Navigation – Plan du site
Dossier Oyapock

Dynamique des savoirs et des échanges d’un produit de collecte en territoire transfrontalier

Le cas du wassaï (Euterpe oleracea) dans la région du bas Oyapock
Dinâmicas de conhecimentos e trocas de uma fruta de palmeira numa região fronteiriça. O caso do açaí (Euterpe oleracea Mart.) na região do baixo Oiapoque
Dynamics of knowledge and exchanges of a non timber forest product in border territory. The case of açai (Euterpe oleracea Mart.) in the Lower Oyapock
Laval Pauline

Résumés

Le palmier wassaï (Euterpe oleracea Mart.), aussi appelé açaí au Brésil et pinot en Guyane, est natif du bassin amazonien, en Amérique du Sud. Dans cette région, il est d’une importance alimentaire majeure. En effet, on peut tirer de ses fruits un nectar très riche qui constitue une part importante de la consommation de certains peuples d’Amazonie, notamment pendant la période de fructification du palmier. Ce nectar est désormais à la mode en milieu urbain au Brésil, et s’exporte sous une large gamme de produits dérivés à l’international, grâce à ses vertus énergétiques et anti-oxydantes reconnues. Si la majeure partie de la production et de la transformation de wassaï se déroule à Belém, dans l’Etat du Pará au Brésil, de nombreuses autres filières existent à plus petite échelle, car le fruit comme le nectar, très périssables, supportent mal le transport. Cet article explicite la filière de production du nectar de wassaï du bas Oyapock, région frontalière entre la Guyane française et le Brésil. Nous étudions, du point de vue de l’ethnoécologie, les impacts de la frontière sur la dynamique des savoirs et des échanges du wassaï. Plus de 100 entretiens semi-directifs ont été menés chez les différents groupes ethniques du bas Oyapock, ainsi que des travaux d’observation participante de localisation des zones de croissance du wassaï, et un lexique spécialisé trilingue a été réalisé. Les résultats révèlent une très grande diversité de savoirs, de savoir-faire et d’usages de ce palmier, parmi les 9 groupes ethniques recensés dans la région. Ces usages sont le plus souvent spécifiques à chaque groupe, et en perte de vitesse, sauf la consommation de nectar, qui est commune à tous les groupes ethniques, en augmentation générale. Les savoirs et techniques consacrés à la domestication et à la préparation du nectar sont explicités. Dans le but de comprendre la répartition du palmier sur ce territoire, la cartographie des zones de croissance du palmier dans la région est établie en tenant compte des trois principaux écosystèmes distingués par les autochtones, ainsi que les zones de collecte et les circuits suivis par les fruits et le nectar tout au long du processus de production et de consommation. La discussion finale aborde notamment le problème du statut foncier des terres sur chaque rive du fleuve Oyapock, en Guyane française comme en Amapá, dont la situation bloquée freine l’amélioration des conditions de collecte et des volumes collectés. Enfin, nous questionnons l’impact de la construction du pont sur l’organisation des acteurs de la filière.

Haut de page

Notes de l’auteur

NB : Toutes les illustrations sont de l’auteur sauf indication contraire.

Texte intégral

1Le wassaï (Euterpe oleracea Mart.), plus connu hors de Guyane sous son nom brésilien « açaí », désigne un fruit de palmier à la chair comestible. Il est consommé depuis des millénaires sous forme de nectar dans sa région d'origine, l'Amazonie, et constitue une part importante du bol alimentaire local. Comme de nombreux fruits amazoniens, tels le guarana (Paullinia cupana), l'acérola (Malpighia emarginata), le carapa (Carapa guianensis) ou la noix du Brésil (Bertholletia excelsa), le wassaï connaît ces dernières années un développement considérable sur les marchés du Nord (Etats-Unis, Europe, Japon) où il a conquis les rayons des boissons énergétiques et des compléments alimentaires.

2Avec 116 milliers de tonnes de wassaï produites en 2009, les berges du bas Amazone sont le cœur de la production mondiale (CONAB, 2011). Cette région approvisionne principalement le plus grand marché de wassaï dénommé « Feira do açaí », situé à Belém (Pará, Brésil). Les fruits y sont vendus à de petits détaillants aussi bien qu'aux usines de transformation. De nombreuses entreprises brésiliennes et étrangères y sont implantées, transformant le produit sur place avant de l'exporter vers les métropoles brésiliennes ou à l’étranger.

  • 1  En agronomie principalement, avec les travaux de l’Embrapa, (Empresa Brasileira de Pesquisa Agrope (...)
  • 2  En 2009, l’Université Antilles-Guyane (UAG) a lancé un programme de recherche de valorisation des (...)
  • 3  L’étude réalisée a donné lieu à un mémoire de recherche (Laval, 2011

3Au Brésil, le wassaï a fait l’objet de 30 ans de recherches1 et d’appui à la filière, alors qu’en Guyane il n’a suscité que très récemment l’intérêt des chercheurs et des gestionnaires2 En 2010, l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock du CNRS a entrepris une recherche ethnoécologique sur la filière de production du wassaï dans la région du bas Oyapock, qui n’avait jamais été documentée jusqu’alors3.

  • 4  Soit de 110 à 281 Euros la tonne – selon le taux de change moyen de l’année 2004, 1 Euro = 3,63 Re (...)
  • 5  Chez les Wayãpi du haut Oyapock par exemple, il est en en tonnage, le second produit consommé aprè (...)

4Bien qu’étant un centre mineur par rapport à la filière mondiale du wassaï, et distante d'environ 800 km de son pôle central (Belém), la région du bas Oyapock n’est pas négligeable en termes de production et de consommation. Ce fruit, prisé de longue date par les peuples de la région occupe une place croissante dans l’économie locale. Entre 2004 et 2009, la valeur du produit a doublé en Amapá passant de 400 à 780 réais la tonne4 et la production du município d’Oiapoque a plus que quintuplé passant de 6 à 34 tonnes (IBGE, 2009). En Guyane, la production n’a fait l’objet d’aucune mesure, principalement parce que la filière est basée sur une collecte informelle, donc non contrôlable. Par ailleurs, la part du wassaï autoconsommée est très importante5, et n’est prise en compte par les statistiques actuelles ni au Brésil, ni en Guyane. D’autre part, la région du bas Oyapock connaît des changements sociaux, économiques et environnementaux majeurs dus à l’ouverture imminente du pont reliant les deux rives du fleuve. On peut se demander quel sera l’impact de cette reconfiguration du territoire sur le développement de la filière du wassaï.

5Le présent article propose d’étudier la présence du wassaï sur le territoire du bas Oyapock, et cela en deux temps. Premièrement, il s’agira de faire état de la diversité matérielle et immatérielle du palmier au sein des différentes sociétés installées sur le cours du fleuve ; savoirs, savoir-faire et usages seront recensés. Puis viendra l’étude de la présence physique du wassaï sur ce territoire : la répartition du peuplement, les zones de collecte et les circuits suivis par le fruit tout au long du processus de production et de consommation. Cette réflexion sera guidée par la question suivante : quels sont les impacts de la frontière sur la dynamique des savoirs et des échanges du wassaï ?

Données préliminaires sur le wassaï et sa filière

Botanique et écologie

6E. oleracea appartient à la famille botanique des Arecaceae (les palmiers). Il se distingue des principales espèces d’Euterpe (E. precatoria, E. edulis et E. catinga) par son port cespiteux, chaque touffe pouvant porter de 10 à 25 stipes. Ils sont lisses et minces, mesurent entre 7 et 18 centimètres de diamètre, et peuvent culminer à 20 mètres (de Granville, 1990 ; Andel, 2000).

Image 1 : Touffe d'Euterpe oleracea

Image 1 : Touffe d'Euterpe oleracea

7Les fruits d’E. oleracea, drupes violettes de 1 à 2 cm de diamètre, poussent par centaines sur des grappes situées à la cime du palmier. Le noyau représente la majeure partie du fruit, mesurant jusqu’à 15 mm de diamètre. L’épaisseur du péricarpe (la pulpe) varie entre 1 et 5 mm (Paula, 1975 ; Pesce, 1985). Le palmier donne 2 à 4 grappes de fruits une fois par an, dès l’âge de 3 ans.

Image 2 : Grappe de fruits mûrs

Image 2 : Grappe de fruits mûrs

8La pulpe de wassaï, comestible, est intéressante au niveau nutritif, mais très périssable. Elle est riche en lipides (45 à 48 % sur extrait sec - Rogez, 2000 ; Cruz, 2008), pour la plupart insaturés, en minéraux (potassium, calcium, magnésium, phosphore, sodium, zinc, cuivre et fer), ainsi qu’en vitamine E (tocophérol) et vitamine B1. Du fait de son pH neutre, de sa faible épaisseur, et des conditions climatiques favorables, les micro-organismes se développent rapidement dans la pulpe du fruit et la rendent impropre à la consommation au-delà de 48 heures après la collecte –  en conditions naturelles (de Sousa & al., 1999).

Image 3 : Le fruit, composé d'un gros noyau et d'une pulpe fine

Image 3 : Le fruit, composé d'un gros noyau et d'une pulpe fine
  • 6  Pinotière vient de pinot, nom désignant E. oleracea en Guyane occidentale et dans l'Île de Cayen (...)

9E. oleracea est une espèce tropicale qui se développe bien en climat chaud et humide (idéalement autour de 28°C, jamais en dessous de 18°C), et qui ne supporte pas les sécheresses prolongées. Il est natif de la région amazonienne et se retrouve aujourd’hui du nord au sud du bassin amazonien (Kahn & Moussa, 1997), dans les régions où la pluviométrie est élevée et régulière (entre 2 000 et 2 700 mm annuels), et où l’humidité relative de l’air dépasse 80 % (Nogueira & al., 1995). Le développement d’E. oleracea est lié au fonctionnement de l’écosystème inondé de la várzea. Il nécessite un sol tourbeux, acide et inondé périodiquement plusieurs mois par an (Oldeman, 1969). Il pousse idéalement sur les berges inondables de l’Amazone et de ses affluents, où il peut former de vastes peuplements, quasiment monospécifiques, appelés pinotières en Guyane6 (Oldeman, ibid. ; de Granville, 1990 ; Nogueira & al., 2005).

Préparation et consommation

10Le mode de préparation du nectar est relativement homogène en Amazonie. Les grappes sont prélevées entières, à maturité. Les fruits sont égrappés, triés et plongés quelques minutes dans de l’eau tiède afin de ramollir leur pulpe. Puis ils sont malaxés manuellement ou mécaniquement. De l’eau ajoutée permet de diluer la pulpe, qui est finalement extraite par filtrage. La quantité d’eau additionnée donnera un nectar à la texture plus ou moins épaisse.

11Le nectar est consommé à température ambiante ; il peut être agrémenté de farine de manioc, de cassave, de tapioca, ou servir d’accompagnement pour les plats de poissons et viandes grillés. Dans les nouveaux lieux de consommation, il est prisé en tant que dessert ou boisson énergétique, toujours additionné de sucre, et souvent glacé (Guimarães, 2009).

Filière

12La domestication et la consommation du wassaï sont attestées dès le Ve siècle dans la région de Marajó, à l’embouchure de l’Amazone, où le palmier occupait déjà une place importante dans l’économie locale (Schaan, 2004). Ces pratiques existèrent dans d’autres sociétés amérindiennes d’Amazonie. Si la majorité d’entre elles disparurent durant la période coloniale, les communautés  actuelles en ont perpétué l'usage et la consommation du wassaï perdure dans les populations métisses, dont les Caboclos (Pritchard Miller & Nair, 2006 ; Brondizio & al., 1994). Depuis des siècles, on la rencontre dans la population urbaine des grands centres amazoniens, partagée par les couches sociales les plus élevées. À Belem, où il constitue une des spécialités culinaires emblématiques, on rencontre le wassaï jusque dans les restaurants et hôtels de classe internationale. Depuis les années 80, une industrie de production et de transformation s’est constituée dans les États brésiliens du Pará, de l’Amapá, de l’Amazonas et du Maranhão afin d’assurer l’approvisionnement des centres urbains amazoniens, mais aussi des mégalopoles du sud du Brésil, et de certains pays étrangers (Etats-Unis, Canada et Japon notamment) où la demande est croissante.

13Il existe donc différents modes de production et de distribution du wassaï. L’industrialisation de la filière se traduit tant par l’intensification et la rationalisation de la production du fruit, que par la mécanisation de la préparation du nectar et l’amélioration des techniques de conservation (Nogueira & al., 2005 ; Homma & al., 2006). La plantation de palmiers pinots en zones non marécageuses ainsi que la sélection de variétés de petite taille et à forte productivité permettent d’optimiser la collecte et la production des fruits. Dans les usines de fabrication de nectar, les rendements de production sont élevés, la pulpe est extraite sans dilution, et de nombreux dérivés sont produits (compléments alimentaires, boissons diverses, extraits pour les cosmétiques...). Sous forme déshydratée ou congelée, le nectar de wassaï peut être transporté sans risque de contamination du produit, et ainsi atteindre les marchés les plus lointains.

Terrain et méthodologie

14Le terrain étudié s’étend de la ville d’Oiapoque jusqu’à l’embouchure du fleuve sur une distance d’environ 55 km, et épouse les zones de répartition de l’habitat et d’exploitation du palmier, soit une profondeur de 5 km au maximum sur les berges de chaque rive. Ce territoire a deux particularités : une densité de population très faible avec seulement 24 547 habitants (recensements INSEE, 2011 et IBGE, 2010), et une grande diversité culturelle, avec neuf groupes humains distincts.

15Les berges du fleuve (où se trouve la majorité du wassaï) sont caractérisées sur la rive brésilienne par un accès restreint. On note la présence de trois Terras Indígenas (TI) dont l’accès est strictement réservé à leurs habitants amérindiens, et du parc national du Cap d'Orange, où les activités économiques sont très réglementées. La rive guyanaise se caractérise quant à elle par un régime foncier incertain et l’absence de réglementation pour la collecte.

Image 4 : Carte de la région du bas Oyapock

Image 4 : Carte de la région du bas Oyapock

16L’étude que je propose relève de l’ethnoécologie, étude des relations entre les sociétés humaines et leurs écosystèmes, qui se base d’une part sur la perception que les habitants peuvent avoir de leur milieu naturel et de leurs actions sur ce milieu, d’autre part sur une analyse extérieure du milieu et des actions des Hommes (Bahuchet, 1986).

17Compte tenu de l’absence initiale de données sur la filière, la méthodologie a privilégié l’exploration physique du territoire afin de localiser les zones de croissance et de collecte du palmier, et la rencontre des habitants de chaque groupe et de chaque localité. En tout, 12 semaines de terrain ont été nécessaires et 110 personnes ont été enquêtées.

  • 7  Lorsqu’ils apparaîtront, ces termes seront respectivement suivis des mentions : créole (cr.), port (...)

18Les outils habituels de l’anthropologie ont été choisis pour récolter les données : observations, descriptions des outils et techniques, entretiens semi-dirigés et relevés de vocabulaire (en créole guyanais, portugais du Brésil et parikwaki - langue des Palikur7). Des questionnaires spécifiques ont été conduits pour chaque catégorie d’acteurs : collecteurs, transformateurs et consommateurs. Pour la réalisation des cartes, je me suis appuyée sur le système d’informations géographiques de l’Expertise Littoral représentant l’occupation du sol et la dynamique foncière sur la bande côtière de la Guyane française de 2001 à 2008 (ONF, 2009), sur une carte intitulée Terras Indígenas Uaçá, Galibi e Juminã représentant les différents écosystèmes de ces trois TI et co-réalisée par l’Association des peuples indigènes de l’Oyapock (APIO) et l’ONG The nature conservancy (TNC) (2005), ainsi que sur mes relevés GPS pour les lieux de collecte.

Résultats

Présences du wassaï dans les sociétés de l’Oyapock

Usages du palmier

19Actuellement l’utilisation du wassaï est très largement orientée vers la consommation de ses fruits, préparés en nectar. Cette pratique est partagée dans un large espace géographique : par les habitants du bas Oyapock (Créoles, Saramaka, Brésiliens, Palikur et autres Amérindiens), comme chez d’autres peuples plus éloignés de Guyane (Wayãpi, Teko, Kali’na, Wayana), du Brésil ou du Surinam, avec un processus de fabrication relativement homogène (de Granville, 1990 ; Lema, 2006). Le nectar obtenu est simplement appelé wassaï ou wassey en créole, mais son nom peut aussi faire référence à d’autres boissons, soit par comparaison de couleur : vinho de açaí (vin de wassaï, pt.B), soit par comparaison de qualités nutritives : was gaaku (lait de wassaï, pk.). C’est le seul produit alimentaire extrait du wassaï faisant l’objet d’un commerce dans la région de l’Oyapock.

Image 5 : Nectar de wassaï et farine de manioc

Image 5 : Nectar de wassaï et farine de manioc

20D’autres parties du palmier entrent dans l’alimentation, mais se placent loin derrière la consommation du nectar. L’extrémité supérieure du cœur de palmier est comestible en l’état cru. Mais sa grande concentration en silice le rend toxique à forte dose. Considéré par les Amérindiens comme nourriture de disette ou comme snack lors d'expédition en forêt, il est peu présent dans l’alimentation du bas Oyapock, et les cœurs d’autres espèces de palmier lui sont préférés (ceux du Maximiliana maripa par exemple). Enfin, certains usages alimentaires du wassaï sont aujourd’hui totalement délaissés. C’est le cas des racines, dont on extrayait une sève qui servait de succédané au sel (de Granville, 1990), ou de l’huile extraite de la pulpe du fruit (Pesce, 1985 ; de Granville, 1990).

21L’usage du wassaï ne se résume pas à l’alimentation. De nombreuses autres parties du palmier sont utilisées à des fins très variées telles que la médecine, la construction ou l’artisanat. Par exemple, le stipe est fréquemment utilisé en tant que matériau de construction, sa structure mince et souple permettant de réaliser de petits ouvrages légers (poulaillers, planchers, pontons). De même, les palmes du wassaï sont employées par les Palikur, les Saramaka et les Créoles pour couvrir les toitures des habitations légères (abris de chasse, poulaillers) (de Granville, 1990 ; Lema, 2006).

22A l’inverse des pratiques alimentaires, les usages médicinaux du wassaï sont spécifiques à chaque groupe ethnique. Les Créoles utilisent le cœur du palmier « comme cicatrisant des coupures franches », tandis que les Palikur l’utilisent comme remède d’urgence des morsures de serpent venimeux (Grenand & al., 2004 : 193-194). Les racines ont également plusieurs usages médicaux qui varient selon les populations. La décoction de racines est utilisée contre la diarrhée par les Palikur, les Saramaka et les Créoles, mais aussi contre la fièvre, le mal de ventre et le paludisme par les Palikur et les Saramaka, et enfin comme cicatrisant ou pour guérir les douleurs post-partum par les Palikur (Lema, 2006). Enfin, les Palikur font des graines sèches, torréfiées et pilées, une tisane prise en décoction contre l’asthme et le diabète (Grenand & al., 2004, citant Berton, 1997).

23L’usage du wassaï à des fins artisanales (confection d’outils, de bijoux) concerne généralement les groupes amérindiens. Ainsi, les Palikur tissent des hottes ouvertes avec les palmes du wassaï. Ces hottes sont généralement robustes mais éphémères (comparées aux vanneries en arouman, Ischnosiphon spp.) ; confectionnées sur place dans l'abattis ou en forêt, elles servent à transporter divers produits cultivés ou sauvages (Davy, 2007). Les Amérindiens utilisent également les graines comme perles, en les polissant et les colorant. La gaine des palmes récemment tombées est utilisée pour confectionner un anneau qui sert à grimper à la cime du palmier pour collecter les fruits. Enfilé sur les pieds et en tension contre le stipe, il améliore l’adhérence du grimpeur. Toutefois, l’usage de la gaine foliaire décline, les anneaux étant désormais fabriqués à partir de sacs en plastiques, plus robustes. Enfin, toujours avec la gaine encore verte, les Amérindiens constituent, par pliage et chevillage, un récipient provisoire à usage unique, mais qui résiste au feu : on peut ainsi sur le lieu-même de la cueillette échauder rapidement quelques poignées de fruits pour en sucer la pulpe.

Image 6 : Hottes en feuilles d'E. oleracea

Image 6 : Hottes en feuilles d'E. oleracea

(photo : M. Chaigne, 2011)

24Enfin, tandis que certains disparaissent, de nouveaux usages du wassaï se développent, notamment dans les métropoles brésiliennes. Ces débouchés sont liés à l’expansion de la production de fruits, donc à la croissance du nombre de « déchets » : les noyaux. Des chercheurs mettent au point un usage énergétique des noyaux comme biodiésel (Rousset & al., 2008), tandis que les habitants périurbains des grandes villes amazoniennes les utilisent en tant qu’engrais ou pour fournir de la nourriture aux porcs (Strudwick & Sobel, 1988). Malgré l’implantation continue de migrants brésiliens originaires du Pará sur le bas Oyapock, ces usages ne sont pas observés dans cette région.

Répartition géographique et sociale des savoirs et savoir-faire liés à la consommation du nectar

Zones de collecte, entretien et domestication

25Trois écosystèmes différents riches en wassaï sont décrits par les habitants du fleuve :

  • pinotiè (cr.) ; igapó (pt. B) ; wasvu (pk.) : ces mots désignent le même écosystème, qui correspond à la « pinotière pure » (où la population en wassaï dépasse 90 %), décrite par les botanistes (Oldeman, 1969) ;

  • maricaj (cr.) ; maricas (pk.) : marécage riche en wassaï ; il se distingue du précédent par un sol très marécageux et vaseux ;

  • várzea (pt. B) : forêt sur sol hydromorphe, avec une densité de wassaï comprise entre 50 et 90 %.

26La figure ci-dessous indique la répartition approximative de ces trois écosystèmes à partir des mes données GPS, des données de l’ONF (2009) et de la carte APIO/TNC (2005).

Image 7 : Carte des zones de croissance du wassaï et des zones à réglementation spécifique

Image 7 : Carte des zones de croissance du wassaï et des zones à réglementation spécifique

27Il existe différents niveaux de domestication du wassaï, allant de la pinotière sauvage à la plantation. Les techniques d’entretien varient avant tout avec le statut foncier des terres et leur distance par rapport aux habitations : plus les terres sont sécurisées et contrôlables, plus le degré de domestication est fort, rejoignant en ce sens les observations déjà effectuées en agroforesterie tropicale (Belcher & al., 2005).

28La pratique la plus courante dans cette région consiste en l’amélioration de pinotières pures situées à proximité des villages, et notamment dans les TI dont l’accès est réservé à ses seuls habitants. Améliorer une pinotière consiste à sélectionner, dans une zone naturellement riche en wassaï, les meilleures touffes, et à nettoyer le reste du terrain. D’autres espèces peuvent être conservées, le plus souvent à but alimentaire, comme le comou (cr.) ou bacaba (pt.B) (Œnocarpus bacaba), le bacabi (pt.B) (Œnocarpus mapora), le parépou (cr.) ou pupunha (pt.B) (Bactris gasipaes), le cacaoyer (Theobroma cacao), le carapa (Carapa guianensis), le mombin (Spondias mombin), ou encore des arbres destinés à l’ébénisterie comme la bagasse (Bagassa tiliaefolia). Ces zones de collecte sont alors gérées collectivement, par l’ensemble de la communauté.

  • 8  L’Embrapa a mis sur le marché une variété de wassaï amélioré “nain”, l’Açaí BRS-Pará, facilitan (...)

29Les quelques propriétés privées dédiées à la production de wassaï sont toujours des propriétés de résidence, et se trouvent donc en bordure des zones urbanisées, voire même insérées dans le tissu urbain, et doivent offrir des conditions édaphiques satisfaisantes. On constate dans ce cas que le degré de domestication est maximal. Les terrains sont entièrement défrichés, les plants soigneusement sélectionnés à partir de semences locales ou améliorées8, et des associations d’autres espèces sont fréquentes. Du fait de la proximité de la zone urbaine et du morcellement des terrains, les superficies de ces plantations sont faibles et ne se réduisent le plus souvent qu’à une ou deux touffes, se rapprochant davantage des « jardins agroforestiers ».

30Les zones riches en wassaï se trouvant hors des zones à accès réglementé (TI et Parc National), sont principalement situées sur la rive guyanaise. Ces terrains sont pour la plupart des propriétés privées attribuées à partir des années 60. Actuellement inhabitées, leurs propriétaires en ont informellement transmis l’usage à leurs descendants. Ceux-ci s’étant installés à Saint-Georges ou ayant migré vers Cayenne, ont peu d’intérêt dans leur mise en valeur et les ont délaissées, engendrant une situation floue où les terrains ne sont pas clairement identifiés. Le long de la rivière Ouanary, également riche en wassaï, très peu de terrains privés sont revendiqués. Ces terrains ainsi délaissés par leurs propriétaires sont un lieu de prédilection pour les collecteurs de wassaï dépourvus de terres, nombreux dans la région. Les pinotières pures sont les zones les plus recherchées, et les marécages les plus redoutées. Il est difficile de déterminer le degré d’entretien des palmiers effectué dans ces zones. Généralement, le partage des zones de collecte que font les collecteurs « sans terre » relève plus de la concurrence que de la gestion collective. Cela explique le degré minimal d’entretien des palmiers qui est réalisé. Ils entretiennent les layons sur leur passage et nettoient les touffes de palmiers afin de favoriser la croissance des jeunes stipes et faciliter la collecte : coupe des palmiers trop vieux et des lianes, évacuation des palmes mortes.

Préparation du nectar

31Les savoirs et savoir-faire liés à la récolte des fruits et à la préparation du nectar sont relativement homogènes sur le territoire et entre les groupes humains.

32Le port tombant de la grappe et la couleur violet sombre des fruits, nappée d’un duvet blanc, indique leur pleine maturité et le moment de la collecte. Les fruits récoltés trop verts donnent un goût âpre au nectar.

33La technique de grimpe consiste à se servir de l’anneau souple appelé bague (cr.), ou peconha (pt. B) décrit plus haut. La grappe est coupée à l’aide d’un petit sabre. À cause de la gracilité du tronc, ce travail est réservé de préférence aux hommes jeunes et de faible corpulence.

34Vient ensuite le moment de l’égrappage (dégréné - cr. ; mutuka - pk. ; debolhar - pt. B), qui consiste à détacher les fruits de la grappe, à la main, au dessus d’une bâche afin de les protéger de l’humidité du sol. Les fruits sont triés puis déversés dans un sac en plastique de 28 kg environ, ou dans une hotte tressée.

35Tous les collecteurs veillent à rapporter rapidement les fruits sur le lieu de la préparation du nectar (maison ou atelier), car ils s’abiment rapidement.

36Généralement les personnes qui préparent le nectar ne sont pas celles qui ont collecté les fruits. C’est surtout lors de cette étape qu’on observe des différences techniques, puisque le nectar peut être préparé à la main où en machine. Cependant les étapes et « repères » de fabrication sont identiques. Les fruits sont rarement lavés ou rincés, mais directement plongés dans une eau tiède (il faut pouvoir y tremper la main sans se brûler) de façon à ramollir leur pulpe : c’est l’échaudage (chodé - cr. ; ariyano - pk. ; amolecer - pt. B). Ils sont retirés dès que la pulpe peut se décoller d’une pression du doigt.

37Il faut alors malaxer les fruits sans tarder (brassé - cr. ; kumuknu (à la main) ou kugbetene (au pilon) - pk. ; amassar - pt. B), jusqu’à ce que la pulpe soit complètement décollée, tandis que le noyau, très dur, résiste. Cette étape peut être réalisée à la main ou au pilon, ou encore dans une machine constituée d’un réservoir cylindrique et d’un axe rotatif muni de pales qui projette violemment les fruits sur la paroi. De l’eau est ajoutée régulièrement au cours du processus, pour diluer la pulpe. À la fin, le filtrage permet de séparer le nectar des noyaux. Dans la machine, il se fait automatiquement à travers le filtre situé en bas du cylindre, tandis qu’à la main on utilise un tamis tressé à mailles fines (manaré - cr.; hu sagub - pk.), ou une passoire métallique.

Image 8 : Préparation mécanisée du nectar

Image 8 : Préparation mécanisée du nectar

38La dilution du nectar varie selon de nombreux critères : le goût, la technique (la machine permet d’obtenir facilement un nectar très épais), et l’abondance en fruits (en période de pénurie, le nectar est davantage dilué). Le nectar épais (pèss - cr. ; mutubet ou ewkan -pk.- ; grosso - pt. B) est généralement préféré et valorisé socialement par rapport au nectar dilué (klè - cr. ; wewehe - pk. ; fino - pt.B).

39La préparation mécanisée concerne surtout la production commerciale, et se retrouve dans les villes. Elle permet d’augmenter la productivité, avec environ 23 à 30 litres produits à l’heure (selon Poulet, 1997, confirmé par mes observations). Les nombreux villages n’ayant pas d’électricité ne peuvent y avoir recours. Dans les hameaux, la préparation manuelle prévaut.

Circulation du wassaï sur le territoire

Structure de la filière

40Les activités liées à la collecte et à la transformation du wassaï s’organisent en deux systèmes qui se distinguent avant tout par leur finalité, alimentaire ou commerciale.

41Historiquement, pour les Palikur, la collecte du wassaï était une activité pratiquée dans le cadre familial ou communautaire, pour l’alimentation domestique, au même titre que la chasse par exemple. Les jeunes hommes allaient collecter le wassaï régulièrement, en petits groupes, dans des zones proches du village ou sur les parcours de chasse. Rapporté au carbet, le nectar était alors préparé à la main, généralement par des femmes. Il était consommé au cours de la journée et en grande quantité par l’ensemble de la famille, le plus souvent sous forme de nectar  accompagné de farine de manioc.

42Dans la région du bas Oyapock, les pratiques ont commencé à changer dans les années 1980 avec l’arrivée de migrants du Pará et de leurs machines. La commercialisation du wassaï sous forme de fruit et surtout de nectar fut directement liée à l’urbanisation des modes de vie.

  • 9  Je considère que les collecteurs et les transformateurs sont professionnels lorsqu’ils tirent la m (...)

43Actuellement, la filière commerciale est courte et s’organise autour de deux types d’acteurs : les collecteurs de fruits qui vendent les fruits aux transformateurs, et les transformateurs qui vendent directement le nectar aux consommateurs. À partir des entretiens réalisés, on compte environ 60 collecteurs professionnels (CP), et 33 transformateurs professionnels (TP) travaillant dans la région du bas Oyapock pour approvisionner la filière locale9. Cette partie de la filière est centrée à Oiapoque et ses hameaux proches, principal lieu d’échange des fruits et de transformation et vente du nectar, mais 2 TP sont installés à Saint-Georges. Les TP et CP sont tous d’origine brésilienne, migrants ou leurs primo-descendants, et originaires de régions où la production de wassaï est très élevée : Igarapé-Miri (Pará, premier município producteur au Brésil), Breves (Pará), Santana et Macapá (principaux municípios producteurs d’Amapá). Ils ne possèdent pas de plantations et effectuent la collecte de préférence hors des zones où elle leur est strictement interdite (TI et Parc National). Tandis que l’activité de transformation concerne des hommes et des femmes, la collecte est une activité masculine.

  • 10  L’aviamento est le nom donné au système économique qui sous-tend l’extractivisme. Ce système se ca (...)

44La nature des relations entre CP et TP semble découler du système économique de l’aviamento10 tel qu’il était pratiqué en Amazonie brésilienne il y a quelques dizaines d’années (Lescure & al., 1994).

  • 11  Au Brésil, le salaire mensuel minimum étant de 545 réais en 2011 (242,5 euros), cela correspond à (...)

45En effet, les CP se lient par un contrat oral avec un TP (patron), pour la durée de la saison de collecte. Ils sont alors totalement pris en charge par le TP, qui possède tous les moyens de production, dont la pirogue et le piroguier (qui fait généralement partie de la famille du TP) qui les dépose sur les terres de collecte et les ramène à Oiapoque. Quand les terres de collecte sont éloignées de la ville, comme dans la baie du fleuve, les CP partent pour plusieurs jours (une semaine ou plus), et vivent en forêt, dans de petits abris éphémères. Tous les deux jours le piroguier vient chercher le produit de la collecte déposé sur les berges, et déplace les hommes de quelques centaines de mètres. Les CP sont payés au sac par le TP, lorsqu’ils rentrent en ville, et laissent une commission au piroguier (un sac par trajet). La collecte est un métier dangereux et éprouvant, que peu d’hommes sont enclins à exercer. Cependant le salaire qu’ils tirent de ce labeur est relativement élevé pour la région : de 0,5 à 3 fois le salaire minimum brésilien11.

46Les enquêtes montrent qu’il est difficile de vivre du wassaï toute l’année, pour les TP comme pour les CP : seulement 5 TP exercent à l’année, et je n’ai rencontré que 2 CP collectant à l’année. Cela implique pour les collecteurs de suivre la période de fructification du wassaï, assez brève, à travers l’État d’Amapá, donc de migrer en permanence, et pour les transformateurs, une importation de fruits en contre-saison. Les TP qui y parviennent disposent généralement d’un véhicule et d’un bon réseau social ou familial implanté à Macapá et Santana, qui leur assure une livraison de qualité en contre-saison. Cependant, la majorité des TP et CP rencontrés lors de l’étude considèrent le wassaï comme une activité saisonnière et complètent leurs revenus par d’autres activités telles que, pour les CP, la pêche, la maçonnerie ou le travail de scieur, et pour les TP, le transport ou la petite restauration.

47Bien que le système commercial prenne de l’ampleur, plusieurs groupes continuent à se procurer du wassaï selon le modèle domestique. On compte parmi eux la plupart des groupes amérindiens, ainsi que certains villageois isolés, comme les habitants de Tampak (principalement saramaka), ceux de Ouanary (principalement créoles), ou ceux de Taparabo (des pêcheurs brésiliens). Sans compter bien sûr tous les Amérindiens du haut Oyapock.

48Cependant des passerelles existent entre les deux filières, comme l’indique la figure 9. D’une part, lorsqu’une cellule familiale ou communautaire ne dispose pas de la force de travail nécessaire à la collecte, elle peut acheter les fruits (ou les échanger contre service ou marchandise) à une famille voisine. D’autre part, nous avons remarqué que de nombreux ménages se servent de cette production comme monnaie d’échange (troc), ou comme source de revenu (vente des fruits ou du nectar). Il arrive même que les quantités vendues dépassent les quantités autoconsommées. Enfin, certaines familles s’approvisionnant par elles-mêmes peuvent aussi acheter du nectar aux TP en contre-saison.

Image 9 : Schéma des filières et des flux de produit et d'argent

Image 9 : Schéma des filières et des flux de produit et d'argent

Trajets des fruits

49Les zones de collecte changent au cours de la saison (le wassaï fructifie pendant environ 3 mois). On observe un décalage progressif de fructification de l’amont vers l’aval du fleuve : la saison commence d’abord dans la région d’Oiapoque (février), puis Saint-Georges (mars) au début de la saison des pluies, et se décale progressivement vers le nord-est, pour terminer à Ouanary (juillet) et dans la baie du fleuve (août). La saison complète au niveau du bas Oyapock est donc étalée sur six mois et inversée par rapport à la saison de fructification du sud de l’Amapá (juin – octobre). Par contre elle est identique à la saison de l’ouest et du littoral guyanais (janvier – juin). Dans le haut Oyapock, la saison s'étale de fin mars à mi-juillet, avec un pic en juin.

50Le wassaï qui entre dans le circuit commercial voyage beaucoup malgré sa grande périssabilité. Les trajets doivent être rapides, c’est pourquoi le transport en pirogue motorisée est privilégié et les terrains de collecte toujours proches des berges. Il est ainsi acheminé jusqu’aux marchés situés à Saint-Georges et Oiapoque.

Image 10 : Carte de la circulation des fruits à destination commerciale

Image 10 : Carte de la circulation des fruits à destination commerciale
  • 12  Les prix moyens des fruits collectés sur le fleuve varient entre 11,11 et 15,69 euros pour un sac (...)

51Sur ces deux marchés, les fruits venant du fleuve sont plus prisés que ceux venant de la TI Uaçá, au sud d’Oiapoque, arrivés par la route (souvent moins frais et plus abîmés). On constate que la demande locale est nettement supérieure à l’offre. Ainsi, la totalité des fruits proposés est rapidement achetée par les TP locaux, malgré des prix souvent élevés12. De ce fait, les fruits du fleuve Oiapoque mis sur le marché peuvent difficilement servir à approvisionner d’autres zones urbaines à saison inversée comme Cayenne où Macapá.

52En contre-saison, où la demande locale reste élevée à Oiapoque, les fruits sont importés de Macapá (juillet et août), et de Santana (septembre et décembre).

53A l’inverse, le wassaï qui suit le circuit de consommation domestique se déplace peu : il est collecté, préparé et consommé à proximité ou au sein du même village.

Trajets du nectar

54En règle générale, dans la filière commerciale, le nectar est fabriqué et vendu au même endroit. Acheté par des particuliers, il est consommé le jour même lors d’un repas familial. Le très grand nombre de points de transformation et de vente à Oiapoque favorise la venue de clients de proximité. Parfois, les habitants de villages isolés profitent de leur passage en ville pour acheter du nectar et le rapporter chez eux (quand il n’y a plus ou pas encore de fruits dans leur village).

Image 11 : Schéma des flux de nectar pour la consommation directe et la revente

Image 11 : Schéma des flux de nectar pour la consommation directe et la revente

55La revente du nectar est une activité minoritaire, mais pas anecdotique. Elle concerne les TP installés à Cayenne qui souhaitent continuer à vendre du nectar lorsque la saison est terminée à Cayenne. Ils l'achètent sur commande, de préférence à Saint-Georges pour éviter de franchir la frontière avec la marchandise (ce qui leur coûterait une déclaration aux douanes). Acheté 2,5€/l à Saint-Georges, il est revendu le double à Cayenne. Je n’ai pas pu mettre en évidence l’existence de flux d’achat pour la consommation ni pour la revente vers le sud d’Oiapoque.

Discussion

Un usage convergent du wassaï

56Le wassaï occupe une place très importante tant au plan de la consommation qu’au niveau économique chez les peuples du bas Oyapock. C’est bien sa consommation sous forme de nectar qui est prépondérante aujourd’hui dans cette région, tandis que les autres usages du palmier, notamment pour la médecine, semblent en régression. Il y a donc une certaine homogénéisation des pratiques autour de la consommation du nectar.

57On pourrait qualifier d’ « importés » les savoirs et pratiques des migrants brésiliens venus du sud. Ils ont été porteurs de techniques d’exploitation du milieu, de modes de préparation et de consommation. Leur arrivée sur le territoire de l’Oyapock dans les années 1980 a entraîné une technicisation des processus, notamment avec l’arrivée de la machine pour la préparation du nectar, qui a permis le développement commercial de la filière.

58Les habitudes de consommation des habitants de la région semblent également évoluer à ce rythme. La collecte des fruits dans l’ensemble du bas cours du fleuve permet une production étalée sur six mois, ce qui augmente la durée de consommation annuelle. Une « accoutumance » au nectar se développe progressivement : de plus en plus de personnes indiquent manquer de wassaï en contre-saison et souhaiteraient en consommer plus souvent.

59En pratique, les échanges de wassaï de part et d’autre de la frontière renforcent l’interdépendance et la réciprocité, et amènent les divers groupes à échanger entre eux.

Le foncier : élément clé de la filière

60La question du statut foncier des terres situées sur les berges de l’Oyapock est primordiale pour l’avenir de l’ensemble de la filière. En effet, le statut foncier des terres conditionne directement la maîtrise de la production de wassaï et la gestion de la collecte. Cette question se pose de deux manières selon que l’on considère les parties commerciale ou domestique de la filière.

61Du point de vue de la filière commerciale, l’enjeu foncier réside dans l’élargissement et la sécurisation de l’accès aux pinotières. En effet, comme nous l’avons vu, la sécurité foncière a un impact positif sur les efforts fournis pour la mise en valeur des terrains. Or, sur la commune de Saint-Georges la situation foncière est bloquée par la difficile élaboration des documents d’aménagement (comme le plan local d’urbanisme (PLU)). Tant que les lieux dédiés à l’agriculture ne sont pas définis, aucune vente de terre à destination agricole ne peut être réalisée. Cette situation freine ainsi toutes les initiatives actuelles de développement de la production de wassaï, car elle passe nécessairement par l’acquisition de terrains. Sur la commune d’Oiapoque, l’accès aux zones favorables à la mise en place de pinotières à destination commerciale est restreint par la présence des trois TI sur les berges du fleuve. La marge de manœuvre foncière est donc plus limitée sur cette rive.

62Pour la filière domestique, l’enjeu est de préserver un accès libre et spécifique aux pinotières pour les peuples tirant habituellement une partie de leur subsistance de ce fruit. Cela est permis au Brésil grâce aux TI qui garantissent l’usage de leur territoire à ses seuls habitants. Chaque TI offre un accès considérable (par rapport à la population concernée) aux zones riches en wassaï. Cependant, cela ne concerne que les Amérindiens qui habitent en TI, et non les autres villageois qui exploitent la ressource de la même manière (les Caboclos de Taparabo par exemple).

63Sur la commune de Saint-Georges, aucun régime foncier spécifique n’a été prévu. Il existe pourtant en Guyane un statut foncier qui pourrait être efficace pour assurer aux Amérindiens la garantie d’accès aux pinotières proches de leurs villages et qu’ils entretiennent depuis des années. C’est le régime de la Zone de droits d’usage Collectifs (ZDUC), déjà instaurée dans d’autres communes (à Camopi par exemple, pour rester dans la vallée de l'Oyapock). La mise en place d’une ZDUC pour les Palikur de Saint-Georges semble essentielle pour la préservation d’une filière domestique en basse Guyane.

Incidences de la frontière sur la filière

64L’état de fonctionnement actuel de la filière est un bon révélateur des différences économiques et sociales qui opposent les deux rives, notamment par rapport au niveau plus élevé des salaires en Guyane. Les collecteurs professionnels sont tous de nationalité brésilienne et habitent sur le territoire brésilien. En Guyane, les collecteurs agissent dans une autre logique de production, pour compléter leurs revenus. Leur activité est aléatoire et dépend avant tout de leurs propres besoins financiers, et non des besoins des producteurs de nectar. Les salaires plus élevés et l’existence d’aides sociales ont pour effet de diminuer l’offre de main d’œuvre pour la collecte. Par ailleurs, la collecte est une activité difficile, dangereuse et peu prisée, et lorsque les collecteurs ont l’opportunité de se tourner vers d’autres activités peut-être moins rémunératrices mais certainement moins contraignantes, ils le font. La situation est à l’opposé de celle de l’aviamento où les collecteurs dépendaient entièrement de leurs patrons. La rareté de la main d’œuvre tempère le rapport de force patron/collecteur, surtout en Guyane.

65Cependant les divers acteurs arrivent à tirer parti de chaque situation, et l’équilibre actuel, quoique fragile, fonctionne grâce aux particularités des deux rives. La filière commerciale est finalement construite autour de flux croisés d’échanges. Les Amérindiens des TI brésiliennes sont assurés de vendre leurs surplus de fruits aux TP de Saint-Georges, tandis que les CP brésiliens collectent les fruits dans des pinotières inexploitées de Guyane, au profit de leurs patrons (TP) brésiliens. Un autre flux concerne la consommation hors saison, lorsque le nectar est transporté du pôle urbain Oiapoque/Saint-Georges vers les villages en périphérie. Le fleuve est donc un lieu d’échange majeur, dont le franchissement, possible quoique interdit, est vital pour le fonctionnement de la filière commerciale.

Conclusion

66Pour conclure, observons la filière vue du pont. Construit entre les communes de Saint-Georges et Oiapoque et enjambant le fleuve, il dresse une forme radicale de frontière. Seul point de passage terrestre entre les deux rives, il s’oppose à l’espace fluvial, long de plusieurs dizaines de kilomètres, lequel offre une continuité linéaire et équilibrée aux habitants de cet espace et permet le transport et l’échange informels, compris avec le seul sens de « libres ».

67La mise en service du pont, prévue pour 2013, s’accompagnera d’une intensification du contrôle des personnes et des marchandises. Actuellement, la législation française interdit l’introduction en Guyane de tous les fruits en provenance du Brésil, quel qu’en soit l’usage. La législation reste floue au sujet de l’introduction du nectar destiné à la vente, mais le contrôle sanitaire de la marchandise est obligatoire. Enfin, les Brésiliens doivent disposer d’une carte de séjour ou d’un visa pour pénétrer en Guyane, ce qu’aucun CP ne possède. Si les administrations réussissent leur projet de centralisation obligatoire des traversées sur le seul pont, un contrôle systématique sera effectué. Cela compromettra, du seul point de vue guyanais, la base de l’organisation de la filière commerciale, fondée sur les échanges de fruits, de nectar et de personnes d’une rive à l’autre.

68On peut ainsi se demander quel sera l’avenir de cette filière, fort marqueur des différences et des tensions entre les habitants des deux rives, mais preuve aussi que l’échange est possible. C’est peut-être par le rééquilibrage de l’échange que l’on trouvera une situation durable. Le règlement des questions du foncier et de la gestion des ressources semble être une porte d’entrée à la hauteur du rôle des administrations locales et régionales, et pourrait être un premier espace d’action, en prenant en compte les spécificités et les besoins des deux branches de la filière.  

Haut de page

Bibliographie

Andel, T.R.v. Non-timber forest products of the north-west district of Guyana (part II).Georgetown : Tropenbos-Guyana, serie 8B, 340 p., 2000.

Bahuchet, S. « Ethnoécologie comparée des Pygmées Aka et des villageois Ngando de la Lobaye (R.C.A.) ». Ecologie Humaine, vol.4, n.2, p. 3-18, 1986.

Belcher, B., Michon, G., Angelsen, A., Perez, M. R. & Asbjornsen, H. « The socioeconomic conditions determining the development, persistence, and decline of forest garden systems ». Economic Botany, vol.59, n.3, p. 245-253, 2005.

Brondizio, E.S., Moran, E.F., Mausel, P. & Wu, Y. « Land use change in the amazon estuary: patterns of Caboclo settlement and landscape management ». Human Ecology, vol.22, n.3, p. 249-278, 1994.

Companhia Nacional do Abastecimento (CONAB). « Açaí (fruto), Período 01 à 30/01/2011 », Conjuntura mensal, (1-2011), <http://www. conab.gov. br/Olala CMS/uploads/arquivos/ 11_02_01_08_11 _54_conjuntura acai janeiro2011.pdf>

Cruz, A.P.G. Avaliação do efeito da extração e microfiltração do açaí sobre sua composição e atividade antioxidante. Rio de Janeiro, 92 p., 2008. Dissertação de mestrado (Mestrado em  bioquímica) – Universidade federal de Rio de Janeiro.

Davy, D. « Vannerie et vanniers », approche ethnologique d’une activité artisanale en Guyanefrançaise. Orléans., 2007. Thèse de doctorat (Doctorat en anthropologie sociale) – Université d’Orléans.

Granville, J.J.d. « Les palmiers de la Guyane française ». Bois et Forêts des Tropiques, n.220, spécial Guyane, p. 43-54, 1990.

Grenand, P., Moretti, C., Jacquemin, H. & Prévost, M.F. Pharmacopées traditionnelles en Guyane. Paris : IRD, 816 p., 2004.

Guimarães, L.A.C. « O açaí já 'parou’ o carioca?, Estudo qualitative do consumo da polpa de açaí na cidade do Rio de Janeiro ». Novos Cadernos NAEA, vol.2, n.1, p. 95-112, 2009.

Homma, A.K.O., Nogueira, O.L., Menezes, A.J.E.A., Carvalho, J.E.U., Nicoli, C.M.L. & Matos, G.B. « Açaí : novos desafios e tendências ». Amazônia : Ciência & Desenvolvimento, Belém, vol.1, n.2, p. 7-23, 2006.

IBGE. « Tabelas de resultados ». Produção da extração vegetal e silvicultura, IBGE, vol.24, 11 p., 2009.

IBGE. Censo população 2010, (3-8-2011), <http://www.ibge.gov.br/estadosat/perfil.php?sigla=ap#>

INSEE. Statistiques locales, Saint-Georges, évolution et structure de la population, (10-8-2011), <http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/default.asp?page=statistiques-locales.htm>

Kahn, F. & Moussa, F. « El papel de los grupos humanos en la distribución geográfica de algunas palmas en la Amazonía y su periferia ». In: Rios, Pedersen. (eds) Uso y manejo de recursos vegetales. Quito : Abya-Yala, 1997, p. 83-99.

Laval, P. La filière des fruits du palmier wassaï (Euterpe oleracea) dans la région du bas Oyapock, frontière entre la Guyane française et le Brésil. Paris, 117 p., 2011. Mémoire de master recherche (Master en Anthropologie de l’environnement) – Muséum National d’Histoire Naturelle - AgroParis Tech.

Lema, C. Comparaison des connaissances sur les usages des palmiers dans trois communautés (Saramaka, Créole et Palikur) dans la région du bas Oyapock, Guyane française. Paris, 2006. Mémoire de master recherche (Master en Anthropologie de l’environnement) – Muséum National d’Histoire Naturelle.

Lescure, J.P.,  Pinton, F. & Emperaire, L. « People and forest products in central Amazonia : the multidisciplinary approach of extractivism ». In:Clüsener-Godt & Sachs. (eds) Extractivism in the Brazilian Amazon : perspectives on regional development.Paris : UNESCO, 1994. p. 58-87.

Nogueira, O.L., Carvalho, C.J.R., Müller, C.H., Galvão, E.U., Silva, H.M., Rodrigues, J.E.L., Oliveira, M.S.P., Carvalho, J.E.U., Neto, O.G.R., Nascimento, W.M.O. & Calzavara, B.B.G. A cultura do açaí. Brasília: Embrapa SPI, 50 p., 1995.

Nogueira, O.L., Figueiredo, F.J.C. & Müller A.A. (eds). Açaí. Sistemas de produção. Belém: Embrapa, 108 p., 2005.

Oldeman, R.A.A. « Étude biologique des pinotières de la Guyane française ». Cahiers ORSTOM, sér. Biol., n.10, p. 3-18., 1969.

Office National des Forêts (ONF). Expertise Littoral, Occupation du sol et dynamique foncière, bande côtière de la Guyane française 2001-2008. Cayenne : ONF, 2011.CD-ROM

Paula, J.E. « Anatomia de Euterpe oleracea Mart. (Palmae de Amazônia) ». Acta Amazônica, vol.5, n.3, p.265-278, 1975.

Pesce, C. Oil palms and others oilseeds of the Amazon.{Trad. Rev. translation of : Oleaginosas da Amazônia}, USA: Reference Publications, 199 p., 1985.

Poulet, D. L’açaí (Euterpe oleracea, Mart.) dans l’état d’Amapá (Brésil) : étude des filières fruits et cœurs de palmier, Montpellier, 86 p., 1997. Mémoire d’ingénieur – Centre National d’Etudes Agronomiques des Régions Chaudes, Montpellier.

Pritchard-Miller, R. & Nair, P.K.R. « Indigenous agroforestry systems in Amazonia: from prehistory to today ». Agroforestry systems, vol.66, p. 151-164., 2006.

Rogez, H. Açaí: preparo, composição e melhoramento da conservação, Belém: EDUFPA, 313 p., 2000.

Rousset, P. (éd.). Guide technique pour une utilisation énergétique des huiles végétales. Brasilia : Cirad, 288 p.,2008.

Schaan, D.P. The Camutins chiefdom : rise and development of social complexity on Marajó island, Brazilian Amazon. Pittsburgh, 481 p., 2004. Ph D Thesis (Doctor in Philosophy) – University of Pittsburgh.

Sousa, C.L. de, Melo, G.M. & Almeida, S.C.S. « Avaliação da qualidade do açaí (Euterpe oleracea Mart.) comercializado na cidade de Macapá – AP ». Boletim CEPPA, Curitiba, vol.17, n.2, p. 127-136., 1999.

Strudwick, J. & Sobel, G.L. « Uses of Euterpe oleracea Mart. (Palmae) in the Amazon estuary, Brazil ». Advances in Economic Botany, n.6, p. 225-253, 1988.

TNC/APIO. Terras Indígenas Uaçá, Juminã e Galibi. The Nature Conservancy (TNC)/ Associação dos Povos Indígenas do Oiapoque (APIO), 2005 – Carte.

Haut de page

Notes

1  En agronomie principalement, avec les travaux de l’Embrapa, (Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária).

2  En 2009, l’Université Antilles-Guyane (UAG) a lancé un programme de recherche de valorisation des nectars de wassaï et d’autres fruits de palmiers : le comou (Œnocarpus bacaba) et le patawa (Œnocarpus bataua). En 2010, le Parc Naturel Régional de Guyane (PNRG), a lancé un projet de formation à la gestion de pinotières naturelles

3  L’étude réalisée a donné lieu à un mémoire de recherche (Laval, 2011

4  Soit de 110 à 281 Euros la tonne – selon le taux de change moyen de l’année 2004, 1 Euro = 3,63 Reais, et le taux de change moyen de l’année 2009, 1 Euro = 2,77 Reais.

5  Chez les Wayãpi du haut Oyapock par exemple, il est en en tonnage, le second produit consommé après le manioc.

6  Pinotière vient de pinot, nom désignant E. oleracea en Guyane occidentale et dans l'Île de Cayenne. Dans l'est, il est appelé wassaï. Les deux mots proviennent de langues amérindiennes différentes (karib pour le premier, tupi-guarani pour le second).

7  Lorsqu’ils apparaîtront, ces termes seront respectivement suivis des mentions : créole (cr.), portugais du Brésil (pt. B) et parikwaki (pk.).  

8  L’Embrapa a mis sur le marché une variété de wassaï amélioré “nain”, l’Açaí BRS-Pará, facilitant ainsi la collecte.

9  Je considère que les collecteurs et les transformateurs sont professionnels lorsqu’ils tirent la majorité de leurs revenus de cette activité durant plus de deux mois de l’année.

10  L’aviamento est le nom donné au système économique qui sous-tend l’extractivisme. Ce système se caractérise par un échange inégal de biens entraînant une grande dépendance des collecteurs vis à vis des patrons. Les patrons emploient les collecteurs qui sont tenus de leur reverser tous les produits de la collecte. Les patrons fournissent aux collecteurs tous les biens nécessaires à la collecte et à la vie en forêt, et les déduisent du salaire des collecteurs. Les prix de ces biens sont si élevés et les prix des produits collectés si bas que les collecteurs s’endettent rapidement, parfois pour de longues années.

11  Au Brésil, le salaire mensuel minimum étant de 545 réais en 2011 (242,5 euros), cela correspond à une fourchette comprise entre 272,5 et 1635 réais (121,10 et 726,65 euros) (avec un taux de change moyen pour le 1er semestre 2011 de 1 euro = 2,25 réais).

12  Les prix moyens des fruits collectés sur le fleuve varient entre 11,11 et 15,69 euros pour un sac standard d’une contenance de 2 latas (environ 28 kg) – taux de change : 1 euro = 2,25 réais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Touffe d'Euterpe oleracea
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Image 2 : Grappe de fruits mûrs
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Image 3 : Le fruit, composé d'un gros noyau et d'une pulpe fine
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Image 4 : Carte de la région du bas Oyapock
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Image 5 : Nectar de wassaï et farine de manioc
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Image 6 : Hottes en feuilles d'E. oleracea
Crédits (photo : M. Chaigne, 2011)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Image 7 : Carte des zones de croissance du wassaï et des zones à réglementation spécifique
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Image 8 : Préparation mécanisée du nectar
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Image 9 : Schéma des filières et des flux de produit et d'argent
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Image 10 : Carte de la circulation des fruits à destination commerciale
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Image 11 : Schéma des flux de nectar pour la consommation directe et la revente
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8027/img-12.png
Fichier image/png, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laval Pauline, « Dynamique des savoirs et des échanges d’un produit de collecte en territoire transfrontalier », Confins [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 20 novembre 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://confins.revues.org/8027 ; DOI : 10.4000/confins.8027

Haut de page

Auteur

Laval Pauline

Doctorante en Ethnoécologie, MHNH, OHM Oyapock, USR 3456 CNRS Guyane, pauline.la@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Confins

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org