Navigation – Plan du site
Resenhas

Sans-Terre au sud du Brésil

Sem-terra no Sul do Brasil
René Somain
Référence(s) :

Karthala

collection Signes de temps

ISBN : 978-2-8111-0707-9

344 pages

Préface de Luc Boltanski

Texte intégral

1Le livre de Susana Bleil, brésilienne et maître de conférences à l’Université du Havre, est la reprise pour un plus large public de sa thèse en sociologie soutenue en mai 2009 à Paris (EHESS). Elle est publiée par maison d’édition Karthala, qui a été fondée pour publier et diffuser des textes sur les questions internationales en rapport avec les pays du Sud.

2Pour l’essentiel, le livre retrace l’occupation d’une terre par seize familles de paysans Sans-Terre. Après avoir retracé – pour le public français – le contexte rural des années 1960-1980 et la singularité des militants Sans-Terre et de leur organisation emblématique, le MST, elle expose rapidement sa méthode de recherche « entre la voix et le regard ». La première partie montre comment la  concentration de la terre est devenue un problème public, en raison de la force et violence des hiérarchies sociales, de la persistance des antagonismes sociaux, du « pouvoir et de la violence illimités des propriétaires terriens », qui a été un choc pour les colons européens et les a amenés à réagir: « Nous ne sommes pas des esclaves ! »

3Elle montre ensuite comment s’est développé dans ces années un véritable engagement de l’Église, alors fortement marquée par la théologie de la libération, un engagement radical où le rôle des intellectuels français a fortement contribué à une constitution de la critique sociale. Elle évoque les grandes figures qui l’ont portée, figures religieuses comme les évêques Pedro Casaldàliga et Helder Câmara, le théologien franciscain Leonardo Boff, le dominicain frei Betto. Elle analyse également les composantes politiques du mouvement (les méthodes d’analyse marxiste plus que l’adhésion au matérialisme historique) et composantes pédagogiques (celles de Paulo Freire).

4La deuxième partie suit l’évolution de l’assentamento (zone de colonisation) Santa Maria,  organisé en coopérative agricole (COPAVI), depuis le portrait des fondateurs et le récit de l’occupation initiale. Elle montre comment l’action militante a visé d’abord à faire que la communauté se structure autour de la « famille élargie », étende la « famille » aux proches et gagne progressivement la confiance des habitants de Paranacity, la ville voisine, au début hostiles à leur occupation.

5Susana Bleil termine, dans la troisième partie, par l’analyse du sens quasi religieux, bien que nettement sécularisé, de la mistica, la fête du dixième anniversaire de leur communauté. Il s’agit de «  faire mémoire  » au sens fort du terme, pour les membre de la coopérative et tous les amis venus les rejoindre à cette occasion, au terme de ces dix ans de lutte, ce que Susana Bleil appelle « l’enchantement par la mística ».Pour cette  communauté militante l’occupation de terre, a été un « rite de passage » et après les épreuves quotidiennes au sein de la COPAVI elle a permis « la régénération de l’engagement politique par la mística ».

6L’ouvrage vaut donc principalement par la qualité et la finesse de l’analyse sociologique et politique de ce cas exemplaire. Mais pour le public de Confins on ne peut que regretter l’indigence des cartes des pages 334 et surtout 335, laides et imprécises.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7787/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Somain, « Sans-Terre au sud du Brésil », Confins [En ligne], 15 | 2012, mis en ligne le 23 juin 2012, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://confins.revues.org/7787

Haut de page

Auteur

René Somain

Geógrafo, renesomain@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Confins

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org