Navigation – Plan du site
Imagens comentadas

La frontière franco-brésilienne (Guyane/Amapá), un modèle hybride entre mise en marge et mise en interface

Madeleine Boudoux d’Hautefeuille

Notes de la rédaction

Voir aussi, du même auteur, dans la rubrique « positions de recherche » de ce même numéro 17 de Confins «  Politiques publiques de développement à la frontière franco-brésilienne : une ignorance mutuelle » et le dossier Oyapock dans le numéro 16.

Texte intégral

1En géographie des frontières, la modélisation constitue une pratique qui n’est pas systématisée. Il s’agit d’un objet de débat au sein de la discipline, rejoignant plus largement les controverses existantes autour de sa/ses théorisation/s. Quelques auteurs se sont néanmoins risqués à proposer des « modèles » d’effets-frontière et de relations transfrontalières, pouvant être appliqués à divers cas d’étude. On peut citer les « six exemples d’effet-frontière » que proposent J.-P. Renard et P. Picouet : l’intégration de marges, l’effet de dissymétrie, l’effet de dysfonctionnement, l’effet d’abri et de transit, l’effet créateur et accumulateur, et enfin le métamorphisme de contact qui opère la création d’un système spatial transfrontalier (Renard et Picouet, 1993, p. 7). Sous forme de catalogue, plutôt que de typologie englobante, les deux auteurs proposent des schémas de synthèse modélisant des lectures de compositions territoriales pouvant exister aux frontières.

2Le recours à la chorématique (Brunet, 1990) franchit un pas supplémentaire dans la modélisation puisqu’il ne s’agit plus de synthétiser mais d’offrir une lecture de l’espace d’après l’identification de ses formes élémentaires. Ainsi, A. Cuisinier-Raynal développe, sur la base d’une lecture chorématique, une modélisation spécifique des différentes compositions territoriales existant aux frontières du Pérou. Il élabore six modèles élémentaires pour son cas d’étude : en plus des marges et des interfaces (qu’il nomme « synapses », selon la terminologie de R. Brunet) spontanées et promues, il identifie des fronts (coutumiers, pionniers et militaires) et des néo-espaces transfrontaliers, qui opèrent l’effacement de la frontière grâce à des dynamiques d’intégration, notamment infrastructurelles (Cuisinier-Raynal, 2001).

3En s’appuyant sur ces initiatives pionnières, le présent travail expose l’aboutissement d’une thèse de géographie portant sur les recompositions territoriales en cours à la frontière franco-brésilienne (Boudoux d’Hautefeuille, 2012), thèse qui conclut sur l’assimilation des effets de cette frontière à un modèle hybride, entre mise en marge et mise en interface.

4Au-delà des constats chiffrés liés au différentiel socio-économique que la frontière marque, il apparaît que les politiques publiques pratiquées des deux côtés en direction des espaces frontaliers, et en direction de la Guyane et de l’Amapá de manière plus générale, sont en question, mobilisant de manière transversale les échelles nationales, supranationales et locales. Du côté français, se superposent notamment :

  • une politique européenne spécifique à l’égard des régions ultrapériphériques et de leurs frontières tierces,

  • une géopolitique nationale de valorisation symbolique d’une frontière commune avec le Brésil à l’échelle internationale,

  • une politique migratoire stricte en Guyane,

  • ainsi que l’amorce, aux échelles décisionnelles française et guyanaise, d’une politique de développement endogène corrélée à l’insertion régionale et supposée, à plus long terme, faire sortir la Guyane d’une économie de transferts.

5Du côté brésilien, cohabitent notamment :

  • l’intégration sud-américaine en construction,

  • les politiques nationales visant au rééquilibrage du territoire par des investissements dans les espaces frontaliers,

  • une politique étrangère identifiant la France comme un partenaire à privilégier,

  • une transition relative de l’Amapá du statut de marche à l’échelle nationale à celui de marge stratégique permettant d’ancrer par les infrastructures l’Amazonie au continent,

  • enfin le soutien au développement endogène à l’échelle décisionnelle amapéenne.

6Voilà résumés en quelques mots les motifs relativement durables de l’hybridation du cas d’étude de la frontière franco-brésilienne : des effets historiques de marge tampon demeurent, dans le même temps où se renforcent des effets de capillaire et où s’amorcent des effets de synapse.

7Ces effets variés se manifestent de manière multiscalaire. On peut retenir trois principales échelles territoriales de relations entre Guyane et Brésil qui se superposent et interagissent. En premier lieu, les relations informelles qui dessinent une insertion régionale de la Guyane et de l’Amapá par le fait migratoire monodirectionnel et non par les échanges économiques. En second lieu, le couloir des relations franco-brésiliennes qui fait de la frontière une interface symbolique. Entre ces effets d’interface « par le bas » et « par le haut », la construction d’un espace de coopération local entre Guyane et Amapá ou Guyane et Brésil peine à se réaliser. Les effets de cette frontière s’inscrivent donc dans une forte dialectique d’ouverture et de fermeture, et peuvent être de ce fait évalués à première vue comme contradictoires voire paradoxaux, si l’on ne prend pas la peine de remonter à leurs origines et à leurs échelles territoriales d’application.

8Afin d’apporter un éclairage à la modélisation proposée de la frontière franco-brésilienne, elle est suivie d’une carte classique de l’espace Guyane/Amapá faisant figurer des projections démographiques, puis d’un schéma de synthèse des dynamiques à l’œuvre sur cet espace.

Les huit structures élémentaires de l’espace du modèle de la frontière franco-brésilienne

1. Le fleuve-frontière

1. Le fleuve-frontière

9Le fleuve Oyapock est à la fois axe de circulation pour les populations riveraines et frontière politique entre France et Brésil.

2. Une organisation spatiale duale

2. Une organisation spatiale duale

10Comme dans les Guyanes de manière générale, l'espace se différencie entre un couloir structurant, canalisant les activités et les hommes dans la prolongation de l'axe littoral, et le milieu naturel forestier protégé. Si ce n'est sur les politiques publiques qui font perdurer cette différenciation, la frontière n'a pas d'incidence sur cette appropriation spatiale qui constitue un héritage historique.  

3. Le différentiel socio-économique

3. Le différentiel socio-économique

11La frontière politique marque un écart de niveau de vie important entre Guyane française et nord du Brésil, Amapá notamment. Cet écart renvoie au rattachement institutionnel, politique et économique de la première au continent européen et du second au continent sud-américain.

4. Ouverture/fermeture aux mobilités

4. Ouverture/fermeture aux mobilités

12La frontière franco-brésilienne se caractérise par une asymétrie fonctionnelle : son rôle de régulation des mobilités est différent du côté français et du côté brésilien. Du côté français, les conditions d'entrée sont nombreuses et complexes (obligation de visa notamment) alors même qu'une pression migratoire relative s'exerce sur la Guyane ; du côté brésilien, l'ouverture est souple et les flux entrants très limités.

5. Le désenclavement routier des pôles frontaliers

5. Le désenclavement routier des pôles frontaliers

13Le désenclavement routier de Saint-Georges-de-l’Oyapock et d'Oiapoque (BR156 en cours de bitumage) les rattache au couloir structurant de la Guyane et de l'Amapá. Il ouvre ces territoires respectivement vers l'est et le nord et fait des deux bourgs des « têtes de pont » vers le Brésil et la France.

6. Le pont transfrontalier, symbole international ou intégration infrastructurelle ?

6. Le pont transfrontalier, symbole international ou intégration infrastructurelle ?

14Le pont sur l'Oyapock, parachevant la continuité routière entre Guyane et Amapá et participant ainsi à l'intégration infrastructurelle en cours sur le continent avec l'IIRSA, constitue un marquage symbolique fort de la frontière à l'échelle des relations internationales. La France et le Brésil soulignent leur proximité physique en appui à leur proximité diplomatique et économique.

7. Des marges en associat emboîtées

7. Des marges en associat emboîtées

15La frontière différencie deux systèmes politiques qui, malgré la distance physique, opèrent un rattachement fort des espaces locaux aux échelles nationale de la France et du Brésil et supranationale de l'Union européenne et des Mercosul et Unasul. Ce rattachement contribue à cloisonner les espaces locaux (Guyane/Amapá, Saint-Georges/Oiapoque).

8. La poche transfrontalière

8. La poche transfrontalière

16Les dynamiques sociales et économiques souterraines existent 1) entre Saint-Georges et Oiapoque, 2) entre la Guyane et Oiapoque (impacts de l'orpaillage et des différents flux touristiques sur les activités économiques du bourg brésilien), 3) entre le nord du Brésil et Saint-Georges (impacts sur le solde migratoire du bourg français). Elles permettent d'identifier une poche transfrontalière entre les deux bourgs.  

17

Carte 1. La frontière franco-brésilienne. Eléments de situation entre Guyane et Amapá

Carte 1. La frontière franco-brésilienne. Eléments de situation entre Guyane et Amapá

Schéma 1. Guyane/Amapá : des espaces cloisonnés aux logiques d’organisation spatiale similaires

Schéma 1. Guyane/Amapá : des espaces cloisonnés aux logiques d’organisation spatiale similaires
Haut de page

Bibliographie

Boudoux d’Hautefeuille M. Entre marge et interface, recompositions territoriales à la frontière franco-brésilienne (Guyane/Amapá). Schoelcher, 2012. Thèse de doctorat de géographie, Université des Antilles et de la Guyane.

Brunet R. « Le déchiffrement du monde ». In : Brunet R. et Dollfus O. (dir.) Mondes nouveaux. Paris : Hachette/Reclus, 1990, p. 9-271.

Cusinier-Raynal A. « La frontière au Pérou entre fronts et synapses ». L’Espace géographique, n.3, p. 213-229, 2001.

Renard J.-P. et Picouet P. « Frontières et territoires ». Documentation photographique, n.7016, Paris, La Documentation française, 1993.

Renard J.-P. « Modèle et frontière ». Hommes et Terres du Nord, n.3, p. 138-147, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Le fleuve-frontière
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-1.png
Fichier image/png, 1,8k
Titre 2. Une organisation spatiale duale
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-2.png
Fichier image/png, 3,0k
Titre 3. Le différentiel socio-économique
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-3.png
Fichier image/png, 4,6k
Titre 4. Ouverture/fermeture aux mobilités
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-4.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre 5. Le désenclavement routier des pôles frontaliers
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-5.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre 6. Le pont transfrontalier, symbole international ou intégration infrastructurelle ?
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-6.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre 7. Des marges en associat emboîtées
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-7.png
Fichier image/png, 7,9k
Titre 8. La poche transfrontalière
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-8.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Modèle final
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-9.png
Fichier image/png, 81k
Titre Carte 1. La frontière franco-brésilienne. Eléments de situation entre Guyane et Amapá
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-10.png
Fichier image/png, 509k
Titre Schéma 1. Guyane/Amapá : des espaces cloisonnés aux logiques d’organisation spatiale similaires
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8259/img-11.png
Fichier image/png, 738k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine Boudoux d’Hautefeuille, « La frontière franco-brésilienne (Guyane/Amapá), un modèle hybride entre mise en marge et mise en interface », Confins [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 05 avril 2013, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/8259 ; DOI : 10.4000/confins.8259

Haut de page

Auteur

Madeleine Boudoux d’Hautefeuille

Docteur en géographie, Associée à l’Observatoire Hommes/Milieux « Oyapock » du CNRS (UPS 3456), mdhautefeuille@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org