Navigation – Plan du site

Le rôle du terrain en géographie

Des épistémologies de la curiosité à celles du désir
O papel do trabalho de campo na geografia, das epistemologias da curiosidade às do desejo
The role of fieldwork in geography, from epistemology of curiosity to epistemology of desire
Paul Claval

Plan

Haut de page

Texte intégral

1L’idée que la géographie doit reposer sur la pratique du terrain ne s’impose que tardivement : le géographe n’est pas un explorateur ou un voyageur ; son travail ne consiste pas à rapporter ce qui s’observe en chaque lieu, mais à transformer la vision ponctuelle de ceux qui sont en contact avec le réel en une vision d’ensemble, dans laquelle des plages se distinguent, des lignes se dessinent, des convergences apparaissent. La conception moderne du métier de géographe se précise de la fin du xviiie siècle au début du xxe.

2Qu’apporte le terrain ? Il garantit l’authenticité des observations recueillies et fait découvrir des réalités qui échappent aux autres stratégies d’investigation. Dans un autre registre, il apparaît utile à la formation du citoyen. C’est à la genèse et à l’évolution de ces intérêts qu’est consacré ce court essai.

Pourquoi le terrain ?

Le terrain comme épreuve de vérité

L’influence du nominalisme

3L’importance accordée au terrain naît d’un des courants de la philosophie médiévale : le nominalisme (Vignaux, 1985). Le concept n’existe pas en soi, n’a pas de réalité immanente ; il ne vaut que dans la mesure où l’expérience de celui qui le définit ou l’emploie garantit son authenticité. C’est à cette exigence sans cesse renouvelée d’un fondement personnel du vrai que la connaissance moderne doit de revenir sans cesse au réel, de se mouler sur ses aspérités, de plonger toujours plus profond dans les processus qui s’y développent. La vérité n’est pas contenue dans le concept ; celui-ci demande à être validé, ce qui suppose une mise en scène, un dispositif, un expérimentateur et un public auquel les résultats sont destinés.

4Ainsi garantie par l’expérience directe du chercheur, la confrontation permanente de l’idée au réel devient une des composantes essentielles de la pensée occidentale au moment où la démarche scientifique moderne se constitue, à la fin du xvie siècle et au début du xviie.

5L’expérience personnelle qui fonde le savoir scientifique ne prend pas toujours la même forme. Dans les sciences de la matière ou en biologie, elle se déroule en laboratoire. Grâce aux dispositifs qu’il mobilise et aux instruments qu’il élabore ou emploie, le chercheur met en évidence une manifestation observable du processus qu’il étudie. Il n’est jamais seul derrière son microscope, son télescope ou son écran de contrôle : il travaille pour réfuter d’autres interprétations et pour obliger ses pairs à admettre les résultats d’un essai qui est reproductible, et donc, en droit, universel. Cela fait maintenant trente ans que Bruno Latour a renouvelé l’épistémologie des sciences expérimentales en analysant les pratiques de laboratoire et les confrontations qui s’y déroulent (Latour, 1988/1979 ; 2006/2005).

Le rôle du terrain dans les sciences d’observation

6Il est des disciplines qui ne peuvent procéder par expérimentation. C’est le cas des sciences sociales et dans une certaine mesure, des sciences de la Terre. Ce sont des sciences d’observation. Elles ne se construisent pas en laboratoire. L’observateur se déplace, va sur le terrain, compare les lieux ou les régions.

7En botanique ou en zoologie, l’essentiel de la recherche se déroule (i) en parcourant les milieux où poussent les plantes et où vivent les animaux qui sont observés, décrits et inventoriés, (ii) dans des jardins botaniques ou des zoos, qui maintiennent en vie des spécimens des espèces déjà recensées, et (iii) dans des collections qui en conservent les premiers exemplaires répertoriés, ce qui permet de garder trace de la première observation. En minéralogie et en géologie, le travail commence par l’observation des roches ou des minéraux là où ils affleurent. Des spécimens sont ensuite étudiés et conservés dans les muséums d’histoire naturelle. D’autres sont analysés en laboratoire.

8Les sciences de l’homme naissantes copient les savoirs naturalistes : c’est sur le terrain, en parcourant villes et campagnes, en s’immergeant dans des sociétés premières ou en s’installant dans les cités industrielles que le géographe, l’ethnologue ou le sociologue explorent le monde et essaient de l’expliquer.

9Avant que ne soient disponibles des données collectées par les services publics ou privés spécialisés (statistiques, enquêtes), presque toutes les sciences sociales font appel au terrain : elle passent par une phase où celui-ci tient une place essentielle dans leur construction : à la fin du xviiie siècle et au début du xixe, la géographie apparaît ainsi comme la matrice commune d’un certain nombre de disciplines, l’économie ou l’ethnographie en particulier (Claval, 1072).

10La pratique du terrain garantit l’authenticité des observations, mais elle prend du temps et limite les possibilités de travail de l’individu. Beaucoup cherchent à éviter ces contraintes et préfèrent exploiter des témoignages recueillis par d’autres. C’est ce que fait volontiers la géographie du xviie et de la première moitié du xviiie siècle, ce qui donne à ses descriptions un air froid et impersonnel. Rousseau la ramène au terrain.

L’influence de Rousseau et de la pédagogie pestalozzienne

11Que la pensée de Rousseau ait une dimension géographique, rien ne le montre mieux que sa conception du voyage philosophique : la géographie est indispensable à qui veut reconstituer le trajet qui conduit de l’état naturel à l’état civil – à la civilisation. Mais le rôle de Jean-Jacques va bien au-delà : la montée des préoccupations de terrain témoigne de son influence.

12Rousseau a fait sien le thème fondamental de tout nominalisme : le discours n’est pas en lui-même porteur de vérité (Claval, 1995). Celle-ci est à chercher dans le monde, dans les choses, dans la société, et pas dans les mots. Jean-Jacques en tire une nouvelle conception de la pédagogie : en réaction contre les pratiques alors dominantes, il exige que le savoir transmis aux enfants ne soit pas purement verbal. L’enseignement ne permettra aux jeunes de formuler des jugements satisfaisants que s’ils ont été confrontés au monde réel. Pour Rousseau, les élèves doivent sortir de la classe et de son atmosphère confinée. Ils apprendront davantage en se promenant, en herborisant (on sait combien Rousseau est compétent en ce domaine) et en observant la nature et l’activité des hommes.

13En matière pédagogique, le succès des idées de Rousseau est assuré par le Suisse Henri Pestalozzi (Claval, 1995). Celui-ci souligne ce que l’on peut tirer de l’observation : la « leçon de choses » joue un rôle central dans l’école qu’il crée. La conception rousseauiste de l’apprentissage des savoirs a un impact évident sur notre discipline : deux des géographes les plus illustres du xixe siècle, Ritter et Reclus, n’ont-ils pas été formés dans des écoles pestalozziennes ?

14Il faut près d’un siècle pour que les thèmes de la pédagogie pestalozzienne soient incorporés dans les démarches dominantes. Lorsque l’enseignement primaire devient obligatoire en France, au début des années 1880, la transformation est effective : la « leçon de choses » y occupe une place de choix. L’Ecole traite de la géographie de deux façons : en l’enseignant directement, dans un esprit républicain et national ; en montrant, grâce aux leçons de choses et aux sorties, ce que le contact direct avec le monde peut apprendre à l’enfant.

15L’impact des idées de Rousseau est si profond que la nouvelle géographie qui se constitue à la fin du xixe siècle ne peut se concevoir que si elle parle du monde tel qu’il est, que si elle est discipline de terrain. Mais cette exigence lui apporte autre chose.

Le terrain et la découverte d’aspects qui échappent aux autres moyens d’investigation

16Alexandre de Humboldt témoigne de l’évolution de la discipline au tournant des xviiie et xixe siècles. C’est un physicien, un naturaliste et un explorateur. Il ramène de son voyage en Amérique latine des matériaux si abondants qu’il met vingt-cinq ans à les éditer et à en tirer les leçons – celles qui sont de nature géographique en particulier. Un de ses buts est de regrouper les lieux qui présentent des traits similaires et de montrer ce que les ensembles territoriaux (les régions, ou les étages de végétation) ainsi définis ont de différent. Le voyageur devient géographe lorsqu’il met en évidence la spécificité des paysages découverts et leur distribution dans l’espace. Les Vues des Cordillères et Monuments des Régions Equinoxiales de l’Amérique (1810/1989) jouent de ce point de vue un rôle central dans l’œuvre de Humboldt : les images qu’elles présentent font saisir l’originalité des régions qu’il a sillonnées.

Figure n° 1 Antonio Teixeira Guerra sur le terrain

Figure n° 1 Antonio Teixeira Guerra sur le terrain

Source : « Antonio Teixeira Guerra », Confins 16, 2012, http://confins.revues.org/​7912

17Ce qu’enseigne Humboldt, c’est que le terrain ne vaut pas seulement par la moisson de faits qu’il permet d’engranger. La réalité ne résulte pas de la juxtaposition aléatoire de données. Elle se présente sous la forme de paysages ; elle a une physionomie d’ensemble qu’il convient d’appréhender : n’est-ce pas à travers elle que l’harmonie des faits terrestres se révèle ? Le terrain ne sert pas seulement à recueillir des données et à assurer l’authenticité factuelle des enseignements de la discipline : il est le vecteur d’une saisie globale que rien ne peut remplacer ; le monde est fait d’individualités qu’il faut repérer. Il est capital de permettre au public de saisir leurs spécificités. Le texte n’y suffit pas : la vue est indispensable pour que le dépaysement soit effectif ; ceux qui ne se déplacent pas doivent disposer d’un substitut du terrain pour comprendre le monde : l’image. Il y a longtemps qu’ils ont appris à se servir de cette image qu’est la carte – mais c’est une image très particulière parce que prise à la verticale et que les faits observés y sont représentés par des symboles. Pour Humboldt, une appréhension plus directe, plus concrète, du monde est nécessaire. C’est pour cela qu’il fait graver les dessins et les aquarelles qu’il a accumulés durant ses déplacements, et les réunit en un ouvrage (Claval, 2012).

18La réalité géographique n’est pas égale à la somme de ce qui peut être observé en un point ou dans une région ; elle témoigne, à travers le paysage, d’un ordre qu’il importe de mettre en évidence. Sans expérience de terrain, le géographe laisse échapper une part essentielle des réalités dont il prétend rendre compte : celles qui ne relèvent pas seulement de l’intelligence, mais de l’intuition, de la sensibilité, du goût, de l’esthétique ; celles qui témoignent de la différenciation qualitative du monde.

Terrain et formation du citoyen

19Une troisième raison de pratiquer le terrain s’impose dans le courant du xixe siècle : sa valeur civique. Nous sortons là des préoccupations académiques ou des idées de Rousseau et de Pestalozzi. La pratique du terrain n’est pas seulement utile à la formation de l’esprit. Elle est indispensable à l’enfant et à l’adolescent s’il veut devenir un homme complet ; elle assure le développement harmonieux de son corps, comme le souligne Elisée Reclus (1866). Elle lui fait connaître le monde tel qu’il est et lui enseigne comment y évoluer ; elle lui apprend à tirer parti de l’organisation propre à chaque espace.

20En France, c’est à travers les nouvelles orientations de l’enseignement que la pratique du terrain se répand surtout. Elle progresse plus vite en Allemagne et en Autriche, où elle inspire Riehl, qui lance la jeunesse sur les routes à la découverte de Land und Leute (1862), du pays et des gens. Les Vogelwanderer qui commencent à sillonner les routes du monde germanique aux alentours de 1860 ne cherchent pas seulement à mieux connaître le monde qui les entoure. Ils fortifient leur corps et leur volonté en le parcourant à la dure.

21Le courant qui pousse les jeunes vers le plein air, le sport et le voyage ne s’affirme en France que dans les deux dernières décennies du xixe siècle. La valeur citoyenne du terrain est soulignée plus tôt : pour certains, les officiers français sont en partie responsables de la défaite de 1870 : faute de formation, ils étaient incapables de lire et d’utiliser les cartes pour faire manœuvrer leurs troupes. Pour Ludovic Drapeyron (Broc, 1974), il convient donc de former les jeunes Français à la lecture du paysage et de la carte par des sorties renouvelées : c’est une des composantes importantes du renouveau de la géographie qui se manifeste dans les années 1870.

22Le choix que fait Vidal de la Blache de consacrer ses vacances à parcourir – par le train et à pied – la France et les pays voisins tient en partie à cette volonté de mieux former les Français en leur faisant comprendre le monde à travers la pratique du terrain et la connaissance de la géographie (Sanguin, 1993). Cet engagement aide à la fois à construire le citoyen et le géographe.

Géographie et terrain au xixe siècle

23Ce que l’on demande au géographe jusqu’à la mise au point du chronomètre de marine par John Harrison, au milieu du xviiie siècle, c’est de fournir une estimation des distances parcourues par les marins ou les explorateurs afin de déterminer les longitudes, qu’on ne peut mesurer directement. La discipline repose sur le dépouillement des récits de voyage et des journaux de bord : elle se pratique en cabinet. Les nouvelles possibilités de détermination des coordonnées obligent les géographes à réinventer leur métier (Godlewska, 1998).

24Le souci du terrain, qui s’affirme à la fin du xix siècle, dans une géographie enfin modernisée, a plusieurs sources : le souci pestalozzien des leçons de choses, la volonté de combler les faiblesses du système éducatif français telles que la défaite de 1870 les a révélées, et l’admiration pour les sciences naturelles.

Un modèle : les pratiques des botanistes, des géologues et des forestiers

25La place que la pratique du terrain occupe dans la formation des géographes à partir de la fin du xixe siècle résulte en partie de l’influence qu’exercent sur cette discipline en voie de constitution des savoirs naturalistes déjà confirmés. Il ne suffit pas de disposer d’herbiers pour apprendre à reconnaître les plantes : il faut repérer celles-ci, les cueillir et les déterminer lors de marches à travers les champs, les près et les bois. Le maître avance d’un pas vif, se penche, ramasse une fleur, la décrit, donne son nom latin. Les disciples se précipitent et en cueillent d’autres exemplaires ; ils les insèrent entre des feuilles de papier pour se constituer des herbiers personnels.

26Pour devenir minéralogiste, il convient de multiplier les sorties afin d’apprendre la diversité des roches et d’acquérir le coup d’œil qui permet de les reconnaître. Pour celles qu’on est incapable de déterminer à première vue, on brise un fragment de roc d’un coup de marteau pour en observer la composition ou les cristaux. On y verse une goutte d’acide pour voir si c’est un calcaire.

27Le géologue est également un voyageur infatigable ; il travaille lui aussi au marteau : il s’en sert pour rechercher les fossiles indispensables à la datation les dépôts sédimentaires. Il analyse les coupes qu’offrent les carrières pour y lire le pendage des couches, l’existence de discordances ou la présence de failles.

28Dès ses débuts, l’Ecole des Eaux et Forêts de Nancy introduit dans sa formation des stages de terrain : les étudiants apprennent à herboriser, à analyser la composition des massifs forestiers et à différencier taillis, futaies ou taillis sous futaies. Une fois formés, certains forestiers tirent parti de leur pratique du terrain pour analyser la résistance des communautés paysannes à la politique que met en œuvre leur Service. Inspirés par Le Play, ils mettent au point l’enquête sociologique de terrain. Les géographes s’inspirent volontiers de leurs pratiques (Kalahora et Savoye, 1986).

La pratique du terrain au début et à la fin du xixe siècle

29Au début du xixe siècle, à l’époque de Humboldt, faire de la géographie de terrain est presque aussi difficile en Europe occidentale que dans des pays neufs : la diligence est lente et ne permet guère de jouir du paysage ; l’état des routes est généralement déplorable ; les auberges manquent souvent. Se déplacer à la campagne est pénible et prend du temps.

30Le chercheur est livré à lui-même, parce que les services officiels commencent à peine, ou n’ont pas commencé, à faire des levers systématiques de terrain. En France, on dispose d’une carte régulière – celle de Cassini – mais elle manque souvent de précision et n’est pas toujours claire. Le lever de la carte d’État-Major, très supérieure, commence à peine. La décision de dresser le plan cadastral de toutes les communes françaises date de Napoléon Ier, et les levers progressent lentement. L’idée de dresser des cartes géologiques est en train de germer, mais leur lever n’a pas commencé (Winchester, 2001).

31À la fin du xixe siècle, le travail de terrain s’effectue dans de bien meilleures conditions : le réseau ferré est dense ; les wagons des trains sont faits pour offrir une vue large sur le paysage alentour ; les routes se sont multipliées, la plupart des chemins vicinaux sont empierrés ; l’équipement hôtelier a progressé, et on commence à disposer, pour dormir à la belle saison, de matériel de camping.

32Dans les collèges et dans les lycées, on initie au dessin. Dans certains milieux, l’aquarelle, qui permet de saisir un paysage ou une fleur, est également pratiquée. La photographie fait des progrès ; les appareils sont de moins en moins encombrants. On commence, grâce à l’autochrome des frères Lumière, à réaliser des clichés en couleur. La pratique de l’herborisation s’est répandue.

33 Face au terrain, le géographe est moins désarmé. Il n’en est plus réduit à ses seules ressources. Il prend modèle sur les naturalistes. La carte topographique prépare le travail qu’il mène en plein air : elle lui donne un avant-goût du paysage, même si elle simplifie celui-ci en le réduisant aux formes du relief et à quelques éléments humains - la présence de bois, de vergers, de vignes, les voies de communication et l’habitat ; elle lui fournit des repères.

34À la carte topographique s’ajoute la carte géologique : elle révèle ce que l’observation directe ne révèle qu’en certains points (carrières, puits de mine) dans les pays où existe un manteau continu de sol et de végétation : le géographe bénéficie ainsi du savoir collecté par les géologues qui l’ont précédé sur le terrain, comme il bénéficie du travail des officiers topographes qui ont levé la carte au 1/80 000e. C’est en cela que déjà à la fin du xixe siècle, le terrain du géographe diffère de celui de pionniers comme Humboldt : grâce aux cartes topographiques et géologiques, grâce aussi aux cartes thématiques qui rendent facilement lisibles les données statistiques et sont faciles à transporter (Palsky, 1996), il peut mobiliser ce que les services officiels ont déjà tiré d’analyses systématiques du terrain.

La géographie comme science de terrain

35La jeune géographie française fait une place de choix à la géographie physique et fait siennes les démarches des sciences naturelles voisines. Pratiquée d’abord par des géologues ou des officiers topographes, son apprentissage se mène largement en plein air ; on découvre ainsi l’ensemble des traits d’un espace – ses paysages ; on apprend à les analyser.

36La carte topographique permet de nommer les lieux et les formes que l’on découvre. La carte géologique montre comment la nature du sous-sol et, dans le cas de dépôts sédimentaires, la disposition et le pendage des couches, se traduisent dans le paysage : le géographe saisit le travail de l’érosion qui sculpte les formes que les forces tectoniques ont mises en place. La monotonie de certains horizons témoigne de phases d’érosion anciennes. Les dépôts superficiels qui les recouvrent renseignent sur les forces et les processus responsables des aplanissements ; la présence de couches discordantes met en évidence les phases suivantes de l’orogenèse.

37Le document topographique aide le morphologue à formuler des hypothèses. La venue à Paris de William Morris Davis le montre (Davis, 1895) : le tracé du val de l’Asne, qu’il découvre sur la feuille au 1/80 000e de Toul, lui suggère la capture de la Moselle par la Meurthe. La Société de Géographie de Paris organise une excursion, qu’il dirige, pour vérifier la validité de son hypothèse. Celle-ci est née de la consultation de la carte (née d’une expérience originale et d’un lever standardisé du territoire), mais le terrain est indispensable pour confirmer, à travers la présence de galets et de graviers, l’origine fluviale de cette vallée sèche.

Figure n° 2 Groupe d’étudiants de Rennes 2 et de l’USP sur le terrain au cours de l’Année de la France au Brésil

Figure n° 2 Groupe d’étudiants de Rennes 2 et de l’USP sur le terrain au cours de l’Année de la France au Brésil

38La géographie humaine n’est pas en retard. C’est tout autant une discipline de terrain que la géographie physique : les grands champs nus et les villages groupés parlent de systèmes agricoles solidement structurés par la collectivité ; la dispersion de l’habitat et les haies des bocages témoignent de pratiques plus individualistes, et où l’élevage tient souvent un plus grand rôle.

39Le terrain fait découvrir la géographie régionale. Les analyses que Vidal de la Blache mène au cours de ses voyages s’enrichissent au contact de la géologie de terrain. Il découvre la région naturelle en s’appuyant sur La Géologie en chemin de fer d’Albert de Lapparent (1888). La géographie modernisée qui se constitue dans le milieu des étudiants qu’il forme à l’Ecole Normale Supérieure dans les années 1880 et 1890, est une discipline de terrain. C’est elle qui lui permet de porter une attention particulière à deux types de structures, jusque-là ignorées, mais qu’on lit dans les paysages : les systèmes agraires et les divisions régionales.

40Premier Vidalien à occuper une chaire de géographie, Lucien Gallois parcourt la région de Lyon, où il enseigne, et montre comment celle-ci est faite d’une mosaïque de petites unités, Dombes, Mâconnais, Beaujolais, Charolais, Lyonnais : la géographie est devenue régionale et ne peut plus se passer de l’expérience de terrain (Gallois, 1891/1892 ; 1895).

41C’est donc par l’intermédiaire de la géologie que l’expérience fondatrice de Humboldt – celle de la découverte de structures paysagères qui passeraient sans cela inaperçues - se trouve assimilée par la géographie française. Le terrain ne sert pas seulement à authentifier les informations mobilisées par les géographes ; il permet d’appréhender des éléments qui échappent au voyageur ordinaire. Grâce aux facultés d’analyse visuelle qu’il a acquises, le géographe est en mesure de saisir des réalités qui échappent aux autres.

42L’institutionnalisation de cette démarche vient d’Emmanuel de Martonne : il invente en 1905 l’excursion interuniversitaire (Baudelle et al., 2001). Pour lui, ce qu’apporte le contact avec le paysage, les carrières et les coupes concerne sans doute davantage la géomorphologie que les faits de géographie humaine, mais il a assez parcouru la Roumanie pour savoir combien l’observation directe est nécessaire pour éclairer les réalités humaines d’un pays.

Un tournant : la soutenance de la thèse d’Augustin Bernard

43Augustin Bernard soutient en 1895 une thèse sur la Nouvelle-Calédonie où il n’a jamais mis les pieds (Bernard, 1895). Le jury est présidé par Auguste Himly, le prédécesseur de Vidal de la Blache à la chaire de géographie de la Sorbonne. C’est un spécialiste de géographie historique : il a toujours travaillé à partir de cartes et de documents d’archives. Le contact avec le terrain ne lui paraît pas indispensable.

44Augustin Bernard a fait le tour de toute la documentation concernant la Nouvelle-Calédonie publiée en France, en Angleterre ou en Australie. Il analyse ces sources et en tire la substance de sa thèse. Une fois celle-ci pratiquement terminée, il demande une subvention de voyage au Ministère de l’Instruction Publique pour confirmer la véracité de ce que les textes lui ont appris. L’aide demandée lui est refusée. Augustin Bernard soutient cependant son mémoire.

45Ce qu’il attendait du terrain, ce n’est pas en effet la révélation d’aspects du réel qui auraient échappé aux cartes, aux récits de voyage et aux ouvrages de synthèse qu’il a consultés. C’était une simple vérification, après coup, de la validité des données recueillies par d’autres. Il suffisait que les informateurs soient sérieux pour qu’on puisse se dispenser de cette phase.

46Augustin Bernard devient docteur, mais les discussions qui ont lieu lors de la soutenance ou à son propos, rendent désormais impossible la défense d’une thèse de géographie qui ne s’appuierait pas sur un travail de terrain : elle risquerait de laisser échapper les structures que le regard décèle, et dont la mise en évidence constitue l’apport essentiel de la discipline.

47Augustin Bernard est le dernier représentant d’une tradition antérieure au xviiie siècle, celle de la géographie de cabinet, avant les grands voyages de Cook, de Bougainville et de La Pérouse, avant que Rousseau n’insiste sur la leçon que les choses proposent, et que Kant et Humboldt n’apprennent à faire de la différenciation des paysages l’objet même de la géographie. Augustin Bernard obtient le titre de docteur, mais personne, après lui, n’osera soutenir une thèse si elle ne part pas d’un contact direct avec le terrain.

Le terrain dans la géographie classique

La mise en œuvre des pratiques de terrain par la géographie classique

48La place prise par le terrain dans la géographie modernisée qui se constitue entre 1870 et la première guerre mondiale est considérable, même si elle n’est jamais exclusive. Elle définit un nouveau style de démarche, et impose certains biais à la discipline – en France en particulier.

491- Un contact direct, presque charnel : la marche à pied ou la bicyclette

50Le terrain apparaît désormais comme une obligation. Mais comment le pratiquer ? Au plus près, en le parcourant à pied, longuement ? C’est ce qu’a fait, dit-on, Albert Demangeon, qui connaissait - pour les avoir suivis - tous les chemins de la plaine picarde. Entre les deux guerres mondiales, Paul Marre procède de même pour les Grands Causses – que les chemins de fer contournent, mais ne desservent pas. La génération des années 1920 et 1930 utilise beaucoup le vélo, comme le rappellent les interviews de géographes qu’Anne Buttimer recueille au début des années 1980 (Buttimer, 1983).

51Un des reproches adressés à René Clozier à propos de sa thèse sur les Causses du Quercy, c’est de les avoir surtout sillonnés en automobile. C’est une question de génération et d’évolution des moyens de transport – mais on en fait un problème épistémologique.

La progression du travail sur le terrain

52Faire du terrain, c’est d’abord avoir une vue d’ensemble de ce que l’on étudie : le géographe va de point de vue en point de vue (Claval, 2012). Il y consulte les cartes topographiques qu’il a amenées avec lui, et peut ainsi trouver le nom des accidents de terrain, des villages ou des fermes qu’il découvre. Les cartes géologiques révèlent l’influence du substrat rocheux dans la topographie. La régularité des horizons parle des surfaces d’érosion qui ont nivelé les formes ; la présence de terrasses que l’on suit au-dessus des vallées signale la largeur des anciens couloirs d’érosion. Dans le domaine humain, c’est la présence des grandes masses forestières, la prédominance des horizons nus des openfields ou le menu compartimentage des bocages que l’on note.

53Pour découvrir une région, on part de larges panoramas. Mais comment procéder ensuite ? En multipliant les transects (Platt, 1959), qui permettent d’analyser dans le détail les grandes unités repérées, de suivre le mouvement des couches, de repérer les failles, de découvrir des dépôts superficiels qui renseignent sur l’histoire passée des formes topographiques ; dans le domaine humain, ces cheminements donnent l’opportunité d’observer les pratiques culturales, les assolements, les systèmes agraires, l’habitat, etc.

En géographie humaine : le rôle de l’entretien, ou l’intégration de savoirs vernaculaires à la géographie savante

54Le géographe qui s’intéresse à l’occupation humaine ne peut se contenter de ces démarches. Elles l’aident à comprendre l’articulation des paysages ruraux, la pénétration de formes suburbaines d’habitat aux environs des villes, ou la morphologie des lieux habités. Pour aller plus loin, l’observation ne suffit pas : le chercheur doit s’entretenir avec les gens, visiter des exploitations, inventorier les instruments de culture et leurs usages, se faire raconter les travaux et leurs rythmes, s’enquérir de l’utilisation des bâtiments de ferme ; il doit s’intéresser aux petites entreprises industrielles qui animent certains campagnes. Dans les grandes concentrations industrielles, c’est le tissu complexe de bâtiments industriels, de canaux, de voies ferrées, de routes et d’habitat ouvrier qu’il doit démêler.

55En géographie humaine, le terrain ne se limite donc pas à l’analyse des paysages ; il implique des visites, des entrevues (Claval, 2007). Comment choisir ses interlocuteurs ? Comment mener les conversations que l’on a avec eux ? Doit-on les laisser s’exprimer librement ? Vaut-il mieux les orienter de temps en temps par une question, une remarque ? Faut-il préparer des questionnaires ?

56Quelle place faire, aussi, aux informateurs locaux, ceux qui connaissent assez bien la localité ou la région pour vous expliquer de quoi vivent les gens, pour vous raconter la succession des travaux des champs, pour vous parler des problèmes de marché ou des questions sociales ? Les notables, à cheval sur la société encadrante et les cellules locales, sont des informateurs privilégiés : on s’adresse au curé, à l’instituteur, au maire, au conseiller général, à quelque grand exploitant éclairé. On gagne ainsi un temps précieux – mais jusqu’à quel point peut-on faire confiance à ces intermédiaires ?

57Pour celui qui croit vraiment au terrain, il convient d’éviter des raccourcis qui font gagner du temps, mais éloignent du contact direct. Raoul Blanchard, géographe confirmé, tire l’essentiel de sa documentation des contacts qu’il noue avec les notabilités locales. Mais le jeune chercheur saura-t-il, comme lui, interpréter de manière critique les réponses que ses interlocuteurs apporteront à ses questions ?

Le terrain : la part de l’apprentissage et celle de l’aventure solitaire

58On enseigne les pratiques du terrain à travers les excursions : c’est là que l’étudiant découvre le mélange de panoramas, de vues rapprochées, d’analyse directe des formes et d’entrevues qu’il devra mettre en œuvre lors de la préparation de ses mémoires de recherche. Les professeurs font une sortie ou deux avec leurs étudiants de maîtrise ou de doctorat pour les conseiller, mesurer l’avancement de leurs travaux et les aider à surmonter les difficultés qu’ils ne manquent pas de rencontrer.

59Le terrain demeure cependant une expérience largement solitaire : les jeunes chercheurs partent sans avoir une idée claire de ce qu’ils doivent observer et de ce qu’il leur faut trouver. Ils tâtonnent et hésitent beaucoup. Certains échouent et renoncent – on n’en parle jamais. Les autres finissent par se construire une expérience, par avoir du métier. Ils profitent de toutes les occasions de confronter leur savoir-faire et celui de leurs collègues. Ils les suivent sur leur terrain ; ils observent leurs méthodes. Ils en parlent lorsqu’ils se retrouvent à l’occasion d’un séminaire à l’université. La transmission des pratiques du terrain résulte beaucoup plus du bouche à oreille, entre étudiants, que d’un enseignement systématique – qu’on met en place dans d’autres pays, aux États-Unis par exemple (Platt, 1959), mais qui n’est qu’ébauché en France.

60Le flou des méthodes d’enseignement du terrain et la valeur qui lui est dans le même temps reconnue conduisent beaucoup de jeunes chercheurs à fantasmer en ce domaine. Ils ont leurs recettes, leurs habitudes, leurs craintes, leurs plaisirs.

La sacralisation des pratiques de terrain

61En attendant d’avoir achevé son mémoire et de l’avoir soutenu, le terrain donne un statut au chercheur : aux yeux de la communauté scientifique, celui-ci est reconnu, même s’il n’a rien publié, parce qu’il est l’homme du Vercors, des Grands Causses, des pré-Pyrénées ou de la côte bretonne. La règle qui veut qu’on ne lance pas de recherches sur un terrain déjà dévolu à un autre donne à celui qui l’analyse le sentiment qu’il en est, en un sens, propriétaire. Une étrange dialectique du statut reconnu et de la propriété revendiquée s’installe ainsi.

62Le terrain joue un rôle central dans la mythologie du géographe. Sa pratique apparaît au jeune chercheur comme une épreuve, un rite initiatique ; elle conduit parfois à une sorte de communion, d’identification, avec le pays et les populations étudiées : pour le chercheur, c’est une source de profonde satisfaction. L’expérience du terrain peut ainsi donner lieu à une interprétation quasi-psychanalytique. À la fin du xixe siècle et au début du xxe, la géographie « sacralise » et « dramatise » ainsi les pratiques de terrain (Calbérac, 2010).

63C’est le moment où l’analyse régionale devient une pièce essentielle de la recherche. Le terrain fournit au géographe une garantie de l’authenticité des données qu’il mobilise ; il lui permet d’appréhender les structures de l’espace qu’il étudie et les divisions qui le caractérisent. Un sentiment de culpabilité s’installe chez celui qui ne parvient pas à tirer du terrain ce qu’on doit normalement en attendre.

Figure n° 3 Entretien sur le terrain avec un fazendeiro du Goiás

Figure n° 3 Entretien sur le terrain avec un fazendeiro du Goiás

64Une seconde transformation complète l’institutionnalisation des pratiques du terrain : l’incorporation d’excursions dans la formation des jeunes géographes. L’analyse des paysages depuis un point de vue, l’interprétation des coupes offertes par les carrières et la visite d’exploitations font désormais partie de la pédagogie de la discipline au niveau universitaire : les pratiques que le chercheur doit mobiliser sur le terrain deviennent l’objet d’un enseignement – ou, en France, d’une ébauche d’enseignement.

Ce que la géographie doit au terrain

65La géographe fait plus de place au terrain que d’autres disciplines. Quelles en sont les raisons ?

66La géographie « moderne » de la fin du xixe siècle se définit par opposition à une géographie plus ancienne, qui était une science de cabinet et s’appuyait essentiellement sur les archives de voyages et les documents qui leur sont liés, les cartes en particulier.

67La géographie moderne fait une place importante à la nature et aux aspects physiques, analyse des formes du relief et formations végétales en particulier : ce sont des domaines où l’observation directe et le terrain sont indispensables.

68Comme l’ethnographie, la géographie humaine s’intéresse à toutes les sociétés, celles de l’écrit, comme celles de la communication orale. On dispose d’archives pour reconstituer la genèse et le fonctionnement des sociétés historiques, mais le terrain joue un rôle essentiel dans l’analyse de leurs composantes paysannes, longtemps illettrées et sur lesquelles la documentation écrite est toujours très pauvre. On ne peut les comprendre qu’en les observant directement et en y menant des entrevues – ce que les géographes sont, longtemps, les seuls à faire.

69La démarche géographique ne se contente pas d’établir l’inventaire de ce qui se passe en chaque lieu : elle montre comment ceux-ci forment des ensembles. Les archives et la documentation publiée ne soulignent pas toujours l’existence de régions, d’ensembles paysagers et de structures agraires : c’est le contact avec le pays qui les révèle.

70Une part essentielle de ce que la géographie classique, telle qu’elle résulte du processus de modernisation qui prend place à la fin du xixe siècle et au début du xxe, provient donc de l’appréhension directe du monde – du terrain.

L’impératif de terrain : un biais qui pèse sur toute la discipline

71Le bilan de la géographie de terrain a aussi sa part d’ombre. Elle privilégie les réalités d’échelle locale ou régionale, parce que c’est l’échelle où se pratique l’approche de terrain. C’est en cela que la géographie ‘classique’, telle qu’elle se pratique entre 1900 et 1960, néglige un certain nombre des enseignements de Vidal de la Blache. Dans le Tableau de la géographie de la France (1903), celui-ci décrit la France à travers ses paysages et les petites régions naturelles qu’ils caractérisent, mais ce n’est que la première phase de son travail : celui-ci se développe à plusieurs échelles et montre comment les unités élémentaires se combinent (Claval, 1979). De grands ensembles se distinguent : le Nord et l’Est, l’Ouest, le Midi, et entre ces trois régions une zone intermédiaire qui court de l’Aquitaine aux Alpes et au Jura. La démarche vise ensuite à saisir la France comme un tout et à définir sa personnalité géographique. Pour rendre compte d’un territoire aussi vaste, le terrain ne suffit pas : l’interprétation que propose Vidal mobilise des documents historiques, des séries statistiques et la lecture de cartes topographiques, géologiques et thématiques qui aident à saisir les traits généraux du pays.

72La place dominante accordée au terrain conduit donc à négliger certaines des composantes essentielles de la géographie de Vidal de la Blache, celles qui ont trait aux formes que la révolution industrielle fait naître depuis le xixe siècle, et dont il a mesuré l’extraordinaire impact en visitant en Amérique du Nord (Claval, 2011). Ce que l’on demande au chercheur au moment où il est le plus productif, lors de la préparation de sa thèse, c’est de choisir un thème qu’il puisse appréhender par la pratique personnelle du terrain : c’est le sujet ‘régional’ qui répond le mieux à cette définition – quoique Vidal de la Blache n’ait jamais dit qu’il soit le seul recevable, comme le montre sa correspondance avec Jean Brunhes (Jean-Brunhes-Delamarre, 1975).

73 En dehors des premières thèses soutenues, celles de Demangeon, Vacher ou Sion en particulier, la plupart de ces travaux se soucient fort peu d’organisation territoriale. Ils se contentent de montrer ce que le terrain apporte à la compréhension d’un espace dont les limites sont souvent arbitraires. Ce ne sont pas, à proprement parler, des thèses : les données qu’ils présentent ne leur servent pas à démontrer la validité d’une hypothèse.

74Dans sa carrière, un géographe n’aborde les réalités d’échelle plus petite, celles de la nation en particulier, que plus tard, à l’occasion de la rédaction d’un volume de la Géographie Universelle par exemple. Le seul chercheur à soutenir une thèse qui porte sur l’organisation régionale de tout un pays, c’est Pierre Denis, sur l’Argentine – mais il abandonne la discipline dès sa thèse soutenue.

Le terrain : pratique directe ou exploration indirecte

Le terrain : une source parmi d’autres

75Même à l’époque de la géographie classique, toute la science du géographe ne repose pas sur sa pratique du terrain. Elle doit beaucoup à la carte topographique et à la carte géologique, qui parlent bien du terrain, mais d’un terrain relevé par d’autres, selon des procédures normalisées et contrôlées par les services publics responsables de l’élaboration de ces documents.

76Comme l’économiste, le sociologue ou le politologue, le géographe appuie ses travaux sur des relevés statistiques ou des sondages, qui consignent des milliers ou des centaines de milliers d’observations : l’authenticité de ce qu’il analyse ne vient pas de son expérience personnelle, mais de celle des agents anonymes qui ont collationné les faits ou administré les questionnaires. La rigueur avec laquelle les données ont été collectées – et le sérieux des administrations qui en ont la charge – garantissent les résultats. Les chercheurs délèguent la responsabilité de l’expérience de terrain à ceux qui ont relevé les séries qu’ils emploient.

77Dans la mesure où il s’attache à des réalités nombreuses que personne ne peut appréhender directement, le géographe reste ainsi un chercheur de cabinet, dont le crédit repose sur la sincérité du matériel auquel il a accès, et sur les moyens dont il dispose – l’enquête, le sondage – pour en vérifier la qualité.

78Toutes les sciences sociales ne reposent pas, d’ailleurs, sur la pratique du terrain. L’histoire ne procède pas par observation directe. Elle tire parti des témoignages laissés par les mémorialistes, les hommes politiques et tous ceux dont les activités sont enregistrées, qu’il s’agisse d’actes notariés, de minutes de procès, de documents diplomatiques, etc. L’historien trouve dans les archives, qui gardent la trace des expériences passées, ce que d’autres poursuivent par l’analyse de la réalité actuelle. C’est en sondant l’authenticité des témoignages mobilisés – en procédant à l’examen critique des sources, dit-on – que le chercheur garantit les résultats qu’il présente.

79Par analogie avec la distinction que l’on fait, en histoire, entre histoire de première main et histoire de seconde main, on pourrait opposer, en géographie, une recherche de première main (celle qui naît de la pratique directe du terrain) et une menée de seconde main (où les données de terrain sont collectées par des tiers, auxquels on délègue cette responsabilité – sous réserve de critiquer ces sources pour en garantir d’authenticité) : on pourrait dire d’un travail géographique qu’il repose toujours sur une expérience du terrain, mais que celle-ci peut être menée de première ou de seconde main.

80L’intérêt que la géographie classique porte aux archives, et dont témoigne la thèse complémentaire d’Albert Demangeon, montre que la pratique de la discipline ne s’est jamais limitée au terrain directement observé (Demangeon, 1905).

La géographie recourt très largement à toutes les sources d’observation indirecte que constituent les textes, les entrevues, les enquêtes, les sondages, les statistiques, mais la part qu’elle fait au terrain demeure plus importante qu’en sociologie, par exemple.

Des observations localisées à l’appréhension d’ensembles

81A l’époque classique de la discipline, le géographe cherche, au-delà des observations localisées, à appréhender des ensembles. Cela dicte en bonne partie ses stratégies de terrain : la recherche de points hauts d’où l’on découvre de larges panoramas, le parcours de transects qui font passer de la description ponctuelle à l’analyse linéaire (Platt, 1959). En combinant les perspectives découvertes depuis les sommets et les parcours, il est possible au chercheur de mettre en évidence des zones homogènes et des discontinuités, qui sont franches, linéaires, ou se présentent sous la forme d’aires de transition.

82Comment exprimer ce changement d’échelle, ce passage ponctuel, du local aux ensembles ? En s’appuyant sur d’autres outils. La carte topographique, qui résume en le simplifiant le paysage, met en évidence l’existence de plages homogènes, de frontières ou de zones où les caractères se mélangent. Le changement d’échelle qu’implique la géographie s’appuie donc très largement sur les cartes régulières – cette quintessence d’observations de terrains levées par d’autres. Les cartes géologiques et les cartes de végétation complètent la carte topographique.

Figure n° 4 Observation de terrain à São João da Balisa

Figure n° 4 Observation de terrain à São João da Balisa

83Les moyens de télédétection donnent un contenu plus concret aux documents de moyenne ou petite échelle : masses forestières et cultures s’y lisent directement. Le rythme des saisons apparaît lorsqu’on dispose de passages successifs.

Pour beaucoup de traits démographiques, économiques ou sociaux, la cartographie thématique aboutit aux mêmes résultats. L’espace y apparaît comme fait de plages juxtaposées, ou comme structuré par des champs et parcourus par des flux gravitant vers des pôles – les villes.

84À l’époque classique, le travail du géographe accorde donc nécessairement une place considérable au terrain de « seconde » main que constituent les cartes, les photos, les vues aériennes. C’est à travers les cartes thématiques qu’il élabore à partir de ses observations directes et de toute la documentation de « seconde » main dont il dispose, que les conclusions de son analyse géographique se formulent d’abord sous la forme de croquis ou de cartes. Mais la carte ne parle pas : il faut la faire parler.

85La formulation littéraire des résultats constitue donc une part importante du travail, comme le soulignent Vincent Berdoulay (1988) ou Isabelle Lefort (1992). Passer de l’image cartographique au discours n’est jamais une traduction automatique : le langage a sa logique propre, suggère des rapprochements, favorise les comparaisons. La métaphore se substitue souvent à l’explication, ou la suggère.

La géographie classique s’efface dans le courant des années 1960. Pour comprendre le rôle que joue le terrain dans notre discipline, il importe de voir la place qui lui est faite par la Nouvelle Géographie des années 1960, et celle qui lui est dévolue par les formes successives que revêt le tournant culturel de la discipline.

Le terrain dans la géographie contemporaine

86Ce que la recherche actuelle sur les pratiques de terrain n’aborde pas directement, c’est ce que devient le terrain lorsque les présupposés sur lesquels reposait la démarche géographique passent de mode – lorsqu’on cesse de croire qu’un contact direct avec les paysages et les hommes est indispensable pour les expliquer, ou lorsqu’on admet que le rôle de la géographie, c’est de s’interroger sur des distributions observées par d’autres plutôt que d’expliquer leur genèse et leur rôle.

Nouvelle Géographie, processus économiques et terrain

87Les géographes formés au milieu du xxe siècle s’inscrivent dans une tradition que se transmettaient oralement les enseignants et les étudiants de géographie. Elle met l’accent sur la pratique du terrain comme base de toute recherche et comme condition nécessaire de l’élaboration de la thèse. Pour qui a « l’œil du géographe », la vérité jaillit de l’observation directe comme une espèce d’illumination.

88À l’heure où l’économie dispute à la géographie le champ où celle-ci s’était affirmée – celui des études régionales –, cette conception de la démarche géographique ne satisfait plus les jeunes chercheurs, car elle ne parvient pas à rendre compte des évolutions contemporaines, de l’urbanisation de plus en plus complète des sociétés, comme de l’inégal développement au sein des nations et à l’échelle internationale.

89Comment sortir de cette impasse ? En faisant un détour, parfois long, vers les sciences voisines, l’économie en particulier, qui est alors la discipline reine. Celle-ci comporte une branche, l’économie spatiale, qui s’attache aux dimensions géographiques des processus à l’œuvre dans la production, la distribution et la consommation des biens économiques. La Nouvelle Géographie, qui naît de ce rapprochement, repose sur l’élaboration de théories et de modèles hypothético-déductifs. Pour vérifier la validité de leurs hypothèses, la plupart des chercheurs qui développent ce nouveau domaine mobilisent des procédures statistiques (Berry et Marble, 1968). La démarche ne garantit pas les constructions théoriques soient vraies, mais pour autant qu’on n’a pas pu démontrer qu’elles étaient fausses, elle montre qu’elles ne contredisent pas ce que l’on observe, et constituent donc des outils valables d’explication.

90Dans ce nouveau contexte, « l’œil du géographe » ne suffit plus à percer la réalité géographique Le terrain perd ses privilèges : pourquoi consacrer une immense énergie à le parcourir personnellement, puisque ce travail n’apporte rien que l’étude des données relevées par d’autres ne permette de saisir ? Au recours direct au terrain se substituent des démarches qui n’ont plus rien d’intuitif. Elles font confiance – une confiance critique, évidemment – aux données relevées par d’autres.

91La confrontation directe au terrain perd-t-elle tout son sens ? Non : il arrive qu’aucune des interprétations théoriques, qu’aucun des modèles imaginés pour rendre compte de la distribution des faits de production, distribution ou consommation, ne soit opérationnel : au sens statistique, ils « n’expliquent » qu’une faible partie de ce que l’on connaît. La démarche n’aboutit pas à une lecture satisfaisante du réel. Les processus qui le structurent ne sont pas ceux sur lesquels repose l’interprétation théorique. Que faire alors ?

92Effectuer un retour à la carte, et si celui-ci s’avère insuffisant, au terrain. L’hypothèse testée n’explique pas les distributions observées, mais il est des lieux où elle paraît relativement satisfaisante, et d’autres où elle ne l’est pas. Pourquoi ne pas procéder alors à la cartographie des « résidus » de l’analyse, de la part du réel qu’elle n’a pas été capable d’éclairer ? L’image obtenue suffit souvent à suggérer les forces et les processus qui n’ont pas été pris en compte – l’existence, par exemple, d’un fort gradient spatial lié à l’attraction d’une métropole voisine, alors que l’on ne prenait en compte que les forces locales.

Si la cartographie des résidus ne met pas sur la voie d’une interprétation plus satisfaisante, il n’est d’autre solution que de reprendre à zéro le travail en partant, cette fois, du terrain.

93Au milieu des années 1960, je travaillais sur la géographie économique de la Franche Comté. Dans le domaine industriel, le schéma de Weber se révélait pertinent pour rendre compte de la répartition passée de certaines branches d’industrie – la sidérurgie jusqu’au milieu du xixe siècle, par exemple. Il était inopérant pour les localisations industrielles du milieu du xxe siècle. Quelles forces conditionnaient ces répartitions ? Pour reconstituer les évolutions dont elles résultaient, il fallait interroger les archives ; pour se faire une idée des mécanismes sociaux ici, politiques ailleurs, qui interféraient avec les facteurs proprement économiques, il convenait de mener des enquêtes.

94La démarche, qui partait d’un refus du terrain tel qu’il était traditionnellement pratiqué, n’éliminait pas celui-ci, mais le situait à un autre moment de la recherche, avec une finalité différente.

L’essor des travaux sur l’histoire de la géographie

95Les géographes de la première moitié du xxe siècle se faisaient une idée simple de l’évolution de leur discipline. Celle-ci avait connu une longue préhistoire, des Grecs au xixe siècle, où elle s’était surtout préoccupée d’élargir le monde connu et d’en proposer des représentations cartographiques précises. Cette longue phase préliminaire s’était arrêtée dans le troisième tiers du xviiie siècle, au moment où la discipline avait enfin résolu le problème de la détermination des longitudes et était devenue réellement scientifique. Depuis, elle se développait sur sa lancée : nul besoin d’élaborer une histoire sophistiquée de cette science pour en comprendre l’évolution.

96La situation change à partir du moment où les objectifs de la recherche se transforment et se diversifient – au moment où apparaît la Nouvelle Géographie, dans les années 1960. L’histoire moderne de la géographie, qui retrace la genèse de ses fondements épistémologiques, s’affirme parallèlement – on ne peut guère citer, auparavant, que le travail pionnier de Richard Hartshorne (1939). Retracer les étapes du développement de la discipline cesse d’être le passe-temps de professeurs en fin de carrière. Le domaine attire désormais de jeunes chercheurs.

97Sur quelles bases le spécialiste de l’histoire des idées géographiques procède-t-il à ses analyses ? Sa démarche est celle d’un historien : il analyse les publications de l’auteur ou de l’époque qu’il étudie ; il les situe dans un contexte que révèlent les documents relatifs aux institutions dans lesquelles travaillaient les chercheurs ; il essaie de voir la place qui leur était réservée dans la société en général, et dans les milieux intellectuels. Il peut mettre ainsi en rapport la dynamique des idées, l’environnement où elles prennent naissance et la demande sociale à laquelle elles répondent.

98Les questions méthodologiques ? Ce sont également celles que rencontre l’historien : évaluer la sincérité des auteurs analysés, comprendre leurs motivations, prendre en compte les biais qui structuraient et déformaient leurs représentations.

Le terrain ? Il n’existe pas davantage pour l’historien de la géographie que pour tout autre historien. Il y a cependant des moments où le chercheur a vraiment le sentiment de pénétrer la logique de ceux qu’il étudie, de coller à leur pensée, de partager leurs préoccupations. L’émotion qu’il éprouve dans de tels moments n’est pas sans évoquer celle du chercheur de terrain, pour qui ce qui l’entoure se structure soudain et fait sens. Il discerne ce qui constitue l’expérience authentiquement personnelle de ceux qu’il étudie et ce qui témoigne de la prégnance des stéréotypes et des images qui circulaient autour d’eux.

99Depuis les années 1960, les travaux des historiens de la géographie ont cessé de ne porter que sur les idées. Ils s’intéressent à l’ensemble des modalités que revêt le travail du géographe, à ses pratiques. De nouveaux domaines s’ouvrent ainsi à la recherche : le rôle du contexte (Berdoulay, 1981) ; la part faite au terrain (Robic, 2000 ; Baudelle et al., 2001) ; le rôle de l’écriture (Berdoulay, 1988) ; celui de la carte, de la télédétection et de la cartographie thématique (Palsky, 1996).

Comment le chercheur pratique-t-il le terrain ? Quels relevés y fait-il ? Que nous apprennent ses carnets de notes et de croquis ? Comment s’ordonne sa narration ? A quels procédés littéraires celle-ci fait-elle appel ? Quels documents élabore-t-on pour faire ‘parler’ les données ?

100Ces études souffrent peut-être un peu de rester trop analytiques. On aimerait pouvoir mesurer la part qui revient à chacun de ces aspects du métier du géographe, jeu des idées, confrontation avec le monde réel, traitement des données, mise en forme littéraire

Figure n° 5 Observation de terrain et sur carte à Presidente Prudente

Figure n° 5 Observation de terrain et sur carte à Presidente Prudente

Tournant culturel et terrain

101La Nouvelle Géographie ne répond que brièvement aux inquiétudes et aux interrogations des géographes. Les remises en cause se multiplient à partir de 1970. Elles sont si nombreuses qu’il est fastidieux de les énumérer. Il vaut mieux souligner ce qu’elles ont en commun : la critique des conceptions positivistes et néo-positivistes de la science, la défiance de plus en plus systématique vis-à-vis du rationalisme et de la pensée occidentale, et l’intérêt nouveau pour les dimensions subjectives de la géographie ; l’expérience des lieux et du territoire, la construction des identités, les dimensions symboliques du paysage sont désormais au cœur de la recherche. C’est cet ensemble de mutations que l’on résume en parlant du tournant culturel de la discipline.

102Aux données objectives dont les géographes ont toujours besoin pour mettre en évidence la distribution des hommes, de leurs activités et de leurs œuvres à la surface de la terre, s’ajoute l’intérêt nouveau qu’ils éprouvent pour les représentations des gens qu’ils étudient, leurs imaginaires, leurs horizons d’attente, leurs attitudes, leurs préférences, leurs sensibilités, leurs croyances, leurs idéologies, leurs religions.

103La nature de ces éléments est qualitative (Blunt et al., 2003). Certains peuvent s’étudier à travers les textes, les peintures, les statues, les bâtiments, les musiques, les danses qu’ils inspirent ou qu’ils expriment. L’imaginaire touristique se donne à lire dans les publicités que diffusent les agences de voyage ou dans les cartes postales qu’offrent aux voyageurs les boutiques de souvenirs. Une part essentielle des nouvelles curiosités géographiques n’a cependant pas d’expression objective.

104Les services publics, la grande source des données statistiques, ne sont pas faits pour collecter des informations difficiles à formuler et à cerner. Les sondages d’opinion y parviennent, mais les questionnaires sur lesquels ils reposent ne sont généralement capables que de mesurer des éléments déjà identifiés – les engagements politiques, par exemple.

105En administrant lui-même des questionnaires, le géographe tire du terrain le même type d’information, mais il peut employer des procédures plus souples, procéder à des entretiens non-directifs, laisser parler son interlocuteur : c’est dans ces conditions qu’il a des chances de saisir des aspects radicalement neufs – et différents de ceux auxquels il s’attendait – de la réalité qu’il analyse. Le terrain retrouve toute sa valeur. Quelques exemples le montreront.

106La campagne et les villes suisses sont délicieusement ordonnées. On y est plongé dans une atmosphère harmonieuse qui séduit les touristes. La sœur de ma femme avait épousé un pasteur suisse et habitait une grande villa dans un des beaux quartiers du haut de Lausanne. Nous habitions Besançon : nous aimions leur rendre visite pour jouir de la paix qui régnait dans cet environnement exceptionnel. Mon beau-frère et ma belle-sœur tombèrent malades au même moment. Les ennuis commencèrent pour eux : à la belle saison, ils n’avaient plus la force de couper à la hauteur prescrite – 1, 20 m – les haies qui ceinturaient leur terrain et de ramasser, à l’automne, les marrons qui tombaient sur la chaussée. Cela gâtait l’environnement. Les voisins le signalaient à la police ; celle-ci intervenait, dressait un procès-verbal, faisait payer une lourde contravention et envoyait les ouvriers municipaux couper les haies et ramasser les marrons – au prix fort, bien entendu. Derrière l’harmonie des formes, c’était le poids d’un réseau implacable de surveillance mutuelle qu’il fallait lire…

107Au début des années 1990, je fus invité par l’université d’Amsterdam. Une jeune collègue française, mariée à un peintre néerlandais, enseignait au département. Nous déjeunions un jour avec elle. Elle se plaignait de ne pas trouver de programmes à la télévision qui puissent distraire ses enfants et lui procurer quelques instants de répit. Il y avait, bien sûr, La petite maison dans la prairie, mais la série était diffusée sur la chaîne protestante conservatrice, et son mari était un protestant de gauche. Pas question, pour lui, de laisser ses enfants voir un tel spectacle !

108Notre interlocutrice nous précisa alors : la télévision d’État néerlandaise répartit son temps d’émission entre les diverses composantes du pays, protestants conservateurs ou progressistes, catholiques, minorités immigrées (Turcs et Marocains). Dans un tel pays, ce qui compte ce sont les communautés qui le constituent : on parle de « piliers », de « colonnes », et on dit que la société néerlandaise est « pilarisée ». L’État est au service des communautés, mais ne les domine pas. Nous découvrions soudain ce qui opposait fondamentalement les conceptions néerlandaises ou françaises de la démocratie.

109J’enseignais à l’université Laval et avais demandé à mes étudiants de rédiger un travail sur un aspect économique ou social de leur localité ou région d’origine. Un de ces essais traitait d’une paroisse du Bas du Fleuve, là où les terres arables manquent, où la moisson de l’orge ou de l’avoine (le blé ne vient pas) se fait souvent sous les premières neiges d’automne, et où les hommes vivent surtout – mais mal – de la foresterie, de la chasse ou de la pêche. Ils ne se tirent d’affaire qu’en braconnant. Beaucoup se font prendre et sont condamnés à des peines de prison. C’est à l’automne que cela se produit généralement. Plus de 20 % des hommes entre 20 et 50 ans sont alors fréquemment sous les verrous. Pourquoi une telle proportion n’apparaissait-elle pas comme scandaleuse ? Pourquoi ne suscitait-elle pas, dans la presse, de commentaires indignés ? La difficulté de subsister dans un milieu aussi ingrat expliquait en partie ces comportements. Ils résultaient aussi de la conviction que la prison était « anglaise » et n’avait rien à voir avec la morale. Etre condamné et passer deux ou trois mois en prison n’avait rien d’infamant !

110Ces quelques exemples pour montrer ce que le terrain révèle de plus précieux dans le domaine culturel : ce qui différencie des groupes apparemment si proches qu’on ne soupçonne par la profondeur de leurs divergences. Après tout, à Lausanne ou au Québec, on parle français comme en France, et la démocratie néerlandaise est aussi forte que celle que nous vivons dans notre pays. Un détail, un petit incident, révèlent alors le gouffre qui nous sépare de gens que l’on croyait proches.

111Si je voulais résumer ce que la pratique directe du terrain apprend de plus précieux à la géographie, je soulignerais que son apport est double :

  • 1- la vision globale et compréhensive des paysages permet de saisir ce qui caractérise les unités territoriales, de repérer leurs limites – c’est, si l’on veut, la contribution de Humboldt, tout aussi importante pour la géographie physique que pour la géographie humaine.

  • 2- Le terrain permet de repérer les différentes pratiques ou politiques qui contribuent à modeler l’espace, ainsi que les caractéristiques des comportements, des attitudes et des conceptions de la vie dans une aire donnée – le droit de la communauté de voisinage de contrôler certains comportements de ses membres, comme en Suisse ; l’acceptation, dans la société québécoise, de sanctions pénales généralisées, car elles ne sont pas perçues comme infamantes ; l’idée, aux Pays-Bas, que ce qui est fondamental pour la nation, ce sont les communautés qui cohabitent dans le pays plus que l’État, qui est à leur service.

112C’est à ce retour au terrain, et à la fraîcheur des témoignages qu’il permet de recueillir, que les études sur l’espace vécu, si nombreuses dans les années 1970, durent une bonne part de leur succès : elles rompaient avec le caractère froid et compassé de beaucoup des travaux de la Nouvelle Géographie, qui souffraient de n’avoir été nourris que de statistiques.

Le terrain et les nouvelles épistémologies

Des épistémologies de la curiosité aux épistémologies du désir

113Depuis la fin du xixe siècle, les géographes soulignent le rôle du terrain dans le caractère scientifique que revêt désormais leur discipline, mais ils ne s’attardent guère sur la manière dont il est pratiqué. Il faut attendre les années 1970 ou 1980 pour que des études commencent à le préciser : c’est que l’on commence à réagir à une conception purement intellectuelle de la science ; on prend désormais en considération les ‘pratiques’ sur laquelle elle s’appuie (Robic, 2000 ; Baudelle, 2001).

114Cela traduit une évolution de la conception que l’on se fait des conditions du savoir, qui conduit à une réflexion plus poussée sur les fondements de l’épistémologie. On cesse de privilégier ses dimensions purement intellectuelles, le ‘mouvement des idées’ : l’aspect concret des démarches et leurs conditions matérielles sont désormais pris en compte.

115Le mouvement s’accentue dans les années 1990. Cela traduit par la mutation, qui se produit alors, de l’image que l’on se fait de la science et de la nature de l’épistémologie. Ce qui motivait la pensait scientifique, c’était la curiosité. Le terme, apparu en français à la fin du xiie siècle, désignait d’abord, ‘le soin, le souci qu’on a de quelque chose’. Il s’applique par la suite à la ‘tendance qui porte à apprendre, à connaître des choses nouvelles’ (Robert). C’est un ‘appétit’, une ‘soif de connaître’. Dans cette perspective, la science résulte d’un mouvement de l’esprit, qui le porte à explorer le réel pour le comprendre et l’expliquer.

116La géographie naît ainsi de la tendance à connaître notre environnement et ceux qui s’étendent au-delà de l’horizon et que l’on découvre en voyageant. A la fin du Moyen Age et à la Renaissance, lorsque l’épistémologie moderne commence à se constituer, elle se nourrit du regard que l’on promène sur un monde que l’on découvre parce qu’il est inondé de lumière. Depuis Roger Bacon et Robert Grosseteste, au xiiie siècle, un courant de la pensée chrétienne s’intéresse à la lumière parce qu’elle a été créée par le Seigneur dès le premier jour de la Genèse : elle apparaît comme l’énergie que Dieu met en œuvre pour modeler l’univers - comme le véhicule de sa Grâce.

117Au xve siècle, la réflexion des Platoniciens de Florence va dans le même sens comme le souligne André Chastel :

« Les principes philosophiques de la perspective se ramènent en effet à l’idée que l’espace est entièrement traversé par la lumière (il est par là ‘intelligible’) et de structure mathématique (‘il est par là mesurable’). Ces deux points, que l’on trouvait déjà chez certains savants du XIIIe siècle, occupent une place centrale dans la ‘physique’ du XVe siècle et dans la doctrine de Ficin. Un de ses traités de jeunesse, Quaestiones de luce, insiste sur le fait que la propagation des rayons n’est pas un déplacement d’éléments corporels. La lumière est cosa spirituale et ne peut engendrer que des effets intelligibles. Le commentaire au Timée consolidera cette intuition par la théorie de l’âme du monde et la conception mathématique de l’espace qui en découle... Tel est l’ordre platonicien qui développe l’intuition du cosmos harmonieux » (Chastel, 1982, p. 305-306).

118Comme on l’a vu, cette conception du savoir se modifie sous l’influence d’une autre composante de la pensée médiévale, le nominalisme, qui impose le retour au réel et la garantie de l’expérience personnelle des choses. Cette dialectique de l’esprit et du monde s’effectue grâce au jeu du regard et de la lumière, qui est chose spirituelle.

119Le corps n’est impliqué dans la construction de la vérité qu’à travers la vue – qui échappe, puisqu’elle perçoit une chose spirituelle, aux déterminations matérielles. Cela a plusieurs conséquences.

  • 1- La place qu’occupe la cartographie dans le développement de la géographie vient de là : elle résume et met à la portée de tous ce que l’œil du voyageur découvre.

  • 2- La géographie explore le monde à travers la vue, ce que renforce, à partir de Humboldt, au début du xixe siècle, l’accent mis sur l’expérience directe de l’espace étudié, sur le terrain et sur les paysages qu’il découvre et que l’image permet de communiquer.

  • 3- Science du regard, la géographie apparaît évidemment comme un outil de la surveillance, comme le soulignent, depuis une trentaine d’années, tous les travaux inspirés par le Surveiller et punir de Foucault.

Les épistémologies critiques du terrain

120La transformation des perspectives épistémologiques résulte en bonne partie d’une façon nouvelle d’analyser la démarche des chercheurs – en général – et celle des géographes – en particulier. Isabelle Lefort (2012, p. 472-475) parle du ‘désir de terrain’ :

« Ce qui meut le géographe au terrain, ce n’est pas seulement le désir d’entrer dans la carrière, c’est le désir tout court de s’approprier un pan du monde et qu’on lui en soit reconnaissant […]. Ainsi vécu et exprimé, le rapport au terrain n’engage sûrement pas le seul intérêt intellectuel du géographe, mais toute sa personne, dans ses dimensions psychologiques et intimement personnelles » (Lefort, 2012, p. 472).

121Dans la perspective nouvelle, le géographe de terrain est motivé par le désir plus que par la simple curiosité. Toute la discipline s’en trouve modifiée : elle n’est plus le fait de purs esprits. Elle a des assises corporelles, trop longtemps négligées. Il faut réparer cet oubli. C’est ce à quoi des collègues commencent à s’employer, dans le monde anglo-saxon, dans les années 1990 :

« Dès le début des années 1990, le problème du terrain surgit dans la géographie anglophone sous la double impulsion du développement d’une épistémologie féministe […] et du développement des qualitative studies – au déploiement et à l’encodage desquelles les géographes féministes participent, à côté de la tradition phénoménologique et de l’ensemble des courants post-structuraliste » (Volvey et al., 2012, p. 446).

122Que le courant des qualitative studies soit impliqué dans cette réévaluation du rôle du terrain dans la géographie, rien de plus normal : depuis Humboldt, c’est ce que l’observation directe offre de plus précieux à la géographie. Le rôle des géographies du genre vient, en revanche, de la place enfin accordée à la corporéité du chercheur. Ce qui est en cause, « c’est le “régime scopique” de connaissance de la géographie classique (élaboration de données produites dans l’observation visuelle) ». On voudrait le remplacer par « un ‘régime haptique’ de connaissance (un régime basé sur l’élaboration scientifique de données pré-linguistiques, soit haptiques ou empathiques) […] » (Volvey et al., p. 453-454).

123Une interprétation « genrée » de la géographie s’esquisse ainsi à travers l’analyse de ce que le géographe fait hors de son cabinet. La pratique masculine du terrain, « calquée sur celle de l’exploration, évolue entre possession par l’arpentage, pénétration par le regard et contrôle par le recouvrement exhaustif d’un espace extérieur […] féminisé […] » (Volvely et al., p447). La motivation inavouée de cette forme de pratique ? « La stratégie de confirmation ou consolidation de l’identité sociale, masculine, du chercheur » (Volvey et al., p447).

124Une autre pratique du terrain est envisageable : elle serait dominée par le souci de l’autre – le care, pour employer le terme anglais – qui caractérise les attitudes féminines.

« L’enquête de terrain féministe […], dotée d’une échelle d’opération réduite (micro-procédures) et fondée sur l’interlocution a été placée au fondement d’un feminist political project within the discipline. Un projet d’empowerment réciproque du sujet cherchant et du (ou des) sujet(s) enquêté(s) qui font entendre et représentent leurs voix […] jusqu’à participer d’une stratégie d’activisme politique […] » (Volvey et al., p. 447).

125Voilà le programme d’une épistémologie qui considère que la connaissance scientifique a jusqu’ici été gâtée par la suprématie masculine, et qu’il convient d’imaginer de manière plus ‘pure’ le travail en extérieur.

Le développement des épistémologies critiques de la géographie en France

126Le développement des épistémologies critique est plus récent en France que dans les pays anglophones. Il y prend différentes formes. Pour Yann Calbérac, « le terrain des sciences sociales apparaît comme le pendant du laboratoire des sciences expérimentales » : c’est en analysant sa pratique que l’on rompra enfin avec les épistémologies traditionnelles :

« Faire une histoire de la géographie sous l’angle du terrain invite donc à dépasser les représentations que les géographes se font de leur discipline pour interroger les discours que le terrain ne cesse d’alimenter » (Calbérac, in Volvey et al., p. 452).

127C’est à cette question qu’il consacre sa thèse (Calbérac, 1970).

128Anne Volvey choisit un angle différent :

« Elle s’est intéressée à la pratique du terrain des géographes. Elle interroge alors sa dimension subjective, qu’elle met au centre de sa réflexion pour en faire un enjeu en deçà du cognitif, et sa dimension spatiale, qu’elle instaure en moyen de cet enjeu » (Volvey et al., p. 452).

129Son propos la conduit à souligner ce qui bloque le développement des épistémologies haptiques à la mode des géographes anglophones :

« Si les géographies anglophones contemporaines ont bien substitué un ‘régime linguistique’ (élaboration de données produites dans l’interdiscursivité) au ‘régime scopique’ de connaissance de la géographie classique (élaboration de données produites dans l’observation visuelle), elles peinent en revanche à fonder un ‘régime haptique’ de connaissance (un régime basé sur l’élaboration de données pré-linguistiques, soit haptiques ou empathiques) […]. De fait, elles n’adoptent pas le principe de symétrie qui leur permettrait d’envisager pleinement un régime haptique de connaissance à partir d’une réflexion critique fondée sur le rapport entre la méthodologie de terrain fondée sur le modèle du care, la dimension spatiale de celle-ci et l’expérience subjective du chercheur » (Volvey et al., p. 453-454).

130Qu’apportent ces épistémologies critiques ?

Les épistémologies du désir face aux épistémologies de la curiosité

131La curiosité nouvelle pour le terrain résulte de la mutation que subit, depuis une trentaine d’années, la conception même que l’on se fait de l’épistémologie : la connaissance cesse de répondre à l’éveil de curiosités, c’est-à-dire à un besoin fondamentalement intellectuel. Elle répond à une motivation plus profonde et plus générale : le désir.

132Cette mutation s’inscrit dans un mouvement plus ample : le chercheur n’est jamais isolé dans sa tour d’ivoire ; ses réflexions portent la marque de la formation qu’il a reçue, du milieu social et intellectuel ou il évolue, des politiques qui y sont menées. Le savoir qu’il élabore doit être remis dans son contexte : la pensée ne se meut pas dans un environnement sans frictions et sans pesanteurs. Le savoir qui résulte du traitement des données est « situé » – c’est-à-dire non universel.

133Les épistémologies critiques insistent depuis longtemps sur le fait que le travail scientifique reflète toujours la « positionnalité » de celui qui le mène : c’était déjà le cas de l’historicisme ; c’est le cas de beaucoup de sociologismes ou d’économismes, de celui, par exemple d’un certain marxisme, qui voulait que l’économique (l’état des forces productives et les modes de production) décide toujours de tout en dernière instance. Les épistémologies de la corporéité n’échappent pas à la critique que toutes ces conceptions appellent : « Qu’est-ce qui garantit la validité du savoir scientifique dans l’épistémologie féministe et les méthodes qualitatives en général ? » (Volvey et al., p449).

134En remplaçant un savoir « situé » par son contraire, on ne bâtit pas un savoir universel. Les collègues francophones qui explorent ces nouvelles pistes de recherche sont conscients de la fragilité de ce type de savoirs. Pour s’en affranchir, Yann Calbérac s’inspire de Bruno Latour et de sa théorie de l’acteur-réseau. Anne Volvey tire parti de variantes de la psychanalyse qui rendent compte du rôle de la subjectivité dans les pratiques de terrain.

135Il est évidemment nécessaire de prendre en compte ce qui pèse sur le chercheur, oriente ses travaux, le séduit ou lui répugne lorsqu’il est confronté au monde. La conquête du savoir est faite de batailles renouvelées. Elle ne comporte pas de victoire qui ouvrirait définitivement à l’esprit humain le continent du savoir : l’univers platonicien des Idées n’existe pas ; la connaissance se construit et que ses résultats ne sont jamais que provisoires.

136Certains tirent de ce constat l’idée que les formes traditionnelles de la connaissance sont sans fondement. Il faut, certes, les soumettre perpétuellement à révision, réviser leurs résultats, rabattre leurs ambitions. La prise en compte du terrain et de la dimension corporelle qu’il revêt ne remet pas en cause l’idée que l’évolution de la géographie reflète un certain nombre de logiques liées à l’histoire des idées, à la dynamique des institutions, à l’ambition des chercheurs, à la demande sociale. On ne gagnerait rien à oublier ces déterminations pour ne tenir compte que de celles que prennent en compte les épistémologies du désir.

Conclusion

137Quelle base donner à la démarche géographique ? Le terrain ? L’idée est moins universelle qu’il n’apparaît à première vue. Elle a des racines médiévales, trouve ses premiers théoriciens au xviiie siècle, s’affirme dans le courant du xixe, triomphe au début du xxe. On pourrait croire qu’un thème aussi central ait donné lieu à une élaboration systématique. En France, il n’en a rien été : une amorce d’apprentissage lors des excursions, et ensuite le plus grand empirisme. Chacun apprend à se débrouiller lorsqu’il se retrouve seul dans la nature. L’expérience est parfois traumatisante. Elle est interprétée de mille façons, comme le souligne tout un courant contemporain de recherche.

138Depuis cinquante ans, la géographie accorde de plus en plus de place à l’étude des processus responsables des distributions observées. Le terrain perd le rôle stratégique qu’il occupait. Il ne disparaît cependant pas des pratiques de la discipline : il permet de mesurer les limites de ce qu’apporte l’analyse des mécanismes économiques, sociaux ou politiques. Expérience fondamentale, il aide à découvrir ce par quoi des systèmes culturels apparemment voisins divergent fondamentalement. Terrain donc, mais qui ne se place plus au même moment de la recherche : il n’en constitue plus le préalable, même s’il en forme toujours une pièce importante.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Baudelle G. Ozouf-Marignier M.-V., Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la cité, Rennes, Presses Universitaires de Bretagne, 2001.

Berdoulay V., La Formation de l’école française de géographie, 1870-1914, Paris, Bibliothèque Nationale, 1981.

Berdoulay V., Des Mots et des lieux. La dynamique du discours géographique, Paris, CNRS, 1988.

Bernard A., L’Archipel de la Nouvelle-Calédonie, Paris, Hachette, 1895.

Berry B. J. L, Marble D. F. (eds), Spatial Analysis. A Reader in Statistical Geography, Englewood Cliffs, Prentice Hall, 1968.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Blidon M., « Géographie de la sexualité ou sexualité du géographe ? Quelques leçons autour d’une injonction », Annales de Géographies, vol. 120, n° 687-688, sept.-déc., 2012, p. 525-543.
DOI : 10.3917/ag.687.0525

Blunt A., Gruffud P., May J., Ogborn M., Pinder D., Cultural Geography in Practice, Londres, Arnold, 2003.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Broc N., « L’établissement de la géographie en France : diffusion, institutions, projets (1870-1890) », Annales de Géographie, vol. 83, 1974, p. 545-558.
DOI : 10.3406/geo.1974.18953

Buttimer A., The Practice of Geography, Harlow, Longman, 1983.

Calbérac Yann, Terrains de géographes, géographes deterrain. Communauté etimaginaire disciplinaires au miroir des pratiques de terrain des géographes français du XXe siècle, Thèse, Université de Lyon-2, 2010.

Chastel A., Art et humanisme à Florence au temps de Laurent le Magnifique, Paris, PUF, 1982 ; éd. or., Paris, PUF, 1959.

Claval P., La Pensé géographique. Introduction à son histoire, Paris, Paris, SEDES, 1972.

Claval P., « Préface », p. I-XXII de Vidal de la Blache, Paul, Tableau de la géographie de la France, Paris, Tallandier, 1979, rééd.

Claval P., Histoire de la géographie, Paris, PUF, 1995.

Claval P., Epistémologie de la géographie, Paris, A. Colin, 2ème éd., 2007.

Claval P., « Les voyages américains de Vidal de la Blache et de Demangeon. Evolution de leur vision de la géographie et du monde », Cahiers de géographie du Québec, vol. 55, n° 155, 2011, p. 263-277.

Claval P., De la Terre aux hommes, Paris, Armand Colin, 2012.

Davis W. M., « La Seine, la Meuse et la Moselle », Annales de Géographie, vol. 4, 1895, p. 25-49.

Demangeon A., Les Sources de la géographie de la France à la Bibliothèque Nationale, Paris, Société Nouvelle de Librairie et d’Edition, 1905.

Foucault M., Surveiller et punir, Paris, PUF, 1976.

Gallois L., « Les Dombes », Annales de Géographie, vol. 1, 1891-1892, p. 121-131.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gallois L., « Mâconnais, Charolais, Beaujolais, Lyonnais », Annales de Géographie, vol. 3, 1894, n° 10, p. 201-212, n° 12, p. 428-449, vol. 4, 1895, n° 16, p. 287-309.
DOI : 10.3406/geo.1895.5858

Godlewska A., Geography Unbound. When description fell to theory, Chicago, University of Chicago Press, 1999.

Hartshorne R., The Nature of Geography, Lawrence, Association of American Geographers, 1939.

Humboldt A. de, Vues des Cordillères et Monuments des Régions Equinoxiales de l’Amérique, 1810, Nanterre, Erasme, Rééd. 1989.

Jean-Brunhes Delamarre M., « Jean-Brunhes (1869-1930) », 1975, in : Les Géographes français, Bulletin de la Section de Géographie, Paris, C.T.H.S., p. 49-80. Cf. p. 55 : Lettre de Vidal de la Blache à Jean Brunhes, le 6 septembre 1893.

Kalahora, B., Savoye, A., La Forêt pacifiée. Sylviculture et sociologie au xixe siècle, Paris, L’Harmattan, 1986.

Lapparent A. de, La Géologie en chemin de fer, Paris, E. Savy, 1888.

Latour B., Changer de société. Refaire la sociologie, Paris, La Découverte, 2006 ; 1ère éd. ang., Oxford University Press, 2005.

Latour B., Wolgar, S., La Vie de laboratoire, Paris, la Découverte, 1988 ; 1ère éd. am., Princeton University Press, 1979.

Lefort I., La Lettre et l’esprit. Géographie scolaire et géographie savante en France, Paris, CNRS, 1992.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Lefort I., « Le terrain : l’Arlésienne des géographes », Annales de Géographies, vol. 120, n° 687-688, sept.-déc. 2012, p. 468-486.
DOI : 10.3917/ag.687.0468

Palsky G., Des Chiffres et des cartes. La cartographie quantitative au xixe siècle, Paris, CTHS, 1996.

Platt R. S., Field Studies in American Geography, Chicago, Research Paper n° 62, Department of Geography, University of Chicago, 1959.

Reclus É., « Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes », Revue des Deux Mondes, t. 63, 1866, p. 351- 357 et 371-377.

Riehl W. H., Land und Leute, Stuttgart, J. G. Cotta, 1862.

Robic M. C. (dir.), Le Tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache, Paris, C.T.H.S, 2000.

Sanguin A. L., Vidal de la Blache. Un génie de la géographie, Paris, Belin, 1993.

Vidal de la Blache P., Le Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette, 1903.

Vignaux P., « Nominalisme », Encyclopaedia Universalis, vol. 13, 1985, p. 87-89.

Volvey A., Calbérac Y., Houssay-Holschuch, M., « Introduction générale", in Terrains de Je, Annales de Géographies, vol. 120, n° 687-688, sept.-déc., 2012, p. 441-461.

Winchester S., The Map that changed the World, Londres, Viking, 2001.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 Antonio Teixeira Guerra sur le terrain
Crédits Source : « Antonio Teixeira Guerra », Confins 16, 2012, http://confins.revues.org/​7912
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure n° 2 Groupe d’étudiants de Rennes 2 et de l’USP sur le terrain au cours de l’Année de la France au Brésil
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure n° 3 Entretien sur le terrain avec un fazendeiro du Goiás
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure n° 4 Observation de terrain à São João da Balisa
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Figure n° 5 Observation de terrain et sur carte à Presidente Prudente
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Claval, « Le rôle du terrain en géographie », Confins [En ligne], 17 | 2013, mis en ligne le 16 mars 2013, consulté le 01 août 2014. URL : http://confins.revues.org/8373 ; DOI : 10.4000/confins.8373

Haut de page

Auteur

Paul Claval

université de Paris-Sorbonnep.claval@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Confins

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org