Navigation – Plan du site
Crónicas de campo

Expédition Culari Tampak, 22/07/2013 – 14/08/2013

François-Michel Le Tourneau

Texte intégral

1L’expédition Culari-Tampak fait partie d’un programme d’explorations mises en œuvre par le Creda (UMR 7227 CNRS/université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et l’OHM-Oyapock (USR 3456 CNRS) dans la région frontalière entre la Guyane française et le Brésil, en partenariat notamment avec le Parc national brésilien Montanhas de Tumucumaque et le Parc amazonien de Guyane.

  • 1  Voir Hurault J., « Montagnes mythiques : les Tumuc-Humac », Cahiers d’Outre-Mer, vol. 53, n°212, 2 (...)

2La région dénommée Tumucumaque au Brésil et Tumuc Humac en Guyane française, malgré les réticences de Jean-Marcel Hurault sur ce nom1, est peu connue et peu souvent parcourue, principalement du côté brésilien. Les expéditions menées doivent donc être vues comme des reconnaissances géographiques dont le but est d’obtenir une vision actualisée des conditions sur place, de cartographier de manière précise les obstacles fluviaux et les chemins d’accès, d’évaluer l’ampleur de la présence des orpailleurs qui ont parcouru la zone, au moins côté brésilien, jusqu’en 2000, et de faire le lien avec les textes anciens, notamment ceux des explorateurs des xviiie et xixe siècles, qui ont parcouru ces régions.

3L’expédition Culari-Tampak doit être lue en référence à l’expédition Mapaoni menée en 2011. Lors de cette dernière nous avions remonté le fleuve Jari puis la rivière Mapaoni jusqu’à la borne de trijonction entre le Brésil, la Guyane française et le Surinam. Ce trajet, qui a donné lieu à un documentaire diffusé sur Arte2 avait suivi un itinéraire fréquenté jusqu’à la fin des années 1960 par les Amérindiens du Jari et, par conséquent, par les explorateurs qui les ont visités, notamment Jules Crevaux et Henri Coudreau3 et jusqu’à, plus récemment, Pierre et Françoise Grenand.

4La rivière Culari est un autre affluent de rive gauche du fleuve Jari qui prend sa source dans la région des monts Tumuc Humac. Mais à la différence de la Mapaoni, elle n’a fait l’objet de presque aucune exploration si l’on excepte le passage du sergent La Haye en 1728, qui ne livre que bien peu d’information à son sujet. Elle est en quelque sorte le « creux » en matière d’informations, à côté du « plein » constitué par la Mapaoni.

5

Carte de situation et trajet initialement prévu

Carte de situation et trajet initialement prévu

6L’objectif de cette nouvelle expédition était donc de remonter cette rivière presque inconnue afin de connaître sa configuration géographique et son état actuel, notamment en la comparant avec la précédente. De nombreuses questions avaient besoin de réponses avant de pouvoir mettre en place une exploration plus systématique : la rivière est-elle praticable et jusqu’où ? quel a été l’impact de l’orpaillage, sachant qu’au moins une piste clandestine a été ouverte dans la région ? quels types de forêt se trouve-t-il dans cette zone ?

7Ces informations étaient bien évidemment au cœur des intérêts de notre partenaire brésilien, le Parc national Montanhas Tumucumaque, qui souhaite développer son programme de gestion et de recherches naturalistes. Mais elles étaient aussi importantes pour nous, comme autant de nouvelles pièces ajoutées à notre connaissance de la région frontalière entre le Brésil et la Guyane.

8À ces objectif principaux s’en est ajouté un autre : plutôt que de remonter la rivière jusqu’à la frontière avec la Guyane française puis de repartir par le même chemin, nous avons souhaité continuer notre chemin côté français et réaliser ainsi une traversée sud-nord des deux parcs nationaux français et brésilien qui bordent la frontière et représentent à eux deux presque 80 000 km² de zone protégée en plein cœur de l’Amazonie.

9Ainsi s’explique le trajet envisagé, représenté sur la carte 1. Comme on le voit, il nous fallait commencer par remonter le fleuve Jari sur un peu plus de 400 km, afin de trouver l’embouchure de la Culari. Nous avions prévu à ce moment là de diviser notre équipe en deux parties : l’une qui redescendrait le Jari sur les pirogues motorisées utilisées jusque-là et une autre équipe réduite qui continuerait le voyage sur des canots pliables en toile.

10De sa confluence à ses sources, la Culari parcourt plus de 160 km que nous remonterions à la rame. Il nous faudrait alors plier les canots et les prendre sur le dos pour parcourir à pied la région de la frontière. Une fois passée celle-ci, nous devions trouver puis descendre la crique Alice sur 45 km, toujours à la rame, avant de faire la jonction avec une équipe mixte du Parc amazonien de Guyane et des forces armées guyanaises sur la rivière Tampak.

22/07/2013. Porto Sabão – Itacara (34,66 km)

11Arrivée dans la nuit à Macapá. Départ pour Laranjal do Jari vers 5h du matin.Arrivée vers 11h après 300 km de piste. Le transport est fourni par la SEMA de l’État d’Amapá qui est un des partenaires de l’expédition. Nous avons chargé sur le 4x4 le matériel que j’apporte depuis Paris (un des canots pliables notamment) et celui qui est prêté par le PNMT ou qui était stocké à Macapá (l’autre canot).

12Nous partons ensuite pour le Porto Sabão et chargeons tout le matériel sur une pirogue en aluminium. Nous faisons une pause dans le village de São Francisco do Iratapuru car nous devons attendre un des membres de l’équipage, Juracir qui n’était initialement pas prévu dans notre voyage, mais il a fallu substituer une défection de dernière minute. Cependant comme je ne veux pas passer la nuit sur place et que je veux voir où en est le reste de la troupe, savoir s’ils ont passé le saut Itacará comme prévu. Même si je n’ai pas trop d’espoir. Nous nous mettons donc en route à 20h, dans la nuit noire avec un peu de lune pour nous éclairer. On passe divers rapides, notamment le Xafariz, dans la nuit. Bravo à Eudimar, heureusement qu’il le connaît par cœur. On arrive vers 22h.

13Arrivés à Itacará, l’équipe campe en bas du saut et non en haut comme je l’espérais. Qu’à cela ne tienne, il faudra travailler plus demain.

14Notre groupe est maintenant constitué de :

  • 6 piroguiers composant les équipages des deux embarcations qui vont nous mener à l’embouchure de la rivière Culari (Leandro, Joca, Juracir, Patrick, Dani, Elielton) ;

  • 2 membres de la SEMA de l’État d’Amapá (Márcio André et Eudimar) ;

  • 2 « volontaires » commises (à leur demande) à la cuisine (Marciane et Egina) ;

  • 2 photographes représentant l’ICMBio ;

  • 4 piroguiers pour la partie difficile (Edinho, Preto, Joelson, Castro) ;

  • et moi.

15Nous sommes donc 17 sur cette partie du trajet. Dans une semaine nous ne serons plus que 5… Nous avons deux embarcations pour cette première partie, une pirogue alu de 12 m et une pirogue en bois de 13 m.

Joca, l’un de nos pilotes

Joca, l’un de nos pilotes

23/07/2013. Itacara - Pista CPRM (68,74 km)

16Lever 5h30. Rapide briefing. Je passe les consignes. J’explique le voyage. Les 4 piroguiers recrutés pour ce qui a été appelé la « partie difficile » sont enthousiastes, mais moi je mesure la responsabilité que je prends de les emmener si loin de chez eux.

17Puis on se met à passer la charge en haut du saut, car il est impossible de passer par eau la première partie des rapides. Pour la seconde on ira avec une charge réduite. Il y a 300 m de chemin à faire avec tout notre matériel (ie entre autres 900 L de carburant), ce qui est un peu long, surtout avec les barils de 50 L d’essence sur le dos. Mais je m’applique à montrer l’exemple. Certains aussi, comme Dani qui fait le trajet avec des charges invraisemblables (comme le moteur 40 HP) en trottinant…

18Nous passons la pirogue alu à dos d’homme, mais cette fois-ci nous utilisons le tracteur (ou faut-il plutôt dire le squelette de tracteur ???) des orpailleurs pour tirer la pirogue en bois. Nous sommes déjà en retard et je ne veux pas perdre trop de temps.

19Le saut Itacará est tel qu’en 2011. De nombreux orpailleurs sont là en même temps que nous, ils effectuent le même manège avec l’appui du petit tracteur et de son chauffeur-mécanicien qui est en quelque sorte le gardien officiel des lieux. Un peu en amont de la seconde partie du saut, les orpailleurs ont monté une grande chèvre, apparemment pour charger des machines lourdes sur une barge.

20Nous partons d’Itacará au moteur. Dans un premier temps je trouve la pirogue en bois un peu lente. Cependant cela s’améliore par la suite, on arrive à faire du 15 km/h. C’est tout à fait honorable pour ce type d’embarcation. Au surplus nous sommes chargés, car en plus du matériel de l’expédition, la SEMA a rajouté des pancartes et des poteaux en bois qui pèsent chacun dans les 40 kg. Pour les avoir transportés sur le saut, je sais bien leur poids. L’objectif pour ceux de la Sema est de fixer ces pancartes le long du fleuve Jari dans la zone qui correspond à la RDS Iratapuru.

Leandro, l’autre pilote, passe avec le moteur sur l’épaule

Leandro, l’autre pilote, passe avec le moteur sur l’épaule

21Nous naviguons sans encombre entre les nombreux rapides de cette partie du Jari, grâce à la maîtrise de nos pilotes, notamment Leandro. Il faut dire qu’ils empruntent souvent ce trajet lorsqu’ils font du fret pour les orpailleurs, l’une de leurs sources de revenu. Pour le reste des équipages, la navigation n’est pas passionnante. On joue aux cartes, aux dominos.

22Nous arrivons le soir à la piste CPRM, juste au dessus du Carecuru, rivière au long de laquelle on trouve de nombreux placers. Nous passons devant le barracão de Catalina, grand point d’appui des orpailleurs de la région, qui s’est encore agrandi depuis 2011.

23Nous campons sur une berge sympathique à proximité de la piste. Je vais reconnaître celle-ci. Elle est en activité, sans aucun doute. Bien dégagée, avec des traces de roue au centre.

Navigation sur le Jari

Navigation sur le Jari

24/07/2013. Pista CPRM – Poraquê (94,79 km)

24Grosse pluie durant la nuit mais le matin est calme.

25Nous partons tôt et avançons à un bon rythme sur les rapides du moyen Jari. Nous déjeunons à moitié sur la rive droite du Jari et à moitié dans les pirogues. Rubens agite son assiette dans l’eau pour la rincer, ce qui fait un bruit semblable à un poisson qui bat des nageoires. Immédiatement un prédateur (piranha ou trairão) s’approche et essaye de manger la proie ! Heureusement plus de peur que de mal, malgré les solides dents, l’attaquant n’a pas réussi à bien viser. Rubens en est quitte pour quelques coupures sur le doigt et un beau pansement. Ca n’arrive donc pas que dans les films.

Difficultés sur le passage de Urucupata

Difficultés sur le passage de Urucupata

26Nous arrivons en début d’après-midi à Urucupata, première grosse difficulté (enfin après Itacará). Il y a moins d’eau qu’en 2011, ce qui n’est pas un avantage car les pierres sont plus apparentes et les canaux petits.

27On aborde par la même île qu’en 2011, mais il semble possible de passer par un endroit où les marches sont moins hautes. Or si les pirogues sont moins penchées, on peut sans doute les passer avec toute la charge, ce qui ira plus vite. Nous cherchons donc un canal sur la gauche de l’île (pour qui regarde vers l’amont). Nous réussissons facilement à passer un premier seuil, mais nous échouons deux fois sur le second. L’eau rabat la pirogue avec une force extrême et même en s’arc-boutant sur la corde on ne réussit pas à la maintenir droite. L’eau la rabat sur les rochers et elle est bloquée, on manque même d’embarquer beaucoup d’eau.

28Nous tentons alors un autre canal à droite du même rocher. Il a l’inconvénient d’avoir deux marches au lieu d’une seule mais du coup chacune est moins haute. La manœuvre fonctionne et nous réussissons donc à passer les deux embarcations en haut de la tête du saut en moins de deux heures. Le reste du rapide se passe au moteur. Mais nous savons que la suite est compliquée, donc nous préférons nous en tenir là pour aujourd’hui. Il y a un bon site pour camper sur une île juste avant le prochain saut (Poraquê). Nous nous y installons.

25/07/2013. Mukuru (14,14 km)

29Lever normal. Nous partons après un bon petit déjeuner. Poraquê et Jabuti sont passés sans beaucoup de mal, au câble sur certaines sections, mais sans que cela ne nous ralentisse beaucoup.

30Nous nous présentons alors devant le début de Mukuru, que nous abordons en cherchant le chemin qui longe la rive droite du fleuve. La première marche est un peu difficile, notamment parce qu’il faut aller loin pour trouver des pierres sur lesquelles il est possible de s’appuyer et tirer efficacement les bateaux. Mais ça va. Ensuite on entre dans un dédale de canaux latéraux, profonds et un peu étroits. Nous devons même élargir les passages à cause d’arbres tombés. Ces canaux permettent de contourner des difficultés du lit principal et sont plus simples à prendre parce que la force de l’eau y est moindre et parce qu’ils offrent des berges à partir desquelles on peut tirer, pousser, etc. Cela étant, il faut régulièrement revenir dans le lit principal pour passer d’autres marches égales à la première.

31La bataille est rude et exigeante pour les hommes comme pour le matériel. En fin de matinée Joca casse son hélice sur une pierre cachée dans un canal. Heureusement Nous en avons quelques unes de rechange. Nous avions prévu le coup.

32Les heures passent et nous ne sortons pas de l’eau, même le déjeuner est avalé au milieu de la rivière. On passe une corde, on tire, on passe l’autre bateau. Et puis on recommence cent mètres plus loin. On bataille pas mal parce que les sauts se répètent sur une très longue distance mais ce que l’on passe c’est une succession de petites marches de 50 ou 80 cm donc ce n’est pas trop compliqué même si cela prend du temps et que c’est fatigant à la longue. L’eau est moins haute qu’en 2011 ; ça aide aussi.

33Vers 16 h, nous avons passé le plus gros de la série de rapides. Nous sommes au dessus de Melé et la journée a été bien remplie. Nous montons alors un campement lorsque nous nous trouvons un bon endroit.

34La journée a plutôt été bonne, nous avons marché à peu près comme prévu et bien mieux qu’en 2011. Seule ombre au tableau : l’un des moteurs de 40 chevaux a un problème, le rotor de refroidissement est cassé et nous n’avons pas de pièce de rechange. Il faut donc utiliser notre moteur 15 chevaux de réserve sur la pirogue alu, ce qui implique aussi que nous aurons plus de mal dans les gros rapides.

26/07/2013. Melê – Saut X (47,09 km)

35On est parti la fleur au fusil en pensant qu’en ayant passé Mukuru nous allions monter tranquillement vers Macacoara. Lourde erreur.

36Nous étions au pied du saut Melê. Comme nous avions un moteur en rade, et que le saut présente une grande vague très puissante sur le canal principal, nous avons choisi d’aller déposer une partie des équipages avec le canot alu et le moteur 40 HP, puis de transférer le moteur 40 sur la pirogue en bois et enfin de passer le saut avec celle-ci et avec la pirogue alu allégée et le moteur 15 HP.

37La première partie du plan se déroule parfaitement. Nous avisons une petite île en amont et y laissons 8 personnes. Puis nous redescendons pour continuer la manœuvre. Premier problème : même avec le moteur 40 HP la pirogue en bois ne passe pas le saut.

38Il va falloir aller chercher la main d’œuvre laissée plus haut pour passer au câble. Nous partons alors avec le canot alu pour ce faire, mais nous n’avons plus que le petit moteur sur notre embarcation.

39Nous réussissons à entrer dans le saut et arrivons à proximité de la crête d’eau. Nous sommes très proches de passer mais il lui manque de l’eau au pied du moteur et nous embarquons de l’eau. Avec ce poids supplémentaire, le moteur n’a plus assez de puissance et le courant commence à nous emporter. Nous sommes, au sens propre, désemparés.

40Heureusement Leandro ne perd pas son calme. Il maintient la pirogue bien dans l’axe du courant si bien que nous reculons mais que nous ne chavirons pas. L’eau monte, le moteur risque de se noyer à tout instant. Moment de tension. Arrivés à proximité d’un rocher, Leandro nous intime de nous jeter à l’eau pour attraper la pirogue et la tirer hors du courant. Ce que nous faisons.

La vague du saut Melê

La vague du saut Melê

41La charge restée dans la pirogue baigne dans 20 cm d’eau. Nous nous précipitons pour écoper. Au bout de vingt minutes la pirogue est à nouveau sèche. Mais tout le ravitaillement pour la suite de l’expédition a été mouillé, et nous sommes dans une situation embarrassante.

42Re-échange de moteur, nous repartons vers l’amont avec le moteur 40 HP sur la pirogue alu. Nous nous passons désormais sans problème. Arrivés sur l’île, nous déchargons tout ce qui a été mouillé pour le sécher au soleil et nous descendons avec tous les hommes disponibles. Nous cherchons un canal pour contourner le saut principal.

43Nous finissons par trouver un passage en rive droite, qui paraissant très difficile et avec un faible niveau d’eau, mais qui est en fait praticable. Nous faisons la jonction avec le groupe resté dans la pirogue en bois, passons celle-ci dans le canal que nous venons de trouver (une grosse marche au milieu) puis nous mettons en route. Nous devrions être bien avancés à cette heure, il est 11 h du matin et nous n’avons fait que quelques kilomètres.

44La suite continue dans le même genre. Miriti dans mon souvenir n’était qu’une formalité. Sans doute du fait du niveau de l’eau, il n’est pas si simple que prévu. Nous passons par exemple45 min à trouver le bon passage.

45Vers 12 h nous passons l’embouchure de l’Inipuku. Les Wayãpi ne sont pas là. Nous entrons à ce moment dans le PNMT. Un groupe de loutres apparaît plusieurs fois et sort de l’eau devant nous. Nous voyons singes, toucans, etc. sur les berges.

46Nous continuons ensuite, persuadés d’en avoir fini avec les grands sauts du Jari. À un moment de mauvais signaux se multiplient : écume sur l’eau, fraîcheur de l’air, brume au dessus des arbres en plein soleil… À 12 km de Macacoara nous tombons sur un grand saut, presque 3 m de haut que nous n’attendions pas !!

47Nous commençons à chercher une sortie, mais il faut pour cela trouver un chemin dans un dédale d’îles qui se trouvent juste en aval du saut. Après une heure d’exploration, nous décidons de camper dans une des îles. Je regarde le soir l’image satellite et la trace du trajet de 2011. En fait nous avons pris le canal principal et non le canal qui longe en rive gauche après la sortie de Siriringa (10 km plus bas). Du coup nous nous sommes trouvés face à la plus grande chute du saut.

27/07/2013. Saut X – Macacoara (23,99 km)

48Grâce au GPS nous slalomons entre les îles (4 km en arrière tout de même) et retrouvons le canal de rive gauche. Grâce à celui-ci nous réussissons à contourner sans trop de problème la chute principale, reprenant le trajet de 2011. Ensuite nous filons tranquillement vers Macacoara.

49Nous arrivons vers 11 h à la grande cascade, baptisée « Chutes du désespoir » par Crevaux. Elle est toujours aussi magnifique, même si le niveau de l’eau est bien moindre qu’en 2011. La différence est vraiment nette. À beaucoup d’endroits il y a aujourd’hui plusieurs cascades distinctes là où il n’y avait qu’un mur d’eau. La végétation qui réussit à pousser sur les pierres est beaucoup plus visible. Avec le soleil, son vert vif contraste avec le bleu du ciel et le blanc de l’écume.

50Nous abordons sur la petite île par laquelle nous devons monter vers le haut de la chute. Cette fois-ci le travail sera plus simple. Comme il ne s’agit que de laisser à l’embouchure du Culari l’équipe de la « partie difficile » et son matériel, la pirogue alu suffira.

51Nous déchargeons la pirogue et nous préparons déjà le campement puisqu’il est clair que nous dormirons ici ce soir. Vers 12h, je décide d’explorer un canal situé en rive gauche et dont je pense qu’il nous mènera à une chute ronde que j’ai repéré lors du survol aérien de 2011. Nous le remontons donc et arrivons en vue de celle-ci. Juste avant nous croisons la route de deux tapirs qui traversent le canal à la nage. Mais impossible de monter en bateau, il y a deux sauts violents avant d’y parvenir (notamment un, juste à la sortie de la chute). Nous coupons par la terre et arrivons au pied du canal qui entre dans la chute. Elle est vraiment ronde, fermée sur 340° au moins et de l’eau tombe presque de l’intégralité de la circonférence… ce qui la rend difficile à approcher. Je vais aussi loin que possible dans le canal d’entrée, mais l’eau est trop forte et le mur trop lisse pour entrer vraiment. C’est dommage car elle paraît vraiment extraordinaire.

Chute de Macacoara

Chute de Macacoara

52Retour au campement, nous nous mettons au travail pour passer la pirogue alu en haut de la chute. Cela dure moins d’une heure car nous sommes nombreux dans le groupe et grâce à des poulies que j’ai apportées et qui permettent d’améliorer notre force de traction.

53Ensuite je prends le temps de faire le point sur le ravitaillement. Il faut d’abord évaluer les dégâts du presque chavirage d’il y a deux jours et retirer ce qui a été mouillé. Heureusement les emballages industriels sont assez résistants et les pertes peu importantes. Je sépare ce que nous emporterons pour les trois semaines durant lesquelles notre petite équipe sera en totale autonomie. C’est une étape importante : trop prendre c’est se charger pour rien mais ne pas prendre assez c’est risquer de se trouver un peu court en vivres alors que nous allons traverser des régions complètement désertes. Il ne faut rien oublier de vital : farine, riz, quelques conserves, sel, condiments mais aussi cartouches, savon… Nous emballons notre « rancho » dans un bidon et quelques sacs étanches. Au total nous emportons presque 60 kg de nourriture.

54Ensuite nous profitons d’une petite chute à droite du chemin de halage pour un long bain bien mérité, et nous nous reposons de ces journées de travail intense. Le soleil est fort sur les rochers qui forment la berge de l’île. Il me permet de recharger un peu les appareils électroniques et les batteries relais.

55Le soir je fais mon premier pain de ce voyage (Eli à qui j’ai appris à en faire en a fait un magnifique le premier jour). J’apprends par la même occasion à Dani (« o Brutal ») à en faire. Ils sont intéressés car ils trouvent que c’est bon, facile à faire et bien moins cher que les biscuits qu’ils emportent en général pour le petit déjeuner.

28/07/2013. Macacoara – Culari (125,11 km)

56Petit déjeuner, le dernier avec l’ensemble du groupe de montée. Nous chargeons ensuite la pirogue alu avec le matériel et le ravitaillement emballé hier. Nous saluons ceux qui vont rester ici puis nous nous mettons au travail pour passer le haut de la chute. En effet, une fois la pirogue halée au bout du chemin, il faut encore franchir deux marches pour la mettre à l’endroit où l’eau est suffisamment profonde pour que le moteur fonctionne. En soi ce travail n’est pas différent de celui que nous faison dans les autres rapides, mais il y a un frisson supplémentaire puisque nous voyons le bord de la chute à 25 m de l’endroit où nous sommes et que le courant cherche à nous y emmener à tout instant.

57Une fois la pirogue prête, nous partons. Nous traversons le courant principal qui forme le gros de la chute. Nouveau frisson en sentant le moteur peiner sur la lame d’eau dont la force est très importante (plus qu’en 2011). Je pense qu’avec moins d’eau, celle-ci est plus concentrée dans ce canal et donc plus puissante. Mais au bout de quelques minutes on est passé.

58Nous avons plus de 100 km à parcourir sur le Jari au dessus des Chutes du désespoir avant d’arriver à l’embouchure du Culari. Nous avançons rapidement, environ 20km/h, mais ça fait un bon bout de chemin (pas particulièrement palpitant) quand même.

Passage du haut de la cascade

Passage du haut de la cascade

59Au bout de 3 h de route, nous commençons à se rendre compte que le moteur a une consommation un peu trop importante. Avons-nous pris assez d’essence non seulement pour arriver au Culari mais aussi pour que la pirogue retourne jusqu’aux Chutes du désespoir ? Nous avons encore beaucoup de trajet à faire… mais il ne faut pas mettre en danger l’équipage qui nous emmène. Je n’ose penser aux conséquences d’une panne d’essence juste en haut de la grande cascade.

60Après un nouveau ravitaillement, je décide que nous allons nous arrêter quelques km avant l’embouchure du Culari car nous avons déjà consommé plus de 60 % du combustible disponible. Nous avisons donc une berge du Jari sur laquelle le sous-bois est bien dégagé et montons le campement.

61Dani en profite pour jeter un œil au moteur et trouve la cause de la consommation excessive : la vis de l’accélérateur était trop desserrée…

Montage des embarcations

Montage des embarcations

62Nous passons ensuite au montage des canots Nautiraid. Suivant l’expérience du mois de mars, nous prenons le temps d’amarrer les couples et les tubes qui forment la rigidité du bateau. Ainsi, même lorsque l’on force sur la structure (par exemple à l’occasion d’un passage de tronc), les tubes ne se déboîteront pas des couples. Nous travaillons gaiement, bien contents de commencer la partie la plus difficile mais aussi la plus exaltante de l’aventure : jusqu’ici nous n’avons fait que refaire un trajet déjà parcouru en 2011.

63Dîner puis coucher tôt. Nous profitons de ce temps un peu mort pour nous reposer.

9/07/2013. Culari (30,06 km)

64Nous nous séparons le matin de l’équipage qui nous a emmené jusqu’au Culari ou presque. Pas mal d’émotion puisque tout le monde sait que nous partons dans l’inconnu et que c’est le point de non-retour. Il paraîtrait bien compliqué de descendre le Jari avec nos canots si nous ne réussissions pas à passer la rivière Culari. La seule sortie est donc devant nous.

Un puma nous regarde passer

Un puma nous regarde passer

65Nous partons à la rame dans les deux canots, un de 3 personnes, où je suis, et un de deux. Nous sentons tout de suite la différence avec le moteur ! Le courant du Jari est fort et nous atteignons péniblement les 4 km/h. Le soleil est déjà implacable. Nous avons une idée de ce qui nous attend dans les prochaines semaines.

66Au bout d’un peu plus d’une heure, nous parvenons à l’embouchure du Culari. Celle-ci est peu marquée, peu visible. Elle ne donne pas l’impression d’être une grande rivière. En fait, toute la zone de l’embouchure consiste en une grande zone de terres inondables (várzea), si bien que la rivière n’est pas encadrée par des berges. Elle s’étale au contraire partout, ce qui explique pourquoi l’embouchure est si peu notable. Seul élément qui tranche dans ce paysage, il y a une colline qui surplombe l’ensemble, à quelques centaines de mètres au nord de l’embouchure.

67Cette configuration ne me surprend pas trop. On voit bien sur l’image satellitale que la forêt haute n’apparaît en bordure de la rivière qu’à partir du premier saut. Avant on est dans une zone de végétation plus basse sur terres inondables, sur près de 10 km. Mais nous n’avons pas de difficulté à identifier la rivière et après une collation à l’embouchure nous commençons la remontée.

68Après les dix premiers kilomètres de « miroir » (espelho), nous passons trois sauts en 6 km. Dans les trois cas il s’agit de sauts d’un mètre (ou 1,5) au total, mais fractionnés en plusieurs petites cascades. Il n’y a pas vraiment de chute principale. Dans les trois cas, à l’endroit du saut, la rivière s’élargit si bien que les sauts sont larges de près de 100 m.

69Le 3e saut est plus long, il s’étend sur plus de 100 m de long alors que le premier est assez compact. Sur le premier nous trouvons un morceau de fer qui provient probablement d’équipement d’orpaillage. Pour autant nous ne trouvons aucune autre trace de passage, à la différence de la Mapaoni (pas de tronc abattu, pas de passage contournant les rapides, pas de ferrailles diverses…). La rivière reste bien large sur tout le trajet parcouru aujourd’hui, au moins 50 m ou plus.

70Entre deux sauts, sur une rive, un couple de pumas passe. L’un des deux nous regarde longuement, visiblement curieux.

71Nous baptisons les sauts :

  • Saut 1 Trairão, parce qu’un gros poisson “trairão” a sauté de l’eau juste au moment où Edinho a accosté ;

  • Saut 2 Encruzilhada, car en remontant la rivière, juste en amont du saut, on a l’impression d’arriver à la confluence de deux branches distinctes alors qu’il ne s’agit que de deux bras qui se rejoignent à l’endroit du saut ;

  • Saut 3 Poraquê, car Joelson a pris une décharge de poisson électrique en le passant.

Passage des premiers sauts de la Culari

Passage des premiers sauts de la Culari

72Nous sommes à l’aise sur les bateaux, chacun a trouvé sa place. On va environ à 4 km/h, ce qui est honorable car nous sommes à contre-courant et il faut décompter 3 ou 4 km/h de dérive. Le passage des sauts est simple et rapide avec ces embarcations. Il suffit de sauter dans l’eau et de les guider sur une lame de 20 cm de profondeur, parfois en tirant à la corde lorsqu’il y a des marches un peu fortes. Nous déchargeons nos barils de temps en temps pour les alléger. Cela étant, l’erreur n’est pas permise. Si on se trompe, le chavirage est assuré et immédiat. La force de l’eau sur une marche de 50 cm ou dans un canal de 1 m de profondeur est grande et il est presque impossible de se maintenir ou d’avancer dès que l’on a de l’eau au-dessus de la ceinture. Par ailleurs, les pierres de ces sauts sont extrêmement glissantes (plus que les pierres de ceux du Jari), ce qui complique un peu les choses.

73L’ambiance est très bonne. Nous chantons, racontons des blagues, parlons de femmes. L’escale de Maripasoula est l’objet de toutes les spéculations à ce sujet !

30/07/2013. Culari (30,78 km)

74Navigation tranquille.

75Nous avons tous mal dormi car les moustiques étaient innombrables et ils nous ont piqués au travers de nos hamacs. Ce n’est qu’avec une grosse chemise de serge et le sac de couchage que j’ai réussi à m’en préserver un peu. Au moment où j’allais lever tout le monde, vers 5 h30, une énorme pluie s’est abattue. Si bien que j’ai attendu qu’elle passe avant de sonner le lever. Mais vers 6 h nous nous mettons en train et partons vers 7 h30.

À la rame sur la Culari

À la rame sur la Culari

76Peu après le départ on passe un petit saut (baptisé Mapinguari).

77 La rivière continue dans un lit large de basse forêt, toujours inondable. Pas de pierres, pas de hautes berges. Cela explique la quantité de moustiques au campement et nous en promet encore d’autres pour ce soir. On voit des loutres plusieurs fois. Les animaux sont peu effrayés par notre passage en général. Ils viennent nous voir avec curiosité voire essayent de nous chasser.

78Le soir une bande de singes vient nous rendre visite au campement.

31/07/2013. Culari (31,63 km)

79Lever tôt car un peu avant 5 h30 on a entendu un gros bruit sur la berge. Edinho se précipite et revient dépité : un crocodile est venu, attiré par les restes de piranhas d’hier, et il a croqué la boîte en plastique dans laquelle Edinho gardait son savon. Il l’a croqué tout cru… et Edinho a perdu son beau savon parfumé.

80Je rigole mais je déchante moi aussi peu après. Une colonie de fourmis a colonisé ma chaussure pendant la nuit. Tant de temps à me mettre les pieds au sec et à sécher bottes et chaussettes et tout est perdu : il me faut laver ma chaussure à grande eau avant de la mettre. Mais tout cela n’est pas grand-chose.

81Petit déjeuner avec le pain cuit la veille puis départ. Nous pagayons à notre rythme habituel.

82Les rives se modifient un peu, nous voyons apparaître les pierres et la roche du substrat. Nous passons des petits rapides de temps en temps. La forêt est plus dense par moments. Mais la forêt inondée reste très présente, largement majoritaire sur le parcours. On note des taches vert clair en bord de rivière sur l’image satellitale. Il ne s’agit sans doute pas d’anciennes roças car ce sont des zones inondables. Plus probablement des méandres recoupés.

On accoste pour camper

On accoste pour camper

83Nous campons sur le 4e saut de l’image, qui n’est en fait qu’une petite marche de 50 cm de haut. Nous le baptisons « Esperada » car nous l’avons attendu un bon moment avant finalement d’y parvenir. Il y a peu de moustiques dans cette zone est le lieu de campement est vraiment très bon, les pierres du saut nous donnent un excellent lieu pour pêcher, sécher nos affaires, recharger les batteries, prendre un bain, préparer le pain.

01/08/2013. Culari (34,41 km)

84Lever tôt. Nous repartons comme d’habitude. Nous passons peu après un nouveau petit saut, que je n’avais pas repéré sur l’image satellite. Nous le baptisons en conséquence « Inesperada ». J’entends les piroguiers qui répètent régulièrement la séquence des sauts que nous avons passés pour la mémoriser.

85Vers 9 h nous passons le 5e saut repéré sur l’image, baptisé Cachoeira do gavião car un aigle royal se trouvait perché sur un arbre au moment où nous sommes arrivés. Ce saut est plus long que les précédents, un peu plus de 200 m, avec deux marches. Mais il ne pose pas de difficulté majeure.

86En amont, le paysage change à nouveau. Les berges inondables reviennent en force et nous voyons beaucoup d’açaí (Euterpe oleacera) alors que jusqu’ici nous n’avions vu que des bacaba (Oenocarpus bacaba). Sur les rives de terre ferme on voit beaucoup de massarandubas (Manilkara sp.).

87Peu à peu les collines se précisent autour de la rivière. Elle divague dans une vallée de quelques centaines de mètres ou de quelques kilomètres de large. Cependant le fond de cette vallée est très plat et inondable. De temps en temps la rivière se rapproche de l’une ou l’autre colline, ce qui donne des berges très pentues avec forêt de terre ferme sur quelques km. Mais rapidement on en revient aux berges inondables.

88Nous nous arrêtons vers 17 h, après une journée bien remplie (34 km, notre meilleur jour en montée). Nous avons un peu de mal à trouver un bon lieu pour camper (beaucoup de rives inondables mais aussi beaucoup d’arbres morts qui risquent de nous tomber dessus), ce qui entraîne un peu de mauvaise humeur – passagère – dans la troupe.

89Vu beaucoup de jacarés. Des loutres sont venues ce soir à notre campement. Nous avons vu aussi passer une charogne de capybara apparemment dévoré par un jaguar.

02/08/2013. Culari (9,49 km)

90Pendant la nuit un gros arbre s’abat près de notre campement. Heureusement aucun problème pour nous. Nous avions bien regardé avant de nous installer !.

91Nous partons comme d’habitude mais la journée va être un peu différente puisque l’objectif est de reconnaître une ancienne piste d’orpailleurs, appelée « Deux septembre », qui se trouve à 3 km à l’est de la rivière. Il nous faut donc d’abord nous approcher au plus près puis établir un campement et partir à pied dans la forêt pour la trouver.

92Nous avons un peu de mal à trouver un bon lieu de campement car les berges sont très inondées ou peu accessibles en raison d’une végétation très dense. Nous le trouvons finalement et nous nous installons. Après je pars avec Edinho et Castro pour reconnaître la piste.

Matériel abandonné par les orpailleurs

Matériel abandonné par les orpailleurs

93Nous parcourons le trajet en nous orientant avec la boussole et en contrôlant avec le GPS. Le trajet ne pose aucun problème, d’autant que nous ne sommes pas chargés. Comme attendu, nous passons une alternance de collines (pas très hautes) et de bas-fonds (baixões) humides dans lesquels se trouvent de grands açaizais.

94La zone de la piste, elle, est un peu différente. Elle a été installée sur une colline dont le sommet est assez plat. Toute la zone de la piste est couverte de forêt secondaire très différente de la régénération habituelle. Le sol, notamment, est très sec et la litière aussi (fait penser à une garrigue, les feuilles craquent sous les pieds).

95On distingue bien la différence entre la piste elle-même, où le sol a été très compacté et où la régénération est lente (couvert pas fermé, arbres fins) et les approches où on trouve encore les troncs abattus et où la régénération est plus avancée. Cela étant il ne faudrait pas beaucoup de temps ni de travail pour nettoyer le tout et remettre la piste en état.

96On trouve des vestiges des garimpeiros : dans un endroit qui devait être le dépôt, des outils, des ustensiles de cuisine, une tronçonneuse, des moteurs et plein de tuyaux... le tout bien rangé. On trouve même un baril de maïs. Y avait-il une mule sur place ?

97Parmi les traces laissées par les orpailleurs, une nous réjouit : de très nombreux citronniers, sans doute plantés par eux et qui ont réussi à se maintenir dans le couvert encore réduit de la régénération secondaire. Il y a des quantités de citrons tombés à leur pied et nous faisons une ample provision pour les jours à venir.

98Le parcours que nous venons de faire et les jours précédents me permettent de faire le point sur l’énergie électrique. Les sources de consommation sont la tablette que j’utilise comme GPS, le téléphone satellite, les caméras GoPro. Or la rivière devient de moins en moins large et sous peu nous entrerons dans la forêt, ce qui rendra difficile ou impossible le rechargement des batteries avec le panneau solaire. Une de mes deux batteries relais donne des signes de faiblesse (en fait elle est morte peu après). Par ailleurs, la consommation de la tablette lorsqu’elle effectue un suivi de parcours est infernale (batterie vide en une demi-journée).

99Je décide donc de ne plus utiliser la tablette pour cette fonction (j’ai un GPS classique et des piles que je mets en fonction exclusivement pour cela), et de ne l’utiliser que pour consulter les données cartographiques (image satellitale, hydrographie). Par ailleurs je commence à limiter l’usage de tous ces équipements afin de toujours avoir la possibilité d’alimenter le téléphone satellite, qui sera crucial en cas d’urgence.

03/08/2013. Culari (10,85 km)

100On entre dans le dur.

101On part tôt comme tous les jours. L’eau a baissé de 20 cm depuis la veille.

102Quelques kilomètres après le départ nous sommes face à une confluence, la Culari est ici formée par deux rivières de même taille. Nous prenons la branche Est, mais elle est donc deux fois moindre. Plus que 10-15 m de large, le « festival des arbres tombés pour la damnation des pagayeurs » (Coudreau) commence et nous avançons désormais à vitesse très réduite.

Les troncs tombés rendent la navigation difficile

Les troncs tombés rendent la navigation difficile

103La rivière alterne entre des zones inondées ouvertes et quelques passages en sous-bois entre des grandes collines.

104Pause déjeuner sur une pierre au milieu de la rivière et nous repartons.

105Nous avons un peu de mal à localiser la branche qui nous intéresse lors de la confluence suivante, elle a plus de courant mais était cachée par la végétation, alors que la branche Ouest était bien visible. Un coup d’œil aux donnés cartographiques nous détrompe aussitôt.

106Nous avançons lentement mais nous sommes dans les temps.

04/08/2013. Culari (7,07 km)

107Après une bonne nuit, je me lève à 5 h30 et prépare le feu pour cuire le pain. Ce n’est pas facile car il a beaucoup plu pendant la nuit et tout est mouillé. Tout le monde a mal dormi à cause de la nuit et nous partons un peu tard, vers 8 h.

108La Culari est maintenant vraiment étroite. Nous passons tout le temps par-dessus ou par-dessous des troncs, ou nous ouvrons la végétation qui bloque la rivière.

109Pour autant, on n’est pas encore vraiment entré dans les « montagnes de Tumucumaque », zone dans laquelle en principe le relief est composé de myriades de collines qui ne sont pas très hautes mais qui s’épaulent l’une l’autre et forment une région difficile à traverser. Les rives demeurent plates et on se sent dans la plaine. Le fameux marais du Culari est en fait un igapó géant, une grande zone de forêt plate qui est inondée sur une grande profondeur dès que l’eau monte un peu (i.e. à chaque pluie, comme cette nuit). La végétation est plutôt celle de sous-bois, parfois (mais rarement) ouverte.

110Cela étant la Culari est bien plus facile pour naviguer que la Mapaoni. Les sauts du début sont petits et simples et le sous-bois inondé contient peu de très gros arbres si bien que le plus souvent nous tirons facilement nos canots sur des troncs qui ne dépassent que de 10 ou 20 cm la surface de l’eau. Iil faut dire aussi que nos embarcations sont idéales.Nous nous arrêtons tôt, vers 15 h, car nous trouvons un bon endroit pour camper et car les sites adéquats sont peu nombreux. Mieux vaut ne pas passer 3 heures à en chercher un en fin d’après-midi.

111Comme nous avons le temps, nous faisons un beau campement. Edinho et Castro se partagent une bâche, Preto et Joelson une autre, et moi j’en ai une individuelle. Chacun nettoie une zone de forêt entre deux troncs pour s’installer : on coupe les branches basses et les jeunes pousses (en faisant attention de ne pas laisser de petites souches sur lesquelles on s’embrochera le pied quand on aura retiré les bottes), on retire la couche de feuilles mortes pour éviter les serpents et les araignées. Sur les trois derniers campements nous avons eu la visite d’une mygale, d’un scorpion venu se nicher dans une botte et de fourmis venimeuses. Une fois le sol prêt, nous installons les bâches puis les hamacs dessous. Nous complètons par deux baguettes verticales pour laisser sécher les bottes. Ensuite nous passons aux tâches collectives : corvée de bois, feu, repas du soir, nettoyage des canots, …

112Une fois que tout est au point, on peut enlever les chaussures et aller se laver, puis passer la tenue de nuit. Toujours un délice de passer des vêtements secs après avoir passé la journée à patauger dans l’eau jusqu’à la poitrine. Ensuite vient le dîner, puis on se love dans les hamacs. Il est en général plus ou moins 8 h. On ne se couche pas tard en forêt.

113La navigation à la rame est sans grand mystère. Surtout quand on est accompagné de spécialistes !. Nous restons proches des rives car le courant est un peu moins fort qu’au milieu, et c’est donc plus facile en montée. En plus cela nous permet d’être un peu à l’ombre (mais c’est moins bien pour le panneau solaire). Quand la rivière est étroite et pleine d’obstacles, le jeu est de limiter les efforts. Nous regardons attentivement pour trouver la moindre brèche qui permettra de passer les frondaisons tombant dans l’eau ou le paquet de lianes sans avoir à trop couper. De toute manière nous ne coupons que le strict nécessaire, sur la hauteur nécessaire. Parfois à vouloir tailler trop large nous faisons s’effondrer un énorme amas de branches pourries et obstruons le passage au lieu de le dégager.

La Culari est une rivière qui inonde une vaste zone de forêt

La Culari est une rivière qui inonde une vaste zone de forêt

114Devant un tronc tombé, nous regardons si nous pouvons contourner, si nous ne pouvons pas se faufiler dans l’eau entre les branches, ou passer par le trou laissé en arrière de lui par l’arrachage des racines. Si ce n’est pas le cas nous passons par-dessous, s’il y a un petit espace, ou nous hâlons le canot par-dessus si nécessaire. Cette opération, nous la répèterons des centaines de fois, parfois en retirant la charge, parfois en la laissant, pour aller plus vite. Elle est toujours compliquée par le fait qu’en sautant dans l’eau et remontant dans le canot des dizaines de fois, on finit immanquablement par le remplir d’eau. Il est donc d’autant plus lourd à tirer.

115Pour couper les lianes, les machettes doivent être affutées comme des rasoirs. Les piroguiers effectuent ces manœuvres avec naturel, en équilibre instable sur le canot avec une rame dans l’autre main pour maintenir l’embarcation dans le fil du courant.

116À chaque fois nous criagnons que ce soit trop bouché, et à chaque fois nous passons ! Mais c’est aussi au prix de pluies de fourmis qui nous piquent après pendant des heures, cachées dans les plis des vêtements, au prix d’essaims de guêpes qui nous attaquent parce que nous passons trop près de leurs nids, au prix de pieds pleins de mycoses parce que nous sommes tout le temps mouillés. Et heureusement nous avons de la chance : pas de piqûre de raie ni de morsure de serpent !

05/08/2013. Culari (6,04 km)

117Lever un peu difficile, la journée d’hier a laissé des traces, et ce n’est que le début ! On plie tout, et partons… le GPS met un bon quart d’heure à trouver le signal, c’est le signe que nous sommes vraiment dans une forêt fermée. Bien sûr depuis deux jours le panneau solaire ne sert plus à rien.

118Il y a de l’eau partout. La rivière serpente lentement dans une large plaine. Le courant nous permet d’identifier la branche principale que l’on suit sans difficulté. En revanche nous ne voyons pas les affluents qui se trouvent sur la carte. Ils ne sont pas visibles.

119Vers 13 h30 les arbres tombés se multiplient, puis nous passons une grande bambouseraie. Nous essayons de la contourner car elle paraît très fermée le long de la rivière et il semble plus facile de prendre par-dessous les bambous. Grosse erreur, nous perdons 2 h dans cette manœuvre et nous y consommons beaucoup de force. Sur le trajet on dérange une biche qui dormait sur place, sans doute après s’être repue de jeunes pousses de bambou.

120Nous arrivons à moins de 10 km à vol d’oiseau de la borne n° 5. Après avoir établi le campement nous nous concertons sur la suite. Les rives de la rivière sont très inondées et on n’a pas vu jusqu’ici de bon endroit pour commencer à progresser par terre. Pour éviter de perdre du temps en marchant dans un marais infernal, nous décidons de continuer sur la rivière demain.

Dans la bambouseraie…

Dans la bambouseraie…

06/08/2013. Culari / divisor de aguas (4,50 km)

121Lever normal. Départ vers 7 h30. Nous avons décidé de continuer par la rivière alors on s’y met, mais cela devient vraiment très difficile avec un arbre tombé tous les 50 m. Nous ouvrons des trous de souris dans les frondaisons, mais nous perdons beaucoup de temps. À 10 h on n’a même pas gagné 1 km à vol d’oiseau.

122Il est donc temps de se lancer à pied. Nous accostons, lavons et plions les bateaux. Nous avons à ce moment une très mauvaise surprise : à cause d’un défaut de fabrication, les tuyaux qui forment la rigidité du canot de 3 places sont endommagés et il sera très difficile de les remonter pour continuer le voyage. Bon, nous verrons cela par la suite. Préparation d’un déjeuner rapide.,Répartition des charges et lancement dans la forêt.

123Les premiers kilomètres ne se passent pas bien. Les bateaux pliés donnent des paquets qui ne sont pas très commodes à porter, encore moins associés à nos bidons étanches. Il faut refaire plusieurs fois les paquetages pour arriver à une solution satisfaisante. Par ailleurs ce sont des charges assez lourdes. Les porter et ouvrir le chemin en même temps est donc difficile. Même en ouvrant le chemin à vide et en revenant sur nos pas pour charrier les bagages, notre rendement reste inférieur à 1 km/h. En plus le relief commence à devenir plus marqué : il faut grimper les pentes des collines (qui sont parfois couvertes de végétation basse particulièrement dense, notamment des amas de lianes – cipoais), et traverser des zones de bas-fonds, toujours pleines de palmiers açaí (Euterpe oleacera), dans lesquelles le sol détrempé fait qu’on s’enfonce jusqu’à mi-mollet. Cela étant le relief est plutôt clément sur ce côté brésilien.

Dans la forêt, nous avançons lourdement chargés

Dans la forêt, nous avançons lourdement chargés

124Nous nous arrêtons vers 16h. Nous avons parcouru 2 500 m depuis la rivière. On n’est pas rendu !

07/08/2013. Divisor de aguas (6,79 km)

125Aujourd’hui il a fallu pousser la troupe pour atteindre l’objectif.

126Lever tôt. Préparation et départ à 7 h30. J’ai un peu modifié l’organisation. Les premiers relais s’enchaînent bien, même si nous restons toujours à une vitesse inférieure à 1 km/h.

127Déjeune tardif à 2 500 m de la borne. La progression est de plus en plus difficile car les collines sont plus hautes. Sur le chemin nous notons l’abondance des marapuambas (Ptychopetalum olacoides). Nous trouvons aussi un ouriço de castanha (Bertholetia excelsa) sans trouver l’arbre qui l’a produit. Ce serait important car en principe il n’y a pas de castanha dans cette région. Trouver quelques arbres serait sans doute le signe d’une ancienne présence amérindienne.

12817 h30, nous trouvons un bon endroit pour camper à 700 m de la borne et décidons de nous arrêter pour aujourd’hui. Si nous continuons, nous risquons de nous trouver dans une zone de collines sans rivière, ce qui serait compliqué pour le campement (il faut de l’eau pour se laver, faire la cuisine, etc.). Je pars en reconnaissance avec Preto. Nous parcourons rapidement la distance restante jusqu’au sommet de la colline qui fait frontière. La zone de la borne est facile à localiser, elle est couverte de bambou-liane, espèce qui a colonisé la clairière ouverte et entretenue de temps en temps. Au vu de cette régénération secondaire, dans laquelle il y a peu d’arbres et plutôt fins en diamètre, j’ai l’impression qu’il y a eu un entretien il y a moins de 5 ans. On cherche un peu la borne et nous la trouvons assez rapidement. Mission accomplie, nous retournons au campement.

129L’aventure commence à devenir plus difficile. Nous avons tous les pieds pleins de mycoses, et nous sommes fatigués du canotage et de la marche. Mais il nous reste beaucoup de distance à parcourir ; la borne n’est que le milieu de notre odyssée. Au retour au campement j’étudie les données que j’ai apportées pour imaginer le meilleur parcours côté guyanais.

130Je dois déterminer quel point viser pour repartir avec nos canots, ce qui est délicat car j’ai peu d’information sur la configuration des têtes des rivières. On ne les voit pas sur les images satellitales, donc impossible de deviner leur largeur. Or les informations sur l’hydrographie sont un peu imprécises (1 : 100 000) et ne donnent pas non plus d’information sur la largeur ou le débit. En plus je n’ai plus beaucoup de batterie sur la tablette, donc je limite les consultations car je ne sais pas pour combien de temps nous en avons avant de pouvoir charger les équipements.

131Grosso modo, deux chemins sont possibles. Le premier consiste à couper vers le nord et à attraper la branche Est de la crique Alice. Mais cette branche est plus longue à rejoindre le cours principal de la Alice que celle de l’Ouest, ce qui implique sans doute d’y passer plus de temps. Ensuite le haut de cette crique est très proche du haut d’autres criques qui, elles, coulent vers la rivière Culari et qui nous entraîneraient donc vers l’Oyapock. Autant éviter de possibles méprises. La seconde solution consiste à prendre la branche Ouest de la Alice, dont les premiers formateurs se trouvent à proximité immédiate de la borne. Je la privilégie donc.

132Le problème de cette solution est que je ne sais pas exactement où elle devient navigable, si bien que deux choix sont à nouveau possible : couper par les collines en direction NO et arriver à une confluence un peu en amont, où je peux imaginer que le volume d’eau est suffisant, ou bien essayer de la prendre plus haut, en suivant un formateur jusqu’à ce qu’il s’élargisse un peu et nous permette de naviguer. Je n’ai pas beaucoup d’information sur la région mais j’espère que la Alice est moins marécageuse que le haut de la Culari. Si elle circule entre des collines bien marquées, son lit doit être plus étroit, moins méandreux et donc concentrer plus vite les eaux, donc devenir plus vite profond et un peu large. Difficile de savoir laquelle des deux solutions choisir.

Dans les collines de la ligne de partage des eaux

Dans les collines de la ligne de partage des eaux

08/08/2013. Ligne de partage des eaux (6,03 km)

133Lever tranquille, petit déjeuner avec un gros pain que j’ai préparé la veille durant toute la soirée (difficile de trouver du bon bois pour le feu, et en plus il a plu, il a fallu attiser tout le temps). Départ pour la borne, photos de circonstance et vers 8h40 on est parti pour la Guyane française. Nous nous dirigeons vers le nord, dans une tentative pour suivre la première stratégie définie hier soir. Mais rapidement nous voyons que les collines sont beaucoup plus marquées que du côté brésilien. Nous peinons beaucoup car nous sommes très chargés.

134Comme la troupe est fatiguée, j’opte donc pour essayer la seconde stratégie, au moins aujourd’hui. Nous passons donc encore quelques collines en marchant en direction du NO, et lorsque nous trouvons une crique dont l’orientation est correcte (écoulement des eaux en direction du NO), nous décidons de la suivre en marchant dans son lit, afin de voir si nous ne trouvons pas rapidement un bon endroit pour reprendre la navigation.

135La marche dans le lit de la rivière a l’avantage de ne pas poser de problème de relief (c’est plat) mais elle offre d’autres difficultés. Il y a des tronçons « propres », qui nous permettent d’avancer facilement en marchant dans l’eau. Il y a aussi de nombreux chablis. Les arbres tombés ouvrent la canopée et la végétation peut pousser au ras de l’eau, créant des endroits très encombrés. Il faut contourner par les berges qui sont pleines de lianes… Nous le savions, mais nous espérions que la rivière aurait rapidement assez d’eau pour que nous puissions mettre les canots à l’eau. Au bout de quelques heures il se confirme que nous sommes trop haut et qu’il faudra la suivre encore très longtemps avant de trouver le point que nous cherchons.

Photo de circonstance autour de la borne frontière

Photo de circonstance autour de la borne frontière

136Nous décidons alors de repartir sur la terre ferme pour couper un grand coude de la rivière, qui part complètement vers l’Ouest à l’endroit où nous sommes, avant de s’orienter vers le Nord 5 km plus loin. Par chance, à l’endroit où nous partons, les collines laissent place à un grand plateau si bien qu’après une montée très raide nous passons deux kilomètres de plat relatif. Le sous-bois y est dégagé et nous pouvons marcher à pleine charge sans ouvrir de chemin.

137Après cela les collines recommencent, et de surcroît il pleut fort. Les pentes se transforment en savonnettes et Castro fait une glissade de 50 m. Cela devient trop compliqué, nous nous arrêtons donc au bord du lit d’une crique, affluent de celle que nous avons suivie plus tôt.

138Il est 17h, nous sommes bien fatigués et un peu dans le doute. Nous savons que la journée de demain va être dure à nouveau, et espérons, sans aucune certitude, que nous trouverons le point adéquat pour reprendre la navigation.

139Depuis deux jours nous n’avons pas eu de communication avec le téléphone satellitaire. Non seulement j’économise la batterie, mais en plus, pour une raison qui m’échappe, il est beaucoup plus difficile de trouver un signal stable dans cette région (alors que le sommet un peu dénudé de la borne aurait dû être un endroit favorable…). Je ne peux synchroniser la jonction avec l’équipe PAG/RIMA qui devait remonter la Tampak et venir à notre rencontre.

09/08/2013. Ligne de partage des eaux – Alice (4,87 km)

140Levés plus tôt que d’habitude, nous sommes déjà en train de marcher à 7 h15. Le jour pénètre tout juste en forêt. Nous partons, et juste à la sortie du campement deux tapirs nous traversent littéralement, renversant Castro au passage. On aurait dit deux autobus allant droit devant eux. Ils ont visiblement été aussi surpris que nous.

141Les collines de cette région sont les plus difficiles que nous ayons rencontrées jusqu’ici. Ce n’est pas de la haute montagne bien sûr, mais elles sont très raides et le sol est instable, ce qui rend difficile de trouver nos appuis, ce sans compter que la végétation n’aide pas beaucoup. En plus nous sommes bien chargés.

142Au bout de trois heures nous arrivons à proximité de la crique Alice, mais elle est visiblement bordée par une grande zone de marécages. Nous la suivons en restant autant que faire se peut dans la haute forêt, ce qui nous permet d’avancer un peu mieux. Mais vers 12 h il faut prendre une décision : ou continuer à passer des collines, ou essayer de trouver le cours de la rivière et voir si nous pouvons nous mettre à l’eau. Nous tentons la seconde option, vu que suivre les collines et contourner le marais nous dévierait trop vers le Nord-Est (ou alors nous devrions traverser la vallée pour continuer à longer la rivière en rive gauche…).

Végétation du marais qui entoure le lit de la tête de la crique Alice

Végétation du marais qui entoure le lit de la tête de la crique Alice

143Nous partons Preto, Edinho et moi pour ouvrir le chemin dans le marais. La zone est vraiment difficile à passer. Ce sont d’abord des cipoais très denses et très bas, qui impliquent de tailler son chemin mètre à mètre. Ensuite un marais plein de hautes herbes très denses. Puis des berges émergées (sans doute inondables en saison de pluies), elles aussi recouvertes de cette végétation de graminées géantes qui forment des rideaux presque infranchissables. Nous passons une heure sans nous arrêter de couper à la machette pour ouvrir les 300 m de chemin. À chaque motte nous croyons que la rivière se trouve derrière le rideau de plantes et découvrons dépités qu’elle est plus loin que nous ne le pensions. Enfin, vers 13 h, après nous être faufilés dans un dernier cipoal, nous la trouvons. Elle ne mesure encore que 4 m de large, mais elle fait environ 80 cm de profondeur et elle est manifestement navigable. Elle paraît se tailler un chemin assez dégagé entre les hautes herbes. Le moral remonte tout de suite ; nous nous pensons tirés d’affaire.

144Nous retournons en arrière pour prendre nos affaires, revenons avec tout le monde et avec le matériel sur le dos et nous nous mettons à monter les canots. L’avarie des tubes du canot 3 places est un peu gênante mais nous utilisons des pièces en bois que nous taillons sur place pour substituer ce qui manque.

145Rapide déjeuner et départ pleins d’espoir sur la crique Alice. Mais notre enthousiasme est bientôt douché. En premier lieu, le lit de la rivière est encore très serré et après quelques dizaines de mètres dégagés, les hautes herbes le ferment et il nous faut ouvrir notre chemin à la machette presque en continu. Ensuite, la rivière serpente en courbes très serrées dans la plaine, ce qui fait que pour avancer de 100 m en direction du nord et de la Tampak, nous parcourons 300 ou 400 m de rivière.

146Nous arrivons dans l’après-midi dans une zone de forêt. Nous retrouvons le festival des arbres tombés mais au moins nous évitons les graminées. Nous avançons un poil plus vite et moins péniblement. Nous aurions pu continuer un peu plus mais lors d’un transbordage Castro se fait piquer le doigt par un scorpion qui s’était caché sous la bretelle de son bidon. Il a besoin de soins. Nous montons donc un campement rapide.

147Un autre problème apparaît. Nous nous étions partagés les provisions afin de répartir la charge entre les différents bidons étanches. Cela a bien fonctionné mais du coup je n’avais plus de vision globale de où nous en étions de la consommation. Or elle a été plus importante que prévu, notamment parce que les piroguiers ont l’habitude de compenser les efforts importants consentis dans la journée par de gros repas le soir.

148Au total, il ne nous reste plus grand-chose. De quoi faire une journée normale demain, après il nous restera 1 kg de farine de manioc et 1 kg de riz pour cinq…

149Cela signifie que nous ne pouvons pas ralentir le rythme. Il nous faut nous dégager rapidement de ce début de la crique Alice. Être en retard n’était pas un gros problème, mais se trouver sans ravitaillement, même s’il est toujours possible de vivre sur la forêt (la pêche nous permet d’allonger nos provisions et d’améliorer notre ordinaire depuis plusieurs jours), c’est une autre paire de manche.

150Compensant un peu ces nouvelles médiocres, je réussis à avoir un signal Inmarsat. J’ai donc envoyé au RIMA la nouvelle de notre arrivée en Guyane et j’ai demandé à la patrouille de bien vouloir nous attendre ou au moins nous laisser du ravitaillement.

15121 h30 : Edinho a laissé un hameçon au fond de la rivière avec un appât, et l’a relié à une casserole. Ce système d’alarme rudimentaire sonne deux fois de suite (les trairões, appelés Aymara en Guyane, ont visiblement faim le soir) et nous sortons deux beaux poissons de 5 ou 6 kg chacun. Le problème du ravitaillement est donc réglé pour demain…

10/08/2013. Alice (4,82 km)

152La crique Alice, ce n’est pas du gâteau.

153On repart sur la Alice. Castro est HS, on réorganise donc les équipages. Edinho et Preto sont sur le canot de deux places et ouvrent le chemin. Ils abattent un travail fantastique.

154La haute Alice n’est pas très sympathique. Elle alterne entre des marécages comme celui d’hier et des passages en forêt. Les marais sont couverts de végétation basse et extraordinairement dense, dans lesquels les quelques arbres qui arrivent à pousser ne semblent le faire qu’afin de tomber en obstruant le passage et en fournissant aux graminées des ponts qu’elles se font un plaisir de coloniser. Elles forment alors d’épais barrages que nous ne pouvons vaincre qu’après dix ou quinze minutes de débroussaillage intensif. Parfois à la place des graminées nous passons des bambouseraies, guère plus sympathiques, d’autant que les pousses de bambou ont de redoutables épines.

155Alternant avec ces marais, nous trouvons des petites zones de forêt, qui ressemblent plus à ce à quoi je suis habitué en ce qui concerne les criques amazoniennes. Celles-ci aussi sont pleines de chablis, mais ils sont plus « secs », c’est-à-dire que l’on peut s’en tirer en passant le canot par-dessus ou par-dessous les troncs. Les transitions entre les marais et les zones de forêt sont aussi délicates à passer, les herbes et lianes utilisant les troncs pour monter plus en hauteur et présenter des barrages épais à chaque orée de bois.

156Au total nous avançons lentement. Trop lentement.

157Nous nous arrêtons vers 16 h, à cause d’un nid d’abeilles très agressives. Il est caché dans un trou, si bien qu’il est impossible de l’atteindre pour le brûler. C’est une espèce beaucoup plus agressive que les guêpes habituelles. Elles nous attaquent dès que nous approchons à moins de 10 mètres et les piqûres sont vraiment douloureuses. Nous décidons d’essayer de passer très tôt demain matin, quand elles seront encore endormies.

158Ce soir nous avons à peine fait 2 km à vol d’oiseau. Sur la carte je vois qu’à 1 km au nord de notre campement la Alice reçoit un affluent important en rive gauche. J’espère qu’à partir de ce moment elle va s’élargir et se dégager. Un hocco vient améliorer notre repas du soir, prolongeant notre ravitaillement d’autant. Curieusement, sur ce côté guyanais, aucun piranha, alors qu’ils étaient nombreux côté brésilien.

159Je communique ce soir avec le téléphone satellite. Pas de nouvelles des militaires. Je renvoie un message au numéro qu’ils m’ont transmis pour leur donner des nouvelles de notre progression.

Dans les marais de la crique Alice

Dans les marais de la crique Alice

11/08/2013. Alice (24,2892 km)

160Fin des ennuis ?

161Il a beaucoup plu cette nuit. Lever 5h et petit-déjeuner rapide. À 6h nous passons le tronc aux abeilles (avec un peu moins de mal car le niveau de l’eau a un peu augmenté à cause de la pluie). Elles bourdonnent un peu mais il fait encore bien noir et donc elles nous laissent en paix.

162Heureusement cette fois-ci les choses se déroulent à peu près comme prévu. Nous luttons encore beaucoup le matin mais les zones de forêt sont maintenant plus nombreuses que les zones de marais. On a l’impression que la forêt « mange » peu à peu le marais, qui se limite à de petits patchs de plus en plus réduits. Les troncs barrant le cours de la Alice sont encore nombreux, mais au fur et à mesure nous n’avons plus à ouvrir le chemin à la machette, juste à faire le saute-mouton auquel nous sommes désormais tellement habitués. Il ne nous faut que quelques minutes pour passer un gros tronc.

163En plus Castro va bien mieux et donc le passage du canot 3 places est plus simple.

164Vers 12 h Edinho abat un gros crocodile. Nous mangerons bien ce soir ! Heureusement car notre petit déjeuner s’est réduit au café au lait, sans rien à manger.

16512 h30, pause sur un grand tronc. Nous nous restaurons avec les quelques jus instantanés qui nous restent. Mais nous avons déjà avancé de 6 km ce matin, et sentons que la rivière devient vraiment praticable. Ça sent bon.

166Nous repartons et allons de plus en plus vite. Les passages d’arbres tombés deviennent moins fréquents et tout à coup il n’y en a plus. La rivière s’élargit vraiment.

167Vers 14 h30 nous tombons sur le premier saut de la Alice. C’est une vraie cascade de 2,5 m de haut divisée en deux passages.

Passage de tronc sur la crique Alice

Passage de tronc sur la crique Alice

168Après ce premier saut, la Alice reçoit une autre branche (la fameuse branche Est) de même taille et devient vraiment une grande rivière, de plus de 20 m de large. C’est le moment où elle devient visible sur les images Landsat. À cet endroit, nous passons une branche manifestement coupée à la machette. C’est la première trace de passage humain depuis la Culari.

169Nous continuons jusqu’au saut suivant, situé à 2,5 km à vol d’oiseau. Il s’agit aussi d’un vrai saut, de 2 m de haut. Les deux que nous venons de passer font penser à ceux de la Mapaoni. Ils sont beaucoup plus hauts et forts que ceux de la Culari.

170Nous y établissons un joli campement, c’est un très beau site. En cherchant un bon endroit pour me laver j’y trouve des polissoirs amérindiens. Nous mettons le crocodile à griller.

171Le seul problème est ce contact que je n’arrive pas à faire avec les militaires. Nous sommes dimanche. Demain j’essayerai le numéro direct de l’État-Major.

172Je repense à notre équipe. Nous devons beaucoup à Edinho, pêcheur émérite, très bon chasseur et solide comme un roc au moment d’ouvrir le chemin.

12/08/2013. Alice / Tampak (57,59 km)

173Ça descend.

174Nous passons d’abord le saut Alice, qui est très beau mais assez difficile à passer. Il est non seulement haut mais aussi un peu tordu. Nous passons les canots à la corde et les deux se retournent au même endroit, une zone dans laquelle l’eau décrit un coude et les pousse de côté. Pas grave, tout était bien emballé. Nous perdons la marmite dans laquelle nous faisons le pain, mais comme nous n’avons plus de farine.

175On descend, on débouche dans la Tampak, qui est une large rivière aux berges hautes, bordée de très haute forêt. On y trouve des palmiers açaí (Euterpe oleacera) dès que les berges sont moins hautes et inondables, de même que des bacabas (Oenocarpus bacaba), mais moins que sur la Culari. Les sauts que nous avons croisés jusqu’ici sont assez hauts et violents. Depuis le saut Alice on croise régulièrement des traces de campement, des gens viennent ici de temps en temps.

176Mais notre progression est un peu moins rapide que nous l’espérions. En effet, si nous allons désormais dans le sens du courant, et donc à une vitesse de 7-8 km/h, la rivière décrit des courbes assez amples, si bien que nous avançons mais que la distance parcourue à vol d’oiseau reste modeste. En plus nous n’avons rien mangé ni le matin ni à midi.

177Arrêt 16 h15, nous sommes rincés.

178Campement sur une rive accueillante, quelques kilomètres en amont du saut Pierkourou.

179J’ai enfin réussi à entrer en contact avec l’EM de Guyane. Il y a eu un problème avec le numéro de téléphone satellite. Les nouvelles sont qu’ils nous attendent au saut Kwata, à 25 km à vol d’oiseau de notre position actuelle. Donc en principe demain l’aventure se finira lors de la jonction avec les militaires. Nous mangeons alors tout ce qui nous reste, d’autant que le poisson guyanais nous boude ce soir. Il ne nous reste absolument plus rien en dehors du sel, mais nous avons le ventre plein.

18022 h30 : bruit autour du campement, un animal probablement un tapir qui a contourné nos hamacs. Puis bruits dans la rivière, des trairões qui viennent en surface. Edinho est sur le coup, en 5 minutes deux poissons de 5 kg sortent de l’eau. Préparation rapide d’un boucan pour le fumer.

13/08/2013. Tampak (63,02 km)

181Quand je me lève, les poissons ont déjà été bien entamés. Les piroguiers se sont levés vers 2 h du matin (ou ne se sont pas couchés) et ils ont mangé tout leur saoul. Apparemment ils m’ont appelé mais je dormais profondément. Peu importe, ce poisson fait un très bon petit déjeuner.

182Nous partons tôt et nous nous mettons à pagayer avec ardeur, pour parvenir au rendez-vous. Nous parcourons les quarante et quelques kilomètres à bonne allure, sans nous arrêter. Nous passons de nombreux sauts, sept au total, plus ou moins forts.

Passage de saut sur la Tampak

Passage de saut sur la Tampak

183La rivière est un peu monotone, il y a de plus en plus de pierres émergées qui pointent au milieu de son lit, certaines isolées, d’autres formant des sauts. Certains sauts mentionnés sur la carte ne sont que des « pedrais », des zones de pierres faiblement immergées qui entravent la navigation sans former de véritable marche.

184À 14 h30 nous nous présentons au saut Kwata. Il n’y a personne, nous trouvons les restes d’un campement vieux de 2-3 jours mais c’est tout.

185Nous descendons encore un peu mais ne voyons personne. Nouveaux coups de téléphone à l’état-major, relais entre l’EM et le RIMA. Vers 16 h les informations arrivent, un peu plus claires. La patrouille nous attendait bien au saut Kwata, mais elle a entamé hier sa descente car elle n’avait aucune nouvelle de nous et car le message de l’EM ne lui était pas parvenu. Ils sont donc retournés jusqu’à Maripasoula, et viennent d’avoir de nos nouvelles. Ils vont remonter à nouveau la rivière, mais cela va prendre du temps, d’autant que cette fois-ci les militaires ne sont plus accompagnés des pilotes du PAG. Ils seraient cependant déjà arrivés au saut Tampak, 50 km en aval. Nous pensons que nous ferons la jonction dans la matinée de demain, leur pirogue motorisée allant bien plus vite que nous.

186Nous nous arrêtons un peu en amont du saut Koumakou Souma et installons notre campement. Nous passons la fin de l’après-midi à pêcher sans succès.

14/08/2013. Tampak (111,3 km)

187Arrivée.

188Lever, petit déjeuner (poisson et crocodile pris durant la nuit). On continue la descente en ramant tranquillement, car nous nous attendons à tout moment à voir arriver les gens du RIMA. Après avoir passé deux sauts, je réussis enfin à échanger des messages directement avec la patrouille, dont enfin on m’a communiqué la veille le bon numéro. Mais nouvelle déception : ils sont en fait coincés sur le saut Tampak et nous y attendent. Il nous faut donc ramer jusque là et passer encore 6 sauts.

Arrivée au saut Tampak

Arrivée au saut Tampak

Photo 3e RPIMA

189Qu’à cela ne tienne, nous sommes habitués. On fait une pause, on termine le crocodile et on s’y met, sous un soleil de plomb. On appuie sur les rames. On ne parle plus. On avance. On passe les sauts sans s’arrêter.

190Vers 14 h on aborde le haut du saut Tampak. Il s’agit d’un saut assez long, avec de nombreux chenaux, des pierres partout et peu de fond. Nous le passons à pied en poussant les canots. À la fin du rapide, sur l’île du milieu, nous voyons les gens du RIMA. Ils viennent rapidement à notre rencontre, ils nous considèrent un peu comme des rescapés. Impression étrange d’être considérés comme l’équipage d’une navette spatiale qui reviendrait sur terre après un long séjour. Ils étaient inquiets car on leur avait dit que nous étions « dénutris et affaiblis ». Ils sont au contraire étonnés de nous voir gaillards sur nos deux jambes.

191On nous offre de quoi manger et boire, une rapide pause et nous partons vers Maripasoula. Leur pirogue (une lourde pirogue Boni avec une proue sculptée) remorquant nos deux canots.

Avec l’équipe du 3e RPIMA

Avec l’équipe du 3e RPIMA

192Notre aventure est finie. Nous avons réussi la liaison Laranjal do Jari/Maripasoula. Au total :

  • 408 km sur le Jari au moteur ;

  • 161 km sur la Culari à la rame ;

  • 19 km à pied ;

  • 45 km sur la Alice à la rame ;

  • 153 km sur la Tampak à la rame ;

  • 65 km sur Tampak et Maroni au moteur ;

  • Soit 851 km dont 359 à la rame, en 24 jours.

Première synthèse des résultats

193L’expédition proposée était une reconnaissance géographique et non une exploration systématique ou une expédition naturaliste.

194Grâce à ce voyage, nous disposons désormais d’une vision claire de la configuration de la rivière Culari, jusque là presque inconnue, à partir de laquelle il sera possible de planifier de nouvelles opérations. Un point qui a particulièrement attiré notre attention est le fait que cette rivière coule dans une large vallée à fond plat, ce qui fait qu’elle entretient autour d’elle une vaste zone inondable. Il est très probable que c’est cette caractéristique qui explique que tous les explorateurs indiquent un faible peuplement de la Culari par les Amérindiens, à la différence d’autres affluents de rive gauche du Jari : il est très difficile de trouver des berges de terre ferme pour y installer un village et des zones de culture.

195Le tracé du cours de la rivière recueilli par GPS permettra aussi de corriger la base de données hydrographique au 1 : 100 000e du parc national Montanhas de Tumucumaque. Celle-ci a en effet été réalisée à partir d’une interprétation automatique du relief sur les données des missions SRTM de la navette spatiale américaine. Dans les zones de collines où le relief est plus tourmenté et dans lesquelles il n’y a pas de lignes directrices, cette méthode perd de sa précision. Nous avons pu constater que le cours principal de la rivière Culari est mal identifié à partir de 10 km de distance de la ligne de partage des eaux.

196La localisation des sauts et leur configuration sont également des informations intéressantes en vue d’autres remontées de la rivière Culari.

197Parmi les autres résultats, la question de l’impact de l’orpaillage est importante. Si l’on excepte la zone de la piste « Deux septembre », la Culari semble avoir été très peu explorée par les garimpeiros, probablement ici aussi en raison de la nature inondable et marécageuse d’une grande partie de son cours. Nous n’y avons trouvé presque aucune trace de passage, à la différence de la rivière Mapaoni le long de laquelle les marques d’exploitation étaient constantes. Il est possible que cette relative immunité de la rivière Culari explique l’abondance de la grande faune. Elle a pu servir de zone de refuge à des animaux comme les loutres, les jaguars, etc.

198Enfin, on notera que certains des résultats de l’expédition ont consisté en de nouveaux apprentissages sur l’organisation et le déroulement des expéditions en zone isolée. L’ensemble des dispositifs élaborés a priori a bien fonctionné, confirmant les savoir-faire de notre UMR sur le sujet. La coexistence avec les piroguiers recrutés dans une communauté du bas du fleuve Jari, avec laquelle nous travaillons depuis longtemps, a également été riche d’enseignements sur la pratique de la forêt par les populations traditionnelles d’Amazonie, apportant de nombreux éléments pour un projet de recherche ANR en cours au CREDA.

Haut de page

Notes

1  Voir Hurault J., « Montagnes mythiques : les Tumuc-Humac », Cahiers d’Outre-Mer, vol. 53, n°212, 2000, p. 367-392

2  Encore disponible sur Arte VOD, voir http://boutique.arte.tv/f8004-expedition_mapaoni

3  Voir F.M. Le Tourneau, Le Jari, géohistoire d’un grand fleuve amazonien, PUR, 2013

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de situation et trajet initialement prévu
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Joca, l’un de nos pilotes
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Leandro, l’autre pilote, passe avec le moteur sur l’épaule
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Navigation sur le Jari
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Difficultés sur le passage de Urucupata
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Passage des rapides à la corde
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre La vague du saut Melê
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-8.png
Fichier image/png, 899k
Titre Chute de Macacoara
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Passage du haut de la cascade
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Montage des embarcations
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Un puma nous regarde passer
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Passage des premiers sauts de la Culari
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre À la rame sur la Culari
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre On accoste pour camper
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Le campement et les voisins
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Matériel abandonné par les orpailleurs
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Les troncs tombés rendent la navigation difficile
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre La Culari est une rivière qui inonde une vaste zone de forêt
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Dans la bambouseraie…
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Dans la forêt, nous avançons lourdement chargés
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Dans les collines de la ligne de partage des eaux
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo de circonstance autour de la borne frontière
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Végétation du marais qui entoure le lit de la tête de la crique Alice
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Dans les marais de la crique Alice
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Passage de tronc sur la crique Alice
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Le saut Alice
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Passage de saut sur la Tampak
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Arrivée au saut Tampak
Crédits Photo 3e RPIMA
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Avec l’équipe du 3e RPIMA
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8517/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Michel Le Tourneau, « Expédition Culari Tampak, 22/07/2013 – 14/08/2013 », Confins [En ligne], 19 | 2013, mis en ligne le 05 décembre 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/8517 ; DOI : 10.4000/confins.8517

Haut de page

Auteur

François-Michel Le Tourneau

Directeur de recherche au CNRS, Creda, UMR7227 CNRS/Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, fmlt@fmlt.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org