, ne recouvrant, de manière systématique, que le dernier siècle.

25La période postérieure aux années 1950, a été toutefois marquée par un progrès rapide des études des climats brésiliens, effet entre autres de l’influence économique et politique nord-américaine ainsi que du transfert de technologie vers les centres de recherche et vers la production économique. Ainsi, l’expansion du réseau météorologique, complétée par les images satellites et par l’approfondissement des recherches (tant dans les universités que dans les instituts de recherche), ainsi que la réalisation des SBCGs (Colloques Brésiliens de Climatologie Géographique, dès 1993), puis la création de la SBClima (Société Brésilienne de Climatologie, en 2000) et finalement le débat relatif au rôle du Brésil dans les discussions sur les changements climatiques globaux, attestent de cette nouvelle réalité.

Les antécédents

26Depuis l’arrivée des européens sur le continent américain, un des impératifs de l’exploitation et de l’occupation du Nouveau Monde a été la connaissance de la nature. Les premiers registres d’observation de l’atmosphère et des climats du Brésil datent de cette époque. C’est en effet un chapitre riche en documentation élaborée par les autochtones et par les immigrants portugais, espagnols, français, allemands, hollandais... qu’ils aient été des voyageurs ou des naturalistes (Santanna Neto, 2004).

27Mais c’est seulement à partir du xixe siècle que des observations plus systématiques et régulières des éléments et facteurs du climat ont constitué les bases de la climatologie brésilienne. À cette époque, plusieurs observations se sont dégagées, bien que mal distribuées dans le territoire brésilien, ainsi que des publications liées aux activités de l’Observatoire Impérial. Considéré comme un des premiers travaux publiés au Brésil sur la question, les oeuvres “Esboço da climatologia do Brasil” (Henrique Morize, 1889) et “O clima do Brasil” (Federico Draernet, en 1896), entre autres, ont été élaborés selon le concept de déterminisme climatique.

28Les premiers travaux ont contribué à la systématisation des données météorologiques, notamment dans le centre-sud du pays. La plupart ont été élaborés selon l’approche statistique du climat, utilisant des valeurs moyennes des éléments climatiques. L’installation des premières stations météorologiques au Brésil date du xixe siècle et, en 1909 l’INEMET (Institut National de Météorologie) a été créé. Néanmoins l’implantation d’un réseau de stations météorologiques bien distribué dans l’espace, fondamental à l’étude détaillée du climat brésilien, n’a eu lieu qu’en 1950, mesmo com alguns espaços parcialmente cobertos como a Amazonia

29C’est dans la première moitié du xxe siècle que les études climatiques au Brésil ont été marquées par la systématisation et par la description. Carlos Delgado de Carvalho a inauguré une nouvelle approche du climat du pays, moins déterministe, comme l’attestent ses publications, principalement Climatologie du Brésil » (en 1916) et « Météorologie du Brésil » (en 1917). D’autres travaux produits sur le territoire brésilien se sont tournés vers la classification météorologique (Serebrenick, en 1942) et climatique du Brésil (Soares Guimarães, en 1945) ou des États de la fédération brésilienne (São Paulo – França, en 1946) de plus grand intérêt politique et économique.

30Dans les années 1930, l’approche du climat selon la dynamique des masses d’air (Meteorologia Dinâmica, de Sampaio Ferraz, en 1934) a été introduite dans les études de l’atmosphère, au Brésil. “Massas de Ar na América do Sul” (Adalberto Serra et Leandro Ratisbona) publié en 1942, consolide cette nouvelle perspective qui englobe également le continent sud-américain. La création de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique), toujours dans les années 1930, ainsi que la plus grande participation des géographes des universités de São Paulo et Rio de Janeiro dans l’élaboration de travaux concernant l’atmosphère et le climat du pays, ont donné un nouvel élan à la climatologie brésilienne.

31On observe dans les années 1950 le déplacement de la focalisation des études climatiques du sud-est brésilien vers le nord-est et le centre-ouest du pays. Lysia Bernardes (en se basant sur l’œuvre de A. Strahler) applique la notion de dynamique atmosphérique aux climats brésiliens et publie une typologie climatique du territoire brésilien, toujours basée sur la notion en question, employée d’ailleurs encore dans l’enseignement et dans la recherche.

32Employant toujours la notion de dynamique du climat, Carlos Augusto F. Monteiro (en 1951) a publié, toujours dans les années 1950, une étude intitulée “Notas para o Estudo do Clima do Centro-Oeste Brasileiro”, Gilberto O. Andrade (en 1952) a publié “Ares e Ventos do Recife”, alors que R. M. A. Simões (en 1954) a conclu son “Notas Sobre o Clima do Estado do Paraná“, entre autres. A partir d’alors, les études relatives à la climatologie brésilienne se sont profondément attachées aux principes de l’école scandinave.

La climatologie brésilienne aujourd’hui

33Tout en développant et en approfondissant les concepts de Maximilien Sorre et de Pierre Pédélaborde, s’adaptant également à la circulation et à la dynamique atmosphérique d’Amérique du Sud, Carlos A. F. Monteiro a construit le concept d’analyse rythmique appliqué à l’interprétation du climat comme phénomène géographique. Ses propositions théoriques et méthodologiques, ainsi que la grande quantité d’études élaborées sous son orientation, ont formé une école de climatologie urbaine brésilienne et une école de climatologie dynamique brésilienne (Mendonça et Danni-Oliveira, 2007).

34Les notions de climat utilisées dans la géographie brésilienne, issues majoritairement des perspectives développées par Monteiro, prennent en compte la climatologie dans sa dimension synthétique. Dans ce sens, le temps météorologique est conçu avec un composant fondamental qui, dans une succession chronologique et répétitive, se manifeste dans ce qui est « habituel » (ou plus fréquent), et non pas dans l’état moyen de l’atmosphère. Le temps météorologique est caractérisé par une manifestation « éventuelle » (un jour) alors que le climat se manifeste à travers la perception des « régimes » (variation annuelle). Ainsi, la « notion synthétique de climat provient du rythme de succession des types de temps, configurés en « chaînes » selon les successions habituelles » (Monteiro, 1999, 13-14).

35Dès les années 1960, la climatologie brésilienne s’est préoccupée davantage des échelles méso-climatiques et topoclimatiques, renforçant la dimension géographique du climat. Une profusion d’études paraissent, dirigées vers l’interaction entre le climat (nature) et les activités humaines (société). Les études autour de l’agro-climatologie et de la climatologie urbaine, qui exposent le concept de dérivation anthropogénique du climat de Monteiro, méritent d’être mises en avant. Ces études excellent par le traitement détaillé consacré à l’environnement climatique des différents lieux, elles s’acheminent également vers la collecte de directives sur la planification urbaine, agricole, régionale et environnementale, rehaussant le caractère pragmatique des connaissances sur le climat.

36La complexification du système productif, l’intensification de l’urbanisation et l’éclosion de la question environnementale font ressortir les problèmes sociaux dérivés de la dégradation de la qualité de vie et de l’environnement planétaire. Ce contexte mis en avant dans les préoccupations générales par les mouvements socio-environnementaux des années 1960 et 1970, a exigé des climatologues une plus grande participation dans la problématique environnementale, de sorte que le climat soit abordé selon une perspective plus holistique.

37L’utilisation de nouveaux instruments et de nouvelles technologies (comme l’emploi des images radar, images satellites, etc.) a fait considérablement progresser la climatologie brésilienne dans les vingt dernières années. La progression de l’équipement technologique, ainsi que la profusion de recherches et de publications attestent d’un considérable développement de la météorologie et de la climatologie nationales. Bien que l’intérêt international porté vers l’Amazonie se soit intensifié, cela étant surtout dû à son rôle extrarégional, les études régionales et locales sont encore très concentrées sur le centre-sud du Brésil. Ce n’est que plus récemment qu’une petite partie de la région nord-est a commencé à être explorée plus consciencieusement, alors que le centre-ouest et le nord du pays sont toujours dépourvus de ce genre d’études.

38Parmi les progrès considérables engendrés par la révolution technologique moderne, ceux qui ont abouti à une meilleure connaissance de l’atmosphère méritent d’être soulignés. Des résultats sont en effet observés dans la progression de la météorologie brésilienne, poussée spécialement par les enjeux autour des changements climatiques mondiaux. Dans ce scénario d’inflation médiatique, dont les protagonistes sont notamment les collègues de la physique, la climatologie tend à retourner vers la quantification et en particulier vers la modélisation du climat. Toutefois, les climatologues brésiliens sont généralement plus critiques vis-à-vis de la spectacularisation du climat que les autres scientifiques, il est évident qu’une telle position les met moins en valeur.

39La climatologie brésilienne doit encore surmonter beaucoup de défis, soit qu’ils concernent l’approfondissement de la dynamique atmosphérique tropicale soit qu’ils se réfèrent à la diversité du climat du pays. Les influences des activités humaines sur le climat, et vice-versa, constituent un des terrains de recherche les plus prometteurs sur le territoire brésilien, en raison de la taille du pays et de la diversité de ses paysages.

40Actuellement deux tendances apparaissent dans les études élaborées par la climatologie brésilienne. D’un point de vue conceptuel, on relève les études en relation avec l’analyse rythmique des types de temps, et d’un point de vue de l’espace, les préoccupations se tournent surtout vers l’étude du climat urbain.

L’analyse rythmique en climatologie

41Cherchant des chemins lui permettant de compléter les études sur la dynamique de l’atmosphère, Carlos A. F. Monteiro a proposé vers la fin des années 1960 et début des années 1970, l’analyse rythmique des types de temps comme moyen de compréhension de l’atmosphère considérée « mouvante ».

42En se basant sur la notion de types de temps de Pierre Pedelaborde et sur les questionnements autour du rythme du climat de Max Sorre, il propose une approche de l’atmosphère à partir de l’analyse du rythme des temps, ou succession d’états atmosphériques, en un lieu donné. Ainsi, le climat est défini selon ce qui arrive habituellement à l’atmosphère des différents lieux, ce qui permet de mettre en évidence tant les phénomènes et états répétitifs que les plus rares ou plus extrêmes.

43Avec cette approche, il faut faire une décomposition chronologique des états atmosphériques tenant compte de leur succession, car ils ne peuvent être observés et analysés avec précision que dans leur durée quotidienne. Les états atmosphériques pris comme types de temps se font clairement à l’échelle quotidienne et leur succession peut être observée à partir de la variation des éléments du climat en interaction avec la circulation atmosphérique. Selon Monteiro lui-même (1971, p. 9) : « le rythme du climat ne peut que être compris à travers la représentation concomitante des éléments fondamentaux du climat en unités de temps chronologique, au moins quotidiennes, compatibles avec la représentation de la circulation atmosphérique régionale, qui génère les états atmosphériques se succédant et constituant le fondement du rythme. »

Champ de blé, culture de climat tempéré, dans le Paraná

Champ de blé, culture de climat tempéré, dans le Paraná

Cliché Hervé Théry

44Pour faire l’analyse rythmique des types de temps d’une localité déterminée, il faut tenir compte de tous les éléments du climat, de l’aspect du ciel et des systèmes atmosphériques prédominants. Il est ainsi possible d’observer, selon l’évolution de l’heure et du jour, la succession de types de temps et la genèse de phénomènes intéressants dans une situation atmosphérique en particulier.

45Cette approche permet l’analyse génétique des types de temps, car elle les identifie selon l’interaction entre les attributs géographiques locaux et la circulation de l’atmosphère, et a énormément de valeur pour les études sur l’environnement, sur l’agriculture, sur la planification urbaine et régionale, entre autres. Elle se révèle importante quand il s’agit d’identifier les types de temps, particulièrement les risques naturels, ou les épisodes climatiques anormaux à un lieu donné.

L’étude du climat urbain

46L’urbanisation s’est produite au Brésil de manière extrêmement rapide entre les années 1960 et 1990. La population urbaine brésilienne est passée de 50 % (1950-1960) à approximativement 87 % (actuellement) et les villes attestent de graves problèmes socio-environnementaux urbains répercutant directement sur la qualité de vie humaine

47En raison de la flagrante dégradation de l’environnement urbain et, par conséquent, du fait que les conditions de vie en ville soient difficiles, la politique et la science brésiliennes ont orienté leurs préoccupations vers la planification et la gestion urbaines. Dans ce contexte, dans lequel le climat est de grand intérêt, l’approfondissement des études environnementales de la ville est devenu un terrain commun d’intérêt entre les géographes brésiliens (Monteiro e Mendonça, 2003).

48Monteiro (1976) a proposé une nouvelle approche pour l’étude du climat des villes, qu’il a nommée SCU – Système Climat Urbain. Parmi les trois terrains d’intérêt de l’étude du climat urbain selon cette proposition - thermodynamique, physico-chimique et hydrométéorique (Monteiro, 1976 ; Monteiro et Mendonça, 2003) – deux d’entre eux se distinguent dans la climatologie brésilienne, le terrain thermodynamique et hydrométrique. Concernant les températures de l’air dans les villes, les préoccupations liées à la formation d’îlots de chaleur, d’inversion thermiques et les situations de manque de confort thermique dérivées de l’intensification de l’urbanisation dans les régions tropicales, se sont accrues. Aussi importants sont les effets des pluies intenses, généralement saisonnières, et, en conséquence, les inondations et mouvements de terre dans les villes, qui ont de graves impacts sur l’économie et la vie humaine.

49Des limitations financières réduisent l’importance des analyses de la qualité de l’air – terrain physico-chimique – dans les études académiques du climat urbain du pays.

La Perception du climat : une intégration entre scientifiques et vernaculaires ?

50La géographie, comme les autres sciences, se trouve devant une série de questions d’ordre épistémologique depuis les dernières décennies. Certains débats durant cette période ont mis en évidence les limites de la rationalité scientifique moderne comme base pour expliquer et comprendre la réalité (Santos, 2006 ; Leff, 2006). Dans le domaine de la climatologie, une partie de ces préoccupations se sont fait sentir à partir des années 1990 quand, en raison des incertitudes et des doutes quant à la connaissance de l’atmosphère et du climat, certains climatologues se sont lancés dans l’étude de la perception du climat comme une possibilité de faire progresser la connaissance de l’interaction entre l’atmosphère et les sociétés humaines.

51Analyser et comprendre le climat à partir de la perception humaine implique une approche tout à fait nouvelle dans le cadre de l’histoire scientifique de la climatologie moderne. Cette nouveauté appelle à la sensibilité et à la subjectivité de l’homme comme moyen pour comprendre la réalité, chemin intellectuel contraire à la raison moderne. La climatologie, développée selon des fondements d’objectivité scientifique, est basée sur des « modèles physiques » qui n’intègrent pas ou intègrent peu certains facteurs d’ordre humain à caractère ethnographique, sociologique, économique. Ces facteurs conditionnent les interactions entre les hommes et le milieu physique, avec le climat en particulier, donc tout ce qui constitue ce qu’on peut appeler le « modèle social », qu’il convient d’étudier avec autant d’attention que Le « modèle physique » (Perard, 1997). Sur la base de la philosophie humaniste, en particulier la phénoménologie, la perception du climat s’approche fortement des connaissances traditionnelles des populations, donc de la connaissance vernaculaire, en attribuant de l’importance à la manière dont les hommes tissent et développent leur relation avec la nature dans laquelle ils sont impliqués. Ainsi cette branche de la climatologie vise à comprendre les représentations du climat dans l’organisation des différents espaces et modes de vie des populations.

52Il ne s’agit pas d’une approche simpliste, superficielle ou non engagée dans la production de connaissances, ni un refus de la scientificité, mais la perception du climat a pour principal intérêt la compréhension du climat d’une manière holistique et complexe. Une telle proposition présente évidemment des difficultés pour se structurer et se consolider, car la vérité scientifique est toujours hégémonique comme moyen de compréhension, ce qui confirme la conviction selon laquelle la production académique de connaissances demeure encore positiviste ou néo-positiviste. Dans le contexte de pays du Sud il est nécessaire d’impliquer à la fois l’approche scientifique pour le climat aussi bien que l’approche de la subjectivité humaine, comme l’a conçu J. Pérard (1997) qui, dans son étude sur l’Afrique tropicale a jugé que :

« pour lutter contre les risques climatiques et optimiser la gestion des ressources du climat, ces deux approches scientifiques différentes mais complémentaires sont, à notre sens, indispensables ».

53En France, en même temps qu’au Brésil, les études sur la perception du climat ont commencé à se développer notamment à partir des années 1990, caractérisant au sein de la climatologie le début d’un débat qui avait déjà été éloquent dans le cadre de l’épistémologie des sciences. En France, on peut citer, entre autres, les travaux de J. Pérard (1992 et 1997), M. Tabeaud (2000), et M. Tabeaud et M. de la Soudière (2009), ainsi que la formation d’un groupe et réseau de discussion et de recherche appelé « Réseau Perception du Climat», dont le site est http://www.perceptionclimat.net. Ce réseau compte actuellement plus d’une centaine de membres déclarant participer activement à des travaux sur la perception du climat. Ils se répartissent sur quatre continents et environ 30 pays (Bénin, Sénégal, Tunisie en Afrique, Argentine, Brésil, Canada, Mexique en Amérique, Israël, en Asie, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Italie, Roumanie, et Suisse en Europe).

54Au Brésil, Barbieri (1981) et de Pascoal (1981) ont été parmi les premiers à mettre l’accent sur la perception du climat comme un champ d’intérêt climatologique. Barbieri a traité de la perception du climat comme une composante particulière de l’évaluation de la côte touristique de Rio de Janeiro, tandis que Pascoal a concentré ses travaux sur la perception de la population sur les inondations en milieu urbain dans la ville de São Paulo. Ces deux essais empiriques ont appliqué les propositions théoriques de Monteiro (1975).

Açude à sec dans le Piauí

Açude à sec dans le Piauí

Cliché Hervé Théry

55Les travaux de Sartori (2000), développés à partir du milieu des années 1980, sont exemplaires dans l’approche de la perception du climat au Brésil, car beaucoup d’entre eux se sont tournés vers l’étude des relations entre la société et le climat, mettant en évidence les préoccupations autour de l’environnement, de l’urbanisation, des maladies, etc. Dans son ouvrage, l’auteur et son groupe de recherche développent leur analyse du point de vue scientifique en prenant en compte des critères de rigueur scientifique. Cependant, non satisfait des réponses obtenues, il s’est orienté vers l’interprétation des significations du climat et des types de temps pour l’organisation de la société et la vie des individus et des groups impliqués dans son étude.

56De nombreux autres exemples pourraient être évoqués ici, cependant, plutôt que de les citer en grand nombre, il semble plus approprié de souligner le caractère novateur qu’ils inaugurent pour les études en climatologie développées au Brésil. Il ne s’agit pas d’interpréter ces quelques exemples de travaux comme des actions révolutionnaires dans le domaine de la climatologie moderne, même s’ils intègrent à la fois des démarches philosophiques, méthodologiques et empiriques divergentes dans leurs façons d’aborder les phénomènes climatiques. En prenant cette approche au sérieux, la climatologie reconnaît l’importance et la valeur du sens commun, des savoirs traditionnels et des connaissances vernaculaires pour l’analyse et la compréhension de la réalité.

Conclusions

57Dans de nombreux pays, comme le Brésil, où existe un riche chevauchement entre la société moderne et la société traditionnelle, il devient très insuffisant de parler d’une connaissance du climat uniquement dans une perspective scientifique « moderne ». Une telle attitude, si prédominante dans les milieux universitaires et institutionnalisés de la société et qui relègue la connaissance vernaculaire à une importance de second plan, doit être repensée.

58Les exemples présentés dans ce texte, tels que l’incendie dans l’État de Roraima, le travail des « prophètes des pluies », le réseau de perception du climat, les travaux de Sartori, et beaucoup d’autres, mettent en évidence des approches qui intègrent les savoirs traditionnels, vernaculaires et scientifiques, sans les considérer nécessairement comme des vérités qui s’excluent les unes les autres, mais plutôt comme étant complémentaires pour comprendre la réalité. Cette approche vise à comprendre les phénomènes climatiques et à interpréter leurs différentes manifestations dans une démarche de recherche intégrant nature et société.

59La connaissance des climats du Brésil résulte donc de ces deux volets étroitement liés, c’est à dire le savoir vernaculaire et la connaissance scientifique. Le premier résulte de l’histoire des rapports entre la société et la nature qui ont érigé le Brésil. Le second, plus récent, est issu des processus historiques de transfert des conceptions du monde élaborées dans l’Europe médiévale et de l’époque moderne, mais qui se sont matérialisés avec la mise en place des sociétés industrielles, pour lesquelles la rationalité et l’objectivité dans l’observation du réel a donnée naissance à un nouveau type de connaissance.

60La climatologie scientifique brésilienne représente, à sa manière, l’histoire de la climatologie de l’Occident. Elle est fondée sur une caractéristique séparatiste et fortement influencée par la météorologie, mais, au milieu du xxe siècle, elle change d’orientation et l’approche dynamique de l’atmosphère lui apporte une autonomie qui s’est affirmée depuis. Les points les plus évidents de son originalité sont notamment l’analyse rythmique des types de temps et l’étude des climats urbains. Les principales propositions théoriques et méthodologiques ont été faites par Monteiro (1971 et 1975) et elles ont reçues, au cours des dernières décennies, d’importantes contributions à partir d’innombrables études de cas répandus dans l’ensemble du pays, notamment avec l’utilisation de techniques plus sophistiquées pour l’analyse climatique.

61Dans le même temps qu’elle s’est imposée comme un champ de grande importance à la connaissance scientifique, la climatologie du Brésil a produit des travaux qui ont ouvert des possibilités d’analyse pour comprendre les imbrications et interactions entre le climat et la société. L’approche de la perception du climat ouvre une nouvelle possibilité d’étudier les interactions entre la société et la nature, à la fois au Brésil et à l’étranger, en reconnaissant l’importance des savoirs traditionnels. Les prémices holistiques ont permis de situer l’étude du climat dans le cadre de la théorie de la complexité qui, d’une certaine manière, a ouvert le champ des possibilités pour la formation d’une nouvelle rationalité dans la production de connaissances : une rationalité basée sur la complémentarité entre la rationalité scientifico-technique en vigueur dans la société « moderne » et la rationalité plus ancienne, fondée sur la logique subjective des relations entre les homes, et entre eux et la Nature.

Haut de page

Bibliographie

Ab’saber A.N., Domínios morfoclimáticos e províncias fitogeográficas no Brasil. Revista Orientação n. 3, São Paulo : USP, 1967, p. 45-48.

Barbiére E.B.,Ofatorclimático nos sistemas territoriais de recreação. Revista Brasileira de Geografia 37(4), 1981, p. 23-109.

http://www.perceptionclimat.net, consulta realizada em 12/01/2010.

http://agroeco.inpa.gov.br , consulta realizada em 12/01/2010.

Leff H., Racionalidade ambiental : A reapropriação social da natureza, Rio de Janeiro, Editora Civilização Brasileira, 555 p., 2006.

Mendonça F., Danni-Oliveira I. M., Climatologia : Noções básicas e climas do Brasil. São Paulo : Oficina de Textos, 206 p., 2007.

Monteiro C.A.F., O estudo geográfico do clima. Cadernos geográficos, Florianópolis, ano I, n. 1, Maio, 72 p., 1999.

Monteiro C.A.F., Teoria e clima urbano, São Paulo, IGEO, 181 p., 1975.

Monteiro C.A.F., Analise rítmica em climatologia : Problemas da atualidade climática em São Paulo e achegas para um programa de trabalho, Climatologia, 1 – Folheto 21pgs – Ilustrado, São Paulo, Instituto de Geografia da USP, 1971.

Monteiro C.A.F., Clima, Geografia do Brasil – Grande região Sul, vol. IV, Tomo I, Rio de Janeiro, IBGE, 1968, p. 117-160.

Monteiro C.A.F., Mendonça F., Clima urbano, São Paulo, Contexto, 192 p., 2003.

Montenegro A.F., Ceará e o profeta da chuva, Fortaleza, Edições da UFC, 356 p., 2008.

Paschoal W., As inundações no Cambuci : percepção e reação do habitante e usuário de uma área central da metrópole a um de seus problemas mais sérios, Dissertação (Mestrado em Geografia), São Paulo,USP, 123 p., 1981.

Perard J., Orages au Bénin : Modèle scientifique, modèle traditionnel. Cahier n. 14 du Centre de Recherches en Climatologie, Dijon, Univ. de Bourgogne, 1992, p. 33-40.

Perard J., Risques climatiques et espace vécu dans le domaine intertropical. Le climat, l’eau et les hommes – Ouvrage en l’honneur de Jean Mounier, Rennes, PUR, 1997, p. 105-111.

Santanna Neto J.L., História da climatologia no Brasil – Gênese e paradigmas do clima como fenômeno geográfico, Cadernos geográficos, Florianópolis, n. 7, Maio, 124 p., 2004.

Santos M., A Natureza do Espaço : Técnica e Tempo, Razão e Emoção, São Paulo, Editora da Universidade de São Paulo, 4. ed., 260 p., 2006.

Sartori M.G.B., Clima e percepção, Tese de Doutorado em Geografia, São Paulo, USP, 488 p., 2000.

Serres M., Le contrat naturel, Paris, Flammarion, 191 p., 2000.

Tabeaud M., Les orages dans l’espace francilien, Paris, Publication de la Sorbonne, 116 p., 2000.

Tabeaud M., Soudière M., Chemins de neige – Texte à deux voix, Ethonologie française, 2009/4 (vol.39), 2009, p. 623-630.

Haut de page

Notes

1  Un résumé de ce texte a été publié à l’occasion d'une conférence que nous présentons dans le 23ième Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, Rennes/France 2010 sous le titre« La climatologie brésilienne : Petite histoire et principales tendances ». Le resumé est publié dans les Actes de ce colloque.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arrivée d’un front froid sur São Paulo, le 20 juin 2012, premier jour de l’hiver
Crédits Cliché Hervé Théry
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Caatinga dans le « polygone de la sécheresse »
Crédits Cliché Hervé Théry
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Pluies sur l’Amazone
Crédits Cliché Hervé Théry
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Champ de blé, culture de climat tempéré, dans le Paraná
Crédits Cliché Hervé Théry
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7610/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Açude à sec dans le Piauí
Crédits Cliché Hervé Théry
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7610/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francisco Mendonça, « La connaissance du climat au Brésil : entre le vernaculaire et le scientifique », Confins [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 23 juin 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://confins.revues.org/7610 ; DOI : 10.4000/confins.7610

Haut de page

Auteur

Francisco Mendonça

Professor Titular, Departamento de geografia, UniversidadeFederal do Paraná, 03fam10@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Confins

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org