Navigation – Plan du site
Projeto de pesquisa

(In)visibilité des classes pauvres en ville par le prisme des cortiços paulistes au Brésil

(In)visibilidade das camadas pobres na cidade pelo prisma dos cortiços paulistanos no Brasil
Poorest classes (in)visibility in the city through the prism of the Paulistas cortiços in Brazil
Octavie Paris

Résumés

En évoquant le thème du logement des classes les plus pauvres du Brésil, l’automatisme est souvent celui de penser à la favela, image urbaine faisant partie du paysage urbain brésilien ancré dans l’imaginaire collectif (ou crée par les médias et les discours politiques notamment).

Sans dire que les problématiques liées au thème de la favela aient été épuisées par les recherches en sciences sociales, il apparaît intéressant d’étudier d’autres formes d’habitat populaire se développant dans les grandes villes brésiliennes, parmi elles, le cortiço.

Cet article s’appliquera à proposer non pas une définition précise et finie du cortiço, [cela serait bien difficile] mais plutôt une présentation de cet habitat, par l’étude des cortiços d’un quartier du centre de la ville de São Paulo : Bela Vista. Après une mise en contexte de la réalité urbaine du cortiço, il s’agira de souligner en deux temps, son « invisibilité » tant à l’échelle du bâti même, au sens physique donc, de l’inscription dans le paysage urbain de la ville et à moindre échelle du quartier ; mais aussi au sens figuré du terme de par l’organisation même de l’économie d’un cortiço. Sera empruntée, pour ce faire, la notion de « régime de visibilité » à Lévy et Lussault, en soulignant les spécificités de ce mode d’habiter qu’est le cortiço.

Haut de page

Entrées d’index

Índice de palavras-chaves :

centro, cortiço, invisibilidade, moradia popular
Haut de page

Texte intégral

1Les grandes villes brésiliennes, marquées par un considérable étalement du logement populaire en périphérie, à partir des années 1930 / 1940 dans le cas de São Paulo, conservent toutefois nombre de logements populaires au centre. Ainsi, le cortiço se maintient comme solution de logement pour les classes à bas revenus, en voyant cependant sa forme et sa conception évoluer. Aujourd’hui encore, si l’attention (tant locale, que nationale et internationale) semble s’être focalisée sur l’habitat en favela, ces cortiços perdurent dans le centre-ville de la capitale pauliste. Leurs habitants développent alors des stratégies d’acteurs servant un « régime de visibilité » particulier.

2La notion de « régime de visibilité » défini, dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, de Lévy et Lussault, comme suit : « cette advenue au visible, cette présentation aux regards… » qui permet que « [leur] existence au sein de la société se cristallise. » puisque « parler d’espace, c’est évoquer le régime de visibilité des substances sociales. » [Lévy, Lussault, 2003 : 997] aidera à répondre à ces questionnements.

3Ce n’est pas tant le caractère exceptionnel qui est déterminant mais bien le caractère du singulier, du particulier qui met en exergue des spécificités et met en œuvre des stratégies particulières. Par-là, il s’agit de souligner que si le cortiço n’est pas un élément urbain qui soit exceptionnel, tant par un attrait – négatif ou positif – visuel, ou encore esthétique, que par une exceptionnalité au sens d’élément unique en son genre, les particularités qui lui sont liées et les stratégies d’acteurs qu’il suscite rendent son étude des plus intéressantes.

  • 1  Loi Municipale visant l’amélioration des conditions de vie par la structure physique du bâti des c (...)

4Le cortiço est défini, de manière générale, – tant par la loi Moura1 que par les professionnels qui travaillent près du thème du cortiço – comme un habitat collectif multifamilial, plurifamilial et caractérisé par un surpeuplement dans un espace réduit.

  • 2  « Article 1° - Est défini comme cortiço une unité utilisée comme habitat collectif multifamilial, (...)

5« Art. 1º – Define-se cortiço como a unidade usada como moradia coletiva multifamiliar, [...] apresentando [a característica de] f) Superlotação de pessoas.2 » [Lei Moura, 1991]

6Réalité urbaine complexe, ce mode d’habiter n’est actuellement pas défini officiellement au niveau national, - la loi Moura n’étant qu’une loi municipale de la ville de São Paulo - il apparaît aujourd’hui bien difficile de donner une description unique du cortiço. Cet article vise pourtant à s’approcher le plus de la réalité, par l’apport de descriptions tant littéraires, qu’historiques mais aussi pratiques et personnelles, en prenant appui sur un terrain de recherche de trois mois durant lesquels ont été effectués autant des entretiens-cibles avec des professionnels travaillant en lien plus ou moins direct avec les cortiços, que des questionnaires auprès des habitants des cortiços, tout comme une enquête de rue sur la place du cortiço dans l’imaginaire collectif auprès des passants des rues de Bela Vista.

7

Figure 1 : Vue, depuis la rue, de l’intérieur d’un cortiço par une fente de porte en tôle. 137, rue Vicente Prado – Bela Vista

Figure 1 : Vue, depuis la rue, de l’intérieur d’un cortiço par une fente de porte en tôle. 137, rue Vicente Prado – Bela Vista

Crédits : auteure, 10 mai 2012

8La plus ancienne description morphologique d’un cortiço est celle d’un habitat collectif et locatif multifamilial formé par une enfilade de petites pièces, chacune étant destinée à accueillir une famille avec un usage pluriel de cette pièce unique (chambre, salon, cuisine…), le long d’un couloir ou autour d’une courette intérieure (figure 2). A la différence des vilas operárias (cités ouvrières) qui se développeront plus tard, le cortiço se caractérise par un usage commun - et donc externe à la pièce de vie – des sanitaires.

Figure 2: Schéma de cortiço

Figure 2: Schéma de cortiço

Source: Dos cortiços as favelas e aos edificios de apartamentos,

Vaz, 1994

9Vouloir traduire le terme cortiço par « taudis », ou par « habitat taudifié », serait risquer de réduire tout une réalité urbaine brésilienne à une froide conversion vers la langue française. Le cortiço peut se décrire de façon imagée comme une ruche où de nombreuses abeilles vivent, travaillent et se sociabilisent. Ce terme tient son origine du mot cortiça, le « liège », qui était le matériau avec lequel on construisait, autrefois, les ruches d’abeilles. C’est donc toute la métaphore de l’essaim d’abeille qu’il faut filer si l’on veut donner une traduction réaliste du terme cortiço, qui implique donc le bourdonnement et la surpopulation qui caractérise l’habitat.

  • 3  « Et pendant deux ans, le cortiço prospérait chaque jour un peu plus, se remplissant de monde. Jus (...)

10“E durante dois anos o cortiço prosperou de dia para dia, ganhando forças, socando-se de gente. E ao lado o Miranda assustava-se, inquieto com aquela exuberância brutal de vida, aterrado defronte daquela floresta implacável que lhe crescia junto da casa, por debaixo das janelas, e cujas raízes, piores e mais grossas do que serpentes, minavam por toda a parte, ameaçando rebentar o chão em torno dela, rachando o solo e abalando tudo.” [Azevedo, [1890] 1998 : 26]3

11A partir d’une signification première se référant à la forme et au type d’occupation, ce terme technique a donc acquis une signification renvoyant à un mode d’occupation particulier caractérisé par une densité élevée d’habitants, comme souligné par Luis Azevedo lorsqu’il décrit cette « brutale exubérance de vie ».

12Cette description littéraire permet d’apporter des précisions sur le mode d’habiter, sur les relations de voisinage du quotidien dans le cortiço, mais qu’en est-il de la description physique du bâti de ce mode d’habiter ?

13Bien loin d’être le seul quartier de São Paulo à s’illustrer par la présence de cortiços, Bela Vista est néanmoins l’un des quartiers, situé dans la division administrative de Sé, région centrale de la ville, qui compte le plus grand nombre de logement référencés comme cortiços.

Figure 3 : Carte de São Paulo présentant la quantité d’édifices considérés comme cortiços selon les régions administratives de la ville

Figure 3 : Carte de São Paulo présentant la quantité d’édifices considérés comme cortiços selon les régions administratives de la ville

Source : http://cortico.pcc.usp.br/​html/​imoveis%20encorti%C3%A7ados.html, consultée le 23 Juin 2012

Figure 4 : Carte de São Paulo présentant la localisation et la part de logements constitués d’une pièce unique, catégorie censitaire dans laquelle sont comptabilisés les cortiços

Figure 4 : Carte de São Paulo présentant la localisation et la part de logements constitués d’une pièce unique, catégorie censitaire dans laquelle sont comptabilisés les cortiços

Source H. Théry, recensement IBGE 2000

  • 4  Bien que la figure 4 nous dévoile également un autre phénomène actuel, l’essor des « cortiços » da (...)

14Si ces deux représentations cartographiques (figures 3 et 4) aident à visualiser l’argument de la concentration de l’habitat en cortiço dans le centre de la ville4, l’écueil de la définition du cortiço et l’importance de relativiser les données chiffrées qui ont permis l’élaboration de ces cartes sont à souligner. Tout d’abord, parce que cela dépend de la définition sur laquelle on se base pour définir un logement comme cortiço mais aussi, et c’est bien tout l’intérêt de ce travail de recherche, parce que le cortiço est un objet d’étude très difficile à répertorier. Toutefois, ces deux sources permettent de montrer l’importance numérique de la présence de cortiços dans la région urbaine choisie pour cette étude. Notons, que l’intitulé IBGE de la classe censitaire de la carte sur laquelle est basée la figure 4 parle de logement d’une « seule pièce », elle ne fait donc pas référence spécifiquement aux cortiços mais inclus également le logement en pension souvent confondue avec les cortiços.

15Ces cartes permettent également de justifier le choix du quartier de Bela Vista comme terrain d’étude. Il est évident que les arguments quantitatifs ne suffisent pas pour fonder une argumentation. Ce choix peut être justifié par des arguments basés sur une considération plus qualitative du quartier, Bela Vista étant l’un des quartiers les plus anciens et les plus traditionnels de São Paulo.

16Sa localisation est, elle aussi des plus intéressantes, puisque Bela Vista se situe dans l’arrondissement de Sé, qui constitue avec República, le noyau historique de la ville de São Paulo, et que le quartier est délimité au Nord par l’Avenue Paulista, l’une des artères principales de la ville particulièrement verticalisée, avec de nombreuses tours de sièges sociaux d’entreprises, d’hôtels internationaux, de centres culturels…

17Quelle place ont les cortiços dans la ville pauliste actuelle, et à échelle plus réduite dans les quartiers centraux dans lesquels ils se situent ? Quelles sont les spécificités de ce mode d’habiter la ville et de ses habitants ? Au centre de quels types d’enjeux socio-économiques et politiques se trouvent ces habitats collectifs populaires caractéristiques ? Quelle est la relation des habitants des cortiços avec le quartier dans lequel ils vivent ?

18Ainsi, les interrogations se précisent autour de la notion de régime de visibilité. Dans l’espace urbain pauliste, quel régime de visibilité pour les habitants des cortiços du quartier de Bela Vista ? Quel type de visibilité ces habitants ont-ils tant sur le plan matériel que sur le plan immatériel ? Quelles sont les conséquences de ce régime de visibilité sur le quotidien de ces habitants et sur l’évolution future des cortiços dans le quartier ?

Le cortiço, invisibilité physique dans l’espace urbain bâti

19Le cortiço, en tant qu’habitat populaire urbain, s’inscrit dans un plus large contexte bâti, qui a connu différentes phases, différents types d’urbanisation, comme l’a été énoncé plus haut dans la partie introductive. Cet article ne présente donc pas le cortiço comme un élément urbain isolé, indépendant de son environnement, mais prétend l’étudier en soulignant des relations de causalité et de synergie entre le cortiço et le contexte dans lequel il s’inscrit. Si seront également abordées les caractéristiques physiques du bâti et les éléments qui participent à une certaine invisibilité du cortiço, - tels que son caractère parfois cryptique ou encore par le rôle de la façade, dans un second et troisième temps - ; il convient, tout d’abord, d’avoir une vue d’ensemble sur les modalités d’inscription du cortiço dans le paysage urbain pauliste.

Le cortiço : élément de la ville basse et mode d’habiter le moins visible de São Paulo

20Parmi les différentes échelles possibles pour l’étude d’un objet urbain, c’est celle du quartier qui a été retenue, en spécifiant le propos sur le quartier de Bela Vista. Il semble pourtant important de ne pas laisser de côté l’échelle de la ville, dans laquelle s’inscrit le cortiço. C’est de cet espace géographique plus ample que le quartier que commencera la réflexion pour interroger la place qu’occupe le cortiço dans l’ensemble de son environnement urbain pauliste.

21Ainsi, en s’intéressant au paysage urbain qui caractérise la ville de São Paulo, l’idée que le cortiço est le mode d’habiter le moins visible dans le panorama pauliste, peut être avancée.

22La ville pauliste est aujourd’hui caractérisée par son visuel vertical, sa skyline est parmi les plus hautes du monde. Il suffit pour cela de voir les nombreux hauts édifices du centre, - dont le premier a été le Martinelli qui date de 1929 [Monbeig, 1953 : 289] -, qui constituent une véritable forêt de gratte-ciels, qui s’est déplacée, dans un second temps, le long de l’Avenue Paulista dans la deuxième moitié du XXème siècle.

23Figure 5 : Skyline de São Paulo depuis la tour BANESPA,

Crédits : auteure, le 05 Avril 2012,

24Alain Musset, dans son livre De New-York à Coruscant, parle d’ailleurs de l’utilisation de la ville de São Paulo comme ville modèle, comme base, dans l’élaboration des visuels urbains de la saga Star Wars, caractérisés par d’édifiants gratte-ciels (figure 5). Il est tentant également de parler d’une certaine ressemblance avec la ville du film Le 5ème élément, puisque São Paulo compte l’une des plus importantes flottes d’hélicoptères au monde, permettant aux habitants de la ville verticale de se déplacer sans transiter par la ville basse.

25Ce trafic aérien incessant, attire l’attention vers les parties élevées du paysage urbain, modifiant ainsi la perception des habitants et des usagers fréquentant la ville basse.

  • 5  « Même si la plus grande concentration de bâtiments encortiçados se situe dans les quartiers centr (...)

« Mesmo estando a maior concentração dos imoveis encortiçados situados nos bairros centrais da cidade, é uma realidade pouco visível, não se constituindo em uma paisagem, mas escondendo-se entre as edificaçoes que marcaram o desenvolvimento dela. » [Piccini, 1999 : 10]5

Figure 6: Vue et contraste depuis un cortiço 190 rue Humaita – Bela Vista - São Paulo

Figure 6: Vue et contraste depuis un cortiço 190 rue Humaita – Bela Vista - São Paulo

Crédits : auteure. , le 10 Mai 2012

26Cette photographie (figure 6) montre le contraste entre le cortiço qui s’inscrit dans le contexte de la ville basse pourtant dans le centre et le processus de verticalisation qui participe à un certain effacement du cortiço comme élément physique bâti dans le panorama urbain pauliste, avec cet immeuble récent en arrière-plan de la photographie. Quelles conséquences peut avoir cette distanciation verticale qui influe sur les régimes de visibilité des habitants des différents types d’habitats paulistes ?

27Avant de revenir plus en détails sur cette distanciation dans la verticalité, il convient d’interroger cette notion de distanciation horizontale également dans la constitution de différents régimes de visibilité. Eloigner pour oublier, éloigner pour ne pas voir, éloigner pour cacher… ces stratégies de relégation [Donzelot, 2004] sont au cœur de nombreuses problématiques de la gestion urbaine. Ne serait-ce pas là un certain processus d’invisibilisation ? Du moins une invisibilisation immédiate à celui qui se trouve au centre de la ville car, autant pour les grands-ensembles français dont parle Donzelot, que pour les favelas brésiliennes, ces habitats offrent un visuel marquant, qui s’impose à la vue.

28La mise à distance au centre et la relégation en périphérie permet de contrôler le paysage urbain offert dans les parties centrales de la ville où se concentrent généralement les regards, tant les regards de la société à l’échelle locale, que les regards externes, internationaux. Ceci s’explique par le fait que ces parties centrales de la ville soient le lieu des instances de pouvoir (qu’il soit politique, économique…) mais aussi des infrastructures culturelles et médiatiques.

29Or, les cortiços à la différence d’autres habitats populaires tels que les favelas, ne sont pas un mode d’habitat périphérique, ils s’inscrivent dans la ville formelle, dans le centre de la ville.

30Théoriquement, les habitants des cortiços sont donc plus proches du focus d’attention, des regards, ils devraient être plus à même d’être vus. Cependant, le panorama visuel du centre de São Paulo reste davantage marqué par la forte présence des moradores de rua, qui ont un régime de visibilité très ouvert contrairement aux habitants des cortiços pourtant particulièrement présents dans le centre.

31Quelle place alors dans ce visuel urbain pour un mode d’habiter qui a pour caractéristique de ne pas se donner facilement à la vue ? Quels sont les éléments qui participent de cette invisibilité du cortiço dans le bâti urbain Pauliste, sans passer par la relégation en périphérie ?

Du caractère souterrain du cortiço et du rôle de la façade

32Si cette place du cortiço dans le panorama visuel de São Paulo pourrait expliquer la moindre facilité à voir le cortiço à l’échelle de la ville, elle ne suffit pas à expliquer cette visibilité faible du cortiço à l’échelle plus réduite du quartier.

33L’une des premières caractéristiques participant de l’invisibilité du cortiço dans le bâti urbain est le fait qu’il soit, dans bien des cas, un mode d’habitat qui contraste avec une verticalisation vers le haut (up), puisqu’il s’agit plutôt d’un mode d’habiter souterrain (down). En effet, nombre des cortiços actuels de Bela Vista se développent dans des sobrados, à un étage, style architectural des classes les plus aisées, caractéristiques de l’époque coloniale portugaise.

Figure 7: Façade d’un sobrado abritant un cortiço, 264 Rue Artur Prado, - Bela Vista - São Paulo

Figure 7: Façade d’un sobrado abritant un cortiço, 264 Rue Artur Prado, - Bela Vista - São Paulo

Crédits : auteure, le 16 Avril 2012

34Ces sobrados ressemblent, de l’extérieur (figure 7) à des maisons unifamiliales à un étage (outside), mais en leur intérieur (inside) renferment une subdivision du sous-sol ou de l’arrière-cour en quartos, chambres à louer où s’entassent différentes familles. Il y a donc une importante contradiction outside / inside, entre ce qui est donné à la vue et la réalité renfermée.

  • 6  In L'architecture élément par élément, LEWIS, Miles, 2010, Editions Citadelles et Mazenod  

35Il convient alors d’interroger le rôle de la façade dans cette « présentation aux regards » qui définit un régime de visibilité [Lévy, Lussault, 2003 : 99]. La façade, terme qui « s’applique à la face avant ou au principal côté d’un bâtiment »6, est également décrite dans le Dictionnaire de Géographie, comme le « côté d’un immeuble, donnant sur une rue ou une place [...] Elle exprime donc le paraître, elle est l’un des rares éléments du paysage à avoir été conçus pour communiquer un message. […] Pure façade : tout est dans l’apparence et l’intérieur est vide, ou différent. » [Brunet, Ferras, Théry, 2005 : 209]. La façade apparaît alors comme un artifice tourné vers l’extérieur qui ne laisse pas présager, qui n’invite pas à imaginer la configuration, les composantes de la partie postérieure de l’édifice. Au sens figuré la façade est d’ailleurs l’extérieur, l’apparence. Or, ce souci de l’apparence, basé sur l’extérieur et ce qui est donné à voir, se retrouve bien dans la résolution n° 22.200225 de la Mairie de São Paulo qui réglemente le classement de certains éléments du quartier de Bela Vista comme patrimoine historique et qui ne parle que de l’aspect externe des casarões. Cette résolution incite à une certaine négligence de la partie interne de l’édifice, par une présentation externe postiche.

36La façade c’est aussi ce qui fait le lien, la démarcation entre l’extérieur et l’intérieur, le public et le privé. Notons alors que dans le cas de Bela Vista, il existe différents cas de figure, certains cortiços se situant dans des édifices dont la façade décrépie, mal entretenue, sale… correspond à l’idée d’un bâtiment encortiçado alors que d’autres ne laissent en rien paraître que derrière cette simple porte, derrière ces simples murs vivent de nombreuses familles, dans un cortiço.

37Le pas de porte, comme intermédiaire entre l’extérieur et l’intérieur, entre le public et le privé peut alors devenir un indice révélateur pour le regard. Les allées et venues, les entrées et sorties de différentes familles sortant toutes par cette même porte qui paraît pourtant être celle d’une maison unifamiliale à l’heure du retour de l’école ou de la sortie pour le travail… ne trompent pas.

38La façade apparaît néanmoins comme un obstacle à la « présentation aux regards », un artifice parfois difficile à déjouer, à surmonter.

39Si toutefois le regard un tant soit peu curieux parvient à dépasser l’image que renvoie cette façade, et qu’il parvient à entrer dans le cortiço, un autre élément peut empêcher la lisibilité de l’espace interne, son caractère souterrain.

40C’est alors ce caractère souterrain de nombreux cortiços, qui vient accentuer le rôle trompeur que peut jouer la façade pour l’œil externe, ne laissant pas deviner le développement du bâti vers le bas.

Figure 8: Vue d’un couloir souterrain d’un cortiço 305 rue Martiniano de Carvalho – Bela Vista

Figure 8: Vue d’un couloir souterrain d’un cortiço 305 rue Martiniano de Carvalho – Bela Vista

Crédits : auteure, le 10 mai 2012.

41Le souterrain (figure 8) peut aussi amener à une autre considération, par la faible ouverture au regard qu’il offre, il est bien souvent connoté à l’idée du refuge, de l’abri et offre un sentiment de sécurité, qui n’incite pas ses occupants à se donner au regard, s’éloignant de cette idée d’« advenue au regard » dont parlent Lévy et Lussault dans leur définition du régime de visibilité.

42Si ce caractère souterrain du cortiço n’est pas toujours à prendre dans le sens premier, purement physique du terme, au sens de en dessous du niveau 0 que représente la rue dans le cadre urbain, il m’apparaît intéressant de caractériser le cortiço comme un habitat souterrain, au sens avant tout, imagé du terme, pris dans le sens de secret, caché, voire mystérieux. Cette idée de mystère amène à considérer l’organisation interne du bâti du cortiço qui relève d’une organisation labyrinthique.

De l’organisation labyrinthique interne

43Le labyrinthe maniériste constitué, de nombreuses impasses, présente une structure en forme de racine. Cette image végétale me permet un rapprochement avec l’œuvre naturiste d’Azevedo qui décrit le cortiço comme une forêt dont les racines se développent de façon considérable, rapide et imprévisible. [Azevedo, [1890] 1998 : 26].

44Les constructions labyrinthiques ont cette capacité d’empêcher toute possibilité d’orientation, de repères et donnent l’impression d’un développement, d’un déroulement sans fin pour des personnes extérieures. Cette considération vaut tant en pratique dans son sens spatial, que dans une acceptation beaucoup plus abstraite, tenant plus à la psychologie, avec le trouble, la confusion, à un sentiment de désorientation.

45Cette structuration labyrinthique interne du cortiço est un élément supplémentaire permettant de comprendre ce régime de visibilité qui lui est particulier. Une fois de plus, j’évoque ces notions de souterrain, de labyrinthe, avec l’idée de dépasser leurs considérations purement physiques pour leur accorder un niveau plus abstrait. Si la complexité des méandres des corridors des cortiços peut ne pas être assez importante pour constituer un véritable labyrinthe, l’idée d’infinité et d’expectative quant à ce que l’on peut trouver au bout de cet élément longitudinal donne ce caractère labyrinthique comme souligné par cette photographie (figure 9). Cette profondeur horizontale considérable de certains cortiços tout en étroitesse, amène des configurations du bâti qui participent de l’accentuation de leur invisibilité, tout comme a la capacité à le faire le caractère souterrain (vers le bas) d’autres cortiços.

Figure 9: Vue de la profondeur d’un cortiço 190 rue Humaita – Bela Vista

Figure 9: Vue de la profondeur d’un cortiço 190 rue Humaita – Bela Vista

Crédits : auteure, le 10 Mai 2012.

46Que ce soit par la profondeur verticale (souterrain) ou par la profondeur horizontale (labyrinthe avec des corridors sans fin), la tendance des cortiços à se développer dans des lieux se donnant difficilement à la vue, au regard externe ; conditionne leur régime de visibilité et rend celui-ci nettement plus ambigu.

47La « complication technocratique ou bureaucratique » dont parlent Lévy et Lussault dans leur définition du labyrinthe, [Lévy, Lussault, 2003] est tout à fait présente dans le régime de visibilité des habitants des cortiços par la complexité de l’organisation interne du cortiço qui sera étudié à présent.

Le cortiço, un mode d’habiter participant à une tendance à l’invisibilité urbaine

48Le cortiço peut non seulement être abordé comme une forme urbaine architecturale, comme développé dans la première partie, mais il peut - et doit - également être étudié comme un mode d’habiter, davantage basé sur des considérations de la vie quotidienne au sein du cortiço, de comportements sociaux ou encore du mode de vie. L’étude de l’invisibilité des cortiços et de leurs habitants sur la seule base du paysage urbain dans lequel ils se situent ne suffit pas à pouvoir interroger la notion de « régime de visibilité » de Lévy et Lussault qui parle avant tout de « substances sociales ». Les formes urbaines et les substances sociales étant étroitement liées, il convient de souligner la « consubstantialité du spatial et du social » [Lévy, Lussault, 2003], l’un n’étant rien sans l’autre.

49Il apparaît alors nécessaire d’aborder le régime de visibilité des habitants des cortiços dans la complémentarité de ces deux approches du cortiço.

50Le caractère invisible du cortiço ne serait alors pas uniquement concret au sens du paysage urbain mais il serait également idéel, relatif au paysage social.

  • 7  Lors des enquêtes de terrain effectuées dans les cortiços de Bela Vista, de février à mai 2012.

51Les habitants de cortiços, se caractérisent essentiellement par leur travail et par les stratégies de vie quotidienne que celui-ci induit (avec la localisation du logement). Pour les premiers habitants des cortiços paulistes, il s’agissait à l’origine de travaux industriels. Aujourd’hui, il s’agit, en général, d’emplois dans le secteur du service. Nombre des femmes interrogées7 travaillent comme femme de ménage à domicile ou pour le compte d’entreprises durant la nuit, alors que les hommes se dédient à des travaux de surveillance et de sécurité, généralement dans les cantines et boîtes de nuit du quartier.

52Le cortiço apparait comme une solution de logement moins stable que la favela, dans le sens où le caractère rotatif est plus important dans le cortiço, celui-ci étant basé sur un système de location alors que la favela se base sur l’accès à la propriété privée. Néanmoins, une adresse dans le cortiço, situé dans la ville formelle donne plus de crédibilité aux habitants lorsqu’ils postulent pour un emploi. Il est en effet, beaucoup plus simple de situer une rue cadastrée, telle que la rue Barbosa du quartier de Bela Vista, que de localiser l’un des baraquements d’une favela « non-urbanisée » et donc sans cadastre, ni nom de rues… La localisation du cortiço dans la ville formelle est donc incontestablement et ironiquement un argument de crédibilité et de visibilité pour ses habitants pour l’accès au marché du travail pauliste.

53S’illustre ainsi, la visibilité paradoxale du travail des habitants des cortiços, qui, pour être bien souvent un travail informel, se caractérise par une certaine invisibilité administrative et qui pour autant se présente comme une possibilité d’affirmation, de légitimité où la localisation du logement est un atout. Notons ici l’idée que la distance avec le lieu de travail est plus courte et donc que l’heure d’arrivée sur le lieu de travail ne devrait pas être conditionnée par l’état du trafic urbain plus que chaotique donne la préférence aux habitants de ces cortiços centraux sur d’autres vivant dans des habitats populaires plus excentrés. Entrent alors en scène les problématiques de l’accessibilité et de la proximité au centre, qui font des cortiços un élément urbain dont le principal atout reste la localisation stratégique. Originellement situé à proximité des premières industries, les cortiços, et notamment ceux de Bela Vista, ont résisté aux transformations urbaines et à la réduction de l’importance de la présence des industries au centre, permettant aujourd’hui encore, à leurs habitants de vivre à proximité immédiate des emplois. Une importante partie du travail informel, de nos jours davantage basé sur le secteur du service, se trouvant dans le centre, le quartier fait profiter à ses habitants d’une localisation optimale – tout comme c’était le cas à l’origine lorsque les emplois étaient plus industriels avec la proximité des fabriques et usines -.

54Si le profil social des habitants de cortiços participe de leur invisibilité, la localisation de leur logement, amplifie et potentialise ironiquement leur accès aux emplois du quartier, augmentant ainsi non pas leur visibilité mais leur crédibilité sur le marché de l’emploi. Ces emplois les laissent toutefois dans la précarité puisque peu rémunérés, imposant des horaires contraignants souvent nocturnes, et n’assurant aucune stabilité de salaires.

55Plus que la pauvreté, c’est donc plutôt la précarité qui caractérise l’habitat en cortiço. Cette précarité partagée par les habitants de cortiços ne parvient pas à créer une dynamique, un sentiment de communauté et participe donc plus à une tendance à l’invisibilisation, qui s’expliquerait par un individualisme notable dans ce mode d’habiter pourtant qualifié d’habitat collectif.

Quelle dénomination du cortiço par ses habitants ?

  • 8  Pension

56Individuellement, la population vivant dans les cortiços, ne se reconnait pas comme habitants de cortiços - certainement du fait de la connotation péjorative du terme -, le mot majoritairement utilisé dans leur discours, est celui de pensão8.

  • 9  Communauté

57Une comparaison avec l’habitat en favela semble nécessaire, le terme étant lui aussi fortement connoté, il est de coutume pour les habitants de passer par une autre nomenclature, en utilisant plutôt le nom de communidade9. Celui-ci renvoie à l’idée d’une certaine vie en commun, à une certaine appartenance commune, à un intérêt commun et une cause commune à faire valoir et à défendre, qui ne se retrouve pas dans le terme de pensão pour les cortiços.

58Dans les réponses aux questionnaires effectués auprès des habitants au sujet de ce qu’ils apprécient et ce qu’ils déplorent dans leur logement, se révèle une capacité et une disposition (du moins affichée) à s’accommoder à ces conditions de vie.

59Cette confusion terminologique n’est, pour autant, pas dans la seule bouche des habitants, bien souvent, le cortiço est confondu avec la pension, qui sont deux réalités bien distinctes ; la pension se référant davantage à la location d’une chambre non pas pour une famille mais pour une unique personne, un seul travailleur, cette caractéristique ne correspond pas à la définition initiale et historique du cortiço comme décrite dans les lignes d’Azevedo.

60La pension du travailleur vivant seul est finalement parfois référencée (officiellement par les pouvoirs publics) comme un cortiço. Si on peut reconnaitre une explication à cette confusion par la ressemblance en termes architecturaux, par la subdivision interne en petites unités de vie et par la qualité du bâti, le caractère multifamilial est manquant pour qu’elles soient qualifiées de cortiços. La confusion noie les habitants des cortiços dans un ensemble, dans une catégorie de logement bien trop ample et finalement bien trop vaguement défini pour bénéficier d’une meilleure visibilité, au sens d’une connaissance plus précise et donc plus juste de cette réalité pauliste.

61Le cortiço permet donc d’illustrer l’idée selon laquelle la proximité spatiale n’est pas synonyme de proximité sociale [Chamboredon & Lemaire, 1970], ni de proximité de sociabilité. La promiscuité et le surpeuplement amènent plutôt à un fort individualisme qui se retrouve dans l’organisation interne du cortiço.

Une organisation administrative interne participant de cette invisibilité

62La hiérarchie interne qui se joue dans le fonctionnement administratif du cortiço comme logement, peut être un autre facteur explicatif du faible régime de visibilité de ses habitants.

63Le cortiço s’inscrit, dans la majorité des cas, dans un système de sous-location, dans lequel apparaissent différents acteurs plus ou moins connus, plus ou moins présents et plus ou moins visibles, tant aux yeux des habitants que pour les ONG ou les pouvoirs publics.

64Il s’agit du ou des propriétaires, mais aussi du ou des responsables, des intermédiaires, des gestionnaires… Au fil des entretiens et questionnaires auprès des habitants il est apparu une forte confusion entre ces différents acteurs et leurs statuts et responsabilités, certains parlant du responsable comme s’il était le propriétaire notamment.

65Cette sous-location est parfois ignorée par le propriétaire au large bénéfice donc du responsable ; dans d’autres cas, l’intermédiaire est placé par le propriétaire même et occupe une fonction de gestionnaire (régler les conflits internes, récupérer les loyers, faire de petits travaux…). Plusieurs cas de figure sont alors possibles, l’intermédiaire peut vivre hors du cortiço et gérer même divers cortiços pour différents propriétaires, mais l’intermédiaire peut également vivre au sein même du cortiço et avoir une sorte de relation privilégiée avec le propriétaire en étant le seul à le connaître et en étant exempté de payer un loyer - ou en payant la moitié du prix du loyer – ou encore en vivant dans la partie supérieure, plus spacieuse des sobrados. C’est le cas d’un cortiço de la rue Conde de São Joaquim, où la responsable, une femme d’une soixantaine d’année, vivant dans la partie haute du sobrado a en charge l’entretien du cortiço et travaille ainsi comme intermédiaire pour le compte du propriétaire, ce qui réduit de moitié le loyer qu’elle lui paye pour son logement.

66Dans bien d’autres cas de figures, l’intermédiaire a un rôle beaucoup plus actif dans l’économie du cortiço en louant la totalité du bâtiment au propriétaire et en sous-louant ensuite, pour son compte, les petits quartos du cortiço, abusant souvent de cette échelle de valeurs pour gonfler les prix des loyers. Tout ceci s’effectuant dans un contexte non-officialisé par un ou des contrats de location, l’informalité est la base du fonctionnement de cette solution de logement.

67L’argument de l’informalité est donc central dans la compréhension du régime de visibilité des habitants des cortiços, puisqu’il est à la base de la confusion dans la hiérarchie qui structure les différents acteurs (propriétaires, responsables, locataires, sous-locataires…) permettant un système de chaîne de valeurs des prix des loyers. Le prix du loyer augmentant en fonction du nombre d’intermédiaires et distanciant toujours plus le dernier chaînon que représentent les habitants des cortiços de la vue de tous mais aussi des associations et des travailleurs sociaux.

68Cette imbrication des différents niveaux administratifs et de gestion interne aux cortiços participe et potentialise davantage l’invisibilité de ses habitants. En effet, la multiplication du nombre d’acteurs qui interfèrent entre le couple classique propriétaire/locataire par la présence d’un ou de plusieurs intermédiaires, augmente la distance (abstraite ici) présente dans le régime de visibilité des habitants des cortiços.

69Les personnes incarnant les différents statuts, niveaux de cette hiérarchie ne sont pas forcément connus par la totalité des actants, ce qui place ce mode d’habiter dans un contexte d’organisation où l’invisibilité est présente à différentes échelles.

70L’expression de « diviser pour mieux régner » semble de mise dans l’organisation administrative interne du cortiço puisque le gestionnaire du recouvrement des loyers (qu’il s’agisse de l’intermédiaire, du responsable ou de toute personne tierce au couple habituel propriétaire / locataire) n’a aucune politique d’harmonisation des loyers. Ainsi, certains habitants de cortiços payent une somme plus élevée que leurs voisins, menant ainsi par extension à l’idée de diviser pour « invisibiliser ».

71Certes, dans certains cas, cette différence de valeur de loyer s’explique par une surface au sol plus importante du quarto loué, ou d’une meilleure localisation dans l’ensemble du cortiço ou encore parce qu’y vivent un nombre plus important de personnes que dans le quarto d’à côté, mais ces explications qui pourraient justifier cette irrégularité dans les valeurs des loyers au sein d’un même cortiço ne sont pas toujours avérées et ne peuvent pas toujours expliquer ces différences de valeurs.

72Ces pratiques – quand elles sont connues par les habitants qui ne connaissent pas forcément le prix du loyer des quartos voisins - paraissent beaucoup plus diviser les habitants, avec des questions de rivalité que de les unir autour d’une cause commune. Cet argument vient compléter le fait que seuls certains habitants connaissent ou ont un rapport direct avec le responsable ou le propriétaire, créant ainsi des mésententes et des sortes de micro-clans au sein du cortiço.

73Le régime de visibilité du cortiço et de ses habitants ne s’explique pas uniquement par sa place dans le paysage bâti de la ville, du quartier, ni par des considérations d’ordre architectural tel que son caractère souterrain et labyrinthique ; mais aussi par les caractéristiques des substances sociales y vivant, agissant (volontairement ou involontairement, consciemment ou inconsciemment) de façon à ne pas favoriser un régime de visibilité qui laisserait une trop grande advenue aux regards

Conclusion

74Les questionnaires directs aux habitants ont permis une meilleure compréhension de cette réalité urbaine qu’est le cortiço. Bien qu’il soit un logement collectif, le cortiço est fortement marqué par des logiques individualistes qui rendent difficile l’éveil d’une conscience commune et d’une lutte pour des intérêts communs. La place du cortiço tant dans le discours des Paulistes que dans le discours des habitants des cortiços eux-mêmes mène à une certaine confusion, puisqu’il n’existe pas véritablement de définition unanime de ce qu’est un cortiço, celle-ci reposant dans bien des cas sur un imaginaire encore bien souvent plutôt négatif.

75L’un des enjeux a été de dépasser l’étude du cortiço comme forme urbaine architecturale en y intégrant toutes les caractéristiques du cortiço comme mode d’habiter en se concentrant, pour cela, davantage sur les substances sociales s’y logeant. S’est alors présentée toute la difficulté de ne pas séparer outre mesure dans l’analyse, l’espace matériel et l’espace social qui sont intrinsèquement liés. On trouve cependant des éléments de réponse à l’étude du régime de visibilité tant dans l’un que dans l’autre, à différentes étapes de l’analyse. Ainsi, le caractère labyrinthique et souterrain relevé dans les aspects physiques du bâti, s’est retrouvé dans l’organisation administrative interne de la gestion d’un cortiço.

76Il est apparu opportun à plusieurs reprises d’offrir des éléments de comparaison avec d’autres solutions de logement populaire pauliste pour interroger les différents régimes de visibilités possibles. Autant la favela, caractérisée par une certaine « rupture paysagère » [Bret, 2006 : 188] que les moradores de rua qui se donnent à la vue dans les rues du centre, semblent concentrer toute l’attention des politiques publiques et des médias, laissant ainsi à la marge l’habitat populaire que constitue le cortiço. Au terme de ce travail de recherche, il apparait que ce dernier se caractérise par un régime de visibilité particulièrement fermé, tant du point de vue du bâti (le cortiço en tant que forme urbaine) que du point de vue de son organisation (le cortiço en tant que mode d’habiter).

77Loin d’être exhaustif sur le thème, cet article tend surtout à donner à la connaissance certaines caractéristiques de cette réalité urbaine brésilienne qu’est le cortiço et des stratégies personnelles de leurs habitants, préférant une meilleure localisation du logement en acceptant pour cela des conditions de vie, de logement plus précaires. Leur régime de visibilité est donc déterminant dans l’équilibre avantages/inconvénients du mode d’habiter. Tant le bâti physique du logement que les modes d’organisation internes participent à la constitution d’un régime de visibilité bien particulier alliant paradoxalement visibilité et crédibilité - par la lisibilité qu’offre la localisation du logement – et invisibilité –par les modes d’inscription du cortiço dans le paysage urbain concret mais aussi sociétal abstrait.

Haut de page

Bibliographie

Azevedo, A. O cortiço São Paulo : Ed. Ática, [1890] 1998.

Barles S., Jardel, S., “L’urbanisme souterrain : étude exploratoire” Laboratoire Théorie des Mutations Urbaines UMR 7136 Architecture, Urbanisme, Sociétés CNRS et Université de Paris 8, Rapport de recherche pour le compte de l’Atelier Parisien d’Urbanisme, téléchargé le 20 Juin 2012, URL : http://perso.univ-mlv.fr/www-ltmu/groupe_documents/doc_pdf/APUR_barles_0505_light.pdf, 2005.

Bret, B. “ Inégalité sociale et cohésion territoriale, pour une lecture rawlsienne du territoire brésilien”. Géocarrefour, 81/, 2006.

Brunet R., Ferras R., Théry H., Les mots de la géographie : dictionnaire critique. Reclus – La Documentation Française, 2005.

Caldeira, T.P.R. City of walls: Crime, segregation, and citizenship in São Paulo. Berkeley Los Angeles London : University of California Press, 2000.

Chamboredon, J.C., Lemaire, M. “Proximité spatiale et distance sociale : les grands ensembles et leur peuplement” in Revue Française de Sociologie, 11-1, 3-33, 1970.

Donzelot J., “La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification”, Revue Esprit, 2004.

Lévy, J., Lussault, M., (dir.) Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Belin, 2003.

Lopéz, A., França, E., Pardo Costa, K. et alii “Os Cortiços : A experência de São Paulo. Prefeitura de São Paulo.” Téléchargé le 6 Janvier 2012,

URL: http://www.habisp.inf.br/theke/documentos/publicacoes/corticos/index.html, 2010.

Monbeig, P. “La croissance de la ville de São Paulo”. Revue de Géographie Alpine, 41(1), 59-97, 1953.

Monbeig, P. “La croissance de la ville de São Paulo (suite et fin) ”. Revue De Géographie Alpine, 41(2), 261-309, 1953.

Pereira de Queiroz Filho, A. “Sobre as origens da favela.” Mercator, Fortaleza, 2011.

Piccini, A.,Smitrowicz, W. “Cortiços e reestructuração do Centro Urbano de São Paulo, Habitação e instrumentos urbanísticos”. Boletim Técnico da Escola Politécnica da Universidade de São Paulo, 1997.

Piccini, A, Kohara, L.T. “Rendimentos obtidos na locação e sublocação de cortiços – Estudo de Caso na Area Central da Cidade de São Paulo”. Boletim Técnico da Escola Politécnica da Universidade de São Paulo, 1999.

Vaz, L.F. “Dos cortiços às favelas e aos edíficios de apartamentos – a modernização da moradia no Rio de Janeiro”. Análise social. vol. XXIX (3°) 581-597, 1994.

Haut de page

Notes

1  Loi Municipale visant l’amélioration des conditions de vie par la structure physique du bâti des cortiços, en instaurant des aménagements de la part du propriétaire permettant d’assurer un système d’aération minimum…  

2  « Article 1° - Est défini comme cortiço une unité utilisée comme habitat collectif multifamilial, (…) présentant [la caractéristique de] f) Nombre très élevé de personnes. »

3  « Et pendant deux ans, le cortiço prospérait chaque jour un peu plus, se remplissant de monde. Juste à côté, Miranda prenait peur, inquiété par cette brutale exubérance de vie, atterré face à cette implacable forêt qui grandissait à côté de chez lui, sous ses fenêtres et dont les racines, plus grosses et pires encore que des serpents, creusaient de toutes parts, menaçant de retourner le sol autour de la maison, fissurant le sol et faisant tout vibrer autour d’elles. »  

4  Bien que la figure 4 nous dévoile également un autre phénomène actuel, l’essor des « cortiços » dans les périphéries comme on peut le voir à l’ouest sur cette carte. Nous ne prenons pas en compte de ces  nouveaux types de cortiços  dont la définition est bien trop vague, dans notre présente étude.

5  « Même si la plus grande concentration de bâtiments encortiçados se situe dans les quartiers centraux de la ville, c’est une réalité peu visible, qui ne se constitue pas en un paysage, mais qui se cache entre les édifices qui marquent le développement de la ville. »

6  In L'architecture élément par élément, LEWIS, Miles, 2010, Editions Citadelles et Mazenod  

7  Lors des enquêtes de terrain effectuées dans les cortiços de Bela Vista, de février à mai 2012.

8  Pension

9  Communauté

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vue, depuis la rue, de l’intérieur d’un cortiço par une fente de porte en tôle. 137, rue Vicente Prado – Bela Vista
Crédits Crédits : auteure, 10 mai 2012
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2: Schéma de cortiço
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3 : Carte de São Paulo présentant la quantité d’édifices considérés comme cortiços selon les régions administratives de la ville
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 4 : Carte de São Paulo présentant la localisation et la part de logements constitués d’une pièce unique, catégorie censitaire dans laquelle sont comptabilisés les cortiços
Crédits Source H. Théry, recensement IBGE 2000
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-4.png
Fichier image/png, 278k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-5.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Figure 6: Vue et contraste depuis un cortiço 190 rue Humaita – Bela Vista - São Paulo
Crédits Crédits : auteure. , le 10 Mai 2012
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-6.png
Fichier image/png, 806k
Titre Figure 7: Façade d’un sobrado abritant un cortiço, 264 Rue Artur Prado, - Bela Vista - São Paulo
Crédits Crédits : auteure, le 16 Avril 2012
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 8: Vue d’un couloir souterrain d’un cortiço 305 rue Martiniano de Carvalho – Bela Vista
Crédits Crédits : auteure, le 10 mai 2012.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-8.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 9: Vue de la profondeur d’un cortiço 190 rue Humaita – Bela Vista
Crédits Crédits : auteure, le 10 Mai 2012.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8267/img-9.png
Fichier image/png, 955k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Octavie Paris, « (In)visibilité des classes pauvres en ville par le prisme des cortiços paulistes au Brésil », Confins [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 23 mars 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/8267 ; DOI : 10.4000/confins.8267

Haut de page

Auteur

Octavie Paris

Master Recherche en Géographie, Systèmes Territoriaux Aide à la Décision et Environnement (STADE), ENS de Lyon, octavie.paris@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org