Navigation – Plan du site
Imagens comentadas

Images des disparités territoriales au Brésil

Confins

Entrées d’index

Index géographique :

Brasil / Brésil
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de cours donnés en 2012-2013 par Hervé Théry à l’Université Rennes 2 et à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), a été proposé le même exercice final, une carte de synthèse des « disparités territoriales au Brésil ».

2L’idée était de comparer les productions de deux groupes d’étudiants de géographie, de 3e année dans les deux cas, ayants suivi le même enseignement ou peu s’en faut puisque « Géographie hors Europe », 3e année de licence (L3) à Rennes et le « Cours de Géographie de l’Amérique Latine », destiné aux étudiants de 3ème année en géographie comportaient l’un et l’autre une vingtaine d’heures de cours, dont la carte devait faire la synthèse sur l’un de ses points principaux. Les conditions de réalisation étaient les mêmes, trois heures en salle d’examen sans pas accès à la documentation, fourniture d’un fond de carte muet, usage libre des couleurs.

3Les deux Universités sont différentes. Rennes 21 est l’héritière de l’Université de Bretagne créée en 1460 par la Papauté à la demande du duc de Bretagne, François II, dont la faculté de droit a été transférée de Nantes à Rennes en 1735, est ensuite devenue une Université de plein exercice, désormais partie de l’UEB, Université Européenne de Bretagne. La création de l’ULB2 vient de ce que à l’indépendance de la Belgique, en 1830, Bruxelles, bien que promue au rang de capitale, restait dépourvue d’enseignement universitaire. Dès 1831, un groupe de personnalités bruxelloises du monde des lettres, des sciences et de l’enseignement se donna pour objectif d’y créer une Université. Le 20 novembre 1834 l’Université libre de Belgique – ce fut son premier nom – inaugurait sa première année universitaire, à partir de 1842, elle allait s’appeler Université libre de Bruxelles : un terme géographique changeait, mais l’adjectif « libre » demeurait. Il était essentiel, l’ULB l’est restée tout au long de son histoire, témoignant de son esprit d’indépendance et de résistance chaque fois que la démocratie et les droits fondamentaux seront menacés. Elle ferma ses portes pour ne pas avoir à collaborer avec l’occupant nazi en 1941, fidèle au principe qu’elle s’est choisi au XIXe siècle, le libre examen qui postule le rejet des dogmes et de l’argument d’autorité. Cela se traduit par un remarquable document que tous les professeurs – y compris les professeurs invités – doivent signer lorsqu’on les engage :

4Les résultats des étudiants ont pourtant été sensiblement les mêmes, plutôt bons dans l’ensemble, avec dans les deux cas des cartes très réussies, dont nous avons choisi de publier celle qui ont paru les meilleures à la fois au professeur invité, au collègue de l’Université responsable du cours (et de l’invitation)3 et à un témoin extérieur et qualifié, Marie-Noëlle Carré, dont Confins a publié à deux reprises des articles tirés de ses enseignements de cartographie4. À Bruxelles nous avions sélectionné deux cartes, mais une seule nous est parvenue sous une forme publiable, celle de Charlotte van Uytvanck. À Rennes nous n’avons pu utiliser que les copies telles qu’elles nous ont été remises à la fin de l’examen, et nous publions donc telles quelles celles d’Ophélie Bannier et de Julien Guenroc. L’auteur d’une autre copie ayant eu l’honnêteté de nous indiquer qu’il s’était inspiré d’une carte trouvée sur internet, nous publions le modèle qu’il avait mémorisé et reproduit, publié par son auteur, Jacques Muniga, sur son site pédagogique5 : dans le mail par lequel il nous autorisait à publier sa carte, il écrivait «  Evidemment, vous pouvez publier mon croquis (présenté par votre étudiant) en mentionnant le véritable auteur : moi, et en mentionnant le site où il se trouve réellement. Remerciez votre étudiant car faute avouée est à moitié pardonnée dit-on. Moi je lui pardonne l’autre moitié ».

5Les cartes devaient être accompagnées d’un bref texte explicitant les choix de thèmes retenus et les option graphiques prises par les étudiants. Pour donner à nos lecteurs une idée de la teneur de ces texte, nous citons ci-dessous l’un des plus complets et réussis, celui de Charlotte van Uytvanck, de l’ULB

6« Le territoire brésilien étant un territoire vaste mais surtout varié, délimiter diverses régions en son sein peut sembler aisé. Pour autant, le choix des délimitations de ces régions est complexe et, naturellement, est dépendant de la personne réalisant la carte. Ci-dessous se trouvent quelques remarques tentant d’expliquer les choix effectués.

7En souhaitant cartographier l’Amazonie, il est rapidement apparu plus pertinent de la représenter en deux parts distinctes, présentant chacune des caractéristiques propres, et isolée (géographiquement) du reste du territoire par une zone intermédiaire (le front pionnier).

8À l’Ouest se trouve la « portion de l’Amazonie en périphérie du reste du Brésil », région qui s’étend jusqu’aux portes de Belém et dont la population, principalement rurale et indigène, est pauvre. Cette région est également très pauvre en équipements (routes, équipements ménagers, etc.) et services, mis à part Internet, pour tenter de l’intégrer au reste du territoire.

9La seconde partie de l’Amazonie est celle qui est en cours d’intégration au territoire et voit ses équipements augmenter rapidement afin d’être en adéquation avec l’avancée du front pionnier et des besoins associés.

10Dans cette région, ainsi que dans celle du front pionnier (et dépassant quelque peu dans la région des marches), la redistribution des terres (assentamentos) a s’est faite en parallèle avec la croissance de l’agrobusiness. Cette situation amène à des mouvements de migration important de population venant de tout le pays, à la recherche d’un travail ainsi qu’à l’apparition de conflits fonciers importants.

11La région « marches » avance vers son intégration par l’expansion de cultures d’agrobusiness dans un secteur en pleine expansion, les biocarburants.

12Ce sont dans ces premières régions (Amazonies, front pionner et marches) que l’on retrouvera un taux de masculinité très important, s’expliquant par le travail proposé principalement dans les zones non urbaines.

13À l’opposé, se trouvent les régions centrales (centre stricto sensu et semi-périphérie).

14Le centre, région autour de Rio et São Paulo, polarise l’activité économique du pays (principalement l’industrie et les services) et son influence (particulièrement São Paulo) se ressent dans tout le pays.

15À l’extérieur de ce centre, la semi-périphérie s’étend sur le Sud-Est du pays. Elle bénéficie de la proximité du centre pour les technologies et la population mais est parvenue à se développer indépendamment grâce à son agriculture et ses industries.

16Ces deux régions présentent donc globalement de très bons équipements et services mais il est cependant important de souligner que de grandes disparités (intra-régionales et même intra-urbaines) existent, qui se matérialisant par la construction, toujours plus importante, de favelas, cortiços ou autres logements illégaux ».

Figure 1 Charlotte van Uytvanck

Figure 1 Charlotte van Uytvanck

Figure 2 Ophélie Bannier

Figure 2 Ophélie Bannier

Figure 3 Julien Guenroc

Figure 3 Julien Guenroc

Figure 4 Jacques Muniga

Figure 4 Jacques Muniga
Haut de page

Notes

1  http://www.univ-rennes2.fr/

2  Selon les informations de son site, http://geographie-muniga.org/Bresil.html

3  Vincent Nédelec à Rennes et Jean-Michel Decroly à Bruxelles

4  http://confins.revues.org/7672 et http://confins.revues.org/8380

5  http://geographie-muniga.or/Bresil.html

Haut de page

Table des illustrations

URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 1 Charlotte van Uytvanck
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 2 Ophélie Bannier
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 3 Julien Guenroc
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 4 Jacques Muniga
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Images des disparités territoriales au Brésil », Confins [En ligne], 19 | 2013, mis en ligne le 23 novembre 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://confins.revues.org/8705 ; DOI : 10.4000/confins.8705

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org