Navigation – Plan du site
Dossier Oyapock

Usages et gestion du domaine forestier de Regina/Saint-Georges

Uso e gestão da floresta Regina/Saint-Georges, Guiana Francesa
Use and management of forest area of Regina/Saint-Georges, French Guiana
Pauline Sévelin-Radiguet

Résumés

Le domaine forestier de Régina/Saint-Georges fait l’objet d’une attention grandissante en Guyane française. En effet, cet espace possède plusieurs particularités. C’est le domaine le plus à l’est du département et il représente une activité d’exploitation forestière grandissante. D’autre part, sa limite sud est en contact direct avec le fleuve Oyapock qui représente la frontière naturelle entre la Guyane française et le Brésil. Afin de déterminer le réel potentiel attractif du domaine forestier de Régina/Saint- Georges, il est nécessaire d’en préciser les différents acteurs et leurs usages. Au travers de questionnaires, d’enquêtes, d’entretiens menés auprès de la population, différents intervenants ont été déterminés. L’activité d’exploitation forestière est de plus en plus importante dans ce domaine les professionnels du bois jouent un rôle considérable sur la ressource. Cette étude permet de retracer la filière bois de l’Est guyanais et  propose des perspectives d’évolution quant à l’utilisation du domaine. D’autant plus que le contexte frontalier avec le Brésil et l’ouverture prochaine du pont transfrontalier entre le Brésil et la Guyane française apporte différents questionnements sur les transformationsde l’accessibilité aux ressources de part et d’autre de la frontière. Inquiétudes qui se posent aussi bien pour les professionnels que pour les particuliers. Il est important de ne pas omettre que la population locale a également un impact fort sur les ressources qu’offre la forêt. Les activités traditionnelles de chasse et de cueillette sont beaucoup pratiquées par certaines communautés et le domaine forestier reste pour elles une source indispensable de produits alimentaires.

Haut de page

Texte intégral

1Comparée aux forêts des autres pays du plateau des Guyanes (Surinam et Guyana), aux forêts de l’Amazonie brésilienne ou encore aux autres forêts tropicales humides de l’Afrique et de l’Asie, la forêt de Guyane française a jusqu’à présent été privilégiée sur le plan de la conservation de ses espèces animales et végétales (Forget & al., 1998). Ceci s’explique, en partie, par le fait que la densité de population de cette région est très faible (de l’ordre de deux habitants au km2) et qu’elle est essentiellement concentrée le long du littoral et des fleuves (INSEE, 2010).

2Toutefois la croissance démographique de la Guyane française est très importante (+ 3,9 % par an lors des dix dernières années) (IEDOM, 2010) induisant inévitablement le développement d’infrastructures urbaines remplaçant les espaces naturels. La croissance démographique implique aussi une augmentation de la demande en bois d’œuvre du département et requiert une augmentation permanente de l’activité d’exploitation forestière.

3La forêt guyanaise est également le siège de bien d’autres activités. Si l’exploitation du bois est une activité économique importante pour la région, la forêt assure aussi aux populations locales, telles que les Amérindiens, les Créoles ou les Brésiliens, une partie de leurs moyens de subsistance qui n’est pas à négliger. La forêt fait également l’objet de nombreuses recherches scientifiques qui ont pour but de mieux connaître le massif forestier, la faune et la flore qui le composent. Les activités touristiques, elles aussi, sollicitent de plus en plus les espaces forestiers (Brunaux & Demenois, 2003).

4Notons également la situation politique et économique particulière de la Guyane française, à la fois département d’outre-mer et région ultra périphérique de l’Europe, faisant de la France le seul pays de l’Union Européenne producteur de bois tropicaux (ITD, Eu, 2010).

5Se pose ainsi la question de savoir comment gérer durablement les ressources et comment maintenir la diversité de zones naturelles de plus en plus sollicitées, tout en conservant les activités nécessaires au développement de la région et à la vie des communautés.

6Par son contexte frontalier avec le Brésil et par son importance grandissante dans l’activité de l’exploitation forestière en Guyane française (ONF, 2007), le domaine forestier de Régina/Saint- Georges, localisé à l’est du département, a fait l’objet d’une étude menée par l’Observatoire hommes/milieux Oyapock de l’INEE, institut « écologie et environnement » du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Cette étude a pour but de pouvoir quantifier et qualifier le niveau d’importance de l’exploitation forestière dans ce domaine et de qualifier les usages de la forêt que font les différentes communautés de la zone étudiée afin de déterminer l’actuelle importance des espaces forestiers dans le mode de vie des populations.

L’exploitation forestière dans l’Est guyanais

Le domaine forestier de Régina / Saint-Georges

7Le domaine forestier de Régina / Saint-Georges, localisé à l’est de la Guyane française (cf. carte 1) fait partie du domaine forestier privé de l’État et est géré par l’Office national des forêts (ONF) et couvre 375 446 ha du département (ONF, 2007).

8Cette forêt n’a été rendue accessible qu’assez tardivement, en 2003, suite à la création de la route nationale 2 (RN2) (Boudoux d’Hautefeuille, 2010), reliant Cayenne à Saint-Georges-de-l’Oyapock, grâce à la construction du pont sur l’Approuague.

9Ce domaine forestier a plusieurs particularités. C’est le domaine forestier le plus à l’est de la région et sa limite Sud est en contact avec le fleuve Oyapock, frontière naturelle avec le Brésil. La création d’un pont binational entre le Brésil et la Guyane implique un questionnement de l’impact de ce changement sur la vie quotidienne de la population guyanaise, particulièrement à Saint-Georges-de-l’Oyapock, ainsi que sur les usages du domaine forestier.

Carte 1. Localisation du domaine forestier de Régina/Saint-Georges.

Carte 1. Localisation du domaine forestier de Régina/Saint-Georges.

Source. Carte adaptée par l’auteur à partir d’une carte de l’ONF, 2007.

Cadre de l’étude

10L’Observatoire hommes/milieux Oyapock concentre ses études sur le bourg de Saint-Georges-de-l’Oyapock, pour lequel les impacts du pont vont être directs et nécessiter un approfondissement des connaissances socio-économiques. On peut cependant noter que le domaine forestier Régina / Saint-Georges est réparti principalement sur les deux communes éponymes. Il paraît donc pertinent que l’analyse s’étende également au bourg de Régina afin de déterminer plus précisément les acteurs forestiers et le rôle de toute la population sur le domaine.

11La commune de Saint-Georges-de-l’Oyapock est située sur le flanc est de la Guyane française, à la frontière avec le Brésil. Elle possède une population de plus de 4 000 habitants en 2011 d’après son maire, Mme Mathurin Brouard et connaît une croissance de 7 % par an (Manusset, 1999). La population de Saint-Georges est très hétérogène. Elle est composée d’Amérindiens (Palikur, Karipun et Galibi-Marworno) représentant près de 25 % de la population, de Créoles et Saramaka (25 %), de Brésiliens (38 %) et de métropolitains (12 %) (estimations OHM Oyapock, 2011). Les Brésiliens et les Amérindiens constituent environ les deux tiers de la population.

12Régina est située à 70 km au sud-est de Cayenne et à 35 km de l’embouchure du fleuve Approuague (Jolivet, 1968). Elle est composée du bourg et de trois villages : le village amérindien (représentant 29 % de la population de Régina d’après M. ANATOLE, maire de Régina) sur la piste Inery à l’entrée du bourg le village brésilien (13 % de la population) situé en bordure de fleuve, et le village Hmong sur la piste Corossony (27 % de la population). On y trouve également des Créoles (22 %) et des Métropolitains (9 %). Actuellement, M. Anatole estime que la population de sa commune atteint près de 600 habitants et même 1 500 en comptant les illégaux, presque tous brésiliens.

La filière bois du domaine de Régina/Saint-Georges : une disparité de l’exploitation

13En Guyane française, la filière bois, initiée au début des années 1970, est en rapide progression. En 10 ans, entre 1978 et 1988, elle a vu sa quantité de sciage multipliée par trois. Chaque année l’exploitation augmente d’une superficie d’environ 11 000 ha, représentant 0,13 % de la surface boisée du département (FAO, 1993 in Forget & al., 1998). L’exploitation forestière de Guyane produit en 2009 un peu plus de 85 000 m3 d’après l’ONF avec près de 61 % de l’exploitation entre le Centre Est et l’Est.

14Du fait de la création récente de la RN2 reliant Saint-Georges à Cayenne, les forêts de l’Est guyanais font l’objet de nouvelles attentions, notamment pour l’activité d’exploitation forestière. L’exploitation dans le domaine forestier de Régina / Saint-Georges a débuté en 2004 et ne cesse d’augmenter depuis ce jour. Elle représentait 25 600 m3 en 2009 soit 30 % de l’exploitation totale de la Guyane, objectif que s’était fixé l’ONF pour la période 2007-2011 (ONF, 2007). En 2010, elle est même passée à 38 % avec les quatre cinquièmes de l’exploitation se faisant dans le secteur de Régina.

15L’activité d’exploitation forestière actuelle à Saint-Georges se limite à trois petits exploitants. Chacun possède une parcelle de petite taille (≤ 300 ha) sur laquelle il pratique également l’activité de sciage à l’aide d’une « scie mobile » à usage manuel (cf. Figure 1).

Figure 1. Scie mobile.

Figure 1. Scie mobile.

Crédit. Pauline Sévelin-Radiguet.

16Cette double pratique fait la particularité de l’activité forestière à Saint-Georges par rapport aux autres exploitants. Le domaine d’exploitation n’est pas très étendu dans la zone de Saint-Georges, une seule piste forestière est pour l’instant ouverte dans ce secteur : la piste de Saut-Maripa localisée avant le bourg.

17Dans ce secteur, à l’heure actuelle, l’impact de l’exploitation forestière est minime. L’activité maximale d’exploitation se fait plus au nord dans la région de Régina où deux scieries de taille industrielle et un exploitant sont titulaires de plusieurs parcelles forestières. Ces entreprises plus importantes exploitent entre 1 000 et 1 700 ha.

18Bien que de grosses entreprises soient installées sur le domaine, il reste encore peu exploité proportionnellement à sa superficie totale (cf. Carte 2). D’autant plus que peu de sociétés installées sur le domaine ont pour perspective d’augmenter leur prélèvement.

Carte 2. Localisation des parcelles exploitées sur le domaine.

Carte 2. Localisation des parcelles exploitées sur le domaine.

Source. Carte adaptée par l’auteur à partir d’une carte de l’ONF, 2007.

  • 1  Ce secteur est organisé autour des métiers de la scierie.

19Le secteur de la première transformation du bois 1 dans la zone de Saint-Georges se résume ainsi aux scies mobiles de la piste de Saut-Maripa qui ne permettent pas de couper plus de 1 000 m3 chacune par an. Les scieries industrielles localisées à Cacao ou à Cayenne ont approvisionné la Guyane en près de 11 000 m3 de bois pour l’année 2010.

  • 2  La deuxième transformation du bois apporte de la valeur ajoutée aux produits issus de la première (...)

20Le secteur de la seconde transformation2 est quant à lui peu développé dans l’Est guyanais, seuls trois menuisiers sont présents dans le bourg de Saint-Georges et les quantités de bois qu’ils se procurent auprès des scieurs sont minimes (de l’ordre de quelques m3 par an). De plus, ce secteur d’activité connaît beaucoup de concurrence à Saint-Georges du fait de sa proximité avec le Brésil. Cinq menuisiers ont été répertoriés entre Vila Vitória, qui fait directement face à Saint-Georges, et Oiapoque localisé à quelques kilomètres en amont sur le fleuve Oyapock. Ces professionnels proposent souvent des tarifs de vente deux fois moins élevés que ceux pratiqués par les menuisiers français. Les particuliers de la Guyane entière, profitant de ces tarifs préférentiels, viennent se fournir en meubles et autres produits de la seconde transformation au Brésil. La douane de Saint-Georges comptabilise 21 déclarations d’importation de produits à base de bois provenant du Brésil, pour une période de trois mois (décembre 2010 – février 2011). Ces chiffres ne comprenant que les produits d’une valeur supérieure à 300 euros, ils permettent de supposer que le nombre de produits importés est bien plus important. Cette situation déséquilibrée ne permet de fait pas de faciliter le développement du secteur de la seconde transformation à Saint-Georges.

21Dans le bourg de Régina, la pression brésilienne se fait moins sentir mais l’activité est peu développée ; un seul menuisier est présent. Ses clients sont principalement des particuliers de Régina ou de Cayenne. Deux artisans d’art utilisent également les ressources en bois du domaine forestier. Leurs besoins ne sont pas importants mais ils rencontrent certaines difficultés à s’approvisionner en essences forestières particulières qui ne sont pas récoltées par les exploitants.

22L’organigramme (cf. Figure 2), en visualisant la filière bois partant de l’Est guyanais, permet de préciser le cheminement du bois prélevé dans le domaine forestier de Régina / Saint-Georges, les différents acteurs qui interviennent dans la filière et les relations qui les lient.

Les difficultés de l’exploitation forestière

Inconvénients du contexte tropical

23Malgré la volonté d’augmenter la production de bois en Guyane, celle-ci est nettement moins importante que la production de bois en France métropolitaine (cf. Figure 3) alors que sa surface boisée représente le tiers de la surface forestière de la métropole.

Image4Figure 3. Production, commerce et consommation de bois de feu, de bois rond et de sciage en 2008 (milliers de m3).

Figure 3. Production, commerce et consommation de bois de feu, de bois rond et de sciage en 2008 (milliers de m3).

Source. FAO, 2011.

24Cela s’explique par les difficultés d’exploitation forestière en milieu tropical du fait de la saisonnalité, de l’accessibilité à la ressource et de la dispersion des essences commerciales. De plus le rendement de matière lors de la première transformation est plus faible qu’en métropole (35 % contre 55 %) (Interprobois Guyane, 2010). S’ajoute à ces difficultés, un gros problème de main d’œuvre. En effet, les conditions de travail sur les exploitations sont très difficiles. Les ouvriers forestiers, surtout dans les petites exploitations, vivent sur leur lieu de travail en plein milieu de la forêt tropicale avec pour chambre un simple carbet couvert d’une bâche (cf. Figure 4) et pour salle de bain les petites criques que procure la forêt.

Figure 4. Carbet couvert de bâches.

Figure 4. Carbet couvert de bâches.

Crédit. Pauline Sévelin-Radiguet.

25Ainsi, les exploitants forestiers ont beaucoup de mal à recruter et à fidéliser la main d’œuvre qualifiée. La plupart des Guyanais étant démotivés, les exploitants recrutent principalement des Brésiliens qui sont à 80 % sans papier d’après l’agent de l’ONF de Saint-Georges. Ce travail d’exploitation n’est pas attractif pour les ouvriers qui doivent vivre loin de leur famille et dans de mauvaises conditions.

La volonté de la Guyane d’augmenter sa production

26Afin de garantir une autosuffisance du département en bois d’œuvre et un complément à l’approvisionnement des Antilles (Valeix, 1993), l’orientation prioritaire de la Guyane est d’augmenter la superficie d’exploitation. Malgré sa grande richesse spécifique, la Guyane n’est pas en mesure d’exporter des volumes significatifs de bois transformés –4 000 m2 de sciage en 2008 (FAO, 2011)– sur l’immense marché européen des bois tropicaux compte tenu du coût de la main d’œuvre, des difficultés d’accessibilité à la ressource forestière, de son isolement géographique et de la taille des entreprises (Valeix, 1993).

27Grâce à la scierie de Cacao, le bois du domaine forestier de Régina/Saint-Georges qu’elle exploite, fait l’objet d’une exportation relativement importante pour le marché de la Guyane. Cette scierie exporte près de 50 % de sa production de sciage en Martinique, représentant un peu plus de 3 000 m3 en 2010.

28Le marché du bâtiment, majoritairement généré par la commande publique, est le premier débouché du matériau bois en Guyane. Le secteur du BTP absorbe en effet 80 % de la production de sciage (charpente et menuiserie du bâtiment) (Interprobois Guyane, 2010). Les produits bois de la deuxième transformation sont absorbés en quasi-totalité par le marché local et ne couvrent qu’une faible partie des besoins en produits manufacturés, ce qui implique un recours à l’importation (Bonjour, 2010).

Une activité menacée par le Brésil ?

29La dynamique engagée en Guyane dans le secteur du bois entend répondre davantage à la demande de bois local et contrer le bois provenant de pays étrangers, notamment du Brésil, qui commence à pénétrer le marché guyanais (ITD. Eu, 2010).

30En effet, à l’exportation, le Brésil devient progressivement un concurrent important de la Guyane, du fait d’un coût de travail sept fois inférieur, d’un coût de transport notamment maritime plus bas et des exigences réglementaires moins contraignantes qu’en Guyane (Bonjour, 2010).

31De plus, dans le contexte transfrontalier qui nous intéresse, se pose la question de l’impact de l’implantation du pont sur l’Oyapock, entre Oiapoque et Saint-Georges. Il existe déjà des échanges entre le Brésil et la Guyane mais il est difficile d’estimer s’ils vont augmenter. Il est également difficile de déterminer si le pont va permettre à la filière bois, notamment de l’Est guyanais, de se développer. A priori, le Brésil n’a pas grand-chose à envier à la Guyane (ITD.Eu, 2010), hormis une accessibilité peut-être plus facile à la ressource. En effet, sur la côte nord du Brésil, l’exploitation forestière est très limitée. L’utilisation et l’exploitation des ressources naturelles sont régies par des lois fédérales dans l’État d’Amapá qui est d’ailleurs pour plus d’un tiers de sa surface constitué de zones en protection intégrale (Parque Nacional Montanhas do Tumucumaque et Parque Nacional do Cabo Orange) ou de terres indigènes réservées (Martine-Faure, 2010). Les petites scieries de la piste de Saut-Maripa pourraient donc peut-être vendre leur bois aux menuisiers brésiliens qui, actuellement, se procurent principalement le bois à plus de 500 km de chez eux, à Macapá, où se situe la scierie la plus proche côté Brésil.

L’importance des ressources de subsistance de la forêt de l’Est guyanais pour la population

Les usages de la forêt par la population locale

32La forêt n’est pas uniquement le siège d’une exploitation forestière, elle est également le lieu de pratiques culturelles souvent très anciennes. En dehors du bois, la forêt est source d’innombrables produits alimentaires, de matériaux ou de phytomédicaments. Le domaine de Régina/Saint-Georgesreprésente, pour certaines communautés,une ressource vitale puisque d’importantes activités de subsistance y sont pratiquées. Cette étude en a déterminé quatre principales pour lequel est fréquenté le domaine de Régina/Saint-Georges : la chasse, le prélèvement de produits forestiers ligneux (PFL) et non ligneux (PFNL) tels que les fruits de palmiers, ainsi que les loisirs (cf. Figure 5).

33L’étude révèle également que les activités menées peuvent être différentes en fonction des communautés interrogées et que l’impact qu’elles ont sur le domaine peut aussi varier.

Figure 5 . Différents usages de la forêt par la population masculine totale estimée de Régina et de Saint-Georges.

Figure 5 . Différents usages de la forêt par la population masculine totale estimée de Régina et de Saint-Georges.

Source. Pauline Sévelin-Radiguet.

Des activités très pratiquées par les Amérindiens

34La communauté amérindienne est celle qui a l’impact le plus important sur les ressources forestières (cf. Figure 6) car elle représente plus de la moitié des personnes rencontrées en forêt qui prélèvent des PFL et des PFNL et constitue la part la plus importante des chasseurs.

Figure 6. Pour chaque activité, pourcentage des différentes communautés rapporté à la population totale estimée.

Figure 6. Pour chaque activité, pourcentage des différentes communautés rapporté à la population totale estimée.

Source. Pauline Sévelin-Radiguet.

35Cela s’explique par le fait que cette population a maintenu un mode de vie basé sur les activités traditionnelles avec un grand nombre d’usages des produits forestiers (Lema, 2006). Les Amérindiens se distinguent des autres communautés présentes, à Régina ou à Saint-Georges, par leur utilisation de PFNL. Ils sont les seuls à utiliser des lianes et des feuilles de palmier. Ces usages sont liés à la construction de carbets traditionnels qui nécessite des palmes pour la toiture et des lianes pour leur fixation et celle des poteaux en bois porteurs de la structure. La communauté amérindienne prélève aussi relativement beaucoup de bois par rapport aux autres. Cela s’explique par le fait qu’elle pratique la chasse de subsistance et que les excursions peuvent durer plusieurs jours. Les abris en forêt sont principalement des carbets fabriqués avec des poteaux en bois trouvés sur place. Mais surtout bien que leurs habitations principales soient désormais européanisées (Lema, 2006), les Amérindiens construisent encore des carbets, communautaires ou personnels, traditionnels avec une armature en bois amarrée avec des lianes et un toit en feuilles de palmes. À l’inverse, les autres communautés se servent du bois principalement pour construire ou réparer les habitations.

Des activités quelquefois abusives : l’exploitation illégale de bois

36La population se fournit en produits ligneux le plus souvent de manière illégale, sans demander d’autorisation. En effet, rappelons que le domaine forestier de Régina/Saint-Georges appartient au domaine privé de l’État et est donc géré par l’ONF. Seuls 23 % des préleveurs de produits ligneux demandent une coupe de bois à l’ONF, alors que c’est son rôle de limiter le prélèvement de bois d’œuvre et d’autoriser l’achat d’un arbre par foyer tous les cinq ans (ONF, 2003). Les produits forestiers ligneux sont principalement prélevés pour l’usage personnel, mais il arrive que certaines personnes commercialisent le bois coupé. D’après l’agent local de l’ONF à Saint-Georges, il existe des prélèvements de bois illégaux sur ce secteur du domaine forestier. Entre août 2010 et janvier 2011, près de cent arbres ont ainsi été prélevés sans autorisation de l’ONF. Ils sont pour la plupart débités sur place et pris en bord de crique, non au cœur du domaine. Les essences dérobées sont de toutes sortes, petites comme grosses grumes et pas forcement de très bonne qualité. Ces différentes observations peuvent laisser penser que les grumes prélevées sont à destination du Brésil, facilement acheminées sur l’autre rive de l’Oyapock par pirogue où les Brésiliens sont connus pour être moins exigeants que les Français en matière d’essences. De plus, deux témoignages faits à l’agent local de l’ONF vont dans ce sens. Ils attestent qu’il y a des prélèvements de bois illégaux la nuit avec apport de groupes électrogènes et de spots lumineux.

37À Régina, l’agent ONF, n’observe pas de vol de bois. Les seuls pieds prélevés illégalement n’appartiennent pas au domaine forestier de Régina/Saint-Georges mais sont sur la forêt communale de Régina.

Une importante activité de chasse pour une grande partie de la population

38La chasse joue toujours un rôle considérable dans la vie quotidienne locale, quelles que soient les communautés. Elle est l’activité en forêt la plus pratiquée avec les loisirs. Ce sont 52 % de la population totale masculine estimée qui chassent dans le domaine forestier de Régina / Saint-Georges. Amérindiens, Créoles et Brésiliens (cf. Figure 5) pratiquent encore beaucoup cette activité dans ce domaine. Au contraire, les métropolitains ont un impact très limité sur la faune sauvage. Ils fréquentent la forêt comme ils le font en métropole. Ils y vont principalement pour leurs loisirs. Ceux qui chassent sont marginaux et non représentatifs du comportement global de cette communauté. La chasse peut également être perçue par cette communauté comme un loisir. Tout comme pour la communauté créole qui pratique encore beaucoup cet exercice. Toutefois, les Créoles sont peu nombreux à vivre en forêt ou à pratiquer la chasse de subsistance ; la plupart d’entre eux ne chassent qu’occasionnellement (Thoisy & Vie, 1998).

  • 3  Les Caboclos sont des métis descendants d’Européens blancs et d’Amérindiens. Ils forment de nos jo (...)

39Les Brésiliens, quant à eux, ont sans doute une activité sous-estimée dans cette étude. D’une part du fait de l’impossibilité de déterminer leur nombre exact sur les territoires de Saint-Georges et de Régina car un certain nombre d’entre eux est en situation précaire. D’autre part, du fait de leur situation, ils ne déclarent sans doute pas toutes leurs activités à la hauteur de leurs pratiques réelles car ce sont pour un bon nombre des Caboclos3 qui connaissent et vivent de la forêt comme les Amérindiens (Grenand & Grenand, 1990).

Persistance des activités de subsistance

40Pour ajouter des informations à cette étude, la situation professionnelle des informateurs a été demandée. Les résultats montrent qu’elle n’a pas d’incidence sur la pratique des activités et usages forestiers. Les personnes n’étant pas salariées fréquentent autant la forêt que celles qui le sont. Les activités de chasse, de prélèvement de PFNL et de PFL sont pratiquées sans différence significative entre les deux statuts. Ce résultat indique que malgré tout, les activités sont majoritairement des activités de subsistance et qu’elles restent non négligeables dans le mode de vie des communautés. La forêt a toujours un rôle d’approvisionnement important pour les populations locales.

La forêt, lieu de loisirs

41Toutefois, à côté de son rôle dans les activités de subsistance, la forêt est également considérée comme un lieu de loisirs et de détente. La population, regroupant toutes les communautés, profite de la forêt à 47 % pour se promener, organiser des sorties en famille ou faire des activités sportives comme la course à pied ou la randonnée. D’autres activités plus marginales sont aussi pratiquées. Certaines personnes vont en forêt pour photographier la flore et la faune sauvage ou encore capturer des animaux, tels les picolettes, oiseaux très prisés en Guyane française pour leur chant qui donne lieu à des concours, ou les gros insectes tropicaux. La chasse ainsi que la cueillette peuvent être également considérées comme des loisirs par certaines personnes interrogées.

Le potentiel touristique important du domaine

42Le tourisme, activité qui n’a pas été prise en compte dans cette étude représente également, en Guyane, un lien direct avec la forêt. Le domaine forestier de Régina/Saint-Georges, bien qu’il ne possède que très peu d’équipements d’accueil du public, connaît néanmoins un potentiel d’attraction touristique assez important (ONF, 2007). La création de la route nationale 2 reliant Régina à Saint-Georges a rendu accessible le domaine forestier à toute personne souhaitant s’y aventurer. De nombreux sites remarquables peuvent être visités de manière autonome, tels des sites archéologiques découverts pendant les travaux d’aménagement de la route, les savanes-roches en grande quantité dans cette zone (savanes-roches Virginie, Annabelle, 14 juillet), mais aussi la montagne couronnée Fortuna-Kapiri, ainsi que les criques directement accessibles de la route ou plus éloignées en forêt (criques Gabaret, Armontabo).

Les différentes voies d’accès au domaine forestier

43Le domaine forestier de Régina/Saint-Georges est facilement accessible par la population: d’abord grâce à la RN2 qui parcourt le domaine sur toute sa longueur ;ensuite grâce à un certain nombre de pistes forestières, telles la piste de Saut-Maripa à Saint-Georges, la piste Kapiri ou encore la piste de la rivière Mataroni sur la RN 2. Enfin la forêt est accessible par les voies d’eau : Oyapock, Approuague ainsi que par les petites criques. Ce sont d’ailleurs les voies fluviales qui sont les plus utilisées par la population. La majorité des personnes se rendant en forêt y vont en pirogue. La voiture est également utilisée bien que beaucoup se déplacent encore à pied. Malgré ces nombreuses voies d’accès, la grande majorité du domaine forestier reste encore bien préservée de l’impact des activités anthropiques. La plupart des personnes allant en forêt y vont à la journée et ne parcourent en général pas plus de 5 km de piste (Grenand, 2002). La carte 3 représente les différentes voies d’accès au domaine ainsi qu’une approximation des zones impactées par l’Homme. Un fait important à préciser est que le domaine forestier étudié est le lieu de passage de nombreux clandestins du fait de sa proximité avec le Brésil. Un nombre non quantifiable de Brésiliens traverse à pied la forêt pour rejoindre les sites d’orpaillage illégaux situés pour partie sur l’Approuague. Il est sûr que cette population a un impact sur la forêt notamment sur la faune sauvage et le prélèvement de bois. Toutefois, leurs impacts ne peuvent être ni bien quantifiés ni localisés. On peut simplement supposer que leurs passages se situent davantage au cœur du domaine forestier que dans les zones fréquentées par les populations locales.

Carte 3. Estimation des voies d’accès et des zones impactées par les activités anthropiques.

Carte 3. Estimation des voies d’accès et des zones impactées par les activités anthropiques.

Source. Carte adaptée par l’auteur à partir d’une carte ONF, 2007.

Conclusion

44L’exploitation forestière en Guyane française reste une activité faiblement pratiquée comparée à celle de la métropole. La seule forêt tropicale de l’Union Européenne est principalement vouée à une protection et à une conservation des ressources naturelles. Malgré tout, pour répondre à la croissance démographique et à l’augmentation des besoins en logements et bâtiments divers, l’exploitation forestière est une activité qui se développe. Le domaine forestier de Régina / Saint- Georges fait déjà l’objet d’une exploitation de bois distribué dans toute la Guyane et pour une petite partie aux Antilles et en métropole. Bien que le nord-est du domaine soit déjà exploité, la forêt de Régina / Saint-Georges représente un potentiel attractif encore très important pour la filière bois. Elle va être le siège principal de l’exploitation pour au moins les vingt prochaines années.

45De par le contexte frontalier du domaine avec le Brésil et à l’approche de l’ouverture du pont binational sur l’Oyapock, la filière bois de l’Est guyanais se questionne sur les échanges possibles entre les professionnels du bois de la Guyane et ceux du Brésil. La progression de l’activité d’exploitation et l’impact du pont sur la filière pourront être évalués d’ici quelques années.

Figure 7. Organigramme relationnel des acteurs de la filière bois de l’Est guyanais.

Figure 7. Organigramme relationnel des acteurs de la filière bois de l’Est guyanais.

Source.: Pauline Sévelin-Radiguet.

46De plus, la forêt n’est pas uniquement le lieu d’une exploitation de bois. Cette étude a montré qu’elle est également la source de nombreux produits alimentaires et artisanaux utilisés par les communautés locales. Celles-ci continuent de pratiquer un certain nombre d’activités en forêt et leurs usages culturels perdurent dans le temps. La forêt constitue un avantage économique certain pour les ménages par la disponibilité en gibier, en fruits et autres produits forestiers, encore beaucoup consommés. Les Amérindiens s’adonnent abondamment à des activités en forêt, mais ce ne sont pas les seuls. Toutes les communautés en profitent selon leur culture et leurs traditions.

  • 4  Ces zones appelées « zones de droits d’usage collectifs » (ZDUC) font appel à l’Article L91-2-1 du (...)

47Malgré tout, certains conflits existent. Il ne faut pas oublier que le domaine forestier étudié appartient au domaine privé de l’État. Les communautés de Régina et de Saint-Georges n’ayant pas de zones de droits d’usage collectifs (ZDUC)4, elles sont amenées à prélever dans le domaine de l’État pour subvenir à leurs besoins. L’Office national des forêts qui gère cette forêt, tolère certains prélèvements mais en contrôle d’autres. Les populations se voient actuellement dans l’obligation de payer des ressources auxquelles elles avaient dans le passé libre accès. Les différentes enquêtes menées durant cette étude font ressortir un sentiment d’inquiétude quant à la possibilité de continuer ouvertement la pratique d’activités traditionnelles de chasse et de cueillette. Il se pose donc la question de savoir si la législation est adaptée aux pratiques culturelles et si les pouvoirs publics sont bien informés des besoins et des usages des différentes communautés de Guyane.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bonjour I., « Les domaines « d’excellence régionale » aux services du développement économique – La filière forêt & bois en Guyane », In : Séminaire convergence, Martinique : FEDER, 2010.

Bordères M., « Les problématiques de gestion durable du massif forestier guyanais », Revue forestière française, Nancy, n.55, pp. 219-235, 2003.

Boudoux d’Hautefeuille M., Routes et développement en espace amazonien – une évaluation socio-économique à partir de trois cas d’étude guyanais, Guyane : WWF, 79 p., 2010.

Brunaux O., Demenois J., « Aménagement forestier et exploitation forestière en forêt tropicale humide guyanaise », Revue forestière française, Nancy, n.55, pp. 260-272, 2003.

FAO, Situation des forêts du monde 2010, Rome : Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, 176 p, 2011.

Forget P.-M., Gourlet-Fleury S., Vannière B., « Exploitation, chasse et régénération naturelle sont-elles compatibles en forêt guyanaise ? », Conserver, gérer la biodiversité : quelle stratégie pour la Guyane ?, Paris : JATBA, 40 (1-2), pp. 79-101, 1998.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Grenand F. & Grenand P., « L’identité insaisissable - Les Caboclos amazoniens », Etats et sociétés nomades, n.120, pp. 17-39, 1990.
DOI : 10.3406/rural.1990.3287

Grenand P., « Introduction générale », La chasse en Guyane aujourd’hui : vers une gestion durable ?, Cayenne, pp. 1-6, 2002

Innovation, Territoires et Développement en Europe (ITD. Eu), Etude sur les enjeux de l’intégration économique régionale pour les PME/PMI de la Guyane, Rapport intermédiaire, Paris : ITD.Eu, 59 p., 2010.

Institut d’Emission des Départements d’Outre-mer (IEDOM), « Panorama de l’économie de la Guyane », Guyane : Rapport annuel 2009, Paris : IEDOM, pp. 23-74, 2010.

Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), (2010), Insee Guyane – Présentation de la région, [en ligne], disponible sur <http://www.insee.fr/fr/regions/guyane /default.asp ?page =faitsetchiffres/presentation/presentation.htm>, (consulte le 01.06.2011).

Interprobois Guyane, La filière forêt et bois en Guyane - Rapport de synthèse, Cayenne : Interprobois Guyane, 12 p., 2010.

Jolivet M.-J., Une commune traditionnelle de la Guyane française : L’Approuague, Cayenne : ORSTOM, 99 p., 1968.

Lema C., Comparaison des connaissances sur les usages des palmiers dans trois communautés (Saramaka, Créoles, Palikur) dans la région du bas Oyapock, Guyane française. 2006, mémoire de Master - Université Paris VII Denis Diderot.

Manusset S., « La question des abattis à Saint-Georges-de-l’Oyapock en Guyane française », L’Homme et la forêt tropicale, Marseille : Travaux de la Société d’Ecologie Humaine, pp. 267- 279, 1999.

Martins-Faure L., Les dynamiques spatiales en zone frontalière : Contributions pour un diagnostic de l’économie des petits exploitants agricoles, Cayenne : OHM Oyapock, 119 p., 2010.

Office National des Forêts (ONF), Régime et modalités des ventes de bois et autres produits forestiers en Guyane, Cayenne : Direction Régionale de l’ONF Guyane, 4 p., 2003.

Office National des Forêts (ONF), Forêt de Régina-St Georges : 2007-2026, Aménagement forestier, Cayenne : Direction Régionale de l’ONF Guyane, 81 p., 2007.

Thoisy B., Vie J.-P., « Faune et activités humaines : exploitation forestière et chasse en Guyane française », Conserver, gérer la biodiversité : quelle stratégie pour la Guyane ?, Paris : JATBA, 40 (1-2), pp. 103-120, 1998.

Valeix J., « La place de la forêt guyanaise dans l’aménagement du territoire », Forêt guyanaise, gestion de l’écosystème forestier et aménagement de l’espace régional, Cayenne : SEPANGUY, pp. 195-198, 1993.

Haut de page

Notes

1  Ce secteur est organisé autour des métiers de la scierie.

2  La deuxième transformation du bois apporte de la valeur ajoutée aux produits issus de la première et les met à disposition pour un usage direct par le consommateur.

3  Les Caboclos sont des métis descendants d’Européens blancs et d’Amérindiens. Ils forment de nos jours la population la plus importante du bassin amazonien.

4  Ces zones appelées « zones de droits d’usage collectifs » (ZDUC) font appel à l’Article L91-2-1 du Code du domaine de l’État qui stipule qu’en Guyane, les forêts dépendantes du domaine privé de l’État peuvent faire l’objet de cessions gratuites aux collectivités territoriales pour l’usage traditionnel de la forêt par les communautés qui les composent. Les ZDUC sont des zones de droits collectifs d’agriculture, de chasse, de pêche et de toute autre activité nécessaire à la subsistance des différentes communautés (Bordères, 2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Localisation du domaine forestier de Régina/Saint-Georges.
Crédits Source. Carte adaptée par l’auteur à partir d’une carte de l’ONF, 2007.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 1. Scie mobile.
Crédits Crédit. Pauline Sévelin-Radiguet.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 2. Localisation des parcelles exploitées sur le domaine.
Crédits Source. Carte adaptée par l’auteur à partir d’une carte de l’ONF, 2007.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-3.png
Fichier image/png, 497k
Titre Figure 3. Production, commerce et consommation de bois de feu, de bois rond et de sciage en 2008 (milliers de m3).
Crédits Source. FAO, 2011.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-5.png
Fichier image/png, 9,6k
Titre Figure 4. Carbet couvert de bâches.
Crédits Crédit. Pauline Sévelin-Radiguet.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 5 . Différents usages de la forêt par la population masculine totale estimée de Régina et de Saint-Georges.
Crédits Source. Pauline Sévelin-Radiguet.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 6. Pour chaque activité, pourcentage des différentes communautés rapporté à la population totale estimée.
Crédits Source. Pauline Sévelin-Radiguet.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-8.png
Fichier image/png, 16k
Titre Carte 3. Estimation des voies d’accès et des zones impactées par les activités anthropiques.
Crédits Source. Carte adaptée par l’auteur à partir d’une carte ONF, 2007.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 7. Organigramme relationnel des acteurs de la filière bois de l’Est guyanais.
Crédits Source.: Pauline Sévelin-Radiguet.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/7981/img-10.png
Fichier image/png, 359k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Sévelin-Radiguet, « Usages et gestion du domaine forestier de Regina/Saint-Georges », Confins [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://confins.revues.org/7981 ; DOI : 10.4000/confins.7981

Haut de page

Auteur

Pauline Sévelin-Radiguet

Étudiante en master-2 à l’Observatoire hommes/milieux Oyapock, USR 3456 CNRS Guyane, pauline.sr@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Confins

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org