Navigation – Plan du site

La maritimité sous les Tropiques : les contributions d’une étude réalisée à Fortaleza (Ceará)

A maritimidade nos trópicos: contribuições de um estudo realizado em Fortaleza (Ceará)
Eustógio Wanderley Correia Dantas

Résumés

À la fin du xxe siècle tout ce qui touche à la mer est devenu un véritable phénomène de société. Les images de la mer et du maritime, véhiculées dans les pays développés, associées à de changements socio-économique et technologique, suscitent la génération d’un flux qui met en évidence les espaces littoraux des pays en voie de développement. Ce genre de valorisation, fréquemment perçue d’après la notion de tropisme, apparait dans une bibliographie fort marquée par une maritimité dichotomique. D’un côté, une maritimité externe ou moderne, concernant les occidentaux. De l’autre, une maritimité interne ou traditionnelle, concernant les populations tropicales. La prise en compte de la valorisation des espaces littoraux à Fortaleza (Ceará) permet relativiser cette approche. Dans cette ville littorale, une élite locale fascinée par les nouvelles pratiques maritimes produit les mêmes territoires et entretient les mêmes désirs qu’en Occident. Principalement dans les pays peu touchés par les flux touristiques internationaux, ce phénomène de société suscite un mouvement de caractère culturel nfluencé par les mœurs occidentales, et l’on assiste à un changement de mentalité des groupes locaux face à la mer.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

littoral, maritimité, tourisme, Tropiques

Index by keywords :

coast, Maritimity, tourism, Tropics

Index géographique :

Fortaleza

Índice de palavras-chaves :

litoral, maritimidade, Trópicos, turismo costeiro
Haut de page

Texte intégral

1Les flux touristiques internationaux des pays en voie de développement se concentrent, surtout, dans des pays ayant une façade côtière. Il se renforce au fil des ans, si bien que Cazes (1999) parle d’une touristification des littoraux. D’après lui, ce phénomène concerne plus de 90 % du flux des pays du Sud (îles comprises), avec un volume correspondant à 500 millions de touristes, auxquels il faut ajouter le volume nettement plus important des flux nationaux.

2Ainsi que le prouve la littérature qui y est consacrée, les chercheurs qui analysent le flux touristique international voient s’imposer, en termes quantitatifs, ceux à destination des zones littorales. Se fondant sur des aspects relatifs au modèle de développement socio-économique et aux innovations technologiques, qui ont lieu dans les pays développés et qui déterminent la création d’une demande pour les zones de loisirs dans les pays en voie de développement, les ouvrages de référence font apparaître deux dimensions caractéristiques de la mise en valeur des zones de plage. La première se rapporte aux pays développés et la seconde aux pays en voie de développement.

3En partant de cette différenciation typologique, la notion de tropisme oriente toutes les réflexions, indiquant un cadre de dépendance et de rapport entre l’essor du tourisme dans les pays en voie de développement et l’essor économique, social et technologique, enregistré dans les pays développés. En mettant l’accent sur le processus d’évolution du tourisme dans les pays développés, cette perspective montre l’évolution de cette activité dans le temps et dans l’espace.

4Tout d’abord, elle explique la transformation d’une activité à caractère élitiste et sa banalisation croissante à travers le tourisme de masse. Cette transformation se produit dans les pays développés, depuis la Deuxième Guerre mondiale, entraînant des changements d’ordre économique et social. Ces derniers déterminent soit une augmentation du revenu moyen de la population, soit la création de politiques sociales génératrices du droit à prendre des vacances : les congés payés. Ensuite, depuis les années 1970, les études soulignent la généralisation de ce mouvement, qui acquiert des dimensions continentales, en réponse principalement à des transformations survenues dans le domaine des transports.

5Ce point de départ est indispensable à la compréhension du processus d’occupation et de valorisation des zones de plage dans les pays en voie de développement. Il suppose la construction d’un cadre riche et complexe à traiter. Il s’agit de maîtriser les cordes sensibles de ce type d’analyse. Bien que les approches technologique, sociale et économique permettent la compréhension des flux qui se dirigent vers les zones de plage – le début, le point de départ, le sens, la durée, ainsi que la nature de ces flux au fil des années –, elles se limitent au constat d’un mouvement évident : celui qui va vers les rivages.

6Pour dépasser ce constat, il faut préciser les raisons de cette ruée vers les zones de plage, en s’interrogeant sur le désir croissant du rivage ainsi que sur sa transformation en phénomène de société.

Le désir du rivage et sa transformation en phénomène de société.

7C’est dans cette partie que s’inscrit l’approche culturelle. Celle-ci prend en considération l’homme et les représentations de l’espace où il habite, ce qui explique le changement de mentalité et, surtout, le rapport à l’environnement et à l’espace.

Ce changement résulte d’une inter-complémentarité entre des aspects d’ordre à la fois social, économique, technologique et symbolique. Ainsi, on part de la prémisse que la production de formes et de flux sur le littoral est à la fois la cause et l’effet de l’émergence sur ces zones de nouvelles valeurs, de nouvelles habitudes et de nouvelles coutumes.

Cette évolution peut-être interprétée, dans le cas des pays en voie de développement, soit comme un phénomène d’origine externe, dans le cas des pays connaissant un flux touristique international important, soit comme un mouvement voisin de celui de l’Occident, dans le cas des pays moins touchés par ces flux.

Un phénomène d’origine externe ?

8Cette perpective d’analyse renvoie à la mise en évidence d’un flux d’informations qui construit et alimente de nouvelles représentations des tropiques dans le monde développé. Les représentations favorisent l’aménagement du littoral et l’urbanisation du front de mer des villes, d’après une demande majoritairement touristique : celle d’un tourisme balnéaire issu du tourisme de masse des pays développés.

  • 1  D'après Claval (1996), la maritimité, c'est en effet une manière commode de désigner l'ensemble de (...)
  • 2  Colloque pluridisciplinaire organisé sous l'égide du Laboratoire Espace et Culture à Paris, les 25 (...)

9Les travaux de Cormier-Salem (1996) et de Desse (1996), consacrés à la maritimité1 au Sénégal (en Casamance) et dans les villes des départements d’Outre-mer - présentés dans le cadre du colloque La maritimité de cette fin du xxe siècle, quelle signification ? -,2 soulignent des aspects importants dans ce domaine.

10Analysant la notion de maritimité externe, Cormier-Salem distingue trois discours dominants dans la construction des représentations des tropiques par les Occidentaux. Le premier discours, qui trouve sa place dans les récits des anciens voyageurs et des romans tels que Robinson Crusoé et Paul et Virginie, présente la mer et le littoral des tropiques comme symboles de liberté et de nature vraie. Le deuxième discours, diffusé par les agences touristiques à travers la construction d’une image des littoraux tropicaux recherchée par les touristes, évoque souvent les plages de sable fin bordées de cocotiers et peuplées de créatures de rêve. Le troisième discours, de caractère plus scientifique, présente les littoraux tropicaux comme des zones marginales, vierges, sous-exploitées, sous-utilisées (Cormier-Salem, 1996).

11Desse (1996) fait référence, à propos de ce deuxième discours (celui qui domine de nos jours), à une image médiatique présente dans les salons internationaux de croisière et de tourisme. Cette image se construit dans les villes des départements d’Outre-mer (notamment la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion), exprime une maritimité qui permet de promouvoir ces villes en vue d’attirer des flux touristiques. D’après lui, ce flux est la condition sine qua non pour que la ville ne tourne pas le dos vers la mer, dans une logique qui était auparavant celle d’une ville négociante s’ouvrant à la mer (avec ses entrepôts et le port) alors que toute l’île se tournait vers l’arrière-pays (zones de plantation). Selon Desse (1996), il a fallu attendre les années 1970 pour que ces villes d’Outre-mer puissent redécouvrir la mer. Il souligne ainsi que l’on a affaire à une maritimité provenant d’une demande externe, qui donne lieu à l’aménagement des littoraux, avec l’établissement de stations touristiques, de ports de plaisance, ainsi que l’urbanisation du front de mer des villes en question.

12Ce type d’aménagement détermine l’ouverture de ces villes vers la mer, rejetant la maritimité traditionnelle (liée à la pêche, au commerce et à la Marine nationale) et offrant un décor paysager maritime,

la mer spectacle : les îles ont fait un produit touristique dans un contexte de concurrence entre les départements d’Outre-mer, entre les îles alentour, entre les municipes insulaires (Desse, 1996).

13Ce type d’aménagement littoral, d’après les besoins d’une maritimité occidentale, correspond à une logique qui s’installe au détriment du littoral perçu et surtout vécu par les communautés locales. Cette opposition est soulignée par Desse et par Cormier-Salem, qui parlent des exclus et des littoraux tropicaux comme de lieux d’aménagements conflictuels.

14Le premier auteur affirme que la maritimité se réalise au détriment des populations maritimes qui en sont les grandes absentes et les exclues. Les habitants des villes domiennes restent dans leur grande majorité indifférents à ces formes de maritimité. C’est en fait une maritimité offerte aux touristes, qui n’est vécue ni par les Antillais, ni par les Réunionnais (Desse, 1996).

15Le deuxième auteur, précisant la distinction entre maritimité externe et maritimité interne, distingue deux types de représentation de la mer (une allochtone, voire ethnocentrique, et l’autre autochtone) qui contribuent à transformer cet espace en lieu d’aménagement conflictuel. L’aménagement touristique, soutenu par le gouvernement local, déclenche un processus d’expropriation du terroir traditionnel des communautés locales (Cormier-Salem, 1996).

16La perspective d’analyse indiquée dans cette partie du travail renforce la thèse d’une adéquation aux flux d’information issus des pays développés. Ces flux déterminent la mise en valeur des zones de plage, à partir d’une demande touristique qui ne s’inscrit pas dans le cadre des représentations encore dominantes dans les pays tropicaux.

17Comme on l’a déjà vu, cette mise en valeur se fonde sur des représentations qui font rêver les touristes des pays développés et qui sont adaptées par les gouvernements locaux comme une stratégie de développement économique. La ville se trouve ainsi transformée afin d’attirer des flux touristiques. Toutefois, il faut noter qu’on n’a pas seulement affaire à la construction d’une image médiatique des pays tropicaux par les Occidentaux, qui exerce un pouvoir d’attraction auprès des consommateurs de plages. On observe aussi un phénomène d’incorporation des mœurs occidentales.

18Dans le domaine de la géographie, cette mutation est à l’origine de l’idée de la mission civilisatrice des Européens, mise en évidence à travers le contact du genre de vie européen et de celui d’autres peuples.

19Dans cette perspective un passage est opéré entre un modèle fondé sur un groupe spécifique, l’aristocratie européenne et ses rêves de distinction par rapport à d’autres groupes, et un modèle qui oppose la société occidentale (européenne) aux autres sociétés Il s’agit ici de l’élargissement du terme civiliser en direction de la notion de civilisation. Ce terme, tel qu’il était employé au xviiiie siècle en Europe, signifiait l’adoucissement des mœurs, l’urbanité et la politesse d’un peuple. Ce processus reposait sur la vertu de la société de cour : sur l’idée d’honnête-homme. D’après Elias (1973), cette notion, issue de la société de cour, devient après la Révolution française l’expression d’un sentiment national, servant de justification aux mouvements expansionnistes et colonisateurs.

20Cette tradition ne rend pas compte des transformations opérées par les mouvements nationalistes de libération qui donnent lieu à formation d’une couche nationale vivement attirée par la culture de l’Occident. Cet aspect est souligné par Claval (1995), qui analyse la fascination exercée par la civilisation occidentale sur certaines couches de la population, notamment l’élite. Cette fascination se manifeste dans une tentative d’occidentalisation qui se fonde, en Amérique latine, sur un métissage intense.

21Cet effort d’occidentalisation a conduit, au Brésil, à la reprise d’une tentative de différenciation sociale centrée sur la vertu de la civilisation européenne. Cette civilisation est chantée et vantée par l’élite locale (dont l’intellectualité a joué un rôle essentiel) qui se croit capable de la transmettre aux autres. Du fait qu’il s’agit d’une société en voie d’achèvement, la notion de processus est reprise pour exprimer le sentiment de supériorité de l’élite locale (composée d’Européens, mais comptant aussi une très forte participation de métis) et de certaines couches de la population par rapport à d’autres groupes autochtones, notamment les indigènes qui sont souvent traités de sauvages ou de primitifs.

22Lorsque les chroniqueurs brésiliens emploient le terme civiliser, ils font référence à l’effort d’occidentalisation réalisé par l’élite, effort déclenché tant par la fascination exercée par la civilisation européenne que par une tentative de différenciation sociale. Celle-ci est fondée sur la valorisation des étrangers (des contacts avec les Européens), dont on se veut les porte-parole et qui sont considérés comme une possibilité d’amélioration génétique.

23Cette occidentalisation est donc entreprise à travers un phénomène de métissage. Les métis adoptent, en grande partie, la culture occidentale et permettent les contacts avec d’autres groupes ethniques.

Ces traits d’occidentalisation relatifs au désir du rivage apparaissent plus nettement dans les pays peu touchés par le tourisme international : ces pays peuvent reproduire le modèle de maritimité issu des pays développés. On assiste surtout à un changement de mentalité des groupes locaux face à la mer.

La notion d’opposition entre une maritimité externe ou moderne et une maritimité interne ou traditionnelle doit donc être relativisée. On trouve en effet sur place des groupes locaux qui produisent les mêmes territoires et entretiennent les mêmes désirs qu’en Occident.

C’est dans ce cadre que peut s’inscrire le désir du rivage au Brésil, mouvement souvent considéré comme voisin du mouvement d’invention des plages qui a eu lieu en Occident.

Bains de mer à Croix de Vie (Vendée) au début du xxe siècle

Bains de mer à Croix de Vie (Vendée) au début du xxe siècle

Source : http://archives.vendee.fr/​var/​storage/​images/​media/​images/​article-140x/​bains-de-mer-a-croix-de-vie/​20386-1-fre-FR/​Bains-de-mer-a-Croix-de-Vie.jpg

Un mouvement voisin de celui qui se produit en Occident.

24Parler d’un mouvement voisin équivaut à parler de la simple transposition des schémas conceptuels occidentaux vers une autre réalité, celle des pays en voie de développement. Autrement dit, c’est mettre l’accent sur un système de représentations qui rend les zones de plage attrayantes pour les Occidentaux.

25Dans ce domaine, l’ouvrage de Corbin (1988) – Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage (1750-1840) – constitue la référence majeure.

26D’après cet auteur : a) le désir du rivage en Occident est apparu entre 1750 et 1840, avec l’invention des plages. Auparavant, les plages étaient porteuses d’images répulsives qui empêchaient la prise en compte du charme de ces espaces et de la mer. C’est ainsi qu’il parle d’un territoire du vide ; b) un changement de regard a été nécessaire pour que la société européenne puisse bénéficier de l’atmosphère littorale. Ce changement s’effectue progressivement à travers l’indication d’un cadre scientifique et principalement symbolique contraire à celui qui présentait des images répulsives de l’océan. Le renversement de cette image répulsive s’opère entre 1660 et 1675 grâce aux progrès scientifiques (réalisés principalement dans le domaine de l’océanographie, qui estompent les mystères de l’océan) et l’émergence de trois phénomènes qui modifient le système d’appréciation : la théologie naturelle, l’exaltation des rivages hollandais et la mode du voyage sur les bords de la baie de Naples ; c) les romantiques, les médecins/les hygiénistes et la noblesse contribuent au développement des nouvelles pratiques littorales. Le premier groupe, à travers la création d’un discours cohérent sur la mer. Le deuxième, à partir d’un discours médical qui provoque la ruée des curistes et des adeptes de la natation vers les plages. Le troisième, comme indicateur d’un effet de mode dans la société.

27Même s’ils n’ont pas découvert la mer, les romantiques sont, d’après Corbin (1988), les premiers à tenir un discours cohérent sur la mer, [ils] ont puissamment enrichi les modes de délectation de la plage et accentué le désir inspiré par cette indécise frontière ; d) en ce qui concerne les pratiques maritimes liées au traitement thérapeutique, on trouve les bains de mer, les promenades en barque et les séjours dans les îles. La prescription de bains de mer comme traitement thérapeutique provoque l’arrivée massive des curistes vers les rivages, dans les stations balnéaires. Ces curistes cherchent à combattre la mélancolie et le spleen, ainsi qu’à calmer leurs angoisses. Ce cadre s’inscrit dans la richesse d’un discours médical, qui assume et codifie des pratiques et prescrit des bains de mer. Ce traitement permet de bénéficier des qualités de l’eau froide de la mer, ainsi que de l’atmosphère littorale elle-même. La prescription de promenades en barque et de séjours dans les îles, comme traitement des maladies pulmonaires, privilégie la vertu thérapeutique de l’air par rapport à celle de l’eau.

Bains de mer en 1904

Bains de mer en 1904

Source : http://scalise.fr/​home/​wp-content/​uploads/​2012/​06/​bains-de-mer-ete-19042.jpg

28Prenant en compte des évaluations savantes qui ont démontré que l’air marin était le plus pur et le plus riche en oxygène, les médecins utilisent ces pratiques dans le traitement de la tuberculose pulmonaire. Cela résulte, d’après Corbin (1988), du succès des théories lavoisiennes qui, en insistant (à partir de 1783) sur l’importance de bien respirer, ont renforcé le rôle de la plage dans les traitements thérapeutiques. La natation correspond à un autre domaine non moins réglé que les pratiques antérieures. C’est à l’occasion de l’apparition de la gymnastique que les théoriciens ont conçu l’art de la natation. Ce plaisir consiste en un effort, combat contre l’engloutissement, déploiement d’énergie, qui correspond à un désir de défier la mer. Il s’agit d’un modèle masculin du bain de mer qui s’harmonise avec la gymnastique. Chez les hommes, la natation représentait aussi une preuve de courage et d’exaltation alors que les femmes restaient à proximité de leur voiture de bain, parfois en compagnie de leur baigneur. Toutes les pratiques mentionnées ci-dessus étaient développées par l’aristocratie, qui joue un rôle remarquable dans leur diffusion et leur promotion, provoquant un effet de mode déterminant dans le succès des stations balnéaires. D’après Corbin (1988), ces pratiques ont été initialement cantonnées dans les sphères concentriques dessinées par la famille royale, la haute noblesse, les talents ou les personnalités à la mode et la gentry.

29Insistant sur la mise en valeur des zones de plage à Fortaleza/Brésil, Linhares (1992) cherche à situer son étude dans ce cadre. Il présente tout d’abord une séquence logique d’évolution, initiée en Europe et qui touche l’Amérique du Sud. Il décrit :

un mouvement qui s’est initialement produit en France (Deauville, Biarritz, Trouville), en Belgique, et après en Amérique du Sud, au Chili (Viña del Mar), en Uruguay (Punta del Este) et, enfin, à Rio de Janeiro au Brésil (Leme, Copacabana, Ipanema).

30Il inscrit ensuite cette mise en valeur dans la même vague de transformations, en montrant le rôle joué par les romantiques brésiliens et la noblesse, qui avaient répandu les nouvelles pratiques littorales sur l’Ancien Continent. En ce qui concerne les romantiques, cet auteur mentionne leur influence (notamment celle des Français) sur les écrivains brésiliens (les romantiques de chez nous). Ces écrivains, selon Amaral (1994), exaltaient la nature et l’Indien brésilien, d’après le modèle romantique européen. C’est dans ce cadre que Linhares (1992) situe le roman d’Iracema, cherchant à démontrer l’influence de Chateaubriand dans cet ouvrage de José de Alencar. D’après lui :

à l’exemple de son maître Français, José de Alencar a idéalisé ses héros mystiques dans une forêt sur le front de mer.

31En ce qui concerne la noblesse comme génératrice d’un effet de mode, le sociologue présente son homologue brésilien, qui introduit les bains de mer comme traitement thérapeutique au Brésil, le Roi D. Pedro II.

32Le travail de Linhares (1992) est intéressant en ce sens qu’il parvient à mettre en évidence, à travers la présentation des équivalents brésiliens, une civilisation dont l’Occident est le miroir. S’il est vrai que toutes les nouvelles pratiques littorales sont bien nées en Occident, Linhares adopte cependant ces considérations sans les relativiser par rapport la réalité vécue à Fortaleza.

33Cette faiblesse initiale de son analyse nuit à la mise en évidence d’une maritimité complexe et diversifiée qui caractérise tant l’Occident que les pays tropicaux. Dans son élaboration du cadre de mise en valeur des zones de plage d’après le modèle occidental, Linhares (1992) oublie les remarques formulées par Corbin (1988). Ce dernier indique un cadre complexe de pratiques et de rapports des Européens avec ces zones, en insistant sur les images répulsives et sur les pratiques littorales de l’élite. Selon Corbin (1988), les baigneurs méditerranéens pratiquaient un type de bain exclusivement masculin (principalement les jeunes garçons) qui échappait à la normalisation des bains thérapeutiques et de la natation. En ce qui concerne les rares exceptions qui, parmi les Européens apprécient pleinement le charme de la mer et des plages, on peu citer les Grecs. La mer exerce une forte influence dans la culture de ce peuple, par opposition à celle d’autres Européens qui avaient peur de la mer (Prevelakis, 1996). À propos des communautés littorales tropicales, Cormier-Salem (1996), même si elle part du principe qu’elles sont davantage terriennes que marines, souligne qu’elles entretiennent des relations complexes et variées au littoral et à la mer. Cette complexité est telle :

 que l’on est en droit de s’interroger sur le sens du concept de maritimité dans le domaine tropical.

34Linhares est largement influencé par le modèle occidental de mise en valeur des zones de plage. L’image stéréotypée de ces zones se trouve ainsi renforcée, comme s’il s’agissait, pour reprendre une expression de Cormier-Salem (1996), d’un territoire du vide tropicalisé. Cet auteur ne perçoit pas la complexité et la variété précédemment mentionnée, car il voit là un simple transfert des mœurs occidentales. Toutefois, la mise en valeur des zones de plage à Fortaleza ne résulte pas d’un simple transfert d’informations d’un groupe qui détient le savoir à un autre, qui ne le détient pas. Il s’agit bien davantage d’une communication d’ordre symbolique.

35Partant de la notion de transfert, Linhares (1992) ne perçoit pas que les nouvelles mœurs ne sont pas adoptés passivement et ne concernent pas de la même manière tout l’ensemble des communautés littorales. Trois aspects de la mise en valeur des zones de plage à Fortaleza peuvent être dégagés : a) c’est un processus en construction, qui résulte de l’intériorisation ou du rejet des signaux émis de l’Occident. Ce qui renforce la thèse selon laquelle les modèles qu’offre la culture ne sont [...] pas immuables (Claval, 1995) ; b) cette mise en valeur représente un facteur de différenciation sociale. D’après Claval (1995) :

 l’aventure par laquelle chacun s’imprègne de la culture du groupe où il vit est fondamentalement individuelle. […] La culture est un des facteurs essentiels de la différenciation des situations sociales et du statut qui est reconnu à chacun

36c) elle concerne de plus en plus d’autres groupes et individus depuis les innovations technologiques introduites dans le domaine de la communication, notamment télévisée. D’après Claval (1995) :

ces puissants moyens de télédiffusion qui se jouent des frontières culturelles ou politiques ont un impact important sur l’acculturation des jeunes et l’ensemble des populations.

37On peut ainsi mettre en évidence les spécificités de cette mise en valeur des zones de plage à Fortaleza, qui résultent des rapports que les hommes établissent entre eux et leur milieu, rapports qui sont arbitrés par une dimension à la fois socio-économique, technologique et symbolique. Une analyse diachronique (relative à l’histoire de l’espace) permet de mettre en évidence les caractéristiques de cette valorisation des zones de plage à Fortaleza, depuis toujours attachée au phénomène d’occidentalisation. Le style et le rythme de la ville ont été largement dominés par des contraintes extérieures.

38Profitant, dans l’époque coloniale, de changements qui ont rendu possible le contact avec divers œkoumènes l’élite locale peut à cette époque se tourner vers l’Europe et établir des rapports avec ce continent, et principalement la France. D’après Girão (1954), c’est de France que venaient les produits dont les classes les plus aisées avaient besoin pour l’habillement, la santé et le cerveau. La fascination pour la France était telle à cette période que l’élite commença à envoyer ses fils dans ce pays pour y étudier. Cette pratique renforce l’influence de la culture française sur la littérature et le langage.

39Ce rôle de la zone portuaire comme fenêtre tournée vers l’Europe, auquel s’ajoutait celui de zone exportatrice de marchandises, provoquait un grand mouvement de marchandises et de personnes sur la plage Formosa.

40Ces flux sont développés par la présence de plusieurs établissements sur le front de mer, notamment la Douane et les entrepôts de marchandises. Ces établissements interdisent que l’appropriation de cet espace par les classes aisées ne se généralise. Le front de mer est principalement aménagé comme espace d’échange de marchandises. C’est ce qui réduit et justifie les contacts éphémères que ces couches sociales entretiennent avec cette zone. Ces dernières ne s’y rendaient que pour partir pour l’Europe ou vers d’autres points du territoire brésilien, et inversement.

41Cet espace était même déconseillé aux gens de bien en dehors de ces moments, principalement aux heures de transport de marchandises où se produisait un flux intense de travailleurs, qui portaient un simple pagne, comme l’indique Paiva (1971) dans un roman écrit en 1889.

42Le deuxième type de liaisons ponctuelles concernait les pratiques thérapeutiques, de recréation et de loisirs. Il résultait directement de la communication rendue possible à travers le port. Le lien ainsi établi aboutit à l’adoption de certaines mœurs occidentales par les classes aisées de Fortaleza. En fait, derrière la simple importation de marchandises se trouve aussi l’incorporation d’un modèle de société.

43Toutefois, contrairement à ce que pensent quelques scientifiques, l’adoption des mœurs occidentales n’est pas un simple transfert car elle suscite la création d’un cadre différent de celui qui lui a servi de modèle. Cette différenciation résulte du rejet ou de la difficulté de certaines innovations à s’imposer. On se rapproche ainsi de la piste méthodologique développée par Claval (1995), qui conçoit les cultures comme des réalités mouvantes.

44Cette hypothèse est confirmée par l’analyse des pratiques voisines de celles trouvées en Occident.

Les pratiques voisines des pratiques thérapeutiques occidentales.

45Parmi les pratiques voisines des pratiques thérapeutiques occidentales, il faut mentionner celle des bains de mer et celles associées au traitement de la tuberculose.

Bain de mer du 30 décembre a Chatelaillon-Plage (Charente Maritime)

Bain de mer du 30 décembre a Chatelaillon-Plage (Charente Maritime)

Source : http://www.kazeo.com/​sites/​fr/​photos/​401/​le-bain-de-mer-du-30-decembre-a-chatelaillon_4010215-XL.jpg

46Le premier type de pratique thérapeutique, les bains de mer, suscite à Fortaleza la spécialisation de quelques maisons de campagne (celle des religieuses) dans l’accueil de ceux qui veulent se soigner grâce aux qualités thérapeutiques de l’eau de mer. Cette mise en valeur des zones de plage concerne principalement la plage du Meireles.

47Par opposition aux établissements similaires de l’Occident, ces résidences ne se développaient pas conformément à une pratique normalisée d’après un discours médical, mais d’après le modèle d’une pratique non standardisée. Ces maisons n’abritaient que ceux qui prenaient des bains pour se soigner : il n’existait pas de suivi médical strict, ce qui laissait une grande liberté aux baigneurs, qui pouvaient se faire accompagner d’une dame de compagnie (Paiva, 1971).

48Ainsi, les bains de mer comme traitement thérapeutique étaient couramment pratiqués par les classes aisées à Fortaleza. Les seuls à échapper à cette logique étaient les enfants qui fréquentaient ces espaces pour y nager ou pêcher (Fernandes, 1977).

49Malgré son importance, cette pratique n’acquiert pas les dimensions des bains de mer en Occident, probablement en raison de la faible efficacité que le discours médical local lui attribue. L’importance des bains de mer a varié en fonction du discours sur les qualités curatives attribuées au climat, notamment dans le traitement des maladies respiratoires.

50Il convient de mettre en évidence la deuxième pratique thérapeutique, celle associée au traitement de la tuberculose. C’est aux qualités du climat que les scientifiques locaux vont s’intéresser, construisant ainsi un cadre conceptuel qui faisait référence aux conditions de salubrité du Ceará et à son importance dans le traitement des maladies pulmonaires.

51Ce cadre conceptuel ne s’applique pas qu’aux espaces littoraux, contrairement à ce qui se produit en Occident. Associant la notion de salubrité à celle de faible humidité et d’exposition optimale au vent, ce cadre concerne l’ensemble du territoire semi-aride du Ceará.

52Ainsi, tout en se fondant sur les mêmes réflexions théoriques (les théories lavoisiennes qui considéraient essentiel de bien respirer) qui ont entraîné la mise en valeur des plages dans le traitement de la tuberculose en Occident, ce cadre conceptuel s’est appliqué à un milieu plus vaste. Les plages perdent leur rôle principal et les pratiques thérapeutiques qui se développent à Fortaleza sont davantage tributaires de son emplacement géographique (une ville littorale) que de l’existence de ces espaces littoraux.

53D’après Brasil (1890), l’un des premiers scientifiques à traiter ce sujet au Ceará, l’ensoleillement et les vents sont les éléments essentiels qui contribuent à la salubrité du climat, empêchant la prolifération des épidémies dans cet État, notamment celles qui affectent les voies respiratoires.

54Le Ceará est connu, à l’échelle nationale, pour ses conditions de salubrité. Il attire donc un flux important de malades venus pour s’y soigner. Des tuberculeux se sont installés dans des villes comme Quixadá, Quixeramobim et Icó. Des malades atteints de maladies inflammatoires des nerfs (comme la beberibe) se sont établis dans les régions montagneuses, principalement à Baturité. Ce flux vers l’arrière-pays conduit Barbosa, en 1889, à caractériser cet État comme convenant aux individus souffrant de maladies pulmonaires.

55Emportée par cet effet de mode, Fortaleza n’échappe pas à la règle. Agassiz (1938) la décrit, entre 1865 et 1866 comme une ville salubre. D’après Studart (1909), Fortaleza jouit de cette réputation car elle bénéficie d’une température moyenne annuelle de 26,7°C (la température maximale étant de 30,4°C et la température minimale de 23,1°C), d’une moyenne de pression barométrique de 762,4, d’un indice pluviométrique de 998 mm et d’un indice d’humidité de 72,6. C’est donc une station qui convient aux tuberculeux. À cela s’ajoutent les effets des brises constantes dont l’effet rafraîchissant constitue la spécificité de Fortaleza dans le traitement de la tuberculose par rapport à d’autres villes du littoral - comme Belém, Natal et Recife, dont les températures moyennes sont respectivement de 26,21°C, 26,5°C et 26,3°C.

56L’analyse de documents portant sur les causes de décès à Fortaleza, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, permet de préciser le rôle joué par cette ville.

57À la fin du xixe siècle, Brasil (1896) donne une idée de l’importance de cette fréquentation médicale, notamment dans son étude sur la mortalité à Fortaleza en 1894. En introduction aux développements relatifs à l’augmentation du taux moyen de mortalité des personnes, il constate que le nombre de décès originaires d’autres lieux augmente parallèlement. Les décès étaient fréquemment dus aux maladies pulmonaires, qui représentaient, du fait de la transmission de ces maladies aux autochtones, un réel danger pour la santé publique. Pour donner une idée de l’impact de ces maladies, on peut signaler qu’un cinquième des 1.462 morts enterrés dans le cimetière São João Batista en 1894 ont été touchés par des infections des organes respiratoires, soit une proportion de l’ordre de 17,8 par 100.

58Au début du xxe siècle, Studart (1909), dans un travail sur les épidémies et les endémies du Ceará, fournit des données précises à propos de la tuberculose. Le nombre de décès causés par cette maladie était de 186 en 1906, de 226 en 1907 et de 193 en 1908. Selon lui ce nombre de décès est dû :

a) au grand nombre d’individus venus d’autres États et qui succombent ici, représentant la contribution majeure au chiffre de la mortalité [...] ; b) à l’augmentation de la densité de la population, [...] ; c) aux affections chroniques, aux cachexies, et à tous les genres de vices et d’affaiblissement organique, à la misère physiologique, enfin, que nous ont causés les sécheresses plus ou moins rigoureuses [...] ; d) à la syphilis et à l’alcool, deux autres lèpres qui corrodent la ville ; e) à la croyance, malheureusement répandue, en la non-contagion (Studart, 1909).

59Mentionnant ces aspects (notamment a et e) comme facteurs déterminants de l’augmentation du nombre de décès provoqués par des maladies respiratoires (de même que Brasil en 1896), il caractérise Fortaleza (en raison de ses qualités climatiques) comme lieu d’accueil des tuberculeux. Ce nombre élevé de décès apparaît plus évident si on le compare avec d’autres villes. D’après Studart (1909), Fortaleza connaissait un taux de mortalité de 15,43 % en 1903 et de 18,51 % en 1907, valeurs bien supérieures à celles de São Paulo qui étaient de 6,5 % et 7,3 %.

Les pratiques proches des pratiques occidentales de récréation et de loisirs.

60En ce qui concerne les pratiques proches de celles de récréation et de loisirs que l’on trouve en Occident, on peut parler des sérénades qui se donnaient à Fortaleza pendant les nuits de pleine lune et sur les dunes proches de cette ville.

61C’est d’une certaine façon, une tentative de la part des classes aisées de Fortaleza de faire des zones de plage un espace de récréation et de loisirs, comme les promenades sur les plages pour les classes aisées en Occident.

Activités physiques sur le front de mer de Fortaleza

Activités physiques sur le front de mer de Fortaleza

Hervé Théry 2001

62Il s’agit de distractions de même ordre : à Fortaleza aussi, on tirait profit du paysage caractéristique des plages, mais pour un type d’usage différent. Ce paysage possédait une particularité, du fait de l’impossibilité de profiter des plages pendant la journée : à cette période, la température rend impossible l’exposition au soleil et le développement de toute activité de récréation ou de loisirs ainsi que d’autres activités sociales.

63Yaco Fernandes (1977) souligne cet aspect en affirmant que Fortaleza connaissait une intense vie sociale et nocturne ; c’est toute la nuit, l’espace qui va du coucher du soleil jusqu’à 21 heures [...]. C’est la nuit que se font les mariages et les enterrements, en lentes marches à pied ; sous la protection nocturne s’effectuent également les silencieuses et lugubres processions de pénitence.

64C’est donc la nuit que les sérénades avaient lieu, notamment les nuits de pleine lune, lorsque l’éclairage public était éteint. Les personnes issues des classes aisées se dirigeaient vers les plages pour se rendre sur les dunes blanches éclairées par la lune. Profitant de la pleine lune, mais aussi des basses températures,

les jeunes filles vont se promener sur la plage, accompagnées d’escadrons d’austères et agressives matrones, qui maintiennent à distance les groupes d’hommes ; sur les dunes, on chantait, au son du violon, les douloureuses chansons impériales [...] ; sur les dunes baignées de lune, le sable blanc scintille, les arbres se découpent en ombres unies sur le sol clair et dans le ciel si haut ; sur les dunes on a d’heureuses cirandas [sorte type de danse] d’enfants. Les hommes, toujours circonspects, parlent de politique et de la vie d’autrui, en employant à outrance des gros mots, avec une constante obsession sexuelle qui renforce la séparation d’avec les femmes (Fernandes, 1977).

65Si les pratiques que nous venons d’évoquer jouent un rôle important et représentent un type de maritimité caractéristique de Fortaleza, elles ne suscitent cependant pas, à cette époque, de processus d’urbanisation des zones de plage. Le traitement de la tuberculose ne concernait pas directement ces zones et la nature éphémère et déréglementée des nouvelles pratiques littorales ne justifiait pas une occupation qui pût mettre en échec la logique militaire et stratégique d’occupation du front de mer à la suite de sa transformation en terrains de la marine.

66Le plan d’Adolfo Herbster est révélateur de cette logique. À travers la construction d’un ensemble de boulevards, il oriente la croissance de Fortaleza vers la Zone Ouest (actuelle avenue Imperador), la Zone Est (actuelle avenue Don Manuel) et la Zone Sud (actuelle avenue Duque de Caxias). La Zone Nord, représentée par les zones de plage, n’est guère concernée. Son plan se borne à orienter l’occupation de la zone de port, car, à cette époque, le port constituait le lieu principal des liaisons de la ville avec la mer, ce qui entraîne une occupation du front de mer réduite à la zone de port et à son voisinage, spécifiquement dans le quartier de Prainha où se trouvaient quelques maisons, un séminaire et l’église de Nossa Senhora da Conceição da Prainha (Pereira, 1877).

67Cette orientation, canalisée par les voies anciennes de communication avec l’arrière-pays, concentrait tous les contacts de la ville avec la mer sur sa zone portuaire. Ainsi, la faible attraction des zones de plage pour les classes aisées de Fortaleza se présente comme un deuxième élément limitant le phénomène d’urbanisation du front de mer, en raison du caractère terrien de ce segment de la société.

68La construction d’une ville peu liée à ses zones de plage et principalement destinée aux classes aisées renforce, à son tour, le caractère du littoral comme lieu d’habitation des classes moins aisées.

L’impossibilité d’habiter la ville construite par et pour les classes aisées de Fortaleza conduit à l’occupation de ces zones par un contingent de plus en plus important d’émigrants pauvres du sertão (en raison des mauvaises conditions de vie, renforcées par les sécheresses).

69Ainsi, sur les terrains de la marine, précédemment occupés par des hameaux de pêcheurs comme celui du Mucuripe, on voit s’accroître les effectifs démographiques, parvenus à un état de saturation dont témoigne, depuis la fin du xixe siècle, la construction de favelas sur le front de mer. Le premier type d’occupation, lié à la pêche, se retrouve sur l’ensemble du littoral du Ceará, mais le second, les favelas, est un phénomène particulier et caractéristique de Fortaleza, ville dont le fort flux migratoire a rendu impossible l’intégration de tous les nouveaux venus du Sertão dans les hameaux de pêcheurs.

70C’est ainsi que les zones de plage, à Fortaleza, sont à la fois lieu de pêche et lieu d’habitation des classes moins aisées. Cela se traduit par la présence et la croissance des anciens hameaux, notamment celui de Mucuripe (Pereira, 1902), et par l’occupation du front de mer par les pauvres, avec notamment les zones de construction précaires des dunes d’Outeiros (sur la rive droite du fleuve Pajeú) et de la favela de l’Arrail Moura Brasil (à côté du port) à la fin du xixsiècle (Paiva, 1971).

Les bains de mer, les promenades, la villégiature et le tourisme à Fortaleza

71Le développement de ces premières pratiques littorales au Ceará, les bains de mer, les promenades et la villégiature, répondait à la demande d’une société de loisirs qui se construit et grandit à Fortaleza. Cette demande se justifie dans la construction de la Capitale du Sertão, image issue de la symbiose entre le Sertão et le littoral, qui nourrit et alimente une ouverture culturelle de la société locale qui découvre les zones de plage sans perdre son caractère terrien.

72Il s’agit d’un changement de mentalité qui rend les zones de plage attrayantes pour une élite terrienne (possédant un imaginaire terrien) marquée par l’influence des mœurs occidentales. On observe ainsi le rôle moteur des mutations du genre de vie qui entraînent l’installation des classes aisées en bord de mer, se rendant en villégiature et aux bains de mer.

  • 3  Circonscription administrative autonome de l'Etat, gouvernée par un maire et qui, par rapport aux (...)

73Cette installation en bord de mer commence à Fortaleza puis se répand dans les autres municipes3 du Ceará. C’est dans cette ville, à partir des années 1920-1930, que l’élite découvre les nouvelles pratiques maritimes. À mesure qu’elles se répandent, ces pratiques suscitent des changements importants du paysage littoral, notamment avec la construction de résidences secondaires qui remplacent les anciens hameaux de pêcheurs existant dans la zone Est, et plus spécifiquement les hameaux de pêcheurs existant sur la Plage d’Iracema, dans les années 1920-1930, et sur la plage de Meireles, dans les années 1940.

74Cette installation instaure ainsi une nouvelle logique d’occupation de l’espace qui associe la demande d’une société de loisirs en émergence à la demande par zone de travail (de la part des pêcheurs) et par zone d’habitation (de la part des pauvres venus de l’arrière-pays). On assiste ainsi à l’inauguration d’un cadre caractéristique à Fortaleza, ville où les conflits entre l’espace de la consommation et celui de la production apparaissent évidents, entraînant l’éloignement des classes pauvres et des pêcheurs, alors que les riches s’emparent de la zone Est de la ville.

  • 4  Politique de défense du territoire renforcée dans les années 1910 avec la création des zones de pê (...)

75À partir de cette ville, depuis les années 1970, ce mouvement s’étend aux zones de plage des autres municipes du Ceará, à travers la villégiature, assujettissant les espaces concernés par l’ancienne logique de défense du territoire4 aux demandes d’une société de loisirs en expansion.

76À l’exemple de ce qui s’est passé à Fortaleza, ce type de valorisation suscite la construction d’un cadre conflictuel qui décourage l’appropriation des zones de plage par les classes modestes et les pêcheurs. Elle met aussi en opposition deux logiques d’appropriation et d’occupation des zones de plage : l’une liée à l’espace de la production, l’autre à l’espace de la consommation (Lefebvre, 1986).

Le front de mer à Fortaleza

Le front de mer à Fortaleza

Hervé Théry 2001

77Dans le premier cas, celui de l’espace de production, la nature transformée représentait un don, une réponse à certains besoins des individus. Cette logique a provoqué la transformation des espaces littoraux en lieux de travail, lieux de fête ou lieux d’habitation des pêcheurs et des migrants venus du Sertão. Dans le deuxième cas, celui de l’espace de consommation, on assiste à la transformation de la nature en marchandise offerte aux amateurs de plages. La logique d’appropriation analysée, concernant les classes aisées et les classes plus modestes de Fortaleza, construit ainsi un modèle particulier de valorisation des zones de plage.

78En raison de la demande touristique pour les zones de plage, on cherche à bâtir au Ceará, depuis la fin des années 1980, un développement fondé sur le tourisme. Le Ceará s’inscrit dans cette nouvelle logique qui met en œuvre une politique volontaire de développement du tourisme à l’échelle de Fortaleza et de l’État. La volonté d’inscrire le Ceará dans le réseau touristique international suscite des transformations importantes sur le paysage littoral.

79La construction d’un réseau de transport et de services renforce le rôle de Fortaleza comme point de réception et de distribution des flux touristiques balnéaires. Cette ville se présente comme une ville littorale qui commence à contrôler directement les zones de plage des municipes littoraux du Ceará. Elle se transforme en ville littorale maritime tirant profit de l’exploitation des espaces littoraux par une industrie touristique en forte expansion. De ce fait, elle se tourne vers la zone côtière, éloignant ses tentacules par la construction d’un aéroport international et de routes intégrant les zones de plage à sa zone d’influence directe. Tous les efforts de l’État, en partenariat avec l’initiative privée, se tournent vers le front de mer.

80Ce nouveau visage de Fortaleza et du littoral, résultant des politiques d’aménagement développées, est lié à l’élaboration d’un cadre d’images spécifiques qui représentent les rapports des groupes humains entre eux et avec les espaces littoraux semi-arides. On peut donc parler d’une valorisation des zones de plage d’après les images véhiculées par Fortaleza. Il s’agit de la construction de la Ville du Soleil, image plus actuelle qui résulte du renforcement de Fortaleza comme destination touristique, l’adaptant à la nouvelle logique de valorisation des espaces littoraux des pays en voie de développement.

81Si la logique de valorisation précédente s’associe à une démarche à caractère local (des groupes locaux qui s’occidentalisant découvrent les zones de plage comme espace de loisirs, d’habitation et de la villégiature), la logique du tourisme balnéaire trouve ses racines ailleurs. Elle est liée à une demande croissante pour les zones de plage qui transforme les villes littorales des pays tropicaux en un espace privilégié pour le développement de l’activité touristique.

82Cherchant à exploiter les zones de plage comme marchandise touristique, elle se fonde sur des aspects d’ordre socio-économique (notamment le développement du tourisme de masse dans les pays développés), technologique (notamment dans le domaine des transports et de la communication, en grande partie responsables d’une redéfinition de la relation espace-temps) et politico-administratif (dans le cadre des pays en voie de développement) qui donnent au tourisme une dimension continentale.

83Ainsi, les théoriciens parlent souvent de tropisme quand il s’agit du flux touristique international matérialisé dans les pays en voie de développement. Toutefois, si cette notion est valable pour bon nombre de pays tropicaux, elle l’est moins pour d’autres pays dans lesquels les réformes politico-administratives dans le domaine touristique ne sont pas très importantes. De plus, ces théoriciens négligent la demande sensible d’origine interne, nationale ou intra-régionale, qui alimente un flux touristique dans ces pays.

84Le modèle brésilien apparaît être celui d’un pays aux dimensions continentales dont le flux touristique national est responsable de la valorisation des zones de plage. Cette caractérisation met en cause les modèles explicatifs principalement fondés sur une analyse montrant la dépendance de ces flux par rapport à des transformations lointaines à caractère socio-économique et technologique. Elle nous conduit à une réflexion sur la montée du désir du rivage, notamment dans les pays en voie de développement, mouvement qui caractérise le Brésil : pays moins touché par le flux touristique international, dans lequel la montée du désir du rivage est évidente et constitue un mouvement voisin de l’Occident.

85Ce désir explique la mise en valeur des zones de plage au Ceará. Bien que le gouvernement cherche à imposer le Ceará comme destination touristique internationale, ces flux sont encore modestes. Cette politique n’établit au Ceará qu’un flux principalement national, s’ajoutant à d’autres flux locaux. Les classes moyennes ou pauvres profitent du cadre spatial existant sur le front de mer.

Plage de classes moyennes ou pauvres à Fortaleza, en semaine

Plage de classes moyennes ou pauvres à Fortaleza, en semaine

Hervé Théry 2001

86Ce cadre résulte du bouleversement de l’imaginaire traditionnel du Nord-Est, lié à un changement d’ordre économique qui, dans le cas du Ceará, est renforcé comme instrument de propagande politique. L’image touristique de Fortaleza permet d’attirer des flux touristiques plus importants et devient instrument de propagande de la nouvelle élite politique de l’État. Cet instrument acquiert des caractéristiques spécifiques : à l’échelle internationale, le renforcement des images positives des espaces littoraux semi-arides attire les investissements étrangers ; à l’échelle locale, ce renforcement des images positives des espaces littoraux, qui favorise le développement d’une conscience touristique, se présente comme symbole de la réussite du nouveau gouvernement (Dantas, 2002).

87Cette formation d’opinion, liée à une politique de marketing qui associe la publicité à la propagande, suscite la production d’une image de marque de Fortaleza. Cette image, qui insiste sur les avantages du semi-aride et sur le phénomène de modernisation de l’État, gomme ainsi les images négatives qui rendaient très difficile le développement du tourisme balnéaire. On construit ainsi l’image d’une ville littorale maritime qui s’oppose à l’ancienne image de ville littorale terrienne. Cette opposition s’explique à travers un processus de valorisation des zones de plage caractéristique du Ceará.

Conclusion

88La prise en compte de la maritimé à Fortaleza/Ceará/Brésil, indique cadre complexe des pays en voie de développement. L’analyse indique, dans le cadre complexe de ces pays, un mouvement marqué par de groupes locaux qui établissent de relation avec la mer et sont fort influencés par le modèle occidental. Cela permet la relativisation de considérations fondées sur le tropisme, au fur et à mesure qu’on prend conscience que les habitants des destinations touristiques sont aussi touchés par le désir du rivage.

89On s’interroge ainsi à propos d’un mouvement voisin de l’Ooccident. Ce mouvement touché les pays disposant d’une façade côtière, îles comprises (Chardon, 1987), et suscite la construction d’un cadre riche et lié à la façon dont les groupes locaux ont incorporé les nouvelles pratiques maritimes. En somme, on ne peut pas réduire l’analyse à une simple opposition entre maritimité interne ou traditionnelle et maritimité externe ou moderne. La maritimité s’agit d’un phénomène de société, dont les frontières ne sont pas si claires.

Résultat de travail de thèse soutenue à l’université de Paris IV-Sorbonne, sur les auspices de l’accord franco-brésilien Capes-Cofecub.

Haut de page

Bibliographie

Agassiz Elizabeth et al., Viagem ao Brasil (1865-1866), São Paulo, Brasiliana, 1938.

Amaral Emília etal., Novo Manual, Nova Cultura: redação, gramática, literatura, interpretação de texto, São Paulo, Editora Nova Cultura, 1994.

Barbosa Antônio Cunha, « Recordações de uma viagem feita ao estado do Ceará », in Revista da Academia Cearense de Letras, t. 4, Fortaleza, Typographia Minerva, 1889.

Berque Augustin, Médiance. De milieux en paysage. Montpellier : Reclus, 1990.

Bezerra Antônio, « As praias », in Revista do Instituto do Ceará, t. 16, Fortaleza, 1902.

Brasil, Thomaz Pompeu de Souza, « Importância da vida humana como factor da riqueza : desenvolvimento da população de Fortaleza. Sua natividade e mortalidade. Taxa excessiva desta », inRevista da Academia Cearense de Letras, t. 1, Fortaleza, Typ. Minerva, 1896.

Brasil, Thomaz Pompeu de Souza, « População do Ceará », in Revista do Instituto do Ceará, t. 4. Fortaleza, Typ. Studart, 1890.

Cazes Georges, « Les littoraux en proie au tourisme », in Hérodote n° 93 : Littoral, frontières marines, Paris, La Découverte, 1999.

Chardon Jean-Pierre, L’avion dans les Antilles : géographie des transports aériens des îles de la Caraïbe, Bordeaux, CRET, 1987.

Claval Paul, La géographie culturelle, Paris, Éditions Nathan, 1995.

Claval Paul, « Conclusion », in F. Peron et al. (sous la direction de), La maritimité aujourd’hui, Paris, Éditions L’Harmattan, 1996.

Claval Paul, L’approche culturelle en géographie - propos d’étape (Mimeo), Paris, 1998.

Corbin Alain, Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage, Paris, Aubier, 1988.

Cormier-Salem Marie-Christine, « Maritimité et littoralité tropicales : la Casamance (Sénégal) », in F. Peron et al. (sous la direction de), La maritimité aujourd’hui, Paris, Éditions L’Harmattan, 1996.

Dantas Eustogio Wanderley Correia, Comércio ambulante no Centro de Fortaleza/Ceará, São Paulo, USP/FFLCH, 1995.

Dantas Eustogio Wanderley Correia, Fortaleza et le Ceará. Essai de géopolitique d’un pays de colonisation tardive : de la colonisation à la mutation touirstique contemporaine, Paris, Thèse de doctorat, Université de Paris IV – Sorbonne, 2000.

Dantas Eustogio Wanderley Correia, « Construção da Imagem turística de Fortaleza », in MERCATOR, ano 1, nº1, Fortaleza, 2002.

Desse Michel, « L’inégale maritimité des villes des départements d’Outre-mer insulaires », in Françoise Peron et al. (sous la direction de), La maritimité aujourd’hui, Paris, Éditions L’Harmattan, 1996.

Elias Norbert, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Levy, 1973.

Fernandes Yaco, Notícias do povo cearense, Fortaleza, Imprensa Universitária da Universidade Federal do Ceará, 1977.

Girão Raimundo, « Interpretação de Fortaleza », in Ubatuba deMiranda et al, Retrato de Fortaleza, Fortaleza, Editora Instituto do Ceará, 1954.

Lefebvre Henri, De l’État, Paris, Union Générale d’Éditions, 1978.

Linhares Paulo, Cidade de Água e Sal : por uma antropologia do Litoral do Nordeste sem cana e sem açúcar, Fortaleza, Fundação Demócrito Rocha, 1992.

Paiva Manoel de Oliveira, A Afilhada, Fortaleza, Ed. Anhambi, 1971.

Pereira Felippe Francisco, « Costa do Ceará : da Barra do Mossoró ao Porto da Amarração », in Roteiro da costa norte do Brazil desde Maceió até Pará, Pernambuco, Tipographia do Jornal do Recife, 1877.

Prevelakis Maria, « La double signification de la maritimité dans la culture hellénique », in Françoise Peronet al. (sous la direction de), La maritimité aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, 1996.

Studart Barão de (sous la direction de), « Documentos para a história de Martins Soares de Moreno », inRevista do Instituto do Ceará, Fortaleza, Typ. Minerva-Assis Bezerra, 1905.

Studart Barão de, « Climatologia, epidemias e endemias do Ceará », inRevista da Academia Cearense de Letras, t XIV, Fortaleza, Typ. Minerva, 1909.

Haut de page

Notes

1  D'après Claval (1996), la maritimité, c'est en effet une manière commode de désigner l'ensemble des relations à la mer d'une population - celles qui s'inscrivent dans le plan des préférences, des images et des représentations collectives en particulier.

2  Colloque pluridisciplinaire organisé sous l'égide du Laboratoire Espace et Culture à Paris, les 25 et 26 novembre 1991.

3  Circonscription administrative autonome de l'Etat, gouvernée par un maire et qui, par rapport aux communes françaises, est beaucoup plus vaste et plus autonome.

4  Politique de défense du territoire renforcée dans les années 1910 avec la création des zones de pêche par la marine brésilienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bains de mer à Croix de Vie (Vendée) au début du xxe siècle
Crédits Source : http://archives.vendee.fr/​var/​storage/​images/​media/​images/​article-140x/​bains-de-mer-a-croix-de-vie/​20386-1-fre-FR/​Bains-de-mer-a-Croix-de-Vie.jpg
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Bains de mer en 1904
Crédits Source : http://scalise.fr/​home/​wp-content/​uploads/​2012/​06/​bains-de-mer-ete-19042.jpg
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8889/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Bain de mer du 30 décembre a Chatelaillon-Plage (Charente Maritime)
Crédits Source : http://www.kazeo.com/​sites/​fr/​photos/​401/​le-bain-de-mer-du-30-decembre-a-chatelaillon_4010215-XL.jpg
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8889/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Activités physiques sur le front de mer de Fortaleza
Crédits Hervé Théry 2001
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8889/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Le front de mer à Fortaleza
Crédits Hervé Théry 2001
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8889/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Plage de classes moyennes ou pauvres à Fortaleza, en semaine
Crédits Hervé Théry 2001
URL http://confins.revues.org/docannexe/image/8889/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eustógio Wanderley Correia Dantas, « La maritimité sous les Tropiques : les contributions d’une étude réalisée à Fortaleza (Ceará) », Confins [En ligne], 20 | 2014, mis en ligne le 08 mars 2014, consulté le 16 août 2017. URL : http://confins.revues.org/8889 ; DOI : 10.4000/confins.8889

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • Revues.org