Navigation – Plan du site

Soutenabilité de l’arganeraie marocaine.

Entre valorisation de l’huile d’argane et non-régénération de l’arganier
Sustentabilidade da argania marroquina. Entre recuperação de óleo de argania e não-recuperação da argania
Hassan Faouzi et Julie Martin

Résumés

L’huile d’argane est la production la plus connue de l’arganeraie. Dans les années 1990, avec les diverses découvertes de ses vertus culinaires, cosmétiques et médicinales, elle a connu un regain d'intérêt et une ascension commerciale fulgurante. Mais dans le sud ouest du Maroc les peuplements d’arganiers sont en constante diminution et leur régénération est compromise. Selon les milieux du développement national et international, la conservation de l’arganeraie doit résulter de la valorisation économique de ses ressources. L’huile d’argane est certainement la production sur laquelle peut reposer un projet de développement socio-économique. Forte de son succès, en une décennie, l’huile d’argane a inondé le marché du cosmétique en Europe et ailleurs. Cependant, quelques années plus tard, on est forcé de constater que le développement commercial de la filière « huile d’argane » n’a eu aucun effet réel sur la conservation de l’arganeraie, et qu'il apparaît même en contradiction avec les objectifs des développeurs.

Haut de page

Texte intégral

1L’arganeraie marocaine occupe environ 830.000 hectares au sud-ouest du Maroc. Dans ces zones semi-arides et arides, près de 90 % de l'économie rurale de la région d'arganier dépend du système agro-forestier de l'arganier. Plus de 2 millions de personnes sont concernées par l’exploitation de systèmes agroforestiers traditionnels reposant sur l’arganier. Mais en raison d’une surexploitation, ce milieu fragile est menacé (Faouzi, 2003). C’est pourquoi, depuis une quinzaine d’années, des efforts sont déployés pour définir les conditions d’un développement véritablement durable en adoptant l’approche participative. L’huile d’argane est certainement la production sur laquelle pourrait reposer un projet de développement socio-économique. Le système traditionnel de production et de commercialisation de l’huile d’argane a en effet évolué très rapidement ces dernières années, avec la création de coopératives et de petites entreprises privées. En outre, elle est aujourd’hui recherchée au Maroc comme à l’étranger : l’huile est très appréciée en tant qu’huile alimentaire et cosmétiques à haute valeur ajoutée. Le commerce d’arganier constitue ainsi, de nos jours, un vrai paradigme économique du fait de la demande croissante par le marché extérieur, notamment par les industries cosmétiques européennes.

2L’enjeu de la gestion participative et du développement de la filière économique de l’arganier est de permettre la réduction de l’extrême pauvreté tout en promouvant la protection de l’arganeraie. Il constitue une source de revenus supplémentaires pour les populations rurales qui, en majorité, s’adonnent à l’agriculture et, de manière générale, les différentes branches d’activité de l’arganier sont devenues une opportunité de développement, particulièrement en faveur des femmes. Il reste cependant à vérifier que le partage de la plus-value est équitable, c’est-à-dire qu’une part suffisante des revenus tirés de l’huile revient réellement aux usagers de l’arganeraie, afin qu’ils deviennent des acteurs efficaces de la protection du milieu (Chaussod et al., 2005). Faute de quoi l’huile d’argane, l’un des principaux produits de l’arganeraie, pourrait devenir le principal facteur de régression des surfaces boisées.

3A l’heure actuelle, plusieurs organismes de développement appuient la valorisation de l’arganier au Maroc. Ces différents projets s’inscrivent dans la continuité des programmes de développement qui ont centré leurs stratégies sur plusieurs approches concernant l’intégration des femmes dans le développement. Ces politiques, inscrites dans la continuité des concepts du développement durable, ont pour fondement la croissance économique : « l’expérience mondiale montre clairement que le fait de donner un plus grand rôle aux femmes contribue à la croissance économique » (Banque Mondiale, cité par War, 2007). Ainsi, l’augmentation de la production locale de l’arganier devrait générer un développement de genre et économique et préserver par conséquent la ressource naturelle. Autrement dit, en favorisant la commercialisation de l’huile d’argane vers le marché international, les femmes pauvres pourront accroître leurs revenus (rôle productif) et ce, en s’insérant dans des groupements/coopératives féminines (rôle communautaire). Elles pourront ainsi assurer le bien-être de leurs enfants et de leur famille (rôle reproductif) (War, 2007). De cette manière, l’importance économique de ces ressources naturelles se répercutera sur la préservation de l’arganeraie.

4Malgré les efforts consentis sur le plan de la recherche et du développement, le diagnostic relève plusieurs contraintes.

5L’engouement pour les produits de l’arganier et la flambée de leurs prix (notamment l’huile), a eu pour effet une reconfiguration de la vie socio-économique locale : de nouveaux acteurs ont surgi, un marché insuffisamment structuré et pas assez profitable aux locaux s’est mis en place, le savoir-faire local a commencé à s’éroder. Mais pire encore, il a entrainé une intensification de la cueillette des fruits d’arganier mettant en péril la régénération des arganeraies.

L’arganeraie et son importance

  • 1 L’arganeraie est un écosystème dont l’arganier est l’espèce dominante.
  • 2 Les berbères utilisent le mot Argane pour désigner à la fois l'espèce et l'huile d’arganier.

6L’arganeraie1 (fig. 1) est une région d’une grande importance écologique, culturelle et économique, qui a permis la subsistance d’une partie de la population marocaine depuis des siècles. Son modèle socio-économique est resté traditionnel, organisé d’une part autour d’une structure socio-juridique particulière et qui fonctionne d’autre part sur la base de productions variées. Depuis 1925, une loi reconnaît aux usagers des droits d’usage de cette ressource domaniale où ils cultivent du blé entre les arbres, font paître leurs chèvres, et récoltent les fruits qui tombent en été pour en extraire une huile appelée argane2. L’huile d’argane est la production la plus notoire de la région, mais elle n’est pas la seule. La production pastorale moyenne de l’arganeraie est estimée à 200 UF/ha/an, soit près de 174 millions d’unités fourragères, équivalente à 1740 000 quintaux d’orge. Cette production contribue à hauteur de 40 % des besoins du cheptel de l’arganeraie estimé à 1,5 million de têtes dont 65 % de caprins. L’arganeraie « présente un caractère fortement social et domestique, précisément familial, affectivement associé au quotidien de régions très pauvres que cette « armature de bois » protège du désert » (Tarrier et Benzyane, 2003). 

7L’arganier (Argania spinosa (L). Skeels) (photo 1), que Emberger (1938) qualifia d’« arbre de fer » et de « providence », est une espèce « fruitière-forestière à usages multiples qui forme une région forestière caractéristique dans le Sud-Ouest marocain où il occupe 830.000 ha » (M'hirit et al, 1998). Chaque partie de l’arbre est utilisable et est une source de revenus ou de nourriture pour l’usager. Grâce à ses racines profondes, l’arganier représente une excellente barrière anti-désertification. Sous son ombre vivent une faune et une flore dont la présence est déterminante pour l’équilibre écologique de cette région du sud-ouest marocain. À la frontière de l’aride, l’arganier fournit « tout » : du bois, du pâturage suspendu pour les chèvres et de l’huile. Des amandes de la noix d’argane, on extrait une huile à haute valeur nutritionnelle.  L’arganeraie, qui compte 20 millions d’arbres, est donc essentielle à de nombreux points de vue, d’autant qu’elle assure la subsistance de quelque 2 millions de personnes et fournit plus de 20 millions de journées de travail (Charrouf, 1999).

Figure 1. Aire de l’arganier (source : H. Faouzi, d’après O. M’hirit, 1989).

Figure 1. Aire de l’arganier (source : H. Faouzi, d’après O. M’hirit, 1989).

Photo 1. Arganier adulte

Photo 1. Arganier adulte

L'arganier, à l'âge adulte et quand il n'est pas soumis à l'action des troupeaux, ce qui est rare, est un grand arbre avec un tronc court et tourmenté et une très grand couronne.

L’huile d’argane, un succès commercial incontestable 

8Depuis les années 1990, les prix des produits à base d’argane n’ont pas cessé d’augmenter. L’engouement de l’Europe, des États-Unis et du Japon pour l’huile d’argan a suscité l’éclosion d’un nouveau marché pour les producteurs et les filières d’exportation. Depuis une quinzaine d’années, l’huile d’argane est de plus en plus prisée par les entreprises et les consommateurs occidentaux de produits cosmétiques. Selon les statistiques de l’Établissement Autonome de Contrôle et de Coordination des Exportations (EACCE), les quantités d’huile d’argane exportées seraient passées de moins de 40 tonnes en 2003-2004 à plus de 343 tonnes en 2009-2010, les principaux pays importateurs étant la France (78 %), l’Allemagne (7,6 %) et la Suisse (7 %). Ce succès commercial génère des effets positifs incontestables au niveau local : structuration des filières, amélioration de la qualité du produit, renforcement des capacités de production et de commercialisation des entreprises marocaines, valorisation d’un savoir-faire local, envolée du prix de l’huile, etc. Malgré cela, les gains de la valorisation économique de l’huile d’argane ne semblent pas bénéficier à la population, notamment aux douars (villages) berbères qui en sont les premiers producteurs. D’autres impacts, plus problématiques, accompagnent cette « success story » et interrogent les principes du développement durable. Depuis plusieurs années on constate un phénomène très inquiétant : l’arganier, l’arbre sur lequel pousse le fruit dont on extrait l’amandon à l’origine de l’huile, tend vers une diminution rapide de l’étendue et de la densité de ses surfaces d’exploitation. Chaque année, environ 600 hectares d’arganeraie disparaissent et malgré son excellente résistance à la sécheresse, la densité de l’arganeraie s’est réduite de deux tiers en cinquante ans.

9La dégradation de l'arganeraie a été toujours l'objet d'un intérêt considérable de la part du public, de la presse et des milieux universitaires. Plusieurs études ont été faites pour trouver des explications et des solutions à ce phénomène. La plupart de ces travaux ont adopté le point de vue qui consiste à penser que la valorisation de l’huile d’argane, pourrait devenir un moyen très intéressant pour aborder le défi du dévéloppment durable de l’arganeraie et apporter une solution à sa dégradation. La majorité des résultats de ces travaux montrent des effets positifs de cette valorisation sur l’arganeraie. En comparaison, il n'existe qu'un nombre très limité d'études avançant les conséquences négatives de cette valorisation sur l’écosystème arganeraie. Dans cette étude, nous n'allons pas évaluer la pertinence de ces résultats. Cependant, notre argument et l'hypothèse que nous adoptons est que la marchandisation de l’arganier et le développement du marché de l'huile d'argane va à contre-sens de tous les efforts déployés pour sauvegarder l’arganeraie.

10D’où l’intérêt de s’interroger sur la soutenabilité des arganeraies : les prochaines générations verront-elles encore des forêts d’arganiers sur les flancs de l’Atlas marocain ? Grâce à ces arbres, pourront-elles aspirer à un meilleur niveau de vie que leurs parents ?

11Le présent article vise à répondre à ces questions par une analyse qui s’appuie sur deux approches complémentaires. La première concerne un gros travail d’investigations de terrain ; la seconde est basée sur la documentation et un gros travail de dépouillement bibliographique.

Diagnostic écologique révélant la dégradation de l’écosystème arganeraie

  • 3 L'arganeraie-verger se rencontre le plus souvent dans les zones peu accidentées, sur les plateaux d (...)

12On constate qu’à ce jour, la réduction de la surface de l’arganeraie marocaine est importante et a tendance à s’accélérer. Bien que les données disponibles quand à l’exactitude des surfaces boisées de l’ensemble de l’arganeraie soient limitées, si l’on prend l’exemple de la région des Haha (Haut Atlas occidental), la dé-densification est de l’ordre de 600 ha par an (Bouzemouri (2007), soit une réduction de deux-tiers de la densité des forêts en cinquante ans (photo 2). On estime aussi que le couvert forestier dans la région du Souss a reculé d’environ 2,6 % entre 1989 et 2006 et que la densité moyenne de peuplements d’arganiers initialement composés de 100 souches/ha serait passée à 30 souches/ha (Zugmeyer, 2006). Les forêts d’arganiers ont donc de plus en plus tendance à devenir des vergers d’arganiers3. Mais, pire encore, le succès commercial de l’huile d’argane va accentuer encore plus la pression sur l’arganeraie mettant ainsi en péril sa régénération naturelle. 

13

Photo 2. Défrichement de l’arganeraie

Photo 2. Défrichement de l’arganeraie

Image satellite montrant le défrichement de l'arganeraie dans le sud-ouest de Haha, en raison de l'extension de la surface des terres agricoles.

Une régénération à la merci de la production

  • 4 Culture pluviale.

14Les écosystèmes végétaux sont censés pouvoir se reconstituer par leur auto-germination et ainsi, de façon spontanée, une graine peut être à l’origine d’un arbre. Ce phénomène est appelé régénération naturelle. Dès les années 1990, le constat était déjà assez pessimiste : « dans la quasi-totalité de l’arganeraie, la régénération par semis naturel sous l’arbre ne s’observe plus » (Bellefontaine, 2010). Aujourd’hui, en forêt, on ne constate plus guère de semis naturels, sauf dans des endroits très protégés ou en bordure des oueds. La réduction des surfaces d’arganiers n’est plus compensée spontanément parce que la régénération naturelle de l’arganier ne se réalise plus en raison de plusieurs facteurs : surpâturage par les éleveurs de chèvres (photo 3) ; urbanisation ; sécheresses ; cultures intensives et extensives sous les arbres en plaine et sur les plateaux (en irrigué et en bour4), etc.

15Par ailleurs, nous avons pu mettre en évidence une autre cause de la non-régénération naturelle des arganiers. Initialement, il ne nous est pas apparu pertinent de trouver un lien de causalité entre l’exploitation des arbres pour la production d’huile d’argane et le déboisement : après tout, la vie d’un arbre n’est pas conditionnée par l’utilisation de ses fruits. Mais, c’était sans penser au fait que le fruit (affiache) (photo 4) est essentiel à la reproduction naturelle de l’arbre puisqu’il initie le cycle de germination. Or, la production d’huile d’argane mobilise presque tous les affiaches disponibles, empêchant les graines de tomber et de germer.

Photo 3. Pâturage aérien

Photo 3. Pâturage aérien

Pâturage en l'air: des chèvres grimpent sur un arbre arganier, image typique des arganeraies marocaines

(source : C. Perrenx, 2006).

Photo 4. Fruit d’arganiers

Photo 4. Fruit d’arganiers

Fruits d'arganier (affiache) (A). Les fruits secs (B) sont concassés pour séparer la pulpe des fruits secs (akka) (C). Ceux-ci sont broyés pour extraire les noyaux (tiznine).

(source : D. Daniel, 2005).

16En effet, les gens vont soit directement prélever les fruits sur les arbres, soit les ramasser sur le sol (photo 5). Autrement dit, les probabilités qu’il reste des graines susceptibles de faire germer un nouvel arbre sont faibles. Les arbres sont aujourd’hui surexploités, conséquence du succès grandissant de l’huile d’argane.

Photo 5. Ramassage des fruits d’argane (affiache)

Photo 5. Ramassage des fruits d’argane (affiache)

(source : R. Simenel, 2011).

17La récolte des fruits d’argane est exclusivement réservée aux femmes berbères. Entre juin et août, elles ramassent les fruits mûrs tombés à terre. Elles les font ensuite sécher plusieurs semaines au soleil, puis elles cassent la noix entre deux pierres. Les amandons sont broyés dans une meule en pierre (azergue), puis la pâte d’amandons est additionnée d’eau et malaxée à la main pour en extraire l’huile. Ce travail est particulièrement fastidieux : en une journée de travail, une femme peut produire de 1 à 1,5 kg d’amandons. En effet, il faut 100 kg de fruits mûrs pour obtenir 60 kg de fruits secs dont 30 kg de pulpe sèche et 30 kg de noix. Ces 30 kg de noix donnent environ 27 kg de coques et 3 kg d’amandons d'argan desquels sera extrait à froid 1 litre d’huile d'argane.

18Il n’est pas inutile de rappeler que la production fruitière (noix d’argane) varie en fonction de l’âge et de la densité (20 à 100 kg/arbre) avec une moyenne de 40 kg/arbre/an. Sur la base de la densité moyenne des peuplements d’arganier (environ 50 arbres par hectare), la production potentielle est estimée à 32 000 tonnes d’huile d’argane par an.

19La croissance de la demande d’huile comme produit fini et de la matière première n’a cessé de s’accélérer ces dernières années, entraînant avec elle une hausse continue des quantités de l’offre : on constate une augmentation de la production d’amandons vendus comme matière première pour la fabrication de l’huile d’argane (photo 6). Désormais, comme cette dernière, les amandons contenus dans le fruit sont aussi vendus sur les souks. Les individus possédant, par exemple, un arganier sur leur terrain d’habitation voient en lui un complément de revenu, comme l’huile d’argane l’est depuis très longtemps. On remarque ainsi l’apparition de plus en plus d’intermédiaires pour la vente de ces amandons.

Figure 2. Evolution réelle des prix des produits d’argan dans la province d’Essaouira

Figure 2. Evolution réelle des prix des produits d’argan dans la province d’Essaouira

Photo 6. Fruits d’arganier (affiache) stockés

Photo 6. Fruits d’arganier (affiache) stockés

(source : D. Daniel, 2005).

20Alors que le besoin en amandons s’intensifiait, la demande devenant non seulement locale mais nationale et internationale, le développement de ces nouvelles formes de production a permis de constituer une offre capable de répondre à la hausse de la demande. Mais cela a eu pour effet qu’aujourd’hui, nous en sommes au point où tous les fruits de tous les arbres sont exploités et où ce phénomène coupe le cycle de reproduction.

L’arganeraie entre exploitation et soutenabilité

  • 5 Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (France).

21En économie, et selon la définition de l’INSEE5 la productivité est définie comme le rapport, en volume, entre une production et les ressources mises en œuvre pour l'obtenir. Pour augmenter la productivité, la quantité produite doit augmenter plus vite que la quantité des facteurs utilisés (dans notre cas, le facteur capital naturel doit même ralentir). Le problème est le suivant : la production agro-sylvo-pastoral et les usages ruraux de l’arganeraie causent des dommages aux arbres. La quantité de fruits que l’on pourrait tirer des arganiers diminue ainsi très fortement. Selon Bouzemouri (2007), un hectare qui pouvait permettre la production de 150 kg d’amandons n’en produirait plus que 30 kg. Il faut par conséquent plus d’arbres pour produire une même quantité d’huile, ce qui va à l’encontre de l’objectif d’augmenter la productivité. Cela représente ainsi un énorme problème si l’on souhaite résoudre le problème de la dégradation des arganeraies sans impliquer une diminution pure et dure de la production.

22Toutefois, des progrès ont déjà été réalisés pour accroitre la production par amélioration du rendement grâce à la mécanisation. Les gains de productivité auraient déjà permis de réduire de 500 g les besoins en amandons pour avoir un litre d’huile d’argane. Lors du passage de la fabrication familiale-traditionnelle à la fabrication semi-artisanale et industrielle, des étapes du processus de fabrication de l’huile d’argane ont été mécanisées. Pour une même durée de travail, grâce à des tâches moins difficiles et moins longues, les producteurs gagnent ainsi beaucoup plus en efficacité ce qui génère une augmentation de la rentabilité.

23Les machines remplacent ainsi le travail manuel : les femmes utilisent un dépulpeur puis vont concasser à la main les noix pour extraire les amandons (photo 7), car l’étape du concassage est la seule pour laquelle le savoir-faire est difficilement remplaçable. L’avantage de la production mécanisée est de soulager le travail humain et de « satisfaire une demande plus importante répondant aux normes internationales et aux standards d’hygiène » (Romagny et Guyon, 2009).

Photo 7. Concassage des fruits d'arganier

Photo 7. Concassage des fruits d'arganier

(source : N. Besnard, 2011)

24Exploiter l’arganeraie n’est pas problématique en soi, mais il le devient quand les conditions pour la soutenabilité ne sont pas remplies. Il est possible de comprendre cela grâce à deux paradigmes écologiques développés au sujet de la relation entre le capital naturel et le capital artificiel.

  • 6 La règle de «Hartwick» définit à la fois un objectif d'équité et un moyen pour l'atteindre.  En 197 (...)

25Pour les économistes de « la règle de Hartwick6 » (Hartwick, 1977), les richesses créées peuvent se substituer aux richesses naturelles tant que le stock de capital (à la fois naturel et physique) reste constant, et le flux de revenus permet que l’on vive « au dessus de nos moyens ». Cet optimisme lié au progrès technologique s’inscrit dans l’hypothèse soutenabilité faible. L’hypothèse de soutenabilité forte (Boutaud, 2007), défendue notamment par R. Passet (Passet, 1996) ou H. Daly (mouvement de l’Ecological economics) (Daly, 1992), affirme que capital naturel et artificiel ne sont pas interchangeables mais complémentaires. Sous certaines conditions, les flux matériels crées par l’Homme peuvent donc remplacer des ressources naturelles. Une des conditions nécessaires à cette substitution est celle d’un rythme de consommation des ressources naturelles plus lent que leur rythme de régénération. Autrement dit, il faut imposer au système économique de s’adapter aux limites de l’écosystème d’où il tire ses ressources. C’est-à-dire il faut que le stock du capital naturel reste intact dans le temps (Bürgenmeier, 2005).

26Adopter le point de vue de la soutenabilité faible ne serait pas pertinent dans le cas de la disparition des arganiers, qui ne saurait être compensée par un capital physique. La science pourrait peut-être se substituer à l’arganier, puisqu’on parvient aujourd’hui, par exemple, à reconstituer les apports nutritifs et le goût d’une tomate avec la cuisine moléculaire. Le problème est que ces arbres sont, non seulement, nécessaires à la production d’huile d’argane, mais impliquent aussi d’autres productions dérivées et des enjeux environnementaux, sociaux et culturels. Par ailleurs, nous avons vu que le rythme d’exploitation des arganiers est plus rapide que leur rythme de régénération, qui est nul. L’hypothèse de soutenabilité forte ne nous permet donc pas, non plus, d’envisager la substitution du capital naturel par le capital physique.

27Il ne reste donc pas beaucoup de solutions disponibles pour rendre l’arganeraie soutenable. Il est désormais uniquement possible de poser des limites au système économique en limitant l’exploitation des arbres pour la production d’huile d’argane. Un autre moyen pour permettre son évolution vers la durabilité, consiste, selon les développeurs, en la valorisation de l’image de marque de l’huile d’argane. L’objectif principal est de faire de l’huile d’argane un produit à haute valeur ajoutée, en ayant recours aux certifications biologiques et équitables, de plus en plus recherchées par les consommateurs européens et les touristes. Mais dans quelles mesures ces démarches éthiques, équitables environnementales et géographiques, contribuent-elles à améliorer les impacts sociaux, économiques et environnementaux de la filière arganier ?

Coopératives, certifications biologiques et équitables et durabilité de l’arganeraie 

28Depuis une quinzaine d’années, des efforts sont déployés pour définir les conditions d’un développement véritablement durable. Cela s’est traduit par la création de coopératives associant l’amélioration de l’extraction et de la commercialisation de l’huile au bénéfice des femmes et la préservation de cette ressource ainsi que la lutte contre la désertification (Faouzi, 2012a).

Le rôle des coopératives dans le développement durable

29Le développement durable est un processus de développement qui concilie l'écologique, l'économique et le social et établit un cercle vertueux entre ces trois pôles. Le modèle coopératif est certainement pertinent comme moyen d’intégration des femmes dans le développement, dans la lutte contre la pauvreté et pour l’amélioration de leur qualité de vie de façon durable. Sur le plan social, la coopérative permet de valoriser les ressources humaines par la formation et l’éducation, et elle vise aussi à garantir le bien être social et économique en intégrant les personnes marginalisées dans le but de réduire la pauvreté (Elkandoussi et al. 2011). Les contributions environnementales des coopératives résident dans la production responsable des ressources naturelles en sensibilisant ses membres sur l’importance de préserver l’environnement (Gertler, 2001).

30C’est à la fin des années 1990 que les premières coopératives féminines d’extraction de l’huile d’argane ont vu le jour. Il existe plus d’une centaine de coopératives de production de l’huile d’argane, où quelques 4 500 femmes travaillent collectivement (Drainville, 2001). Mais cette filière lucrative a attiré de nombreux autres opérateurs privés. Certaines sociétés privées se font passer pour des coopératives et adoptent ce statut pour ses avantages fiscaux et son image. Sur les 150 coopératives qui existent aujourd'hui, une trentaine seulement a un véritable fonctionnement coopératif. Différents intermédiaires spéculent en effet sur la précieuse matière première. En quelques années, tandis que les intermédiaires se multipliaient, des industriels marocains et européens ont installé à Casablanca et à Marrakech de petites unités ou des usines équipées en machines d’extraction capables de produire aux normes de l’exportation. Certaines entreprises vont transformer l’amidon directement en Europe malgré l’illégalité de cette pratique.

  • 7 «  L’huile d’argan : le nouvel or du Maroc  », émission « Envoyé spécial » du 10 janvier 2008, diff (...)

31Et comme aucune machine ne brise correctement la noix d’argane, la plupart de ces industriels achètent pour une somme dérisoire des tonnes d’amandes à des grossistes. De leur côté, les coopératives ne disposent d’aucun arganier, l’achat de fruits est donc nécessaire (Jabiot, 2007). Tous les industriels s’approvisionnent aux souks ou auprès de paysans dépourvus de tout pouvoir de négocier la valeur de ce qu’ils livrent. Parmi ces industriels, l’entrepreneur français Benoît Robinne, patron de la société Absim France et de sa filiale Absim Maroc, occupe l’une des premières places. Ce dernier interviewé par un journaliste de la deuxième chaine françaises ‘France 2’7, déclare « nous faisons travailler 2 000 à 3 000 femmes dans des douars, à qui nous livrons des sacs de fruits, les rémunérant 5,30 euros par kilo/jour pour leur travail de concassage ». Selon la directrice de l’usine à Casablanca, la société Absim produit entre 8 000 et 12 000 litres par mois, alors que la production de la majorité des coopératives ne dépasse pas 20 litres d’huile par mois.

32A cela s’ajoute la guerre des prix à laquelle se livrent les industriels et à laquelle les coopératives ne parviennent pas à faire face : le coût de revient d’un litre d’huile en coopérative, rien qu’en matière première et en salaire, est d’au moins 18 euros. Or, la plupart des entreprises qui ne sont pas des coopératives vendent déjà le litre une vingtaine d’euros dans les supermarchés du Maroc (à noter que le prix est entre huit et dix fois plus élevé en Europe) (Raimbeau, 2009).

33En amont de la production, coopératives et industriels entrent en concurrence pour s’approvisionner en matière première (affiache), laquelle peut arriver à manquer certaines années en raison de la sécheresse. Les industriels s’approvisionnent auprès de divers intermédiaires, allant de groupes d’ayants-droit à des grossistes. Partout, des spéculateurs constituent des stocks de fruits pour les revendre à prix fort aux industriels obligés d’honorer leurs commandes. En conséquence plusieurs « coopératives se sont arrêtées de produire faute de fonds pour s’approvisionner en fruits » (Raimbeau, 2009).

  • 8 On trouve aussi des huiles d’argane frelatées à bas prix, issue de mélanges d’huile d’argane avec d (...)

34Et pour couronner le tout, on assiste à une entrée massive d'huiles frelatées sur le marché national8. En outre, les intermédiaires entre la production et la commercialisation du produit se multiplient, ce qui contribue à rendre les filières opaques et augmente les prix sans que les coopératives de production puissent en être bénéficiaires. Tout cela montre que les retombées économiques de la commercialisation de l'huile sont plus que minimes pour les populations berbères des arganeraies. Pire encore, la croissance du marché de l’huile d’argane aggrave encore plus les problèmes de préservation de l’arganier.

  • 9 L’IGP Argane a été créée en 2006, mais sa reconnaissance officielle était en 2009.

35Pour concilier croissance économique et préservation de l’arganeraie et afin de faire face à la mondialisation et à la concurrence de l’agro-industrie, plusieurs initiatives ont vu le jour, telles que la création en 2006 de l’IGP (Indication Géographique Protégée)9. Pour garder le contrôle sur une partie du processus de production d’huile et assurer qu’au moins une étape de la production (le dépulpage et le concassage des fruits) soit réalisée dans l’arganeraie « berceau de l’arbre », les coopératives ont créé en 2008 l’Association Marocaine des Indications Géographiques pour l’Huile d’Argane (AMIGHA) dont l’objectif est de valoriser et protéger le savoir-faire et les intérêts des producteurs. Pour aider les coopératives féminines à commercialiser leurs produits à l’étranger, le « projet arganier » les a encouragées à adhérer à des groupements d’intérêt économique (GIE) (tableau 1). Ces derniers, au nombre de quatre, ont permis aux coopératives d’adhérer à la certification biologique ECOCERT (Simenel et al., 2009).

Tableau 1. L’organisation de la filière coopérative d’huile d’argane

  • 1

STATUT

ORGANISATION DE LA FILIERE

MISSION

ASSOCIATION

ASSOCIATION NATIONALE DES COOPERATIVES D’ARGANE

PROMOTION ET DEFENSE D’INTERETS

GROUPEMENTS

GIE ARGAN TAROUDANT

GIE TARGANINE

GIE TIZARGANE

GIE VITARGAN

UNION TIFAOUT N’OUGADIR

U. C. F. A.10

PROMOTION ET COMMERCIALISATION

COOPERATIVES

8 COOPERATIVES

6 COOPERATIVES

5 COOPERATIVES

5 COOPERATIVES

11 COOPERATIVES

25 COOPERATIVES

PRODUCTION

ADHERENTES

418

FEMMES

238

FEMMES

197

FEMMES

278

FEMMES

436

FEMMES

1120

FEMMES

PRODUCTION

(Agence de Développement Social, Maroc cité par Martin, 2012)

Les enjeux de la certification biologique et équitable et de l’IGP : quelle pertinence du point de vue de la durabilité ?

36Les vertus miraculeuses attribuées à l’huile d’argane ne sont plus guère contestées. Riche en acide linoléique, vitamine E et autres acides gras essentiels (M’hirit O., 1989), l’huile d’argane aurait des propriétés protectrices, adoucissantes, antirides, cicatrisantes et nettoyantes pour la peau, les cheveux et les ongles. En tenant compte de toutes ces vertus, l’huile d’argane se doit d’être garantie 100 % naturelle et certifiée bio (Simenel, 2009).

37En effet, la qualité et l’origine certifiée sont deux valeurs importantes pour le consommateur d’aujourd’hui. Or, l’huile d’argane a une qualité et une réputation liées à son origine géographique. Pour ces raisons, l’huile d’argane doit être protégée à l’échelle internationale contre les usurpations qui ont déjà été constatées lorsque l’argane commençait à bien s’exporter. Selon les données de l’AMIGHA (2009), 70 % des volumes exportés sont issus du secteur informelet l’IGP est vouée à éradiquer ce phénomène.

38Le système des indications géographiques permet l’attribution de la dénomination « huile d’argane » ou « argane » pour les produits provenant du Sud-ouest du Maroc et élaborés selon des méthodes bien définies, une organisation rationnelle de la filière et une valorisation touristique des arganeraies. Avec l'IGP Argane, le Maroc entend améliorer les retombées locales d'une production dont le prix a été multiplié par six en dix ans. De ces gains, on espère pouvoir générer un mouvement généralisé de préservation de l’arganeraie. Si les ayants droit reçoivent un meilleur revenu de leur récolte, ils seront plus à même de respecter les exigences des certifications et à réduire la pression anthropique sur les arganeraies.

39Toutefois, vu que l'IGP est en passe de devenir payante, certaines coopératives préfèrent alors se tourner vers la production d'une huile traditionnelle destinée à une clientèle marocaine, laissant ainsi le champ libre aux entreprises de fabrication d'huile d’argane qui, pour profiter de l'IGP, et avec l’appui du Ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime, se déplacent vers les régions du sud-ouest marocain, dans la zone géographique de l'IGP. D’après Charrouf (2007), l’IGP est accordée à des entreprises ou à des coopératives qui ne méritent pas cette certification. Aujourd’hui, plusieurs entreprises, telles que Absim et Arganoil, ne passent pas par des groupements d’ayants-droit ou des coopératives pour s’approvisionner en matière première, mais l’achètent directement sur les souks. De plus, elles paient très mal les femmes qu’elles emploient pour l’extraction de l’huile. Pourtant, ces firmes ont obtenu le label IGP. Rien n’indique, pour l’heure, que l’IGP protégera les coopératives traditionnelles ou semi-mécanisées face aux industriels qui négocient fermement le cahier des charges.

40A côté de l’initiative publique de l’IGP, d’autres entreprises s’engagent dans des démarches de commerce biologiques et équitable en s’appuyant sur des labels de responsabilité sociale et environnementale, comme Ecocert, organisme de certification qui attribue des licences à certains producteurs selon des critères de respect de l’environnement et de commerce équitable.

  • 11 Voir le site internet : http://www.ecocert.com/references-abusives

41Partout dans le monde, les producteurs ont de plus en plus recours aux labels pour être identifiés sur le marché. En témoigne le nombre d’industriels et de coopératives certifiés biologiques et équitables qui ne cesse d’augmenter. Ce phénomène donne l’impression que les exigences sont trop faibles pour imposer des critères de durabilité à minima. Entre une trop grande variété de labels et une distribution trop large de certifications, la labellisation manque ainsi de visibilité (Loubet et Brun, 2009a). On constate que beaucoup de sociétés abusent de la référence Ecocert11 (à noter que la moitié de la liste de ces sociétés sont des producteurs d’huile d’argane) et pratiquent le greenwashing, c’est-à-dire l’utilisation de procédés marketing pour se donner une image écologique responsable. Selon Loubet et Brun (2009b), le monde des organismes de certification bio est devenu « un vrai business, […] De nombreuses entreprises comme Ecocert, […] sont eux-mêmes inspectés par le ministère de l'Agriculture ». Ecocert, qui détient 65 % du marché biologique dans le monde est, d’après plusieurs journalistes indépendants, impliqué dans plusieurs procès. Des associations de consommateurs lui reprocheraient de mentir sur la composition de produits, notamment des produits cosmétiques. Cet organisme, d’après d’anciens employés, fonctionnerait aujourd’hui comme une multinationale, rompant avec ses principes écologiques militants d’origines.

42Pour être véritablement équitables, les unités de production devraient s’approvisionner chez des producteurs organisés, comme les coopératives de concassage artisanales ou des groupements d’ayants-droit. De plus en plus d’entreprises et de coopératives labellisées ne respectent pas le critère de production équitable en achetant la matière première sur les souks. La stratégie des industriels consiste à prétexter une fabrication artisanale ou semi-industrielle et l’utilisation du savoir-faire des femmes dans le processus de production pour obtenir le logo « Bio » sur les flacons. Et ils s’arrangent ensuite pour qu’une fausse coopérative intervienne dans le processus de production, le terme « équitable » pouvant ainsi venir s’y ajouter.

  • 12 Max Havelaar est actuellement l'un des principaux acteurs du commerce équitable. Le label Max Havel (...)
  • 13 Organisation International de Labels pour le Commerce équitable

43Les acteurs du développement durable au Maroc placent désormais leurs espoirs dans le label Max Havelaar12, qui appartient à la Fairtrade Labelling Organization International13 Ce label est attribué uniquement aux produits qui répondent aux critères internationaux du commerce équitable ; firmes et coopératives redistribuant les revenus jusqu’aux plus petits producteurs locaux, dès la récolte. Il permet d’imposer un cahier des charges international non négociable pour obtenir une certification de produit « équitable ».

44Plusieurs questions se posent alors : la certification aide-t-elle à protéger une ressource ? Permet-elle de conscientiser les producteurs locaux ? Entraîne-t-elle une hausse des prix des produits en question, et si oui, les revenus sont-ils redistribués ? La hausse des prix a-t-elle des effets sur la production ? La hausse des prix peut-elle se faire aux dépens du marché local ? Quelles sont les incidences écologiques de l’effet boomerang de la valorisation économique de l’huile d’argane sur l’arganeraie et sur les pratiques locales de l’arganier ?

45L’IGP argane, les labels et certifications attribués aux coopératives et aux industriels, sont un moyen d’apporter à la filière la reconnaissance internationale de la qualité de la production d’huile d’argane, mais ne permettent pas encore un rayonnement jusqu’en amont de celle-ci. Selon la FAO (2003), « de nombreux observateurs des marchés biologiques pensent que les primes [des prix] sont habituellement plus élevées au niveau du détaillant qu’au niveau du producteur ». Et il semblerait que les labels et les certifications ne participent pas à inverser cette tendance. Ils ne garantissent pas une redistribution de la valeur ajoutée en amont de la filière. La large diffusion des labels et des certifications dans les marchés du Nord, dénote la prééminence accordée à la dimension marketing par rapport à une effective et efficace gestion durable de l'arganeraie. Certaines coopératives de femmes se détournent même des systèmes de certifications, devenus très chers (le label Ecocert coûte 1500 euros par an).

L’effet boomerang des actions des développeurs14

  • 14 Parmi ces développeurs on peut citer l’Agence de Développement Social (ADS), l’Agence Nationale pou (...)

46Traditionnellement, l’huile d’argane circulait dans un cercle d’intimes (Jabiot, 2007) et familial. On la trouvait aussi, occasionnellement, sur les souks. Aujourd’hui, une dizaine de sociétés industrielles commercialisent l’essentiel de leur production hors de l’arganeraie, dont une partie importante destinée à l’export. Les prix de vente pratiqués sont alors décuplés par rapport à ceux des marchés locaux (Simenel, 2009). L’ouverture du marché au niveau national et international a eu pour effet principal une soudaine flambée du prix de l’huile et des amandons. La forte demande en huile d'argane a également aboutit à une différenciation dans les marchés d'argan. En effet il existe deux types d’huiles d'argan, l'une culinaire, extraite à chaud après torréfaction, et l'autre cosmétique préparée à froid, généralement à l'aide de machines mécaniques. L'huile culinaire est actuellement commercialisée à travers tout le Maroc et dans le monde entier. Ses prix varient largement, de 200 dh/litre localement dans les souks, à plus de 20 fois ce prix dans les restaurants haut de gamme de Paris ou New York (Aboudrare et al., 2009).

47Le marché de l'huile d'argane cosmétique a également explosé depuis la fin des années 1990. Ses prix dépassent de loin ceux de l'huile culinaire. Au détail, elle est 4 fois plus chère (50 dh les 50 ml). Le prix des fruits et des amendons d'argane, quant à lui, a presque doublé entre 1998 et 2007 et a augmenté plus rapidement que le prix de l'huile d'argane en raison de la forte demande de grandes sociétés privées du business de l'huile d'argane et qui opèrent dans les grands souks hebdomadaires par l'intermédiaire de collecteurs de graine (tiznine) et des fruits (affiache).

  • 15 Agdal désigne la période de la mise en défens de la forêt qui correspond à la période de la maturat (...)

48Bien entendu, les populations locales ne peuvent pas rester indifférentes aux gains engendrés par l’augmentation du prix des produits de l’arganier. De plus en plus de familles se mettent à vendre de l’huile d’argane, en empruntant les réseaux marchands du souk (Simenel et al, 2009). Les données réelles concernant la production totale des fruits d'argane entre 1998 et 2012, n'existent pas, mais selon les déclarations des locaux, la production en 2012 est plus élevée que celle des autres années. Cette recrudescence d’intérêt économique pour l’huile d’argane, de la part des populations locales, s’est traduite par l’extension spatiale des aires de cueillette. En effet, pour la récolte des amandons, les femmes ne se contentent plus des arganiers situés dans leurs champs ou dans les agdal15 ; elles se mettent à cueillir les fruits situés partout dans l’arganeraie. Tous les fruits des arganiers sont ainsi ramassés. Avec l'évolution de la valeur des fruits d'argane et les exigences de qualité, la majeure partie des fruits est collectée manuellement puisque les graines collectées à travers les chèvres sont de moindre qualité (Aboudrare et al., 2009). On voit même des gens gauler les fruits, ce qui nuit à la prochaine floraison mettant ainsi en péril la régénération naturelle de l’arganeraie. Les femmes aussi se comportent en prédatrices vis-à-vis de l’arganier en pratiquant une cueillette à la sauvette et de manière braconnière. Une cueillette qui ne peut plus s’accompagner des pratiques d’entretien de l’arbre puisqu’elles sont interdites et relèvent traditionnellement du domaine masculin. Ainsi, en allant à contresens des systèmes agro-sylvo-pastoraux traditionnels et en raison du décalage entre les actions menées et le modèle local de gestion de l’arganier (Simenel et al., 2009), les actions des développeurs ont transformé les populations locales en agents destructeurs.

49D’un système d’apprivoisement de l’arbre et de la forêt, on passe à un système d’annihilation où seule la pratique de la cueillette devient légitime. Une cueillette-braconnage, conséquence indirecte de la montée des prix des produits d’argane. Les familles vivant dans la pauvreté chercheront à tirer profit de ce filon en ramassant tous les fruits d’argane (affiache) se trouvant dans l’arganeraie afin de les vendre aux intermédiaires. La quantité de fruit collecté par famille est plus importante en 2007 qu'en 1999 et le nombre de familles collectant les fruits manuellement dans les arganeraies a plus que doublé ces dernières années. Aussi, les populations sont devenues plus agressives pour la collecte des fruits à travers l'utilisation de la pratique de gaulage qui peut causer des dommages importants pour les arganiers. Cette pratique est le résultat de l'accroissement des actes de vols de fruits d'argane dans la forêt.

50Le changement le plus spectaculaire est le stockage des fruits par les familles qui a presque triplé entre 1999 (207 kg) et 2007 (581 kg). Les fruits d'argane stockés constituent une sorte de compte bancaire pour les familles et une composante importante du revenu de l'agriculteur en raison de sa forte valeur. Les familles qui ont bénéficié du boom d'argane sont ceux qui collectent plus de fruits d'argane. Ces ménages investissent plus dans l'élevage caprin. Ceci apparaît contradictoire avec la protection et la conservation de l’arganeraie étant donné que le bénéfice tiré des produits de la forêt se transforme en une menace pour celle-ci à travers l'impact négatif que constituent les chèvres pour les arbres d'arganier (Aboudrare et al., 2009). L’élevage caprin a toujours constitué une ressource traditionnelle pour les populations des arganeraies. Ce « système agro-sylvo-pastoral est fondé sur une espèce endémique, l’arganier, exploité par des animaux acrobates parfaitement adaptés, les chèvres » (Bellefontaine, 2010). Or, force est de constater que l’anoblissement de l’arganier comme produit de luxe mondialisé se fait aux dépens de l’espèce caprine, privée de sa friandise favorite (Semal, 2006).

51En dépit de tous les efforts déployés, les résultats obtenus issus de quelques actions de développement et de la valorisation économique de l’arganier sont très loin des espoirs escomptés. Il est clair que l'explosion du marché d'argane n'a pas instauré un comportement collectif de conservation des arganeraies, mais, au contraire, s’ajoutant aux effets conjugués de l'accroissement démographique, de la sécheresse et de la pauvreté, il accentue plus la dégradation de l'arganeraie qui s'est intensifiée au cours des deux dernières décennies. Des années durant lesquelles le coût de la vie a augmenté de prés de 25 % entre 1999 et 2010.

52Force est de constater qu'aujourd'hui, les principales actions des développeurs ont été un échec total, car elles écartent l’homme et mettent les femmes au cœur des programmes de préservation des arganeraies en les incitant à planter des arganiers, tandis que dans les sociétés berbères du Sud marocain, la plantation d’arbre est une activité masculine liée au foncier alors que les femmes ne sont pas libres d’agir sur le foncier, d’autant que celles qui travaillent dans les coopératives ne possèdent pas de terres (Simenel et al., 2009).

53Malgré les efforts tant individuels que communautaires pour protéger les arbres privés, les comportements de la population envers la forêt ne font pas apparaître une tendance de conservation des arganeraies. À long terme, si rien n’est fait, on peut aller vers une désertification totale dont les signes visibles sont l'envahissement des exploitations agricoles par le sable et la steppisation de l’arganeraie (photos 8-9). 

Photo 8. Image satellite illustrant l’ensablement des terres cultivables dans l’arganeraie des Haha, Haut-Atlas Occidental

Photo 8. Image satellite illustrant l’ensablement des terres cultivables dans l’arganeraie des Haha, Haut-Atlas Occidental

(source : DigitalGlobe, GeoEye, 2012).

Photo 9. Steppisation de l'arganeraie

Photo 9. Steppisation de l'arganeraie

L'élimination des arganiers et leur non régénération conduit à un développement spectaculaire de l'euphorbe de Beaumier

(source : F. Msanda).

  • 16 D’après le recensement général de la population et de l'habitat 2004 (HCP, Maroc), plus de 45 % de (...)

54Dans un contexte marqué par la croissance démographique, la sécheresse et par un niveau de pauvreté très élevé16 (Faouzi, 2009), l’évolution économique de la filière de l’huile d’argane, laisse donc planer une menace sérieuse sur l'équilibre écologique des arganeraies dont la pérennité est mise en danger par une exploitation supérieure aux capacités de production (Nouaim, 2005).

Conclusion

55L’évolution du marché de l’huile d’argane n’a eu aucun effet positif, ni sur le tissu socio-économique, ni sur le système agraire de l’arganeraie. Depuis des siècles l’exploitation de cette dernière ne posait pas de problème particulier. Cependant, les modes d’exploitation ont subi de nombreuses et importantes transformations faisant ainsi évoluer manifestement la place de l’arganier dans le système économique et social ; accroissement démographique, intensification de l’agriculture...etc. sont autant de mutations qui ont contribué à l’émergence de nouvelles relations vis à vis de cet arbre et à la multiplication des fonctions économiques de celle-ci. Ces fonctionnalités multiples sont souvent à l’origine de la dégradation de cet écosystème et des tensions entre les divers usagers de l’arganier. Tensions qui se traduisent par des conflits mettant en évidence les intérêts différents (Chamich, 2005).

56Devant cette situation on se demande si avec la recherche du “rendement” dans le moyen terme on n’est pas entrain d’officialiser la production du désert par les destructions des derniers remparts naturels qui le retardent. L’illusion du “développement” actuel n’est qu’un cyclone passager, qui tout en soufflant la crème des ressources laissera derrière lui les vestiges ingérables d’un processus de dégradation que seul le désert saura démaquiller. La révision et le respect des législations sur la forêt et les modes de gestion (Tribak, 2002).

57Il devient alors urgent de penser à une utilisation durable de cette ressource comme voie à privilégier pour assurer sa protection (Boisvert et Vivien, 2007). Cela passe par l’adoption d’une approche de développement global et intégré faisant participer tous les acteurs locaux. Il s’agit principalement de penser à une co-gestion de l’arganeraie. Il est vrai que nombre d’actions qui vont dans ce sens ont vu le jour (création d’associations d’usagers, mise en place de cahier de charges pour la labellisation, création de l’Agence Nationale de Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganeraie (ANDZOA). Toutefois, ces actions manquent d’harmonie, car elles sont menées de manière individuelle et sans aucune coordination. La conservation de l’arganeraie passe une co-gestion qui doit associer décideurs, scientifiques, experts et populations locales dans des actions communes (Pinton et Grenand, 2007), et aussi, par une cohabitation entre le savoir scientifique et le savoir traditionnel.

58Si le statut collectif de l'arganeraie constitue l'une des meilleures garanties actuelles contre une accentuation du processus de dégradation en cours, il n’en reste pas moins qu’il est à l'origine de nombreux conflits et qu’il n’est plus adapté à la situation actuelle. La gestion de ces conflits est une nécessité pour garantir un développement local. « Il faut donc une réforme en profondeur de la politique forestière qui reconnaisse les collectivités ou les usagers, identifie les ayants droit (collectifs ou privés) et les implique […] dans une gestion réellement concertée » (Bourbouze et El Aïch, 2005). Aussi, une restructuration de l’organisation de la production d’huile d’argane s’impose afin de permettre la redistribution des gains de valeur ajoutée de l’aval vers l’amont de la production. Sans cela, il sera très difficile d’inciter les ayants-droit à des comportements plus soutenables (Benchekroun et Buttoud, 1989).

59Les résultats de l’analyse présentée dans cet article appellent des recherches approfondies évaluant sur le terrain la faisabilité, l’efficacité et l’impact des actions menées en termes de gestion durable de l'arganeraie et de sa préservation. Un développement durable et une croissance économique à la fois soutenue et durable ne seront possibles que si l'on améliore la situation économique, sociale, politique, juridique et culturelle des populations locales (Faouzi, 2012b). Pour inciter au changement, une revalorisation symbolique et économique de l’arganeraie est nécessaire.

60L'arganier « a gagné le respect de l'homme et a toujours assuré un rôle socio-économique par ses multiples usages » (Ezzahiri et al., 2007). Cette providence du ciel conditionne l'existence de 2 millions de personnes, sa disparition entraînerait inéluctablement la désertification d’une bonne partie du sud-ouest marocain avec toutes ses conséquences sociales, économiques et politiques.

Haut de page

Bibliographie

Aboudrare A. et al., 2009. Le marché de l’huile d’argan et son impact sur les ménages et la forêt dans la région d’Essaouira, Enquête diagnostic, Transfert de technologie en agriculture, Bulletin Mensuel de Liaison et d’Information du PNTTA, n°175, avril 2009.

AMIGHA, 2009. L’IGP Argane enfin reconnue, Lettre d’information d’AMIGHA n° 2 avril.

Bellefontaine R., 2010. De la domestication à l’amélioration variétale de l’arganier (Argania spinosa L. Skeels) ? Science et changements planétaires / Sécheresse. Volume 21, Numéro 1, 42-53, janvier-février-mars 2010, Article de recherche.

Benchekroun F. et Buttoud G. 1989. L'arganeraie dans l’économie rurale du sud-ouest marocain. Forêt Méditerranéenne, t. XI, n° 2, novembre.

Boisvert V. et Vivien F-D. Un marché pour la biodiversité ? In : Pinton F. et Grenand P. Les marchés de la biodiversité, IRD Éditions, Paris, 2007, pp.224-243.

Boutaud A., 2007. Croissance, décroissance et soutenabilité, Revue Critique d’Ecologie Politique, printemps 2007, n° 26.

Bourbouze A. et El Aïch A, 2005. L’élevage caprin dans l’arganeraie : l’utilisation conflictuelle d’un espace, Cahiers Agricultures. Volume 14, Numéro 5, 447-53, Septembre - Octobre 2005, Étude originale

Bouzemouri B., 2007.  Problématique de la conservation et du développement de l’arganeraie, dans Zoubida Charrouf (sous la dir. de) : «  L’arganier : levier du développement humain du milieu rural marocain  », colloque international organisé par l’association Ibn Al Baytar à la faculté des sciences de Rabat, les 27 et 28 avril 2007.

Bürgenmeier B., 2005. Économie du développement durable, De Boeck Supérieur, 2005 - 285 pages.

Chamich M. La gestion des conflits liés aux ressources naturelles dans l’arganeraie du Souss (Maroc). Mémoire de DEA ESSOR UTM/ENFA/ENSAT. Toulouse, 2005, 72 p.

Charrouf Z., 2007. 20 ans de recherche-action pour faire de l’arganier un levier du développement durable du milieu rural marocain. Colloque international, l’arganier Levier du développement humain du milieu rural marocain, 27-28 avril 2007, Rabat.

Charrouf Z., 1999. Valorisation des produits de l’arganier pour une gestion durable des zones arides du sud-ouest marocain Dans Collin, G. et Garneau, F.-X. (dir.), Actes du 4e Colloque Produits naturels d’origine végétale (Ottawa 26-29 Mai 1998), Laboratoire d’analyse et de séparation des essences végétales, Université du Québec à Chicoutimi, Chicoutimi, Québec, p. 195-209.

Chaussod R. et al., 2005. L’arganier et l’huile d’argane au Maroc : vers la mutation d’un système agroforestier traditionnel ? Cahiers Agricultures. Volume 14, Numéro 4, 351-6, Juillet-Août 2005, Synthèse.

Daly H. E., 1992. Il n'y a pas de croissance durable, in Transversales Science/Culture, no 13, janv.-févr.

Drainville I. 2001. La contribution du modèle coopératif au développement durable axé sur le genre: le cas des coopératives féminines d'extraction et de commercialisation d'huile d'arganier au Maroc. Mémoire de maîtrise, Université de Sherbrooke, 150 pages.

Elkandoussi F. et al., 2011. Les Coopératives Féminines d’Argan au Maroc : un domaine propice à la mise en place de la démarche de Développement Durable. Colloque international francophone, « Le développement durable : débats et controverses », 15 et 16 décembre 2011, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

Emberger L., 1938. Les arbres du Maroc et comment les reconnaître. Larose, éditeurs, Paris, 318 p.

Ezzahiri M. et al., 2007. Contribution de l'Arganier dans le Développement Local de la Région d'Essaouira. Annales de la recherche forestière au Maroc, vol. 38, pp. 209-210.

FAO, Normes environnementales et sociales, certification et labellisation des cultures commerciales, Archives de documents de la FAO, 2003, 130 p., ISBN 925205068x.

Faouzi H., 2012a. Impact des coopératives féminines sur la préservation et la valorisation de l’arganeraie : cas de la coopérative Tafyoucht (confédération des Ait Baâmrane, Anti-Atlas, Maroc), Confins [Online], 14 | 2012, posto online em 26 Março 2012, Consultado o 21 Novembro 2012. URL : http://confins.revues.org/7521 ; DOI : 10.4000/confins.7521

Faouzi H., 2012b. La arganería de haha, un sistema agrario en crisis (alto atlas occidental, marruecos). Revista Geográfica de América Central. Nº 48, I Semestre 2012, pp. 163–177.

Faouzi H., 2009. Bois-énergie et pauvreté : quel impact sur les arganeraies ? In Libération du Mercredi 18 Novembre 2009.

Faouzi H., 2003. L’arganeraie des haha : étude d’un système agraire en mutation (Haut-Atlas occidental, Maroc),  Thèse doctorat : géographie : Nancy 2 : 500 p.

Gertler M., 2001. Rural Co-operatives and Sustainable Development, Saskatoon, Centre for the Study of Cooperatives, University of Saskatchewan, p. 5.).

Hartwick J. M., 1977. Intergenerational Equity and the Investing of Rents from Exhaustible Resources. The American Economic Review, Vol. 67, No. 5, pp. 972-974.

HCP, 2004. Recensement général de la population et de l'habitat 2004, Haut Commissariat au Plan, Rabat, Maroc.

Jabiot I., 2007. Entre innovation et conformité. La coopérative Tamounte d’extraction d’huile d’argan, Mémoire de master d’ethnologie, Université Paris 10 Nanterre, 120 p.

Loubet M. et Brun T., 2009a. AB Ecocert : un label pas très bio !!!, Internationalnews.fr, 12.03.2009. (Page consultée le 06.05.2012).

Loubet M. et Brun T., 2009b. AB Ecocert : un label pas très bio!!! "Politis" du jeudi 12 mars 2009. http://www.internationalnews.fr/article-ab-un-label-pas-tres-bio-78160167.html

M'hirit O., 1989. L'Arganier, une espèce fruitière forestière à usage multiple. In : Formation Forestière Continue, Thème "l'Arganier", Station de Recherches Forestières, Rabat, 13-17 Mars 1989, pp 32-58.

Martin J., 2012. La soutenabilité du développement de l’Arganeraie au Maroc. , « Economie du développement durable », Université de Lyon Université lumière Lyon 2, Institut d'Études Politiques de Lyon, 119 p.

Nouaim R., 2005. L’arganier au Maroc, entre mythes et réalités, éd. L’Harmattan, p.129.

Passet R., 1996. L'Économique et le vivant, Payot, Paris, 1979, 2e éd. Economica 1996.

Pinton F. et Grenand P., 2007. Savoirs traditionnels, populations locales et ressources globalisées, 30 pages, Pinton F. et P. Grenand, Les marchés de la biodiversité, IRD Éditions, Paris, 165-194 pp.

Raimbeau C., 2009. Colère des paysannes de l’Atlas marocain, Le Monde diplomatique, avril 2009.

Romagny B. et Guyon M., 2009. Des souks aux marchés internationaux. La valorisation économique de l’huile d’argan marocaine : un cas d’école des contradictions du développement durable, Colloque international de l’UNESCO « Localiser les produits », 2009, 16 p.

Semal J., 2006. Vous avez dit « développement durable ? Cahiers Agricultures vol. 15, n° 1, janvier-février 2006).

Simenel R. et al., 2009. L’argan : l’huile qui cache la forêt domestique. De la valorisation du produit à la naturalisation de l’écosystème, Autrepart (50), 2009, p. 51-74.

Tarrier M. R., Benzyane M., 2003. L’arganeraie marocaine se meurt : problématique et bio indication, Revue Sécheresse en ligne, 2003, Volume 1e, n°1 [consulté le 15 mai 2012] http://www.secheresse.info/article.php3?id_article=228.

Tribak A. L’impact environnemental de la gestion de l’eau d’irrigation sur les ecosystemes forestiers : cas de l’arganeraie, revue h.t.e. n° 124 - septembre/decembre 2002.

War H., 2007. La gestion participative et le développement des PFNL comme moyen de réduction de la pauvreté féminine en zones rurales : cas du Maghreb et du sahel, Mémoire D. E. S. S., UFR-SEG/CIRES, université de COCODY, Côte-D’ivoire, 66 p.

Zugmeyer L., 2006. Projet de développement sylvo pastoral de l’arganeraie marocaine (commune rurale de Tiout, Taroudant, Maroc), Mémoire de fin d’études, Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, Nancy, 86 p.

INSEE, http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/productivite.htm

http://www.ecocert.com/references-abusives

http://www.crpf-limousin.com/sources/files/la%20regeneration%20naturelle.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_d%27argane

Haut de page

Annexe

Méthodologie  

Différentes approches scientifiques ont été mobilisées dans le cadre de la recherche : recueil de données écologiques, une série de photographies aériennes, photos satellite, enquêtes, entretiens avec la population locale et les acteurs locaux et observations sur le terrain.

Nous avons commencé par des séjours sur le terrain qui nous ont permis d’approfondir nos observations et de mener nos enquêtes auprès de la population locale. Autrement dit, c’est à partir du contact direct avec le milieu et les hommes que l’on parviendra à toucher au fond des problèmes. C’est dans cette optique que nous avons privilégié les contacts avec les femmes qui nous ont permis d’avoir un maximum d’informations sur les conditions socio-économiques ainsi que sur la filière de l’huile d’argane. Nous avons aussi consulté bon nombre de livres, de statistiques, d’études, sites Internet, articles de presse et visualisé plusieurs documents vidéo traitant la problématique de l’arganeraie.

Grâce à ce travail bibliographique, nous avons identifié plusieurs phénomènes qui semblaient nous permettre de vérifier nos hypothèses et nous servir de révélateurs pour une compréhension des liens entre exploitation de l’huile d’argane et dégradation de l’arganeraie. Parmi ces phénomènes, il y a notamment les effets de l'impact du ramassage des noix sur la régénération de l’arganier.

Des enquêtes individuelles ont été aussi menées auprès d’un échantillon représentatif de la population locale. Les questions portaient sur l’impact socio-économique de la filière de l’huile d’argane et ses conséquences sur l’arganeraie. Nous avons utilisé des méthodes qualitatives pour la collecte des données, celles-ci étant plus appropriées lorsqu’il s’agit de comprendre un phénomène. Les données sont donc collectées sous forme de mots plutôt que sous forme de chiffres au moyen d'entretiens semi-directifs individuels.

L’observation et la photographie nous ont été aussi un outil précieux dans la perception de l’espace et dans l’orientation de nos enquêtes et interviews vers les points essentiels de la problématique adoptée. Le souci permanant de vérifier notre hypothèse nous a conduit à explorer d'autres voies méthodologiques, tels que les guides d'entretien. En effet, nous nous sommes rapprochés des autorités locales et des agents impliqués dans la gestion du développement de l’arganeraie, pour discuter et recueillir leurs avis mais aussi accéder à certaines informations qu'ils détiennent. De la même manière, nous avons approché des acteurs économiques locaux et surtout les commerçants mais aussi de simples touristes. En définitive, le croisement des données documentaires avec les données collectées sur le terrain nous ont permis de mieux comprendre la problématique de l’arganeraie et ses dynamiques. Il nous a surtout permis de mettre en évidence la corrélation entre pauvreté, ramassage et vente des noix d’argane et dégradation de l’arganeraie, dans un contexte marqué par une forte demande de cette huile si rare que l’on nomme « l’or vert » et dont le succès croissant ne cesse d’accentuer la pression sur l’arganeraie.

Haut de page

Notes

1 L’arganeraie est un écosystème dont l’arganier est l’espèce dominante.

2 Les berbères utilisent le mot Argane pour désigner à la fois l'espèce et l'huile d’arganier.

3 L'arganeraie-verger se rencontre le plus souvent dans les zones peu accidentées, sur les plateaux de montagnes et dans les grandes plaines. Elle comprend des parties cultivées sur des sols assez profonds et d'autres non travaillées. Les arganiers sont en général de très gros arbres avec des cimes très développées, la densité y est faible (20 à 35 souches/ha), le sous-bois et la couverture vivante y sont absents à cause du labour périodique. L'arganeraie-forêt, quant à elle, est cantonnée dans les parties non cultivables du littoral maritime et des parties accidentées en montagne.

4 Culture pluviale.

5 Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (France).

6 La règle de «Hartwick» définit à la fois un objectif d'équité et un moyen pour l'atteindre.  En 1977, John M. Hartwick démontra que la réalisation de l'objectif de Robert M. Solow exigeait l'investissement en capital reproductible (par exemple des machines) des rentes et des profits obtenus par l'exploitation des ressources épuisables.

7 «  L’huile d’argan : le nouvel or du Maroc  », émission « Envoyé spécial » du 10 janvier 2008, diffusée sur la chaine France 2. Le documentaire est réalisé par Destève C. et Fouré C.

8 On trouve aussi des huiles d’argane frelatées à bas prix, issue de mélanges d’huile d’argane avec d'autres huiles végétales sans aucune valeur.

9 L’IGP Argane a été créée en 2006, mais sa reconnaissance officielle était en 2009.

10

11 Voir le site internet : http://www.ecocert.com/references-abusives

12 Max Havelaar est actuellement l'un des principaux acteurs du commerce équitable. Le label Max Havelaar est attribué uniquement aux produits qui répondent aux critères internationaux du commerce équitable sur les conditions de production et les prix : le paiement d'un prix juste, l'interdiction du travail des enfants, la liberté syndicale et le respect de l'environnement en sont des éléments clefs.

13 Organisation International de Labels pour le Commerce équitable

14 Parmi ces développeurs on peut citer l’Agence de Développement Social (ADS), l’Agence Nationale pour le Développement des Zones Oasiennes et de l’Arganier (ANDZOA), Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Organisme de Coopération technique allemande (GTZ), le Programme de l’UNESCO sur l’Homme et la Biosphère, l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, l’organisme québécois OXFAM (ONG vouée à la coopération et à la solidarité internationale), l’Agence Française pour le Développement (AFD).

15 Agdal désigne la période de la mise en défens de la forêt qui correspond à la période de la maturation de l’arganier.

16 D’après le recensement général de la population et de l'habitat 2004 (HCP, Maroc), plus de 45 % de la population de l'arganeraie vit avec moins de 2 989 dh/an c'est-à-dire moins de 300 dh/mois (30 Euros/mois).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Aire de l’arganier (source : H. Faouzi, d’après O. M’hirit, 1989).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 1. Arganier adulte
Légende L'arganier, à l'âge adulte et quand il n'est pas soumis à l'action des troupeaux, ce qui est rare, est un grand arbre avec un tronc court et tourmenté et une très grand couronne.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Photo 2. Défrichement de l’arganeraie
Légende Image satellite montrant le défrichement de l'arganeraie dans le sud-ouest de Haha, en raison de l'extension de la surface des terres agricoles.
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Photo 3. Pâturage aérien
Légende Pâturage en l'air: des chèvres grimpent sur un arbre arganier, image typique des arganeraies marocaines
Crédits (source : C. Perrenx, 2006).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 4. Fruit d’arganiers
Légende Fruits d'arganier (affiache) (A). Les fruits secs (B) sont concassés pour séparer la pulpe des fruits secs (akka) (C). Ceux-ci sont broyés pour extraire les noyaux (tiznine).
Crédits (source : D. Daniel, 2005).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 5. Ramassage des fruits d’argane (affiache)
Crédits (source : R. Simenel, 2011).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 2. Evolution réelle des prix des produits d’argan dans la province d’Essaouira
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 6. Fruits d’arganier (affiache) stockés
Crédits (source : D. Daniel, 2005).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Photo 7. Concassage des fruits d'arganier
Crédits (source : N. Besnard, 2011)
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Photo 8. Image satellite illustrant l’ensablement des terres cultivables dans l’arganeraie des Haha, Haut-Atlas Occidental
Crédits (source : DigitalGlobe, GeoEye, 2012).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Photo 9. Steppisation de l'arganeraie
Légende L'élimination des arganiers et leur non régénération conduit à un développement spectaculaire de l'euphorbe de Beaumier
Crédits (source : F. Msanda).
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8842/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Faouzi et Julie Martin, « Soutenabilité de l’arganeraie marocaine.  », Confins [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://confins.revues.org/8842 ; DOI : 10.4000/confins.8842

Haut de page

Auteurs

Hassan Faouzi

Géographe, Docteur en géographie, aménagement de l‘espace et paysages, GEOFAO, Bureau d’études et d’ingénierie, Agadir, Maroc, faouzi@uiz.ac.ma

Articles du même auteur

Julie Martin

Master en Economie du Développement Durable, Institut d’Etudes Politiques, Lyon, julie.martin@sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org